12 avril 2011

¤ 4. L’identité des trafiquants : les labos de nos quartiers

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 02

par Michel Koutouzis (son site) mercredi 7 avril 2010 sur Agoravox

¤ 4. L’identité des trafiquants : les labos de nos quartiers dans Politique/Societe opy_zouni-2b25f

 J’animais en 2003 une réunion à Bangkok sur les drogues de synthèse et j’expliquais aux policiers spécialisés les risques environnementaux et de santé inhérents aux laboratoires des drogues de synthèse. En privé, le directeur de l’antenne des Nations Unies m’a alors reproché « d’introduire de la peur chez nos stagiaires ». « Le luxe de moyens de nos polices » m’a-t-il fait remarquer « est impossible en Asie ». « Déjà ils ne mettent pas beaucoup de volonté, si en plus on leur parle d’acide, d’explosions, de narcose environnementale du Mékong, ils ne voudront plus y aller ». « Vos analyses, gardez-les pour les suédois, les néerlandais ou les slovènes… ». C’était une autre version de l’adage : « bon pour l’orient ». Je ne retiens, pour l’instant, que « le luxe de nos moyens de police ». En effet, la brigade spécialisée néerlandaise sur les drogues de synthèse possède un équipement digne des astronautes de la NASA. Et pour cause : les laboratoires, fixes ou ambulants déversent des centaines de tonnes d’acides et autres produits hautement corrosifs sur les alentours des grandes villes hollandaises tandis que les labos en tant que tels sont toujours à la limite de l’explosion. Ce fut donc une bonne idée d’attaquer les producteurs d’exta et autres dérivés amphétaminiques par le biais de l’environnement. Mais ce fut aussi une ruse, tant les drogues de synthèse sont désormais « intégrées » au sein d’une « polytoxicomanie utilitariste » ambiante. Quelles que soient les hausses ou les baisses de la consommation des autres drogues, la consommation des drogues de synthèse ne fait qu’augmenter. Serait-ce par ce que cachets et pilules sont le symbole même de notre addiction aux médicaments ? Serait-ce par ce qu’il existe pour chaque « état d’âme » et une pilule, serait-ce que les « designer drugs » ont la double capacité d’anticiper les besoins et de jouir pendant un temps d’un statut « légal » le temps d’entrer dans les catégories des produits prohibés ? Serait-ce par ce que elles méritent pleinement leur nom de psychotropes c’est-à-dire, littéralement, moteurs du mouvement, de la transformation de l’âme ? C’est tout cela, et, en même temps pour une raison primordiale : elles sont fabriquées chez nous.

Initialement, la recherche d’analgésiques de synthèse se développe surtout en Allemagne. Il s’agit à la fois de trouver des médicaments ayant les mêmes effets que la morphine mais n’entraînant pas de dépendance et d’assurer l’approvisionnement de l’armée sans être péthidine (1939), puis la méthadone. Cette dernière, baptisée en l’honneur d’Adolf Hitler, ne sera finalement pas donnée aux soldats du Reich car jugée trop toxique. L’industrie pharmaceutique se penche aussi sur les stimulants. A Tokyo, à la fin du XIXe siècle, l’éphédrine avait été extraite de l’Ephedra vulgaris, une plante déjà utilisée par les Chinois il y a 5 000 ans. L’amphétamine naît de cette découverte, également exploitée aux Etats-Unis et en Allemagne. Ces trois pays en feront un usage intensif pendant la seconde Guerre mondiale pour doper leurs combattants.

En Occident, les psychotropes s’installent à la fin des années 50. L’industrie pharmaceutique inonde le marché. Le public américain consomme, en toute légalité, de milliards de comprimés d’amphétamine, de méthamphétamine et de tranquillisants. En ces années de performances économiques, les gangs de motards (comme au Canada, en Grande-Bretagne et en Australie) joueront un rôle actif dans l’approvisionnement d’un marché clandestin qui recrute majoritairement dans les classes moyennes de l’Amérique profonde. Dans le Midwest, la méthamphétamine est encore aujourd’hui appelée redneck cocaine : « la cocaïne du plouc ». L’amphétamine gagne la Scandinavie dans les années soixante, sous forme d’ampoules à injecter. Stockholm compte, en 1965, 4 000. Aujourd’hui, un abus à grande échelle d’amphétamine reste la marque du nord de l’Europe : Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Royaume-Uni, Danemark, Suède. En Espagne, ou la méthamphétamine fut longuement consommée par les combattants de la guerre civile, ce stimulant est entré dans les mœurs au point que, dans une étude réalisée en 1969, 66% des étudiants reconnaissent en avoir consommé à l’occasion d’examens ou de fêtes.

En 1965, aux Etats-Unis, les Drug Abuse Control Amendments réduisent drastiquement la production et la distribution licites des psychotropes. Le marché clandestin trouvera la parade en produisant ses propres drogues. Le développement de la recherche psychiatrique (souvent sous l’impulsion de l’armée) et la quête de sensations nouvelles qui marquent les années 60 offrent des débouchés aux drogues synthétiques sur les campus américains. Un universitaire de renom, Timothy Leary, vante les propriétés hallucinogènes du LSD, « découvert » en 1943 par le Suisse Albert Hofmann, chercheur des laboratoires Sandoz. La réputation de l’« acide » atteint vite l’Europe. A la fin des années 70, les deux tiers de la production mondiale de LSD viennent de laboratoires clandestins de la région de Londres et du Pays-de-Galles. En Californie, la ville de Hayward devient la capitale mondiale d’un autre hallucinogène, : le PCP, ou « poussière d’ange ».

A partir de la fin des années 1980, une forme cristalline fumable de méthamphétamine, surnommée ice ou shabu, sera introduite aux Etats-Unis depuis le sud-est asiatique, via Hawaï et la côte Ouest.

A la fin des années 60, les Californiens avaient découvert un autre dérivé amphétaminique, la MDA, baptisée « pilule de l’amour ». Le produit avait été oublié pendant des décennies : la firme pharmaceutique allemande Merck l’avait identifié dès 1910, ainsi qu’un « cousin » aux propriétés voisines, la MDMA (1913). Cette dernière, « découverte » en 1965 par un biochimiste américain, Alexander Shulgin, n’arrive dans la rue qu’au début des années 80, sous le nom d’Adam. En 1985, date de son interdiction outre-Atlantique, elle jouit d’une grande popularité chez les étudiants qui l’appellent ecstasy. Cette interdiction fait l’objet d’un débat passionné. Forte de sa réputation de produit convivial, l’ecstasy franchit l’Atlantique pour atterrir dans les discothèques d’Ibiza, rebaptisée « XTC Island ». Associée à la musique de danse, la MDMA submerge l’Angleterre pendant l’été 1988. Elle fait rapidement figure d’emblème de la sous-culture des rave parties, devenue dominante chez la jeunesse d’Europe occidentale du milieu des années 90.

Aujourd’hui, les trois drogues les plus consommées outre-Manche sont, dans l’ordre, les dérivés du cannabis, l’amphétamine et l’ecstasy. Celle-ci fait aussi fureur en Espagne et en Allemagne. En Italie, où les quantités saisies ont augmenté de 5 000 % entre 1990 et 1994, les autorités signalaient récemment des achats massifs par les mafias de drogues synthétiques achetées en Europe de l’Est et payés en faux dollars. Les Pays-Bas produisent 80% de l’amphétamine et la quasi-totalité de l’ecstasy saisis en Europe. Toujours à partir de laboratoires néerlandais, le LSD fait également un retour spectaculaire.

Outre-Atlantique, ce phénomène est amplifié. Des drogues oubliées resurgissent depuis le début des années 90. Le PCP connaît un regain d’intérêt au Canada (des laboratoires clandestins en Ontario s’en sont fait une spécialité) et dans les ghettos de la côte Ouest des Etats-Unis, où il est produit et commercialisé avec le crack par les gangs de Los Angeles. Les dérivés du fentanyl, dits « héroïne synthétique », bénéficient du reflux généralisé de l’épidémie de crack, tout comme la méthamphétamine. Celle-ci, depuis la mise en œuvre de la législation fédérale sur les précurseurs chimiques (1989), est de plus en plus produite au Mexique pour être distribuée dans tout l’Ouest et le Sud-Ouest américains par des gangs hispaniques affiliés aux grands cartels mexicains. Leur bastion est San Diego, en Californie.

On l’a vu, pour les trafiquants, les drogues synthétiques présentent le double avantage de pouvoir être produites à proximité des lieux de consommation, d’être aisément dissimulables et, compte tenu du prix des ingrédients de base et de la très forte concentration des doses, de permettre des profits colossaux. Robert K. Sager, patron du laboratoire de la DEA, estimait déjà en 1986 que, pour un investissement de 150 dollars un chimiste peut produire en quatre jours 500 grammes d’« héroïne synthétique » (3-méthylfentanyl), soit 50 millions de doses, pour un bénéfice avoisinant 500 millions de dollars.

Depuis le début des années 80, le marché des drogues voit sans cesse surgir de nouveaux composés : les designer drugs. Au lieu de se contenter de détourner les substances pharmaceutiques ou de les reproduire dans leurs laboratoires clandestins, des chimistes modifient à l’envi les formules de base pour créer une infinité de molécules inconnues qui, tant qu’elles ne sont pas formellement identifiées, échappent à la loi. Auparavant, tous les psychotropes faisant l’objet d’un trafic étaient le fruit de la recherche pharmaceutique, que le résultat en soit commercialisé ou non. L’industrie connaissait bien la pratique qui permet de contourner le brevet déposé par un concurrent en modifiant légèrement son produit (les anglo-saxons parlent de « me-too drugs »). Mais, avec les designer drugs, ou « drogues à la carte » – pour reprendre l’expression du Dr Istvan Bayer, expert hongrois auprès des Nations Unies -, l’utilisateur sert directement de cobaye à la nouvelle molécule.

Le phénomène est apparu aux Etats-Unis : la première drogue totalement originale issue de la production clandestine fut l’alpha-méthylfentanyl (un dérivé du fentanyl, deux fois plus puissant), vendu dans les rues californiennes en 1979. Dans ce domaine, les combinaisons sont infinies : Alexander Shulgin, l’« inventeur » de l’ecstasy, a décrit la synthèse et les effets de 179 phényléthylamines, analogues de la mescaline et de l’amphétamine. Encore ne s’agissait-il là que de quelques-uns des centaines de cousins possibles de la MDMA…

Les instances de contrôle reconnaissent volontiers que le raz-de-marée des produits de synthèse n’est retardé que par l’inefficacité de la lutte contre les drogues naturelles : le consommateur occidental préfère encore l’original à un « ersatz », même mille fois plus puissant. Mais pour combien de temps ? Jusqu’à présent, l’attrait pour les drogues était à la fois lié au rituel de l’usage et au dépassement d’un interdit. Dans cet esprit, les composés chimiques prêts à consommer étaient plus perçus comme des médicaments que comme de vraies drogues. C’est ainsi que l’amphétamine et les calmants ont séduit les classes moyennes aux Etats-Unis et en Europe, populations pourtant farouchement hostiles aux drogues illicites. Ces mêmes populations ont remplacé le caoutchouc par le plastique, le coton par le nylon et le bois par le formica. Cette acculturation des sociétés occidentales, pour reprendre le terme des sociologues, affecte inévitablement la connotation quasi-mystique des drogues « classiques ». Et les drogues synthétiques illicites tendent à rejoindre les préoccupations de plus en plus utilitaristes de leurs consommateurs. Les pilules pour danser, pour faire l’amour ou pour travailler, les cachets pour briller en société tiennent, dans l’esprit des jeunes générations, la même place que les somnifères ou les stimulants chez leurs parents.

L’entrée en force des pays de l’ex-bloc soviétique sur le marché des drogues, depuis le début des années 90, pourrait être le détonateur. Les organisations criminelles locales peuvent aussi bien choisir de développer les cultures de plantes à drogues, que de reconvertir une industrie chimique à l’abandon dans la production massive de drogues de synthèses. Cette dernière solution est favorisée par plusieurs facteurs : les produits chimiques de base ne sont soumis à aucun contrôle sérieux ; les chimistes très qualifiés et sous-payés sont légion ; les consommateurs de drogues de ces pays ont peu l’habitude des drogues naturelles (du moins dans les zones urbaines) et n’ont donc aucune prévention contre leurs succédanés. Or, ces dernières années, les signes de la mise en place de productions à grande échelle à l’Est se sont multipliés.

La police allemande estime que 20 à 25% de l’amphétamine saisie sur son territoire en 1994 vient de Pologne. Les autorités de Varsovie jugent, pour leur part, que la production nationale couvre 10% du marché européen. Des laboratoires universitaires sont soupçonnés et l’on ne compte plus les passeurs arrêtés aux frontières allemande et suédoise. La République tchèque dispute aux Polonais le titre de deuxième producteur européen de psychotropes, après les Pays-Bas. La méthamphétamine, sous forme liquide injectable, y supplante les drogues naturelles. La firme Rostoki, dans la banlieue de Prague, est le plus gros fabriquant d’éphédrine (le principal précurseur de la méthamphétamine) synthétique d’Europe centrale. En 1994, les Nations Unies ont dénoncé l’expédition de 50 tonnes d’éphédrine tchèque à des laboratoires clandestins mexicains, via la Suisse. Des chimistes tchèques sont employés par des laboratoires implantés en Saxe (Allemagne) voisine. Différentes affaires, survenues depuis 1992, ont prouvé que la Lettonie et la Hongrie sont les terres d’élection d’investisseurs, notamment scandinaves et néerlandais, qui financent la production d’ecstasy destinée à l’Union européenne. En 1993, enfin, l’Organe international de contrôle des stupéfiants s’inquiétait de l’existence, en Bulgarie, d’entreprises d’État fabriquant des phényléthylamines exportées sans autorisation sous la marque Captagon vers l’Afrique (Nigéria) et la péninsule arabique, via la Turquie.

L’ex-URSS est en passe de dépasser ces performances. L’Azerbaïdjan s’est spécialisé dans la production d’opiacés de synthèse (méthadone, normorphine , 3-méthylfentanyl) et de méthamphétamine à Guiandja et Bakou. En CEI, l’éphédrine synthétique est extraite de préparations pharmaceutiques et transformée en éphédrone (un dérivé amphétaminique connu aux Etats-Unis sous le nom de methcathinone), produite en Russie, en Biélorussie, en Ukraine, dans les États baltes et au Kazakhstan. L’Ephedra vulgaris, cultivée en Azerbaïdjan, pousse à l’état sauvage au Kirghizistan et au Kazakhstan, dans la région d’Almaty.

La Chine, elle aussi, tire parti de ses ressources en Ephedra. Les laboratoires clandestins de méthamphétamine, alimentés par de l’éphédrine détournée de l’industrie pharmaceutique, se multiplient dans les régions de Guangdong et de Fujian, pour l’instant à destination quasi-exclusive des marchés du sud-est asiastique et de la CEI. L’initiative de cette production revient souvent aux triades taïwanaises, originaires de Chine du Sud.

La Corée du Nord, la Birmanie (qui a vu dans ces drogue un substitut bien accommodant pour échapper aux pressions de la communauté internationale qui l’accusait d’être le premier producteur mondial d’héroïne), l’Afrique du sud (qui a un lourd passé d’intoxication des rebelles de l’ANC par des psychotropes) fait aussi partie du club. Mais, l’essentiel de leurs productions visent un marché régional. (pour plus d’infos : Atlas Mondial des Drogues, PUF ed.)

par Michel Koutouzis (son site) mercredi 7 avril 2010 – 18 réactions yahoo

0%

D’accord avec l’article ?

 

100%

(20 votes) Votez cet article

 

2 moyens pour donner

Don défiscalisé 10€ ou plus boudonizi dans Politique/Societe

Obtenez une réduction fiscale de 66% avec un e-reçu. Un don de 10 € ne vous coûte que 3€40.

Achat immédiat par SMS ou TEL
1

France Metropolitaine DOM/TOM Allemagne Australie Belgique Canada Espagne Etats Unis Grande Bretagne Israel Italie Luxembourg Maroc Russie Suisse

2
Envoyez CODE par SMS au 81038 3.00 € / SMS Appelez le 08 99 19 32 10 1.91 € / appel
3

–>

Grâce à votre aide, AgoraVox peut continuer à publier plus de 1000 articles par mois. En donnant à la Fondation AgoraVox, vous offrez un soutien à la liberté d’expression et d’information.

DIV.notation { WIDTH: 125px !important } .forum-deplier { MARGIN-TOP: 3px; MARGIN-BOTTOM: 3px; MARGIN-LEFT: 25px } SPAN.depl { FONT-STYLE: italic; COLOR: #222 } SPAN.depl A { COLOR: #000; TEXT-DECORATION: underline } A.arepl { PADDING-LEFT: 3px; PADDING-RIGHT: 3px; COLOR: #b81014 } A.charte { PADDING-LEFT: 0px; PADDING-RIGHT: 0px } H3.bestof { CLEAR: none } A.tout_depl { BORDER-BOTTOM: #b81014 1px solid; BORDER-LEFT: #b81014 1px solid; PADDING-BOTTOM: 3px; PADDING-LEFT: 3px; WIDTH: 200px; PADDING-RIGHT: 3px; FLOAT: right; COLOR: #b81014; BORDER-TOP: #b81014 1px solid; FONT-WEIGHT: bold; BORDER-RIGHT: #b81014 1px solid; PADDING-TOP: 3px }

Les réactions les plus appréciées

  • votes : 7

    Par Lisa SION 2 (xxx.xxx.xxx.245) 7 avril 2010 10:59

    Lisa SION 2

    Bonjour MK,

     » Les instances de contrôle reconnaissent volontiers que le raz-de-marée des produits de synthèse n’est retardé que par l’inefficacité de la lutte contre les drogues naturelles  » c’est curieux, j’aurais été plutôt enclin à croire que le raz de marée des produits de synthèse est accentué par la prohibition des plantes naturelles…

    Le combat depuis les années cinquante de la scientologie contre les psychotropes a été rejoint hier par la déclaration du Pape qui benoitement se déclare lui aussi contre la médecine, actuellement opium du peuple. En effet, c’est elle qui a repris le flambeau en 1905 après la séparation de l’Église et de l’État, où le médecin fait office de confesseur.

    C’est quand même curieux que les autorités et leur organe de propagande des ondes ne parlent que de lutte et de dépistage contre le cannabis, alors que si l’on fait le compte de tout ce qui circule comme produits de synthèse légaux ou illicites, purs ou complètement frelatés, le danger apparait au regard de votre article nettement plus grave.

    Voulez que je vous dise, ceux qu’on prenait pour des cons avec leur joints d’herbe du jardin et leur musique fabriquée à la main sur leur guitare en bois…vous saluent bien bas !

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 6

    Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.35) 7 avril 2010 09:59

    Eh, ben…..

    merci pour cet article.

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 5

    Par agent orange (xxx.xxx.xxx.217) 7 avril 2010 16:56

    agent orange

    …. la CIA tire ses ressources principales de la vente de drogue.

    Lire à ce sujet le livre d’Alfred McCoy : The politics of heroin in southeast Asia (1972), version réactualisée en 1992 (The politics of heroin in southeast Asia – CIA complicity in the global drug trade). La traduction en français (éditions du Lézard) est hélas caviardée…

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 5

    Par Michel Koutouzis (xxx.xxx.xxx.149) 7 avril 2010 17:34

    Michel Koutouzis

    C’est un calcul théorique. Et les prix ne sont plus les mêmes. Cependant, à condition de ne pas avoir trop de déperditions (il faut être passablement chimiste) et bien manipuler les principes actifs (il y a entre cinq et 20 explosions de labos par an aux Pays Bas ) et surtout pouvoir se débarrasser sans coût et sans risques des déchets, un dollar investi en rapporte aujourd’hui deux mille…

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

Réagissez à l’article

Réactions à cet article

  • votes : 6

    Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.35) 7 avril 2010 09:59

    Eh, ben…..

    merci pour cet article.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 7

    Par Lisa SION 2 (xxx.xxx.xxx.245) 7 avril 2010 10:59

    Lisa SION 2

    Bonjour MK,

     » Les instances de contrôle reconnaissent volontiers que le raz-de-marée des produits de synthèse n’est retardé que par l’inefficacité de la lutte contre les drogues naturelles  » c’est curieux, j’aurais été plutôt enclin à croire que le raz de marée des produits de synthèse est accentué par la prohibition des plantes naturelles…

    Le combat depuis les années cinquante de la scientologie contre les psychotropes a été rejoint hier par la déclaration du Pape qui benoitement se déclare lui aussi contre la médecine, actuellement opium du peuple. En effet, c’est elle qui a repris le flambeau en 1905 après la séparation de l’Église et de l’État, où le médecin fait office de confesseur.

    C’est quand même curieux que les autorités et leur organe de propagande des ondes ne parlent que de lutte et de dépistage contre le cannabis, alors que si l’on fait le compte de tout ce qui circule comme produits de synthèse légaux ou illicites, purs ou complètement frelatés, le danger apparait au regard de votre article nettement plus grave.

    Voulez que je vous dise, ceux qu’on prenait pour des cons avec leur joints d’herbe du jardin et leur musique fabriquée à la main sur leur guitare en bois…vous saluent bien bas !

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 0

    Par morice (xxx.xxx.xxx.162) 7 avril 2010 11:03

    morice

    J’ai lu quelquepart que certains imaginaient de réunir un pool de plusieurs pays pour contrer le poids US dans une lutte perdue d’avance contre la drogue. Ainsi on tenterait de légaliser les drogues pour mieux en controler les effets….

     

    elle n’est pas perdue, elle n’a jamais eu lieu : la CIA tire ses ressources principales de la vente de drogue. 

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 5

      Par agent orange (xxx.xxx.xxx.217) 7 avril 2010 16:56

      agent orange

      …. la CIA tire ses ressources principales de la vente de drogue.

      Lire à ce sujet le livre d’Alfred McCoy : The politics of heroin in southeast Asia (1972), version réactualisée en 1992 (The politics of heroin in southeast Asia – CIA complicity in the global drug trade). La traduction en français (éditions du Lézard) est hélas caviardée…

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 4

    Par zelectron (xxx.xxx.xxx.131) 7 avril 2010 13:17

    zelectron

    @MK
    Quelles horreurs ! je soupçonne que vous en découvrez encore et encore…ce genre de « progrès » conduit à la mort certaine. Je vous sais gré d’édulcorer pour les lecteurs sensibles certaines descriptions que d’aucuns imagineraient comme de jolis rêves.
    J’observe cependant que comme pour le nuage de Tchernobyl la France échappe à cette contamination « pandémique »

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 0

    Par ddacoudre (xxx.xxx.xxx.233) 7 avril 2010 13:19

    bonjour michel

    toujours intéressant de te lire ; dans le fils de la lecture je lisais en même temps la fuite en avant de nos sociétés qui forcément entraine tout ce qui la compose pour se joindre aux progrès et a la fuite en avant formalisé par la vitesse et la compétition qui impose d’aller chercher toujours la différence dans le millième de seconde qui fera d’un individus un champion richissime alors que rien ne le différencie de tous ceux qui se trouvent dans la même seconde. seulement une représentation de la société.
     le résultat qu’est nos consommations ont une source, y remonter permet plus efficacement d’en comprendre les raisons de nos consommations. il y a une différence à consommer des feuilles de coca pour annihiler la souffrance d’une existence pauvre, et prendre une pilule de l’amour.

    ce phénomène d’amplification que tu soulèves, est lié aux conséquence même de l’évolution technologique dans tous les sens, celui de la concentration humaine source de conflit, source de stress, source de besoin d’évasion, source du besoin d’exister, de consommer, d’être performant, pour aller vite car les moyens technologiques, nous le permettent.

    et pourquoi toutes nos activités classées asociales y échapperaient, puisque c’est nous qui les réalisons. ainsi plus nous nous concentrerons plus nous créerons des conflits plus nous entrerons en compétition plus les écarts de différenciations seront minces et plus nous aurons besoins de dopants de toutes sortes pour se dépasser sous toutes les formes.
    rien n’échappe a ce processus d’emballement exponentiel, même pas les drogues comme tu l’expliques si bien.
    je ne crois pas que les forces de répression puissent inverser un processus sociétal, s’il ne modifie pas les structures qui le formes, en un mot donner aux humains l’espace vital dont ils ont besoin pour leur équilbre psychiques. le moindre mal serait de légaliser toutes ces drogues et les mettre en vente dans des officines spécialisés, elles ne feront jamais autant de mort qu’a pu faire l’alcool ou le tabac et la mal bouffe.

    cordialement.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 4

    Par brieli67 (xxx.xxx.xxx.177) 7 avril 2010 13:39

    VOUS SAUREZ TOUT par http://www.erowid.org/
    même comment en faire et comment consommer et apprécier.

    http://books.google.gr/books?id=NX9…
    Sous l’oeil amusé de la flotte anglaise, Ali Pacha de Janina en son temps a rempli les soutes du Général à son retour d’Egypte avant Brumaire etc….
    Les Janissaires, le corps d’élite, humm !!

    Michel tu oublilles de nous parler de la Diaspora grecque.
    Pour sûr, Aristo le phénicien c’est bien du « tabac » que la famille vendait en Argentine ???
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Aristo…

    http://bhofmann.blog.24heures.ch/ar…
    Que de l’Histoire moderne, récente et contemporaine.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par agent orange (xxx.xxx.xxx.217) 7 avril 2010 17:26

    agent orange

    Robert K. Sager, patron du laboratoire de la DEA, estimait déjà en 1986 que, pour un investissement de 150 dollars un chimiste peut produire en quatre jours 500 grammes d’« héroïne synthétique » (3-méthylfentanyl), soit 50 millions de doses, pour un bénéfice avoisinant 500 millions de dollars.

    MK, vous êtes sûr de ces chiffres ?
    En tout cas un rendement à faire pâlir d’envie n’importe quel trader !

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 5

    Par Michel Koutouzis (xxx.xxx.xxx.149) 7 avril 2010 17:34

    Michel Koutouzis

    C’est un calcul théorique. Et les prix ne sont plus les mêmes. Cependant, à condition de ne pas avoir trop de déperditions (il faut être passablement chimiste) et bien manipuler les principes actifs (il y a entre cinq et 20 explosions de labos par an aux Pays Bas ) et surtout pouvoir se débarrasser sans coût et sans risques des déchets, un dollar investi en rapporte aujourd’hui deux mille…

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par agent orange (xxx.xxx.xxx.217) 7 avril 2010 17:43

    agent orange

    MK

    Merci pour ces précisions.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par fluffy (xxx.xxx.xxx.116) 7 avril 2010 18:30

    fluffy

    Bonjour M. Koutouzis et merci pour cet article vraiment passionnant,

    J’avais l’impression de vous avoir déjà « rencontré » quelque part.

    En lisant votre bio, je me suis dit peut-être au sein de l’U.N., mais comme cette expérience est récente (pour moi), je m’en serai souvenu.

    Et voilà que vous publiez cette série d’articles sur la drogue et eurêka.

    N’avez-vous pas participé à un documentaire intitulé « La planète drogue » il y a de cela quelques années (ça ne nous rajeunit pas) ?

    Je me souviens de peu de choses : votre explication concernant la plaine de la Beeka et l’interview de deux amis qui revenaient de soirée. L’un parlait avec beaucoup de véhémence et l’autre acquiesçait dans sa tenue NBC fantaisiste (nucléaire, bactériologique, chimique) et le mouvement du masque à gaz de ce dernier m’avait beaucoup fait rire.

    Mince, j’ai certainement plus le droit de dire que cela m’avait amusé.

    Donc en Novlangue : « j’étais très triste du spectacle donné par ces deux junkies. Pourquoi aucun fonctionnaire n’était là pour les aider et sauver le monde dans la foulée ?

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Arunah (xxx.xxx.xxx.110) 7 avril 2010 21:43

    Arunah

    Merci pour cette remarquable série d’articles qui relève un peu le niveau d’AV.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • vote : 1

    Par brieli67 (xxx.xxx.xxx.177) 7 avril 2010 23:16

    oubli:erreur
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ali_Pa…

    le « Lion » dans Monte-Christo de Dumas.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • vote : 1

    Par brieli67 (xxx.xxx.xxx.177) 7 avril 2010 23:28

    French connection
    http://www.20minutes.fr/article/204…

    Dans votre ville ?
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1504/Ins…

    DOSSIER DE COMMISSION d’enquête du Sénat sous un certain ministre de l’Intérieur
    http://www.senat.fr/rap/r02-321-1/r…

    Faites un tour à la MILDT
    http://www.drogues.gouv.fr/

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • vote : 0

    Par brieli67 (xxx.xxx.xxx.183) 8 avril 2010 10:46

    La France leader mondial de l’opium légal
    http://www.larecherche.fr/content/r…

    Coût de production en milieu industriel du kilo de diazépam ( valium)
    de l’ordre de 2 € …. avec une posologie de 10 mg un adulte est bien raplapla pour des heures.
    L’alcool éthanol qualité laboratoire est de l’ordre de 1 franc le litre à 95°

Laisser un commentaire

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT