• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

30 septembre 2011

Syrie: guerre à Rastan, les Etats-Unis accusés d’encourager les violences

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 6 : 16

AFP – 29/09/2011 à 19:18

Des affrontements violents opposent depuis trois jours les militaires syriens à des déserteurs dans la ville de Rastan, le régime accusant les Etats-Unis d’encourager la violence dans le pays.

Des manifestants pro-régime syrien devant les locaux de l'Union européenne à Damas, le 29 septembre 2011 photo : Louai Beshara, AFP

Dans le même temps, l’ambassadeur des Etats-Unis Robert Ford a été houspillé par des manifestants pro-régime à Damas.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les tirs de mitrailleuses lourdes retentissaient jeudi à Rastan, au nord de la ville de Homs (centre), pour la troisième journée consécutive alors que l’armée mène une vaste opération pour traquer les déserteurs.

« Les combats ont fait 40 blessés de part et d’autre », a affirmé cette organisation basée en Grande-Bretagne.

Par ailleurs, à Homs, à 160 km au nord de Damas, une fillette a été tuée par une balle perdue et le corps d’un homme de 32 ans tué par balle a été retrouvé jeudi.

La répression a fait plus de 2.700 morts depuis le début, à la mi-mars, du mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad, qui attribue les violences à des « bandes armées » voulant semer le chaos dans le pays.

Les Etats-Unis avaient salué lundi « la retenue » de l’opposition face à la répression sanglante des manifestations, et jugé que l’apparition d’actes armés contre le régime serait normale.

« Il n’est pas surprenant, étant donné le niveau de violence ces derniers mois, que l’on commence à voir des militaires et des membres de l’opposition (…) recourir à la violence contre l’armée en un acte d’auto-préservation », avait dit Mark Toner. Jusqu’à présent, a-t-il ajouté, « l’opposition a montré une retenue extraordinaire face à la brutalité du régime ».

Réagissant à ces propos, le ministère syrien des Affaires étrangères a accusé jeudi Washington d’encourager « la violence contre l’armée » syrienne.

« Les déclarations de responsables américains, notamment (d’un porte-parole du département d’Etat) Mark Toner, sont une preuve éclatante que les Etats-Unis encouragent les groupes armés à exercer la violence contre l’armée arabe syrienne », a indiqué dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères.

« Les propos du porte-parole du département d’Etat qui a qualifié de naturels ces actes terroristes, sont irresponsables et de nature à encourager les actes de terrorisme et le chaos, afin de servir des objectifs étrangers contraires aux intérêts du peuple syrien », ajoute le communiqué.

« La Syrie dénonce avec vigueur les déclarations américaines et affirme sa détermination à préserver sa sécurité et sa stabilité, à défendre ses citoyens et à s’opposer à toutes les tentatives de s’ingérer dans ses affaires intérieures », selon le texte.

Dans le même temps, à Damas, l’ambassadeur des Etats-Unis Robert Ford a été houspillé jeudi par des manifestants pro-régime qui ont tenté de le prendre à partie à son arrivée au bureau de l’opposant Hassan Abdelazim.

Selon l’opposant, « près de cent manifestants » ont tenté de prendre d’assaut les locaux. « Ils ont manifesté dans la rue et à l’entrée de l’immeuble. Ils ont tenté de casser la porte de mon bureau mais ils n’ont pas réussi », a-t-il dit à l’AFP. M. Ford a pu quitter le bureau au bout de deux heures et regagner l’ambassade, selon la même source.

Les ambassadeurs de France et des Etats-Unis avaient irrité Damas en effectuant deux visites séparées le 8 juillet à Hama (centre), qui avait été début juillet le théâtre de deux manifestations monstres contre le président Assad.

A Istanbul, le Conseil national syrien et plusieurs autres importants partis ou personnalités discutent à huis clos à Istanbul pour définir la composition et les instances dirigeantes du principal conseil d’opposition, a déclaré jeudi à l’AFP sa porte-parole Bassma Kodmani.

« Les Frères musulmans, la Déclaration de Damas, des personnalités comme Burhan Ghalioun, les formations kurdes, les indépendants et la Coordination des comités de l’intérieur mènent des discussions préparatoires à huis clos à Istanbul », a déclaré Mme Kodmani jointe par téléphone. « Ces discussions ont pour but de définir la composition complète et les instances de direction du Conseil national syrien ».

Ces discussions précèdent la tenue samedi et dimanche d’une réunion officielle du CNS.

A Strasbourg, le Parlement européen a demandé jeudi la libération immédiate de Rafah Nached, une psychanalyste syrienne de renom arrêtée le 10 septembre à Damas, ainsi que de « tous les prisonniers arrêtés de façon arbitraire ».

26 septembre 2011

Occupy Together

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 23 : 42

Occupy Together header

About OCCUPY TOGETHER

Welcome to OCCUPY TOGETHER, a hub for all of the events springing up across the country in solidarity with Occupy Wall St. As we have followed the news on facebook, twitter, and the various live feeds across the internet, we felt compelled to build a site that would help spread the word as more protests organize across the country. We hope to provide people with information about events that are organizing, ongoing, and building across the U.S. as we, the 99%, take action against the greed and corruption of the 1%.

We will try our best to provide you with the most accurate information possible. However, we are just a few volunteers and errors are bound to occur. Please be patient as we get this site off the ground and populated and please contact us if you have any info on new events, corrections, or suggestions for this site. You can contact us atinfo[at]occupytogether[dot]org.

We will only grow stronger in our solidarity and we will be heard, not just in New York, but in echoes across this nation.

The Occupy Portland Model

We’ve witnessed an exponentially growing list of communities that are banding together with our brothers and sisters on Wall St. by organizing solidarity actions in their cities. This rise in support has been incredibly inspiring and has promoted many of you to become active in organizing an event in your area. Through the enthusiasm and excitement of wanting to show your support you are all working diligently to organize events in a short amount of time. As we have followed some of theses group’s efforts we’ve seen many different approaches to organizing. We’ve also fielded many questions on advice and how to information on effectively organizing. We wanted to feature Portland as an example for those of you would like a model to follow or to take from as they have done a great job joining and organizing efforts in a very short amount of time. Of course, each group dynamic is going to vary and what worked for Portland may not work for you, but at least this will give you an idea of how others are doing it.

A couple of members from Portland filled us in on their process:

Basically it all comes down to networking and extensive planning. The initial construction of the Occupy Portland Facebook group was backed by some pretty frequent tweeting. Once we started getting a huge following, there were more and more discussions popping up on the Facebook group. We were discussing where it should be, what Portland laws were regarding “urban camping”, as well as a number of other concerns. We then held a General Assembly to further organize where were all in consensus with our future actions and demonstration details. After we compiled notes from the GA, we discussed them further on the Facebook group. Once we had the frame work of what everyone wanted and expected we set up a Facebook page and web site to better organize and announce future details.

Occupy Together dans Politique/Societe Screen-shot-2011-09-26-at-9.22.16-AM-300x225

Photo from the Portland General Assembly

Sending messages to those working at Occupy Wall Street was definitely helped us gain notice. People are heavily following #occupywallstreet, #takewallstreet, #usdor, as well as a number of other widely used hash tags. Each tweet sent out would include a tag with a trending tag, my city (#pdx) as well as a link to the facebook group.

Also we paid attention to the amount of followers people had, and mentioned them as well.

Portlanders were watching, so they were bound to jump on board once they knew about a protest here. Nearly all of us are using Twitter, so they used the same approach when spreading the group link around the internet.

Advice using Facebook:

We first started a Group that opened up discussion to hear out everyone’s ideas, concerns and thoughts on how they could help. This was a very important stage in our organizational efforts.

General Assembly:

I think the most important thing for us was using the General Assembly model and making each decision everyone’s decision. This helped us remain unified. Legal assistance, bike deliveries, medics, photographers, people who can stream the protest, and similar topics were brought up. We covered nearly all the bases, and most of us left with a pretty hefty amount of notes. Notes from the General Assembly were posted online on a page for everyone in the Portland group to see.

Legal Advice:

Contact your local National Lawyers Guild early on for legal advice in your area. We are holding a seminar with the National Lawyers Guild so that we can become versed in the proper execution of a demonstration like this. They have confirmed that legal observers will be present durring our demonstration. We are also planning to hold a meeting with them where we discuss the importance of nonviolence and the proper way to conduct oneself in civil disobedience.

Additional Thoughts:

It’s extremely important to make sure extensive preparation goes into a something this big. Some people have certain contacts who would be useful, others are volunteering to do a specific job. It all comes as we address what needs to be seen and done upon Occupation.

We stressed something several times: this needs to remain non-violent. Remaining peaceful helps the overall image of this nationwide movement. If things do become violent, we acknowledge that staying calm only helps the cause. If we have arrests then we will have the footage immediately uploaded. It helps those in NYC by showing that the cops are abusing our rights, and that this thing is nothing like the misleading media says.

Helpful Links: 

nycga.net Find up to date information on the NYC General Assembly.

occupywallst.org News, video feed, forum & chat.

http://nycga.cc/2011/09/24/principles-of-solidarity-working-draft/ Working Draft of the Principles of Solidarity

www.nlg.org National Lawyers Guild

A Really Great Article About Occupy Wall St. In The Guardian

There was a really fantastic article that is making its rounds across the internet as the United States still sits in a media blackout on this topic. It will only be a matter of days, however, that this story spreads wider across the country. Already, many are beginning to hear about what is happening with those who Occupy Wall St. and the ripple effect it is having across the country.

Check out The Guardian article, it’s a good read (and don’t forget to share it with all of your friends).

“We might do well to consider the collapse of the European colonial empires. It certainly did not lead to the rich successfully grabbing all the cookies, but to the creation of the modern welfare state. We don’t know precisely what will come out of this round. But if the occupiers finally manage to break the 30-year stranglehold that has been placed on the human imagination, as in those first weeks after September 2008, everything will once again be on the table – and the occupiers of Wall Street and other cities around the US will have done us the greatest favour anyone possibly can.”

Should National Efforts Unify & Align With A National/International Event?

Brothers and Sisters on Wall St.,

We’ve been busy over at OccupyTogether.org helping people become aware of solidarity events in their area taking place and organizing. There have been many expressing that it would be a good idea to organize a national event in solidarity with Occupy Wall St. so that our voices of support can be heard louder. We would like to communicate with you on Wall St. and see how we can be most supportive of your efforts.

We’ve been discussing this topic here: https://www.facebook.com/topic.php?uid=294421993905616&topic=324

We also have someone who has suggested and will facilitate a national conference call if beneficial. Discussed here: https://www.facebook.com/topic.php?uid=294421993905616&topic=325

Occupy Together would ultimately want the word from those of you on Wall St. before we’ll organize, endorse and promote any national event. At Occupy Together we stand by the developing mission of Occupy Wall St., but we are not representatives for Occupy Wall St.

Please get in touch, we’re able to communicate with many occupying groups at once and would be able to help form a louder voice across the nation.

Solidarity,

Occupy Together

It’s Been a Busy Day

wallstreet dans Politique/Societe

We’ve had a huge response the last couple of days and unfortunately, the blog portion of this site has suffered a bit because of it. We are still trying to get a solid footing as we maintain the webpage, the facebook page, and the twitter feed. What you have seen so far is the product of a three person effort to provide the Occupy community with a space to organize, promote, and support this movement and it’s really been a 24/7 effort to keep things up to date. Luckily, it seems that a lot of you have been willing to lend a hand so that this will become even more efficient. Thank you all for your support so far.

There was a large march in NYC that resulted in an estimated 80 arrests. Many protestors endured police aggression, pepper spray and mace, baton beatings, and harassment during their march this afternoon. Little to no media coverage has been so far, even after such a challenging day. Still, the protestors remain steadfast and determined as the rest of country slowly begins to get word of what is happening.

Many other events, demonstrations, and assemblies were held around the country includingChicago, Atlanta, Denver, Los Angeles, San Diego, and San Jose in solidarity with Occupy Wall St. We hope that these all went well and would love to hear any news about these events that participants have to offer.

We have begun to add pictures on our Photos page from flickr sites. If you have any photos from your events, please contact us with either a .zip/.rar of your photographs or a link to your flickr page.

More downloadable posters have been added as we continue to provide a free mode of distributing information and gaining awareness about this movement. With the media largely silent, we will need to take it upon ourselves to gain numbers and even stronger momentum.

We wish everyone the best as they continue to organize and demonstrate. Stay safe, stay peaceful.

Downloadable Posters are Now Live and Available!

posterThumb1This project and this movement is about mobilizing the masses and nothing is more important than numbers when it comes to a protest’s strength and longevity. That is why we are providing everyone with free downloadable posters, graciously provided by graphic designers around the country, to not only promote this site and efforts down on Wall St. but to help mobilize in other communities, to inspire, to promote, to inform, and to strengthen the occupiers’ efforts. Please, feel free to download these, print them, and start hanging them everywhere.

To all graphic designers out there, if you would like to donate some of your time and energy to this effort, we want to make your work available. Please provide us with a PDF of your poster and we’ll get your poster up ASAP.

Many New Updates Coming In

WOW! The response from this has been overwhelming and so encouraging. Thank you so much for all of the information that all of you have been sending us. We have been making some updates to the site to make the Events more navigable, so bare with us. We’ll be updating as quickly as our fingers move to get all of you the most up to date information. Again, we are going by what organizers within these states are giving us so if you are finding some of the information to be false, please let us know and we’ll get things corrected.

Again, thank you all so very much. Once we get things better organized and updated, maybe we can tackle some of the tougher issues like “making the red seem less angry.”

Growing Support Quickly

Have you been keeping track how quickly new locations and groups are being added and popping up on social media sites?! We are now gathering information on over 35 different events around the world. It’s become pretty apparent to us soon after we launched that we’re going to have to re-think our Events navigation. Please be patient with us as we try to keep updating and create a better solution for organizing the events. Also, keep spreading the word! We’ve grown from 0 to over 400 in less than 24 hours. We want everyone to know just how many of us are standing in support of Occupy Wall St.

Can You Feel It Building?

6160549878_6b0033dd95_b

Photo by Collin David Anderson

As the numbers who currently Occupy Wall St. begin to grow by the day, other events have begun to pop up across America. We felt the excitement this evening as we sat watching the Livestream of what was unfolding in Liberty Square and, as we yearned to be there, we also wanted to take immediate action. So tonight, in a matter of hours, we organized a facebook page which grew with over 200 fans in a matter of 3 hours and this webpage which will act as a hub for all of the events and protests that have begun to grow.

We do this because we understand the power of information, of organization, of solidarity, and numbers. We do this because, as the 99%, we must succeed this time. There is a lot to be gained from all of our conjoined efforts and if we can be just a small link in a much larger chain that rattles across this country, then we are proud to do all that we can.

In the next couple of days this website will evolve and grow and we ask all of you to help us in this process.

In every facet of this movement, we are only beginning.

    occupyMAP

    Ongoing Events

    • Occupy Chicago (Ongoing)
      September 23, 2011
    • Occupy Denver (Ongoing)
      September 25, 2011

    Upcoming Events

    • Occupy Seattle
      September 26, 2011 4:30 pm
    • Occupy Binghamton (First Organizational Meeting)
      September 26, 2011 7:00 pm
    • Occupy Los Angeles
      September 26, 2011 7:00 pm
    • Occupy Boston (First General Assembly)
      September 27, 2011 7:30 pm
    • Occupy Lexington (KY)
      September 29, 2011 12:00 pm
    • Occupy Philly (Planning Meeting)
      September 29, 2011 6:00 pm
    • Occupy D.C.
      October 1, 2011 9:00 am
    • Occupy San Jose
      October 2, 2011 12:00 pm
    • Occupy Houston
      October 6, 2011
    • Occupy Dallas
      October 6, 2011 9:00 am
    • Occupy Portland
      October 6, 2011 12:00 pm
    • Occupy Olympia
      October 7, 2011 3:00 pm

    Recent Twitter Activity

    • Occupy Seattle, Occupy Denver, Occupy Chicago & Occupy Los Angeles will be (or already are) standing in… 
      http://t.co/NMBBGidH
    • From our friend, Damien, who has been one of the protestors who Occupy Wall St.: « The company which owns the land… 
      http://t.co/KlI1l79M
    • We’d like to make something very clear: Occupy Together is not and will not ever ask for ANY financial donations…. 
      http://t.co/ZQvv8Rv8
    • For those of you who have questions on how to effectively organize, Occupy Portland has been able to efficiently… 
      http://t.co/qiWxbt3w
    • Good morning brothers and sisters. Last night we were notified by Facebook that one of our posts had violated… 
      http://t.co/YUOIGQST

    EVENTS

    Le 15 octobre – Tous ensemble pour un changement mondial

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 44

    globalchangechile.png

    Le 15 octobre des gens du monde entier descendront dans les rues et sur les places. De l’Amérique à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, ces personnes se mobilisent pour réclamer leurs droits et exiger une vraie démocratie. Maintenant il est temps de nous réunir dans une protestation mondiale non-violente.

    Le pouvoir en place travaille au profit de quelques-uns en ignorant aussi bien la volonté de la majorité que le prix humain et environnemental que nous payons. Cette situation intolérable doit cesser.

    Unis d’une seule voix, nous allons faire savoir aux politiciens, et aux élites financières qu’ils servent, que c’est à nous, le peuple, de décider de notre avenir.

    Image de prévisualisation YouTube

    Nous ne sommes pas des marchandises entre leurs mains, ni entre celles des banquiers, qui ne nous représentent pas.

    Le 15 octobre nous nous rencontrerons dans les rues afin d’initier le changement mondial que nous voulons. Nous allons manifester pacifiquement, débattre et nous organiser jusqu’à l’obtenir.

    Il est temps de nous unir. Il est temps pour eux de nous écouter.

    Peuples du monde, mobilisez-vous le 15 Octobre!

    Occupy! Manchester – 2nd October Tory Party Conference

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 29

    Occupy Manchester | 21.09.2011 08:33 | Public sector cuts | Social Struggles | Sheffield
    href= »http://uriniglirimirnaglu.unblog.fr/files/2011/09/occupymanchester.jpg » title= »occupymanchester.jpg »>occupymanchester.jpg
    After the ‘March for the Alternative’ in London on March 26th, thousands of people joined the TUC ‘Birmingham for the Alternative’ march on the Lib Dem conference on Sunday September 18th. There was a wide range of trade union participation, especially from public sector unions who recently announced a new wave of national strikes for November 30th. Student activists were also present, with a banner drop by the National Campaign against Fees and Cuts reminding conference delegates of Nick Clegg’s broken promises of opposing rises in tuition fees.

    Plans for a third TUC demonstration, the Manchester ‘March for the Alternative’, are underway for the first day of the Conservative Party conference on October 2nd. Tens of thousands are expected to march past the conference centre and the ‘ring of steel’ around it, protesting against an agenda of cuts and austerity for the benefit of the rich. A coalition of anarchists, socialists, trade union activists, student unions and democracy campaigners, dubbed Occupy! Manchester, are also calling for an occupation of Albert Square, outside Manchester Town Hall, to create an assembly of protest on the doorstep of the Tory’s conference, and a place for real debate and discussion about the alternatives.

    Plans for occupations and assemblies in Britain have been inspired by the large and vibrant student protests that took place last winter and by the popular demonstrations elsewhere. In New York, people’s assemblies were held on Wall Street on September 17th, the occupation there is on-going with a 24 hour camp in Liberty Plaza. a ‘March to Brussels’ has so far reached Paris. In London, another national student demonstration has been called for November 9th.

    Occupy Manchester
    e-mail: occupymcr@gmail.comhttp://www.occupymanchester.org/

    Global Revolution Site

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 17

    http://www.livestream.com/globalrevolution?utm_source=lsplayer&utm_medium=embed&utm_campaign=footerlinks

    Robert Hastings: Unidentified Aerial Object Sighted During October 2010 Nuclear Missile Incident

    Classé dans : Etrange — uriniglirimirnaglu @ 5 : 16

    http://www.prnewswire.com/news-releases/robert-hastings-unidentified-aerial-object-sighted-during-october-2010-nuclear-missile-incident-124199869.html

    TAOS, N.M., June 20, 2011 /PRNewswire-USNewswire/ — On October 23, 2010, F.E. Warren Air Force Base in Cheyenne, Wyoming temporarily lost the ability to communicate with 50 of its Minuteman III missiles. The five Missile Alert Facilities responsible for launching those ICBMs—Alpha through Echo, comprising the 319th Strategic Missile Squadron—would have been unable to do so during the period of the disruption.

    This dramatic story was leaked to Mark Ambinder, a contributing editor at The Atlantic, which published it three days later. The U.S. Air Force then quickly acknowledged the problem, saying that a back-up launch system could have performed the task and claiming that the breakdown had lasted a mere 59 minutes.

    However, the latter statement was untrue, according to two missile technicians stationed at F.E. Warren, who say that the communications issue, while intermittent, actually persisted over several hours.

    Significantly, these same individuals report sightings by « numerous teams » of an enormous, cigar-shaped craft that maneuvered high above the missile field on the day of the disruption. The huge UFO appeared similar to a World War I German Zeppelin but had no passenger gondola or advertising on its hull, as would a commercial blimp.

    The confidential Air Force sources also report that their squadron commander has warned witnesses not to talk to journalists or researchers about « the things they may or may not have seen » in the sky and has threatened severe penalties for anyone violating security. Consequently, these persons must remain anonymous at this time.

    The disquieting information was provided to noted researcher and author Robert Hastings who, over the past seven months, has interviewed law enforcement and civilian eyewitnesses to ongoing UFO activity near F.E. Warren’s ICBM sites betweenSeptember 2010 and April 2011. Hastings has just published a detailed exposé on these developments titled, « Huge UFO Sighted Near Nuclear Missiles During October 2010 Launch System Disruption, » which may be read at:

    http://www.theufochronicles.com/2011/06/huge-ufo-sighted-near-nuclear-missiles_19.html

    (The article can also be located at The UFO Chronicles homepage by placing its title in the Google « Site Search » box.)  

    The October 23rd missile incident occurred less than a month after Hastings’ September 27, 2010 UFO-Nukes Connection press conference at the National Press Club in Washington D.C., during which seven U.S. Air Force veterans discussed UFO incursions at nuclear weapons sites during the Cold War era. CNN streamed that event live; a full-length video is at:

    http://www.youtube.com/watch?v=3jUU4Z8QdHI

    According to the veterans, including two retired colonels, the still-classified incidents involved the sudden appearance of a mysterious aerial craft that briefly hovered over ICBM sites and sometimes disrupted the missiles’ guidance and control systems; during one December 1980 case, a disc-shaped UFO sent down laser-like beams into a nukes storage depot.  

    The witnesses said that they felt compelled to speak out about the reality of UFO activity at nuclear weapons sites and urged the U.S. government to finally reveal the facts to the American people.  

    Regarding the recent situation at F.E. Warren AFB, Hastings emphasizes, « My sources have not said that the UFO sighted during the October 23, 2010 missile-communications disruption actually caused it. And it must be noted that the Air Force’s Global Strike Command has officially attributed the problem to an improperly-replaced circuit card in a weapons-system processor. »

    He adds, « Nevertheless, the intermittent presence of a huge, cigar-shaped aerial craft during the hours-long—not minutes-long—crisis was definitely noted and remarked upon by various technical teams working in the base’s missile field. »  

    Hastings concludes, « The UFO sightings near F.E. Warren’s missile sites in recent months—by Air Force personnel and civilians—represent the latest chapter in the UFO-Nukes Connection saga. Its well-documented history, as revealed in declassified U.S. government files and military eyewitness testimony, extends back to December 1948. Countless official denials about the reality of the situation have been issued over the years but, sooner or later, this amazing story will break wide open. What we need now is a courageous government whistleblower to come forward with the facts, and some daring journalists willing to treat the story seriously and write about it. »  

     

    SOURCE Robert Hastings

    Illuminati Inspect Every Hollywood Script

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 14

    August 22, 2011 sur :

    http://www.henrymakow.com/aspen.html


    v.jpegDETECTING AND UNDERSTANDING ILLUMINATI INTERFERENCE

    left, a scene from « V is for Vendetta » — « The most blatantly honest Illuminati project I have yet viewed. »

    by Aspen
    (The author is a former professional movie critic.)
    (henrymakow.com) 

    The Illuminati exert influence in popular visual media to an extraordinary extent. Every major film script that is in pre-production mode is submitted to key Illuminati subordinates whose role is to assess the script for potential alterations or insertions. These changes may be major or minor, depending on the material of the script.
     
    Additionally, these subordinates comprise a tightly managed think tank which surveys the progress of Illuminati propaganda in global societies. The members make decisions about which themes are ready for further amplification in popular media. Then, detailed descriptions of desired creative projects are handed down to a further subordinate (but not necessarily knowledgeable) group of highly skilled writers, who create the scripts for these projects.
     
    Different projects are created to target different sectors of the global population. That may seem logically obvious, but it’s worth stating. Grossly blatant Illuminati messages are more often couched in films of excessive violence, sexual content, outright weirdness, and so on, in order to distract viewers from the fact that external ideas are being inserted forcefully into their minds. 

    Actually, that’s not quite right:  excessive violence, and such, activates a psychological openness to the receiving of ideas. The explanation for this is that once a viewer makes the decision to ACCEPT the violence and the sex, and so on, his or her mind remains open to the ideas that the film is meant to insert into their minds.
     
    SUBTLE INFLUENCES

    Very often,  the decision is made not to insert any open messages into film projects. This is due to two very simple rules:  too much openness exposes the process; and, gradual influence is far more powerful and effective in the long run. In the event that no open messages are going to be inserted, two other options remain which still allow for gradual influence to build.
     
    The first is Signature Symbology. The Illuminati have, over time, generated a huge set of symbols and visual icons which, in partnership with the more blatant messages, exert an impressive (some would say frightening) measure of influence on public thought. 

    These are the Signatures of Illuminati interference in a project. When viewers see a symbol inserted into a film, this event draws up memories of past encounters with that symbol, and of any messages or themes attached to that symbol. 

    This is often what some people call an « unconscious » or « subliminal » process. I call it « unreflective », for the simple reason that most people are just not paying any attention to the influences that affect them deeply. 

    Of course everyone wants to leap on the « Illuminati eye » as a blatantly repetitive symbol these days. That’s a misguided judgment, and I’ll get to that part soon. An example of a less obvious Signature Symbol is the gargoyle. Any film or other production featuring even brief glimpses of gargoyles is announcing that it has the Illuminati stamp of approval.
     
    The second option is influence over the music attached to a project. Film music – well, music in general – holds a powerful influence over viewers and listeners. Similar musical themes across various projects excite unreflective (or subliminal) memories even more deeply than do visual symbols. 
     
    One of the tactics of the Illuminati is to present a large set of what we could call Distraction Symbols. The very name « Illuminati » is itself a Distraction Symbol. Distraction Symbols are meant to occupy the attention of both the mildly curious thinkers and the overly excitable conspiracy theorists. 

    Oftentimes, Distraction Symbols are in fact genuine signature symbols, but the publicly presented meanings of these symbols are well-planned and tightly controlled propaganda. The meanings of Distraction Symbols have been either completely falsified or else skewed just enough to push amateur analysts in the wrong directions.
     
    Let’s ask some questions. What do the Illuminati wish to accomplish? What do the subordinate participants in Illuminati projects wish to accomplish? What are the major themes the Illuminati focus on presenting? Why have they selected these particular themes?
     
    WHO ARE ILLUMINATI?
     
    There is no actual body of persons calling themselves the Illuminati. There DOES exist an actual body of persons telling everyone to CALL them « the Illuminati », but this is not what they call themselves. Nor is their character equal to the propaganda they have sponsored that purportedly describes « the Illuminati ».
     
    mcteigueninja1.jpgThe most blatantly honest Illuminati project I have yet viewed is V for Vendetta, directed by James McTeigue, left,   starringNatalie Portman and Hugo Weaving. By the way, all three of these people are key production elements in major and obvious Illuminati film projects. (McTeigue also directed The Matrix (1999); Matrix Reloaded (2003) Star Wars – Attack of the Clones (2002)
     
    This film was set in Great Britain, but it contains multiple Illuminati admissions of direct responsibility for events which have already occurred in the United States, and in the U.K., including both the destruction of the Twin Towers and the subway bombings in England. There are also announcements of future plans. Civil war in the U.S. is a feature element, as is the use of viral infection, over nuclear warfare, to reduce the population. To paraphrase: « Nuclear war is irrelevant in a world where a virus can destroy an entire population while leaving its treasures intact.

    There is a scene in V for Vendetta where the central figures of the film, a man dressed in black and wearing a smiling mask (a Guy Fawkes mask, you can look it up, or watch the film), and a woman named Evie (after Eve, the symbolic Mother of Humankind), perform the following exchange:
     
    Evie:  How strange that I suddenly see your face everywhere…. I don’t understand.
    V:  What?
    Evie:  How you can be one of the most important things that has ever happened to me, and yet I know almost nothing about you. I don’t know where you were born, who your parents were, if you had any brothers or sisters… I don’t even know what you really look like.
    V:  There is a face beneath this mask, but it’s not me. I am no more that face than the muscles beneath it, or the bones beneath that.
     
    This is Illuminatis’ admission that their public representation of themselves is a very deliberate sham. They have intended all along to keep their membership, their ultimate intentions, and their core character as hidden as necessary. Therefore, if we examine what they present in overly forceful ways, we can discover what they are not. Conversely, if we examine their more subtle touches, we can discover what they are willing to admit to – that is, what they MUST admit to, in order to build the future they have planned for Humanity.
     
    Here we come to the issue of SEEDING. This is it. This is what Illuminati influence in public media is all about. The Illuminati are – like it or not – causing and controlling change, globally, but they are not doing that only by means of instigating economic crises and violent international conflicts.
     
    The Illuminati are seeding the public with notions that gradually grow larger and more influential over time. They did it with Feminism; they did it with flexi-sexuality; they are doing it with anti-religion and with child sexualization now. They do this because the future society they have planned must be structured differently from what we all know now. A different structure requires citizens with different thinking who will accept that structure.
     
    To be Continued Tomorrow


    Black Swan – Hollywood Preaches Satanism 

     

    REVIEWED AND RECOMMENDED


    Comments for « Illuminati Inspect Every Hollywood Script « 

    J Doe said (August 25, 2011):
    I’m not to impressed with this article at all. It’s very general and the term « Illuminati » has become a generic label that is almost meaningless. Who owns and runs the media? Jews (elite) do, so there isn’t anything mysterious about who is actually behind this mass manipulation via Hollywood or other mainstream sources. Just like the Bolshevik « revolution », the civil rights « movement », and the Fabian socialism used to change American values by way of entertainment, it all leads back to the Zionist Jews.

    They want a watered-down society and preach their message of tolerance and equality because it weakens our nation and strengthens their hand. Then you have The Order, who is responsible for dumbing down the American educational system, which has left the populace fat and ripe for social engineering. These two groups combined have done quite a number on all of us.

    Watch a few episodes of the hit cable television series « True Blood » for a massive dose of New World Order propaganda. That show attacks Christianity constantly, pushes the acceptance of homosexuals and their lifestyle and portrays anyone who thinks contrary to these views as stupid and hateful.

    The sex and violence are available in ample quantities as the real message is preached to the mindless masses. At this point the whole thing (lower level) happens all on its own. There isn’t any need to direct the writers and producers, they have been brainwashed and will churn out this garbage all on their own because it sells. Just as the masses police themselves and take part in group think so do the pseudo-intellectuals of Hollyweird, all the while congratulating themselves on their «  »creative genius ».

    I’m not saying that specific scripts aren’t written and produced to purposely set us up for future atrocities, only that the pool of « talent » doesn’t have to be molded or convinced to do their master’s will at this point.

    Let’s face it, America is done, the world is on a crash coarse with prophetic destiny and no man can stop this onslaught.


    NN said (August 23, 2011):
    A lot more could be said, but it would be quite unlawful. V has been badly burned, and tells Mr. Creedy that beneath his mask is more than flesh and blood, beneath his mask is an idea… and ideas are bulletproof.

    “The Vision and the Voice, the attainment of the grade of Master of the Temple was symbolized by the adept pouring every drop of his blood, that is his whole individual life, into the Cup of the Scarlet Woman, who represents Universal Impersonal Life. There remains therefore (to pursue the imagery) of the adept “nothing but a little pile of dust.” In a subsequent vision the Grade of Magus is foreshadowed; and the figure is that this dust is burnt into “a white ash,” which ash is preserved in an Urn. It is difficult to convey the appropriateness of this symbolism, but the general idea is that the earthly or receptive part of the Master is destroyed. That which remains has passed through fire; and is therefore, in a sense, of the nature of fire. The Urn is engraved with a word or symbol expressive of the nature of the being whose ash is therein. The Magus is thus, of course, not a person in any ordinary sense; he represents a certain nature or idea. To put it otherwise, we may say, the Magus is a word. He is the Logos of the Æon which he brings to pass.” –Aleister Crowley, Liber 73, the Urn (See V for Vendetta by brother Alan Moore for further instruction on this matter.)

    « Every people has the prophets it deserves; the credulous cowardly ice-cream-soda idealist is best left with the illiterate illuminati, rascally Rosicrucians, magpie mediums, parrot psychics, and cockroach clairvoyants with whom they feel at home. One cannot initiate imbeciles. » -Aleister Crowley

    Frater Abaris, aka Goethe, wrote down the five points of the pentagram which are in this film written, but who will understand their horror? In the beginning was the true demon and I created it to appear to be the deception. False images are necessary for the recognition of Truth.

    And for any brethren who read this, The Master of the Temple, is the fly caught in the web…

    In L.V.X.,
    Frater IATTADOG 9=2 A.’.A.’.

    Histoire du « Nouvel Ordre Mondial »

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 36


     

     

    par Pierre Hillard 

    Pierre Hillard retrace l’histoire d’un courant idéologique qui imprime sa marque aux actuelles tentatives de regroupement d’Etats au sein de blocs régionaux et tente de les orienter vers une forme de gouvernance mondiale. Son objectif n’est pas de prévenir les conflits, mais d’étendre la puissance financière et commerciale du monde anglo-saxon. Il théorise et revendique le projet d’un « Nouvel ordre mondial » érigé sur les ruines des Etats-nations. 
    Bien sûr, il ne s’agit pas d’assimiler tous les efforts visant à mettre fin aux divisions nationales à une volonté de domination. Mais il est indispensable d’étudier ce projet de globalisation politique afin de ne pas le laisser transformer l’idéal de l’unité humaine en un cauchemar totalitaire. 

    RÉSEAU VOLTAIRE | PARIS (FRANCE) | 21 FÉVRIER 2010  

    ITALIANO  ESPAÑOL  

     

     

    Réunis à Londres, le 2 avril 2009, autour de la reine Elizabeth II, les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 plus grandes puissances du monde ont envisagé de créer un directoire économique mondial. 

    Avec la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens, l’élection d’Herman van Rompuy à la présidence du Conseil européen et de Catherine Ashton comme Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le 19 novembre 2009, marque un tournant décisif dans les ambitions mondialistes. L’Union européenne (l’UE) se voit dotée progressivement d’un visage politique et d’un « numéro de téléphone » pour reprendre l’expression d’Henry Kissinger. Certes, de nouveaux réglages — une forme de rodage — s’avèrent nécessaires afin de véritablement asseoir cette union régionale. En effet, des rivalités continuent à perdurer entre le président du Conseil européen, le président de
    la Commission européenne et la présidence tournante de six mois. Cette situation agace profondément l’administration Obama [
    1]. Cependant, dotée de la personnalité juridique et d’une complète primauté du droit européen sur le droit national, l’Union européenne peut prétendre (réussir ?) devenir un acteur de la scène internationale. Il serait faux d’affirmer que cette nouvelle vocation se fera dans une complète indépendance par rapport au reste du monde. En fait, les élites européistes soutenues par l’oligarchie financière avancent en liaison et en communion d’esprit avec toutes les autres formes d’unions régionales en cours d’élaboration sur la planète. 

    En effet, l’Union européenne n’est qu’une composante d’un vaste programme conduisant à l’émergence de blocs continentaux dotés chacun d’une monnaie, d’une citoyenneté, d’un parlement unique, etc ; l’ensemble de ces blocs étant appelé à constituer une gouvernance mondiale. Nous pouvons relever les unions régionales suivantes en formation : 

     

     La Communauté Economique Eurasiatique (CEEA ou Eurasec pour Eurasian Economic Community)  [2] : créée en octobre 2000 et réunissant plusieurs pays de l’ancien bloc soviétique (Russie, Kazakhstan, Biélorussie, …), elle poursuit l’objectif de créer une union douanière [3] à partir de 2010 avec l’idée d’une monnaie régissant l’ensemble appelé « evraz » [4] ou « euras » ou encore « eurasia » (le nom de cette monnaie peut encore changer) [5]. 

     L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) [6] : créée en mai 2008, elle entend passer d’une logique sub-régionale à une identité régionale en fusionnant en une seule organisation le Mercosur et
    la Communauté andine, c’est-à-dire en réunissant tous les Etats du continent sud-américain (à l’exception de
    la Guyane française, et des îles britanniques Sandwich et Malouines). L’idéal poursuivi est de réussir la mise sur pied d’un parlement, d’une monnaie unique [
    7] et d’une citoyenneté commune. L’UNASUR entretient des liens privilégiés avec son modèle européen dans le cadre d’une assemblée parlementaire euro-latino américaine appelée EUROLAT [8]. 

     

     Le Système d’intégration centre-américain (SICA) [9] : créé en décembre 1991, ce groupe de pays centre-américains poursuit les mêmes objectifs cités ci-dessus, en particulier la création d’une monnaie unique suite au 33è congrès tenu à San Pedro Sula (Honduras) en décembre 2008. 

     

     

     Le lancement de « l’Organisation de l’Unité Africaine » (OUA) [10] en 1963 a permis de passer à la vitesse supérieure, à partir des années 1999-2000, avec la création de l’Union Africaine (l’UA, à Durban en juillet 2002) et du « Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique » (NEPAD) [11]. Les objectifs (commission, parlement panafricain, cour africaine des droits de l’homme, etc) se calquent sur le modèle européen [12]. 

     

     Le Conseil de coopération du Golfe (Golf cooperation council, GCC)  [13] : créé en 1981, il tend à une union de plus en plus étroite entre les Etats du Golfe (Bahrein, Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirat arabes unis). Une monnaie commune est prévue vers 2010/2011. Le nom avancé par certains est « Khaleeji ». Cependant, même si le principe d’unité monétaire est retenu, l’appellation de cette monnaie n’est pas assurée [14]. 

     

     Une union asiatique prend forme sous l’égide de trois acteurs principaux : le Japon (CEAT, Council on East Asian Community),
    la Chine (NEAT, the Network of East Asian Think Tank) et
    la Corée du Sud (EAF, the East Asia Forum). Depuis le 1er janvier 2010,
    la Chine et l’Asean (sigle anglais pour « Association des nations du Sud-Est asiatique) ont lancé la plus grande zone de libre-échange au monde, à laquelle se sont joints
    la Corée, le Japon, l’Australie et
    la Nouvelle-Zélande. Elle doit permettre « d’accélérer ce processus de régionalisation » comme se plaît à le dire Xu Ningning, le secrétaire général du Conseil économique Chine-Asean [
    15]. 

     

     Une union Nord-américaine a été lancée en mars 2005 au Texas (Waco) entre les chefs d’Etat états-unien, canadien et mexicain dans le cadre du PSP (Partenariat pour
    la Sécurité et la prospérité) [
    16]. L’objectif déclaré est d’aboutir, théoriquement au cours de l’année 2010, à l’instauration d’un périmètre politique, économique et militaire unifié entre les trois Etats [17]. Une unité monétaire appelée « amero » ou « dollar nord-américain » (la désignation de cette nouvelle monnaie n’est pas assurée) doit remplacer le dollar US et canadien ainsi que le peso mexicain [18]. Cette mutation passe par un effondrement du dollar et, par ricochet, du système financier et monétaire mondial. Cette crise systémique globale (politique, financière, monétaire et géopolitique) se renforce en ce début de l’année 2010 afin de favoriser l’arrivée de ce nouvel ordre mondial tant désiré par les thuriféraires du système. 

     Enfin, il est prévu théoriquement pour 2015 l’instauration d’un bloc euro-atlantique unifié politique, économique et militaire [19]. Nous pouvons signaler que le Parlement européen a adopté une résolution, le 26 mars 2009, traitant de « l’état des relations transatlantiques après les élections qui ont eu lieu aux Etats-Unis ». Cette résolution a le mérite de rappeler tous les accords politiques, économiques et militaires conclus de part et d’autre des rives de l’Atlantique afin d’aboutir à une union transatlantique [20]. 

     

    Cette liste ne serait pas complète sans évoquer un événement majeur passé sous silence par la presse française. En effet, lors du sommet de l’Aquila en Italie (8-10 juillet 2009), les chefs d’Etat ont traité divers dossiers (crise économique, climat, …). Cependant, lors d’une rencontre avec les journalistes, le président russe Medvedev s’est plu à présenter un prototype de monnaie mondiale sous la forme d’une pièce fabriquée en Belgique sur laquelle était gravée en anglais « unité dans la diversité » [21]. Cette présentation constitue un tournant majeur. Pour la première fois, un chef d’Etat a présenté un exemplaire d’une monnaie en mesure d’être la référence unique de l’humanité toute entière [22]. Ce geste complète les propos d’Herman van Rompuy qui, lors de son discours de remerciements après sa nomination au poste de président du Conseil de l’Union européenne, n’a pas hésité à prononcer ces paroles lourdes de sens : « 2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l’instauration du G20 en plein crise financière » [23]. 

    Cette affirmation — juste de la part d’un partisan de la gouvernance mondiale — doit nous amener à réfléchir et à nous poser la question suivante : comment en est-on arrivé là ? En effet, la description de ces diverses unions régionales plus ou moins avancées dans le cadre d’une autorité unique — avec éclatement interne des Etats qui les composent [24] — n’est pas le fruit du hasard. En fait, cette mutation résulte d’un très long travail de fond de la part des oligarchies financières [25] et de groupes élitistes politiques dans le cadre de think tanks ou de fondations. 

    L’oligarchie anglo-saxonne et ses princes 

    Le public francophone est malheureusement ignorant des vrais acteurs de la politique mondiale, ces derniers exerçant leurs talents plus dans les coulisses que sur la scène politicienne. Pour mieux comprendre la situation désastreuse dans laquelle les défenseurs de la cause nationale se trouvent en ce début de XXIè siècle, il est nécessaire de rappeler dans ses grands traits le rôle éminemment important de la puissance financière et aristocratique anglo-saxonne. Celle-ci a toujours constitué un Etat dans l’Etat. On peut situer sa prise du pouvoir suite à l’instauration de la « Grande Charte » du 15 juin 1215. Après la défaite du roi Jean Sans Terre d’Angleterre, le 27 juillet 1214 à Bouvines face au roi Philippe Auguste, les barons anglais ont arraché des privilèges politiques et financiers. Désormais, la couronne britannique est obligée de composer et de collaborer avec une caste qui allie force, puissance financière et ambitions commerciales. Dès cette époque, une élite avide, revendicatrice et orgueilleuse est née. Elle est à l’origine de l’existence de ces groupes de pressions (ou lobbies) qui, par des voies aussi diverses que la finance, le renseignement ou les médias, exercent des pressions sur le pouvoir politique. Ce dernier dépendant largement d’appuis et de monnaie sonnante et trébuchante pour son maintien au pouvoir est dans l’obligation absolue de tenir compte des avis et des conseils émanant de cette caste. Les think tanks (« instituts de recherche » ; la traduction est cependant impropre), fondations et groupes élitistes sont la suite logique d’un état d’esprit élitiste et mercantile. Ces cénacles sont devenus les centres incontournables d’une minorité active conditionnant l’avenir du monde anglo-saxon puis, de proche en proche, de l’univers entier. Contrairement à la conception politique française qui soumet toute activité à celle de l’Etat, ces organisations politico-commerciales ne dépendent plus d’une autorité nationale. Très tôt, elles ont exercé leurs talents. Dès le Moyen-Âge, des compagnies comme les London Staplers, les London Mercers Company ou encore
    la British East India Company (
    la BEIC au 17è siècle) ont été les fers de lance de l’impérialisme britannique. Ainsi, l’aristocratie commerciale s’est transmises le flambeau de la conquête et de la maîtrise des richesses de génération en génération. « Toujours plus » pour reprendre une expression de François de Closets. 

    La défaite française en Amérique du Nord conduisant au Traité du 10 février 1763 peut être considéré comme l’acte de naissance de la montée en puissance de l’oligarchie britannique. En effet, la perte de
    la Nouvelle France donne à
    la Couronne britannique tout un continent aux richesses inouïes et presque vide d’habitants. L’incapacité de la monarchie française à peupler ces vastes territoires et à les intégrer à la sphère de la civilisation gréco-romaine fait basculer tout cet espace sous la coupe anglo-saxonne. Mâtinées d’un tour d’esprit messianique, les élites conquérantes américaines en liaison avec leurs homologues britanniques sont prêtes à imposer leur modèle au monde entier. Après les guerres de
    la Révolution et la défaite de Napoléon I en 1815, la puissance anglo-saxonne n’a plus de rival sur les mers. Puissance démographique, peuplement de vastes territoires en Amérique du Nord, en Afrique australe, en Australie et en Nouvelle-Zélande, contrôle de points stratégiques partout dans le monde (Gibraltar, Hong Kong, …), mainmise de territoires sur presque tous les continents, technologie de pointe et secteur bancaire performant permettent à ces aristocraties commerciales de Londres et de New-York de rêver à un contrôle du monde sous les auspices de
    la City et de Wall Street. Un homme a été la figure de proue de cet idéal : Cecil Rhodes. 

    Cecil Rhodes (1853-1902) [26

    Ce grand défenseur de l’Empire britannique émigre en Afrique australe où sa personnalité et ses qualités intellectuelles hors normes lui permettent de faire fortune dans le diamant. Il est à l’origine de la création de l’industrie diamantaire De Beers en liaison et avec l’appui de Nathaniel Mayer Rothschild (1840-1915). Sa fortune colossale lui ouvrant les portes de la colonie britannique, Cecil Rhodes pose les jalons permettant à l’Etat Sud-africain (dominion de l’Empire britannique) de prendre forme quelques années après sa mort en 1910. Son influence financière et politique lui permet de contrôler des territoires à qui il donne son nom :
    la Rhodésie. Divisés plus tard en Rhodésie du Nord et Rhodésie du Sud, ces Etats sont devenus
    la Zambie et le Zimbabwe. Cependant, sa grande idée coloniale est de réaliser une immense voie de chemin de fer partant du Cap jusqu’au Caire. Dans sa défense de l’Empire britannique, les voies de communications constituent un enjeu capital pour la mise en valeur des richesses de toute sorte. Le développement des voies de communications (sous toutes ces formes [
    27]) est le passage obligatoire pour le bon fonctionnement de tout Empire. Ce précepte est d’une très grande actualité en ce début de XXIè siècle [28]. Les voies de communications constituent les artères irriguant l’empire commercial et politique. 

     

    Cecil Rhodes (1853-1902) 

    Au-delà du bon fonctionnement de l’Empire britannique, un idéal supérieur taraude Cecil Rhodes. En effet, convaincu de la supériorité de la « race » anglo-saxonne, il conçoit une politique afin d’assurer cette prééminence : l’union de tous les pays anglo-saxons ou, plus exactement, l’instauration d’un bloc réunissant l’Empire britannique et les Etats-Unis d’Amérique. L’ensemble doit constituer pour lui le socle permettant la naissance d’un Etat mondial animé des principes et de la philosophie de l’aristocratie commerciale anglo-saxonne. Afin d’y parvenir, il estime nécessaire de recruter des personnalités supérieures au sein des universités qui, animées du même idéal, seront soutenues pour occuper les postes clefs et aussi divers que l’économie, la finance, l’armée, l’éducation, le renseignement ou encore le journalisme. Ainsi, pareil à un corps d’armée, ces différentes personnes véritables jésuites du mondialisme convergeront vers le même but afin de former les esprits dans leurs pays respectifs tout en développant les structures politico-économiques conduisant à l’émergence de cet Etat commercial mondial. Dans son esprit, cette ambition titanesque et de très longue haleine passe par la création des « bourses d’études Cecil Rhodes » (Rhodes Scholarships). Cecil Rhodes n’a pas eu le temps de voir la concrétisation de cet idéal de son vivant. Ce n’est qu’en 1904 que ses proches collaborateurs lancent les premières bourses d’études portant son nom à l’université d’Oxford. Le sociologue français, Auguste Comte, disait que « les morts gouvernent les vivants ». Cette formule peut largement s’appliquer à Cecil Rhodes. Ses concepts ont forgé le monde du XXè siècle et du début XXIè siècle. Sans tous les citer, nous pouvons relever parmi les bénéficiaires des bourses d’études Cecil Rhodes : le Premier ministre australien Bob Hawke (1981/1993) ; James Wolsey, directeur de
    la CIA (1993/1995) ; Wesley Clarke, patron de l’OTAN au cours de la décennie 1990 et acteur majeur de la destruction de
    la Yougoslavie en mars 1999 ; le président Bill Clinton (promotion 1968) ou encore James William Fullbright (sénateur de l’Arkansas et grande figure de la politique états-unienne) [
    29]. 

    La politique de Cecil Rhodes n’aurait pas pu prendre l’ampleur que l’on sait sans l’action de ses proches collaborateurs. Là aussi, nous ne pouvons pas citer la liste fort conséquente à la lecture d’Anglo-American Etablishment de Carroll Quigley. Les hommes entourant Cecil Rhodes se caractérisent par un fait majeur ; ils occupent les secteurs clefs de la société britannique dans la deuxième moitié du XIXè siècle [30]. Ils ont déterminé l’avenir du monde d’une manière implacable. Dans cette longue liste, nous retiendrons trois personnages. 

     

    Alfred Milner (1854-1925) 

    Une des figures de proue, successeur et fils spirituel de Cecil Rhodes s’appelait Alfred Milner (1854-1925, appelé aussi Lord Milner). Parmi ses nombreuses activités comme par exemple directeur de
    la London Joint Stock Bank, il fut le chef du cabinet de guerre du Premier ministre Lloyd George durant le conflit de 1914-1918. Durant cette guerre mondiale, un événement déterminant pour les générations futures se joua en novembre 1917. En effet, la « Déclaration Balfour » (Arthur James Balfour, homme politique britannique) affirmait sous l’égide du gouvernement britannique la reconnaissance d’un foyer juif en Palestine. Cette reconnaissance fut officialisée directement par une lettre adressée à Walther Rotschild qui était un intermédiaire avec le mouvement sioniste en Grande-Bretagne. En réalité, le véritable rédacteur de cette déclaration était Alfred Milner. Comme l’explique Carroll Quigley, la « Déclaration Balfour » devrait en fait s’appeler la « Déclaration Milner » [
    31]. 

    Philipp Kerr (1882-1940, devenu lord Lothian) fut le secrétaire privé de Lloyd George. Autant dire qu’il était au cœur des échanges politiques autour du Premier ministre anglais et était une courroie de transmission pour l’ensemble du « groupe Milner » [32]. Par la suite, il fut ambassadeur du Royaume-Uni à Washington. 

    Enfin, nous pouvons évoquer Lionel Curtis (1872-1955). Outre sa participation aux travaux du Traité de Versailles, il est l’auteur de l’expression « Commonwealth of nations » dont l’application date de 1948. Comme le révèle Carroll Quigley, cette expression est le résultat de travaux dont le but était de préparer l’Empire britannique aux mutations politiques conduisant à une organisation mondiale. Ces travaux appelant à un Commonwealth remontent à 1916 [33]. Enfin, précisons que Lionel Curtis a joué un rôle déterminant, en 1919, dans la création duthink tank anglais, le Royal Institute of International Affairs (RIIA appelé aussi Chatham House). 

    La compréhension de la mécanique mondialiste se doit d’être étudiée comme un immense puzzle. Il faut passer en revue chaque pièce de ce puzzle puis ensuite les réunir afin d’avoir une vue d’ensemble. C’est pourquoi, nous passons à un autre pan du système en rappelant au lecteur qu’il doit conserver à l’esprit ces différents éléments afin de reconstituer ensuite le tout. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut comprendre la « Bête ». 

    La société fabienne (Fabian society) [34

    La société fabienne [35] est un institut qui a vu le jour à Londres en 1884 sous l’impulsion de politique anglais comme Sydney Webb (1859-1947) et de son épouse, Béatrice Webb, ou encore de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw (1856-1950). L’avant-garde de cette société se fit sous l’influence de promoteur du socialisme comme Robert Owen (1771-1858) [36] qui transmit ses idées à John Ruskin (1819-1900, professeur à l’université d’Oxford [37] et qui influença Cecil Rhodes) [38]. D’autres personnes imprégnées d’un idéal socialiste chrétien comme Frederik Derrison Maurice (1805-1872) ont posé les jalons au cours du XIXè siècle ouvrant la voie à la fondation de la société fabienne. Le choix de « fabien » (fabian) s’explique puisqu’il se réfère au général romain de l’époque des guerres puniques (vers – 200 av – JC), Fabius Cunctator (c’est-à-dire le « temporisateur »). Face au général carthaginois Hannibal, le militaire romain pratiquait la politique de guérilla qui consistait à ne pas brusquer les choses afin d’atteindre son but. C’est cette méthode de changement en douceur mais implacable qui est la marque de fabrique de la société fabienne. Celle-ci défend le principe d’une société sans classe devant conduire à la synthèse du socialisme (l’Etat providence) et du capitalisme (les lois du marché), le tout devant aboutir à la mise en forme d’une économie monopolistique dans un cadre étatique mondial. Afin de répondre aux ambitions de cette société, ses dirigeants estiment qu’il faut y aller pas à pas ou, selon leur expression, par « graduation ». L’influence de cette société est immense car de nombreux politiques anglais ont été membres de la société fabienne [39]. Cependant, cette influence a été d’autant plus importante que cette société a été à l’origine de la création de
    la London School of Economics (LES) en 1895 sous l’impulsion de Sydney Webb. Cette prestigieuse école de formation économique qui s’est diversifiée par la suite a formé, dans un esprit fabien, des générations de dirigeants anglais, mais aussi de nombreux étudiants de part et d’autre de la planète. Ceux-ci sont souvent devenus par la suite des acteurs majeurs de la vie politique et économique de leurs pays. Ainsi, l’ancien président de
    la Commission européenne, Romano Prodi ; le président John Kennedy ; la reine du Danemark Margarethe II ; Pierre Trudeau (Premier ministre canadien) ; le lobbyiste et membre de plusieurs think tanks Richard Perle (« le prince des ténèbres ») ; le financier George Soros (fondateur des instituts Open Society) ; l’ancien conseiller de François Mitterrand, Erik Orsenna et même le chanteur des Rolling stones, Mike Jagger (il n’a fait qu’un an ! [
    40]), ont fréquenté les bancs de cette école. Cette dernière grâce à l’action de la société fabienne a contribué au formatage de nombreux esprits de part le monde. Cependant, l’influence de cette société a été variée, entre autres grâce à l’action d’un de ses membres, l’écrivain Herbert George Wells (1866-1946). 

     

    H.G. Wells (1866-1946) 

    Imprégné de l’idéal fabien, H.G Wells a su développer ses vues dans de nombreux livres. Auteur à succès comme L’Homme invisible, 
    La Machine à remonter le temps ou encore 
    La Guerre des mondes, cet écrivain anglais a su répandre ses convictions dans un ouvrage paru en 1928,Open conspiracy(« conspiration ouverte ») [
    41] , prônant un Etat mondial sans classe, contrôlant tout (« une nouvelle communauté humaine » selon son expression), encourageant la réduction drastique de la population mondiale et la pratique de l’eugénisme. En fait, dès le début, H.G Wells a présenté ses théories dans un ouvrage méconnu et dont le titre correspond exactement à la formule maçonnique Ordo ab chao : 
    La Destruction libératrice. Paru en 1914, cet ouvrage raconte l’histoire d’une guerre généralisée aboutissant à la création d’un Etat mondial constitué en 10 blocs (« 10 circonscriptions » selon la formule de l’auteur [
    42]). C’est dans ce livre – rappelons-le paru en 1914 – que l’on retrouve l’expression « Nouvel ordre mondial » [43]. Par la suite, H.G Wells a récidivé en publiant un livre en 1940 au titre sans équivoque : Le Nouvel ordre mondial [44]. 

    Tous ses représentants fabiens fréquentaient et collaboraient de près ou de loin avec l’équipe de Cecil Rhodes puis de Lord Milner. Un véritable esprit de corps en faveur d’un but commun, un Etat mondial, animait ces différentes personnes. Ces élites anglo-saxonnes, qui ne sont que la suite logique de ces aristocraties commerciales du Moyen-Âge, ont continué à rassembler leurs forces au sein d’autres clubs comme
    la Pilgrim Society en 1902 à Londres et à New York [
    45]. La vitesse supérieure fut atteinte, en 1910, avec la création de
    la Round Table. 


    La Round Table et ses « enfants » [46

    La création de
    la Round Table [
    47], qui n’est finalement que l’héritière d’un passé multiséculaire de traditions mystiques, financières et élitistes, fut une étape décisive dans les préparatifs devant mener à un Etat mondial. En effet, sous l’impulsion de Lord Milner et de ses proches, cet institut haut de gamme fut créé en liaison avec les élites financières américaines afin d’assurer la prééminence du monde anglo-saxon devant aboutir à la création d’un Etat mondial. D’autres Round Tables furent créées dans tous les dominions de l’Empire britannique mais aussi aux Etats-Unis. Prenant la suite des ambitions de Cecil Rhodes, des financiers de renom encadraient l’équipe de Lord Milner comme Alfred Beit (1853-1906), Sir Abe Bailey (1864-1940) et la famille Astor. D’autres groupes se sont ajoutés au berceau du mondialisme animée par
    la Round Table : J.P Morgan [
    48], la banque Lazard ou encore les familles Rockefeller et Whitney [49]. 

    Avant de continuer dans l’étude des « bonnes œuvres » de
    la Round Table, il s’avère nécessaire de faire le point suivant. Ces grandes familles du mondialisme, même animées par une finalité commune, n’en sont pas moins déchirées par des dissensions internes. On peut en relever essentiellement deux. La première est aussi vieille que le monde ; elle s’appelle rivalités internes. Les rivalités d’ambitions et d’ambitieux cherchant plus de pouvoir, plus d’influence et plus de richesses afin d’occuper les meilleurs places ont émaillées l’histoire de cette aristocratie commerciale. Ce phénomène est aussi vieux que l’histoire humaine. En revanche, le deuxième point est propre à
    la Round Table. En effet, sous l’apparente unité de vue se cachent deux courants de pensée. Dans les deux cas, ces courants poursuivent le même but : l’Etat mondial. Cependant, dans un cas, un courant défend le principe de la constitution d’un bloc anglo-saxon unifié (Empire britannique associé aux Etats-Unis) ; ce socle anglo-américain représentant la colonne vertébrale permettant au reste du monde de s’y agréger. Dans le deuxième cas, l’autre courant estime qu’il n’est pas nécessaire de privilégier la naissance d’un Empire anglo-saxon comme point d’ancrage à un monde unifié. Il prône plutôt l’émergence d’un monde où aucun pays ne serait en mesure d’imposer sa loi ou sa philosophie politique. Il s’agit pour les tenants de la deuxième voie de créer une sorte de « purée » générale unifiant l’humanité entière en un seul bloc et sans distinction aucune. Nous avons là l’opposition entre les tenants du mondialisme anglo-saxon à celui des partisans du mondialisme planétarien. 


    La Première Guerre mondiale fut une bascule d’un monde à un autre. Même s’il n’est pas possible d’évoquer dans le détail le rôle essentiel des élites anglo-américaines durant ce conflit [50], nous pouvons relever la mission déterminante du suédois Olof Aschberg (1877-1960) à la tête de la banque Nya Banken de Stockholm. Il fut le grand financier servant d’intermédiaire entre les élites de Wall Street et de
    la City d’un côté et les dirigeants bolcheviques de l’autre. Son surnom était le « banquier de
    la Révolution mondiale ». Comme le rappelle Antony Sutton, la banque d’Olof Aschberg avait une filiale à Londres,
    la Bank of North Commerce, dont le président Earl Grey appartenait tout simplement à l’équipe de Cecil Rhodes et de Lord Milner [51]. Ce dernier joua aussi un rôle capital au sein de l’oligarchie anglo-saxonne. En effet, outre son activité susmentionnée, c’est Lord Milner qui sut convaincre le Premier ministre Lloyd George de soutenir fermement la révolution bolchevique. Cette évolution capitale pour l’avenir du monde s’est faite suite à la visite à Londres, à la fin de l’année 1917, de William Boyce Thompson (1869-1930) accompagné d’un représentant de JP Morgan, Thomas W. Lamont (1870-1948) [52]. Membre du comité directeur de
    la Banque fédérale US (
    la Fed), W.B Thompson fut un agent au service de l’oligarchie au sein de
    la Croix-Rouge états-unienne présente à Petrograd en 1917. Cette couverture lui permit de fournir entre autres la somme énorme pour l’époque d’un million de dollars aux bolcheviques [53]. Sur le chemin du retour vers New York, il fit une halte à Londres pour soumettre un mémorandum à Lloyd George appelant au soutien de la révolution bolchevique. Lord Milner, grand admirateur de Karl Marx, ne fit qu’appuyer William Boyce Thompson dans sa démarche afin de faire plier Lloyd George. La révolution bolchevique n’aurait pas pu voir le jour sans l’action déterminante de l’oligarchie commerciale anglo-américaine [54]. 

    La fin de
    la Première Guerre mondiale s’ouvrit sous les auspices des puissances commerciales anglo-saxonnes victorieuses et d’une France humainement et financièrement exsangue. Le Traité de Versailles n’assura pas la sécurité de
    la France face à une Allemagne amoindrie et dépendante largement des prêts anglo-saxons accordés à son économie. La paralysie de
    la France face aux grands argentiers anglo-saxons s’aggrava lorsque ces derniers accordèrent des prêts via les plans Dawes (1924) et Young (1928) qui, tout en plaçant l’économie allemande sous la dépendance des banques londoniennes et new-yorkaises [
    55], furent déterminants dans le renforcement de la puissance industrielle germanique. En effet, de gigantesques combinats de l’acier et de la chimie, indispensables pour faire la guerre, virent le jour (IG Farben et Vereinigte Stahlwerke) au cours de la décennie 1920. La défaite française en 1940 trouve son origine en partie à l’action des financiers anglo-saxons en faveur du redressement économique et technique de l’Allemagne (en particulier l’acier, l’essence synthétique et le caoutchouc) [56]. 

     

    Colonel Edward Mandell House (1854-1938) 

    Parallèlement à cette politique, les élites anglo-américaines décidèrent de préparer dès les années 1918-1919 une mutation de
    la Round Table. En effet, pour des raisons de plus grande efficacité, il fut décidé de créer deuxthink tanks de part et d’autre des rives de l’Atlantique chargés d’être les moteurs de la politique étrangère des deux pays. Côté anglais, ce fut la création en 1919 sous l’égide de Lionel Curtis et collaborateur de Lord Milner du Royal Institute of International Affairs (RIIA, appelé aussi Chatham House) [
    57]. C’est ce même Lionel Curtis qui prônait un Commonwealth fédératif capable peu à peu d’intégrer différents pays du globe [58]. Ces objectifs étaient défendus aux Etats-Unis par Clarence Streit (1896-1986) [59], correspondant du New York Times auprès de
    la Société des Nations (bourse d’études Cecil Rhodes, promotion 1920) et le représentant états-unien du « groupe Milner », Frank Aydelotte [
    60]. Côté américain, il fut créé le Council on Foreign Relations (CFR) [61]en 1921 sous l’égide d’un personnage central, le colonel Edward Mandell House (1854-1938). Conseiller intime du président Wilson [62], ce personnage fut la plaque tournante entre le groupe Milner et les « grands » de Wall Street (JP Morgan, Vanderlip, Rockefeller, Warburg, …). Dans cette liste incomplète, nous pouvons relever le nom important de Paul Warburg qui fut à la tête de la réserve fédérale US (
    la Fed) dès sa création en 1913. Cette banque privée, indépendante du pouvoir central et responsable de l’émission monétaire [
    63], est un Etat dans l’Etat. Or, c’est le même Paul Warburg qui dirigea le CFR dès sa création. Nous avons affaire à un enchevêtrement de responsabilités de premier ordre au sein de l’oligarchie anglo-saxonne d’autant plus que nous serons obligé d’évoquer encore Paul Warburg dans le paragraphe suivant consacré à
    la Paneurope. 

    L’action du colonel House est à compléter en citant une œuvre maîtresse dans la mystique mondialiste, son livre intitulé Philip Dru, administrator  [64]. Ecrit en 1912, cet ouvrage évoque un coup d’Etat par un officier de West Point (Philip Dru) qui impose une dictature aux Etats-Unis tout en supprimant la constitution du pays. A l’instar de Lord Milner, le colonel House n’hésite pas à évoquer ses convictions profondes en affirmant que son héros met en place « un socialisme tel que l’aurait rêvé Karl Marx ». Il évoque même dans le chapitre 52 l’idéal d’unification de tout le bloc Nord-américain. C’est chose acquise depuis le lancement officiel du projet à Waco au Texas en mars 2005 comme nous le présentions au début de ce texte. Force est de constater que ces élites ont annoncé la couleur des événements il y a plus de cent ans. La toile mondialiste a su renforcer son influence grâce à la naissance d’un institut appelé à jouer un rôle de premier plan dans la construction européenne :
    la Paneurope. 


    La Paneurope, tremplin du mondialisme 

    La création de
    la Paneurope est due à l’action d’un aristocrate autrichien née d’une mère japonaise, Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972). L’objectif déclaré de Coudenhove était d’empêcher les horreurs de
    la Première Guerre mondiale de se reproduire. Cette intention louable n’était que l’arbre qui cachait la forêt. En effet, très tôt, Coudenhove indiqua clairement la direction prise par son mouvement en élaborant un rapport à
    la SDN présenté en 1925. Son but était d’unifier l’Europe afin de l’intégrer dans le cadre d’une organisation politique mondiale unifiée. Pour cela, il évoquait dans son rapport la nécessité de créer des « continents politiques », l’ensemble devant constituer une fédération de fédérations dans la pensée de l’auteur [
    65]. Ses affirmations fédéralistes rejoignent largement celles de la société fabienne. Continuant sur sa lancée, Coudenhove organise en 1926 le premier congrès paneuropéen à Vienne sous l’égide de son président d’honneur, le président du conseil Aristide Briand (1862-1932) [66]. C’est lors de ce congrès réunissant plusieurs nationalités [67] qu’il fut décidé de choisir un hymne européen, l’Ode à la joie de Beethoven [68], qui est devenu par la suite l’hymne de l’Union européenne. Les objectifs de
    la Paneurope sont clairement affichés dans le cadre des « Principes fondamentaux » qui stipulent entre autres : « (…) L’union paneuropéenne se déclare attachée au patriotisme européen, couronnement des identités nationales de tous les Européens. A l’époque des interdépendances et des défis mondiaux, seule une Europe forte et politiquement unie peut garantir l’avenir de ses peuples et entités ethniques. L’union paneuropéenne reconnaît l’autodétermination des peuples et le droit des groupes ethniques au développement culturel, économique et politique (…) » [
    69]. 

     

    Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972) 

    Au cours de
    la Seconde Guerre mondiale, R. de Coudenhove-Kalergi réfugié aux Etats-Unis put enseigner dans le cadre d’un séminaire — Research for a postwar european federation (« recherche pour une fédération européenne d’après-guerre ») — favorable au fédéralisme européen à
    la New York University. De retour en Europe en 1946, il contribua largement à la création de l’Union parlementaire européenne permettant par la suite la création, en 1949, du Conseil de l’Europe [
    70]. Renforçant son influence sur tous les Etats, cette organisation européenne chapeaute des représentations nationales chargées de diffuser l’idéal de son fondateur [71] qui, après avoir reçu en 1950 la plus haute distinction européiste le Prix Charlemagne [72], a passé le relais à Otto de Habsbourg en 1972 puis à Alain Terrenoire. 

    On peut mieux comprendre l’impact de
    la Paneurope en s’intéressant au nerf de la guerre : l’argent. Les sources de financement de cet institut expliquent les profondes connivences de son dirigeant avec les autres acteurs du mondialisme. En effet, outre des mécènes industriels et financiers, R. de Coudenhove-Kalergi bénéficia du soutien du banquier Max Warburg, représentant de la banque allemande à Hambourg. Comme nous l’avons vu ci-dessus, son frère Paul (la branche états-unienne) était à la tête de
    la Fed et du CFR. On comprend tout de suite que R. de Coudenhove-Kalergi eut carte blanche pour coopérer avec les milieux financiers de Wall Street et leurs homologues londoniens. Cette connivence entre le fondateur de
    la Paneurope et les autres milieux mondialistes était d’autant plus grande que Max Warburg était membre du comité directeur d’IG Farben Allemagne tandis que son frère, Paul Warburg, était membre de la branche US d’IG Farben [
    73]. 

    L’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, comme l’explique Antony Sutton, s’explique par les nombreux soutiens des industriels et financiers anglo-saxons via leurs homologues allemands. Dans cette affaire, le directeur de
    la Reichsbank, Hjalmar Schacht (1877-1970), fut un intermédiaire de première main. Son action fut d’autant plus profonde qu’il fut le ministre de l’Economie du IIIè Reich de 1934 à 1939. Le relèvement économique de l’Allemagne dû à son action permit à Hitler de poursuivre une politique qu’il n’aurait jamais pu exercer sans la remise à niveau du pays. De tels méfaits auraient dû le conduire à la peine de mort lors du procès de Nuremberg. Il n’en fut rien puisqu’il fut acquitté. En fait, Hjalmar Schacht était lié fortement à l’aristocratie commerciale anglo-saxonne. Son père, l’Etats-unien William Schacht, avait travaillé 30 ans au sein de la filiale d’Equitable Life Assurance de Berlin [
    74]. Son fils était donc dès sa naissance dans le sérail du système mondialiste. Ceci est encore plus renforcé lorsqu’on sait que Hjalmar Schacht était depuis 1918 au comité directeur de
    la Nationalbank für Deutschland (« Banque nationale d’Allemagne »), au côté du banquier Emil Wittenberg qui était en même temps membre du comité directeur de la première banque soviétique créée en 1922,
    la Ruskombank [
    75]. Celle-ci était dirigée par le banquier suédois … Olof Aschberg [76] précédemment vu. Pour continuer dans le tournis, nous pouvons préciser que le directeur de la section étrangère Ruskombank, l’Etats-unien Max May [77], était le vice-président de Guaranty Trust Company, une filiale d’un des piliers de Wall Street, JP Morgan [78]. Dans cette affaire, un haut représentant américain de Wall Street travaillait donc au sein de l’élite bancaire soviétique. Pour compléter le tout, la collaboration d’Hjalmar Schacht avec ce milieu était renforcée par ses liens d’amitié avec le patron de la banque d’Angleterre Norman Montagu. On comprend mieux qu’Hjalmar Schacht [79] n’ait pas été vraiment inquiété au lendemain de
    la Seconde Guerre mondiale. 

    Le soutien apporté par cette aristocratie commerciale et apatride anglo-saxonne au communisme, au nazisme ainsi qu’à la prise du pouvoir par Franklin Delano Roosevelt [80], relaté dans la trilogie Wall Street d’Antony Sutton, était aussi des formes d’expériences de laboratoires agissant dans un cadre local (Union soviétique, Allemagne nazie et Etats-Unis [81]). Sous une appellation différente, Antony Sutton en conclut que ces idéologies, appelées diversement « socialisme soviétique », « socialisme collectif » (pour le national-socialisme) et « socialisme de la nouvelle donne » (New Deal), n’étaient que des mises en forme d’un socialisme monopolistique ; idéal d’organisation qui doit désormais voir le jour à l’échelle planétaire dans le cadre du « nouvel ordre mondial ». La guerre de 1939-1945 résultant de tout ce travail d’arrière-fond permit le basculement vers un autre monde ; l’instauration de deux blocs apparemment antagonistes obéissant parfaitement au principe hégélien de la thèse et de l’antithèse. Cependant, ces deux mondes étant irrigués par les mêmes sources financières, il était possible de poser les jalons devant permettre la réalisation de l’Etat mondial. 

    L’après 1945, des lendemains qui chantent 

    Au lendemain de
    la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons relever trois dates essentielles dans l’immédiate après-guerre : 1946 ; 1947 et 1948. C’est le Premier ministre britannique, Winston Churchill qui a relancé l’idée d’unification de l’Europe dans un discours prononcé à Zürich, le 19 septembre 1946. En effet, il n’hésita pas à affirmer : « Il nous faut édifier une sorte d’Etats-Unis d’Europe » [
    82]. Ces propos ravirent Richard de Coudenhove-Kalergi qui était soutenu par Churchill. Le fondateur de
    la Paneurope s’activant de son côté à la relance de l’idéal européen exposa l’histoire de son oeuvre et des projets à accomplir dans un ouvrage intituléJ’ai choisi l’Europe. Dans ce livre, Coudenhove bénéficia de la préface de … Winston Churchill. 

     

    Winston Churchill (1874-1965) 

    La deuxième étape avec la réunion à Montreux en Suisse, en août 1947, constitue un passage décisif vers le renforcement des fondations de l’Etat mondial en préparation. En effet, divers représentants européens [83] et états-uniens [84] acquis aux principes d’un fédéralisme mondial se sont accordés pour créer deux instituts, sous l’égide du juriste suisse Max Habicht [85], dont l’efficacité se fait largement sentir : le « Mouvement fédéraliste mondial » (World federalist movement, WFM) et l’ « Union des fédéralistes européens » (Union of European Federalists, UEF). 

    Le WFM a présenté sa magna carta, lors de la réunion de Montreux, favorable à l’établissement de principes clefs afin d’instaurer un Etat mondial à base fédérative. Force est de constater que 63 ans après leurs formulations, leurs vœux sont largement exaucés. Il est, en effet, affirmé que « Nous, fédéralistes mondiaux, sommes convaincus que la création de la confédération mondiale est le problème capital de notre temps. Tant qu’il n’aura pas été résolu, toutes les autres questions — nationales ou internationales — resteront sans réponses valables. Ce n’est pas entre la libre entreprise et l’économie dirigée, le capitalisme et le communisme qu’il s’agit de choisir, c’est entre le fédéralisme et l’impérialisme ». Dans la foulée, cette Déclaration propose entre autres les principes suivants : « limitation des souverainetés nationales » avec « transfert à
    la Confédération des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire », « création d’une force armée supra-nationale » ; en précisant en particulier ce fait d’une très grande actualité en ce début de XXIè siècle qu’ « une juste perspective fédéraliste doit intégrer les efforts faits sur les plans régional et fonctionnel. La formation d’unions régionales (ndlr : souligné par nous) — dans la mesure où elles ne constituent pas une fin en soi et ne risquent pas de se cristalliser en blocs — peut et doit contribuer au bon fonctionnement de
    la Confédération mondiale ». A la fin de cette Déclaration, il est précisé de favoriser la création d’une « Assemblée constituante mondiale » [
    86]. 

    Parallèlement à la création du WFM, l’Union des fédéralistes européens (UEF) vit le jour à Montreux. Cependant, des travaux d’avant-garde avaient déjà préparé le terrain. En effet, sous l’influence de
    la Paneurope de R. de Coudenhove-Kalergi, il fut fondé en 1934 Europa Union défendant l’idéal d’une Europe unifiée selon le principe fédéral et inspiré du modèle suisse [
    87]. Quatre ans plus tard, en novembre 1938, fut créée sous l’influence des fabiens Lord Lothian et Lionel Curtis, Federal Union [88]. Cette dernière est une branche de l’UEF au même titre que le sont les différentes « filiales » française (l’UEF France), allemande (Europa Union Deutschland), italienne (UEF Italie) etc. Précisons que, pareil au principe des poupées russes, l’UEF est une branche du World Federalist Movement (WFM) [89]. Par conséquent, nous avons là un institut européen oeuvrant en faveur du fédéralisme et qui épouse en même temps les travaux du WFM mais à l’échelle planétaire. Pourquoi est-il si important d’évoquer la mission de l’UEF ? Cet institut fédéraliste est dirigé par l’Anglais Andrew Duff, député au Parlement européen sous l’étiquette des « démocrates libéraux » [90]. Il est membre aussi du European Council on Foreign Relations (l’ECFR, « Conseil européen des relations étrangères ») [91] créé en 2007 [92], jumeau européen du CFR états-unien fondé en 1921. Andrew Duff est aussi celui qui, en collaboration étroite avec
    la Fondation Bertelsmann et le député autrichien Johannes Voggenhuber, a permis la relance du projet de constitution européenne après l’échec des référendums français et hollandais en 2005 [
    93]. Le Traité de Lisbonne n’aurait pas pu voir le jour — du moins plus difficilement — sans l’appui et les convictions d’Andrew Duff. Par ailleurs, force est de constater que l’influence outre-tombe d’un Cecil Rhodes et d’un Lord Milner s’est faite sentir lors de l’élaboration de la constitution européenne (dite « Constitution Giscard » prélude au Traité de Lisbonne) en 2003-2004. En effet, le « groupe Milner » et les fabiens ont toujours été favorables à l’unification de l’Europe à condition que cela se fasse sous direction anglo-saxonne. Au cours des deux guerres mondiales, les tentatives d’unité européenne sous direction allemande, puissance terrestre, ne pouvaient pas être acceptées par Londres et par Washington car la thalassocratie anglo-saxonne se retrouvait exclue des affaires du vieux continent. Richard de Coudenhove-Kalergi l’avait parfaitement compris à la lecture de son discours en 1950. Par conséquent, il est utile de s’intéresser au secrétaire général chargé de téléguider les travaux de la « Constitution Giscard », l’Anglais John Kerr. Son Curriculum vitae révèle qu’il est à la tête d’une compagnie pétrolière,
    la Royal Dutch Shell, et qu’il a été aussi ambassadeur de Grande-Bretagne aux Etats-Unis. Ses liens avec l’aristocratie commerciale anglo-saxonne révèlent aussi qu’il est membre du comité directeur chargé du recrutement des élites dans le cadre des « bourses d’études Cecil Rhodes » [
    94]. Comme on peut le constater, la réussite de l’entreprise mondialiste est une affaire de temps ; mais ils y arrivent. 

    Enfin, le Congrès de
    la Haye (7-10 mai 1948) sous la présidence d’honneur de Winston Churchill et réunissant près de 800 militants pro-européens [
    95] a posé les premiers fondements d’une Europe unifiée. La figure de proue de ce Congrès fut le secrétaire général Joseph Retinger (1888-1960). Les vrais acteurs de l’histoire sont souvent dans les coulisses. C’est le cas de Retinger travaillant au service du CFR et du RIIA dont l’action fut déterminante dans le développement des structures mondialistes [96


    Réunion du Groupe de Bilderberg (Bruxelles, juin 2000) 

    Bilderberg, New age et Trilatérale 

    La première réunion du Bilderberg eut lieu au Pays-Bas à Oosterbeck en mai 1954. Il est convenu que l’appellation de ce groupe élitiste résulte du nom de l’hôtel où résidaient les intervenants. Cependant, certains doutes persistent. Il n’empêche que sa création est due largement à l’action de Joseph Retinger même s’il faut y ajouter des « huiles » du mondialisme comme l’incontournable David Rockefeller (président du CFR, de
    la Chase Manhattan Bank, …). Les bilderbergers représentent la « crème de la crème » du sérail politique, économique et financier du monde atlantiste. Les médias occidentaux n’évoquent que très rarement leurs réunions et diffusent encore moins des reportages [
    97]. Les règles d’organisation et d’intervention des participants se calquent directement sur celles régissant le Royal Institute of International Affairs (RIIA, principe appelé « règle de Chatham House »). Là aussi, la famille Rhodes et Milner a laissé des traces. En fait, ces élites au sein du Bilderberg conditionnent largement la marche des affaires politiques, économiques et financières. Le cas du Belge Etienne Davignon est particulièrement frappant. Vice-président de
    la Commission européenne de 1981 à 1985, il est le grand pacha de ce groupe élitiste. Or c’est lui qui a invité l’homme politique belge Herman van Rompuy a passé un oral pour le poste de président du Conseil européen à pourvoir devant les représentants du Bilderberg, le 12 novembre 2009, en particulier devant l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, à Val Duchesse dans la banlieue de Bruxelles [
    98]. En gros, il fallait savoir si Herman van Rompuy était capable d’être utile au système. L’oral a dû se passer correctement puisqu’il fut retenu … bon pour le service. 

     

    Prince Bernhard van Lippe-Biesterfeld (1911-2004) 

    Le choix du premier président du Bilderberg, le prince Bernhard (1911-2004), par Joseph Retinger et ses affiliés ne relève pas du hasard. En effet, ce prince allemand était au début des années 1930 membre de
    la SS, plus précisément, membre de
    la Reiterkorp SS (cavalerie) ainsi que membre du Farben Bilder, une filiale d’I.G Farben. Marié en 1937 à l’héritière du trône des Pays-Bas, la princesse Juliana, sa fille la reine Béatrix est une active participante des réunions du Bilderberg. Le passé plus que trouble du prince Bernhard et sa nomination à la direction du Bilderberg étaient aussi une manière de le tenir. En effet, il est plus facile de téléguider une personne vers des buts bien définis à partir du moment où il traîne des « casseroles ». Le choix de ce prince allemand naturalisé hollandais était sûrement d’une grande importance car il fut utilisé dans un autre secteur. Nous devons aborder un sujet tenant à cœur les théoriciens du mondialisme : l’écologie. 

    La protection légitime de la faune et de la flore prend un tour déréglé sous l’action des partisans du nouvel ordre mondial. En effet, la dérive des esprits conduit à une divinisation de la nature propre au mouvement new age. C’est le principe de « gaïa » identifié à la « terre-mère » [99]. De nombreux instituts propagent ce tour d’esprit philosophique en particulier le WWF (World Wild Fund for nature), institut promouvant la protection de la nature. Sa création en 1961 est due au travail de personnages membres du sérail mondialiste. 

    En effet, nous devons évoquer les frères Aldous et Julian Huxley. Aldous Huxley est l’auteur d’un livre prophétique, Le Meilleur des mondes, paru en 1931 et qui est un véritable programme politique mondialiste sous une apparence de roman fiction. Evoquant un Etat mondial composé d’une humanité soumise et hiérarchisée suite à des manipulations génétiques, son auteur passa sa vie à faire usage des drogues les plus diverses afin d’atteindre une « forme de mysticisme ». Ces délires caractérisant ce milieu touchèrent aussi son frère, Julian Huxley, partisan de l’eugénisme et qui devint le premier président de l’UNESCO (éducation, science et culture) en 1946. Cette tournure d’esprit propre aux frères Huxley est due à l’influence du grand-père paternel, Thomas Huxley (1825-1895). Ce biologiste farouche défenseur des principes darwiniens [100] transmit ces concepts à ses petits-fils qui surent en faire profiter le monde entier. Ajoutons que le réseau et les liens unissant la famille mondialiste sont vraiment étroits puisqu’un des étudiants de Thomas Huxley s’appelait … H.G Wells [101]. 

    Ce passage de relais de génération en génération permet de mieux comprendre cette permanence du mondialisme ainsi que sa montée en puissance. Nous pouvons désormais relier l’action passée de ces hommes à la fondation du WWF en 1961. En effet, sa création est due à Julian Huxley [102]. Le WWF contribue à répandre cet idéal panthéiste et constitue une des branches d’action du mondialisme. Est-ce un hasard d’apprendre que le premier président du WWF fut le dirigeant du Bilderberg, le prince Bernhard [103] (président de 1962 à 1976). D’autres présidents se sont succédés à la tête du WWF comme John Loudon qui fut comme John Kerr président de la compagnie pétrolière,
    la Royal Dutch Shell. Ce conglomérat pétrolier anglo-hollandais est une des pépinières du nouvel ordre mondial. Précisons aussi que le Prince Philippe, époux de la reine d’Angleterre Elisabeth II, dirigea le WWF de 1981 à 1996. 

     

    David Rockefeller, Sr. (1915-…) 

    Nous pouvons ajouter à cette liste d’acteurs issue d’une longue tradition politico-commerciale, le rôle de
    la Trilatériale. Créée en 1973 par 
    David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski (membres du CFR), ce dernier est le mentor du président Obama. Cet institut regroupe trois zones géographiques économiquement développées : l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon. Rappelant l’appui de Français comme Simone Veil, Robert Marjolin, Raymond Barre ou encore Hubert Védrine, Brzezinski ajoute que les Etats sont « face à des problèmes de plus en plus partagés — financiers, économiques et stratégiques — et qu’ils sont de moins en moins en mesure de régler, sans au moins se concerter plus étroitement, dans leur propre intérêt et dans celui du reste du monde ». Afin d’affronter ces défis, l’auteur précise même que
    la Trilatérale a été à l’origine de la création du G7 [
    104]. Les accointances de
    la Trilatérale avec le monde industriel et le monde des think tanks sont avérés en particulier avec le réseau politique transatlantique (le TPN) [
    105]. En effet, le président de la branche européenne de
    la Trilatérale, Peter Sutherland, est aussi le président de la branche européenne du TPN. Cet Irlandais fut aussi le patron de Goldman Sachs qui régit en sous-main la politique économique du président Obama et, entre autres, commissaire à la concurrence de 1985 à 1989 sous la présidence de Jacques Delors [
    106]. Petite cerise sur le gâteau, Peter Sutherland est aussi le directeur de l’école fabienne
    la London School of Economics [
    107]. Le tour du propriétaire sera complet en ajoutant que John Kerr — que nous avons vu ci-dessus — est aussi membre de
    la Trilatérale Europe [
    108]. 

    Comme nous pouvons le constater, les élites politiques et économiques convergent depuis longtemps vers l’édification d’un ordre mondial unifié [109]. Cependant, le tour ne serait pas complet si on n’évoquait pas les déclarations des autorités de l’Eglise catholique. 

    Une Eglise catholique au service du nouvel ordre mondial 

    Que l’on soit croyant ou pas, l’étude des principes animant une Eglise doit se faire avec objectivité. Il faut étudier les préceptes qu’elle défend et observer si les propos et les actions qu’elle mène sont en conformité ou pas avec son corps de doctrine. Dans le cas de l’Eglise catholique, le concept défendu depuis 2000 ans s’appuie sur la primauté de Dieu sur l’homme. Les Ecritures et
    la Tradition constituent le socle intouchable, le dépôt de la foi selon les termes consacrés, définies par le successeur de saint Pierre, le pape. L’homme marqué du péché originel doit se conformer à une autorité supérieure et obéir à l’ensemble des préceptes défendus par l’Eglise catholique. Ces principes sont immuables. Quand on n’est pas d’accord avec ces principes, on quitte l’Eglise catholique. C’est le cas des multiples Eglises protestantes. Cependant, un changement fondamental s’est produit avec le concile Vatican II (1962-1965). Ce concile est le résultat d’un long courant de réflexions animant de nombreux hommes d’Eglise mais aussi hors de l’Eglise dès le XIXè siècle. Après un long combat entre les défenseurs de
    la Tradition et les progressistes ; ces derniers ont pu imposer leur vision lors de la grande réforme de Vatican II. Pour ces partisans, il s’agit d’adapter l’Eglise aux multiples innovations politiques, techniques et sociales marquant l’évolution du monde. Pour les défenseurs de
    la Tradition, c’est tout l’inverse. C’est au monde de s’adapter aux principes de l’Eglise. Cette humanisation de l’Eglise passant par la promotion des droits de l’homme et sa collaboration avec les instances internationales ont été clairement affichées en 1963 dans l’encyclique du pape Jean XXIII, Pacem in terris [
    110]. Rappelant les progrès de la science et des techniques conduisant à « intensifier leur collaboration et à renforcer leur union » au sein du genre humain ; il s’agit de renforcer le « bien commun universel » que les Etats ne peuvent plus assurer selon l’encyclique. C’est pourquoi, le document ajoute en toute logique que « De nos jours, le bien commun universel pose des problèmes de dimensions mondiales. Ils ne peuvent être résolus que par une autorité publique dont le pouvoir, la constitution et les moyens d’action prennent eux aussi des dimensions mondiales et qui puisse exercer son action sur toute l’étendue de la terre. C’est donc l’ordre moral lui-même qui exige la constitution d’une autorité publique de compétence universelle ». 

    Souhaitant que ce « pouvoir supranational ou mondial » ne soit pas instauré de force, l’encyclique approuve la Déclaration des droits de l’homme de 1948 en dehors de quelques objections. Elle ajoute que « Nous considérons cette Déclaration comme un pas vers l’établissement d’une organisation juridico-politique de la communauté mondiale » [111]. 

    Ce changement de direction de l’Eglise catholique est la marque de fabrique de tous les papes depuis Vatican II. Lors de son message de Noël en 2005, Benoît XVI a encouragé les hommes à s’engager « dans l’édification d’un nouvel ordre mondial » [112] . 

    Il est donc tout à fait logique que Benoît XVI ait appelé à l’instauration d’une « autorité politique mondiale » dans son encyclique Veritas in caritate [113] en juillet 2009. Rappelant l’interdépendance mondiale, le pape appelle à « l’urgence de la réforme de l’Organisation des Nations Unies comme celle de l’architecture économique et financière internationale en vue de donner une réalité concrète au concept de famille des nations (…) » [114]. 

    Vers une assemblée parlementaire mondiale 

    La création de grandes unions politiques régionales régies par des lois communes constituant les différentes composantes de l’Etat mondial se doit d’être représentée au sein d’une assemblée unique. C’est tout l’enjeu de « l’Assemblée parlementaire des Nations Unies » (l’APNU) [115]. Cette ambition est la suite logique des rêves d’unification du monde défendue par les théoriciens du mondialisme (fabiens et consort). Rien ne surgit au hasard. Les événements, les personnages et les instituts du passé produisent leurs fruits conduisant à parachever l’édifice babélien. Par conséquent, l’action du WFM (World Federalist Movement), dont nous avons vu la création en 1947 à Montreux, poursuit tout logiquement le travail qui est le sien. Ainsi, le WFM est à l’origine, en 1992, de l’élaboration du premier grand document appelant à l’établissement d’une Assemblée parlementaire mondiale au sein des Nations Unies : The case for a United Nations Parliamentary Assembly (« L’objet d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies ») du Canadien Dieter Heinrich [116]. De nombreux travaux et conciliabules se sont déroulés par la suite au sein du sénat canadien, du parlement européen, lors du Forum du Millénaire en 2000 à New York, du 12è congrès de l’Internationale socialiste etc, pour enfin aboutir à la création en septembre 2003 au « Comité pour une ONU démocratique ». Nous sommes obligé de donner la version en allemand car, comme nous allons le voir, les autorités politiques allemandes jouent un rôle de premier plan : Komitee für eine Demokratische UNO (KDUN) [117]. 

    Le KDUN est la figure de proue au sein d’un comité exécutif [118] oeuvrant en faveur d’un Parlement mondial. En effet, ses travaux sont secondés par un autre institut déjà mentionné, le WFM. A cela, il faut ajouter « 
    la Société des peuples menacés » (Gesellschaft für bedrohte Völcker), institut allemand oeuvrant en faveur de l’émancipation des groupes ethniques et qui travaille main dans la main avec l’UFCE (l’Union Fédéraliste des Communautés Ethniques Européennes) [
    119] et une ONG anglaise, le 2020 Vision Ltd [120]. 

    Le KDUN dont le siège est à Berlin annonce la couleur en précisant dans ses statuts sa volonté de construire une société cosmopolitique et favorisant les intégrations continentales [121]. Au sein du comité directeur, on trouve des représentants issus des mondes politiques et scientifiques. Il est intéressant de souligner que tous les courants politiques allemands sont présents à l’exception des ex-communistes (die Linke) [122]. Au sein de ce comité, nous trouvons un personnage clef, Armin Laschet. Cet homme politique est à l’origine du rapport élaboré en 2003 appelant à donner un siège permanent à l’Union européenne [123] après l’adoption du « Traité Giscard » (désormais appelé « Traité de Lisbonne »). Son influence est décisive car on le trouve aussi à la tête du comité directeur du Prix Charlemagne [124]. Par ailleurs, la présence du député allemand au Parlement européen Jo Leinen à la direction du KDUN est particulièrement significative car il joua un rôle déterminant dans l’adoption du Traité de Lisbonne [125]. 

    C’est en avril 2007 que le KDUN lança sa campagne en faveur d’un Parlement mondial sous la direction de son président, Andréas Bummel. Auteur d’un livre intituléInternationale Demokratie Entwickeln (« Développer la démocratie internationale ») [126], c’est un ancien adhérent du parti libéral, le FDP, dont le président Guido Westerwelle est devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Merkel depuis septembre 2009. C’est aussi un collaborateur de la « Société des peuples menacés » dirigés par Tilman Zülch (membre du comité directeur du KDUN) et de
    la World Federalist Movement (WFM) de New-York [
    127]. 

    Tous ces intervenants agissent afin de favoriser la naissance de ce nouvel organe mondial. Comme il est précisé dans les textes officiels : « (…) L’APNU pourrait dans un premier temps être constituée de délégués de parlements nationaux et régionaux reflétant leur composition politique. Une APNU inclurait donc des membres de partis minoritaires qui ne font pas partie du gouvernement. A un stade ultérieur, l’APNU pourrait être directement élue. Une APNU serait ainsi un organe unique et légitime représentant la voix des citoyens sur des questions d’ordre international. Les participants à la campagne considèrent qu’une APNU, une fois créée, évoluerait d’un simple organe consultatif à un parlement mondial avec de véritables droits à l’information, la participation et de contrôle »(…) [128]. 

    Ces ambitions affichées sans complexes par l’APNU s’épanouissent encore plus lorsque l’on se rappelle le soutien apporté par Benoît XVI à l’instauration d’une « autorité politique mondiale ». Il va de soi que les dirigeants de l’APNU ont salué avec enthousiasme l’encyclique de ce pape [129].. 

    Conclusion 

    Cette rapide description de l’histoire des tenants du mondialisme remontant du Moyen-Âge jusqu’au début du XXIè siècle souligne que cette tendance est très ancienne. Elle repose sur une cupidité sans limites et la poursuite d’un idéal de contrôle complet des richesses planétaires. Cette évolution n’a fait que prendre de la vitesse au fur et à mesure que le « clergé » mondialiste, successeur de Nimrod, réussissait à imposer son mode de pensée en faveur du nouvel ordre mondial. Depuis la chute du mur de Berlin, les événements s’accélèrent ; la crise aussi. La décennie 2010 sera décisive pour le genre humain car le mondialisme, selon la doctrine de ces élites, est un messianisme pressé. 

    Pierre Hillard 

                   

    Documents joints 

    Pour télécharger ces livres, cliquez sur leur couverture 

    « The Anglo-American Etablishment », par Carroll Quigley 


    (PDF – 1.4 Mo)
      

    « The History of the Fabian Society », par Edward R. Pease 


    (PDF – 1.4 Mo)
      

    « The Open Conspiracy », par H.G. Wells 


    (PDF – 285.6 ko)
      

    « The New World Order », par H.G. Wells 


    (PDF – 530.1 ko)
      

    « Wall Street and the bolshevik revolution », par Antony Sutton 


    (PDF – 586.2 ko)
      

    « Wall Street and FDR », par Antony Sutton 


    (PDF – 456.6 ko)
      

    « Wall Street and the rise of Hitler », par Antony Sutton 


    (PDF – 620.3 ko)
      

    « Union Now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the North Atlantic », par Clarence Streit 


    (PDF – 937.7 ko)
      

    « Philip Dru : Administrator, A Story of Tomorrow, 1920-1935 », par Edward Mandell House 


    (PDF – 691 ko)
      

    « Internationale Demokratie entwickeln » / « Developing International Democracy », par Andreas Bummel 


    (PDF – 455 ko)
      

    [1] « U.S move sows confusion in EU », par Charles Forelle, The Wall Street Journal, 2 février 2010. 

    [2] Site officiel de l’Eurasec

    [3] « L’Union douanière, créée par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie », dossier de Ria Novosti. 

    [4] « Eurasie : le président kazakh prône la création d’une monnaie unique, l’evraz », Ria Novosti, 11 mars 2009. 

    [5] « CEEA : la création d’une monnaie unique au menu d’entretiens russo-kazakhs », Ria Novosti, 14 mars 2009. 

    [6] Site officiel de l’UNASUR

    [7] Le 26 novembre 2008, lors d’une réunion à Caracas, quelques pays d’Amérique du Sud ont décidé de préparer le terrain en créant le « Fonds de stabilisation et de réserve » ; c’est-à-dire une unité de compte appelé « SUCRE » (Système Unitaire de Compensation Régionale). Cette unité de compte fait référence aussi à Antonio José de Sucre (1795-1830) qui fut lieutenant au service de Simon Bolivar. 

    [8] Page officielle de l’Assemblée Parlementaire Euro-Latino Américaine

    [9] Site officiel du SICA

    [10] Site officiel de l’Union africaine

    [11] Site officiel du NEPAD

    [12] Description de l’Union africaine sur le site du ministère français des Affaires étrangères. 

    [13] Site officiel du GCC

    [14] « Proposed GCC currency name ‘too general’ », Trade Arabia, 16 décembre 2009. 

    [15] « 
    La Chine espère populariser le yuan au sein de l’Asean », Les Echos, 31 décembre 2009. 

    [16] Site officiel du PSP

    [17] La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, par Pierre Hillard (Editions François-Xavier de Guibert, 2007), p. 21. 

    [18] Ibid., pp. 86-87 

    [19] La décomposition des nations Européennes : De l’union euro-Atlantique à l’Etat mondial, par Pierre Hillard (Editions François-Xavier de Guibert, 2005), p. 137 et La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, op. cit, p. 79. 

    [20] « Résolution du Parlement européen sur l’état des relations transatlantiques après les élections qui ont eu lieu aux États-Unis » (2008/2199(INI)), Réseau Voltaire, 23 mars 2009. 

    [21] « La Russie et la Chine proposent une monnaie commune globale », Réseau Voltaire, 11 juillet 2009. 

    [22] La revue The Economist de janvier 1988 annonçait le lancement d’une monnaie mondiale appelée « phénix » pour 2018. Nous sommes dans les temps. 

    [23] « Discours d’acceptation », par Herman von Rompuy, Réseau Voltaire, 19 novembre 2009. 

    [24] Les revendications ethniques et religieuses ainsi que l’opposition entre régions riches et régions pauvres accélèreront la décomposition des Etats dans le monde. Ce phénomène s’explique en particulier en raison du transfert de l’autorité suprême à des unions politiques régionales au dépens des Etats qui n’ont plus leur raison d’être. La dislocation des Etats sera planétaire. Déjà, certains dirigeants des Etats fédérés US du Texas et du Vermont souhaitent faire sécession. En ce qui concerne l’Europe,
    la Belgique avec
    la Flandre ou l’Espagne avec
    la Catalogne constituent des risques majeurs. Ces revendications régionalistes conduisant au morcellement des Etats sont nécessaires pour aboutir à la réalisation du nouvel ordre mondial. 

    [25] Jusqu’au début janvier 1973,
    la France partageait le droit de créer de la monnaie avec les banques privées. Pour financer la construction de logements sociaux par exemple, l’Etat empruntait auprès de la banque centrale qui créait pour l’occasion cette monnaie. Par la suite, l’Etat remboursait l’emprunt tandis que la banque détruisait cet argent ; mais, point capital, sans faire payer d’intérêts. Or, l’Etat s’est interdit d’emprunter auprès de la banque centrale avec l’article 25 de la loi Pompidou-Giscard d’Estaing du 3 janvier 1973. Il se prive donc de la création monétaire sauf s’il s’adresse auprès d’acteurs privés qui, eux, font payer des intérêts au prix fort. Par conséquent, cette politique empêche toute politique sociale véritable rendant les investissements publics hors de prix et entraînant par la même occasion l’augmentation de la dette publique. Ce principe inscrit dans le Traité de Maastricht (1992) à l’article 104 a été transposé à l’article 123 dans le Traité de Lisbonne. Les Etats de l’UE sont donc totalement tributaires de l’oligarchie financière. 

    [26] Une large partie de ce chapitre s’appuie sur les travaux de l’historien américain Carroll Quigley (1910-1977) professeur entre autres à l’université Georgetown : The anglo-american Etablishment, GSG § Associates, 1981. Il fut en particulier le professeur de … Bill Clinton. 

    [27] Le lancement en juillet 2009 d’un projet de panneaux solaires en Afrique du Nord et au Proche-Orient devant irriguer en énergie l’Europe se fait dans le cadre de « Desertec ». La branche allemande du Club de Rome, le centre aéronautique et aérospatial allemand et le prince Hassan bin Talal de Jordanie ont fortement contribué au projet. Indirectement, cette politique énergétique va contribuer à intégrer encore plus largement ces Etats Sud-méditerranéens à l’Union européenne et, dans la foulée, à l’axe euro-atlantique dans le cadre de l’interdépendance. 

    [28] C’est le cas du « Corridor de Nasco » avec l’émergence d’un bloc Nord-américain. 

    [29] Les bénéficiaires des bourses d’études Cecil Rhodes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Afrique du Sud etc sont présentés sur les sites internet de ces différentes écoles. 

    [30] A partir de la deuxième moitié du XIXè siècle, l’équipe de Cecil Rhodes contrôlait le Times de Londres, journal réservé aux élites politiques et économiques britanniques qui, elles aussi, étaient pour la plupart membres de cette vaste aristocratie commerciale. Cela s’appelle travailler en circuit fermé. 

    [31] Anglo-american Etablishment, op. cit, p. 169. 

    [32] L’expression « groupe Milner » est utilisée pour évoquer les personnages politiques, économiques, militaires et journalistiques acquis aux idéaux d’Alfred Milner et de son mentor, Cecil Rhodes. 

    [33] Ibid., p. 133. 

    [34] Nous nous appuyons sur les travaux de Edward R. Pease, The History of the Fabian Society (EP Dutton and Company, 1916), ouvrage souvent réédité. 

    [35] Site officiel de la Fabian Society

    [36] Robert Owen s’appuyait sur les principes du philosophe Platon, en particulier son ouvrage 
    La République, défendant l’idéal d’une société aristocratique dirigée par l’élite, éliminant le mariage tout en favorisant la reproduction des meilleurs. Cette théorie a fait des petits. On retrouve ces concepts dans Le Meilleur des mondesd’Aldous Huxley, 1984 d’Orwell ou encore dans certains ouvrages d’Herbert George Wells, membre dirigeant de la société fabienne. 

    [37] L’université d’Oxford est devenue un des foyers de recrutement des élites grâce aux « bourses d’études Cecil Rhodes » pour
    la Grande-Bretagne. 

    [38] Gardons à l’esprit que tout est lié. 

    [39] Au début du XXIè siècle, 200 députés britanniques appartiennent à la société fabienne comme l’ancien Premier ministre Tony Blair (promoteur de la politique économique appelée la « 3è voie », principe fabien par excellence) ou Gordon Brown. 

    [40] Il semble ne pas y avoir trouvé satisfaction. 

    [41] Ouvrage paru en 1928, réédité en 1931 sous le titre What are we to do with our Lives ?

    [42] The War That Will End War, par H. G. Wells. Version française :La destruction libératrice, réédité aux Editions Le passé du futur, Grama, Bruxelles, 1995, p. 214. 

    [43] Ibid., p. 134 : « Ce fut dans une ambiance légèrement incrédule que démarra la réunion qui devait instaurer le nouvel ordre mondial ». 

    [44] The
    New World Order
    , par H.G Wells, réédité par Filiquarian Publishing, LLC, en 2007. 

    [45] La plupart des responsables économiques de l’administration Obama sont issu de
    la Pilgrim Society. 

    [46] Voir The Anglo-American Etablishment, op. cit, p. 82 et pages 117 et suivantes. 

    [47] Site officiel de la Round Table

    [48] L’entreprise JP Morgan, pilier de la finance anglo-saxonne, fut fondée par John Pierpont Morgan (1837-1913). 

    [49] Voir les ouvrages de l’extraordinaire Antony Sutton (1925-2002), chercheur à l’institution Hoover et à l’université Stanford, décrivant le soutien de Wall Street aux trois éléments suivants : Wall Street and the bolshevik revolution, Arlington House, 1974 ; Wall Street and FDR (ndlr : Franklin Delano Roosevelt) et Wall Street and the rise of Hitler. Il faut ajouter aussi cette série en trois volumes :Western technology and soviet economic development 1917-1930 ;Western technology and soviet economic development 1930-1945et Western technology and soviet economic development 1945 to 1965 prouvant à partir d’une documentation de première main le soutien économique et financier de l’occident à l’Union soviétique et à ses affidés. 

    [50] Nous invitons le lecteur à s’intéresser à Basil Zaharoff (1850-1936) qui fit fortune en vendant des armes aux acteurs du conflit de 1914-1918. 

    [51] Wall Street and the bolshevik revolution, op. cit, p. 57. 

    [52] Ibid., pp. 83. 

    [53] Ibid., p. 82. Il est intéressant de noter que Harry Hopkins (1890-1946) qui devint plus tard l’éminence grise du président Roosevelt, fut l’intermédiaire entre
    la Croix-Rouge états-unienne dirigée par William Boyce Thompson à Petrograd en 1917 et sa représentation à Washington in Ibid., p. 72. 

    [54] Ibid., pp. 89-100. Le mémorandum de William Boyce Thompson présenté à Lloyd George peut être lu en entier à la page 197 et suivantes au paragraphe intitulé « Document 4 ». 

    [55] Pétrole, une guerre d’un siècle, par William Engdahl (Editions Jean-Cyrille Godefroy, 2007), p. 94 et suivantes. 

    [56] Wall Street and the rise of Hitler, op. cit, voir les chapitres de 1 à 5 en particulier page 47. 

    [57] The anglo-american Etablishment, op. cit, p. 182. 

    [58] Outre
    la Grande-Bretagne et ses dominions, Lionel Curtis n’hésitait pas à y ajouter :
    la France, les pays scandinaves, l’Irlande, l’Egypte, l’Inde,
    la Belgique, les Pays-Bas, le Canada et les Etats-Unis. Ces projets ont été présentés dans son livre paru en une seule édition en 1938 : The Commonwealth of God in The Anglo-American Etablishment, op. cit, pp. 282-283. 

    [59] Union Now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the North
    Atlantic
    , par Clarence Streit (Harper & Brothers Publishers, 1939). 

    [60] The Anglo-American Etablishment, op. cit, p. 283. 

    [61] « Comment le Conseil des relations étrangères détermine la diplomatie US », Réseau Voltaire, 25 juin 2004. 

    [62] Le président Wilson l’appelait son « alter ego ». 

    [63] Wall Street and FDR, op.cit, p. 92 et suivantes. 

    [64] Voir notre livre 
    La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial, op.cit, p. 14 et pp. 80-81. 
    Philip Dru, administrator, par Edward Mandell House, réédition Robert Welch University Press, 1998. 

    [65] 
    La Paneurope, par Anne-Marie Saint Gille (Presses de l’université de Paris Sorbonne, 2003), pp. 130-131. 

    [66] L’engagement d’Aristide Briand au côté de
    la Paneurope acquise aux principes fédéralistes et régionalistes dans un cadre politique mondial unifié permet de mieux comprendre le discours du représentant français à l’Assemblée générale de
    la Société des Nations, le 5 septembre 1929, appelant à un « lien fédéral » entre les Etats européens. 

    [67] Le représentant anglais lors de ce congrès paneuropéen de 1926, A. Watts, était membre du Royal Institute of International Affairs issu du « groupe Milner » in 
    La Paneurope, op. cit, p. 148. 

    [68] « Richard de Coudenhove-Kalergi (1894 -1972) », site internet de l’association PanEurope-France. 

    [69]
    La Paneurope a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de tous les textes en faveur de la protection des groupes ethniques. Voir notre ouvrage 
    Minorités et régionalismes dans l’Europe Fédérale des Régions (Editions François-Xavier de Guibert, 4è édition, 2004) et dans ce livre, le chapitre intitulé « L’union Charlemagne » p. 75 et suivantes. 

    [70] « Richard Coudenhove-Kalergi » sur le site internet de l’European Society Coudenhove-Kalergi. 

    [71] Site officiel de l’association Paneuropa

    [72] Lire son discours prophétique à l’annexe 11 de 
    La Décomposition des nations européennes ; en particulier le passage où Coudenhove appelle à l’instauration d’une « union atlantique », une « Fédération à trois » selon son expression, « l’Angleterre étant le pont entre l’Europe et l’Amérique ». C’est exactement ce qui est poursuivi par les instances de Bruxelles et de Washington d’une manière accélérée depuis 1990. Voir la liste complète des bénéficiaires du Prix Charlemagne sur le site du 
    Comité

    [73] Wall Street and the rise of Hiter, op. cit, chapitre 2 « The Empire of IG Farben », p. 33. 

    [74] Wall Street and the bolshevik revolution, op. cit, pp. 125-126. 

    [75] Ibid., p. 126. 

    [76] Ibid., p. 60. 

    [77] Ibid., pp. 61-62 

    [78] Ibid., p. 50. 

    [79] Il faut ajouter aussi que Hjalmar Schacht est à l’origine de l’existence de
    la Banque des règlements internationaux (Bank of International Settlements). Antony Sutton relate aussi la réunion déterminante du 20 février 1933 dans la demeure d’Hermann Goering qui permit, en présence d’Adolf Hitler, de lever des fonds pour le financement du parti nazi. Les plus grands patrons de l’industrie allemande étaient présents et ont aligné les sommes nécessaires (Krupp von Bohlen, Albert Voegler, von Loewenfeld, …) ; le tout se faisait sous la direction d’Hjalmar Schacht in Wall Street and the rise of Hitler, op. cit, p.108. 

    [80] Antony Sutton évoque entre autres l’influence déterminante de Gerard Swope (1872-1957), président de General Electric Company, qui permit la politique socialisante du président Roosevelt in Wall Street and FDR, op.cit, p. 86. 

    [81] Carroll Quigley explique entre autres les infiltrations au sein de l’appareil politique états-unien de la part de JP Morgan in Tragedy and Hope. A History of the World in Our Time (GSG and Associates, 1966), p. 938. 

    [82] Le Premier ministre anglais a tenu des propos dans son discours de Zürich qui sont dans la droite ligne du mondialisme à en juger ces extraits : « (…) L’Union européenne a fait beaucoup pour arriver à ce but et ce mouvement doit beaucoup au comte Coudenhove-Kalergi et à ce grand patriote et homme d’Etat français que fut Aristide Briand (…). Nous autres Britanniques, nous avons le Commonwealth. L’organisation du monde ne s’en trouve pas affaiblie, mais au contraire renforcée et elle y trouve en réalité ses maîtres piliers. Et pourquoi n’y aurait-il pas un groupement européen qui donnerait à des peuples éloignés l’un de l’autre le sentiment d’un patriotisme plus large et d’une sorte de nationalité commune ? Et pourquoi un groupement européen ne devrait-il pas occuper la place qui lui revient au milieu des autres groupements et contribuer à diriger la barque de l’humanité ? (…). Appelant à une réconciliation franco-allemande, Churchill ajoute dans un esprit fabien : « Il faut que notre but permanent soit d’accroître et de renforcer la puissance de l’ONU. Il nous faut créer la famille européenne en la dotant d’une structure régionale placée sous cette organisation mondiale, et cette famille pourra alors s’appeler les Etats-Unis d’Europe » (…) in George C. Marshall, Points de repère, Lausanne, 1973 

    [83] L’influence fédéraliste se fit sentir par l’intermédiaire d’Européens convaincus comme Denis de Rougemont, Henri Brugmans et Alexandre Marc. 

    [84] Côté états-unien, dès 1924, Rosika Schwimmer et Lola M. Lloyd défendant la cause des femmes (droit de vote, etc) organisèrent la première assemblée constituante mondiale devant être élus par les peuples afin de rédiger une constitution mondiale. Cette initiative fut relancée en 1937 à Chicago avec une campagne en faveur d’un gouvernement mondial. Il serait très intéressant de savoir qui finançait de tels projets. Par la suite, d’autres Etats-uniens préparèrent les esprits en faveur d’un monde uni : Emery Reves, auteur de Anatomy of Peace défendant l’idée d’un gouvernement mondial (il fut aussi l’agent littéraire de Winston Churchill) ; le politicien Wendell Wilkie avec son livre One World ; l’avocat Clark Grenville auteur de World Peace through World Law ; le journaliste Norman Cousins ; le journaliste et sénateur démocrate Alan Cranston et le philosophe Robert Hutchins. 

    [85] Présentation du World Federalist Movement sur son site internet. 

    [86] Déclaration de Montreux du 23 août 1947. 

    [87] Voir notre livre La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale (Editions François-Xavier de Guibert, 2009), pp. 95-96 et « Geschichte der Europa-Union Deutschland sur le site internet de Europa Union Deutschland. 

    [88] « The history of Federal Union » sur le site internet de l’association. 

    [89] « Regional Federalism » sur le site internet du World Federalist Movement. 

    [90] Site officiel d’Andrew Duff

    [91] « ECFR’s Board and Council » sur le site internet de l’European Council on Foreign Relations. 

    [92] « Création accélérée d’un Conseil européen des relations étrangères », Réseau Voltaire, 3 octobre 2007. 

    [93] 
    La Fondation Bertelsamann et la gouvernance mondiale, op. cit, p. 92 et suivantes. 

    [94] « Trustees » sur le site internet du Rhodes Trust. 

    [95] Parmi les nombreux participants, nous pouvons relever Richard de Coudenhove-Kalergi, Konrad Adenauer, Denis de Rougemont, Alcide de Gasperi, François Mitterrand, etc. 

    [96] « Histoire secrète de l’Union européenne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 juin 2004. 

    [97] Une exception toutefois ; RTL Belgique a diffusé lors de son journal télévisé l’extérieur de la réunion du Bilderberg en juin 2000 lors de sa réunion à Genval dans le Brabant wallon. On peut y apercevoir Dominique Strauss-Kahn ou encore la reine Béatrix des Pays-Bas. 

    [98] « Top candidate debates EU tax at elite dinner », par Andrew Rettman, EU Observer, 16 novembre 2001. 

    [99] Le film Avatar de James Cameron sorti en décembre 2009 est le prototype même de l’esprit « gaïa ». Une tribu parée de nombreuses qualités par rapport aux humains venus exploiter leur planète tire leur force de la nature, plus précisément d’un arbre, véritable dieu qui donne l’énergie comme il l’a reprend. 

    [100] Thomas Huxley était appelé le « bouledogue de Darwin ». 

    [101] « H.G. Wells : Darwin’s disciple and eugenicist extraordinaire », par Jerry Bergman, in Journal of Creation, décembre 2004. 

    [102] « WWF in the 60’s » sur le site internet du World Wild Fund. 

    [103] « Presidents – past and present » sur le site internet du World Wild Fund. 

    [104] Le Figaro, 25 janvier 1999. 

    [105] Voir p. 137 (chapitre 28). 

    [106] « Peter Sutherland, Directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995 », sur le site internet de l’Organisation mondiale du Commerce. 

    [107] « Peter Sutherland », sur le site internet de
    la Commission trilatérale. 

    [108] « Membership », sur le site internet de
    la Commission trilatérale. 

    [109] Parmi les nombreux domaines participant à l’édification du nouvel ordre mondial, nous pouvons évoquer le cas du Codex alimentarius dont l’objectif est de procéder à des modifications ou à des suppressions de produits entrant dans la composition alimentaire (vitamines, minéraux, …). 

    [110] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège. 

    [111] Ibid., voir les paragraphes de 130 à 145. 

    [112] « Message Urbi et Orbi du Saint-Père Benoît XVI », 25 décembre 2005, Vatican. 

    [113] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège. 

    [114] Ibid., paragraphe 67. 

    [115] Site officiel de la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies

    [116] The case for a United Nations Parliamentary Assembly, par Dieter Heinrich, World Federalist Movement, octobre 1992 

    [117] Site officiel du Komitee für eine Demokratische UNO

    [118] « Comité exécutif » de
    la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

    [119] Cet institut allemand est à l’origine des textes clefs en faveur des groupes ethniques en Europe ; la Charte des langues régionales ou minoritaires et la Convention-cadre pour la protection des minorités. Voir notre livre Minorités et régionalismes, op. cit. p. 142 et suivantes. 

    [120] Site officiel de 2020 Vision

    [121] « Satzung für das Komitee für eine demokratische UNO ».Document téléchargeable

    [122] « Associates des KDUN », sur le site internet du Komitee für eine Demokratische UNO. 

    [123] Rapport sur les relations entre l’Union européenne et l’organisation des Nations Unies [2003/2049 (INI)], rapporteur Armin Laschet, 16 décembre 2003. 

    [124] Signalons aussi la présence de Hans-Gert Pöttering au sein du comité directeur du Prix Charlemagne, président de
    la Fondation Konrad Adenauer, ancien président du Parlement européen mais aussi ancien président de Europa Union Deutschland, filiale de l’Union des fédéralistes européens (l’UEF créée à Montreux en 1947) dirigée en 2010 par le député anglais au Parlement européen Andrew Duff. 

    [125] Voir 
    La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale, op. cit, p. 93 et suivantes. 

    [126] Internationale Demokratie entwickeln, par Andreas Bummel, Horizonte Verlag, 2005. 

    [127] « Andreas Bummel Der Vorsitzende des Komitees für eine demokratische UNO », par Gerrit Wustmann, 11 février 2008. 

    [128] « A propos du projet APNU », sur le site internet de
    la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

    [129] « Etude : la création d’un Parlement mondial serait « pleinement en harmonie avec la doctrine papale » », 28 juillet 2009, Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

     

    Bilderberg 2011 en Suisse : une édition historique.

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 01

    publié sur : http://infodudecodeur.wordpress.com/tag/bilderberg/

    13 JUIN 2011 PAR ERIC GRANGER 2 COMMENTAIRES

    Bilderberg 2011 sous haute sécurité

    Du jeudi 9 juin au dimanche 12 juin dernier, la conférence annuelle Bilderberg de 2011 se déroulait à St-Moritz en Suisse. Cette édition peut être qualifiée d’historique. Des politiciens suisses et italiens sont venus protester contre cette conférence et ont donné leur appui aux centaines de manifestants anti-Bilderberg qui étaient sur place. Aussi, les médias traditionnels ont accordé davantage d’attention à cette réunion plus tellement secrète, les médias suisses en particlulier.
    Cette édition du Bilderberg ne s’est pas déroulée comme celles des années auparavant.
    Dans un premier temps, Mario Borghezio (membre élu du parlement européen) s’est vu refuser l’entrée à la conférence samedi puis il s’est fait expulser des lieux. Mr. Borghezio s’est exprimé ainsi à l’agence de presse italienne Ansa : « la sécurité de la réunion nous a traités avec brutalité. J’ai le nez en sang. J’ai l’intention de porter plainte auprès des autorités suisses. »
    Le parlementaire italien s’était présenté à l’entrée principale de l’hotel Suvretta avec sa carte de membre du parlement européen et avait demander à avoir accès à la conférence. Il s’est ensuite fait chasser.
    Suite à cet incident, le parlement italien à Rome a demandé des explications quant à cette expulsion de Mr. Borghezio.

    Dominique Baettig

    Dans un deuxième temps, Dominique Baettig, Lukas Reimann et d’autres membres élus du parlement suisse ont protesté ouvertement sur place contre la tenue de la conférence Bilderberg en Suisse. Ces derniers sont aussi venu en aide aux manifestants ainsi qu’à la presse indépendante qui couvre l’évènement à St-Moritz à l’aide d’une lettre adressée à la sécurité privée du Bilderberg 2011. Dominique Baettig a aussi demandé l’arrestation immédiate de Henry Kissinger pour crime contre l’humanité.
    Voici une vidéo du discours de Baettig lors de la journée de vendredi. Le début de son discours est en français.

    Les manifestants anti-Bilderberg sur place ont fait sentir leur présence tout le long du weekend. Samedi, certains Bilderbergers qui avaient fait une marche en plein air se sont fait huer et insulter par les manifestants à leur retour à l’Hotel Suvretta, le lieu de la conférence. Parmi ceux qui ont passé un mauvais quart d’heure, se trouvaient Eric Schmidt (ancien pdg Google) et Franco Bernabè (Rothschild Europe).

    La conférence Bilderberg 2011 est probablement celle qui a attiré le plus d’attention médiatique depuis le début de son existence. Ci-bas, une liste de liens vers des articles, reportages ou vidéos au sujet du Bilderberg 2011.
    Vous pouvez consulter la liste des participants officiels à la conférence de 2011 publié par plusieurs médias européens comme ceux-ci :

    Le communiqué officiel de Bilderberg 2011 disponible sur RTBF.be

    La Tribune de Genève a aussi publié la liste.

    Rue 89 publie également la liste.

    Vidéos

    Discours de Dominique Baettig contre le groupe Bilderberg.

    Toute la couverture vidéo de Infowars.com

    Articles

    Recherche Google News pour tous les articles concernant le Bilderberg 2011

    L’édition 2011 de la conférence Bilderberg doit être marquée d’une pierre blanche. Jamais il n’y a eu autant de manifestants (entre 150 et 300) présents et jamais encore des politiciens élus avaient manifesté ouvertement sur place leur désaccord avec la tenue de cette réunion du gratin de l’élite mondialiste. La Suisse (ses politiciens et les manifestants) a donné une leçon d’intégrité et de conscience au reste du monde et surtout, aux membres du groupe Bilderberg.

    L’Italie demande des éclaircissements sur l’incident de Bilderberg

    ST-MORITZ | Selon le ministère italien des affaires étrangères, cité par l’agence Ansa, la Suisse est invitée à identifier d’éventuels responsables de l’incident. M. Borghezio avait tenté jeudi d’entrer sans invitation dans l’hôtel où se tient la conférence. Il a utilisé l’entrée officielle, où il été retenu par des agents de la société privée chargée de la sécurité. Il a ensuite passé plusieurs heures au poste de police de la station grisonne. La police cantonale lui a signifié une expulsion du territoire cantonal jusqu’à la fin de la conférence dimanche.

    publié sur : http://www.24heures.ch/depeches/suisse/italie-demande-eclaircissements-incident-bilderberg

    ats | 11.06.2011 | 19:03

    Selon le ministère italien des affaires étrangères, cité par l’agence Ansa, la Suisse est invitée à identifier d’éventuels responsables de l’incident. M. Borghezio avait tenté jeudi d’entrer sans invitation dans l’hôtel où se tient la conférence.

    Il a utilisé l’entrée officielle, où il été retenu par des agents de la société privée chargée de la sécurité. Il a ensuite passé plusieurs heures au poste de police de la station grisonne. La police cantonale lui a signifié une expulsion du territoire cantonal jusqu’à la fin de la conférence dimanche.

    Vendredi soir, la conseillère fédérale Doris Leuthard était présente à la conférence, a indiqué la porte-parole du DETEC Annetta Bundi. Elle a expliqué aux participants les positions prises par la Suisse dans la crise financière ou en matière énergétique.

    Par ailleurs, une manifestation lancée par les Jeunes socialistes n’a rassemblé qu’une cinquantaine de personnes à St-Moritz. Elles ont protesté contre « l’élite autoproclamée » du Bilderberg, critiquant le huis clos de cette conférence et réclamant une « démocratie transparente ».

    La conférence de Bilderberg se tient de jeudi à dimanche. Elle rassemble depuis 1954 d’importantes personnalités de l’économie, de la politique, de l’armée, des médias et de l’aristocratie. L’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, l’ex-président américain Bill Clinton ou l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder y ont participé à plusieurs reprises. Côté suisse, Christoph Blocher a fait partie des invités.

    Liste des participants :

    Cent-trente personnalités du monde de la politique, de l’économie et des médias sont rassemblées depuis jeudi au sein du luxueux hôtel « Suvretta House » à St-Moritz. Habituellement, la liste des participants n’est dévoilée qu’après la fin de la conférence. Pas cette année.

    Les membres discutent de l’euro, de la sécurité dans les réseaux sociaux, du Moyen-Orient, de la compétitivité de la Suisse ou encore de la croissance économique. C’est la première fois, dans les 56 ans d’histoire du sommet, que les participants rendent publics les thèmes de leurs discussions. Leur objectif est de couper l’herbe sous les pieds des opposants à la conférence, qui critiquent son opacité et son manque de contrôle démocratique.

    Liste secrète dévoilée

    publié le 10 juin 2011 sur http://www.tdg.ch/actu/suisse/sommet-bilderberg-liste-secrete-participants-devoilee-2011-06-10

    L’idée du lancement de cette conférence informelle date de 1952. Elle a commencé en mai 1954 à l’hôtel Bilderberg (d’où son nom), situé à Oosterbeek aux Pays-Bas. Ses membres s’appellent eux-mêmes les « Bilderbergers ». Les participants sont invités par le comité de direction. Ils sont installés par ordre alphabétique, sans aucune notion d’étiquette.

    C’est également la première fois que la liste des participants est révélée avant la fin du sommet, dévoilée par le site 20 Minuten Online. La Suisse est représentée par:

    - Peter Brabeck, Nestlé
    - Hans Groth, Pfizer Europe
    - Janom Steiner, canton des Grisons
    - André Kudelski, Kudelski
    - Doris Leuthard, conseillère fédérale
    - Martin Schmid, canton des Grisons
    - Eric Schmid, Google
    - Rolf Schweiger, conseiller aux Etats
    - Rolf Soiron, Holcim, Lonza
    - Daniel Vasella, Novartis
    - Jürg Witmer, Givaudan et Clariant

    Ci-dessous, la liste complète (en anglais):

    Belgique

    Coene, Luc Governor, National Bank of Belgium

    Davignon, Etienne Minister of State

    Leysen, Thomas Chairman, Umicore

    Chine

    Fu, Ying Vice Minister of Foreign Affairs

    Huang, Yiping Professor of Economics, China Center for Economic Research, Peking University

    Danemark

    Eldrup, Anders CEO, DONG Energy

    Federspiel, Ulrik Vice President, Global Affairs, Haldor Topsøe A/S

    Schütze, Peter Member of the Executive Management, Nordea Bank AB

    Allemagne

    Ackermann, Josef Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank

    Enders, Thomas CEO, Airbus SAS

    Löscher, Peter President and CEO, Siemens AG

    Nass, Matthias Chief International Correspondent, Die Zeit

    Steinbrück, Peer Member of the Bundestag; Former Minister of Finance

    Finlande

    Apunen, Matti Director, Finnish Business and Policy Forum EVA

    Johansson, Ole Chairman, Confederation of the Finnish Industries EK

    Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell

    Pentikäinen, Mikael Publisher and Senior Editor-in-Chief, Helsingin Sanomat

    France

    Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP

    Bazire, Nicolas Managing Director, Groupe Arnault /LVMH

    Castries, Henri de Chairman and CEO, AXA

    Lévy, Maurice Chairman and CEO, Publicis Groupe S.A.

    Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations

    Roy, Olivier Professor of Social and Political Theory, European University Institute

    Grande-Bretagne

    Agius, Marcus Chairman, Barclays PLC

    Flint, Douglas J. Group Chairman, HSBC Holdings

    Kerr, John Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell

    Lambert, Richard Independent Non-Executive Director, Ernst & Young

    Mandelson, Peter Member, House of Lords; Chairman, Global Counsel

    Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist

    Osborne, George Chancellor of the Exchequer

    Stewart, Rory Member of Parliament

    Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG

    Grèce

    David, George A. Chairman, Coca-Cola H.B.C. S.A.

    Hardouvelis, Gikas A. Chief Economist and Head of Research, Eurobank EFG

    Papaconstantinou, George Minister of Finance

    Tsoukalis, Loukas President, ELIAMEP Grisons

    Organisations internationales

    Almunia, Joaquín Vice President, European Commission

    Daele, Frans van Chief of Staff to the President of the European Council

    Kroes, Neelie Vice President, European Commission; Commissioner for Digital

    Lamy, Pascal Director General, World Trade Organization

    Rompuy, Herman van President, European Council

    Sheeran, Josette Executive Director, United Nations World Food Programme

    Solana Madariaga, Javier President, ESADEgeo Center for Global Economy and Geopolitics

    Trichet, Jean-Claude President, European Central Bank

    Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group

    Irlande

    Gallagher, Paul Senior Counsel; Former Attorney General

    McDowell, Michael Senior Counsel, Law Library; Former Deputy Prime Minister

    Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International

    Italie

    Bernabè, Franco CEO, Telecom lia SpA

    Elkann, John Chairman, Fiat S.p.A.

    Monti, Mario President, Univers Commerciale Luigi Bocconi

    Scaroni, Paolo CEO, Eni S.p.A.

    Tremonti, Giulio Minister of Economy and Finance

    Canada

    Carney, Mark J. Governor, Bank of Canada

    Clark, Edmund President and CEO, TD Bank Financial Group

    McKenna, Frank Deputy Chair, TD Bank Financial Group

    Orbinksi, James Professor of Medicine and Political Science, University of Toronto

    Prichard, J. Robert S. Chair, Torys LLP

    Reisman, Heather Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc. Center, Brookings Institution

    Pays-Bas

    Bolland, Marc J. Chief Executive, Marks and Spencer Group plc

    Chavannes, Marc E. Political Columnist, NRC Handelsblad; Professor of Journalism

    Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary

    H.M. the Queen of the Netherlands

    Rosenthal, Uri Minister of Foreign Affairs

    Winter, Jaap W. Partner, De Brauw Blackstone Westbroek

    Norvège

    Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, sk Hydro ASA

    H.R.H. Crown Prince Haakon of Norway

    Ottersen, Ole Petter Rector, University of Oslo

    Solberg, Erna Leader of the Conservative Party

    Autriche

    Bronner, Oscar CEO and Publisher, Standard Medien AG

    Faymann, Werner Federal Chancellor

    Rothensteiner, Walter Chairman of the Board, Raiffeisen Zentralbank Österreich AG

    Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG

    Portugal

    Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister

    Ferreira Alves, Clara CEO, Claref LDA; writer

    Nogueira Leite, António Member of the Board, José de Mello Investimentos, SGPS, SA

    Russie

    Mordashov, Alexey A. CEO, Severstal

    Suède

    Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs

    Björling, Ewa Minister for Trade

    Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB

    Suisse

    Brabeck-Letmathe, Peter Chairman, Nestlé S.A.

    Groth, Hans Senior Director, Healthcare Policy & Market Access, Oncology Business Unit, Pfizer Europe

    Janom Steiner, Barbara Head of the Department of Justice, Security and Health, Canton

    Kudelski, André Chairman and CEO, Kudelski Group SA

    Leuthard, Doris Federal Councillor

    Schmid, Martin President, Government of the Canton Grisons

    Schmid, Eric, Executive Chairman, Google Inc.

    Schweiger, Rolf Member of the Swiss Council of States

    Soiron, Rolf Chairman of the Board, Holcim Ltd., Lonza Ltd.

    Vasella, Daniel L. Chairman, Novartis AG

    Witmer, Jürg Chairman, Givaudan SA and Clariant AG

    Espagne

    Cebrián, Juan Luis CEO, PRISA

    Cospedal, María Dolores de Secretary General, Partido Popular

    León Gross, Bernardino Secretary General of the Spanish Presidency

    Nin Génova, Juan María President and CEO, La Caixa

    H.M. the Queen of Spain

    Turquie

    Ciliv, Süreyya CEO, kcell Iletisim Hizmetleri A.S.

    Gülek Domac, Tayyibe Former Minister of State

    Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.

    Pekin Sefika, Founding Partner, Pekin & Bayar Law Firm

    USA

    Alexander, Keith B. Commander, USCYBERCOM; Director, National Security Agency

    Altman, Roger C. Chairman, Evercore Partners Inc.

    Bezos, Jeff Founder and CEO, Amazon.com

    Collins, Timothy C. CEO, Ripplewood Holdings, LLC

    Feldstein, Martin S. George F. Baker Professor of Economics, Harvard University

    Hoffman, Reid Co-founder and Executive Chairman, LinkedIn

    Hughes, Chris R. Co-founder, Facebook

    Jacobs, Kenneth M. Chairman & CEO, Lazard

    Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC

    Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC

    Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners; General, US Army, Retired

    Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc
    .
    Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa

    Kravis, Henry R. Co-Chairman and co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.

    Kravis, Marie-Josée Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.

    Li, Cheng Senior Fellow and Director of Research, John L. Thornton China

    Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation

    Orszag, Peter R. Vice Chairman, Citigroup Global Markets, Inc.

    Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research

    Rockefeller, David Former Chairman, Chase Manhattan Bank

    Rose, Charlie Executive Editor and Anchor, Charlie Rose

    Rubin, Robert E. Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury

    Steinberg, James B. Deputy Secretary of State

    Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC

    Varney, Christine A. Assistant Attorney General for Antitrust

    Vaupel, James W. Founding Director, Max Planck Institute for Demographic Research

    Warsh, Kevin Former Governor, Federal Reserve Board

    Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC

    17 septembre 2011

    China orders HAARP strike against US for catastrophic Earthquake

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 58

    [link to www.] whatdoesitmean. com/index11…
    [link to en.] wikipedia. org/wiki/HAARP
    [link to en.] wikipedia. org/wiki/HAARP#HA…

    publié le 06/01/2008 04:09 AM sur http://www.godlikeproductions.com/forum1/message556660/pg1

    China Orders Strike Against US For Catastrophic Earthquake

    By: Sorcha Faal, and as reported to her Western Subscribers

    Russian Foreign Ministry reports are stating today the Prime Minister Putin’s ‘sudden’ diplomatic trip to France was made at the behest of China’s President Hu in order to ‘warn’ the European Union not to become involved with the US following what is widely expected to be a ‘retaliatory strike’ against the United States, and who the Chinese military has blamed for the catastrophic May 12th earthquake that has killed nearly 90,000 human beings.

    Chinese and Russian Military scientists, these reports say, are concurring with Canadian researcher, and former Asia-Pacific Bureau Chief of Forbes Magazine, Benjamin Fulford, who in a very disturbing video released from his Japanese offices to the American public, details how the United States attacked China by the firing of a 90 Million Volt Shockwave from the Americans High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) facilities in Alaska.

    So powerful was this Shockwave, Britain’s Times Online News Service is reporting that the entire atmosphere over the Chinese earthquake zone became mysteriously changed 30 minutes prior to the 8.0 Magnitude Trembler

    « Can clouds predict earthquakes? YouTube has footage of strange multicoloured clouds seen just before the recent earthquake struck Sichuan province in China.

    The first impression is of a rainbow smeared on to small scraps of clouds, a phenomenon best known in a circumzenithal halo. This is created when sunlight shines through cirrus clouds full of tiny hexagonal ice crystals shaped like plates. The crystals behave like glass prisms, splitting the light into a bow with the colours of the spectrum, often brighter than a rainbow.

    But one puzzle is that the colours in the Chinese clouds were upside down from a normal circumzenithal halo — red pointing towards the horizon and blue towards the Sun, instead of the other way round. »

    Russian scientists are further speculating that the United States strike against China was ‘exactly timed’ to coincide with the dangerous experiments ongoing at Large Hadron Collider for the European Organization for Nuclear Research (CERN), and which we had previously reported on in our May 13th report titled « CERN ‘Nailed Heart Of Earth’ With China Quake, Chilean Volcano »

    Russian Military Analysts note that though China’s Military has ordered its vast submarine fleet to ‘disperse’ throughout the Pacific Ocean, the Chinese ‘attack’ against the United States would, most likely, take a form of economic warfare instead of an actual clashing of forces.

    More disturbing, however, in these reports is China’s urging of both Syria and Turkey not to allow more water into mighty rivers of the Euphrates and Tigris, which the Iraqis are warning are running dry due to the severe drought in that war-torn Nation.

    The importance of this latest move by China is the newly signed Defense Pact signed between Iran and Syria which would allow Chinese Military Forces permission to use Iranian territory to come to the aid of Syria.

    It should be further noted that the Christian Bibles New Testament Book of Revelations (Chapter 16, Verse 12) prophesied that the Euphrates will dry up in preparation for the Battle of Armageddon and would be crossed by an Eastern Army of 200 million soldiers, of which in our World today only China is able to field and have the ability to reach by land alone.

    As the United States and China battle for their very survival in a World becoming increasing volatile due to the rapidly growing shortages of both food and fuel, one does indeed wonder if the End Times are now upon us all.

    © May 30, 2008 EU and US all rights reserved.

    [Ed. Note: The United States government actively seeks to find, and silence, any and all opinions about the United States except those coming from authorized government and/or affiliated sources, of which we are not one. No interviews are granted and very little personal information is given about our contributors, or their sources, to protect their safety.

    www.youtube.com/watch
    Time is Art

    WE ARE ONE

    https://twitter.com

    /cosmogenesis777

    www.cosmogenesis21​122012.blogspot.com

    ONENESS

    Libye: l’ONU lève des sanctions et va aider le nouveau pouvoir

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 25

    AFP 16/09/2011 à 23:22 http://actu.orange.fr/une/libye-l-onu-leve-des-sanctions-et-va-aider-le-nouveau-pouvoir-afp_230296.html

    Le Conseil de sécurité de l’ONU a annoncé vendredi la levée partielle du gel des avoirs libyens et l’envoi d’une mission en Libye pour aider à organiser des élections, quelques heures après la reconnaissance par les Nations unies du nouveau pouvoir.

    Le Conseil s’est réjoui dans le texte de la résolution « d’une amélioration de la situation » en Libye et a fait part de sa détermination à s’assurer que les dizaines de milliards de dollars d’avoirs libyens gelés en février et mars « ser(aient) dès que possible mis à la disposition du peuple libyen ».

    Cette résolution complétée après des discussions ces derniers jours entre les quinze pays membres du Conseil, met l’accent sur les droits de l’homme, la nécessité d’inclure des femmes dans le processus de décision et la protection des immigrants africains, cibles d’attaques dans le pays.

    L’ONU y prévoit aussi l’envoi d’une mission de trois mois pour aider le Conseil national de transition (CNT) à construire un nouvel Etat grâce à la rédaction d’une nouvelle constitution et à la préparation d’élections.

    Par ce texte, l’ONU lève le gel des avoirs et des autres sanctions imposées à la Corporation nationale du pétrole libyen et à la compagnie pétrolière Zweitina. Même chose pour la banque centrale, la Libyan Arab Foreign Bank, la Libyan Investment Authority et la société d’investissements Libyan African Investment Portfolio.

    Les mesures contre l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en fuite, sa famille et des proches collaborateurs sont en revanche maintenues.

    L’ONU fait part dans cette résolution de son inquiétude sur la « prolifération des armes en Libye et son impact potentiel sur la paix et la sécurité dans la région ».

    La résolution prévoit néanmoins la possibilité de livraison d’armes légères pour le maintien de l’ordre et une assistance technique au gouvernement de transition libyen dans le domaine de la sécurité, ainsi que pour assurer la protection des personnels de l’ONU, des médias et des employés des ONG.

    Elle stipule également que la compagnie aérienne libyenne peut reprendre ses vols, tout en respectant la zone d’interdiction des vols définie lors des sanctions adoptée par le Conseil de sécurité en février et mars.

    L’ambassadeur français à l’ONU Gérard Araud a souligné que l’usage de la force demeurait possible avec la nouvelle résolution puisque les hostilités ne sont pas terminées. « C’est un jour faste pour les pays qui ont réellement contribué à la libération de la Libye de la dictature (du colonel Mouammar) Kadhafi », a-t-il déclare devant la presse.

    Vendredi, l’Assemblée générale a quant à elle voté –à une majorité de 114 voix pour et 17 contre sur 193– la remise au CNT du siège de la Libye à l’ONU, malgré l’opposition de gouvernements de gauche d’Amérique latine. Quelques pays africains avaient demandé un report de la décision.

    Ce vote permettra au chef du CNT, Moustafa Abdeljalil, de prendre part à l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, la semaine prochaine à New York. En marge de celle-ci, il rencontrera le président américain Barack Obama.

    L’ambassadeur du Venezuela à l’ONU, Jorge Valero, a qualifié le CNT de « groupe placé sous la direction des Etats-Unis et de l’Otan qui n’a pas d’autorité légale et morale ».

    L’ambassadrice américaine à l’ONU Susan Rice s’est en revanche réjouie de ce vote. « Les Etats-Unis félicitent le peuple libyen pour cette avancée historique », a-t-elle dit, ajoutant que le nouveau régime libyen pouvait compter à l’ONU sur un ami, les Etats-Unis.

    Rendre crédible une alternative de gauche

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 16

    publié sur http://www.jennar.fr/?p=2153

    Le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP) interpelle le Front de Gauche sur le volet européen de son programme. Un volet majeur puisqu’on le sait, le droit communautaire conditionne quasiment tous les aspects des politiques nationales au point qu’en fait, chaque chapitre d’un programme politique global devrait être assorti d’un volet européen. Cette interpellation du M’PEP ne manque pas de pertinence.

    A juste titre, il observe que la plupart des propositions avancées dans le programme duFront de Gauche ne peuvent devenir des réalités qu’avec l’accord des 26 autres Etats membres de l’Union européenne et que de très nombreuses réformes au niveau national se heurteraient au gardien de la prééminence des traités européens sur le droit national, c’est-à-dire le Conseil constitutionnel, que l’opposition ne manquerait pas de saisir.

    A juste titre, il observe que le traité de Lisbonne et la Constitution de la Ve République ne sont pas compatibles avec les politiques présentées par le Front de Gauche.

    Et le M’PEP de proposer qu’en face d’un refus des partenaires, la France pratique la « désobéissance européenne ». Mais, pour éviter tout blocage par le Conseil constitutionnel, le M’PEP propose l’organisation d’un référendum sur l’abrogation du titre XV de la Constitution consacré à l’Union européenne (je signale toutefois que cela ne suffirait pas puisque l’article 55 de la Constitution, qui fait partie du titre VI, demeurerait d’application ; il dispose que « Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie« ).

    Cette interpellation du M’PEP mérite d’être examinée. Car, au-delà d’une manoeuvre tactique destinée à faire accepter par le Front de Gauche les choix du M’PEP, c’est-à-dire l’abandon de tout projet fédéral européen, la question qui est posée est celle de la crédibilité du programme du Front de Gauche, c’est-à-dire la crédibilité d’une alternative de gauche.

    Une forfaiture

    En 2005, ceux qui, comme moi, ont fait, à gauche, campagne pour le « non » au traité établissant une Constitution pour l’Europe, ont cru à la force du droit. Nous nous sommes appuyés sur la nature contraignante des résultats d’un référendum en vertu de la Constitution de la Ve République (art. 3.1 :   »La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum »). Le précédent de 1969 nous y autorisait. Le rejet du TCE devait entraîner, quasi automatiquement, un retrait de la signature de la France à ce traité et l’ouverture d’une crise de la construction européenne ouvrant la voie à une révision des orientations fondamentales et des modalités institutionnelles de cette intégration.

    Nous n’avions pas envisagé un seul instant que le Président de la République, gardien des institutions, puisse commettre, en ignorant le résultat du référendum, ce crime de forfaiture, ce déni de démocratie. Nous n’avions pas imaginé que puisse être adopté un traité de Lisbonne reprenant quasi à l’identique le TCE, alors que les peuples de deux pays fondateurs l’avaient rejeté. Nous n’avions pas imaginé que le Parti socialiste puisse se faire, le 4 février 2008, le complice de la droite en apportant ses voix indispensables à une révision de la Constitution de la Ve République consistant à y inscrire un article 88-1 qui dispose que : « La République participe à l’Union européenne constituée d’Etats qui ont choisi librement  d’exercer en commun  certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. »

    Nous avons sous-estimé la détermination de l’oligarchie politique aux ordres du monde des affaires et de la finance à maintenir à tout prix le nouvel ordre européen doté du pouvoir de démanteler tous les fondements d’un Etat démocratique et solidaire. Nous n’avions pas perçu à suffisance la volonté de cette oligarchie d’en finir avec la souveraineté populaire. Terrible leçon qu’il nous faut, aujourd’hui plus que jamais, garder à l’esprit !

    Alors, pouvons-nous promettre une véritable alternative sachant qu’en l’état actuel des traités européens et de la Constitution de la Ve République, cette alternative n’est pas possible ? Ne convient-il pas, comme le suggère le M’PEP, d’éclairer les citoyens sur toutes les embuches qui peuvent empêcher la mise en oeuvre de véritables politiques de gauche ? Faut-il pour autant, comme le propose le M’PEP, s’engager d’emblée dans un processus de sortie de l’Union européenne ?

    Non à l’esprit Maginot

    Des siècles de guerres entre Européens devraient nous mettre en garde, car ils pèsent plus lourds que 66 ans de paix relative. Et des atavismes, des égoïsmes, des nationalismes pourraient, en particulier dans la tourmente d’une des plus graves crises économiques et financières, remettre en question une civilisation commune et des valeurs très largement partagées. La rapidité avec laquelle des réflexes d’avant 1914 – Français redevenus pro-serbes et Allemands retrouvant leurs sympathies croates -  se sont réveillés lors de l’éclatement de la Yougoslavie est pour moi le signal du danger latent.

    Aujourd’hui que le repli sur soi, voire un nationalisme exacerbé refleurissent un peu partout, prendre le risque de faire disparaître ce qui nous garde ensemble m’apparaît comme le plus irresponsable des choix. Ce n’est pas en cultivant l’esprit Maginot qu’on remportera la bataille idéologique à laquelle le modèle imposé d’union des peuples d’Europe nous contraint.

    L’Union européenne, de Monet à Sarkozy, d’Adenauer à Merkel, est fondamentalement un projet idéologique. Sous la pression du patronat européen, il s’est agi, par le moyen d’institutions supranationales débarrassées de tout contrôle démocratique, de créer une capacité de remettre en question 200 ans de conquêtes démocratiques et sociales. Et la social-démocratie y a très largement contribué, en particulier quand 13 gouvernements sur 15 se réclamaient de ce courant politique.

    Mais, s’il est un succès pour l’oligarchie, ce projet est un échec pour les peuples. La démocratie a reculé. Le niveau de vie a baissé. Les inégalités se sont creusées. La qualité de la vie s’est dégradée. Pierre Bourdieu déjà l’observait : « La construction européenne pour l’essentiel s’apparente à une destruction sociale. » L’avenir même est compromis. Le bilan de cette Europe des banquiers et des hommes d’affaires se résume en ceci : pour la première fois dans l’histoire contemporaine des peuples d’Europe, les parents vont laisser à leurs enfants une situation globale plus médiocre que celle qu’ils ont reçue de leurs parents. Du fait des choix imposés par l’intermédiaire de l’Union européenne, le progrès s’est transformé en régression.

    Ce constat, aggravé par la crise d’un système capitaliste dont les gouvernements ont permis qu’il échappe à tout contrôle, des millions de femmes et d’hommes peuvent le faire aujourd’hui dans toute l’Europe. L’énorme part prise par la social-démocratie dans cette évolution et le mépris dans lequel on a tenu les peuples (danois, irlandais, français, néerlandais) qui se sont opposés à cette évolution ont nourri la déception et le désespoir. Les droites extrêmes et l’extrême-droite en ont profité pour désigner leurs bouc-émissaires et avancé leurs solutions qui n’en sont pas.

    Une mission historique attend celles et ceux qui ne se résignent pas : reprendre là où l’ont abandonnée ceux qui se sont ralliés au système, la lutte pour toujours plus de démocratie et toujours plus de justice sociale en intégrant dans cette lutte un nouveau rapport à la nature. C’est, semble-t-il, l’ambition du Front de Gauche. Cette ambition, pour être crédible, doit totalement prendre en compte la dimension européenne.

    Mais intégrer cette dimension ne peut signifier se dégager du cadre européen. Le repli sur les Etats n’est pas une solution puisque ce sont les Etats qui sont les exécutants des décisions qu’ils prennent ensemble au niveau européen. Ce que le M’PEP propose est en fait une stratégie de rupture. Un moyen de revenir à une Europe des nations dont on connaît le bilan. Car, comment interpréter autrement une démarche consistant à dire « si vous ne suivez pas la France, la France se retire ». C’est, par ce genre de chantage, renoncer à toute idée d’union. C’est afficher une arrogance incompatible avec un idéal de fraternité. Abroger purement et simplement le titre XV de la Constitution française (alors que le projet du Front de Gauche, c’est une nouvelle Constitution pour une nouvelle République), c’est signifier aux peuples d’Europe que la France se retire d’un projet commun. C’est abonder dans le sens d’un chacun pour soi dont on déplore par ailleurs qu’il soit la marque principale du système subi. Il ne faut pas sacrifier un projet d’union au motif que les modalités pour le réaliser ont été dévoyées. La solution ne passe pas par les Etats, elle passe par les peuples.

    S’adresser aux peuples d’Europe

    Il s’impose de souligner ce qui est commun aux peuples d’Europe. Et ce qu’ils ont en commun aujourd’hui, c’est leur souffrance, conséquence directe des choix européens de tous nos gouvernements. Ce qu’ils ont en commun, c’est l’attente, c’est le besoin même, d’une alternative véritable et crédible à cette Europe-là qu’on leur présente encore et toujours comme la seule option possible. Ce qu’ils ont en commun, c’est le désir de pouvoir choisir, ce dont ils sont privés par l’Union européenne telle qu’elle fonctionne.

    Ce qui manque au programme du Front de Gauche, c’est un message crédible aux peuples d’Europe, ce sont des propositions concrètes de réformes des institutions européennes. Il ne suffit pas, comme il le fait amplement, d’indiquer une orientation. Il faut, pour rendre l’espoir, tracer le chemin et indiquer comment le parcourir. Il faut expliquer que des réformes sont techniquement possibles. Il faut présenter les modalités de leur réalisation. Il faut désigner les responsables attendus des blocages.

    Bien entendu, un gouvernement de gauche devra proposer à ses partenaires l’ouverture de négociations en vue d’une refonte de l’Union européenne, de ses institutions et de ses orientations en soulignant qu’il s’agit de rendre aux peuples la possibilité de choisir. Mais cela ne suffira pas.

    Un gouvernement de gauche, dont le sens des responsabilités consistera à réaliser les espérances qu’il a suscitées, devra s’adresser directement aux peuples d’Europe. Au nom des valeurs qui font la devise de la France, il interpellera les peuples d’Europe pour dresser avec eux le constat des nuisances d’une Union européenne au service du patronat et des banquiers et pour proposer un nouveau pacte européen fondé sur le primat de la souveraineté populaire et sur l’exigence d’un système économico-financier au service des peuples et respectueux de la nature.

    Un gouvernement de gauche, au nom de sa volonté d’unir les peuples d’Europe, fera la démonstration du changement possible en proposant la liste des réformes nécessaires pour créer cette union des peuples d’Europe dont la réalisation ne dépend que de la volonté politique.

    Hors d’une telle démarche, les transformations nécessaires que propose le Front de Gauche pour la France se heurteront au blocage européen. Il convient donc, dès à présent, afin de rendre crédible l’alternative dont il est porteur, que le Front de Gauche inscrive dans son programme, autrement que par quelques formules lapidaires, comment il entend mobiliser les peuples d’Europe contre l’oligarchie qui les domine et les exploite.

    Jean-Luc Mélenchon sera d’autant plus crédible en France qu’il aura, d’ici à l’échéance de 2012, expliqué le projet du Front de Gauche dans les principales capitales européennes.

    Raoul Marc Jennar

    Auteur de « Europe, la trahison des élites » (Fayard, 2004) et de « Quelle Europe après le non ? » (Fayard, 2007).

    Soaring Poverty Casts Spotlight on ‘Lost Decade’

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 08

    By 

    Soaring Poverty Casts Spotlight on ‘Lost Decade’ dans Politique/Societe 0914-web-CENSUS

     

    WASHINGTON — Another 2.6 million people slipped into poverty in the United States last year, the Census Bureau reported Tuesday, and the number of Americans living below the official poverty line, 46.2 million people, was the highest number in the 52 years the bureau has been publishing figures on it. And in new signs of distress among the middle class, median household incomes fell last year to levels last seen in 1996.

    Economists pointed to a telling statistic: It was the first time since the Great Depression that median household income, adjusted for inflation, had not risen over such a long period, said Lawrence Katz, an economics professor at Harvard.

    “This is truly a lost decade,” Mr. Katz said. “We think of America as a place where every generation is doing better, but we’re looking at a period when the median family is in worse shape than it was in the late 1990s.”

    The bureau’s findings were worse than many economists expected, and brought into sharp relief the toll the past decade — including the painful declines of the financial crisis and recession —had taken on Americans at the middle and lower parts of the income ladder. It is also fresh evidence that the disappointing economic recovery has done nothing for the country’s poorest citizens.

    The report said the percentage of Americans living below the poverty line last year, 15.1 percent, was the highest level since 1993. (The poverty line in 2010 for a family of four was $22,314.)

    The report comes as President Obama gears up to try to pass a jobs bill, and analysts said the bleak numbers could help him make his case for urgency. But they could also be used against him by Republican opponents seeking to highlight economic shortcomings on his watch.

    “This is one more piece of bad news on the economy,” said Ron Haskins, a director of the Center on Children and Families at the Brookings Institution. “This will be another cross to bear by the administration.”

    The past decade was also marked by a growing gap between the very top and very bottom of the income ladder. Median household income for the bottom tenth of the income spectrum fell by 12 percent from a peak in 1999, while the top 90th percentile dropped by just 1.5 percent. Overall, median household income adjusted for inflation declined by 2.3 percent in 2010 from the previous year, to $49,445. That was 7 percent less than the peak of $53,252 in 1999. Part of the income decline over time is because of the smaller size of the American family.

    This year is not likely to be any better, economists said. Stimulus money has largely ended, and state and local governments have made deep cuts to staff and to budgets for social programs, both likely to move economically fragile families closer to poverty.

    Minorities were hit hardest. Blacks experienced the highest poverty rate, at 27 percent, up from 25 percent in 2009, and Hispanics rose to 26 percent from 25 percent. For whites, 9.9 percent lived in poverty, up from 9.4 percent in 2009. Asians were unchanged at 12.1 percent.

    An analysis by the Brookings Institution estimated that at the current rate, the recession will have added nearly 10 million people to the ranks of the poor by the middle of the decade.

    Joblessness was the main culprit pushing more Americans into poverty, economists said.

    Last year, about 48 million people ages 18 to 64 did not work even one week out of the year, up from 45 million in 2009, said Trudi Renwick, a Census official.

    “Once you’ve been out of work for a long time, it’s a very difficult road to get back,” Mr. Katz said.

    Median income fell across all working-age categories, but was sharpest drop was among the young working Americans, ages 15 to 24, who experienced a decline of 9 percent.

    According to the Census figures, the median annual income for a male full-time, year-round worker in 2010 — $47,715 — was virtually unchanged, in 2010 dollars, from its level in 1973, when it was $49,065, said Sheldon Danziger, professor of public policy at the University of Michigan.

    Those who do not have college degrees were particularly hard hit, he said. “The median, full-time male worker has made no progress on average,” Mr. Danziger said.

    The recession has continued pushing 25-to-34-year-olds to move in with family and friends to save money. Of that group, nearly half were living below the poverty line, when their parents’ incomes were excluded. The poverty level for a single person under the age of 65 was $11,344.

    “We’re risking a new underclass,” said Timothy Smeeding, director of the Institute for Research on Poverty at the University of Wisconsin, Madison.

    “Young, less-educated adults, mainly men, can’t support their children and form stable families because they are jobless,” he added.

    But even the period of economic growth that came before the recession did little for the middle and bottom wage earners.

    Arloc Sherman, a senior researcher at the Center on Budget and Policy Priorities, said that the period from 2001 to 2007 was the first recovery on record where the level of poverty was deeper, and median income of working-age people was lower, at the end than at the beginning.

    “Even before the recession hit, a lot of people were falling behind,” he said. “This may be adding to people’s sense of urgency about the economy.”

    The suburban poverty rate, at 11.8 percent, appears to be the highest since 1967, Mr. Sherman added. Last year more Americans fell into deep poverty, defined as less than half the official poverty line, or about $11,000, with the ranks of that group increasing to 20.5 million, or about 6.7 percent of the population.

    Poverty has also swallowed more children, with about 16.4 million in its ranks last year, the highest numbers since 1962, according to William Frey, senior demographer at Brookings. That means 22 percent of children are in poverty, the highest percentage since 1993.

    The census figures do not count noncash assistance, like food stamps and the earned-income tax credit, and economists say that as a result they tend to overstate poverty numbers for certain groups, like children. But rises in the cost of housing, medical care and energy are not taken into account, either.

    The report also said the number of uninsured Americans increased by 900,000 to 49.9 million.

    Those covered by employer-based insurance continued to decline in 2010, to about 55 percent, while those with government-provided coverage continued to increase, up slightly to 31 percent. Employer-based coverage was down from 65 percent in 2000, the report said.

    Ne pas détruire les banques : les saisir !

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 04

    jeudi 2 décembre 2010, par Frédéric Lordon : http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir

    Il faut peut-être prendre un ou deux pas de recul pour admirer l’édifice dans toute sa splendeur : non seulement les marchés de capitaux libéralisés, quoique les fabricateurs de la crise dite des dettes souveraines (voir « Crise : la croisée des chemins »), demeurent le principe directeur de toutes les politiques publiques, mais les institutions bancaires qui en sont le plus bel ornement sont devenues l’unique objet des attentions gouvernementales. Les amis du « oui » au Traité constitutionnel de 2005 trouvaient à l’époque trop peu déliées à leur goût les dénonciations de « L’Europe de la finance » mais si le slogan ne sonne en effet pas très raffiné, c’est que la réalité elle-même est grossière à ce point. L’entêtement à soumettre les politiques économiques aux injonctions folles des créanciers internationaux, telles qu’elles s’apprêtent à nous jeter dans la récession, trouve ainsi son parfait écho dans la décision, qui ne prend même plus la peine de se voiler, de mobiliser le surplus d’emprunt européen de l’EFSF [1]… pour le sauvetage des banques irlandaises bien méritantes d’avoir savamment ruiné les finances publiques du pays [2]. Le cas de l’Irlande a ceci d’intéressant que la connexion entre finances bancaires privées et finances publiques y est plus directe et plus visible qu’ailleurs, mais il ne faut pas s’y tromper : pour la Grèce déjà, et pour tous les autres candidats au sauvetage qui suivront, il s’agit toujours in fine moins de sauver des Etats que d’éviter un nouvel effondrement de la finance – et l’on attend plus que le barde européen de service qui viendra célébrer l’Europe en marche d’après ses plus hautes valeurs : solidarité et humanisme, car après tout c’est vrai : nous voilà, contribuables citoyens européens [3], solidaires des banques de tous les pays, et les banquiers sont des hommes comme les autres.

    Il y a pourtant quelque part un point de réalité où les fables déraillent et les voiles se déchirent. Manifestement nous nous en approchons. Et, némésis incompréhensible de tous ceux qui, l’ayant voulue ainsi, l’ont défendue envers et contre tout, l’Europe commise à la finance contre ces citoyens mêmes est sur le point de périr par la finance.

    La croyance financière à la dériveRetour à la table des matières

    En univers financiarisé, il n’y a pas de signe de crise plus caractéristique et plus inquiétant que la perte des ancrages cognitifs collectifs qui, en temps ordinaires, régularisaient les jugements et les comportements des investisseurs. Or tout vole en éclat et la croyance financière n’est plus que dérive erratique. Inutile de le dire, la perte de toute régularité interprétative et comportementale rend impossible la conduite des politiques économiques toujours exposées au risque d’être reçues à l’envers des effets qu’elles pensaient produire, et même d’être systématiquement rejetées puisque, quelle que soit la proposition, les jugements de la finance sont écrasés par un affect directeur de panique et que, littéralement parlant, plus rien ne va – énoncé qu’il faudrait d’ailleurs lire en remettant les mots dans leur ordre adéquat : rien ne va plus.

    Ainsi le 30 septembre l’agence Moody’s a-t-elle le front de dégrader la note souveraine espagnole au motif… d’une insuffisante croissance, alors même qu’elle a si bien concouru au printemps à faire adopter les politiques de rigueur… qui tuent la croissance. L’opinion financière, agence et opérateurs ici confondus, réclament donc à cors et à cris la rigueur, et vendront les dettes publiques s’ils ne l’ont pas. Mais ils ne veulent pas des conséquences de la rigueur et vendront la dette publique s’ils les ont. Sans même en venir à des considérations de principe tenant pour une espèce de crime contre la souveraineté démocratique [4] que l’on évince les réquisits des citoyens par ceux des créanciers, sorte d’effet d’éviction [5] qui incidemment n’a jamais empêché les économistes standard de dormir, n’importe quel décideur politique tant soit peu rationnel arrêterait qu’il est simplement inenvisageable de se soumettre à une tutelle aussi désarticulée, qui lui fera faire tout en lui demandant au surplus son contraire. Mais quelqu’un a-t-il entendu le moindre commencement de l’évocation d’un éventuel projet d’émancipation européenne en cette matière ?

    L’union monétaire est donc vouée à dévaler, avec les investisseurs auxquels elle a lié son sort, la pente du chaos cognitif collectif, et il n’y aura plus qu’à s’étonner de l’étonnement de ceux qui découvrent affolés que « plus rien ne marche » : car en effet les conditions sont maintenant en place pour que rien ne marche plus. Dans une tentative héroïque de réplication d’une opération-vérité à la suédoise, la banque centrale irlandaise a décidé d’annoncer en mars les besoins « véritables » [6] – colossaux [7] – de recapitalisation d’un système bancaire privé dont la taille relativement au PIB du pays était déjà en soi un signe de déraison manifeste [8] (proposée à la réparation de l’Europe entière…). Las, les autorités irlandaises qui escomptaient les profits d’admiration généralement accordés au stoïcisme et le prix de son « courage » sous forme de détente des taux d’intérêt, n’ont reçu qu’un surplus de panique et la mise en cause de leurs finances publiques devenues solidaires des finances privées pour des montants il est vrai affolants. Ceux qui espéraient le retour au calme du sauvetage de l’Irlande ont vite compris à quoi s’en tenir : dès lundi matin sitôt l’annonce faite, les taux d’intérêt irlandais se détendaient très légèrement sur les échéances inférieures à deux ans… et se tendaient à dix ans, attestation indirecte de ce que l’EFSF n’est vu que comme une parenthèse sans pouvoir de résolution durable ; lundi soir c’était la débâcle obligataire. Et l’on tiendra pour un symptôme très caractéristique de la destruction des repères cognitifs de la finance le fait que quelques jours avant l’annonce du plan de sauvetage irlandais, 35 milliards d’euros étaient jugés par les analystes comme un volume tout à fait à la hauteur des besoins de recapitalisation bancaire alors que dès l’après midi de son annonce il était trouvé notoirement insuffisant…

    L’Union dans son ensemble est logée à la même enseigne. Elle croyait le sauvetage de la Grèce et la constitution de l’EFSF propres à impressionner l’opinion financière et à la raisonner pour de bon. Il n’en a rien été comme l’atteste la recherche frénétique par la finance du nouveau maillon faible sitôt le précédent réparé. Formellement semblable en cela à la séquence qui à partir du printemps 2008 avait vu l’inanité des sauvetages ponctuels, Bear Stearns, Fannie, Freddie, jusqu’au point de bascule Lehman, la succession des bail-outs européens n’arrête plus rien mais a l’effet exactement opposé d’allonger sans fin la liste des suspects – la seule chose dont débat maintenant la finance étant l’ordre dans lequel il faut les « prendre ». On pourrait être tenté de filer le parallèle avec l’automne 2008 pour en tirer la conclusion que, la formule des sauvetages ponctuels épuisée, seule une solution globale frappant fort un grand coup a quelque chance de produire l’effet de choc propre à modifier brutalement la configuration des anticipations collectives de la finance. La menue différence, trois fois rien, tient au fait qu’à l’époque les finances publiques étaient fraîches et disponibles pour tirer d’affaire ces messieurs de la banque. Or, le sauvetage de la finance privée et les coûts de récession sur le dos, les budgets sont désormais aux abonnés absents, la situation ayant d’ailleurs si mal tourné que les finances publiques sont passées du côté du problème et ne font décidément plus partie des solutions.

    Misère du fonds de secours européenRetour à la table des matières

    C’est cet état de fait que l’EFSF s’emploie à masquer autant qu’il le peut. Mais l’illusion qu’il avait congénitalement vocation à produire, et celles qu’il entretient sur son propre compte, finiront bientôt par craquer. Il y a d’abord qu’on n’est pas très au clair sur l’extension véritable des sollicitations dont il peut faire l’objet, et il reste comme une incertitude sur la nature de la « facilité » qu’il est censé apporter. Est-il simple « facilité intermédiaire » destinée à faire d’ici 2013 les soudures de trésorerie des Etats temporairement en délicatesse avec les marchés ? Si tel est le cas, la force de frappe du fonds s’apprécie d’après les besoins de financement des Etats, c’est-à-dire la somme des déficits courants et des échéances de dette arrivant à maturité sur la période. L’Irlande et le Portugal à eux deux devront trouver 60 milliards en 2011 et 40 pour 2012. L’Espagne à elle seule aura besoin de 190 milliards d’euros pour 2011 et 140 autres milliards pour 2012 [9] – 330 milliards et encore : un an en avance de l’échéance de l’EFSF, plus les 100 des deux précédents, 430 milliards à eux trois… pour une enveloppe globale de l’EFSF de 440 milliards [10] – et plaise au ciel que tout aille bien pour l’Italie et la France, les deux têtes de turc d’ores et déjà inscrites dans la file.

    Il y a ensuite que l’EFSF n’a pas exactement les moyens qu’il dit avoir. Car pour obtenir la notation triple-A qui lui permet de lever des fonds à coût moindre que les Etats en difficultés, l’EFSF a été contraint de sur-collatéraliser à 120% ses actifs [11]. La chose signifie que tout euro prêté doit être adossé à 1,2 euros de fonds levé par l’EFSF (en fait par les Etats contributeurs) – et sur les 440 milliards nominaux seuls donc 366 sont réellement disponibles. La logique de la sur-collatéralisation n’est pas autre chose que celle de la garantie que l’EFSF prétend apporter et du coût de défaut qu’il prendrait à sa charge puisqu’il en soulage les créanciers internationaux. Mais l’enveloppe est en fait bien plus petite encore. Car d’une part disparaissent (assez logiquement) de la liste des Etats contributeurs au fonds les Etats devenus suppliants du fonds – on peut sans doute tenir le manque pour surmontable quand il s’agit des 12 milliards d’euros d’apport de la Grèce et des 7 de l’Irlande, mais le trou commencera à se voir si jamais il faut se passer d’un coup des 52 de l’Espagne… Et s’y ajoute d’autre part que l’EFSF pour conserver son triple-A devra n’être abondé que par des Etats eux-mêmes triple-A, avec risque de casse majeur si d’aventure l’un des « gros » se trouvait être dégradé – vienne la France, au hasard, à perdre son sésame, l’EFSF trépasserait vraisemblablement dans l’instant.

    Il y a enfin que l’EFSF n’a été dimensionné que dans la logique des sauvetages ponctuels (au surplus en petit nombre) et qu’il serait strictement incapable de faire face à un épisode de défauts souverains simultanés par contagion foudroyante – ce ne serait plus les besoins de financement publics à deux ou trois ans qu’il faudrait regarder mais les encours mêmes de dette, et l’ordre de grandeur change d’un coup du tout au tout. Affolés par ces perspectives qu’ils ont eux-mêmes si bien contribué à créer, les investisseurs sont maintenant obsédés par une quête de la sécurité parfaite que, curieusement ils ne leur viendraient pas à l’idée d’exiger d’un débiteur privé, et dans le monde particulier dessovereigns [12], « senior » est implicitement tenu pour synonyme de « garanti » [13] ! (comme l’atteste le plan irlandais qui a pris grand soin d’épargner ces créanciers-là). Or ce n’est pas du côté de l’augmentation des moyens du fonds que viendra la solution parce que régler les problèmes des plus endettés en surendettant ceux qui le sont moins finira par se voir. Il est utile de redire que la solution du bootstrapping par laquelle le baron de Münchausen s’extrait de la boue en se tirant lui-même par les cheveux ne fonctionne que dans les contes. Dans la réalité européenne présente, plus il y a de secourus moins il y a de secouristes, et plus ces derniers se préparent à rejoindre les précédents dans leur catégorie.

    Le syllo de CantoRetour à la table des matières

    A la question de savoir comment tout ceci peut se finir, la réponse est donc : mal. Et ceci d’autant plus que les corps sociaux commencent à sérieusement renauder. Sans doute l’enchaînement des faits est-il compliqué à suivre dans son détail technique mais le tableau d’ensemble lui est des plus clairs, et tout le monde en voit maintenant parfaitement les couleurs dégueulasses : 1) la finance privée est l’auteur de la plus gigantesque crise de l’histoire du capitalisme ; 2) les banques ne doivent d’avoir forcé les pouvoirs publics à les secourir qu’au fait d’occuper cette place névralgique dans la structure d’ensemble du capitalisme qui leur permet d’enchaîner le corps social tout entier à leurs intérêts particuliers ; 3) cette situation qui a tout de la parfaite prise d’otage aurait dû conduire sitôt le sauvetage de 2008, non seulement à fermer largement le jeu de la finance de marché [14], mais à recommunaliser le système bancaire en tant précisément qu’il est de fait le dépositaire de biens communs vitaux [15], à savoir : la sûreté des encaisses monétaires du public et les conditions générales du crédit à l’économie réelle ; 4) infestés par les représentants des puissances d’argent, les Etats n’en ont rien fait et donné le secours pour rien, ou plutôt pour un double bras d’honneur, qui a d’abord pris la forme du maintien des rémunérations exorbitantes et surtout, plus grave, celle de l’application de la férule des marchés aux finances publiques, saignées soit d’avoir sauvé directement les banques, soit de faire face aux coûts de la récession ; 5) les splendides mécanismes des marchés de capitaux concourent avec une rare élégance à l’organisation du pire en rendant insoluble la crise des dettes qu’ils ont eux-mêmes fait naître ; 6) et ceci jusqu’à ce que cette crise-là devienne irrémédiablement la leur à nouveau, menaçant d’un deuxième effondrement du calibre de 2008 ; 7) pendant quoi l’Europe invente à la hâte de nouvelles institutions supposées venir en aide « aux Etats » là où tous voient bien qu’il s’agit de sauver les banques pour la deuxième fois. Or, pour ainsi dire, c’est la deuxième fois de trop – car on se demande encore comment la première a été avalée si facilement par les corps sociaux décidément d’un calme olympien. Jusqu’ici.

    Jusqu’ici, car maintenant ça commence à glouglouter méchamment dans la marmite et les populations hors de leurs gonds cherchent légitimement de quoi se passer les nerfs sur les banques. Le succès de la vidéo Cantona n’a pas d’autre origine, et il faudrait le fin fond de l’ineptie politique pour n’en pas saisir le sens réel qui dit l’arrivée aux limites de ce que les populations sont prêtes à tolérer de scandale. Pour tout le bien-fondé de la colère qu’il exprime, il y a pourtant de quoi s’effrayer de son implacable syllogisme qui dit en gros : « les banques et les banquiers sont la cause de tous nos maux » – schématique mais vrai –, « or les banques ne vivent que de nos dépôts » – partiellement vrai encore –, « par conséquent, pour abattre les banques et se débarrasser du fléau il suffit de leur retirer nos dépôts » – techniquement vrai… mais in fine catastrophiquement faux.

    Bank run : il n’y en aura pas pour tout le monde !Retour à la table des matières

    Parce que Canto, tu retires tes économies et puis tu en fais quoi ? Matelas ? Lessiveuse ? Tâche aussi de te présenter au guichet parmi les tout premiers car il n’y en aura pas pour tout le monde. À chaque instant, en effet, les banques sont strictement incapables de faire face à l’exercice généralisé de la convertibilité inconditionnelle des dépôts à vue en espèces. Sur leurs larges populations de déposants, la loi des grands nombres leur assure en temps ordinaires une régularité statistique des comportements de retrait dont la moyenne globale ne représente qu’une fraction minime des dépôts réels, et n’appelle donc qu’un taux de couverture équivalent – bas.

    Evidemment tout change lorsque des circonstances exceptionnelles modifient brutalement les comportements de retrait, en les corrélant intensément, par exemple sous l’effet d’une panique collective qui conduit à la ruée des déposants. Planifiant sa propre détention d’espèces sur la base des comportements moyens ordinaires, la banque se retrouve incapable de faire face à des demandes de retrait brutalement modifiées. De là le ravissant spectacle des files de déposants, éclusées délibérément au compte-goutte pour donner le temps à la banque de s’alimenter en liquidités – quand elle le peut. Le rationnement, pour dire les choses en termes pudiques, fait donc nécessairement partie d’un bank run, c’est pourquoi il arrive que la queue au guichet soit un peu tassée, parfois même qu’on s’y marche légèrement dessus, car d’emblée on sait que tous ne récupéreront pas leurs billes.

    Lessiveuses et patatesRetour à la table des matières

    Mais les vraies joyeusetés commencent après. Car, les banques mises au tapis dans un bel ensemble, il faut tâcher de se figurer de la plus concrète des manières ce à quoi peut bien ressembler la vie matérielle. Manger par exemple. C’est-à-dire aller acheter à manger. Payer par chèque ? plus possible : plus de banques. Tirer de l’argent au distributeur ? plus possible : plus de banques. Obtenir un crédit ? plaisanterie ! plus de banques. Reste l’argent liquide au fond des poches. Canto qui se sera présenté parmi les premiers aura sa lessiveuse pour tenir. Mais pour les 90% rationnés, ça leur fera quatre à cinq jours d’horizon, en forçant plutôt sur les pâtes, et juste le temps de se mettre à l’art du jardin potager, car après… Parce qu’il détruit instantanément le système des paiements et du crédit, l’effondrement bancaire général est l’événement extrême en économie capitaliste, arrêt des productions incapables de financer leurs avances, impossibilité même des échanges puisque la circulation monétaire a perdu ses infrastructures, une sorte de comble du chaos matériel, et le monde social n’a pas belle allure lorsque les individus en sont réduits à lutter pour leur survie matérielle quotidienne.

    Le syllo de Canto commet donc ce qu’on pourrait appeler une erreur de métonymie : il prend l’accident pour la substance, ou la réalisation particulière pour la généralité. La vérité, si elle manque sans doute de poésie, est que nous avons besoin de banques, nous en avons même un besoin vital. Mais dire que nous avons besoin de banques est une chose, et la question de savoir de quelles banques nous avons besoin en est une autre. Car des systèmes bancaires il en existe de toutes sortes, des pires et des meilleurs. Et l’on pourrait en dire ce qu’on dit déjà de cet autre générique inconsistant, « L’Europe » : ce ne sont pas les banques, c’estcette forme de banque qu’il faut détruire. On trouvera la nuance bien mince et de peu d’implications concrètes. Elle signifie pourtant que la ruine totale n’est pas une option attrayante, encore moins la ruine organisée de propos délibéré. Dans les banques, il y a les infrastructures des systèmes de paiement et de tenue des comptes, c’est-à-dire les prérequis à tout échange possible dans une économie monétaire à travail divisé. Il y a aussi des gens (plus ou moins) capables de prendre des décisions de crédit, pour les ménages, les entreprises, et puis quelques autres choses encore que nous avons sacrément intérêt à garder.

    Faire tomber les banques, 
    mais par le défaut souverain…Retour à la table des matières

    Il faut bien reconnaître cependant qu’il n’est pas facile de décourager les plans naufrageurs du public en colère quand le système bancaire lui-même travaille si bien à son propre effondrement… Car voilà où en est la magnifique Europe des traités, celle-là même qui voulait tant qu’on ne l’appelle pas « L’Europe de la finance », et voilà ce qui lui pend au nez comme un sifflet de deux ronds : le défaut généralisé. Désormais les uns entraînent les autres sans qu’on n’ait plus idée ni de la cause ni de l’effet. Dans l’atmosphère de panique qui emporte les marchés obligataires, le fait marquant est en effet la solidarité (dans la déveine) des financials et dessovereigns, c’est-à-dire des titres bancaires et des titres publics. La corrélation de leurs primes de CDS [16] et de leurs spreads [17] respectifs donne une idée du degré auquel les destins des finances publiques et des finances bancaires privées sont désormais intriqués puisque sauver les banques ruine les Etats et que le possible défaut des Etats ruinera les banques. C’est l’emballement collectif des investisseurs qui se charge de déployer cette dynamique fatale, la croyance financière au défaut souverain faisant advenir le défaut souverain – et puis juste après le défaut bancaire ! Et la synergie des faillites combinées s’annonce d’une telle magnitude que tous les EFSF de la terre peuvent d’ores et déjà aller se rhabiller.

    Entre faire tomber les banques par un run de déposants en colère et les voir tomber d’elles-mêmes sous l’effet de leurs propres turpitudes, la différence, à résultat concret équivalent, est celle qui laisse au capitalisme financier et à ses « élites » l’entière responsabilité historique de la ruine finale. Et si vraiment, plutôt que de simplement regarder tomber les banques, on voulait activement les faire tomber, la meilleure option à tout prendre consisterait bien plutôt à ce que, par inversion des rôles dans la comédie du bras d’honneur, ce soit l’Etat qui s’en charge en déclarant souverainement le défaut sur sa dette publique. Car pour produire tous ses effets, le défaut « nu », celui du simple bank run citoyen, ne suffit pas, et la manœuvre ne prend tout son sens politique possible que :

    1. de signifier par un geste unilatéral de souveraineté à qui revient le pouvoir en dernière analyse : aux peuples, pas à la finance ;

    2. par répudiation de tout ou partie de la dette publique, de soulager aussitôt les populations de la contrainte d’austérité et de récupérer des marges pour des politiques de croissance ;

    3. de s’armer d’une politique publique de transformation radicale, prolongement nécessaire du simple défaut, visant, d’une part, l’affranchissement du financement des déficits publics des marchés de capitaux [18]) (seul moyen que le défaut maintenant ne vaille pas sur-pénalisation par les marchés plus tard), et, d’autre part, la refonte complète des structures bancaires (de toute façon mises à bas par le défaut même)

    Il y a fort à parier que, parmi les gouvernements commis d’aujourd’hui, il ne s’en trouvera aucun capable de l’insolence affirmative qui est la marque de la souveraineté, et de revendiquer par le défaut l’état de guerre ouverte avec la finance – car après tout le problème est bien plus symétrique qu’on ne croit : la finance peut sans doute nous prendre en otages mais, dès lors qu’il est suffisamment débiteur, l’Etat a aussi les moyens de la ruiner, avec au surplus, derrière, le pouvoir de la ramasser à la petite cuillère et à sa façon. Qu’à cela ne tienne : c’est le développement endogène de la dynamique financière présente qui se chargera de faire le travail, et le défaut que les Etats pourraient endosser dans un geste de rupture délibéré s’imposera à eux comme à des boutiquiers déconfits. Nous n’avons de toute façon plus le choix que de penser sous l’hypothèse de l’effondrement bancaire consécutif à des dénonciations souveraines, revendiquées ou subies, c’est-à-dire sous l’hypothèse resurgie de « l’automne 2008 » – mais avec cette différence par rapport à 2008 que la solution par le sauvetage d’Etat est désormais barrée.

    … et les saisir !Retour à la table des matières

    A l’honneur (ou au déshonneur) près, toutes les possibilités ouvertes par le défaut combiné des Etats et des banques restent offertes. Car pour tous ses dangers réels, la faillite technique des banques a au moins un effet intéressant : elle permet de leur mettre la main dessus. Et à pas cher en plus. Les arguments de principe pour une recommunalisation du système du crédit abondent ; la situation de faillite leur offre leurs conditions de réalisation – et même de réalisation modique. Car si la nationalisation intégrale est la première étape du processus de recommunalisation du bien commun bancaire, avant la mutation ultérieure en système socialisé du crédit [19]), la situation critique de la faillite générale offre la possibilité d’opérer cette nationalisation par simple saisie.

    A l’inverse des pratiques ordinaires du redressement des entreprises en difficulté, il n’y a pas de solution privée à l’effondrement global des institutions bancaires qui condamne dès lors irrémédiablement leurs actionnaires à la vitrification. Le sauvetage public, quelle qu’en soit la modalité, n’a donc aucun compte à tenir de cette population spéciale qu’on peut d’ores et déjà tenir pour annihilée, conformément d’ailleurs à l’esprit même du capitalisme des sociétés par actions : les apports en fonds propres ne sont pas récupérables et les actionnaires n’acquièrent leur part de propriété (et les droits afférents aux dividendes) qu’en contrepartie d’accepter une perte définitive en cas de faillite – nous y sommes. Saisir les banques faillies n’a donc aucun caractère d’attentat à la propriété puisque la propriété a été anéantie par la faillite même, la faillite étant de ce point de vue l’équivalent capitaliste de la bombe à neutrons qui tue les droits de propriété en laissant intacts les bâtiments, les équipements et même, quoique pendant un temps relativement court, les humains salariés capables de les faire marcher. C’est tout cela qu’il faut récupérer.

    À l’instant t0 plus epsilon qui suit le passage des neutrons, les pouvoirs publics ne se penchent sur le cas des banques à terre que parce qu’il y va d’un bien commun vital pour la société et pour cette raison seule. Le jeu normal du marché anéantit les actionnaires et cette partie-là du jeu ne sera pas modifiée. Le sauvetage public n’a aucune vocation à les ressusciter, il n’a pas d’autre finalité que de nous éviter le désastre collectif qui suit particulièrement d’une faillite bancaire. L’alternative qui naît de cet événement est alors des plus simples et, selon que l’Etat fait ou ne fait pas, ne laisse le choix qu’entre, d’une part, des banques à terre, des actionnaires morts et nous morts avec très peu de temps après, ou bien d’autre part, des banques redressées, des actionnaires laissés morts mais nous vivants par le fait même de la saisie-redressement. On constatera que dans ces deux états du monde possibles les actionnaires meurent identiquement, et que la différence notable tient au seul fait que dans l’un nous mourrons avec eux, dans l’autre pas, raison pour quoi il ne devrait pas y avoir à réfléchir trop longtemps avant de choisir la bonne solution.

    La banque centrale, ultime recoursRetour à la table des matières

    Mais une faillite ne laisse pas que des actionnaires sur le carreau : des créditeurs aussi. Le droit ordinaire des faillites et ses résolutions concordataires offrent cependant à ces derniers une chance de récupérer une partie de leur mise. Mais ce droit-là est privé et la logique du défaut souverain lui est hétérogène. Mis à part les dettes souveraines, le gros du problème tient dans le réseau des dettes-créances interbancaires. On peut imaginer leur partiel netting [20]) sur le territoire pertinent – dont on réserve de dire quelle doit être la circonscription (voir infra). Ce netting« interne » peut s’accompagner d’un défaut sur les engagements « externes » (i. e. avec les institutions financières situées hors du « territoire pertinent »), à la façon dont les banques islandaises se sont remises bien plus vite que prévu du fait de n’avoir pas hésité à dénoncer les passifs non-résidents [21] – et mieux encore d’avoir fait valider ce geste de dénonciation par un référendum populaire !

    Au rang des créditeurs internes, il faut compter également tous les épargnants individuels, détenteurs de titres publics par assurances-vie et Sicav interposées. Disons tout de suite que le défaut souverain a spontanément de bonnes propriétés de justice sociale puisqu’il frappe proportionnellement les plus gros épargnants qui sont aussi les plus riches, même si l’on peut envisager de garantir ces créditeurs-là à hauteur d’un certain plafond qui ne ferait plonger que les plus fortunés. En remontant l’ordre de séniorité, viennent enfin les déposants dont il est assez évident que les dépôts à vue et à terme doivent être garantis – hors de quoi le sauvetage des banques est simplement privé de sens.

    Mais dans tous les cas de figure il y aura des pertes colossales à prendre et des recapitalisations tout aussi importantes à opérer du fait de la prévisible destruction des bases de fonds propres. C’est bien pourquoi les plans de 2008 étaient à double détente : concours de la banque centrale pour assurer la liquidité vitale des banques et permettre au moins la continuité d’opération du système des paiements, « plans de redressement » à la façon du TARP des Etats-Unis, de la NAMA irlandaise, de la SFEF française, etc. Ces volets « redressement » étaient indispensables pour, au-delà de la simple survie, remettre le système bancaire en état de reprendre ses activités de crédit. À ceci près qu’ils ont été assurés sur les finances publiques et que maintenant c’est fini. Le redressement peut être amorcé par cessions massives d’actifs (quoique dans la situation envisagée, on se demande bien qui pourrait en être preneur…), ou à tout le moins voir son ampleur diminuée par une réduction brutale des périmètres d’activité : les banques en saisie-redressement abandonneront tout ou partie de leurs activités de marché et seront priées de se reconcentrer sur ce qui est historiquement leur métier, à savoir le crédit à l’économie et l’offre de formules d’épargne simples – l’une des opportunités offertes par la faillite étant donc de permettre de médiocriser la finance [22].

    À ce stade critique cependant, c’est-à-dire quand les possibilités financières d’intervention de l’Etat ont été épuisées, il ne reste de toute façon plus qu’un seul instrument significatif mobilisable : la banque centrale. Ça n’est pas la peine de commencer à hurler à l’inflation, car, en cette situation-là, il n’y a plus qu’à choisir entre le risque de l’inflation future et la certitude de la mort matérielle tout de suite – alternative qui normalement ne laisse pas le loisir d’hésiter très longtemps. À court terme au moins les fonds de reconstruction d’un système bancaire ne pourront donc plus venir que de la création monétaire.

    Quant à ceux qui pousseront de grands cris à l’idée que la banque centrale pourrait abonder de cette manière le capital des banques à reconstruire, on leur fera observer qu’ils ont gardé un délicat silence lorsque la Réserve Fédérale s’est transformée en gigantesque hedge fund de racheter tous les actifs pourris des banques privées en pleine déconfiture – ceci dit au moment précis où la Fed révèle la liste des récipiendaires des 3300 milliards de dollars de concours variés qu’elle a mis à leur disposition, comme quoi, dirait l’adage populaire, pas faux en l’occurrence, quand on veut, on peut…

    Salut, souveraineté, territoireRetour à la table des matières

    Et voilà où se pose pour de bon la question du « territoire pertinent ». Est pertinent le territoire sur lequel existe une banque centrale décidée à accomplir toutes ces actions. Il y a malheureusement toutes les raisons de redouter que ce ne soit pas la zone euro. Jamais ni les représentants allemands à la BCE, ni le gouvernement de Bonn ni la cour constitutionnelle de Karlsruhe ne consentiraient la chose qui leur apparaît comme le comble de l’horreur. Il est vrai que sauf les mythologies du « couple franco-allemand », faire une Europe monétaire avec l’Allemagne était d’emblée une entreprise impossible [23] – et en même temps, dans l’hypothèse retenue, les banques privées allemandes seraient au tapis comme les autres et il faudra bien que l’Allemagne invente quelque chose… L’Allemagne mise à part, on peut craindre également que la BCE elle-même se refuserait à une intervention massive de cette sorte, en effet en violation flagrante de tous les textes qui encadrent son action. On dira qu’on reconnaît précisément ces moment de souveraineté pure à l’envoi au bain des textes, encre sur du papier susceptible d’être rayée par une autre encre derrière laquelle de toute façon il n’y a jamais que de la force, la force politique du corps social souverain, en dernière analyse l’unique force motrice de tout l’univers politique. Les Argentins, au cœur de la crise de 2001-2002, ne se sont-ils pas débarrassés en une nuit du currency board dont ils avaient pourtant gravé les termes dans le marbre de la constitution ?

    Mais ces reprises de souveraineté supposent des conditions d’unité politique qui n’existent pas dans le cas européen où les traités demandent deux ans pour être modifiés là où il s’agit d’agir en deux jours, quand ça n’est pas en deux heures – et les pétaudières de l’intergouvernemental à 27 ne sont pas exactement ce qu’on appelle une force de réaction rapide…. On peut être tout à fait sûr que si besoin était vraiment, le gouvernement des Etats-Unis n’hésiterait pas un instant à envoyer valser le Reserve Federal Act pour reprendre en mains les contrôles et les latitudes qu’appelle impérieusement la situation d’exception. Cette possibilité n’existe même pas dans la navrante construction européenne dont on sait bien qu’elle est un barbarisme au regard de la grammaire fondamentale de la souveraineté – et seule la mauvaise foi européiste, cette dégénérescence de l’idée européenne, comprendra ici que souveraineté ne rime qu’avec « nation », au sens des nations présentes, là où il s’agissait d’envisager les conditions de possibilité d’un véritable redéploiement de souveraineté à une nouvelle échelle : pour ainsi dire de refaire nation mais « à l’étage supérieur ».

    Aussi, et comme le salut impose impérieusement ses réquisits, on peut imaginer que la zone euro se fracturerait selon une ligne de découpe séparant ceux qui s’accorderont à l’exercice d’une souveraineté commune dictée par la nécessité du geste monétaire massif et ceux qui ne le voudront pas. Ou bien qu’elle céderait à de très fortes pressions à la « renationalisation » de l’action publique, c’est-à-dire à un retour à l’échelle territoriale où, pour l’heure, en existe en fait les réels moyens de souveraineté. Réapparition de banques centrales nationales ou bien de sous-blocs monétaires, à partir de l’euro et avec les problèmes transitoires de double circulation, inutile de dire qu’on sera là entré dans un monde non-standard…

    Notre heureRetour à la table des matières

    Mais quels choix reste-t-il vraiment quand les marchés auxquels les Etats se sont livrés gaiement s’apprêtent à faire leur ruine ? Quand la collusion des élites politiques et économiques a atteint le degré que nous lui connaissons, quand le gouvernement est devenu le fourrier du capital à un point de caricature qui ferait rougir Marx (jusqu’à faire nommer sans discontinuer des chefs d’entreprise ministre des finances depuis dix ans…), quand l’asservissement des politiques publiques aux intérêts de la finance est tel que même la plus grande crise à l’échelle d’une génération ne parvient pas à obtenir le moindre commencement de régulation, quand tous les mécanismes institutionnels du présido-parlementarisme organisent la parfaite coupure d’avec le peuple et la capture de fait du pouvoir par une oligarchie séparée qui ne répond plus de rien ni à personne – comme l’attestent à propos des retraites une désapprobation de masse balayée d’un revers de main –, quand n’existe plus nulle part aucun mécanisme institutionnel de réelle représentation, aucune force de rappel politique, alors il est avéré qu’il n’est plus de solution de transformation à froid de l’ordre social – à l’encontre même de la (fausse) promesse « démocratique » [24] d’ingénierie politique ordonnée du changement. Ce sera donc à chaud.

    La question est alors celle de savoir en quels lieux précisément faire monter la température – en ne cachant pas que « température augmentée » signifie qu’il y a aura des bris de quelque chose quelque part. Marx en son temps avait parfaitement perçu que la convulsion est la modalité privilégiée par l’histoire de dépassement des contradictions. Le nexus présent des contradictions de ce qu’il faut bien appeler avec Badiou le capitalo-parlementarisme, contradictions mêlées d’un système économique conduit au désastre par la finance libéralisée et d’un système politique institutionnel qui, en tous les sens du terme, ne répond plus, et n’est donc plus l’instance possible de transformation du premier, ce nexus a épuisé le spectre de ses solutions internes. Si vraiment on en arrive en ce point où, les possibilités d’accommodation « régulière » du système évanouies, ne reste plus que le choix de son renversement, alors il y a cependant quelques raisons de préférer le soulèvement politique à l’insurrection bancaire. Car la seconde nous abat nous-mêmes dans le même mouvement où elle abat ses ennemis, alors que le premier conserve la Banque comme principe mais nous rend les moyens de lui donner la forme que nous voulons – et dont nous avons besoin.

    Cantona pense faire la révolution sans violence en effondrant les banques. Mais c’est qu’il n’a pas idée des violences du chaos matériel qui suivrait. Si le blocage institutionnel et le verrouillage par le bloc hégémonique rendent chaque jour un peu plus probable l’issue qu’un « bon » système politique a normalement pour vocation de tenir aussi éloignée que possible, à savoir le débordement insurrectionnel, toutes les insurrections ne se valent pas. Et si vraiment violence il devait y avoir, plutôt celle qui permet de reprendre les institutions confisquées (ou d’inventer de nouvelles institutions) que celle qui nous jetterait les uns contre les autres dans des luttes pour la survie matérielle. Qu’elle le dise de travers n’empêche pourtant pas la sortie de Cantona d’avoir son fond de justesse : les tyrannies ont rarement le bon goût de quitter d’elles-mêmes la scène de l’histoire et seuls des rassemblements de force adéquats peuvent les en expulser. La finance a régné 25 ans, c’est plus qu’il n’en faut pour dresser un bilan, et le bilan dit : c’est assez. La particularité de l’époque réside en ceci que la tyrannie impersonnelle de la finance collabore activement à son propre renversement puisque, par une sorte de nécessité interne qui confirme, en la poussant à son comble, sa vocation à la destruction sociale, elle est sur le point de tout engloutir et paradoxalement jusqu’à elle-même. Les Romains disaient que « ceux que Jupiter veut perdre, il commence par les rendre fous » – nous y voilà. La perspective de chocs immenses n’est pas gaie, mais qu’à la face de l’histoire il revienne entièrement aux fous de l’avoir fait advenir. Et que les autres en tirent le meilleur parti, celui du moment décisif où leur joug se lève, éventuellement de s’être autodétruit, et où ils peuvent enfin se dire que « c’est notre heure ».

    Notes

    [1] European Financial Stability Facility, le fonds de secours établi lors du sommet de Bruxelles du 9 mai 2010 à la suite du plan de sauvetage de la Grèce.

    [2] Sur les 85 milliards d’euros du « paquet irlandais », 35 sont explicitement destinés aux banques.

    [3] Sur qui reposeront in fine les éventuelles pertes de l’EFSF.

    [4] Pour un développement de cet argument, voir « Le point de fusion des retraites », 23 octobre 2010, et « Crise européenne, deuxième service (partie 1) », 8 novembre 2010.

    [5] Car les économistes standard sont surtout très préoccupés de cet effet d’éviction par lequel les emprunts d’Etat assèchent les marchés obligataires au détriment des émetteurs privés.

    [6] Dont on découvre d’ailleurs aujourd’hui qu’ils sont encore un peu sous-estimés : Sharlene Goff et Patrick Jenkins, « Irish banks remain on a tightrope », Financial Times, 29 novembre 2010 ; mais seul le mensonge grec sur le déficit public est haïssable, le mensonge permanent des banques privées, lui, est véniel.

    [7] 28,5 milliards d’euros au moment de l’annonce de mars.

    [8] Le total des passifs bancaires irlandais est de 360% du PIB – le modèle-frère anglais faisant d’ailleurs encore mieux : 450%… voir « The real lesson about Ireland’s austerity plan », e21 Economic Policies for the 21st Century.

    [9] Données Bloomberg, FMI, The Economist.

    [10] Il est vrai compte non tenu des 60 milliards d’euros de l’EFSM (European Financial Stability Mechanism) et des 250 milliards d’euros apportés par le FMI lors du sommet du 9 mai 2010.

    [11] Voir sur ce point Wolfgang Münchau, « Could any country risk a eurozone bail-out ? », Financial Times, 26 septembre 2010.

    [12] Les titres obligataires souverains.

    [13] La séniorité désigne l’ordre de priorité des créanciers à être servis en cas de défaut. Plus un titre est senior plus il vient haut dans cet ordre et plus ses créanciers seront remboursés prioritairement. Mais il se peut très bien que le défaut soit tel que même les créanciers seniors prennent des pertes, comme l’a montré le cas des tranches seniors des CDO et des MBS de subprimes.

    [14] Voir « Quatre principes et neuf propositions pour en finir avec les crises financières », 23 avril 2008, et « Si le G20 voulait… », 18 septembre 2009.

    [15] Cette recommunalisation prenant la forme d’urgence de la nationalisation puis, à terme, de la mutation en un système socialisé du crédit, voir « Pour un système socialisé du crédit », 5 janvier 2009.

    [16] C’est-à-dire ce qu’il en coûte de faire assurer un titre obligataire contre d’éventuelles dévalorisations liées à un « événement de crédit ».

    [17] C’est-à-dire l’écart de taux qui les sépare d’une obligation de référence jugée sans risque, en Europe le Bund allemand pour les titres souverains.

    [18] Voir « Commencer la démondialisation financière », Le Monde diplomatique, mai 2010 ; « Crise européenne, deuxième service (partie 2) », 15 novembre 2010.

    [19] « Pour un système socialisé du crédit », 5 janvier 2009.

    [20] C’est-à-dire la compensation mutuelle des dettes croisées à des taux évidemment à définir en fonction de leurs taux d’intérêt facials, de leur maturité, etc.

    [21] Et ceci même s’il est exact qu’à moyen terme, les banques islandaises, et l’Etat qui les a couvertes, se retrouveront engagés dans de nombreuses procédures judiciaires aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, aux Pays Bas, etc.

    [22] Voir « Si le G20 voulait… », 18 septembre 2009.

    [23] Voir « Ce n’est pas la Grèce qu’il faut exclure, c’est l’Allemagne ! », 29 mars 2010.

    [24] On veut dire : dans les formes présentes de la « démocratie ».

    16 septembre 2011

    CRISE IVOIRIENNE OU LE PRELUDE A LA GUERRE CHINE-OCCIDENT

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 05

    publié le 14 janvier 2011 sur http://www.pougala.org/html/cote_d_ivoire.html

    la Chine acceptera-t-elle de financer l’Europe et les USA pour la combattre en Afrique ?

     

    de Jean-Paul Pougala

    Depuis le début de la crise ivoirienne, tout et son contraire ou presque ont été dits. Les Occidentaux soutiennent presque tous M. Ouattara qu’ils appellent « Président élu » alors que les Africains soutiennent presque tous le président sortant Gbagbo qu’ils désignent par « Président Réélu ». Au-delà des choix partisans pour l’un ou l’autre président élu ou réélu, il est intéressant de constater qu’il y a une autre bataille celle là à distance qui est en train de se jouer entre la Chine et l’occident en Cote d’Ivoire. A travers des appuis militaires directs ou indirects. L’occident défend une vieille idée de l’Afrique dans laquelle il contrôle tout à travers ses hommes de mains et s’accommodent volontiers d’une misère de masse. La Chine est celle qui veut changer la donne et faire de l’Afrique la vitrine de sa puissance économique et militaire hors d’Asie. Ce qui froisse fortement l’Union Européenne et les USA. Mais ces derniers ont-ils la force et l’audace pour résister longtemps au rouleau compresseur chinois qui a malencontreusement décidé de faire de l’Afrique un des piliers de sa superpuissance en construction ? Exactement comme les USA avaient fait de l’Europe occidentale il y a 66 ans.

    Pour les Africaines, les deux personnages de notre feuilleton symbolisent deux conceptions opposées de la politique africaine.  M. Ouattara,  se définit comme « Houphouëtiste », c’est-à dire quelqu’un qui était ouvertement contre les Etats-Unis d’Afrique. En 1963, (ce mentor) Houphouët Boigny était avec l’ancien président Sénégalais Léopold Sedar Senghor les 2 principaux fossoyeurs du rêve de Kwame Nkrumah de créer immédiatement les Etats-Unis d’Afrique. Pour Senghor et Houphouët la relation avec la France était plus importante que toute nécessité d’autonomie africaine. Ce dernier avait alors prononcé la célèbre phrase : « Ils disent qu’ils vont unir l’Afrique du Cape au Caire. Il le feront sans nous, sans ma Cote d’Ivoire ». La suite on la connaît : l’OUA est née comme une nullité avec un seul programme cher à Senghor et Boigny : « L’intangibilité des frontières héritées de la colonisation européenne » et adieu le vieux rêve de Nkrumah contenu dans son livre prémonitoire publié en 1961 du titre : AFRICA MUST UNITE (l’Afrique doit s’unir si elle ne veut pas connaître famine, pauvreté et guerres). Qu’en est-il de son adversaire ? Mettre fin à la triste parenthèse de l’OUA était une priorité pour Gbagbo dès son arrivée au pouvoir en 2000 pour passer à la nouvelle Union Africain (en 2002) comme étape intermédiaire vers la création des Etats-Unis d’Afrique. Aujourd’hui, M. Ouattara continue dans la même voie de Houphouët : il ignore les institutions de la Cote d’Ivoire (le conseil Constitutionnel) et préfère attendre sa légitimité de Paris ou de Washington.  Il demande à une partie du monde de venir faire la guerre pour tuer une partie du peuple ivoirien. Il demande d’affamer les fonctionnaires ivoiriens en les privant de leur salaire. Il demande à la France d’organiser des commandos sous le couvert de la CEDEAO, et comme Houphouët, il n’a jamais expliqué ce qu’il compte offrir à la France en retour.

    L’activisme de l’occident en C.I contraste avec son silence dans la crise tunisienne. L’Ex président Ben Ali, le chouchou de la France et de l’UE était-il pour autant un champion de la démocratie ?  Aux apprentis sorciers de la théorie des guerres éclair, j’ai envie de dire : aucune élection, aucun président élu ou réélu ne mérite qu’il y ait une seule vie de perdue. Les hommes passent, les empires disparaissent. Mais les cicatrices d’une guerre ne finissent jamais. L’Irak peut-il nous servir de leçon ? 

    3 Exemples hors d’Afrique pour élucider mes propos :

    • -          Le 19 décembre 2010, on a voté en Biélorussie, le président sortant a proclamé qu’il a gagné avec 72% et a aussitôt mis en prison les dirigeants de l’opposition. Y-a-t-il un seul pays Européen qui a menacé ce pays d’utiliser la force pour déloger Alexander Loukachenko au pouvoir depuis 16 ans ? L’Union Européenne n’a prévu aucun plan militaire pour aller déloger le dictateur. La raison est simple : les 27 pays de l’Union Européenne ont à cœur la valeur de la vie de leurs frères et sœurs de la Biélorussie. C’est à chacun de soigner ses intérêts et les Européens considèrent la vie humaine en Biélorussie plus importante qu’un dictateur qui s’en ira tôt ou tard.

    • -          Le Secrétaire Générale des Nations Unies M. Ban Ki-Moon et le Représentant de l’ONU en Cote d’Ivoire M. Y Choi sont tous les deux citoyens d’un pays divisé en deux, la Corée. Il y a un des deux présidents Kim Jong-Il qu’ils disent fou et un danger permanent pour sa propre population et pour ses voisins. Mais pour Kim, M. Y Choi et M. Ban Ki-Moon ont toujours justement prôné la retenue. A ceux qui veulent faire la guerre en Cote d’Ivoire j’ai deux questions : En quoi la vie d’un Coréen serait-elle plus précieuse à préserver que celle d’un Ivoirien ? En quoi la mort des populations civiles en cote d’Ivoire serait-elle moins grave qu’en Corée ? En quoi Laurent Gbagbo est-il plus dangereux pour ses voisins que le dirigeant Nord-Coréen M. Kim Jong-Il ? au pouvoir hérité de son père depuis 17 ans et qui lui-même l’avait exercé pendant 46 ans jusqu’à sa mort . Pire, il s’apprête à passer ce pouvoir à  son fils.

    • -          En Birmanie (Myanmar) en 2000 un vainqueur des élections présidentielles a été privé de sa victoire, pire, privé de liberté depuis 10 ans, Mme Aung San Suu Kyi s’est contenté en silence d’un prix Nobel de la paix, sans jamais exiger une quelconque intervention de l’extérieur pour aller déloger les usurpateurs du pouvoir. La victoire de Mme Aung San Suu Kyi validée par la Cour Constitutionnelle Birmane est-elle moins importante que la défaite de M. Ouattara  déclarée perdant par le Conseil Constitutionnel de son pays ?

    M. Laurent Gbagbo entrera-t-il dans l’histoire comme un dirigent médiocre, méchant, valeureux ou éclairé ? Nul ne pourra le dire. Ce que nous savons par contre c’est qu’il est l’homme qui symbolise le mieux les frustrations des Européens et des Africains. L’UE et la France (inconsciemment) ont fait de lui un héro dans toute l’Afrique Noire. Lorsque le Président Sarkozy lui donne 72 heures pour quitter le pouvoir et le céder à Ouattara, il fait basculer irrémédiablement l’opinion publique africaine du coté du petit David contre le grand Goliath. En Afrique on dit : « Lorsqu’un président africain est aimé par les Blancs, c’est qu’ils est bon pour eux et mauvais pour son peuple. Lorsqu’il est haï par les Blancs, c’est qu’il est mauvais pour eux et Bon pour son peuple ». Comme en 2004 (avec les tueries des civils ivoiriens par l’armée française à l’Hôtel Ivoire), c’est comme cela que Sarkozy a donné un coup de main inespéré à Gbagbo très en difficulté dès les premiers jours des résultats. C’est devenu une crise raciale. La crise Ivoirienne s’est donc vite transformée en une crise raciale entre les Blancs et les Noirs, entre l’Afrique et l’Europe. Avec cette fois-ci un 3ème larron, la Chine en embuscade. Pire, dans les pays où les Chinois sont présents, plus ils font des investissements et plus le ressentiment anti-blanc grandit. Et le choix de l’Union Européenne de s’exposer dans la crise ivoirienne a été pour le moins calamiteux.

    Le jour précis (17/12/2010) où l’Union Européenne annonçait d’avoir à l’unanimité choisi le camp de Ouattara dans la crise Ivoirienne, contre Laurent Gbagbo, la Chine nous annonçait d’être devenue la première partenaire commerciale du continent africain en publiant les chiffres de 10 mois d’échanges avec les pays Africains. Il en ressort une augmentation du volume d’affaires à 20 milliards de dollars avec l’Angola faisant de ce pays son premier partenaire africain sur le plan commercial, mais aussi militaire. Et le hasard veut justement que l’Angola soit le pays qui soutient militairement les Forces de  Défense et de Sécurité de Laurent Gbagbo en Cote d’Ivoire.  Et c’est ce même jour que  le général Chinois de division Jia Xiaoning, directeur adjoint du bureau des affaires étrangères au ministère chinois de la Défense était reçu en audience au Cameroun par le Président Biya. Ont-ils parlé de la crise ivoirienne ? Pourquoi au Cameroun ? C’est le pays choisi une semaine auparavant par l’Union Africaine pour abriter la base logistique de la future armée fédérale africaine à laquelle le Général Chinois vient de contribuer avec un premier lot de matériels militaires. La chine peut-elle aider financièrement l’Europe pour sortir de la crise économique et accepter qu’elle utilise cet argent pour la combattre en Afrique ? Ce qui est sûr, c’est que c’est un scénario que l’Europe n’avait pas prévu. L’annonce la même semaine de l’avion chasseur bombardier furtif chinois le Chengdu J-20 est-elle un simple hasard de calendrier ou un message militaire lancé aux USA et à l’Europe ? Le message a été bien reçu à Washington, puisque le nouvel avion militaire furtif F-35 en préparation devant remplacer le F-22 est déjà jugé obsolète et on parle déjà de l’abandon du projet avec des milliers d’emplois à risque, à cause de la nouvelle barre technologique très haute que la Chine vient d’imposer à l’industrie de l’armement américaine jusqu’ici considérée la plus avancée du monde. Selon les experts militaires américains, le J-20 chinois doté de gros missiles antinavires est spécialement conçu pour détruire les nouveaux 10 porte-avions américains en construction jusqu’en 2058. On comprend dès lors pourquoi le porte-avion français Mistral qui en ce moment fait route vers Abidjan pour déloger Gbagbo avant la fin du mois de janvier comme nous l’a promis Ouattara, serait détruit par le nouveau J-20 chinois en moins de 5 minutes. Pour l’instant, la Chine ne tirera pas un seul coup dans la crise ivoirienne, mais il y a à parier que la prochaine crise sera très différente, car l’hégémonie européenne qui dure depuis l’an 1454 en Afrique vit ses dernières heures à Abidjan.

    La crise ivoirienne qui n’était apparemment au départ qu’un simple démêlé entre Européens et Africains s’est très vite révélée comme l’anticipation  de la bataille militaire Chine-Occident qui ne fait que commencer, sur le sol africain. C’est aussi le prélude d’une longue saison tumultueuse entre l’Afrique et l’Europe qui peine à accepter l’inexorable autonomie effective de l’Afrique, 50 ans après la parodie d’indépendance. Récemment, les généraux de l’armée chinoise sont en train de défiler un peu partout en Afrique pour tisser des accords de partenariat militaire ; à Pékin, on ne cache plus que le vrai but est de neutraliser toutes les rebellions que l’Europe organisera sur le sol Africain pour les freiner et retarder cette autonomie.

    L’arrivée de la Chine sur la scène politique, économique et militaire africaine est en train de se transformer en cauchemar pour l’Europe qui en perd toute sa lucidité. Depuis 2007 l’Union Européenne a tout mobilisé pour proposer à la Chine une sorte de triangulaire pour stopper les gigantesques investissements de la Chine en Afrique. L’ex Commissaire Européen au Développement Louis Michel a fait d’incessants déplacements à Pékin pour faire mille propositions sans succès.  L’Europe ne démord pas pour autant, c’est chacun des 27 qui essaye même en solo sans résultat. L’homme le plus recherché à Pékin et qui donne les maux de têtes aux occidentaux s’appelle : Zhang Ming, le « Monsieur Afrique subsaharienne » du ministère chinois des Affaires étrangères. Tous le détestent et tous lui font la cour. Que lui veulent les occidentaux ? Ils lui demandent ni plus ni moins que de faire semblant d’aider l’Afrique, sans vraiment passer à l’action. On lui explique que c’est cela les règles du jeu depuis 5 siècles et qu’il y a très gros à gagner. Que répond-il ? NIET. La Chine n’est intéressée par aucune triangulaire. L’Afrique qu’on disait marginalisée est remise par la Chine au centre des convoitises. Le président Chinois a visité presque tous les pays africains et certains, 3 ou 4 fois, lorsque les Présidents américains en 8 ans ne visitent que 2 ou  3 pays africains. Et sur les 27 pays de l’Union Européenne, 21 sont dirigés par des présidents qui n’ont jamais mis pied en Afrique.

    L’Europe est en train de compatir dans une médiocrité des plus grotesques tentant d’embourgeoiser les Chinois en Afrique et de leur enseigner leurs vieilles recettes mesquines qui ont cloué au sol pendant 50 ans le décollage de l’Afrique, avec des slogans tout aussi burlesques et minables : « L’Union européenne et la Chine se sentent plus près de l’Afrique que tout autre continent. ». Les rares documents que nous avons entre les mains des propositions secrètes européennes à la Chine montrent l’ampleur de cette panique à bord par exemple, les Européens expliquent aux Chinois leur profonde inquiétude sur un probable surendettement de l’Afrique si elle (la Chine) continuait sur cette lancée. Cette thèse est complètement saugrenue. C’est comme si un interdit bancaire allait voir son banquier pour lui expliquer qu’il ne dort pas depuis des semaines non pas pour ses propres dettes mais parce que son voisin risquerait de devenir surendetté si cette même banque continuait de lui donner des crédits. Et le supplie de ne plus traiter directement avec ce voisin, mais de  passer par lui afin qu’il filtre et suggère ce qui va bien pour son voisin. Le FMI a récemment refusé un crédit à la RDC au motif que le Congo reçoit des investissements chinois.  En 1928, Edwards Bernays (neveu de Freud) dans son livre « Propagande ou l’art de Manipuler l’opinion publique en démocratie » nous enseigne que la manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le monde. L’Union Africaine doit reprendre la main en Cote d’Ivoire pour que le gouvernement invisible de l’Europe n’entrave, ne déstabilise et n’enlève à l’Afrique une des pièces maîtresses du puzzle (la Cote d’Ivoire) dont elle aura besoin pour former et bâtir le mosaïque des Etats-Unis d’Afrique. Si aujourd’hui la Cote d’Ivoire est sacrifiée pour offrir à l’Europe une consolation de répit dans sa guerre commerciale et industrielle perdue d’avance avec la Chine (comme le diktat chinois sur les terres rares), demain à qui le tour ?

    La crise ivoirienne aura pour le moins, le mérite de nous donner plusieurs enseignements :

    • -          L’ONU est une boite vide qui nécessite une complète refonte. Cette organisation est en train de se transformer en instrument de déstabilisation des nations et l’initiatrice des guerres civiles plutôt que d’être un instrument de pacification des peuples comme elle a été originellement conçue.

    • -          La finalisation des Etats-Unis d’Afrique est un impératif qui ne peut plus attendre. Tout le processus de la fédération africaine en cours doit être accéléré pour ne pas laisser l’espace aux vieux démons de l’Afrique de faire repartir un nouveau cycle de violences, de guerres et donc de déstabilisation du continent contribuant ainsi comme durant les 50 ans précédents à détourner l’attention des vrais enjeux et des objectifs de création du bonheur pour les populations africaines.

    • -          L’entrainement pour la première guerre mondiale du 21ème siècle entre l’Occident (Europe/USA) et la Chine se fera très probablement sur le sol africain. Le déclin des premiers ne les prive pas de l’instinct d’arrogance habituelle pour continuer d’humilier la seconde en lui intimant par exemple ce qu’elle doit faire ou ne pas faire en Afrique, qu’elle doit dévaluer le Yuan (monnaie chinoise non convertible). Le ridicule ne tue pas. Ce sont les pays qui se sont de trompés de politique économique et sont responsables d’une crise financière mondiale, qui prétendent de donner des leçons (non demandées) de politique monétaire à la Chine qui elle a été vertueuse dans sa gestion. Il y a une ligne rouge que tôt ou tard l’occident va traverser et ce jour là, cela va faire : Boum ! Et c’est pour ce Boum que l’Afrique sert aujourd’hui à l’un et à l’autre de terrain d’entrainement.

    CONCLUSION

    Il me plait de conclure avec ces trois extraits de commentaires sur la crise ivoirienne :

    1-  « Les colonialistes ont toujours un masque. Ils ne disent jamais du bien de vous. Ils pillent vos ressources naturelles. Ils ont commis des génocides à l’égard des Indiens d’Amérique, détruit des civilisations comme celle des Aztèques. Au nom de la liberté du commerce, ils ont imposé à la Chine trois guerres d’opium. Au nom de l’esclavage, ils sont venus imposer le travail forcé en Afrique. Aujourd’hui, c’est au nom de la justice internationale qu’ils interviennent en Cote d’Ivoire. Quelle est cette justice Internationale ? Les magistrats du Tribunal Pénal International sont atteints de ce qu’on appelle un daltonisme au noir. Le dalton ne voit pas certaines couleurs. Ils ne voient que le noir. Si vous allez à la Cour internationale, tous les inculpés sont noirs, pas parce qu’il ne s’est rien passé à Gaza, pas parce qu’il ne s’est rien passé à la prison d’Abugraïb. La question que je me pose maintenant est : Pourquoi l’Afrique accepte-t-elle cela ? Je ne dis pas que tout le monde est innocent, mais si ces gens sont coupables, c’est aux Africains de les juger. Pourquoi l’Afrique accepte-t-elle que ses dirigeants soient jugés par une bande de cosmopolites qui la méprisent ».  Jacques Vergès Avocat Français (ancien défenseur du leader Serbe Milosevic au TPI)

    2- « Derrière le maintien ou non de Gbagbo au pouvoir se joue le contrôle du Golfe de Guinée, cet Eldorado pétrolier que Français ou Américains, en perte de vitesse dans le monde arabe, et unis pour cette fois, ne souhaitent pas voir passer en d’autres mains. A leurs yeux, Alassane Ouattara, ami personnel de Sarkozy, ancien directeur du FMI et gestionnaire libéral, représente un interlocuteur beaucoup plus crédible que Gbagbo le nationaliste ». Colette Braeckman, journaliste au quotidien belge Le Soir.  Née en 1946, grand reporter, elle collabore aussi au « Monde Diplomatique »

    3- «Je crains fort que les conséquences d’un conflit en Côte d’Ivoire ne s’étendent aux pays voisins. L’Afrique a assez souffert et je ne crois pas que nous devrions nous permettre d’être induits en erreur dans une guerre contre nous-mêmes, simplement pour satisfaire un certain intérêt colonial ou étranger.»  Jerry John Rawlings, ancien président du Ghana (16-01-2011)

    Voilà pourquoi à mon avis il n’y a jamais eu d’élection en Cote d’Ivoire, mais une parodie d’élection. Avec 300 milliards de Francs des Ivoiriens que l’Onu a jeté par la fenêtre pour un simulacre d’élection on aurait pu construire 300 hôpitaux, 1000 écoles, 50 Universités, 3.000 crèches, 5.000 dispensaires.

    Jean-Paul Pougala                    

    Genève le 14 Janvier  2011

    LES MENSONGES DE LA GUERRE DE L’OCCIDENT CONTRE LA LIBYE

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 01

                                   le 28 mars 2011 sur http://www.pougala.org/html/libye1.html

     de Jean-Paul Pougala

    A- LES  VRAIES RAISONS DE LA GUERRE EN LIBYE

    • Manque à gagner pour l’Occident à cause du Premier Satellite Africain RASCOM 1

    • C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première vraie révolution des temps modernes : assurer la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de multiples autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ; pour la première fois, une connexion à bas coût devient  disponible sur tout le continent, jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio WMAX. 

    • L’histoire démarre en 1992 lorsque 45 pays africains créent la société RASCOM pour disposer d’un satellite africain et faire chuter les coûts de communication sur le continent. Téléphoner de et vers l’Afrique est alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt de 500 millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix sur les satellites européens comme Intelsat. Un satellite africain coûtait juste 400 millions de dollars payable une seule fois et ne plus payer les 500 millions de location par an. Quel banquier ne financerait pas un tel projet ? Mais l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation servile de son maître en sollicitant l’aide de ce dernier pour y parvenir ? Ainsi, la Banque Mondiale, le FMI, les USA, l’Union Européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant 14 ans. C’est en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux pratiquant  des prêts à taux usuraire; le guide Libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque Africaine de Développement a mis 50 millions, la Banque Ouest Africaine de Développement, 27 millions  et c’est ainsi que l’Afrique a depuis le 26 décembre 2007 le tout premier satellite de communication de son histoire. Dans la foulée, la Chine et la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le lancement de nouveaux satellites, Sud-Africain, Nigérian, Angolais, Algérien et même un deuxième satellite africain est lancé en juillet 2010. Et on attend pour 2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur le sol africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde, mais à un coût 10 fois inférieur, un vrai défi. Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions peut changer la vie de tout un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les  milliards de dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini et de façon exponentielle, contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique.

    • Fond Monetaire Africain, Banque Centrale Africaine, Banque Africaine Des Investissements

    • Les 30 milliards de dollars saisis par M. Obama appartiennent à la Banque Centrale Libyenne  et prévu pour la contribution libyenne à la finalisation de la fédération africaine à travers 3 projets phare : la Banque Africaine d’Investissement à Syrte en Libye, la création dès ce 2011 du Fond Monétaire Africain avec un capital de 42 milliards de dollars avec Yaoundé pour siège, la Banque Centrale Africaine avec le siège à Abuja au Nigeria dont la première émission de la monnaie africaine signera la fin du Franc CFA grâce auquel Paris a la main mise sur certains pays africains depuis 50 ans. On comprend dès lors et encore une fois la rage de Paris contre Kadhafi. Le Fond Monétaire Africain doit remplacer en tout et pour tout les activités sur le sol africain du Fond Monétaire International qui avec seulement 25 milliards de dollars de capital a pu mettre à genoux tout un continent avec des privatisations discutables, comme le fait d’obliger les pays africains à passer d’un monopole publique vers un monopole privé. Ce sont les mêmes pays occidentaux qui ont frappés à la porte pour être eux aussi membres du Fond Monétaire africain et c’est à l’unanimité que le 16-17 décembre 2010 à Yaoundé les Africains ont repoussé cette convoitise, instituant que seuls les pays africains seront membres de ce FMA.

    • Il est donc évident qu’après la Libye la coalition occidentale déclarera sa prochaine guerre à l’Algérie, parce qu’en plus des ses ressources énergétiques énormes, ce pays a une réserve monétaire de 150 milliards d’Euros. Ce qui devient la convoitise de tous les pays qui bombardent la Libye et qui ont tous quelque chose en commun, ils sont tous financièrement en quasi faillite, les USA à eux seuls ont 14.000 Milliards de dollars de dettes,  La France, la Grande Bretagne et l’Italie ont chacun environ 2.000 milliards de dettes publiques alors que les 46 pays d’Afrique Noire ont au total moins de 400 milliards de dollars de dettes publiques.  Créer des fausses guerres en Afrique dans l’espoir de trouver de l’oxygène pour continuer leur apnée économique qui ne fait que s’empirer ne fera qu’enfoncer les Occidentaux dans leur déclin qui a pris son envol en 1884, lors de la fameuse Conférence de Berlin. Car comme l’avait prédit l’économiste Adams Smith, dans son soutient pour l’abolition de l’esclavage, «l’économie de tout pays qui pratique l’esclavage des noirs est en train d’amorcer une descente vers l’enfer qui sera rude le jour où les autres nations vont se réveiller »

    • 3- UNIONS  REGIONALES COMME FREIN A LA CREATION DES ETATS-UNIS D’AFRIQUE

    • Pour déstabiliser et détruire l’union Africaine qui va dangereusement (pour l’Occident) vers les Etats-Unis d’Afrique avec la main de maître de Kadhafi, l’Union Européenne a d’abord tenté sans y parvenir la carte de la création de l’UPM (Union Pour la Méditerranée) Il fallait à tout prix couper l’Afrique du Nord du reste de l’Afrique. Cela a échoué parce que Kadhafi a refusé d’y aller. Il a compris très vite le jeu à partir du moment où on parlait de la Méditerranée en associant quelques pays africains sans en informer l’Union Africaine, mais en y invitant tous les 27 pays de l’Union Européenne. L’UPM sans le principal moteur de la fédération africaine était foirée avant même de commencer, un mort – né avec Sarkozy comme Président et Mubarack, le vice-président. Ce que Alain Juppé tente de relancer, tout en misant sur la chute de Kadhafi, bien sur. Ce que les dirigeants Africains ne comprennent pas est que tant que ce sera l’Union Européennes à financer l’Union Africaine, on sera toujours au point de départ, car dans ces conditions, il n’y aura pas d’effective indépendance. C’est dans le même sens que l’Union Européenne a encouragé et financé les regroupements régionaux en Afrique. Il était évident que la CEDEAO qui a une Ambassade à Bruxelles et qui tire l’essentiel de son financement de l’UE, est un obstacle majeur contre la fédération africaine. C’est ce que Lincoln avait combattu dans la guerre de sécession aux Etats-Unis, parce qu’à partir du moment où un groupe de pays se retrouvent autour d’une organisation politique régionale, cela ne peut que fragiliser l’organe central. C’est ce que l’Europe voulait et c’est ce que les Africains n’ont pas compris en créant coup sur coup, la COMESA, l’UDEAC, la SADC et le Grand Maghreb qui n’a jamais fonctionné encore une fois grâce à Kadhafi qui lui l’avait très bien compris.

    • 4- KADHAFI, L’AFRICAIN QUI A PERMIS DE LAVER L’HUMILIATION DE L’APARTHEID

    Kadhafi est dans le cœur de presque tous les Africains comme un homme très généreux et humaniste pour son soutien désintéressé a la bataille contre le régime raciste d’Afrique du Sud. Si Kadhafi avait été un homme égoïste, rien ne l’obligeait à attirer sur lui les foudres des occidentaux  pour soutenir financièrement et militairement l’ANC dans sa bataille contre l’apartheid. C’est pour cela que à peine libéré de ses 27 ans de prisons, Mandela décide d’aller rompre l’embargo des Nations Unis contre la Libye le 23 Octobre 1997. A cause de cet embargo même aérien, depuis 5 longues années aucun avion ne pouvait atterrir en Libye. Pour y arriver, Il fallait prendre un avion pour la Tunisie ; arriver à Djerba et continuer en voiture pendant 5 heures pour  Ben Gardane, passer la frontière et remonter en 3 heures de route par le désert jusqu’à Tripoli. Ou alors, passer par Malte et faire la traversée de nuit, sur des bateaux mal entretenus jusqu’à la côte libyenne. Un calvaire pour tout un peuple, juste pour punir un seul homme. Mandela décida de rompre cette injustice et répondant a l’ex Président Américain Bill Clinton, qui avait jugé cette visite «malvenue», il s’insurgea : «Aucun Etat ne peut s’arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu’ils doivent faire ». il ajouta : « ceux-là qui hier étaient les amis de nos ennemis, ont aujourd’hui le toupet de me proposer de ne pas visiter mon frère Kadhafi, ils nous conseillent d’être ingrats et d’oublier nos amis d’hier ». En effet, pour l’Occident, les racistes d’Afrique du Sud étaient leurs frères qu’il fallait protéger. C’est pour cela que tous les membres de l’Anc étaient considérés des dangereux terroristes, y compris Nelson Mandela. Il faudra attendre le 2 Juillet 2008, pour que le Congrès Américain vote une loi pour  rayer le nom de Nelson Mandela et de ses camarades de l’ANC de cette liste noire, pas parce qu’ils ont compris la bêtise d’une telle liste, mais parce qu’on voulait faire un geste pour les 90 ans de Nelson Mandela.  Si les Occidentaux sont aujourd’hui repentis de leur soutient d’hier aux ennemis de Mandela et sont vraiment sincères lorsqu’on lui donnent des noms de rue et de places, comment continuer à faire la guerre à celui qui a permis la victoire de Mandela et son peuple, Kadhafi ?

    B- CEUX QUI VEULENT EXPORTER LA DEMOCRATIE SONT-ILS DE VRAIES  DEMOCRATIES ?

    Et si la Libye de Kadhafi était plus démocratique que les USA, la France, la Grande Bretagne et tous ceux qui font la guerre pour exporter la démocratie en Libye ? Le 19 Mars 2003, le Président Georges Bush lance les bombes sur la tête des Iraquiens avec le prétexte d’y exporter la démocratie. Le 19 Mars 2011, c’est-à-dire 8 ans plus tard et jour pour jour, c’est le Président Français qui lance ses bombes sur la tête des Libyens avec le même prétexte de leur offrir la démocratie. Monsieur Obama, Prix Nobel de la Paix 2009 et président des Etat Unis d’Amérique, pour justifier qu’il procède à un déferlement de missiles Cruise de ses sous-marins sur la tête des Libyens a dit que c’était pour chasser le dictateur Kadhafi du pouvoir et y instaurer la démocratie.

    La question que tout être humain doté de la moindre capacité intellectuel de jugement et d’appréciation  ne peut s’empêcher de se poser est : ces pays comme la France, l’Angleterre, les USA, l’Italie, la Norvège, le Danemark, la Pologne dont la légitimité pour aller bombarder les Libyens se base sur le seul fait de s’être autoproclamés « pays démocratiques » sont-ils réellement démocratiques ? Si oui, sont-ils plus démocratiques que la Libye de Kadhafi ? La réponse, sans équivoque est NON, pour la simple et bonne raison que la démocratie n’existe pas.  Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais celui-là même dont la ville natale, Genève abrite l’essentiel du commandement des Nations Unies. Il s’agit bien entendu de Jean-Jacques Rousseau né à Genève en 1712 qui affirme dans le chapitre IV du Livre III de son très célèbre « Contrat Social » que : « il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais».  Pour qu’un état soit véritablement démocratique Rousseau pose 4 conditions selon lesquelles la Libye de Kadhafi est même de loin plus démocratique que les Etats-Unis d’Amérique, la France et tous les autres qui prétendent lui exporter la démocratie à savoir :

    • Dimension de l’Etat : plus un état est grand, moins il peut être démocratique, pour Rousseau l’Etat doit être très petit pour que le peuple soit facile à rassembler et que chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres. Avant donc de faire voter les gens, il faut s’assurer que chacun connaisse tous les autres sans quoi voter pour voter est un acte dénué de tout fondement démocratique, c’est un simulacre de démocratie pour élire un dictateur. La structure de l’organisation de l’Etat Libyen se fonde sur une base tribale qui regroupe par définition le peuple en de petites entités. Le sentiment démocratique est plus présent dans une tribu, dans un village que dans une grande Nation, parce que le fait que tout le monde se connaisse et que la vie tourne autour des mêmes points communs apporte une sorte d’autorégulation, d’autocensure même pour peser à chaque instant, la réaction ou la contre-réaction des autres membres pour ou contre les opinions qu’on peut avoir. Sous cet angle, c’est la Lybie  qui répond le mieux  aux exigences de Rousseau, ce qu’on ne peut pas dire de même pour les Etats-Unis d’Amérique, la France ou la Grande Bretagne, des sociétés fortement urbanisées où la majorité des voisins ne se disent même pas bonjour et donc ne se connaissent pas, même vivant cote-à-cote pendant 20 ans. Dans ces pays, on est passé directement à l’étape suivante : « le vote » qu’on a malignement sanctifié afin de faire oublier que ce vote est inutile à partir du moment où je m’exprime sur l’avenir d’une nation sans en connaitre ses membres.  On est ainsi arrivé jusqu’à la bêtise du vote des citoyens vivant à l’étranger.  Se connaitre et se parler est la condition essentielle de la communication pour le débat démocratique qui précède toute élection.

    • Il faut la simplicité des mœurs et des comportements pour éviter  que l’on passe l’essentiel du temps à parler de justice, de tribunal pour trouver des solutions aux multitudes querelles d’intérêts divers qu’une société trop complexe fait naitre naturellement.  Les Occidentaux se dé finissement comme des pays civilisés, donc aux mœurs complexes et la Libye comme pays dit primitif, c’est-à-dire aux meurs simples. Sous cet angle, encore une fois, c’est la Libye qui répondrait mieux aux critères démocratiques de Rousseau que tous ceux qui prétendent lui donner des leçons de démocratie. Dans une société complexe, les trop nombreux conflits sont résolus par la loi du plus fort, puisque celui qui est riche évite la prison parce qu’il peut se permettre un meilleur avocat et surtout, orienter l’appareil répressif de l’état contre celui qui vole une banane dans un supermarché, plutôt que le délinquant financier qui fait crouler une banque. Dans une ville comme New York où 75% de la population est blanche, 80% des postes de cadres sont occupés par des Blancs et ils ne sont que 20% des personnes en prison.

    • L’égalité dans les rangs et dans les fortunes.   Il suffit de voir le classement FORBES 2010 pour voir quels sont les noms des personnes les plus riches de chacun des pays qui jette la bombe sur la tête des Libyens et voir la différence avec le salaire le plus bas dans chacun des pays et faire de même pour la Libye pour comprendre qu’en matière de redistribution de la richesse du pays, c’est à la Libye d’exporter son savoir faire à ceux qui la combattent et non le contraire. Même sous cet angle, selon Rousseau, la Libye serait plus démocratique que ceux qui veulent pompeusement lui exporter la prétendue démocratie. Aux Etats-Unis 5% de la population possèdent 60% de la richesse nationale. C’est le pays le plus déséquilibré, le plus inégal du monde.

    • PAS DE LUXE. Pour Rousseau pour qu’il y ait la démocratie dans un pays, il ne faut pas qu’il y ait de luxe parce que selon lui, le luxe rend nécessaire la richesse et cette dernière devient la vertu, l’objectif à atteindre à tout prix et non le bonheur du peuple, « le luxe corrompt à la fois le riche et le pauvre, l’un par la possession, l’autre par la convoitise ; il vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l’Etat tous ses citoyens pour les asservir les uns aux autres, et tous à l’opinion ». Ya-t-il plus de luxe en France ou en Libye ? Ce rapport d’asservissement des employés qui sont poussés jusqu’au suicide les employés mêmes des entreprises publiques ou semi-publique, pour des raisons de rentabilité et donc de possession de luxe d’une des parties est-il plus criant en Libye ou en Occident ?

    • Le sociologue Américain C. Wright Mills a décrit en 1956 la démocratie américaine comme  « la dictature des élites ». Selon Mills, les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas une démocratie parce qu’en définitive, c’est l’argent qui s’est substitué au peuple. Le résultat de chaque élection y est l’expression de la voix de l’argent et non la voix du peuple. Après Bush-père et Bush-fils, pour les primaires républicaines de 2012, on parle déjà de Bush-benjamin. En plus, si le pouvoir politique se base sur la bureaucratie, Max Weber fait remarquer qu’il y a 43 millions de fonctionnaires et militaires aux Etats-Unis qui commandent effectivement le pays, mais qui n’ont été votés par personne et qui ne répondent pas directement au peuple de leurs activités. Une seule personne (un riche) est donc votée mais le vrai pouvoir sur le terrain est tenue par une seule caste de riches qui ne résulte purement et simplement que de nominations comme les ambassadeurs, les généraux de l’armée etc…

    Combien de personnes dans les pays autoproclamés « démocratiques » savent qu’au Pérou la constitution interdit un deuxième mandat consécutif au président de la république sortant ? Combien de personnes savent qu’au Guatemala, non seulement le président sortant ne doit plus jamais se présenter comme candidat à cette fonction, mais qu’en plus à aucun degré de parenté, aucun membre de sa famille ne pourra plus prétendre à cette fonction ?  Combien savent que le Rwanda est le pays qui intègre politiquement le mieux les femmes au monde avec 49% de parlementaires femmes ? Combien savent que dans le classement de la CIA 2007, sur 10 pays les mieux gérés au monde, 4 sont Africains ? Avec la palme d’or à la Guinée équatoriale  dont la dette publique ne représente que 1,14% de son PIB.

    La guerre civile, les révoltes, les rebellions sont les ingrédients d’un début de démocratie soutient Rousseau. Parce que la démocratie n’est pas une fin, mais un processus permanent pour réaffirmer les droits naturels des humains que dans tous les pays du monde (sans exception) une poignée d’hommes et de femmes, confisquant le pouvoir du peuple, l’oriente pour se maintenir aux affaires. On trouve ici et là des formes de castes qui usurpent le mot « démocratie » qui doit être cet idéal vers lequel tendre et non un label à s’approprier ou un refrain à vanter parce qu’on est juste capable de crier plus fort que les autres. Si un pays est calme comme la France ou les Etats-Unis, c’est-à-dire sans aucune révolte, pour Rousseau cela veut tout simplement dire que le système dictatorial est suffisamment répressif pour empêcher toute tentative de rébellion. Si les Libyens se révoltent, ce n’est pas une mauvaise chose. C’est prétendre que les peuples acceptent stoïquement le système qui les opprime partout dans le monde sans réagir qui est très mauvais. Et Rousseau de conclure : «  Malo periculosam libertatem quam quietum servitium  -traduction : S’il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes ». Dire qu’on tue les Libyens pour leur bien est un leurre.

    C- QUELLES LECONS POUR L’AFRIQUE ?

    Après 500 ans de relations de dominateur et de dominé avec l’Occident, il est dès lors prouvé que nous n’avons pas les mêmes critères pour définir le bon et le méchant. Nous avons des intérêts profondément divergents. Comment ne pas déplorer le Oui de 3 pays africains au sud du Sahara, Nigeria, Afrique du Sud et Gabon pour la résolution 1973 inaugurant la nouvelle forme de colonisation baptisée « protection des peuples », validant la théorie raciste que les Européens véhiculent depuis le 18ème siècle selon laquelle l’Afrique du Nord n’a rien à partager avec l’Afrique Subsaharienne, l’Afrique du nord  serait ainsi plus évoluée, plus cultivée et plus civilisée que le reste de l’Afrique. Tout se passe comme si la Tunisie, l’Egypte, la Libye, l’Algérie ne faisaient pas partie de l’Afrique. Même les Nations Unies semblent ignorer la légitimité de l’Union Africaine sur ses états membres. L’objectif est d’isoler les pays d’Afrique subsaharienne afin de mieux les fragiliser et les tenir sous contrôle. En effet, dans le capital du nouveau Fond Monétaire Africain (FMA), l’Algérie avec 16 milliards de dollars et la Libye avec 10 milliards de dollars contribuent à eux tous seuls pour près de 62% du capital qui est de 42 milliards de Dollars. Le premier pays d’Afrique subsaharienne et les plus peuplés, le Nigeria suivi de l’Afrique du Sud arrivent très loin derrière avec 3 milliards de dollars chacun.

    C’est très inquiétant de constater que pour la première fois de l’histoire des Nations Unies, on a déclaré la guerre à un peuple sans avoir exploré au préalable la moindre piste pacifique pour solutionner le problème.

    L’Afrique a-t-elle encore sa place dans une telle organisation ? Le Nigeria et l’Afrique du Sud sont disposés à voter OUI à tout ce que l’Occident demande, parce qu’ils croient naïvement aux promesses des uns et des autres de leur donner une place de membre permanent au Conseil de Sécurité avec le même droit de veto. Ils oublient tous les deux que la France n’a aucun pouvoir de leur attribuer le moindre poste. Si elle l’avait, il y a belle lurette que Mitterrand l’aurait fait pour l’Allemagne de Helmut Kohl. La reforme des Nations Unies n’est pas à l’ordre du jour. La seule manière de compter, est la méthode chinoise : tous les 50 pays africains doivent quitter les Nations Unies. Et s’ils doivent y retourner un jour, ne le faire que s’ils ont obtenu ce qu’ils demandent depuis longtemps, un poste pour toute la fédération africaine, sinon rien.

    Cette méthode de la non-violence est la seule arme de justice dont disposent les pauvres et les faibles que nous sommes. Nous devons tout simplement quitter les Nations Unies, car cette organisation de par sa configuration, de par sa hiérarchie est aux services des plus forts.

    Nous devons quitter les Nations Unies afin de marquer notre réprobation de cette conception du monde basée uniquement sur l’écrasement du plus faible. Tout au moins ils seront libres de continuer de le faire, mais pas avec notre signature, pas en rappelant que nous sommes d’accord alors qu’ils savent très bien qu’ils ne nous ont jamais interrogés. Et même quand nous avons donné notre propre point de vue, comme la rencontre de samedi 19/3 à Nouakchott avec la déclaration sur la contrariété à l’action militaire, ceci a été passé tout simplement sous silence pour aller accomplir le forfait de bombarder  le peuple africain.

    Ce qui arrive aujourd’hui est le scénario déjà vu auparavant avec la Chine. Aujourd’hui, on reconnaît le gouvernement Ouattara, on reconnaît le gouvernement des insurgés en Libye. C’est ce qui s’est passé à la fin de la deuxième guerre mondiale avec la Chine. La soit disante communauté internationale avait choisi Taiwan comme unique représentant du peuple Chinois en lieu et place de la Chine de Mao. Il faudra attendre 26 ans, c’est-à-dire le 25 octobre 1971 avec la résolution 2758 que tous les Africains devraient lire, pour mettre fin à la bêtise humaine. La Chine est admise, sauf qu’elle a prétendu et obtenu d’être membre permanent avec doit de veto, si non elle n’entre pas. Cette exigence satisfaite et la résolution d’admission entrée en vigueur, il faudra attendre un an pour que le 29 septembre 1972, le Ministre Chinois des Affaires Etrangères donne sa réponse avec une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies, pas pour dire Oui ou Merci, mais pour faire des mises au point, en garantie de sa dignité et de sa respectabilité. Qu’est-ce que l’Afrique espère obtenir des Nations Unies sans poser un acte fort pour se faire respecter ? On a vu en Cote d’Ivoire un fonctionnaire des Nations Unies se considérer au dessus d’une institution constitutionnelle de ce pays. Nous sommes entrés dans cette organisation en acceptant d’être des serfs et croire que nous serons invités à table pour manger avec les autres dans les plats que nous avons lavés est tout simplement crédule, pire, stupide. Quand l’UA reconnaît la victoire de Ouattara sans même tenir compte des conclusions contraires de ses propres observateurs envoyés sur le terrain, juste pour faire plaisir à nos anciens maîtres, comment peut-on nous respecter ? Lorsque le président Sud-Africain Zuma déclare que Ouattara n’a pas gagné les élections et change à 180° disant le contraire après une petite visite de 8 heures à Paris, on peut se demander ce que valent ces dirigeants qui représentent et parlent au nom de 1 milliard d’Africains.

    La force et la vraie liberté de l’Afrique viendront de sa capacité à poser des actes réfléchis et en assumer les conséquences. La dignité et la respectabilité ont un prix. Sommes-nous disposés à le payer ? Si non, notre place reste à la cuisine ou aux toilettes pour garantir le confort des autres. D’ici là, en Libye, les bombes qu’on nous décrit comme des rosiers qui tombent du ciel pour reboiser le désert libyen, sont françaises, américaines, britanniques, italiennes, canadienne, norvégienne, mais les victimes sont africaines, toutes africaines. Oui c’est une guerre déclarée à tout le peuple africain, pas à un homme, pas à un pays.

    • Genève le 28/03/2011

    • Jean-Paul Pougala 

    Lettre Ouverte d’un Africain au Président Américain Barack Obama sur sa guerre en Libye

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 59

    de Jean-Paul Pougala (*)   www.pougala.org 

    le 25 juin 2011 sur http://www.pougala.org/html/obama.html

    Monsieur le Président,

    C’est le cœur saignant de douleur que je vous écris cette lettre pour vous prier de bien vouloir écouter le message que la Chambre des Représentants Américaine vous a envoyé hier 24/06/2011 en rejetant le texte autorisant l’intervention militaire des Etats-Unis en Libye, et de mettre fin à l’agression en cours contre le peuple Libyen avec les prétextes des plus extravagants comme celui de dire que c’est pour les  protéger.

    Il y a 3 ans que vous avez enflammé tout un continent, le continent africain durant les primaires des élections présidentielles du parti démocrate.  Et lorsque vous avez été élu président, nous avons cru voir en vous, ce fils d’Afrique qui avait réussi et qui pouvait désormais servir de référence pour 1 milliard d’Africains, vous sembliez ce héros que nous n’avons jamais connu, parce que nos héros ne sont devenus des légendes que pour l’émotion suscitée par leur brève vie (tous tués par les Européens).  Avec votre élection à la Présidence des Etats-unis d’Amérique, nous avons cru un instant voir ce demi-dieu Noir que l’Afrique se cherche encore après tant d’années de honte au contact de l’Europe. Oui Monsieur le Président, nous savions bien que vous aviez été voté par les Américains pour faire les intérêts de votre pays, mais que voulez-vous? Penser  que vous étiez aussi notre Président, que vous aviez nos gènes, que vous étiez aussi notre frère Noir est un rêve que nous avons tous fait les yeux bien ouverts.  Nous vous avons tous vu comme quelqu’un des nôtres, comme quelqu’un qui était capable de comprendre mieux que tous les autres puissants de la terre, les plaies et les souffrances des Africains.  Nous avons porté vos t-shirts, nous avons entonné votre refrain YES WE CAN, mais dans nos têtes en Afrique, nous lui avions donné une autre signification, c’était l’explication que ce destin qui semblait figé d’une race maudite avait tout d’un coup pris le train, le même train de l’évolution des autres races. CHANGE ! en effet. Dans le plus profond village reculé d’Afrique, nous avons chanté votre nom, parce que vous nous avez donné l’espoir, l’espoir d’un véritable changement. Vous avez donné à la jeunesse africaine l’enthousiasme qu’aucune campagne de sensibilisation n’aurait permis d’atteindre. Lorsque vos adversaires politiques vous attaquaient sur vos actions, nous étions dans l’incapacité même de comprendre leurs raisons, les classant tous et de façon expéditive comme des racistes, tellement nous étions fous de vous.

    Et puis, ont commencé vos premières maladresses sur l’Afrique que nous avons toujours regardées avec beaucoup de tolérance et d’indulgence. Puis les maladresses se sont progressivement transformées en fautes politiques et puis en humiliation et pour finir en agression pure et simple. La dernière et la plus grave est l’agression contre la Libye. 

    Lorsque le 20 Janvier  2009 vous avez prêté serment sur la bible de votre illustre prédécesseur : Abraham Lincoln, devenant ainsi le 44ème président des Etats-Unis d’Amérique, ce geste hautement évocateur a symbolisé à nos yeux, l’espoir de la rencontre et de la réconciliation qui n’a jamais eu lieu entre Européens et Africains, entre Blancs et Noirs.  Ce jour a marqué pour le peuple américain et pour le peuple africain, liés par un passé douloureux, l’espoir d’un début de fraternité basée sur une relation de respect mutuel, une relation plus juste et apaisée. Tout au moins, c’est ce que nous pensions et espérions.

    Mais après plus de  2 ans de votre présidence, la chaleur que vous aviez suscitée dans nos cœurs en Afrique s’est vite transformée en douche froide et  le feu  de l’espoir que vous aviez su allumer  en nous s’est vite éteint par la marée destructive de l’océan de vos bombes contre le peuple africain (120 missiles Cruise en une nuit sur une capitale: Tripoli). Plus nous avons appris à vous connaitre à travers vos actes réels en Côte d’Ivoire et en Libye et plus nous avons peur de vous.  Votre politique africaine qui pèche par son arrogance et l’orientation de vous ranger derrière les puissants pour écraser les faibles vous classera dans l’histoire à l’opposé de la voie suivie par le président Abraham Lincoln.

    Nous n’attendions pas grand-chose de vous habitués comme nous sommes à porter notre croix sans hurler, sans gémir, sans nous plaindre, mais nous espérions pour le moins, que vous seriez neutre dans la relation Oppresseurs-Opprimés qui sévit encore aujourd’hui entre l’Europe et l’Afrique.  A notre surprise, vous avez choisi votre camp, celui de nos oppresseurs. Et vous avez mis en jeu des moyens conséquents pour freiner notre désir d’émancipation, pour étouffer notre élan de liberté.

    Mais détrompez-vous Monsieur le Président Obama, parce qu’il y a longtemps que la jeunesse africaine est débout et a compris grâce au monde globalisé, combien votre système avait asservi leurs parents, mais aussi que notre misère, notre souffrance, nos humiliations ne sont pas irrémédiables, ne sont pas inscrites dans le marbre. Car comme l’a dit le président  Abraham Lincoln à un visiteur à la Maison Blanche, « Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps ; vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps ; mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps ». 5 siècles de tromperie de vos alliés sont mis à l’épreuve par l’avènement d’une nouvelle époque de fin de règne de l’oppresseur. Nous nous sommes rendus à l’heure du bilan, à l’épilogue de l’histoire, de  Notre histoire commune.

    Celle-ci démarre le 16 juin 1452, lorsque le 208ème pape Nicolas V  à travers la bulle papale dénommée : Dum diversa, autorise le roi du Portugal Alfonse V à déporter et réduire en esclavage les populations de Guinée (Afrique), c’est le début d’une longue période sombre pour l’Afrique. La découverte de l’Amérique en 1492 va empirer le sort de nos ancêtres avec la multiplication de leurs déportations vers le nouveau monde pendant 4 longs siècles, et ce calvaire durera jusqu’à un homme : ABRAHAM  LINCOLN.

    Le 1er Janvier 1863, Abraham Lincoln proclame l’émancipation des esclaves pendant la guerre la plus meurtrière des Etats-Unis : Guerre de sécession, avec  620.000 morts suivi de son assassinat en avril 1865. A l’époque, les agriculteurs esclavagistes du Sud sont plus riches que les industriels du nord. Mais en 1880, 15 ans après Lincoln,  le taylorisme (travail à la chaine) va changer la donne faisant augmenter de façon exponentielle les profits des usines rendant depuis lors les industriels du Nord plus riches que les agriculteurs du sud, ex-esclavagistes. Ce qui donne des idées à l’Europe jusque là privée de la manne que lui apportait le très lucratif trafic des esclaves. L’Europe doit répondre à une question :  comment profiter des avantages des industriels du Nord des Etats-Unis, tout en conservant ceux des esclavagistes du Sud ? La réponse est tout trouvée et s’appellera la COLONISATION DE L’AFRIQUE.

    C’est donc pour cela qu’en 1884, le Chancelier Allemand Bismarck, organise pendant 3 mois à Berlin  la fameuse conférence de Berlin où 14 pays vont décider comment remettre les chaines de l’esclavage aux Africains,  des chaines invisibles qui vont s’appeler : COLONISATION. Et qui signifiait dans les plans de leurs concepteurs, ce même destin de subordination des Africains combattu auparavant par Lincoln. On n’a plus besoin de les déporter, il faut les tenir en esclavage sur place en Afrique pour subvenir aux besoins de la naissante industrie européenne, et  relancer l’économie de tout le vieux continent. Et c’est ce long calvaire que nous vivons encore aujourd’hui sous des formes les plus subtiles et imprévisibles.

    Avec votre élection, nous avons rêvé un instant que notre frère Barack Hussein Obama allait mettre un point final à cette oppression que subit tout un continent depuis trop longtemps. Mais votre décision à vous joindre au requiem que l’Europe joue pour nous depuis février 1885, c’est-à-dire depuis la fin de la Conférence de Berlin a sonné pour nous le glas de l’espoir d’Obama.  Et subitement, le CHANGE de votre campagne présidentielle s’est vite transformé pour nous Africains en CHAINS, en MORE CHAINS. Vos nouvelles chaines prennent des formes tout aussi imprévisibles que la colonisation elle-même :

    • En Côte d’Ivoire, elles sont arrivées sous forme de cassette vidéo que vous avez envoyée pour indiquer et expliquer à ce peuple qui était leur président au mépris de l’ordre constitutionnel qu’ils se sont difficilement donné. 

    • Vos chaines y sont arrivées par les bottes des militaires avec sa forme de démocratie atypique que vous voulez instaurer selon laquelle désormais pour participer et être sûr de gagner les élections présidentielles en Afrique chaque parti politique devrait d’abord se doter d’une armée, d’une bonne armée financée de préférence par les Etats-Unis d’Amérique

    • La punition des contrevenants.  Vous vous êtes rendus complice d’un massacre de 1200 Ivoiriens à Douékoué, tout un village composé de pauvres paysans d’enfants, de bébés et de femmes dont le seul  tort a été celui d’avoir cru à la démocratie et d’avoir tout simplement soutenu le mauvais candidat, celui qui vous semblait le moins docile.

    • En Afrique on croyait que le chancelier Allemand Bismarck et ses 13 compères avaient réussi le plus grand hold-up de l’histoire de l’humanité avec leur partage de type mafieux de tout un continent, mais vous venez de confirmer qu’il pouvait y avoir pire : en Libye, vous vous êtes tout simplement substitué au peuple Libyen, et avez décidé à sa place qui est son « unique et légitime représentant ».  Cette fois-ci, le crime est parfait. Plus besoin de se faire prendre la main dans le sac en partageant les morceaux de terres, il suffit désormais de choisir les terres plus riches et d’indiquer qui les représente et les jeux sont faits. C’est plus facile comme bonjour et ça peut rapporter gros. Mais vous semblez oublier Monsieur le Président que cette formule a déjà démontré ses limites devant l’histoire notamment en Afrique du Sud où une poignée de racistes Blancs étaient reconnus par vous comme uniques représentants du peuple Sud-africain, la suite on la connait; mais aussi en Chine où Taiwan en 1949 était votre Bengazi de 2011. Taiwan avait été choisi par vous comme unique représentant du peuple Chinois, aussi là, l’histoire vous a donné tort.  

    • Vos nouvelles chaines arrivent en Afrique sous forme de résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unis. Qui aurait imaginé qu’une résolution dite de protection des populations de Bengazi se transformerait  en opération de punition des populations de Tripoli pour avoir commis l’irréparable en soutenant l’Homme qui a pris leur pays en 1969 lorsqu’il était le plus pauvre d’Afrique avec 60  dollars par habitant et par an, en le transformant en 2011 en pays le plus développé du continent classé par les Nations-Unis 53ème au monde dans l’indice de développement humain, devant plusieurs pays même Européens.  La Libye est le seul pays au monde non communiste où tous les services de bases sont absolument gratuits du logement à la santé en passant par l’instruction, avec un revenu minimum garanti pour préserver la dignité humaine de tout citoyen Libyen.

    • Lorsque des civils se sont emparés des stocks d’armes les plus sophistiqués de Bengazi, la réaction d’un Lincoln, allié de la Libye aurait été de tout mobiliser pour récupérer toutes les armes, car il en serait allé aussi de la sécurité des Etats-Unis d’Amérique. Mais vos nouvelles chaines c’est aussi de contribuer à rendre instables les pays en paix, car dans le désordre, dans la mer trouble,  les requins ont plus à manger devant les désarrois des petits poissons.

    • Lorsque le 15 avril 2011 vous signez une tribune avec Cameron et Sarkozy avec le titre « Kadhafi doit partir », pouvez-vous Monsieur le Président me dire qui vous donne ce droit de décider quel président africain doit rester et lequel doit partir ?  J’ai beau chercher et je ne comprends toujours pas dans quel registre démocratique s’inscrit votre initiative, si ce n’est dans le principe du Far-West du plus fort qui doit signifier au plus faible d’abandonner sa terre et tout son troupeau pour aller se débrouiller ailleurs. Comment dès lors ne pas être entièrement d’accord avec le parlementaire de votre parti démocrate Jerrold Nadler qui, après le camouflet que le Congrès vous a infligé hier vendredi 24/06/2011 en rejetant le texte autorisant votre intervention militaire en Libye, a déclaré: « Le président Obama se comporte comme un monarque absolu et nous devons y mettre un terme immédiatement si nous ne voulons pas devenir un empire plutôt qu’une république« .

    • Avec ces quelques éléments, il n’y a pas de doute que, pour nous Africains la différence entre vous et Lincoln c’est comme entre le jour et la nuit. Vous avez une étrange conception de la démocratie dès lors qu’il s’agit d’Afrique, en vous comportant en vrai monarque, en décidant à la place des peuples que vous regardez avec tant de condescendance, ce qui prouve que vous êtes très loin des idéaux de Lincoln qui a écrit : « De même que je ne voudrais pas être un esclave, je ne voudrais pas être un maître. Telle est ma conception de la démocratie. Tout ce qui en diffère (…), n’est point de la démocratie ». Monsieur le Président, dans votre politique africaine, vous vous comportez en Maître, en donneur de leçon lorsque ce n’est pas en oppresseur, tout le contraire de A. Lincoln.

    Vous savez mieux que quiconque que lorsque l’Union Européenne à l’unanimité s’active pour un Africain, c’est qu’il est celui qui a démontré d’être le plus capable de maintenir les chaines invisibles de l’esclavage que portent ses propres frères et sœurs. . Tous nos leaders qui ont osé dénoncer cet asservissement ont tous été foudroyés sur la route de Damas, Steve Biko en Afrique du Sud, Sankara au Burkina, Moumié au Cameroun,  N’krumah au Ghana, Lumumba au Congo-Zaire etc…  d’autres plus chanceux  ont passé l’essentiel de leur vie en prison, c’est le cas de Mandela en Afrique du Sud avec 27 ans passés derrière les barreaux. Gamal Abdel Nasser en Egypte incarcéré en 1934 à l’âge de 16 ans par les colons Britanniques, devenu président en 1953, il est rebaptisé par le Royaume-Uni le « Mussolini du Nil », pour avoir remplacé la royauté par la République, nationalisé une série de services, d’industries et le Canal de Suez et pire, il a détruit les champs de coton de l’ère coloniale pour passer à l’industrialisation de son pays; pour tous ces péchés, il subira une dizaine de tentatives d’assassinats commandités par Londres et Paris. Mais Nasser fut plus chanceux que Kadhafi parce que le Président Américain Eisenhower a eu le courage politique de stopper ces pays qui ont déclenché en 1956 une guerre pour disaient-ils « protéger le peuple égyptien d’un dictateur ». Le Président Eisenhower a eu le courage que vous n’avez pas su avoir de les stopper et a exigé qu’ils se retirent immédiatement de l’Egypte. Même si l’URSS a brandi pour les plier la menace nucléaire.

    Le Président Lincoln a payé un lourd tribut pour abolir l’esclavage aux Etats-Unis. Il a payé de sa  vie pour nous rendre notre liberté, mais ses ennemis eux ne sont pas morts, ils sont là encore plus forts que jamais avec les mêmes idées détestables  de toujours : l’asservissement des Africains avec tous leurs descendants, exactement comme récitait la bulle papale. Abraham Lincoln, contrairement à vous avait un idéal et même s’il n’était pas de la même race que nous, il a su se mettre à notre place pour comprendre nos supplices et nos hontes, il a su aller au-delà des considérations partisanes pour faire triompher la justice et la morale, il a su se mettre du coté des faibles juste pour être du coté de la dignité humaine. Il a généré la guerre la plus meurtrière sur le sol des Etats-Unis,  pour faire triompher une certaine idée de l’humanisme. Monsieur le Président Obama, avec vos bombes sur le peuple africain et votre choix de seconder les forts, les puissants contre les faibles,  peut-on dire de même de vous ?  Quels sont vos véritables idéaux ? Je suis confus pour comprendre votre sens de l’humanisme.

    Voyez-vous Monsieur le Président Obama, dans l’histoire moderne, nous autres Africains sommes un peuple de perdants.    Depuis 500 ans, nous n’avons pas remporté la moindre bataille contre l’Europe. Aussi parce que nous n’avons jamais déclenché une quelconque hostilité contre le peuple Européen. Nous les avons toujours subis. Nos ancêtres n’ont rien pu faire pour les contrer pendant les siècles de déportation et aujourd’hui, nous sommes impuissants devant leur folie dévastatrice.

    Nous sommes conscients de notre faiblesse et de celle de nos ancêtres.  Oui, nous sommes une race qui a perdu, nous avons perdu toutes les batailles contre l’Occident et peut-être me diriez-vous, que nous sommes des perdants pour toujours. Mais Monsieur le Président, au-delà de la coupe et de la médaille du gagnant, le perdant a une chose que les autres ne savent pas, et ne voient pas et qui au final le rend plus fort, c’est la souffrance de la défaite, c’est  le déshonneur et la honte de la défaite. Ces deux éléments nous ont conféré au cours des siècles un trésor, une puissance que le gagnant ne connait pas et cela s’appelle l’humilité,  l’effacement.  Dans notre modestie, l’Africain peut être  plus heureux que l’Européen ou l’Américain qui revendique l’univers, si et seulement si vous cessez de nous détruire avec vos bombes.  Car notre plus grande force est cette simplicité qui nous a conféré le courage pour résister aux intempéries de l’histoire. Le fait de ne rien prétendre, le fait de ne pas vouloir le monde, tout pour nous et tout de suite, nous  laisse la sérénité d’avancer tout doucement, tout lentement, mais sur la bonne voie vers notre paradis de la normalité humaine c’est-à-dire sans asservissement.  Et ce ne seront pas vos bombes qui nous l’empêcheront.

    Comme Lincoln, nous sommes en train de bâtir les Etats-Unis d’Afrique du Cape en Afrique du Sud au Caire en Egypte et nous sommes conscients que cela pose problème à l’Occident qui sait que cela nous rendra encore moins naïfs, donc capables de stopper sa spoliation du continent qui n’a que trop duré.  Ils ont  les mêmes motivations que les ennemis hier de Abraham Lincoln : ils veulent des avantages non dus, tirés de la sueur de notre travail gratuit, tirés des entrailles de nos mines d’uranium, de diamant, d’or, de pétrole etc. Mais ce que vous ne comprenez pas en vous rangeant avec les forts qui nous oppriment, c’est que le vent a changé de direction et que leur bateau est  déjà en train de chavirer sur les rochers de la myopie politique et intellectuelle.  Car l’Afrique est déjà débout, avec ou sans vous, avec ou sans votre agression. Nous avons prévu la première émission de la monnaie africaine en 2016. Votre forfait contre la Libye pourra retarder cette échéance,  mais pas l’annuler, car notre cheminement vers le progrès humain est irréversible, votre guerre fera durer l’agonie économique de l’Europe mais pas assurer sa survie, la situation financière grecque est là pour nous le rappeler car leur descente aux enfers est autant irréversible.  Et la corde pour escalader les montagnes de l’injustice de votre système, érigé en Lois universelle, que vous venez de lier à eux en Cote d’Ivoire et en Libye, risque de précipiter votre pays dans l’abyme de la désolation à cause de vos choix belliqueux tout aussi hasardeux que détestables.

    Vous avez réussi à nous humilier en Cote d’Ivoire. Vous êtes en train de nous abaisser en Libye, mais vous n’aurez pas nos larmes, puisqu’elles se sont cristallisées par trop de siècles du sadisme européen.  Vous n’obtiendrez pas notre désespoir, car restés trop longtemps couchés par terre toujours aux ordres des puissants, par contre, nous ne pouvons plus tomber, nous ne pouvons que nous relever.

    Lors de votre  visite à Accra au Ghana le 11 Juillet 2009 vous avez déclaré dans votre discours que : « de même qu’il est important de se soustraire au contrôle d’une autre nation, il est encore plus important de se forger sa propre nation ». En prenant en otage le président démocratiquement élu par le peuple ivoirien, vous n’aidez pas ce pays à forger sa propre nation. Au contraire, vous contribuez à empêcher qu’il puisse se soustraire au contrôle d’une autre nation.  Votre secrétaire d’Etat Hillary Clinton lors de son voyage à Lusaka, en Zambie le 11 Juin 2011 a renchéri vos propos en nous mettant en garde contre un risque de colonisation chinoise avec ces termes : « C’est facile, et nous avons vu cela à l’époque coloniale, de venir, sortir les ressources naturelles, payer les dirigeants et partir ». Par ces lignes, je vous remercie sincèrement de vos conseils en tant que africain, mais sur la Chine particulièrement, je voudrais vous faire quelques observations :

    • Contrairement à l’Occident qui s’est imposée à l’Afrique sans jamais lui demander son avis, la Chine a été invitée. Ceci est une sacrée différence au vu des relations qui ont existé entre l’Occident et l’Afrique et qui continuent d’exister de nos jours.  Entendre l’Occident se préoccuper  d’une quelconque colonisation de l’Afrique par la Chine est une nouveauté dans la diplomatie internationale. Cette préoccupation soudaine est la preuve, Monsieur le Président que nous vivons dans deux mondes opposés : Historiquement, Culturellement, socialement, Economiquement, Politiquement et Psychologiquement. Le rapport qui a toujours existé entre nous depuis des siècles a été celui de « Dominant – Dominé ».La colonisation c’est le fait de venir sur nos terres vous en approprier les meilleures et nous obliger à travailler dessus, et lorsque nous ne pouvons pas produire une certaine quantité de banane, de cacao, de café ou de coton, le colon choisit un de nous au hasard et l’ampute d’un bras, d’une jambe afin de donner l’exemple à tous du rythme qu’il attend de nous. La colonisation c’est le fait de voler et de détruire nos destins en décidant à notre place. Pour nous la colonisation, c’est l’esprit permanent de guerre pour des intérêts qui nous dépassent, tous situés en Occident. Pour nous la colonisation est un système perverti qui nous condamne depuis des siècles. Utiliser ce mot comme l’a fait votre secrétaire d’état réveille en nous des souvenirs tout aussi tristes et qui poussent au rejet complet de l’Occident en Afrique. L’Occident en Afrique c’est l’amour forcé, c’est le viol. La Chine en Afrique, c’est un amour entre adultes consentants. Et comme dans toute relation amoureuse, il y a des hauts et des bas, il y a toujours un qui cherche à prendre le dessus sur l’autre, mais c’est toujours plus acceptable que le viol.

    • De grâce, Monsieur le président, ne nous enseignez pas la haine des Chinois, surtout en cette période très tendue au niveau international . L’Afrique a besoin d’investissements, de gros investissements, vous ne nous en voudrez pas de diversifier nos partenaires en fonction de nos intérêts pour une fois. Concédez-nous, Monsieur le président le droit de choisir nos amis. Le mur de Berlin est tombé depuis 1989 et nous ne voulons pas vivre dans un contexte de guerre froide permanente où il faut toujours un ennemi. Monsieur le Président, qu’attendez-vous pour dissoudre cette boite datée qu’est l’Otan? Avec la force, on peut tout détruire comme en Irak, mais ce qui est difficile, c’est trouver la Solution. L’OTAN est une organisation anachronique en ce 21ème siècle.

    • La Chine est aujourd’hui le seul pays qui possède une véritable réserve monétaire conséquente. Au niveau des dettes publiques, Les Chinois aident les USA à hauteur de 1.440 milliards de dollars en achetant vos bons de trésor et l’ Afrique seulement de 90 milliards. Si quelqu’un était colonisé, c’est bien vous et non nous. Cette différence s’explique par le fait que pendant longtemps, les Africains ont choisi le mauvais partenaire. Ils ont basé leur développement sur l’aide européenne et américaine. parce qu’ils ont cru que vous en aviez les moyens. Avant de se rendre compte au final que vous clamiez le jour d’être « pays riches » capables d’aider l’univers et la nuit vous alliez demander l’aide à la Chine pour payer vos fonctionnaires, pour financer vos guerres. Encore aujourd’hui, vous-même vous comportez comme si vous aviez le moindre dollar pour aider qui que ce soit en Afrique. Ce qui n’est pas vrai. Selon les informations fournies par la FED le 13/6/2011, sur la dette privée américaine, aux dettes publiques de 14.000 milliards de dollars, il faut ajouter les 14.000 milliards de dollars de dettes des ménages américains, mais aussi les 11.000 milliards de dollars de dettes des entreprises non financières et les 14.000 milliards de dollars de dettes des instituts financiers de votre pays. Son total de 53 trillions de dollars de dettes américaines donne la sueur dans le dos, parce que c’est l’autopsie d’un pays qui va droit dans le mur et même pas la Chine ne pourra vous sauver et le pire est que vous semblez ne pas vous en rendre compte, au point de déclencher les guerres avec tant de légèreté. Nous sommes dans un système dit de « développement à somme zéro » c’est-à-dire quand l’économie de vos pays allait bien, les autres devaient crever de faim. Et maintenant que nous nous sommes réveillés et que nos économies vont bien, les vôtres ne peuvent que s’effondrer. Et ce ne seront pas vos guerres à changer la donne.

    • Plutôt, discutons du débat que la Chine nous offre : le développement de l’Afrique sera une  conséquence de la démocratisation de la société, comme l’a toujours prôné l’Occident ou bien c’est le développement qui doit précéder la démocratisation de la société comme nous le suggère la Chine avec un certain succès qui nous flatte ? Votre système ne marche plus même chez vous ou tout au moins pas chez nous, après les maigres résultats de 50 ans de pseudo-indépendance, parce que votre idée de démocratie africaine est celle d’une Afrique où le vote serait valable uniquement s’il vous plait et lorsqu’il ne vous plait pas, on connait la suite, vos bombes arrivent pour rectifier le vote populaire, notamment en Côte d’Ivoire. 500 ans de votre démocratie en Afrique, cela nous suffit. Nous avons envie d’essayer autre chose. Et avec seulement 10 ans de relation avec un pays que vous décrivez comme dictatorial, la Chine, l’Afrique ne s’est jamais si bien portée.

    • Depuis 7 mois, la Chine est en train de se débarrasser de vos bons de trésor qu’elle considère désormais, comme des produits financiers toxiques parce qu’elle est convaincue qu’elle n’aura pas la totalité de ses investissements un jour, et ce à hauteur de 9,2 milliards de Dollars par mois. Ces chiffres sont fournis par votre Département aux Finances. Bien évidemment, Monsieur le Président, quand il s’agit de vous et de l’occident, on parle de business, une fois qu’on quitte l’hémisphère Nord pour se rendre dans l’hémisphère sud, on crie au loup, attention le méchant Chinois arrive, il va vous avaler d’un coup. NON ! Monsieur le Président, les Africains ont ouvert les yeux et    commencent à regarder autour d’eux, surement pas totalement, sinon vous n’aurez jamais eu les trois votes africains qui vous ont autorisé à aller agresser un des leurs, mais une chose est sure, ils ont entrouvert les yeux et commencent à distinguer les formes, ils peuvent aujourd’hui décrire la différence entre un Chinois et un Occidental. Et pour cause, l’Afrique pour vous n’a jamais été qu’une terre de domination, de possession, et de soumission. Nous ne connaitrons jamais pire.

    • Dans tous les discours dans les capitales occidentales, on ne cesse de rappeler explicitement et implicitement aux Africains, la méfiance qu’ils doivent montrer face aux Chinois, c’est devenu presqu’une obsession pour vous ; entendre cela aujourd’hui de la part des Occidentaux est suspect, pour une simple raison : nos ancêtres vous ont fait confiance et ils se sont retrouvés déportés. Nos grands-parents vous ont fait confiance et ils se sont retrouvés sous le coup de la colonisation. Nos parents vous ont fait confiance et vous nous avez installé la famine. Plus récemment, 3 pays africains le Nigéria, le Gabon et l’Afrique du Sud vous ont encore fait confiance pour voter avec vous la résolution 1973, que vous alliez protéger Bengazi et vous êtes allés bombarder Tripoli. Et aujourd’hui vous nous indiquez un ennemi ? Dans votre discours d’Accra, vous vous demandez s’il faut imputer aux Blancs la situation du Zimbabwe. Ce faisant, vous faites semblant d’ignorer qu’en 1980 à l’indépendance le Zimbabwe pour sa reforme agraire a demandé votre soutien pour corriger la grande injustice coloniale qui fait que les Blancs qui sont 2% de la population sont propriétaires de 90% des terres arables. Accord contresigné par la Grande Bretagne qui prévoyait que cette dernière se chargerait de l’indemnisation des fermiers Blancs qui étaient tous ses ressortissants. 20 ans après, rien. Pire, les victimes de vos promesses non tenues deviennent vite les diables du moment. Et c’est parti avec vos chantages: embargo, visas, comptes saisis etc. Et pour faire diversion, comme d’habitude, vous avez entonné le refrain du méchant loup Mugabe et comme un seul homme, tout l’occident a chanté, faisant croire que sa longévité au pouvoir était plus grave que l’injustice que vous y avez créée.  En Cote d’Ivoire, le Président Gbagbo vous a écouté et a pris ses distances des Chinois en reprenant des contrats auparavant gagnés par les entreprises chinoises pour les redonner aux entreprises françaises sans appel d’offre, la suite on la connait.

    • Que vaut la parole d’un haut dirigeant Américain aujourd’hui ? RIEN. Rien du tout

    Le 6 septembre 2008 l’ancienne Secrétaire d’Etat Condoleezza Rice lors de sa visite qu’elle même a défini d’historique après 55 ans de son prédécesseur et après 51 ans d’une haute autorité américaine en Libye (Nixon en 1957 alors vice-président) déclare à la presse : « Je pense que cette visite démontre que les États-Unis n’ont pas d’ennemis permanents et que lorsque des pays sont prêts à faire des changements stratégiques d’orientation, les États-Unis sont prêts à répondre« , Et le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack d’ajouter à l’attention de l’Iran et de la Corée du Nord : « La Libye est un exemple qui montre que, si certains pays font un choix différent de celui qu’ils font actuellement, ils peuvent avoir des relations différentes avec les Etats-Unis et le reste du monde, et que nous tiendrons nos promesses« .

    Votre prédécesseur Georges BUSH et Mme C.RICE ont-ils à votre avis commis une erreur de jugement en convainquant pendant 6 ans (de 2001 à 2006) la Libye à se défaire de toute une série d’armes dangereuses en échange de la promesse que ce pays ne serait jamais attaqué ? Ou alors c’est vous qui êtes peu regardant sur le respect des engagements de vos prédécesseurs ? Non Monsieur le Président ! ils ont juste appliqué le principe républicain tant cher à Abraham Lincoln : « Ce que je veux savoir avant tout, ce n’est pas si vous avez échoué, mais si vous avez su accepter votre échec». Le Président Bush avait tout simplement accepté l’échec de la politique américaine d’isolement de la Libye depuis 1981 et avait décidé de changer de cap, avec beaucoup de difficultés, mais le succès de l’initiative est toute à son honneur avec le rétablissement des relations diplomatiques dès 2004. Ainsi, même si la culpabilité de la Libye n’a jamais été établie, votre prédécesseur a réussi à la faire accepter d’indemniser toutes les familles les victimes de Lockerbie et du café de Berlin; mais aussi, elle a accepté de se défaire de ses armes de destruction massive, elle a ouvert les dossiers de ses services secrets pour aider les USA dans la lutte contre le terrorisme mettant à risque son propre territoire et son propre peuple contre les possibles représailles. Dans tout pays, Monsieur le Président, même le plus primitif qui soit, quand vous avez payé votre dette envers la société, ce chapitre est clos. C’est ce que le Président Bush a voulu démontrer en fermant ce chapitre sombre avec la Lybie avec cette visite officielle. Puis-je savoir de quoi de nouveau est exactement accusée la Lybie depuis ce nouveau départ du 6 septembre 2008 ? Après plus de 3 mois d’agression inutile contre le peuple Libyen, je vous prie Monsieur le Président Obama de SAVOIR ACCEPTER VOTRE DEFAITE. Vos compagnons de route ne peuvent que vous enfoncer: par exemple, la France en un mois a fait atterrir urgemment 6 chasseurs bombardiers Mirage sur l’Ile de Malte pour panne sèche, pour manque de carburant les 20/04, 23/04 et 02/05(source AFP). Car Monsieur le Président comme vous l’a dit la Chine à travers son quotidien China Daily, vous êtes des pays encore convalescents sortant d’une crise financière qui n’est pas terminée et n’avez aucun moyen financier pour supporter une guerre longue. En témoignent les nombreuses défections de vos alliés : la Norvège vous a informé depuis le 9 Mai qu’elle n’aurait pas d’argent pour continuer une guerre au delà du 24 Juin, l’Italie vient de demander la fin des bombardements parce qu’elle ne sait pas où trouver 40 milliards d’Euros dans l’immédiat pour ne pas sombrer dans la crise de type grecque etc… Savoir accepter cette défaite sera à votre honneur plutôt que de continuer cette fuite en avant pour vous venger sur des civiles inoffensifs en larguant vos bombes à l’aveuglette tous les jours, sans qu’on sache bien où vous croyez arriver ainsi.

    Monsieur le Président Obama,  Est-ce trop vous demander que de vous prier d’écouter au moins la voix des élus Américains qui hier 24/6/2011 avec les voix de 70 de vos propres élus Démocrates, vous ont demandé d’arrêter  votre guerre en Libye ? Est-ce trop vous demander que de vous prier de vous occuper des Américains qui vous ont voté pour leur trouver du boulot et de nous laisser en paix en Afrique choisir nous-mêmes notre destin, même en nous trompant et d’apprendre de nos erreurs ? Est-ce trop vous demander que de vous prier de libérer le président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire qui n’a commis qu’une seule faute, son manque de docilité au système qui nous opprime depuis 500 ans ?

    Monsieur le Président, le monde a changé. On est passé au tout numérique mais vous semblez regarder l’Afrique encore sur une pellicule en Noir et Blanc. En dépit de tous les freins que votre système de règles du jeu truquées, lui a imposés, L’Afrique, a un taux de croissance moyen de 6% par an. Nous ne sommes qu’au début de notre propre révolution industrielle et les matières premières qui vous attirent tant sont destinées à satisfaire nos propres besoins de consommation, car contrairement à nos parents et nous-mêmes, nos enfants ne veulent plus vivre de privation et qu’ils soient à Niamey ou a Pretoria, ils veulent aussi vivre dans le même confort qu’à Los-Angeles ou à Paris, ils veulent aussi s’éclater et pour satisfaire toute cette consommation qui est en train d’exploser en devenant exponentielle, nous avons besoin de nos propres matières premières. Nous nous posons déjà le problème de comment faire pour repérer les ressources, les matières premières  pour satisfaire les besoins toujours raffinés de cette nouvelle population africaine. Je vous conseille donc, de changer de politique afin d’amener vos concitoyens à réduire leurs consommations et les adapter à la disponibilité des ressources en votre possession et pour lesquelles vous n’aurez plus besoin de vivre dans une guerre permanente avec l’humanité.

    Il me plait de conclure avec ces mots que je fais miens : « La pauvreté n’est pas une honte, mais c’est l’exploitation des peuples qui l’est. Nous reprendrons tous nos droits, car toutes ces ressources sont les nôtres » Président Egyptien Nasser dans son discours radiodiffusé à Alexandrie le 26 juillet 1956, marquant la nationalisation du canal de Suez et le début de la guerre d’agression de la France et du Royaume Uni pour annuler sa décision.

    Dans l’espoir de lire votre réponse bientôt, je vous adresse Monsieur le Président des Etats-Unis d’Amérique, l’expression de ma très haute considération et je profite de cette occasion pour vous souhaiter une bonne chance pour votre prochaine re-élection en 2012.

    Jean-Paul Pougala

                                     Genève le 25 Juin 2011

    Le Caire juge que le traité de paix avec Israël n’est pas « sacré »

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 56

     

    Publié le 15.09.2011, 21h38 sur : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/le-caire-juge-que-le-traite-de-paix-avec-israel-n-est-pas-sacre-15-09-2011-1609695.php

    Le Premier ministre égyptien Essam Charaf a jugé jeudi que le traité de paix signé en 1979 avec Israël, le premier ratifié entre l’Etat hébreu et un pays arabe, n’était pas « sacré », au moment où les relations entre les deux pays connaissent une période de tensions. | -

    Le Premier ministre égyptien Essam Charaf a jugé jeudi que le traité de paix signé en 1979 avec Israël, le premier ratifié entre l’Etat hébreu et un pays arabe, n’était pas « sacré », au moment où les relations entre les deux pays connaissent une période de tensions.
    Ce traité de paix « n’est pas quelque chose de sacré et il peut subir des changements », a déclaré M. Charaf dans un entretien avec une télévision turque, selon des propos rapportés par l’agence officielle égyptienne Mena.

    sas_pageid=’2358/16843′; // sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

    SUR LE MÊME SUJET

     

    « Le traité de Camp David peut toujours être discuté ou modifié dans l’intérêt de la région ou tout simplement de la paix », a ajouté le chef du gouvernement égyptien.
    Ces déclarations surviennent après une visite au Caire du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, mardi et mercredi, où il s’est fait le héraut de la cause palestinienne et a une nouvelle fois attaqué l’Etat hébreu avec virulence.
    Interrogé sur la pertinence du choix de cette semaine pour le voyage en Egypte de M. Erdogan, alors que les relations entre Ankara et l’Etat hébreu se sont également dégradées, M. Charaf a affirmé: « La visite de M. Erdogan est intervenue à un moment délicat puisque de véritables changements sont en train d’avoir lieu au Moyen-Orient ».
    « Nous devons nous occuper de la racine du problème et le problème au Moyen-Orient, c’est l’occupation israélienne de la terre palestinienne », a-t-il poursuivi.
    Ces déclarations surviennent sur fond de tensions entre l’Etat hébreu et l’Egypte après notamment que l’ambassade d’Israël au Caire, symbole de la paix conclue il y a plus de trente ans mais qui cristallise aussi la colère d’une partie de l’opinion égyptienne, a été attaquée vendredi soir lors d’une violente manifestation.
    Trois personnes ont été tuées et un millier d’autres blessées dans les affrontements avec les forces de l’ordre qui ont accompagné cette attaque. L’ambassadeur d’Israël en Egypte a dû rentrer précipitamment dans son pays.
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait quant à lui cherché à minimiser la portée de cette attaque pour les relations bilatérales, affirmant samedi que « nous sommes engagés à préserver la paix avec l’Egypte, ce qui est dans l’intérêt de l’Egypte et d’Israël ».
    Les relations entre les deux pays traversaient déjà une crise grave après la mort de cinq policiers égyptiens, tués le 18 août alors que l’armée israélienne poursuivait des auteurs présumés d’attaques dans le secteur d’Eilat, près de la frontière avec l’Egypte. Un sixième policier, blessé, est décédé ces derniers jours.
    M. Charaf est revenu sur cette affaire dans son interview, en soulignant que le fait que des policiers égyptiens aient été « tués par Israël sur le territoire égyptien a atteint tous les Egyptiens dans leur fierté ».
    Les militants qui ont provoqué en février la chute du président réclament une révision du traité de paix. L’influent mouvement des Frères musulmans a lui aussi déclaré vouloir une révision de ce traité, sans évoquer sa rupture.
    L’armée aujourd’hui au pouvoir en Egypte a affirmé à plusieurs reprises son attachement aux pactes internationaux conclus par le passé, qui comprennent les accords de paix signés du temps du président Anouar el-Sadate.
    La communauté internationale, tout particulièrement les Etats-Unis qui avaient parrainé ces accords historiques, avaient insisté, après la démission de M. Moubarak le 11 février, pour que Le Caire donne des assurances qu’ils seraient respectés.

     

    14 septembre 2011

    La main invisible ?…Au nom de la liberté ?…

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 19

    cité par Blablalain le 8 septembre 2011 à 14:33 sur le blog de Paul JORION : http://www.pauljorion.com/blog/?p=28360


    John Perkins ,ex assassin financier explique sont job d’inquisiteur au cour de sa carrière .
    … ‘ Un pays avec des ressources potentielles exploitables est repéré…le gouvernement (élu ou dictatorial (plus facile encore..)), est approché afin d’être corrompu…Si il ‘résiste’ les chacals sont envoyés pour le renverser ou …l’assassiner (1) ..
    Par contre, comme en Irak (où Saddam Hussein a voulu effectuer les transactions pétrolières de son pays dans une autre devise que le dollar …) il est conquis …
    Ensuite par l’intermédiaire de la Banque Mondiale (ou consœurs) aux ordres des tueurs économiques …un énorme prêt est concocté au pays visé ..et ce , même si d’abord ce prêt ne sert au final qu’à corrompre et à payer d’abord les investisseurs étrangers venus spolier le pays …en laissant sa population exsangue …ensuite, ces mêmes institutions viennent demander le remboursement des dettes …ou encore … leur voix lors d’un vote crucial à l’ONU ou une aide militaire …là où ailleurs …tandis que la population est toujours autant surexploitée dans les multiples ateliers clandestins aux services des plus grandes marques ou industries diverses…et leur pays spolié de leurs matières premières …Avant c’était la colonisation qui forçait les populations à produire … aujourd’hui c’est la banque mondiale… La Banque mondiale est une institution US où beaucoup de pays européens sont actionnaires … Leurs politiciens semblent ne plus être que des carriéristes à la vue courte à la solde des grands groupes d’intérêts financiers puissants, leur dictant les politiques à appliquer et les lois à remodeler au grand dam de leur populations …(laissant les patates chaudes de leurs choix inconséquents présents dans les mains des futurs remplaçants quelle que soit leur couleur politique…) …
    Selon l’économiste américain John Perkins, qui était employé pour endetter les pays du tiers monde afin de les rendre dépendants des intérêts financiers américains, et qui avait rencontré Omar Torrijos dans cette fonction, il a été assassiné pour avoir refusé de s’y soumettre, en particulier, pour avoir tenté de construire un nouveau canal avec le Japon .
    Cet auteur affirme également dans son livre Confessions of an Economic Hit Man que Roldós a été assassiné par une bombe cachée dans le magnétophone dans le but de servir les intérêts américains dans la prospection pétrolière en Équateur ce qui permit à Osvaldo Hurtado qui lui succéda d’ adopter une ligne politique plus ″conciliante″ avec les compagnies pétrolières…

    La main invisible du marché, oui … mais pas financier !

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 12

    Extrait du Monde Diplomatique – Septembre 2011 page 22 et 23 – Ibrahim Warde, cité par Blablalain le 8 septembre 2011 à 14:33 sur le blog de Paul JORION : http://www.pauljorion.com/blog/?p=28360


    « …Dans un ouvrage expliquant ″pourquoi les marchés échouent ″, John Cassidy , journaliste économique au NEW YORKER , voit dans cette idéologie non pas l’accomplissement du libéralisme économique classique mais sa perversion . Il rappelle que le concept de marché financiers rationnels et autocorrecteurs est une invention des quarante dernières années (1).
    Si la profession financière cherche à se situer dans la lignée d’Adam Smith, un auteur qu’on a tendance à vénérer sans le lire, elle viole allègrement les principes qu’il a énoncés en matière de règlementation financière.Quelques années avant la parution de sa célèbre Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), le père de l’économie classique avait assisté à l’éclatement d’une bulle financière qui devait anéantir vingt-sept des trente banques d’Edimbourg.
    Smith savait donc que, livrée aux seules forces du marché, la finance faisait courir de graves dangers à la société.
    Tout favorable qu’il fût au principe de la ″main invisible″, il stipula expressément que la logique d’un marché libre et concurrentiel ne devait pas s’étendre à la sphère financière.
    D’où l’exception bancaire au principe de la liberté d’entreprendre et de commercer, et la nécessité d’un cadre règlementaire strict : Ces règlements peuvent à certains égards paraître une violation naturelle de quelques individus, mais cette liberté de quelques –uns pourrait compromettre la sécurité de toute la société. Comme pour l’obligation de construire des murs pour empêcher la propagation des incendies , les gouvernements , dans les pays libres comme dans les pays despotiques , sont tenus de règlementer les services bancaires
    .( 2)

    (1) John Cassidy, How Markets Fail : The Logic of Economy Calamities ,Farrar ,Straus and Giroux ,New York ,2010
    (2) Livre II, chapitre II

    LE RÉSEAU DE CONTRÔLE GLOBAL PAR LES GRANDES ENTREPRISES

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 36

    World company communismversion originale intégrale en anglais publiée ici : http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1107/1107.5728v1.pdf

    permalien personnel ici : http://uriniglirimirnaglu.unblog.fr/files/2011/09/thenetworkofglobalcorporatecontrol.pdf

    texte commenté en premier ici : http://www.pauljorion.com/blog/?p=28308

    publié en français (traduction Timiota) ici : http://www.pauljorion.com/blog/?p=28360

    Stefania Vitali, James B. Glattfelder, et Stefano Battiston
    arXiv:1107.5728v1 [q-fin.GN] 28 Jul 2011

    Chair of Systems Design, ETH Zurich, Kreuzplatz 5, 8032 Zurich, Switzerland,

    Résumé : la structure du réseau de contrôle des multinationales affecte la concurrence sur le marché global et la stabilité financière. Jusqu’ici, seuls des échantillons nationaux modiques ont été étudiés, et aucune méthodologie appropriée n’avait été développée pour valider globalement le niveau de contrôle. Nous présentons la première investigation de l‘architecture du réseau international de propriété, accompagné du calcul du degré de contrôle détenu par chacun des acteurs globaux. Nous trouvons que les multinationales (« transnational corporations » or TNCs) forment une structure de nœud-papillon géante, et qu’une grande part du contrôle est drainée vers un cœur tissé serré d’institutions financières. Ce cœur peut être vue comme une « super-entité économique » dont l’existence soulève de nouvelles et importantes questions tant pour les chercheurs que pour les organes d’élaboration des politiques {« policy makers »}.

    Introduction
    Une intuition courante parmi les universitaires et dans les médias fait se représenter l’économie globale comme dominée par une poignée de multinationales (TNC = Trans National Corp.) puissantes. Toutefois, des chiffres explicites ne sont pas venus confirmer ni infirmer une telle intuition. Une enquête quantitative n’est en rien triviale car les firmes exercent un contrôle sur d’autres firmes via une toile de relation de détentions directe ou indirectes qui s’étend sur de multiples pays. De ce fait émerge le besoin d’une complexe analyse de réseau si l’on veut mettre à découvert la structure de contrôle et ses implications. Récemment, la littérature universitaire s’est penchée avec une attention croissante sur les réseaux économiques [2] que ce soit les réseaux de commerce [3], de produits [4], de crédit [5,6] de prix sur bourses [7] et de conseil d’administration/ de direction [8,9]. Cette littérature a aussi analysé les réseaux de détention d’actifs [10,11] mais a négligé la structure de contrôle à l’échelle globale. Même la littérature sur la gouvernance d’entreprise globale n’a étudié que des petits groupes d’entrepreneuriat nationaux [12].

    Certes, il est intuitif que chaque grande entité multinationale a une pyramide de filiales sous elle et une palanquée d’actionnaire au-dessus d’elle. Toutefois, la théorie économique n’offre pas de modèle qui prédise comment les TNCs se connectent globalement les unes aux autres. Trois hypothèses alternatives peuvent être formulées. Les TNCs peuvent rester isolées, agrégées en coalitions séparées, ou former une composante connectée géante, plausiblement avec une structure cœur-périphérie. Pour l’instant, cette question est demeurée vierge d’enquête, nonobstant ses importantes implications pour la chose politique. Notamment, des relations de détentions mutuelles entre firmes du même secteur peuvent, dans certains cas, mettre en danger la concurrence {{libre et non faussée Note du bloggeur}} sur les marchés [13,14]. Qui plus est, le tissage de liens parmi les institutions financières a été reconnu comme ayant des effets ambigus vis à vis de leur fragilité financière[15,16].

    La vérification du degré auquel ces implications se vérifient dans l’économie globalisée est per se un domaine de recherche inexploré, et est au-delà du but de cet article. Toutefois, un prérequis nécessaire à de telles enquêtes est de mettre à jour la structure du controle des multinationales ou des grandes sociétés à l’échelle mondiale. Ceci n’a jamais été accompli auparavant et est le but du présent travail.

    Méthodes :

    La détention {d’actif?} se réfère à une personne ou à une firme possédant une autre firme en tout ou partie. Notons W la matrice de détention, où la composante W_ij dans l’intervalle [0,1] est le pourcentage de détention du détenteur (ou actionnaire) i dans la firme j. Ceci correspond à un graphe directement pondéré {les matheux purs corrigeront merci} avec les firmes représentées comme nœuds/sommets et les liens de détention comme arcs/arêtes. Si, à son tour, la firme j détient W_jl parts de la firme l, alors la firme i possède une détention indirecte de la firme l (Fig 1A). Dans le cas le plus simple, cela revient trivialement au produit des parts de détention directe W_ij W_jl. Si nous considérons maintenant la valeur économique v des firmes (p ex les recettes d’exploitation en dollar USD), un montant W_ij v_j est associé à i dans le cas direct et un montant W_ij W_jl v_l dans le cas indirect. Ce calcul peut être étendu à un graphe générique avec des réserves {caveat} importantes à respecter toutefois [17, SI Appendix Secs3.1 3.2].

    Chaque actionnaire a droit a une fraction du surplus d’exploitation de la firme (dividende), et à une voix dans le processus de décision (p. ex. des droits de votes aux AG des actionnaires). Ainsi, plus grand est la part détenue W_ij dans une firme, plus grand est le degré de contrôle associé sur cette firme, qu’on note C_ij. Intuitivement, le contrôle correspond à des chances de voir son propre intérêt prévaloir dans la stratégie de business de la firme. Le contrôle C_ij est habituellement calculé à partir de la détention avec une simple règle de seuil. L’actionnaire majoritaire a le plein contrôle. Dans l’exemple de la figure 1 C D , ceci donne C_ij =1 v_j dans le cas direct et C_ij C_jl v_l= 0 dans le cas indirect. A titre de test de robustesse, nous avons testé des modules plus précautionneux où les minorités gardent un certain contrôle (voir SI Appendix Sec. 3.1). Par analogie avec la détention, l’extension à un graphe générique est la notion de « contrôle de réseau » :

    C_i \net = Somme sur j des C_ij v_j + somme sur j des C_ij c_j \net.
    Ceci additionne la valeur contrôlée par i à travers ses parts dans j avec la valeur contrôlée indirectement par le réseau de contrôle j. Ainsi, le contrôle de réseau représente la quantité totale de valeur économique sur laquelle i a une influence (p ex c_i\net =v_j + v_k dans la figure 1D).

    Du fait des liens indirects, le drainage vers l’amont de plusieurs firme peut avoir pour résultat que certains actionnaires deviennent très puissants. Toutefois, et particulièrement dans les graphes avec multiples cycles, la formulation détaillée ci-dessus de c_i\net sur-estime sévèrement le contrôle assigné aux acteurs dans deux cas : les firmes qui font parties de cycles (ou les structures de participation croisée, échanges d’action), et les actionnaires qui sont en amont de ces structures-là. Une illustration du problème sur un réseau simple à titre d’exemple, ainsi que les détails de la méthode, sont indiqués en SI Appendix, Secs 3.2 3.4. Une solution partielle pour les petits réseaux est rapportée dans [18]. Des travaux précédents sur les grands réseaux de contrôle ont utilisé une méthode différente de construction du réseau et ont totalement négligé cet aspect [11, SI Appendix Secs 2 and 3.5]. Dans cet article, sur la base de [11], nous développons une nouvelle méthodologie pour surmonter ce problème de surestimation du contrôle, qui peut être employée pour calculer la valeur du degré de contrôle au sein de large réseaux.

    Résultats

    Nous commençons par la listes des 43060 TNCs (trans national corp.) identifiées selon la définition de l’OCDE, prélevée à partir d’un échantillon d’environ 30 millions d’acteurs économiques contenus dans la base de donnée Orbis 2007 (voir SI Appendix Sec.2). Nous appliquons alors une recherche récursive (Fig. S1 et Appendix 1), qui, pour la première fois à notre humble connaissance; individualise le réseau de tous les chemins de détentions partant de et allant vers les TNCs (Fig. S2). Le réseau résultant contient 600508 nœuds et 1006987 arcs (liens) de détention (participation).

    Notez que ce jeu de données diffère fondamentalement de ceux analysés dans [11] (qui n’a considéré que les compagnies listées dans des pays séparés et leur actionnaires directs). Ici, nous sommes intéressés par le réseau de participation/détention vraiment global, et plusieurs TNCs ne sont pas des compagnies répertoriées (voir aussi SI Appendix Sec.2)

    Topologie du réseau

    Le calcul du degré de contrôle nécessite une analyse préalable de la topologie. En terme de connectivité, le réseau consiste en beaucoup de petites composantes connectées, mais la plus grande (3/4 des nœuds {!}) contient tous les grandes TNCs en termes de valeur économique, totalisant 94,2% des recettes d’exploitations totales (Tbl1). En sus de es statistiques usuelles de réseau, deux propriétés topologiques sont les plus pertinentes pour le point central de ce travail. La première est l’abondance de cycle de longueur 2 (participation croisées) ou plus (Fig. S7 et SI Appendix Sec.7), qui sont des motifs bien étudiés dans la gouvernance d’entreprise (corporate governance)[19]. Une généralisation consiste à considérer une « composante fortement connectée (SCC), c’est à dire un jeu de firmes au sein duquel chaque membre détient directement et/ou indirectement des actions chez tous les autres membres. Ce type de structure, observé jusqu’ici seulement dans de petits échantillons, a pour explication notamment les stratégies anti-OPA-inamicale, la réduction des coûts de transactions, le partage du risque, l’accroissement de la confiance et les groupements d’intérêts {style GIE}. Quelle que soit son origine, toutefois, ce type de structure affaiblit la concurrence sur le marché[13 14]. La second caractéristique est que la plus grande composante connectée ne contient qu’une seule composante fortement connectée (= SCC) (1347 nœuds). Ainsi, comme le web WWW, le réseau TNC a une structure en nœud-papillon [21] (Fig.2a). Ces particularités sont que la composante fortement connectée ou core, est très petite comparée aux autres sections du nœud papillon, et que la partie hors-section est significativement plus grande que la partie en-section avec tubes et excroissances (Fig.2B and Tbl 1). Le core est aussi très densément connecté, avec des membres ayant en moyenne, des liens vers 20 autres membres (Fig. 2 CD). LE résultat de tout cela, c’est qu’environ 3/4 de la propriété des firmes du core reste dans les mains des firmes de ce même core. En d’autre termes, ceci est un groupe tissé serré de sociétés qui, ensemble, détiennent une majorité d’action de chacune d’entre elles.

    Notez que l’analyse inter-pays de [11] a pour sa part trouvé que seuls quelques-uns des réseaux de détentions nationaux sont topologiquement des nœuds papillons, et que, notamment, pour les pays anglo-saxons, les principales composants fortement connectées (SCC) sont grosses comparées à la taille du réseau.

    Concentration du degré de contrôle

    L’analyse topologique faite jusqu’ici ne considère pas la distribution de valeur économique des firmes.

    Nous calculons donc le degré de contrôle du réseau que les acteurs économiques (TNCs inclus) gagnent en comparaison de la valeur des TNCs, et nous attaquons la question de savoir à quel point ce contrôle est concentré, et qui sont les détenteurs de contrôle en haut de la liste. Il faut dire ici que bien que les universitaires aient depuis longtemps mesuré la concentration de la fortune et du revenu [22], il n’y a pas d’estimation préalable à notre étude du degré de contrôle. En construisant une courbe du type des courbes de Lorenz permet d’identifier la fraction eta* des détenteurs prépondérants qui détiennent de façon cumulative 80% du control total du réseau.

    Ainsi, plus petite est cette fraction, plus forte est la concentration. En principe, on pourrait s’attendre à ce que l’inégalité dans le degré de contrôle soit comparable à l’inégalité des revenus telle qu’on la constate parmi les ménages et les firmes, puisque les actions de la plupart des sociétés sont publiquement accessibles dans les marchés boursiers d’action.

    En contraste avec cela, nous trouvons qu’à eux seuls, les 737 détenteurs prépondérants cumulent 80% du contrôle sur la valeur de toutes les TNCs (voir aussi la liste des 50 détenteurs prépondérants dans la Table du SI -supplementary information). Le niveau correspondant de concentration est eta_1*=0,61%, à comparer avec eta_2*=04,35% pour la même quantité relative aux ressources d’exploitation.

    D’autre comparaisons qui font sens incluent par exemple : la distribution de revenus dans les pays développés, qui se caractérise par eta_3*~5-10% [22], et les revenus de sociétés dans Fortune1000 {les gens fortunés NdT} (eta_4*~30% en 2009). Ceci signifie donc que le degré de contrôle du réseau est bien plus inégalement distribué que la fortune. En particulier, les acteurs du haut de la liste détiennent un contrôle 10 fois plus important que ce qu’on attendrait sur la base de leur fortune. Ces résultats sont robustes vis à vis des choix de modèles utilisés pour estimer le degré de contrôle, voir Fig.3, et Tbls S2 S3.

    Discussion

    Le fait que le contrôle (de la valeur) soit concentrée dans les mains de peu de détenteurs du haut de la liste ne détermine pas si et comment ils sont interconnectés. Ce n’est qu’en combinant la topologie avec le classement par degré de contrôle que l’on obtient une pleine caractérisation de la structure de contrôle. Une première question à laquelle nous sommes maintenant en mesure de répondre est de savoir si les acteurs du haut de la liste sont situés dans le « nœud-papillon ». Comme le lecteur l’aura sans doute déjà suspecté, les acteurs les plus puissants tendent à appartenir au « core ». En réalité, la position d’une TNC dans le réseau ne compte pas. Par exemple, une TNC choisie aléatoirement dans le « core » a 50% de chance  d’être aussi elle-même parmi les détenteurs de haut de liste, à comparer à, par exemple, 6% pour la « section d’entrée » (arcs amont)  (Tbl. S4). Une seconde question concerne la part que chaque composante {élément de la partition} du nœud-papillon détient au  juste.  Nous trouvons que, malgré sa petite taille, le core détient collectivement une large part de tout le réseau de contrôle. En détail, près de 4/A0 du contrôle sur la valeur économique des TNCs dans le monde est détenue, vis un réseau complexe de relations de propriété, par un groupe de 147 TNCs dans le  core , qui a presque un contrôle complet sur lui-même. Les détenteurs du haut de la liste dans le core peuvent alors être considérés comme une  « super-entité » économique dans le réseau global des (grandes) sociétés. Un point supplémentaire pertinent à ce point est le fait que ¾ du coreest constitué d’intermédiaires financiers. La Fig.2 D montre un petit sous-ensemble d’acteurs biens connus en finance, ainsi que leurs liens, fournissant ainsi une idée du degré d’enchevêtrement de tout le core.

    Cette découverte remarquable soulève au moins deux questions  qui sont fondamentales pour la compréhension du fonctionnement de notre économie.

    Primo, quelles sont les implications pour la stabilité financière globale ? Il est notoire que les institutions financières établissent des contrats financiers tels que le prêt ou les crédits de produits dérivés, avec d’autres institutions. Ceci permet de davantage diversifier le risque, mais, en même temps, cela les expose à la contagion [15]. Malheureusement, les informations sur ces contrats ne sont pas habituellement divulguées pour des raisons stratégiques. Toutefois, dans divers pays, l’existence de tels liens financiers  est corrélée avec l’existence des relations de possession croisées [23].

    De ce fait, sous l’hypothèse que la structure du réseau de possession soit une bonne proxy (indication, augure) pour celle du réseau financier, cela implique que le réseau financier global est aussi très intriqué.

    Des travaux récents ont montré que losqu’un réseau financier est densément connecté, il devient très susceptible au risque systémique [24,16] . En fait, alors que dans les temps de croissance, le réseau semble robuste, dans les moments plus difficiles, les firmes vont vers la cessation de paiement simultanément.

    Cette propriété de « tranchant du couteau » [25,26] a été tout à fait visible durant le récent épisode de gros remous financiers.

    Deuxio, quelles sont les implications pour la concurrence sur les marchés ?  Du fait que beaucoup de TNCs dans le core ont des domaines d’activités qui se recouvrent, le fait qu’ils soient connectés par des relations de possessions  pourrait faciliter la formation de blocs, qui seraient alors des obstacles à la compétition de marché [14]. De façon remarquable, l’existence d’un tel core au sein des marchés globaux n’avait pas jusque-là été documentée, et ainsi, jusqu’à maintenant, aucune étude scientifique ne démontre ou n’exclue que cette super-entité ait jamais agit comme un bloc. Toutefois, quelques exemples suggèrent que ce n’est pas un scénario si peu probable. Par exemple, des études précédentes ont montré que même des structures à faible participation croisée, au niveau national,  peuvent affecter la libre concurrence dans des secteurs tels que l’aviation commerciale, l’industrie automobile et l’acier, ainsi que dans le secteur financier [14,13]. Mais en parallèle, des institutions antitrust (p ex le UK office of Fair Trade), dans le monde entier, surveillent de près les structures de détention à l’intérieur de leur propres frontières nationales. Le fait que des jeux de données internationales ainsi que des méthodes pour traiter de grands réseaux ne soient devenus disponibles que très récemment peut expliquer pourquoi cette concentration découverte ici a pu ne pas être détectée pendant si longtemps.

    Deux questions méritent d’être évoquées ici en quelque détail. On peut se demander ce que vaut l’idée d’assembler des données de propriétés venant de pays dotés de cadres légaux hétérogènes. Toutefois, des travaux empiriques antérieurs montrent que de tous les déterminants possible affectant les relations de détention dans des pays différents (p ex les règles d’imposition, le niveau de corruption, le cadre institutionnel, etc.), seul le niveau de protection de l’investisseur est statistiquement pertinent {corrélé}[27]. En tout état de cause, il est remarquable que nos résultats sur le niveau de concentration soient robustes par rapport aux trois modèles différents utilisés pour inférer le degré de contrôle à partir des données sur  la détention {du capital}. La seconde question concerne le contrôle que les institutions financières exercent effectivement. Suivant certains arguments théoriques, en général, les institutions financières {privées} n’investissent pas en capital {actions : equity shares} pour exercer un contrôle {elle se restreindraient au courtage etc ?}. Toutefois, il y a aussi des preuves empiriques que l’opposé soit vrai [23, SI Appendix, Sec. 8.1]. Nos résultats montrent que, globalement, les détenteurs du haut de la liste sont au moins en position d’exercer un contrôle considérable, soit formellement (p. ex. en votant dans les AG et les conseils d’administration), ou par des négociations informelles.

    Au-delà de la pertinence de ces résultats pour l’économie et l’élaboration de politique, notre méthodologie peut être appliquée pour identifier les nœuds clés dans n’importe quel réseau concret au sein duquel une quantité scalaire (p. ex. des ressources ou l’énergie) coulent le long de liens pondérés orientés (des arcs pondérés). D’un point de vue empirique, une structure en nœud-papillon avec un cœur (« core ») très petit et très influent est une observation nouvelle dans l’étude des réseaux complexes. Nous conjecturons qu’elle puisse être présente dans d’autres sortes de réseaux où le mécanisme « les riches deviennent plus riche » sont à l’œuvre {mécanisme d’instabilité …} (bien que la configuration d’attachement préférentiel par degré {help sociologue : ça fait référence à groupe social caste corporation ?}[1] à elle seule ne produise pas un nœud-papillon). Toutefois, le fait que le cœur soit si densément connecté pourrait être vue comme la généralisation du « phénomène du club des riches » avec un contrôle du degré {clubs à cooptation, même interrogation que ci-dessus sur « degree »}[28,3, SI Appendix Sec.8.2]. Ces questions ouvertes en relation avec notre étude pourraient sans doute être appréhendées en introduisant le degré de contrôle dans un « modèle de fitness »[29] d’évolution des réseaux

    Remerciements

    Nous remercions F. Schweitzer et C. Tessone pour leur précieux retour, D. Garcia pour l’élaboration des figures 3D, et le programme Cuttlefish utilisé pour le dessin des graphes.

    Dans l’oeil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 59

    Eric Toussaint1 interviewé par le CADTM

    En juillet-août 2011, les bourses ont été ébranlées une nouvelle fois au niveau

    international. La crise s’est approfondie dans l’Union européenne, en particulier en

    matière de dettes. Le CADTM a interviewé Eric Toussaint afin de décoder différents

    aspects de cette nouvelle phase de la crise. L’interview permet également de présenter

    un certain nombre d’alternatives.

    publié sur : http://www.medelu.org/IMG/pdf/Dans_l_oeil_du_cyclone.pdf

    permalien : Dans l’oeil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne dans Politique/Societe pdf Dans l’oeil du cyclone : la crise de la dette dans l’Union européenne

    CADTM : Est-il vrai que la Grèce doit promettre au marché un taux d’intérêt d’environ 15% pour pouvoir emprunter pour une durée de 10 ans ?

    Eric Toussaint : Oui, c’est vrai, les marchés ne sont disposés à acheter des titres que voudrait émettre la Grèce pour une durée de 10 ans qu’à condition qu’elle s’engage à payer de tels taux exorbitants.

    CADTM : La Grèce emprunte-t-elle à 10 ans dans de telles conditions ?

    Eric Toussaint : Non, la Grèce ne peut pas se permettre de verser un tel intérêt. Cela lui coûterait beaucoup trop cher. Or, presque tous les jours, on peut lire tant dans la presse traditionnelle que dans des médias alternatifs (par ailleurs très utiles pour se faire une opinion critique) que la Grèce doit emprunter à 15% ou plus. En réalité, depuis que la crise a éclaté au printemps 2010, la Grèce n’emprunte sur les marchés qu’à 3 mois, 6 mois ou maximum 1 an, en versant un taux d’intérêt qui varie selon les émissions entre 4% et 5%2. Il faut savoir que, avant que les attaques spéculatives ne commencent contre la Grèce, celle-ci pouvait emprunter à des taux très avantageux tant les banquiers surtout mais aussi d’autres investisseurs institutionnels (les assurances, les fonds de pension) -que l’on appelle dans le jargon, les zinzins- étaient empressés de lui prêter de l’argent.C’est ainsi que le 13 octobre 2009, elle a émis des titres du Trésor (T-Bills) à 3 mois avec un rendement (yield) très bas : 0,35%. Le même jour, elle a réalisé une autre émission, celle de titres à 6 mois avec un taux de 0,59%. Sept jours plus tard, le 20 octobre 2009, elle a émis des titres à un an à un taux de 0,94%3. On était à moins de six mois de l’éclatement de la crise grecque. Les agences de notation attribuaient une très bonne cote à la Grèce et aux banques qui lui prêtaient à tour de bras. Dix mois plus tard, pour émettre des titres à 6 mois, elle a dû octroyer un rendement de 4,65% (c’est à dire 8 fois plus). C’est un changement fondamental de circonstances.

    Encore une précision importante pour indiquer la responsabilité des banques : en 2008, elles exigeaient de la Grèce un rendement plus élevé qu’en 2009. Par exemple, en juin-juillet-août 2008, alors qu’on n’avait pas encore connu le choc produit par la faillite de Lehman Brothers, les taux étaient quatre fois plus élevés qu’en octobre 2009. Au 4e trimestre 2009, en passant au-dessous de 1%, les taux ont atteint leur niveau le plus bas4. Ce qui peut paraître irrationnel, car il n’est pas normal pour une banque privée d’abaisser les taux d’intérêts dans un contexte de crise internationale majeure et à l’égard d’un pays comme la Grèce qui s’endette très rapidement, est logique du point de vue d’un banquier qui cherche un maximum de profit immédiat en étant persuadé qu’en cas de problème, les autorités publiques lui viendront en aide. Après la faillite de Lehman Brothers, les gouvernements des Etats-Unis et d’Europe ont déversé d’énormes liquidités pour sauver les banques et pour relancer le crédit et l’activité économique. Les banquiers ont saisi cette manne de capitaux pour les prêter dans l’UE à des pays comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, en étant convaincus qu’en cas de problème, la BCE et la Commission européenne leur viendraient en aide. De leur point de vue, ils ont eu raison.

    CADTM : Tu veux dire que les banques privées, en prêtant à bas taux d’intérêt, ont contribué activement à pousser la Grèce dans le piège d’un endettement insoutenable, puis ont exigé des taux beaucoup plus élevés qui ont empêché la Grèce de pouvoir emprunter au-delà d’une durée d’un an ?

    Eric Toussaint : Oui, c’est bien cela. Je ne parle pas d’un complot à proprement parler, mais il est indéniable que les banques ont jeté littéralement des capitaux à la figure de pays comme la Grèce (y compris en baissant les taux d’intérêt qu’elles exigeaient) tellement à leurs yeux l’argent qu’elles recevaient massivement des pouvoirs publics devait trouver une destination en termes de prêts aux Etats de la zone euro. Il faut se rappeler que voici à peine trois ans, les Etats sont apparus comme les acteurs les plus fiables tandis que le doute régnait quant à la capacité des entreprises privées de tenir leurs engagements et de rembourser leurs dettes.

    Pour reprendre l’exemple concret mentionné plus haut, lorsque le 20 octobre 2009 le gouvernement grec a vendu des T-Bills à 3 mois avec un rendement de 0,35%, il cherchait à réunir la somme de 1 500 millions d’euros. Les banquiers et autres zinzins ont proposé près de 5 fois cette somme, soit 7 040 millions. Finalement, le gouvernement a décidé d’emprunter 2 400 millions. Il n’est pas exagéré d’affirmer que les banquiers ont jeté les capitaux à la figure de la Grèce. (…)

    Lire la suite…

    1 Éric Toussaint, docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, président du CADTM Belgique, membre de la Commission présidentielle d’audit intégral de la dette (CAIC) de l’Équateur et du Conseil scientifique d’ATTAC France. A dirigé avec Damien Millet le livre collectif La Dette ou la Vie, Aden-CADTM, 2011. A participé au livre d’ATTAC : Le piège de la dette publique. Comment s’en sortir, édition Les liens qui libèrent, Paris, 2011.

    2 Hellenic Republic Public Debt Bulletin, n° 62, June 2011. Disponible sur www.bankofgreece.gr

    3 Hellenic Republic Public Debt Bulletin, n° 56, December 2009.

    Voir aussi Éric Toussaint, Banque mondiale : le Coup d’État permanent, CADTM-Syllepse-Cetim, 2006

    Sur la crise de la dette dans l’UE, lire également du même auteur :

    - « Grèce, Irlande et Portugal : pourquoi les accords conclus avec la Troïka sont odieux ? » (écrit avec Renaud Vivien), publié le 9 août 2011 http://www.cadtm.org/Grece-Irlande-et-Portugal-pourquoi

    - « Il faut annuler les dettes illégitimes » Interview d’Eric Toussaint par Sébastien Brulez (Journal « Le Courrier », Genève), publié le 3 août 2011 http://www.cadtm.org/Il-faut-annuler-les-dettes

    - « Affronter la crise de la dette en Europe » (écrit avec Damien Millet), publié le 10 juillet 2011, http://www.cadtm.org/Affronter-la-crise-de-la-dette-en

    - « Pourquoi la crise frappe l’Union européenne davantage que les Etats-Unis », publié le 6 juillet 2011, http://www.cadtm.org/Pourquoi-la-crise-frappe-l-Union

    - « Centre versus Périphérie dans l’UE », publié le 13 juin 2011, http://www.cadtm.org/Centre-versus-Peripherie-dans-l-UE

    - « Aides empoisonnées au menu européen », publié le 17 avril 2011, http://www.cadtm.org/Aidesempoisonnees-au-menu

    - « Huit propositions urgentes pour une autre Europe », publié le 4 avril 2011, http://www.cadtm.org/Huit-propositions-urgentes-pour

    13 septembre 2011 – Libye : Après les bombes les réformes du FMI (Il Manifesto)

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 21

    Manlio DINUCCI



    Au terme du G8 de Marseille, la néo-directrice du FMI, la française Christine Lagarde, a fait une annonce solennelle : « Le Fonds Monétaire International reconnaît le Conseil de transition comme gouvernement de la Libye et est prêt, en envoyant au plus tôt son staff sur le terrain, à lui fournir assistance technique, conseil politique et soutien financier pour reconstruire l’économie et commencer les réformes ».

    Aucun doute, sur la base de l’expérience consolidée du Fmi, que les réformes signifieront ouvrir grand les portes aux multinationales, privatiser les propriétés publiques et endetter l’économie. A commencer par le secteur pétrolier, dans lequel le FMI aidera le nouveau gouvernement à « rétablir la production pour générer un revenu et re-stabiliser un système de paiements ». Les réserves pétrolières libyennes – les plus grandes de l’Afrique, précieuses pour leur qualité élevée et leur bas coût d’extraction – et celles du gaz naturel sont déjà au centre d’une âpre compétition entre les « amis de la Libye ». L’Eni a signé le 29 août un mémorandum avec le Cnt de Benghazi, dans le but de rester le premier opérateur international d’hydrocarbures en Libye. Mais son primat est l’objet de quelques embûches dressées par la France : le Cnt s’est engagé le 3 avril à lui concéder 35% du pétrole libyen. Et sont aussi dans la compétition les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et quelques autres. Leurs multinationales obtiendront les licences d’exploitation à des conditions beaucoup plus favorables que celles pratiquées jusqu’à maintenant, qui laissaient jusqu’à 90% du brut extrait à la compagnie nationale libyenne. Et il n’est pas exclu que celle-ci aussi ne finisse entre leurs mains, à travers une privatisation imposée par le FMI.

    En plus de l’or noir, les multinationales européennes et étasuniennes visent l’or blanc libyen : l’immense réserve d’eau fossile de la nappe nubienne (estimée à 150 mille km3), qui s’étend sous la Libye, l’Egypte, le Soudan et le Tchad. Les possibilités de développement qu’elle offre ont été démontrées par la Libye, qui a construit un réseau d’aqueducs de 4 mille Kms de long (qui a coûté 25 milliards de dollars) pour transporter l’eau, extraite en profondeur par 1.300 puits dans le désert, jusqu’aux villes côtières (Benghazi ayant été une des premières servies) et à l’oasis de Khufrah, en fertilisant les terres désertiques. Ce n’est pas un hasard si, en juillet, l’OTAN a bombardé l’aqueduc et détruit la fabrique, près de Brega, qui produisait les conduites nécessaires aux réparations. C’est sur ces réserves hydriques, en perspective plus précieuses encore que les pétrolifères, que veulent mettre la main -à travers les privatisations promues par le FMI- les multinationales de l’eau, surtout françaises (Suez, Veolia et autres) qui contrôlent presque la moitié du marché mondial de l’eau privatisée. Et pour réparer l’aqueduc et les infrastructures, les multinationales étasuniennes comme Kellogg Brown & Root, spécialisées dans la reconstruction de ce que les bombes USA/OTAN détruisent, sont prêtes à s’en occuper : en Irak et Afghanistan elles ont reçu en deux années des contrats d’un montant d’environ 10 milliards de dollars.

    Pour les approvisionnements des nouvelles forces armées libyennes en armements, après que l’OTAN ait détruit la plus grande partie de ceux qui existaient, ce sont surtout les industries guerrières étasuniennes, britanniques, françaises et italiennes qui s’en occuperont. Les affaires ont le vent en poupe : les exportations britanniques d’armes en Afrique du Nord et Moyen-Orient ont augmenté de 30% dans les premiers mois de l’année, à cause de la demande accrue de la part de régimes comme ceux du Bahrein et de l’Arabie saoudite, engagés à réprimer leurs mouvements populaires.

    L’entière « reconstruction », sous la régie du FMI, sera payée avec les fonds souverains libyens (environ 70 milliards de dollars plus d’autres investissements extérieurs pour un total de 150), une fois « décongelés », et avec les nouveaux revenus de l’export pétrolier (environ 30 milliards annuels avant la guerre). Ils seront gérés par la nouvelle « Central Bank of Libya », qui avec l’aide du FMI sera transformée en une filiale de HSBC (Londres), de Goldman Sachs (NEW York) et d’autres banques multinationales d’investissement. Elles pourront de cette façon pénétrer encore plus en Afrique, où ces fonds sont investis dans plus de 25 pays, et miner les organismes financiers indépendants de l’Union africaine – la Banque centrale, la Banque d’investissement et le Fonds monétaire – nés surtout grâce aux investissements libyens. La « saine gestion financière publique », que le FMI s’engage à réaliser, sera garantie par le nouveau ministre des finances et du pétrole Ali Tarhouni, ancien enseignant de la Business School de l’Université de Washington, autrement dit nommé par la Maison Blanche.

    Manlio Dinucci

    Edition de mardi 13 septembre de il manifesto

    http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/…

    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

    URL de cet article 14635 
    http://www.legrandsoir.info/libye-apres-les-bombes-les-reformes-du-fmi.html

    The network of global corporate control

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 03

    publié sur : http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1107/1107.5728v1.pdf

    permalien : The network of global corporate control dans Politique/Societe pdf The network of global corporate control

    Stefania Vitali1, James B. Glattfelder1, and Stefano Battiston1

    1 Chair of Systems Design, ETH Zurich, Kreuzplatz 5, 8032 Zurich, Switzerland,

    corresponding author, email: sbattiston@ethz.ch

    Abstract

    The structure of the control network of transnational corporations affects global market competition and financial stability. So far, only small national samples were studied and there was no appropriate methodology to assess control globally. We present the first investigation of the architecture of the international ownership network, along with the computation of the control held by each global player. We find that transnational corporations form a giant bow-tie structure and that a large portion of control flows to a small tightly-knit core of financial institutions.

    This core can be seen as an economic “super-entity” that raises new important issues both for researchers and policy makers.

    Introduction

    A common intuition among scholars and in the media sees the global economy as being dominated by a handful of powerful transnational corporations (TNCs). However, this has not been confirmed or rejected with explicit numbers. A quantitative investigation is not a trivial task because firms may exert control over other firms via a web of direct and indirect ownership relations which extends over many countries. Therefore, a complex network analysis [1] is needed in order to uncover the structure of control and its implications. Recently, economic networks have attracted growing attention [2], e.g., networks of trade [3], products [4], credit [5, 6], stock prices [7] and boards of directors [8, 9]. This literature has also analyzed ownership networks [10, 11], but has neglected the structure of control at a global level. Even the corporate governance literature has only studied small national business groups [12]. Certainly, it is intuitive that every large corporation has a pyramid of subsidiaries below and a number of shareholders above. However, economic theory does not offer models that predict how TNCs globally connect to each other.

    Three alternative hypotheses can be formulated. TNCs may remain isolated, cluster in separated coalitions, or form a giant connected component, possibly with a core-periphery structure. So far, this issue has remained unaddressed, notwithstanding its important implications for policy making. Indeed, mutual ownership relations among firms within the same sector can, in some cases, jeopardize market competition [13, 14]. Moreover, linkages among financial institutions have been recognized to have ambiguous effects on their financial fragility [15, 16]. Verifying to what extent these implications hold true in the global economy is per se an unexplored field of research and is beyond the scope of this article. However, a necessary precondition to such investigations is to uncover the worldwide structure of corporate control. This was never performed before and it is the aim of the present work.

     Figure 1

    Figure 1: Ownership and Control. (A&B) Direct and indirect ownership. (A) Firm i has Wij percent of direct ownership in firm j. Through j, it has also an indirect ownership in k and l. (B) With cycles one has to take into account the recursive paths, see SI Appendix, Sec. 3.1. (C&D) Threshold model. (C) Percentages of ownership are indicated along the links. (D) If a shareholder has ownership exceeding a threshold (e.g. 50%), it has full control (100%) and the others have none (0%). More conservative model of control are also considered see SI Appendix, Sec. 3.1.

    References

    1. OECD (2000) The OECD Guidelins for Multinational Enterprises (www.oecd.org).

    2. Goergen, M, Martynova, M, Renneboog, L (2005) Corporate governance convergence: evidence from takeover regulation reforms in Europe. Oxford Rev. Econ.Pol. 21:243–268.

    3. The Deminor Group (2005) Application of the one share – one vote principle in europe., (http://www.abi.org.uk/Bookshop/), Technical report.

    4. La Porta, R, de Silanes, FL, Shleifer, A (1999) Corporate ownership around the world. J. Finance 54:471–517.

    5. Glattfelder, JB, Battiston, S (2009) Backbone of complex networks of corporations: The flow of control. Phys. Rev. E 80.6. Brioschi, F, Buzzacchi, L, Colombo, M (1989) Risk capital financing and the separation of ownership and control in business groups.

    J. Bank. Financ. 13:747–772.

    7. Bonacich, P (1987) Power and centrality: A family of measures. Amer. J. Sociol. pp 1170–1182.8. Ballester, C, Calvo-Armengol, A, Zenou, Y (2006) Who’s who in networks. wanted: the key player.

    Econometrica pp 1403–1417.

    9. Hubbell, C (1965) An input-output approach to clique identification. Sociometry pp 377–399.10. Baldone, S, Brioschi, F, Paleari, S (1998) Ownership Measures Among Firms Connected by Cross-Shareholdings and a Further Analogy with Input-Output Theory.

    4th JAFEE International Conference on Investment and Derivatives.

    11. Dorogovtsev, S, Mendes, J, Samukhin, A (2001) Giant strongly connected component of directed networks. Phys. Rev. E 64:25101.12. Davis, G (2008) A new finance capitalism? Mutual funds and ownership re-concentration in the United States.

    Europ. Manage. Rev. 5:11–21.

    13. Weber, M (1922) Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen. Max Weber im Kontext. InfoSoftWare Karsten Worm, Berlin 2.14. Santos, J, Rumble, A (2006) The American keiretsu and universal banks: Investing, voting and sitting on nonfinancials’ corporate boards.

    J. Finan. Econ. 80:419–454.

    15. Becht, M, Bolton, P, Röell, A, Roosevelt, A (2005) Corporate governance and control. NBER.

    16. Gillan, S, Starks, L (2000) Corporate governance proposals and shareholder activism: The role of institutional investors. J. Finan. Econ. 57:275–305.

    Denis Robert réclame 3,6 millions d’euros de dommages et intérêts à Clearstream

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 0 : 24

    LEMONDE.FR avec AFP | 13.09.11 | 20h34   •  Mis à jour le 13.09.11 | 20h48

    Denis Robert réclame 3,6 millions d'euros de dommages et intérêts à Clearstream dans Politique/Societe 1519543_3_da35_denis-robert-qui-faisait-l-objet-depuis-2001

     Denis Robert, qui faisait l’objet depuis 2001 de multiples plaintes en diffamation déposées par Clearstream, a « subi incontestablement des préjudices personnels, professionnels, moraux et financiers considérables ».AFP/PATRICK KOVARIK

    Le journaliste Denis Robert, sorti blanchi en février de dix années de bras de fer judiciaire avec Clearstream, qui le poursuivait pour diffamation, a réclamé mardi 13 septembre 3,6 millions d’euros de dommages et intérêts à la société devant la cour d’appel de Lyon. La cour a mis son jugement en délibéré au 29 novembre.

    Denis Robert, qui faisait l’objet depuis 2001 de multiples plaintes en diffamation déposées par Clearstream, a « subi incontestablement des préjudices personnels, professionnels, moraux et financiers considérables », a déclaré son avocate, MeBénédicte Litzler, dénonçant un « véritable harcèlement judiciaire ».

    UN MONTANT « PAS DU TOUT USURPÉ »

    Le 2 février, la Cour de cassation avait annulé trois condamnations en appel de M. Robert concernant son documentaire Les Dissimulateurs et ses ouvragesRévélation$ et La Boîte noire, dans lesquels il accusait la chambre de compensation luxembourgeoise d’avoir blanchi de l’argent sale. Pour chacune des trois affaires, Me Litzler a demandé 200 000 euros de dommages et intérêts pour« procédure abusive » et 1 million d’euros pour « comportement fautif » de Clearstream en raison du « dénigrement » de l’ancien journaliste de Libération et des préjudices engendrés.

    « C’est un montant qui n’est pas du tout usurpé et qui me semble très cohérent quand on a vécu tout ce que j’ai vécu », a commenté Denis Robert à l’issue de l’audience, soulignant que le montant total des sommes qui lui avaient été réclamées par Clearstream en dix ans atteignait 1,5 million d’euros. Me Litzler a également demandé à la société luxembourgeoise 40 000 euros au titre des frais de procédure pour chacun de ces trois dossiers.

    De son côté, l’avocat de Clearstream, Me Christophe Belloc, a estimé que l’abus de procédure et la faute de la part de la société étaient « exclus », l’existence d’une diffamation ayant été reconnue en octobre 2008 par la cour d’appel de Paris. Denis Robert « s’est fait une notoriété extraordinaire avec cette affaire », a-t-il déclaré, estimant que le journaliste avait développé « une obsession » pour Clearstream.

    Des chercheurs découvrent une exoplanète potentiellement habitable

    Classé dans : Outils/Bon à savoir — uriniglirimirnaglu @ 0 : 13

    LEMONDE.FR avec AFP | 13.09.11 | 20h22   •  Mis à jour le 13.09.11 | 20h58

     

    Une des 50 exoplanètes découvertes par l'Observatoire austral européen (ESO).

    Une des 50 exoplanètes découvertes par l’Observatoire austral européen (ESO).European Southern Observatory

     

    Ces résultats ont été présentés lundi lors de la conférence sur les systèmes solaires extrêmes qui a lieu dans le Wyoming, aux Etats-Unis. Depuis 2003, le spectrographe Harps, performant « chasseur » d’exoplanètes de l’ESO, installé au Chili, ausculte le ciel austral en quête de planètes gravitant autour d’autres étoiles que le Soleil. Sa dernière moisson d’une cinquantaine d’exoplanètes inclut 16« super-Terre », c’est-à-dire des planètes ayant une masse comprise entre une et dix fois celle de notre planète.

    UNE EXOPLANÈTE JUGÉE POTENTIELLEMENT HABITABLE

    L’une de ces super-Terre, tournant autour de l’étoile naine Gliese 581, pourrait s’avérer « habitable » avec un climat propice à la présence d’eau liquide et à la vie. Cette exoplanète, environ 3,6 fois plus massive que la Terre, est située à trente-six années-lumière (1 année-lumière = 9 460 milliards de km). Sept fois plus massive que la Terre et vraisemblablement rocheuse, Gliese 581d « pourrait devenir la première planète potentiellement habitable jamais découverte », a annoncé lundi le Centre national de la recherche scientifique dans un communiqué. Gliese 581d pourrait bénéficier d’un effet de serre lui offrant un climat « chaud au point depermettre la formation d’océans, de nuages et de pluie », selon une modélisation illustrant « la grande variété des climats possibles pour les planètes de la galaxie », précise le CNRS.

    « Au cours des dix à vingt prochaines années, nous devrions avoir la première liste de planètes potentiellement habitables » autour d’étoiles dans le voisinage du Soleil, assure Michel Mayor, codécouvreur de la première planète extrasolaire en 1995, estimant qu’établir une telle liste est indispensable avant de tenter de détecter des signatures de la vie dans l’atmosphère d’exoplanètes. Depuis 1995, plus de six cent soixante-dix exoplanètes ont été détectées par différentes équipes d’astronomes.

    11 septembre 2011

    Les Attac d’Europe réunis à Fribourg proposent des alternatives au chaos financier

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 17 : 37

  • Type d’article: Communiqué
  • Mots clefs: ENA
  • Les Attac d'Europe réunis à Fribourg proposent des alternatives au chaos financier dans Politique/Societe 2a7edd84a4

    A Fribourg (Allemagne), plus de 1300 militants des Attac d’Europe sont réunis pour passer au crible l’état catastrophique de la finance mondiale et travailler à la formulation d’alternatives.

    «Il ne sert à rien de dire “on vous avait prévenus”  – quoique ce soit vrai. L’important est de proposer des mesures concrètes pour que les peuples et la planète aient enfin la priorité sur les profits scandaleux d’une minorité. Nos propositions sont crédibles et seront efficaces si nous parvenons à les imposer», déclare Susan George, présidente d’honneur d’Attac France.

    Selon Hugo Braun, d’Attac Allemagne, l’un des organisateurs de l’évènement, «pendant plus de 10 ans les politiques ont ignoré nos revendications pour un contrôle démocratique des marchés financiers. Même s’il y a des débats actuellement pour une meilleure régulation financière, la mise en place effective d’une taxe sur les transactions financières et d’autres outils régulateurs est encore éloignée. Malgré les beaux discours du G20, les réformes prises depuis 2008 sont timides et la plupart restent à mettre en oeuvre».

    La panique a gagné à nouveau les marchés financiers suite à la dépréciation de la note des Etats-Unis par les agences de notation. Pourtant  les niveaux insoutenables de la dette américaine ou europénne sont notoires depuis longtemps: le krach n’est qu’une nouvelle preuve de l’irrationalité des marchés. Les rumeurs d’une dégradation de la note de la France ont ensuite aggravé la spéculation.

    «Nous disons aux citoyens: ne soyez plus spectateurs, devenez acteurs ! Rejoignez les mouvements qui construisent des alternatives à la crise et agissent pour un monde meilleur ! La mobilisation est la meilleure manière de permettre que chacun vive une vie décente dans une société soutenable», conclut Cristina Asensi, membre d’Attac Espagne et du mouvement des Indignés. 

    Attac exige:

    • L’introduction immédiate d’une taxe sur les transactions financières pour bloquer la spéculation;
    • L’interdiction immédiate et définitive des armes de spéculation massive, à commencer par la vente à découvert et les CDS.
    • La fin des sauvetages sans conditions: les banques renflouées devront être nationalisées et placées sous contrôle démocratique. Elles seront au service des besoins sociaux, pas des actionnaires privés. 
    • Toutes les institutions financières «trop grosses pour faire faillite» doivent être découpées en banques à taille humaine ;
    • Non aux mesures d’austérité, oui à de nouvelles recettes publiques. Les services et investissements publics doivent être rénovés et développés. Les mesures fiscales doivent viser à la fois la redistribution des richesses et l’augmentation des recettes.
    • La dette publique doit faire l’objet d’un audit citoyen; la dette illégitime doit être annulée
    • La Banque centrale européenne doit être mise sous contrôle démocratique. Il faut réviser son mandat de façon à lui permettre le financement direct des Etats membres de la zone euro.

    Communiqué de presse du réseau européen des Attac
    Fribourg, Allemagne, 12 août 2011

    La stratégie selon Gus Massiah : une affaire de citoyens

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 16 : 34

    Publié le 26 août 2011 – 15:31 par Jean-Marie Harribey
    Type d’article: Analyse
    Mots clefs: Gus Massiah, altermondialisme

    Gustave Massiah, « Gus » pour tous ses amis, a publié cette année un livre important, Une stratégie altermondialiste (La Découverte, 2011). C’est le livre d’un acteur majeur de l’altermondialisme, des forums sociaux mondiaux, et aussi celui d’un intellectuel engagé apportant sa réflexion pour comprendre les enjeux des luttes contre le néolibéralisme et contribuer à ouvrir les voies du dépassement du capitalisme.

    En effet, l’altermondialisme est né au moment où le capitalisme imposait une nouvelle phase qui allait déboucher vingt ans après sur une crise globale. « Cet ouvrage cherche à mettre en évidence la démarche stratégique qui est en cours dans le mouvement, en restituant les questions qui y sont posées et qui y circulent. Plusieurs entrées sont proposées pour ce cheminement : l’analyse de la logique dominante, l’émergence du mouvement altermondialiste, l’orientation stratégique de l’accès aux droits et de l’impératif démocratique, le débat sur pouvoir et politique, les alliances stratégiques de la période et enfin les éléments de programme reliant la stratégie et les alternatives. » (p. 6).

    Ce livre est un livre d’espoir fondé sur la raison car, en fin dialecticien, Gus Massiah pense que « les contradictions à l’œuvre créent les marges de manœuvre et les espaces de liberté où peut se déployer la dialectique » (p. 6). Et les contradictions ne manquent pas à l’examen des politiques néolibérales : exploitation accrue du travail, inégalités, dégradation écologique, replis identitaires et tout sécuritaire. Les crises non plus ne manquent pas, toujours plus profondes puisqu’elles portent sur les fondements mêmes de la mondialisation capitaliste. Ainsi s’explique que le mouvement altermondialiste soit un mouvement « antisystémique » (p. 59) s’inscrivant dans « un mouvement historique d’émancipation qui met en avant la liaison entre les différentes dimensions de la libération : libération sociale, démocratique, politique et écologique » (p. 61).

    L’essence de la stratégie altermondialiste réside dans l’accès aux droits et l’impératif écologique. Contrairement à ce que dit l’idéologie conservatrice, la liberté et l’égalité sont compatibles. Pour mettre en œuvre une telle stratégie, la question des alliances est primordiale, d’autant qu’il faut penser et agir sur deux temporalités à la fois : « l’urgence et le temps long » (p. 6).

    Réfléchir à la stratégie suppose aussi de bien voir qu’il y a plusieurs voies de sortie de la crise globale. « Trois grandes issues ont été identifiées, correspondant à trois scénarios d’évolution future : l’évolution vers un néoconservatisme ou néolibéralisme de guerre, l’évolution vers une refondation du capitalisme, représentée aujourd’hui par le modèle du Green New Deal et l’évolution vers un dépassement du capitalisme. » (p. 165-166). La première voie est à éviter à tout prix. La deuxième qui vise à un capitalisme vert est l’objet de discussions critiques au sein de l’altermondialisme dans la mesure où il faut « aller à la racine du problème » (p. 184).

    Dès lors, le mouvement altermondialiste participe à l’éclosion et à l’avancée d’alternatives véritables. Gus Massiah distingue six grandes orientations : « la régulation publique et citoyenne et les formes de propriété ; l’égalité de droits et la redistribution des richesses ; l’urgence écologique ; l’impératif démocratique ; l’équilibre géopolitique et la nouvelle phase de la décolonisation ; l’achèvement de la décolonisation et la régulation mondiale » (p. 193).

    Sur chacune de ces orientations, Gus Massiah ouvre une discussion qu’il est encore trop tôt de conclure, car certains points font encore l’objet de débats ou de controverses. Ainsi, par exemple, pour Gus Massiah, « les biens communs peuvent être définis comme des rapports sociaux » (p. 200-201), alors que certains théoriciens et certains altermondialistes les considèrent comme des donnés naturels.1 Plus loin, au sujet du travail, l’auteur affirme : « La forte idée de l’abolition du salariat retrouve toute sa pertinence. Il ne s’agit pas de remettre en cause le statut social du salariat, à travers les systèmes de protection sociale et la réglementation publique sur la responsabilité des employeurs, il s’agit de remettre en cause le salariat comme rapport social, et particulièrement le rapport de subordination du salarié au propriétaire du capital. » (p. 204). Autre exemple qui tombe à pic pour nourrir les débats dans Attac sur le rapport au politique : « Une approche radicale […] permettra à la société civile, au sens défini par Gramsci, de dépasser la seule référence aux contre-pouvoirs pour élargir le contrôle citoyen et construire des espaces d’autonomie populaire. » (p. 233). Gus Massiah fait aussi une allusion à la décroissance (p. 231) tout en réclamant une fiscalité internationale pour financer le développement (p. 263), ce qui suppose de faire la différence entre croissance et développement, pomme de discorde avec certains théoriciens de la décroissance2. Peut-être aurait-il pu détailler les termes sous-jacents aux débats portant sur toutes ces questions, mais la parole revient maintenant plus aux citoyens qu’aux savants, fussent-ils du côté des premiers.

    En mêlant histoire, économie et philosophie politique, Gus Massiah nous donne à voir le monde dans toute sa complexité. Dans cette complexité se nichent les contradictions qui sont autant de points d’ancrage des multiples combats libérateurs. On ne sera pas étonné de trouver dans ce livre un diagnostic sur l’entrée « dans une nouvelle phase de transition du point de vue de la transformation des sociétés » et, simultanément, « un renouvellement de la pensée de la transition » (p. 279). Ce second aspect est déterminant pour mener à bien le premier, car « il n’y a pas de surdétermination. Le changement n’est pas prédéterminé, même si des évolutions sont prévisibles. » (p. 283). Autrement dit, Gus Massiah conserve le projet révolutionnaire de l’émancipation humaine mais en rejette le mécanisme linéaire et fatal. « La construction d’un universalisme universel [partira] des approches, des propositions, des attentes et des expressions des différentes civilisations et des différentes cultures. » (p. 255).

    1. 1. Voir J.M. Harribey, « Le bien commun est une construction sociale, Apports et limites d’Elinor Ostrom », L’Économie politique, n° 49, janvier 2011, http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/soutenabilite/biens-collectifs.pdf .
    2. 2. Voir Attac, Le développement a-t-il un avenir ? Pour une société solidaire et économe, Paris, Mille et une nuits, 2004, en libre accès sur www.france.attac.org/sites/default/files/attac-developpement.pdf .

    10 septembre 2011

    Egypte: état d’alerte après l’attaque de l’ambassade d’Israël

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 11 : 55

    AFP – 10/09/2011 à 10:53

    Des forces de l’armée et de la police étaient déployées en masse samedi devant l’ambassade d’Israël au Caire, cible la veille d’une attaque d’une violence sans précédent de manifestants égyptiens.

    L’ambassadeur israélien, Yitzhak Levanon, est parti tôt samedi en avion du Caire avec son escorte pour rentrer en Israël. C’est le numéro deux de l’ambassade qui y restera, selon un haut responsable gouvernemental israélien.

    Le président américain Barack Obama a exprimé sa « grande inquiétude » et sommé les autorités égyptiennes de protéger l’ambassade, cependant que le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a téléphoné au secrétaire américain à la Défense Leon Penetta pour exiger la protection de la représentation.

    Le bâtiment abritant l’ambassade d’Israël, symbole de la paix conclue en 1979 entre les deux pays mais qui cristallise aussi la colère d’une partie de l’opinion égyptienne, a été envahi vendredi par un millier de manifestants égyptiens qui ont jeté des documents et retiré le drapeau israélien.  

    Les manifestants, armés de marteaux, de barres de fer et de cordes avaient au préalable fait tomber un mur de protection érigé ces derniers jours par les autorités égyptiennes devant la mission située en haut d’un immeuble d’une vingtaine d’étages.

    Ils se sont ensuite battus toute la nuit avec les policiers appelés en renfort pour les disperser. Près de 450 personnes ont été blessées, la plupart légèrement, selon le ministère de la Santé. L’un des blessés a cependant succombé à une crise cardiaque.

    Samedi matin, les stigmates des affrontements étaient toujours visibles dans les rues jonchées de pierres et de bris de verre, selon une journaliste de l’AFP.

    Des véhicules blindés étaient déployés devant l’ambassade et une trentaine de véhicules des forces anti-émeutes postés aux alentours et près du commissariat proche dans le quartier de Guizeh.

    Néanmoins, la circulation était quasi-normale, seules certaines rues menant à l’ambassade étant fermées, et aucun manifestant n’était visible dans le secteur.

    Le ministère égyptien de l’Intérieur a proclamé la mobilisation générale, en annulant les permissions des policiers, et le Premier ministre Essam Charaf a convoqué une réunion de la cellule de crise du gouvernement dans la journée.

    Selon le site internet du journal gouvernemental égyptien al-Ahram, le gouvernement Charaf a l’intention de présenter sa démission « pour ne pas avoir pu contenir les conséquences » des manifestations pro-démocratie de vendredi.

    L’attaque s’est en effet produite après un rassemblement sur la grande place Tahrir au Caire pour réclamer davantage de réformes et de démocratie, sept mois après la chute du régime du président Hosni Moubarak et la prise du pouvoir par l’armée.

    A Jérusalem, un haut responsable gouvernemental a qualifié l’attaque de « coup douloureux à la paix et de grave violation des normes diplomatiques ».

    Selon lui, au cours de l’attaque, des commandos égyptiens ont sauvé six Israéliens. « Six personnes étaient piégées dans l’ambassade et il y avait une réelle inquiétude pour leur vie. Finalement elles ont été secourues avec succès par des commandos égyptiens ». Selon la radio publique, il s’agissait d’agents de la sécurité qui sont rentrés en Israël.

    « Tout notre personnel est sain et sauf », a dit le responsable.

    C’est la première fois que l’ambassade d’Israël est attaquée avec une telle violence depuis la signature de la paix entre les deux pays.

    Les relations entre Israël et l’Egypte, premier pays arabe à avoir conclu un accord de paix avec l’Etat hébreu, traversaient déjà une crise très sérieuse après la mort de cinq policiers égyptiens tués le 18 août alors que les forces israéliennes poursuivaient des auteurs présumés d’attaques dans le secteur d’Eilat, près de la frontière avec l’Egypte.

    Clinatec : le laboratoire de la contrainte

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 11 : 11

    Le but revendiqué, officiel, de Clinatec, est de « nous mettre des nanos dans la tête ». En

    clair, des implants cérébraux. Pour être encore plus clair, le programme Clinatec travaille

    depuis 2006 dans une quasi clandestinité à l’interface cerveau-machine, à l’intrusion du

    pouvoir médical et politique dans notre for intérieur (espionnage, détection des intentions,

    décryptage des sentiments, reconnaissance de la « pensée »). L’interface primate-machine

    et, déjà, homme-machine, ouvre la porte, elle, au pilotage des rats, des macaques, des

    hommes – bref, à la production de robots humains, de « cyborgs » si vous voulez,

    « d’organismes cybernétiques ». Faut-il souligner les avantages de cette nouvelle catégorie

    de population pour les entreprises, les gouvernements, les armées ? Demandez donc à la

    direction d’Orange qui doit faire face à une vague de suicides parmi ses employés humains,

    d’un modèle périmé.

    Naturellement, Clinatec n’est pas le seul laboratoire de neurotechnologies dans le monde à

    oeuvrer à la société de contrainte. Naturellement, les neurotechnologies ne sont pas les seules

    à oeuvrer à la société de contrainte. Elles complètent par un pilotage fin, individualisé, le

    pilotage de masse effectué par le système informatique et les puces RFID, de la « planète

    intelligente » d’IBM.1 Voici comment.

    Alors qu’est annoncée pour septembre 2011 l’inauguration à Grenoble de Clinatec, un centre de recherche

    « unique au monde », nul ne peut, à quelques jours seulement de l’événement, donner de précisions quant

    à sa date exacte et ses modalités. Exceptionnel, dans la bataille de communication que se livrent

    d’ordinaire les équipes scientifiques « de pointe », pressées d’annoncer des « premières ». Au contraire

    pour Clinatec, le plus grand secret est préservé depuis 2006, date de dépôt du nom (Clinatec®) au registre

    des marques de l’Union européenne2. Les Grenoblois ignorent tout ou presque de cette clinique destinée ànous mettre « des nanos dans le cerveau »3, décidée, programmée, financée, réalisée en toute opacité.

    C’est qu’il faut, confie en petit comité un responsable du centre, « éviter une inauguration avec CRS ».

    Comprenez : avec manifestants.

    Si les promoteurs de Clinatec admettent que leur projet mérite contestation, c’est qu’ils connaissent mieux

    que quiconque les raisons de s’y opposer. Ils savent ce que The Economist relevait dès 2002 : « Le

    clonage est un sujet de discussions acharnées, avec des propositions d’interdictions globales. Pourtant

    quand il s’agit des neurosciences, aucun gouvernement ou traité ne fixe de limites (…). En fait les

    neurotechnologies posent un risque plus grand – et également plus immédiat. »4 Ils ont lu l’avis du Comitéconsultatif national d’éthique : « De nouvelles perspectives sont ouvertes par les découvertes des

    neurosciences qui peuvent affecter l’image même de l’homme, de l’idée qu’il se fait de sa place dans le

    monde et de sa liberté »5 ; celui du Centre d’analyse stratégique : « Les neurosciences sont une discipline

    scientifique en plein essor dont les potentielles utilisations hors des laboratoires soulèvent nombre de

    réflexions éthiques. Deux questions se posent avec une acuité croissante : celle des possibilités offertes,

    notamment par la psychopharmacologie, en termes d’amélioration des performances exécutives,

    sensorielles et cognitives et celle de l’utilisation de l’imagerie cérébrale dans les domaines sanitaires,

    judiciaires, militaires, économiques et sociaux »6 ; et celui du Groupement européen d’éthique : « Nous

    sommes ainsi confrontés à des technologies capables à la fois de réparer et d’améliorer le corps, à la

    1 Voir IBM et la société de contrainte, Pièces et main d’oeuvre, mai 2010

    2 European Union trademark database, n°005562616, date de la demande d’enregistrement : 16/12/06

    3 Grenoble & Moi, 25/01/07

    4 The Economist, 25/05/02

    5 Questionnements pour les états généraux de la bioéthique, 09/10/08

    6 Note de veille mars 2009, le CAS est rattaché au Premier ministre

    2

    multiplication de technologies implantables qui pourraient modifier et étendre le concept des soins au

    corps et annoncer l’avènement du «cyborg» – soit du corps post-humain. »7

    Bref, les responsables qui s’apprêtent à inaugurer Clinatec en catimini savent – et feignent d’ignorer – leur

    contribution à l’avènement de la société de contrainte, par la possession technologique de ce que nous

    avons de plus intime : notre for intérieur.

    ICe

    vendredi 2 juin 2006, Grenoble est bouclée par la police. Tout groupe de deux personnes et plus est

    contrôlé et fouillé dans ce qui est devenu un camp retranché quadrillé par plus de 400 CRS, gendarmes et

    cogneurs de la Brigade anti-criminalité. Derrière les grilles et les gyrophares, le techno-gratin inaugure

    Minatec, le « premier pôle européen de micro et nanotechnologies ». Michel Destot, maire PS et ancien

    ingénieur du Commissariat à l’énergie atomique, déclare en tribune : « Faire croire que l’on imposerait un

    « nanomonde » totalitaire à la population sans débat préalable relève non seulement de la manipulation

    mensongère mais aussi d’une forme de paranoïa politique bien connue, qui s’appuie sur la théorie du

    complot, la haine des élites, des élus, des responsables. »

    Tandis que les journalistes de la France entière « couvrent » l’événement et recopient le même article

    objectif sur « les nanotechnologies, avantages/inconvénients », une réunion se tient discrètement au CEA.

    C’est Alim-Louis Benabid, neurochirurgien au CHU de Grenoble et précurseur de la stimulation cérébrale

    profonde par implantation d’électrodes dans le cerveau, qui le révèle cinq ans plus tard dans une

    publication interne, à quatre mois d’une autre inauguration, celle de Clinatec. « [Le nouveau bâtiment]

    concrétisera le rêve débuté le 2 juin 2006 dans le bureau de Jean Therme en présence d’Alain Bugat,

    alors administrateur général du CEA, et de Bernard Bigot alors haut-commissaire à l’énergie

    atomique. »8 Bien sûr, estimer à ce stade de notre enquête qu’une telle décision « sans débat préalable »,

    ressemble à un complot – « projet concerté secrètement contre la vie, la sûreté de quelqu’un ou contreune institution »,

    selon le dictionnaire – relèverait d’une forme de paranoïa politique bien connue.

    Attendons d’en savoir plus sur les projets des neurotechnologies pour vérifier cette définition.

    Six mois après la réunion fondatrice, le 15 janvier 2007, Jean Therme présente ses voeux à la presse et

    dévoile le projet Clinatec, selon la fausse ingénue envoyée par le Daubé. En six mois, Therme et Benabid

    ont sans doute réuni leurs habituels complices du techno-gratin – élus, responsables, « élites », comme dit

    Destot – monté des dossiers pour traire les fonds nationaux et/ou européens selon la coutume locale,

    déposé la marque Clinatec® et affiné leur plan de com’. Le résultat figure, selon un scénario immuable,

    dans le Daubé du 16 janvier 2007 : « A Grenoble, lorsque les nanotechnologies se mettent au service de la

    médecine, cela donne naissance à Clinatec, une nouvelle structure adaptée aux besoins d’innovation en

    nanomédecine. Créée à l’initiative du professeur Alim-Louis Benabid (…) cette clinique expérimentale

    permettra de créer et de développer des solutions pour combattre les maladies neurodégénératives. (…)

    « Les expériences auront lieu à raison d’une opération par mois, il s’agira d’un centre de recherche et non

    pas d’un hôpital dont l’activité serait suivie par un comité d’éthique », a précisé le directeur du CEA en

    ajoutant « l’objectif est de rassembler technologues, cliniciens et industriels dans un même lieu, au CEAMinatec »

    ».9 Au passage, le Daubé nous informe que le CEA travaille « en étroite collaboration avec

    l’équipe du professeur Benabid depuis maintenant quatre ans ».10

    Chers lecteurs, vous venez d’assister en direct à des scènes de la vie du « laboratoire grenoblois ». C’est

    ainsi que, depuis des décennies, s’élabore la technopole. C’est ainsi que, depuis Aristide Bergès et Louis

    Néel, les technarques « révolutionnent » nos vies, nos villes, le monde, et bientôt nos cerveaux.

    ***

    7 Aspects éthiques des implants TIC dans le corps humain, 16/03/05

    8 Le mensuel, journal interne du CEA, n°150, mai 2011

    9 Le Daubé, 16/01/07

    10 Idem

    3

    Revenons à Clinatec. Des opérations chirurgicales expérimentales « au CEA-Minatec » ? Qu’on ne

    s’étonne pas de trouver le Commissariat à l’énergie atomique en première ligne des travaux en

    neurosciences. Il y a longtemps que ses ingénieurs s’intéressent à nos cerveaux, notamment via l’imagerie

    biomédicale. « Au cours de ces dernières années, relève le Daubé, les neurosciences ont pris sur Grenoble

    un essor considérable, tant au sein de l’université Joseph-Fourier (sciences, technologies et santé), qu’au

    centre hospitalier universitaire et au Commissariat à l’énergie atomique. »11 Précisément, c’est le Léti – le

    laboratoire d’électronique et de technologies de l’information – qui pilote au CEA-Grenoble la Recherche

    & Développement en neurotechnologies. Ainsi peut-on lire sur son site :

    « Depuis son lancement en 2006 par le Léti, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, INSERM et

    l’Université Joseph-Fourier, Clinatec a rassemblé des équipes multidisciplinaires de praticiens médicaux,

    de biologistes et d’ingénieurs. Ces équipes étudieront des systèmes de diagnostic et de traitement

    innovants, de la preuve de concept aux essais de faisabilité, notamment des neuroprothèses pour le

    traitement de handicaps moteurs ou sensoriels, ou le développement de systèmes de neurostimulation

    originaux pour traiter la maladie de Parkinson et certains symptômes de la maladie d’Alzheimer. La

    nouvelle installation, qui sera achevée en 2011, comprendra un secteur médico-chirurgical avec une salle

    d’opération et des chambres d’hébergement pour les patients participant aux essais cliniques.

    En 2009, Clinatec a acheté un magnétoencéphalographe (MEG), un système de très haute sensibilité qui

    permet de cartographier en 3D le cerveau en mesurant les champs magnétiques très faibles créés par

    l’activité cérébrale. La MEG, qui a été installée en mai 2010, a de nombreuses applications, tant au plan

    du diagnostic au cours d’essais cliniques, (par exemple pour localiser la partie du cerveau où naissent les

    crises d’épilepsie), ou dans des programmes de recherche (par exemple comprendre les mécanismes de la

    stimulation cérébrale profonde utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson ou localiser le site

    optimal d’implantation des neuroprothèses. (…)

    En plus de sa nouvelle machine MEG, Clinatec a acheté un système d’IRM intra-opératoire en 2009.

    L’IRM offre des capacités multifonctionnelles de pointe. Il servira entre autres à soutenir les études

    cliniques sur la stimulation du cerveau profond et l’interface cerveau-ordinateur à la base des

    neuroprothèses. »12

    On commence à comprendre. Si le bâtiment ouvre bien ses portes en septembre 2011 – ainsi qu’en atteste

    l’avancée du chantier rue Félix Esclangon – la structure Clinatec, elle, est opérationnelle depuis cinq ans,

    sous la direction d’Alim-Louis Benabid. (Ah ! dernière minute. Un document de 2010, signé du directeur

    du CHU de Grenoble13, nous apprend incidemment et en anglais que le neurochirurgien François Berger,

    disciple de Benabid, responsable de l’équipe « Nanoneurosciences fondamentales et appliquées » de

    Grenoble Institut des Neurosciences, serait le directeur de Clinatec depuis 2010. De son côté, le journal

    interne du CEA présente François Berger comme « le directeur général et exécutif de Clinatec » depuis

    avril 2011 : « Il animera le directoire, structure où la stratégie de Clinatec est élaborée ».14)

    Depuis cinq ans, Clinatec constitue des équipes, touche des subventions (20 millions d’euros dans le cadre

    du contrat de plan Etat-Région 2007-2013), achète du matériel, développe des projets, expérimente des

    dispositifs neuronaux implantés, en toute discrétion. La Ville de Grenoble finance le projet à hauteur de

    2,2 millions d’euros, pourtant le maire Michel Destot n’a pas jugé utile d’en informer le conseil municipal

    – encore moins de soumettre cette subvention à son approbation. Cela n’a aucun rapport avec le fait que

    Benabid ait figuré pour les municipales de 2008 sur la liste de Destot, ou qu’il ait présidé pour les

    législatives de 2007 le comité de soutien de Geneviève Fioraso, adjointe de Destot et présidente de la

    Société d’économie mixte Minatec. Ce n’est pas parce qu’on est intimes au sein du techno-gratin qu’on

    arrange les affaires publiques en privé.

    Bref, que sait-on de Clinatec, cinq ans après ?

    Le bâtiment de 5000 m2 est voisin de Minatec et de NanoBio, sur le polygone scientifique de Grenoble en

    cours de mutation pour devenir « Giant », le futur campus-centre ville de la technopole. Il accueillera,

    selon Beterem Ingénierie15 qui participe à sa conception, cinq secteurs fonctionnels distincts : un secteur

    11 Le Daubé, 12/12/05

    12 http://www.leti.fr/fr/Decouvrez-le-Leti/Les-plateformes-d-innovation2/Clinatec

    13 Dossier de candidature auprès de l’Agence nationale de la recherche pour la création d’un Institut hospitalouniversitaire

    dédié à la « Micro-nano médecine technologiquement ciblée » (MinaMed). Candidature qui a échoué.

    14 Le mensuel, journal interne du CEA, n°150, mai 2011

    15 Groupe TPF, rapport d’activité 2009

    4

    accueil-communication, un secteur de bureaux, un secteur de laboratoires, un secteur préclinique – avec

    son animalerie de rongeurs, mini-cochons et « primates non humains » – et un secteur « sujet-patient ». Ce

    dernier comprend « un bloc opératoire du futur et six chambres », si l’on en croit une petite annonce de

    recrutement d’un ingénieur (exigeant « sens aigü des responsabilités et enthousiasme expérimental »)16. Ils’agit

    naturellement d’un bâtiment écologique type « Haute qualité environnementale » (HQE), répondant

    à la norme BBC – Bâtiment basse consommation – équipé, on l’a vu, d’importants moyens d’imagerie

    médicale et de chirurgie guidée par l’image (neuronavigation). Une trentaine de personnes travaillent déjà

    à Clinatec, une cinquantaine est prévue à l’ouverture – dont du personnel du CHU délocalisé – et 100 à

    150 à terme. Le centre est présenté comme un « hôtel à projets » offrant un « plateau technique » à la

    disposition des chercheurs, biologistes et cliniciens, et destiné à accueillir des équipes de recherche

    extérieures, étrangères notamment.

    Un dossier de presse de juin 2009 précise les axes de recherche de Clinatec : la neurostimulation,

    l’administration localisée de médicaments et la suppléance fonctionnelle, lesquels « ont un dénominateurcommun : le développement de dispositifs médicaux implantables minimalement invasifs. » Pour ce qui

    concerne les neurotechnologies, il s’agit d’une part d’améliorer la technique de stimulation cérébrale

    profonde en miniaturisant les électrodes implantées dans le crâne (destinées à corriger les symptômes de

    maladies neurologiques et de désordres psychiques) ; d’autre part de créer les neuroprothèses qui serviront

    d’interface cerveau-machine, pour faire fonctionner un oeil et une oreille électroniques, ou un exosquelette

    motorisé commandé « par la pensée ». Bref, Clinatec entend « développer des solutions thérapeutiques et

    diagnostiques innovantes plus ciblées et plus efficaces grâce à des dispositifs issues (sic) des micro etnanotechnologies. »

    Avec les garanties éthiques indispensables pour rassurer le simple citoyen et les

    Verts : seront consultés le Comité de protection des personnes (CPP), sorte de comité d’éthique pour la

    recherche biomédicale, le comité d’éthique de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de

    santé – l’Afssaps, dont le scandale du Médiator (500 à 2000 morts) a nettement amélioré la notoriété

    publique en 2011 – et un mystérieux « ComEth », comité d’éthique « grenoblois »17.

    Impeccable vitrine, non ? Comme dit le Daubé, qui n’en finit plus de cirer les mocassins de Therme etBenabid,

    « le concept ressemble à un rêve ».18 Mais alors, pourquoi craindre des manifestants pourl’inauguration d’un rêve ? Pourquoi Jean Therme s’énerve-t-il : « Il ne s’agit pas de mener des

    expérimentations sur le corps humain ni de gagner de l’argent ! L’objectif est de soigner, et l’on ne fera

    pas autre chose que de classiques essais cliniques avec les mêmes contraintes et les mêmes contrôles

    qu’en milieu hospitalier » ? La routine, en somme, mais protégée par le secret et la propriété industriels.

    Voilà qui rappelle les dénégations des bricoleurs d’OGM, se réclamant de la tradition agricole

    d’hybridation tout en déposant des brevets pour leurs innovations.

    Prenons Jean Therme au sérieux, informons François Berger, Alim-Louis Benabid et leurs partenaires

    industriels, Medtronic, Roche Diagnostics, Beckton Dickinson entre autres, qu’ils ne sont pas à Clinatec

    pour « gagner de l’argent ». D’ailleurs, il est faux de prétendre que le slogan du CEA-Léti, co-fondateur

    de Clinatec, serait « L’innovation au service de l’industrie ». Terminé le brevetage à tout-va et les

    partenariats public-privé que nous vantait le Daubé en 2007 : « Cette coopération avec les industriels

    influence aussi la pratique des chercheurs (…) qui n’hésitent plus à breveter avant de publier. En effet,

    « rien ne sert de contacter un industriel si on ne possède pas la propriété intellectuelle du dispositif, car il

    n’investira pas », conclut François Berger. »19 Finies les déclarations à l’Office parlementaire d’évaluation

    des choix scientifiques et techniques sur le thème : « Nous devons travailler avec des industriels, nousdéposons des brevets et il n’y a pas de problème éthique en la matière. »20

    Compris, professeur Berger ?

    Vous aussi, professeur Benabid, oubliez les collaborations avec l’industrie. Exigeons de la presse

    américaine qu’elle cesse le récit de votre success story avec Activa©, le kit de stimulation neurologique

    profonde commercialisé par Medtronic après que vous eûtes convaincu cette entreprise du Minnesota du

    potentiel de votre trouvaille21. On n’est pas là pour faire des affaires.

    16 Annonce du 29/09/09

    17 Le mensuel, journal interne du CEA, n°150, mai 2011

    18 Le Daubé, 10/12/10

    19 Le Daubé 16/01/07

    20 Audition devant l’OPECST, 7 novembre 2006

    21 Cf US News 21/02/99

    5

    Jean Therme ne ment jamais, Jean Therme ne prend pas les techno-rats du laboratoire grenoblois pour des

    imbéciles non plus quand il nie « les expérimentations sur le corps humain ». Aussi ne faut-il pas croire

    Jean Dubeaupuis, le patron du CHU de Grenoble, lorsqu’il prétend que « la collaboration avec le CEApour la création du centre de recherche CLINATEC

    (…) permettra de développer un modèle inéditd’inclusion de patients dans des phases expérimentales au plus près des recherches d’amont. »22 Sans

    doute François Berger doit-il à un moment d’égarement cette information lâchée à la Ligue contre le

    cancer : « Nous mènerons des essais sur des patients dont les pathologies résistent à tout et qui sont

    informés, qui valident un document écrit (…) Nous avons deux thésards en psycho dans le labo pour gérer

    ça. »23

    Voilà pour les annonces officielles et les détails glanés à force d’épluchage documentaire : dissimulations,

    mensonges et manipulations. Maintenant, ce que les promoteurs de Clinatec ne disent jamais.

    IIC’est

    au cerveau d’Alim-Louis Benabid que l’on doit Clinatec. Constatant la déferlante des nanobiotechnologies

    au CEA, le neurochirurgien a compris le parti à en tirer pour sa spécialité : la stimulation

    cérébrale profonde, c’est-à-dire l’implantation d’électrodes dans certaines zones du crâne pour y envoyer

    du courant électrique de haute fréquence – via un stimulateur placé sous la peau, près de la clavicule. À

    Clinatec, les équipes de recherche en neurotechnologies poursuivent et élargissent ses travaux. Lesquels,

    nul lecteur de la presse locale et nationale ne peut l’ignorer, ont « révolutionné » le traitement de la

    maladie de Parkinson à la fin des années 1980 : les symptômes de celle-ci se trouvent, dans certains cas,

    corrigés par l’influx électrique envoyé dans la zone subthalamique.

    En réalité, Alim-Louis Benabid n’est pas l’inventeur de cette technique, contrairement à ce que laisse

    croire son abondant dossier de presse. Le Grenoblois a remis au goût du jour les expériences menées

    trente ans plus tôt par le physiologiste hispano-américain José Delgado. Puisqu’il ne le fait pas lui-même,

    rendons hommage au prédécesseur de Benabid.

    À l’université de Yale, dès 1950, Delgado teste la « stimulation électrique du cerveau » chez l’animal et

    l’homme. D’abord avec des électrodes reliées à l’extérieur par des fils électriques, puis avec un appareil

    de son invention, le « stimoceiver », à la fois stimulateur cérébral et récepteur d’ondes, capable d’envoyer

    des impulsions au cerveau par commande radio. La plus fameuse prouesse de Delgado est l’arrêt d’un

    taureau en pleine charge par un signal radio. On sait moins qu’il manipulait couramment le comportement

    de singes. « Sous l’influence de la stimulation électrique, les animaux se comportent comme des jouets

    électriques, » écrit la journaliste du New York Times qui visite le labo de Delgado en 1970, décrivant dessinges et des chats « télécommandés ».

    24 Des expériences qui sont depuis poursuivies, notamment au

    Downstate Medical Center de New York, où John K. Chapin pilote à distance des roborats équipés

    d’électrodes cérébrales.25

    Delgado s’amuse aussi avec les humains, se plaisant à raconter le cas d’une patiente jouant tranquillement

    de la guitare, quand une impulsion de son « stimoceiver » l’enrage au point de briser son instrument contre

    un mur, ou celui d’une autre patiente, que la stimulation rend amoureuse de son thérapeute – le temps de

    la séance -, ou encore celui d’un patient dont le poing se ferme automatiquement, sans possibilité de le

    rouvrir. « Je crois, docteur, que votre électricité est plus forte que ma volonté », dit-il à son médecin ravi.

    Delgado assure créer des hallucinations, comme l’audition d’un morceau de musique complet, ou la

    sensation de déjà-vu. Et de conclure que ses travaux « amènent à la conclusion déplaisante que les

    mouvements, les émotions, et l’humeur, peuvent être contrôlés par des signaux électriques et que les

    22 Document de présentation de l’IHU « MinaMed ». Voir note 10.

    23 Réunion publique « Nanomédecine et cancer », organisée par la Ligue contre le cancer de Voiron (38), le

    29/04/11.

    24 New York Times, 15/11/70

    25 Cf Aujourd’hui le nanomonde. Nanotechnologies : un projet de société totalitaire, Pièces et main d’oeuvre

    (éditions L’Echappée, 2008)

    6

    humains peuvent être contrôlés comme des robots en appuyant sur des boutons ». Ce qui, en vérité, ne lui

    déplait pas du tout.

    Dès 1970, le physiologiste américain envisage de traiter la maladie de Parkinson par une sorte de

    « pacemaker cérébral ». Ce que fera Benabid. À la différence de celui-ci, Delgado annonce la couleur : ce

    stimulateur permettra aussi, selon lui, de traiter l’anxiété, la peur, les obsessions, les comportements

    violents.26 Ayant testé – avec succès – la stimulation électrique des amygdales pour diminuer l’agressivitéd’un singe, il conclut : « certaines formes indésirables de l’activité cérébrale – par exemple liées à des

    comportements agressifs ou antisociaux – pourraient être reconnues par l’ordinateur avant même

    d’atteindre la conscience pour déclencher la pacification du sujet. » Telle est la « sociétépsychocivilisée » que Delgado appelle de ses voeux.

    27 On comprend que ses travaux soient co-financés parle Pentagone (l’Office de recherches navales). Devant le Congrès américain, il déclare : « Nous avons

    besoin d’un programme de psychochirurgie pour le contrôle politique de notre société. Le but est le

    contrôle physique de l’esprit. Chacun qui dévie de la norme donnée peut être chirurgicalement mutilé.

    L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais c’est seulement son

    point de vue personnel. Même si cette attitude libérale est très séduisante, ceci manque de perspective

    historique. L’homme n’a pas le droit de développer sa propre façon de penser. Nous devons contrôler le

    cerveau électriquement. Un jour, les armées et les généraux seront contrôlés par stimulation électrique du

    cerveau. »28 Au moins Delgado assume-t-il ses convictions totalitaires – au point d’accepter l’invitation du

    régime franquiste à revenir travailler en Espagne en 1974, après avoir combattu auprès des Républicains

    durant la guerre civile.

    Ingrats, Benabid, Berger et leurs collègues de Clinatec ne mentionnent jamais les travaux précurseurs de

    Delgado. Sans doute son franc-parler bouscule-t-il ces discrets montagnards.

    Pourtant, le neurostimulateur mis au point par Benabid et commercialisé par Medtronic, la boîte

    américaine qui valorise son invention depuis le début (surnommée « le Microsoft des implants médicaux »à Wall Street29), aurait réjoui le chercheur américain. Sa version récente, de taille réduite, équipée de

    batteries sans fil rechargeables à travers la peau par induction (comme les brosses à dents électriques),

    offre des avantages incomparables avec ses quatre programmes prédéfinis. « Les patients chez lesquels la

    stimulation permet une amélioration de la mobilité mais limite également la faculté de la parole peuvent

    passer, selon la situation, d’un programme « mettant l’accent sur le langage » (par exemple téléphoner,

    discuter) à un programme « mettant l’accent sur le mouvement » (par exemple marcher, écrire). »30 Un peu

    d’entraînement suffit à ne pas s’emmêler dans les fonctions et à éviter toute mauvaise surprise dans son

    auto-programmation.

    ***

    Après le Parkinson, et l’implantation de quelques dizaines de milliers de malades dans le monde selon la

    méthode de Benabid, sont rapidement apparues d’autres applications, dans la lignée des pistes évoquées

    par Delgado. Notamment les TOC – troubles obsessionnels compulsifs – pour lesquels une quinzaine de

    personnes ont été implantées à Grenoble depuis 2005.

    Le catalogue des indications de la neurostimulation par électrodes s’étoffe avec les années et les reculs

    successifs – prévisibles – des comités d’éthique, ces chambres d’enregistrement des avancées

    technologiques. Ainsi en 2002 le comité consultatif national d’éthique (CCNE) écrivait-il, dans un avis sur

    la neurochirurgie rendu sur saisine de Benabid soi-même : « Une ouverture des indications [NDA : de lastimulation cérébrale profonde] peut-elle exclure les dérives ? L’histoire dans ce domaine est sévère et

    inquiétante. Elle justifie que les indications soient particulièrement réduites, dans un premier temps, aux

    troubles obsessionnels compulsifs. »

    Pourquoi Benabid avait-il sollicité l’avis du CCNE ? Parce que, nous apprend François Berger, « (…)

    devant l’utilisation de la neurostimulation dans les pathologies psychiatriques, dans certains laboratoires,

    (…) il existait un risque qu’on puisse déclarer que la neurostimulation était utilisée pour modifier la

    26 New York Times, 15/11/70

    27 Physical control of the mind : toward a psychocivilized society, J. Delgado, 1969

    28 Jose Delgado, Procès verbal des séances du Congrès américain, numéro 26, vol. 118, le 24 février 1974.

    29 CNN Money, 25/10/99

    30 Parkinson, journal de l’association Parkinson Suisse, n°94, 2009

    7

    pensée et le comportement. Face à des expérimentations plus ou moins cachées menées dans le monde, le

    professeur Benabid a soumis le problème au Comité consultatif national d’éthique. »31 Le risque, on l’a

    compris, résidant moins dans la possibilité de manipuler la pensée et le comportement que dans la

    mauvaise publicité que celle-ci ferait à la neurostimulation.

    Comme dit le comité d’éthique, son avis vaut dans un premier temps. Dans un deuxième temps – en 2008

    – la presse nous informe que « d’autres indications sont d’ores et déjà très sérieusement à l’étude, enFrance ou à l’étranger »

    32. Et Benabid, apparemment soulagé de ses problèmes de conscience, d’annoncersans craindre d’offenser les éthiciens officiels : « De nouvelles applications sont en outre à l’étude pour la

    migraine, l’épilepsie, les troubles mentaux, les fameux TOC, le syndrome de la Tourette, l’obésité,

    l’anorexie ou diverses addictions. ».33 On voit que la neurochirurgie confère d’utiles talents de

    manipulation à ceux qui la pratiquent.

    Selon la confidence d’un cadre de Medtronic, le marché le plus prometteur pour les années qui viennent

    est la dépression. Analyse pertinente, puisque le moral des populations suit une courbe inverse de celle du

    progrès-qui-améliore-nos-vies. Ce sont les patrons de France Telecom/Orange et des boîtes qui optimisent

    leurs ressources humaines qui se réjouissent. Avec les implants cérébraux, finies les vagues de suicides au

    travail.

    À condition toutefois d’admettre quelques déconvenues. Le prestataire ne peut être tenu pour responsable

    des effets indésirables de son intervention. « Un malade de Parkinson, après traitement réussi par

    stimulation cérébrale profonde, devint euphorique avec des comportements maniaques à un degré

    problématique. Sa maladie de Parkinson était significativement soulagée, mais en plus il débuta une

    liaison avec une femme mariée, acheta plusieurs maisons et voitures – avec de l’argent qu’il ne possédait

    pas – et finit avec des problèmes judiciaires et financiers. Quand sa stimulation cérébrale était en marche,

    il était complètement inconscient de son comportement maniaque. Mais quand elle était éteinte, il en

    prenait conscience et montrait des regrets. À la lumière d’un tel cas, surgit la question du mauvais usage

    des technologies par des acteurs puissants pour contrôler les gens. »34

    « Des acteurs puissants » ? Sans doute le Parlement européen qui écrit ces lignes ne veut-il pas parler du

    comitatus, l’appareil de terreur du pouvoir35 – policiers, gendarmes, services secrets, etc – à qui de tels

    outils garantiraient un pilotage global de la société-fourmilière. Jamais nos démocraties n’useraient de la

    contrainte pour « contrôler les gens ». Tout juste la France s’est-elle dotée, le 5 juillet 2011, d’une loi

    « relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et à leurs

    modalités de prise en charge » qui instaure la possibilité de « soins sans consentement » à domicile. Une

    contrainte à distance alliant géolocalisation et psychopharmacopée, qu’un dispositif implantable

    commandé par radio optimiserait sans conteste. Chacun sait qu’on teste les dispositifs de contrainte sur les

    plus faibles – malades, vieux, enfants, prisonniers – au prétexte de leur sécurité ou de leur santé, avant

    d’étendre leur usage au reste de la population. Sans compter qu’il faudra bien traiter les malades atteints

    de cette « forme de paranoïa politique bien connue » qui inquiète tant Michel Destot.Bref, la technique de Benabid devient, selon ses propres termes, « un outil polyvalent »36, de plus en plus

    utilisé pour la modification des comportements. Au point que le terme « psychochirurgie », qui rappelle

    cette bonne vieille lobotomie, refait surface dans les discours sans émouvoir grand monde. C’est ainsi

    qu’un beau jour, vous vous réveillez dans un monde de cyborgs, n’ayant jamais vu les glissements

    s’opérer par paliers successifs. Puisque vous avez accepté le pacemaker, pourquoi refuser le stimulateur

    cérébral ? Puisque vous avez admis la stimulation pour soigner votre dépression, pourquoi la refuser pour

    éradiquer les sentiments négatifs ?

    ***

    31 Audition devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologies (OPECST), 7/11/06

    32 Le Monde, 7-8/12/08

    33 Le Daubé, 4/12/08

    34 Etude « Human enhancement », parlement européen, mai 2009. Traduit par nos soins.

    35 Cf Terreur et possession. Enquête sur la police des populations à l’ère technologique. Pièces et main d’oeuvre

    (L’Echappée, 2008)

    36 Le Daubé, 8/04/09

    8

    N’arrêtons pas le progrès. Après les électrodes, Delgado s’intéresse, en Espagne, à la stimulation

    électromagnétique, moins invasive. Aujourd’hui améliorée et baptisée stimulation magnétique

    transcrânienne, la technique consiste à envoyer des impulsions électromagnétiques ciblées vers les lobes

    cérébraux. Prenez un individu lambda, placez-le sous ce casque équipé d’électro-aimants. Quelques

    inductions modifient temporairement l’activité électrique du cortex. Votre cobaye devient, selon les zones

    concernées, super doué ou complètement stupide, comme le prouvent les expériences menées en Australie

    par Allan Snyder, à Oxford par J. Devlin, au Canada par Michael Persinger. Ce dernier, qui produit aussi

    des faux souvenirs chez ses cobayes, évoque la possibilité de contrôler à distance tous les cerveaux37.

    Parmi la pléiade de références à des travaux plus ou moins secrets des Etats-Unis et de la Russie sur des

    armes de type psychotroniques, relevons cette étude prospective publiée par l’US Air Force en 1996 : « On

    peut envisager le développement de sources d’énergie électromagnétique, dont le débit peut être pulsé,

    façonné, et concentré, et qui peut se coupler au corps humain de manière à empêcher les mouvements

    musculaires volontaires, à contrôler les émotions (et donc les actions), à produire le sommeil, à

    transmettre des suggestions, à interférer avec la mémoire à court terme et à long terme, à produire un

    ensemble d’expériences, et à supprimer un ensemble d’expériences. »38

    Personnellement, vous trouveriez immoral et inhumain de contrôler les émotions ou d’effacer les souvenirs

    de vos proches. Rassurez-vous : l’armée et la police n’ont guère l’intention de partager avec vous ces outils

    de contrainte ultimes.

    Les nanotechnologies promettent bien sûr des avancées considérables dans l’ingénierie cérébrale. Avec la

    miniaturisation des composants « (…) le procédé devient désormais plus intelligent et moins invasif, ce

    qui nous permet d’accéder à des zones du cerveau autrefois interdites », résume François Berger.39 Il veutdire

    techniquement interdites, bien sûr. Il y a aussi cette histoire d’inhalation de nanoparticules depsychotropes qui permettrait de modifier le comportement humain. Vous n’étiez pas au courant ? C’est le

    ministère français de la recherche qui a lâché le morceau en 2004 et 2005, en réponse aux questions de

    deux députés sur les « psychotechnologies ». On donnerait cher pour savoir pourquoi Claude Goasguen

    (UMP) et André Santini (Centre) avaient interrogé le ministre en ces termes : « Les psychotechnologiespeuvent donc faire l’objet de recherche et de développement, tant militaires que civils, pour être utilisées

    comme armes non-létales. Les manipulations de l’homme qui autrefois relevaient de la littérature de

    science-fiction s’avèrent aujourd’hui scientifiquement réalisables. Le progrès, dans les domaines de la

    science, nous oblige donc à redéfinir l’éthique et la morale. (…) C’est pourquoi [le député] souhaite savoir

    quelles sont les mesures envisagées par le Gouvernement pour garantir le strict contrôle des

    psychotechnologies. »40 Dommage que les députés ne se pressent guère pour partager leurs informations.

    Le génie génétique, on s’en doute, n’est pas en reste dans la possession de notre for intérieur. Imaginez

    que vous puissiez inhiber l’expression d’un gène impliqué dans la réception de la dopamine. Ce

    neurotransmetteur, ont découvert les chercheurs, joue un rôle dans le lien que nous faisons entre la

    réalisation d’une tâche et le bénéfice que nous en escomptons. Ne demandez pas pourquoi les scientifiques

    cherchent ce genre de choses. L’important est la conclusion qu’ils en tirent : les singes qu’ils ont ainsi

    modifiés, au National Institute for Mental Health, abandonnent leur habituelle procrastination pour se

    mettre au travail de façon désintéressée et accomplissent les missions qu’on leur confie avec une ardeur

    sans pareille, même sans punition.41 « Au fond, cela ne leur fait rien, aux Epsilons, d’être des Epsilons ».

    Mais la trouvaille qui fait le plus rêver les neurologues vient de Stanford, du laboratoire de bio-ingénierie

    de Karl Deisseroth. La technique de ce bidouilleur couple la manipulation génétique – il introduit dans les

    neurones ciblés un gène codant pour une protéine photosensible – et une fibre optique implantée dans le

    crâne. On appelle ça l’optogénétique. Dès qu’on allume la fibre optique, la protéine excite l’activité

    électrique des neurones. Comme un interrupteur. Démonstration avec une souris stressée. Allumez : la

    37 Sur la possibilité de contrôle à distance de tous les cerveaux humains par l’induction électromagnétique

    d’algorithmes fondamentaux, M.A Persinger, in Perceptual and Motor Skills, juin 1995

    38 US Air Force, « New wolrd vistas : Air and space power for the 21st century », 1996

    39 Les Echos, 30/01/06

    40 http://questions.assemblee-nationale.fr

    41 Monkeys turned into workaholics with brain gene suppression (Richmond, Zheng Liu, Edward Ginns), in

    Proceedings of the National Academy of Sciences 17/08/04

    9

    souris se détend. Éteignez : angoisse. Allumez, etc. On peut aussi téléguider le rongeur. Droite-gauche.

    « Depuis sa découverte, Karl Deisseroth et son équipe (…) ont identifié d’autres classes de protéines

    photosensibles qui répondent chacune à différents influx lumineux pour provoquer ou stopper une activité

    cérébrale spécifique. « On disposera bientôt d’une gamme complète pour étudier et agir très précisément

    en n’importe quel point du cerveau », pronostique-t-il. Motricité, respiration, émotions, sommeil, mémoire,

    dépression, anxiété… Le contrôle sera total. »42

    Pas de doute, la science avance, d’autant plus aisément qu’elle a face à elle un électro-encéphalogramme

    plat. Pas une réaction à ces nouvelles de la tyrannie technologique. Comme des lapins pris dans les phares,

    tous, militants, journalistes, citoyens lambda, soumis au monstre techno-scientifique et à son chantage au

    progrès sans merci. On ne peut tout de même pas s’opposer aux avancées de la médecine, couinent les

    mieux informés.

    Justement, parlons-en.

    III

    Nul besoin de doctorat en chirurgie pour comprendre l’action de la stimulation cérébrale profonde. Celleci,

    en modifiant les échanges électriques de zones précises du cerveau, corrige les symptômes, et non la

    pathologie. Autrement dit, comme le reconnaît Benabid lui-même, les électrodes ne soignent pas.

    Appliquées aux souffrances psychiques, elles ne sont que la version high tech de l’électrochoc. Peu

    importe la cause de la dépression, de l’addiction, du désordre alimentaire, des TOC : envoyez la bonne

    fréquence et n’en parlons plus. De quoi réjouir les adeptes du réductionnisme neurobiologique mais guère

    les psychiatres qui, dès la parution de l’avis du CCNE, avaient mis en garde « Contre la réification del’humain » : « Ne considérer que le symptôme, et non pas le malade et sa maladie dans son ensemble,

    peut, si l’on n’y prend garde, conduire à justifier n’importe quelle technique de soins, sans plus tenir

    compte de l’intérêt du sujet pris dans sa globalité. (…) Plus grave encore, au-delà de la seule psychiatrie,

    en affirmant ainsi le primat de l’homme-machine sur tout autre conception, une telle réduction est

    délétère sur la médecine tout entière : elle assigne du même coup à l’art médical la seule ambition de

    « normaliser » les comportements humains, disqualifiant ainsi tout autre perspective, et ouvrant les portes

    aux pires dérives que ce soit (…). »43

    Contrairement à ce que tentent de faire croire les chercheurs – avec succès souvent -, leurs travaux ne sont

    pas neutres. La manière dont les scientifiques grenoblois vantent les mérites des neurotechnologies trahit

    non seulement leur incurable technomanie – une addiction qui fait d’eux des techniciens plus que des

    médecins – mais aussi leur adhésion à l’idéologie réductionniste, majoritaire dans le champ des

    neurosciences. C’est elle qui transpire des déclarations délirantes d’un Claude Feuerstein, directeur de

    Grenoble Institut des Neurosciences et partenaire de Clinatec, impatient de pouvoir, grâce aux progrès de

    l’imagerie, « aborder par des approches biologiques des fonctions comme la pensée, l’intellect ou lesémotions. »

    44 Certes, une approche biologique des émotions serait le meilleur moyen de se débarrasser de

    cette encombrante « fonction », et l’on ne doute pas que Feuerstein s’en trouverait soulagé. Rien de plus

    désagréable qu’une bouffée de mauvaise conscience quand on ne fait que son travail au service de la

    Recherche & Développement.

    Tout est gène, tout est neurone, tout est biologique, répètent les neurologues avec les généticiens. Y

    compris l’inconscient, ose même Bernard Bioulac, l’homologue bordelais de Feuerstein.45 On sait depuisFrancis Crick, le co-découvreur de l’ADN, que « [n]os joies et [n]os peines, [n]os souvenirs et [n]os

    ambitions, [n]otre sentiment d’identité et [n]otre libre-arbitre ne sont en fait rien d’autre que le

    comportement d’une immense assemblée de cellules nerveuses et de molécules qui leur sont associées »,

    bref, que nous ne sommes « qu’un paquet de neurones ».46 Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste auteur

    42 Les Echos, 06/06/11

    43 Pétition de psychiatres « Contre la réification de l’humain » : http://www.psy-desir.com/textes/spip.php?article183

    44 Le Daubé 12/12/05

    45 Le journal du CNRS, juillet-août 2007

    46 The Astonishing Hypothesis : The Scientific Search for Soul, Francis Crick (1994)

    10

    de L’Homme neuronal – et, tiens ? président du Conseil consultatif national d’éthique de 1992 à 1998 –

    nous a expliqué que l’esprit était une notion obsolète puisque « le clivage entre activités mentales etactivités neuronales ne se justifie pas »

    .47 Selon ces ingénieurs du cerveau, la pensée se résume à des

    échanges chimiques et électriques, bientôt « visibles » grâce aux nouvelles techniques d’imagerie

    cérébrale, assure Denis Le Bihan, chercheur au CEA, qui évoque la « visualisation des réseaux neuronaux

    impliqués dans la « pensée » ou la sous-tendant ».48

    Comme l’indiquent ces exemples, le réductionnisme scientifique prétend que des phénomènes d’un certain

    niveau de complexité peuvent s’expliquer par des phénomènes d’un niveau de complexité inférieure.

    Ainsi des phénomènes biologiques, expliqués par des phénomènes chimiques. Ou des manifestations

    psychologiques expliquées par des phénomènes biologiques. Exemple : l’Inserm suggérant que les

    « troubles de conduite » des enfants seraient dus à des facteurs génétiques et des prédispositions cérébrales

    qu’il convient de dépister dès l’âge de trois ans. Ou Benabid proposant de soigner la dépression par du

    courant électrique, au motif que le cerveau des déprimés connaît des modifications physiques au niveau de

    l’hippocampe et du cortex préfrontal. Pour le réductionniste, les femmes, les célibataires et les veufs –

    majoritairement victimes de dépression – ont des hippocampes fragiles, voilà tout. Pourquoi se demander

    si ces manifestations biologiques sont la cause ou la conséquence de la dépression, puisqu’on peut

    techniquement corriger le symptôme ?

    Comment des scientifiques, censés connaître mieux que quiconque la complexité des interactions entre un

    individu et son environnement (physique et humain), peuvent-ils s’abandonner à d’aussi grossières

    simplifications ? Un de leur collègue, Guy Tiberghien, spécialiste grenoblois en sciences cognitives, a sa

    petite idée. Ne le répétez pas à Jean Therme, mais selon ce chercheur doté d’esprit, la vision réductrice,

    mécaniste, de l’humain et de son cerveau est une production de la société industrielle. En somme, le

    monde-machine enfante l’homme-machine.

    « Avec la concentration manufacturière, l’homme perd sa singularité, son métier, et devient un instrument

    sans aucune spécificité, un prolongement de la machine, un ouvrier, une simple « force de travail »

    socialement indifférenciée. Le mode de production industriel n’a que faire de sentiments subtils, de

    sensations différenciées, de « tours-de-main » (…), seul compte l’acte élémentaire que l’individu est

    capable de produire. L’homme n’est plus qu’une simple « fonction entrée-sortie », une machine en quelque

    sorte, un ensemble de processus psycho-physiologiques permettant la transformation d’informations

    sensorielles en comportements élémentaires coordonnés, à un niveau supérieur, par le procès de

    production. L’homme « machinal », voilà le modèle dominant de la psychologie de laboratoire au moment

    de l’apogée du capitalisme. »49 Trente ans après la parution de ce texte, le capitalisme devenu

    hypertechnologique, l’homme machinal se voit doté d’un cerveau computationnel. Désormais, l’analogie

    cerveau/ordinateur gouverne les imaginaires des chercheurs, qui s’emploient à marier circuits neuronaux

    et électroniques.

    Ce qui est à l’oeuvre dans cette mécanisation des représentations n’est rien d’autre que la « révolution » de

    nos vies par la technologie. Le processus est implacable : dès qu’un outil technologique s’impose – ici :

    microscope, imagerie cérébrale de pointe, informatique médicale -, il se substitue automatiquement aux

    capacités humaines d’intelligence – l’art d’établir des liens -, d’observation, de déduction, de

    raisonnement, d’imagination, ravalées au rang d’outils obsolètes. Et certes la « honte prométhéenne »

    observée par Günter Anders,50 cette humiliation de l’homme moderne devant la supériorité des choses

    qu’il a fabriquées, conduit à sa propre réification – refoulée parce qu’inavouable – mais aussi à la perte de

    toute confiance en lui-même. Ainsi la possibilité de « voir » et d’isoler les briques élémentaires du vivant,

    gènes et neurones, aveugle-t-elle les chercheurs au point de leur faire oublier le plus élémentaire bon sens,

    pour réduire l’infinie complexité du vivant à ces éléments de base offerts à leur regard par la machine.

    Telle cette spécialiste de la mouche tsé-tsé plantée derrière sa paillasse, obnubilée par le génome de

    l’insecte, et qui n’avait jamais mis les pieds en Afrique.

    Ainsi la prothèse technologique nous handicape-t-elle. Les transports motorisés, automobile ou ascenseur,

    ont affaibli les muscles des Occidentaux au point que ceux-ci doivent, pour rester en bonne santé, se payer

    47 L’Homme de Vérité, 2002

    48 Le Monde 17/07/06

    49 G. Tiberghien, « Psychologie, idéologie et répression politique » in revue « Psychologie Française », mai 1977

    50 L’obsolescence de l’homme, G. Anders (Editions de l’Encyclopédie des Nuisances)

    11

    au Gymnase Club des séances d’escalier. De même les technologies de l’information et de la

    communication atrophient-elles nos « muscles » cérébraux. S’il est trop tôt pour en mesurer les effets,

    quelques indices percent déjà. Ainsi cette étude de l’université de Columbia, indiquant qu’Internet impacte

    la mémoire humaine comme si, indique la psychologue Betsy Sparrow, le réseau était devenu notre propre

    disque dur externe de stockage d’informations.51 Bonjour Alzheimer.

    « Comment faisait-on avant ? », s’interrogent, parmi d’autres, les accros au GPS – même en montagne ! -que leur guide virtuel ampute de leur capacité d’orientation, et plus encore de la confiance en leurs sens et

    en leur rapport à la réalité. Ces pauvres pommes préfèrent croire le satellite plutôt que le paysage, et ce

    faisant, modifient le monde et leur propre condition en profondeur, en clamant que la technologie est

    neutre.

    Il faut être un neurobiologiste aussi atypique que Yehezkel Ben-Ari, fondateur de l’Institut de

    neurobiologie de la Méditerranée à Marseille, pour dénoncer l’idéologie réductionniste, comme une

    cousine de l’intégrisme religieux. « On ne résout pas un problème en le simplifiant », assène-t-il aux

    obsédés du microscope et de l’IRM. « A la fin des années 1990 déjà, il dénonçait, dans La Croix, « la

    génétomanie et les mensonges du tout génétique », comme une approche profondément « réactionnaire »

    restreignant l’humain à son génome, c’est–à-dire à « un jeu de chiffres et de lettres » ».52

    À Clinatec, on ne s’embarrasse guère de ce type de réflexion et cet intégrisme réductionniste sied

    parfaitement à l’étroitesse technicienne qui gouverne cet institut comme le reste de la ville. Culture

    technopolitaine, que de se demander toujours « comment ? » et jamais « pourquoi ? ».

    Vous aviez aimé le « gène de l’obésité » avec Axel Kahn ? Vous adorerez l’hypothalamus glouton avec

    François Berger. Écoutez le bluffer dans son numéro « Arrêtez-moi ou je mets des électrodes partout »,

    devant les parlementaires : « Il faudra vraiment mettre en place une surveillance éthique importante

    lorsqu’on appliquera ces technologies dans des pathologies moins graves. On sait par exemple qu’en

    laboratoire, on peut manipuler le comportement alimentaire du singe en stimulant son hypothalamus. (…)

    Il y a un réel danger dans les domaines de l’anorexie ou de l’obésité. La solution réside dans la

    surveillance, mais ne consiste pas à rajouter des réglementations. »53 Confirmation de ces progrès parl’enthousiaste Fédération pour la recherche sur le cerveau : « Dans un autre domaine, celui de l’obésité,

    la stimulation électrique profonde ouvre des possibilités thérapeutiques fort intéressantes. En effet, le

    thalamus contrôle la prise alimentaire et donc le poids. Chez le rat, la stimulation à basse fréquence du

    thalamus ventro-médial a un effet anorexigène [NDR : qui crée l'anorexie], tandis que la stimulation haute

    fréquence de la même zone (tout comme sa destruction) a un effet stimulant. »54

    Jusqu’ici vous pensiez que l’épidémie d’obésité tenait à la malbouffe dont on gave les plus pauvres des

    pays riches, à la voiture, et aux trois ou quatre heures de télé quotidienne. Vous jugiez rationnel d’agir sur

    les causes – les conditions de vie et l’environnement – pour éviter de telles pathologies. C’est que vous

    n’entendez rien à l’innovation.Les savants dévoués à votre santé se tuent pourtant à vous le répéter, Feuerstein en tête : « Il est ainsi de

    la responsabilité de la Région de soutenir les développements futurs de cette thérapeutique fonctionnelle

    efficace [qui] contribue au rayonnement des équipes régionales remarquables qui la font progresser pour

    l’optimiser et étendre ses applications, en vue de permettre à Rhône-Alpes de maintenir son rôle pionnier

    mondial. (…) Par ailleurs, une collaboration avec le CEA et le LETI devrait être à même de développer

    de nouvelles innovations technologiques très pointues (miniaturisation et programmation des

    stimulateurs, asservissement de la thérapeutique au signal cérébral électrophysiologique enregistré en

    continu) conduisant vraisemblablement à des retombées industrielles non négligeables. »55

    Comme dit Jean Therme, on est là pour soigner, pas pour gagner de l’argent.

    On comprend mieux l’intérêt de traiter les conséquences – les symptômes, sinon la maladie – plutôt que

    les causes. Remplacer la télé par une activité, aller chercher les enfants à pied, cuisiner soi-même, ne

    contribue ni au rayonnement des équipes régionales ni au maintien de Rhône-Alpes dans la compétition

    mondiale, et ne promet aucune retombée industrielle. Tandis que les électrodes coupe-faim, Feuerstein en

    salive d’avance. La vraie doctrine des réductionnistes : tout est monnaie.

    51 New York Times, 14/07/11

    52 Le Monde, 16/12/09

    53 Audition devant l’OPECST, 7/11/06

    54 Campagne nationale du Neurodon, Fédération pour la recherche sur le cerveau

    55 www.grenoble-universites.fr/1163429726042/0/fiche___article/

    12

    Sans compter la jouissance de ces Diafoirus à se rendre maîtres de nous, à corriger eux-mêmes le coupable

    dysfonctionnement biologique. Bien plus excitant et rémunérateur que de modifier le milieu pathogène.

    C’est pourquoi les neurotechniciens, après les généticiens, promettent à qui veut les financer l’avènement

    d’une médecine prédictive, tel Berger annonçant aux parlementaires : « On est bien en présence d’une

    révolution, potentiellement difficile à assimiler, qui constitue le passage de la médecine anatomo-clinique

    à la nanomédecine. Cela revient à traiter la maladie avant qu’elle n’émerge et on passe alors à un autre

    statut de l’homme malade (…) Avoir des outils implantés qui traiteront la maladie avant qu’elle

    n’apparaisse peut aussi être un avantage, même si cela a un côté impressionnant. »56

    Vos « prédispositions » à Alzheimer ? Vous vous en arrangerez avec votre patron ou votre assureur quand

    ils découvriront votre horoscope neuronal.

    Et certes il faut bien des prédictions quand on a depuis des décennies abandonné toute prévention. Quand

    la santé publique consiste à dépister la maladie plutôt qu’à empêcher sa survenue. C’est que les intérêts de

    l’industrie nous interdisent de traiter les causes des pathologies justement nommées « de civilisation »

    (cancers, maladies neurodégénératives, obésité, diabète, etc). La civilisation industrielle est si malade que

    seule la fuite en avant technologique lui donne l’illusion d’une maîtrise. Aussi bien les neurotechnologies,

    comme les nano-biotechnologies, sont-elles l’inverse du progrès : elles sont l’aveu d’une catastrophe. Elles

    ne doivent leur expansion et leur puissance qu’à la destruction des conditions minimales de survie. C’est

    parce que la chimie a contaminé le milieu dont dépend notre survie que nous devons aujourd’hui accueillir

    en sauveurs les réparateurs de neurones. Lesquels bâtissent leurs carrières et leur pouvoir sur des

    prouesses techniques, en manipulant les peurs du public affolé par la menace d’une probable déchéance

    neuropsychique. Car l’épidémie galope, d’après les statistiques : doublement du nombre de malades

    d’Alzheimer d’ici 2020, 9000 nouveaux cas de Parkinson chaque année en France, explosion du nombre

    de scléroses en plaque et de dépressions. Avec de tels marchés pour les neurotechnologies, pourquoi

    s’intéresser aux causes de ces maladies ?

    Puisque ces esprits irrationnels refusent la réalité, rappelons les faits : depuis des décennies les études

    épidémiologiques et toxicologiques rabâchent la nocivité des poisons chimiques les plus répandus (plomb,

    métaux lourds, pesticides), de la pollution nucléaire bien sûr, mais aussi de la malbouffe et de la

    sédentarité, ou de la pollution électromagnétique. Si la société industrielle s’appliquait à elle-même ses

    propres règles, et commandait un audit de ses 100 dernières années pour comparer les bénéfices et les

    coûts de sa politique, elle se déclarerait en faillite. Échantillons :

    « Une « épidémie silencieuse » de troubles du développement neurologique est en cours, en raison des

    produits chimiques industriels présents dans l’environnement, qui altèrent le développement cérébral des

    foetus et des jeunes enfants. Ce sont les conclusions d’une analyse de chercheurs de la Harvard School of

    Public Health (HSPH) et de la Mount Sinai School of Medicine, qui pointe 201 produits chimiques – la

    plupart étant courants – connus pour les dommages neurologiques durables qu’ils infligent aux humains.

    (…) Les conséquences d’une exposition aux neurotoxiques durant l’enfance peuvent inclure un risque

    accru de maladie de Parkinson et d’autres maladies neurodégénératives. »57

    En Gironde, une étude rendue publique en mars 2006 conclut que le risque de tumeur du cerveau est 2,6

    fois supérieur chez les utilisateurs de pesticides58.D’après les chercheurs d’Alzheimer’s Disease International, la prévention de cette maladie « devrait

    notamment porter sur les facteurs de risque vasculaires, dont l’hypertension et le tabagisme, mais aussi la

    forme de diabète la plus courante favorisée par l’excès de poids et la sédentarité. » 59

    Sur 13 études épidémiologiques recensées en 2001 examinant l’association potentielle entre aluminium et

    maladie d’Alzheimer, 9 ont montré une association statistiquement significative60.

    Une récente étude met en évidence le rôle des conditions de vie dans la survenue d’Alzheimer : « Arrive

    56 Audition devant l’OPECST, 7/11/06

    57 « Brain pollution : common chemicals are damaging young minds », Harvard University Gazette, 1/02/07

    58 Après nous le déluge ? JM Pelt, GE Séralini (Fayard, 2006)

    59 AFP, 16/12/05

    60 Données toxicologiques de l’INERIS, 2005

    13

    en tête le faible niveau d’instruction (19%), l’activité intellectuelle semblant exercer un effet protecteur.

    Viennent ensuite tabagisme (14%), inactivité physique (13%), dépression (11%), hypertension (5%),

    obésité (2%), diabète (2%). »61

    Le plomb, puissante neurotoxine, provoque des ravages chez les enfants : « ils sont plus exposés aux

    dommages portés au système nerveux, dont des réductions de QI, des difficultés à lire et des difficultés

    d’apprentissage, des altérations auditives, des déficits de l’attention, de l’hyperactivité, des troubles du

    comportement et de la croissance »62.

    De nombreuses études conduites après la catastrophe de Tchernobyl, mais aussi chez les survivants

    d’Hiroshima, ou auprès des vétérans américains de la Guerre du Golfe exposés à l’uranium appauvri,

    aboutissent à la même conclusion : les radiations nucléaires provoquent des atteintes neuronales dans

    l’hémisphère cérébral gauche, y compris chez les enfants irradiés in utero après l’explosion de Tchernobyl.

    Ces atteintes se traduisent par des troubles neuropsychiques importants (schizophrénie, épilepsies, troubles

    mentaux, perte de mémoire).63

    Au printemps 2011, après d’infinies tergiversations, « Le groupe d’experts réunis par le Centre

    international de recherche sur le cancer (CIRC), qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé

    (OMS), a classé comme « cancérogènes possibles » les champs électromagnétiques de radiofréquence, y

    compris ceux de la téléphonie mobile. (…) « Le niveau de preuve d’une association entre l’usage de la

    téléphonie mobile et le risque de cancer est comparable à celui existant pour les pesticides ou les

    expositions professionnelles dans le cadre du nettoyage à sec », a avancé le docteur Straif. »64

    Le téléphone portable, aussi cancérogène que les pesticides, est également perturbateur de plusieurs

    neurotransmetteurs et soupçonné de favoriser la maladie d’Alzheimer et l’épilepsie65. Rien

    d’extraordinaire, puisque la prothèse électronique collée au crâne de vos gosses à longueur de temps émet,

    entre autres, des extrêmement basses fréquences de 2, 4, 8 ou 16 Hz, proches de celles du cerveau. Cela

    n’a pas empêché Alim-Louis Benabid de signer, en sa qualité de membre de l’académie des Sciences, un

    stupéfiant communiqué sur les risques sanitaires des radiofréquences : « Des mesures de précaution

    préconisées sans justification suffisante ne peuvent que renforcer artificiellement les préoccupations de la

    population. Elles sont de nature à créer un stress supplémentaire dont l’impact non négligeable en termes

    de santé publique doit être mis en balance avec le bénéfice sanitaire attendu. »66 N’oublions pas que la

    radiophobie a rendu malades de nombreux biélorusses après Tchernobyl.

    Minute. Le professeur Berger, disciple de Benabid, a une communication à faire à nos lecteurs. Lors d’une

    présentation de ses travaux à la Ligue contre le cancer, qui en finance une partie, François Berger explique

    l’intérêt des nanotechnologies pour l’industrie électronique, notamment du téléphone portable. Interrogé

    en tête à tête à l’issue de sa conférence, il confie sa certitude quant à la nocivité des champs

    électromagnétiques des lignes à haute tension comme du portable. « Mais ça, je ne peux pas le direpubliquement, cela ferait hurler tout le monde », assure le médecin. Mieux vaut en effet, pour son prestige

    et sa carrière, détailler les services que rendront ces mêmes nanotechnologies à la lutte contre le cancer et

    les maladies neurodégénératives. Saisit-on l’admirable cercle vertueux pour la croissance et les

    « retombées industrielles » chères à Feuerstein ? Voit-on enfin l’arrière-boutique crasseuse derrière la

    vitrine sanitaire des nécrotechnologies ? Grâce aux nanos, vous aurez à la fois le poison et le remède, deux

    filières économiques en pleine expansion. Il faut être bien obscurantiste pour refuser les progrès

    médicaux.

    61 Libération, 19/07/11

    62 L’histoire secrète du plomb, J. Lincoln Kitman, (Allia 2005)

    63 Cf M. Fernex, revue Le Dniepr, 26/04/06

    64 Le Monde 1/06/11

    65 Voir les travaux du neurobiologiste Alain Privat à Montpellier

    66 Rapport du 15/12/09, académie de Médecine, académie des Sciences, académie des Technologies

    14

    IV

    Si la pensée ne saurait se réduire à un ensemble de signaux électriques et chimiques, ceux-ci n’en

    constituent pas moins une manifestation de l’activité cérébrale, scrutée avec de plus en plus de précision

    par l’appareillage technologique. L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) par exemple,

    décèle les modifications de la consommation d’oxygène par les neurones, pour en déduire leur travail.

    L’IRMd, imagerie par résonance magnétique de diffusion de l’eau permet, elle, de révéler l’activité des

    neurones aussi bien que l’architecture fine du tissu neuronal. Objectif du CEA, en pointe dans ce domaine :

    « mieux voir les réseaux de régions activées dans les processus sensorimoteurs ou cognitifs, mais aussi

    remettre en question les principes de fonctionnement des neurones », explique Denis Le Bihan67.

    Que voit-on réellement ? Oh, un peu de tout, assurent les neuropoliciers.

    On parvient de mieux en mieux à deviner à quoi vous pensez. Et même, à le faire deviner par une

    machine. Marcel Just et Tom Mitchell, au Center for cognitive brain imaging de l’université américaine

    Carnegie Mellon, présentent des images simples à des cobayes humains, et trouvent laquelle ceux-ci

    sélectionnent, selon les zones d’activité cérébrales activées.

    On peut aussi connaître vos préférences dans la vie, détectées par l’activation de votre « système cérébral

    d’évaluation », selon Mathias Pessiglione, de l’Inserm. Quelque part dans votre cerveau, une zone s’active

    « dont la fonction est de signaler combien un objet ou une personne plaît. » Ce système, qui fonctionne defaçon « automatique », nous dit-on, « assigne en permanence des valeurs aux objets qui nous entourent,

    même lorsque nous sommes occupés à autre chose. L’idée est maintenant de savoir s’il existe un système

    cérébral équivalent pour traiter des croyances. »68 Puisque le radiologue vous dit que vous n’aimez pas

    vraiment cette personne, pourquoi vous obstiner ? Expliquez donc au juge pourquoi vous prétendez

    l’inverse de ce que signale votre « système d’évaluation » intime. Oui, au juge, puisque la loi de

    bioéthique révisée le 23 juin 2011 (en attendant la prochaine révision) stipule que « les techniques

    d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou

    dans le cadre d’expertises judiciaires. »

    La police s’intéresse à votre for intérieur, avez-vous remarqué ? Grâce au progrès, elle y aura de plus en

    plus accès, puisque Stanislas Dehaene, qui occupe la chaire de psychologie cognitive expérimentale du

    Collège de France, le lui promet : « le décodage cérébral apporte des informations supplémentaires,

    invisibles dans le comportement. L’imagerie cérébrale (…) peut désambiguïser les réponses

    comportementales. Un décodeur efficace permettrait de se passer de toute réponse comportementale. Le

    décodage pourrait présenter une utilité pratique : interfaces neuro-informatiques, « bio-feedback »,

    détecteur de mensonges… »69

    Quand un neuroscientifique espère « se passer de toute réponse comportementale », il veut dire, en bon

    français, que son invention permettra d’effacer la personne face à lui, de passer outre son regard, sesgestes, sa voix, ses mots, pour accéder à la

    vérité mécanique. Merci à la machine de neutraliser toute

    interférence parasite – empathie, duperie, séduction, jalousie, persuasion, humour, bref, ces interactions

    affreusement humaines et ambigües, qui nuisent à la gestion rationnelle de l’ordre public. Il faut àStanislas Dehaene un décodeur pour désambiguiser les réponses comportementales. On souhaite bonne

    chance à ses fréquentations. Ce type vous prend pour Canal Plus. Nul besoin de décodeur pour

    comprendre à quel point ces techniciens rompent avec l’humanité – qu’ils la redoutent, la méprisent, la

    haïssent ou s’en soient éloignés à trop zoomer sur des réseaux neuronaux. Leurs mots en disent assez sur

    leur psychopathologie. Le problème, lecteur, est que ces chercheurs sont le pouvoir. Non seulement leurs

    innovations bouleversent nos vies matérielles, mais elles modifient en profondeur l’idée que nous nous

    faisons de nous et de notre relation à nous-mêmes, la communauté des hommes.

    Au fait, avec l’illustre Changeux ce Dehaene représente la recherche française au sein du programme

    européen « Human Brain Project » piloté par l’Ecole polytechnique de Lausanne. Il s’agit de simuler le

    fonctionnement du cerveau, depuis le neurone jusqu’au cortex complet, notamment pour améliorer les

    capacités des ordinateurs et des robots, via l’intelligence artificielle, en imitant les réseaux neuronaux. Nul

    doute que les futurs cerveaux électroniques sauront, mieux que n’importe quel neurologue, décoder nos

    67 Le Monde 17/05/06

    68 www.inserm.fr

    69 Cours au Collège de France : « L’imagerie cérébrale peut-elle décoder le contenu de la pensée ? »

    15

    réponses comportementales pour en lever toute ambiguïté.

    Si l’industrie de la contrainte élabore sans état d’âme les moyens de nous piloter, tels les insectes

    programmés de la société-fourmilière, c’est que ses ingénieurs ont perdu tout contact avec la condition

    humaine. Débarrassés de la fonction « conscience », ces hommes-machines travaillent sans émotion à la

    police technologique des populations.

    « L’IRMf est sur le point de transformer l’industrie sécuritaire, le système judiciaire et notre conception

    fondamentale de la vie privée. Je suis dans un labo de l’université Columbia, où des scientifiques utilisent

    la technologie pour analyser les différences cognitives entre la vérité et le mensonge. En cartographiant

    les circuits neuronaux de la supercherie, les chercheurs transforment l’IRMf en un nouveau type de

    détecteur de mensonges (…). Mon hôte pour l’expérience de ce matin est Joy Hirsch, neurologue et

    fondatrice du centre de recherche sur l’IRMf de Columbia, qui m’a offert un séjour dans le scanner pour

    me donner une idée du futur proche. Cette année, deux start up lanceront des services commerciaux de

    détection de mensonges par IRMf, destinés dans un premier temps aux individus qui pensent avoir été

    injustement accusés de crimes. »70 Dans un deuxième temps, l’outil servira à vérifier que vous êtes loyalenvers votre patron, que vous avez tout dit à votre assureur, que vous n’avez pas de mauvaises pensées

    envers le pouvoir. Où est le problème si vous n’avez rien à vous reprocher ? Puisque vous avez déjà

    accepté la vidéosurveillance, la biométrie, les contrôles ADN, les puces RFID ? Puisque c’est pour votre

    sécurité ?

    Aussi faut-il vous féliciter de ces nouvelles possibilités offertes par la lecture de « l’empreinte cérébrale »,

    grâce à laquelle on peut voir si votre cerveau reconnaît ou non une information. Pourquoi nier jamais être

    allé au Tréport alors que vos neurones reconnaissent la photo ?

    Les vendeurs de camelote aussi s’intéressent au contenu de notre crâne. Depuis l’invention de la publicité,

    ceux-là sont passés maîtres dans la manipulation des esprits et la vente de « temps de cerveau

    disponible ». Les objets communicants (RFID, smartphones) peuvent déjà nous repérer dans une rue et

    nous attirer vers un commerce. Le « neuromarketing » complète la panoplie en tâchant d’identifier, grâce à

    la neuro-imagerie, les mécanismes cérébraux liés à la décision d’achat. Bien que de doctes savants nous

    alertent régulièrement sur la charlatanerie de moins scrupuleux qu’eux, dans ce domaine non plus on

    n’arrête pas le progrès. Après l’étude de l’impact des campagnes publicitaires sur nos réseaux neuronaux,

    voici la prédiction des actes d’achat grâce à l’IRMf. L’expérience menée à l’université de Stanford par

    Brian Knutson « marque un tournant. On passe du stade de l’observation à celui de la prédiction. Le

    neuromarketing entre dans une nouvelle phase », affirme Olivier Oullier, chercheur au CNRS et à la

    Florida Atlantic University.71

    Prédire nos actes, comme dans Minority Report ? En quelque sorte, mais avec des techniques plus

    ergonomiques que les « PreCog ». Cela fait plusieurs années déjà que l’équipe de Krishna Shenoy, à

    l’université de Stanford, implante des électrodes dans le cerveau de macaques, « non pas dans la région

    commandant les mouvements, mais dans une zone où naît l’intention de l’action. Les signaux neuronaux

    leur ont permis de prédire le mouvement effectué par le primate avant même que celui-ci ne le réalise. »72

    De quoi passionner le très neuronal Jean-Pierre Changeux : « On arrive déjà à mesurer l’intention d’un

    sujet à saisir un objet avant que ses muscles soient contractés. Il est aussi possible, par la stimulation

    transcrânienne, d’altérer les intentions motrices ou les perceptions. Expérimentalement, les conditions

    sont fugaces et réversibles, mais on pourrait imaginer des techniques plus inventives. Il faut être

    évidemment très attentif. »73 Hélas l’ex-président du comité national d’éthique ne précise pas sa pensée –

    ou plutôt son paquet de signaux électriques -, nous ne saurons donc pas à quoi il faudrait être « attentif ».

    Du côté de Clinatec aussi, on s’intéresse à nos intentions. La mathématicienne Tetiana Aksenova a mis au

    point un algorithme capable de détecter, dans l’activité cérébrale courante, l’infime variation qui

    correspond à une intention de mouvement. Il est question ici de développer des interfaces hommemachine.

    On y arrive.

    70www.wired.com/wired/archive/14.01/lying_pr.html

    71 Le Monde, 27/03/07

    72 Le Monde 17/07/06

    73www.diplomatie.gouv.fr/label_france/index/fr/sciences-techno01.html

    16

    V

    Que font Benabid et Therme en créant à Minatec une « clinique du cerveau » ? Ils convergent. Ils

    appliquent le programme de convergence technologique NBIC – Nanotechnologies, Biotechnologies,

    Informatique, sciences Cognitives – que les décideurs américains considèrent comme un plan stratégique

    d’amélioration des performances humaines. Nos lecteurs se souviennent du désormais célèbre rapport

    Converging Technologies for improving human performance publié en 2003. Un document rédigé,

    rappelons-le, par deux hauts énergumènes de la National Science Foundation, l’organisme qui pilote la

    recherche étastunienne : William S. Bainbridge et Mihaïl C. Roco. Le premier ne fait pas mystère de son

    militantisme au sein du mouvement transhumaniste, pour le dépassement de l’humanité et sa mutation

    vers une post-humanité « augmentée » par la technologie – implants corporels, interfaces hommemachine,

    « téléchargement » de la conscience sur disque dur. Le second, qui ne désavoue pas les lubies de

    son co-auteur, est le fondateur de la National Nanotechnology Initiative aux Etats-Unis, et le modèle de

    Jean Therme. Lequel ne perd pas une occasion de se vanter des visites, à Grenoble, de son ami « Mike »,

    et lui offrait une tribune de vedette en 2008 lors du « Minatec Crossroad », réunion annuelle du nanogratin

    mondial.

    Dans le schéma de convergence NBIC, Therme, à lui seul, incarne le « N », (Minatec) ; le « B » (Apibio,

    start up co-fondée par le CEA-Léti pour concevoir des puces à ADN ; NanoBio, co-fondé par le CEAGrenoble

    autour des « micro et nanotechnologies au service de la biologie et de la santé », etc) et le « I »

    (micro et nanoélectronique au Léti, logiciels, systèmes embarqués, capteurs, objets communicants, etc).

    Le 2 juin 2006, Benabid lui apporte le « C » – avec les équipes de Grenoble Institut des Neurosciences, du

    CHU et de l’Inserm.

    Le Commissariat à l’énergie atomique maîtrise désormais les quatre disciplines. Ce qui fait de lui, en

    France, le pilote des programmes techno-industriels, économiques et militaires les plus stratégiques, et le

    maître d’oeuvre de l’incarcération de l’homme-machine dans le monde-machine – de la société de

    contrainte.

    On ne reviendra pas sur les raisons matérielles (la possibilité technique de manipuler la matière inerte et

    vivante à l’échelle de ses briques élémentaires – atomes, gènes, bits, neurones) et idéologiques (le projet

    transhumaniste, et sa version politiquement correcte de politique de puissance des Etats industrialisés), qui

    sous-tendent le paradigme de la convergence NBIC – détaillées dans un ouvrage précédent.74

    Qu’il suffise de rappeler les perspectives des technarques américains pour notre système cérébral. « Le

    cerveau est l’ultime frontière et découvrir ses mystères produira d’incroyables bénéfices », annonçait letandem Bainbridge/Roco en 2003, avant de dresser le catalogue des

    augmentations espérées : contrôle des

    objets par la pensée, interconnexion des cerveaux, amélioration des capacités sensorielles (implants

    artificiels pour l’ouïe, la vue, le toucher), création de machines humanisées s’adaptant au contexte social,

    au style de communication et aux besoins de leurs utilisateurs, révolution de l’apprentissage (réalité

    virtuelle, jeux vidéo, etc), outils d’amélioration de la créativité, de la productivité personnelle, mais aussi

    de mémoire artificielle ou d’imagination augmentée. Sans oublier l’intelligence artificielle – pas celle des

    robots, celle des humains machinisés. Délires de techno-scientistes américains fanatiques ? Voire.

    L’Union européenne a pris ce rapport suffisamment au sérieux pour créer, en 2004, son propre groupe

    d’experts chargé d’étudier les perspectives de la convergence technologique. Il s’agissait de se démarquer

    de l’angle américain pour promouvoir une démarche européenne de l’augmentation de l’humain, à base

    « d’encadrement », de « gouvernance », de « débats ». Une augmentation éthique, durable et équitable, en

    somme.

    La campagne d’acceptabilité des nanotechnologies tentée par la Commission nationale du débat public à

    l’hiver 2009-2010 – sabotée par les opposants à la tyrannie technologique – a, parmi ses méfaits, offert une

    tribune officielle à l’Association française transhumaniste. On lit dans sa contribution au pseudo-débat :

    « Une autre conséquence importante pourrait être la démultiplication de nos facultés. Les

    nanotechnologies, combinées à une connaissance sans cesse croissante du fonctionnement cérébral à

    toutes les échelles, pourraient permettre d’optimiser nos capacités cognitives : apprentissage,

    mémorisation, analyse, synthèse… Elles pourraient également élargir le champ de nos capacités de

    74 Aujourd’hui le nanomonde. Nanotechnologies : un projet de société totalitaire, Pièces et main d’oeuvre (éditions

    L’Echappée, 2008)

    17

    perception, tous sens confondus, pour nous permettre d’avoir accès, selon les besoins ou les désirs, à de

    nouvelles images, de nouveaux sons, de nouvelles odeurs, enfin de nouvelles et très diverses sensations,

    voire de nouvelles humeurs ou émotions. Cela ne manquerait pas de bouleverser nos capacités d’échanges

    et de communication. »

    Le désir de post-humanité n’est, on le voit, pas cantonné outre-Atlantique. La difficulté d’être humain

    pousse universellement les lâches et les aigres dans les bras des prophètes technologiques. Ils ne savent

    déjà pas utiliser les pleines facultés de leur néo-cortex et les ressources infinies de la conscience, qu’ils

    espèrent se greffer de « nouvelles capacités cognitives » et passer au stade suivant de l’évolution, via la

    convergence technologique. La fuite en avant technologique permet aussi de se fuir soi-même.

    Depuis la parution du rapport de Bainbridge et Roco, et quoique les esprits forts se gaussent des

    prophéties transhumanistes, la machine avance et transforme le monde réel. Voyez ces lecteurs cérébraux

    pour applications ludiques, qui acclimatent le quidam aux interfaces cerveau-machine. La société

    australienne Emotiv Systems propose un casque fort seyant, qui « lit » votre activité électrique cérébrale et

    en déduit vos émotions et vos « pensées », pour les transmettre à votre jeu vidéo favori. Un rêve

    d’interactivité à 299 $. Le principe sert à des activités moins futiles, comme la « cognition augmentée » -

    dite « AugCog » – si sérieuse que la Darpa (l’agence de recherche de l’armée américaine) y travaille

    depuis les années 2000. L’interface cerveau-machine permet à l’ordinateur de détecter votre état (chute

    d’attention, fatigue, baisse d’acuité sensorielle, etc) et de déclencher des stratégies d’augmentation de la

    performance. Par exemple en vous présentant les informations sous une autre forme (son, texte, image,

    etc) pour stimuler vos neurones. Outre l’armée, le secteur éducatif envisage d’utiliser ces casques

    intelligents pour former les jeunes cervelles. C’est tellement fun qu’elles n’y résisteront pas. Comme elles

    cèdent déjà à la « réalité augmentée » (tout augmente), qui s’insinue dans le quotidien des accros aux

    gadgets électroniques. Déjà bardés de GPS, les montagnards high tech agrémentent désormais leurs

    randonnées grâce à leur « smartphone » qui, pointé sur le paysage, leur indique le nom des sommets

    alentour.75 C’est tout de même mieux que la montagne diminuée. L’office du tourisme de Grenobleorganisait au printemps 2011 une visite de Grenoble augmentée grâce à la collaboration de l’INRIA et du

    CEA. Manière d’habituer le cobaye moyen à sa nouvelle cage virtuelle. Il fallait les voir, ces touristes en

    laisse électronique, déambuler dans le centre grenoblois, l’oeil rivé à l’écran de leur téléphone intelligent,

    pour suivre la flèche virtuelle indiquant la direction des quais de l’Isère. Les plus jeunes, dont les réseaux

    neuronaux se reconfigurent déjà sous l’effet des écrans incrustés dans tous les coins de leur vie, ne verront

    pas d’objection à augmenter aussi par des dispositifs technologiques leurs sens, leur imagination, leurmémoire, leur productivité personnelle.

    À ce propos, Roco et Bainbridge, qui ont poursuivi leurs travaux après leur rapport initial, ont coordonné

    en 2005 une nouvelle étude, Managing Nano-Bio-Info-Cogno innovations – Converging technologies insociety,

    où l’on apprend que : « La santé mentale est l’arme de compétition ultime, qui étaye la création

    de capital intellectuel et d’avantage compétitif. (…) Comme jamais auparavant, les affaires dépendent de

    performances mentales constantes et durables. Tout moyen d’améliorer la santé mentale pour augmenter

    les marges de profit sera recherché. La diffusion des neurotechnologies dans l’industrie créera un

    nouveau « terrain de jeu » économique sur lequel les individus qui les utilisent auront la capacité

    d’atteindre un plus haut niveau de productivité que ceux qui ne les utilisent pas. »76 En somme, nous

    aurons le choix, comme nous le serinent les ingénieurs grenoblois et, plus brutalement, Kevin Warwick, le

    cybernéticien anglais qui communique avec son ordinateur via ses implants électroniques, de suivre le

    mouvement, ou de devenir les « chimpanzés de l’humanité ». Promettant l’homme augmenté, les technomaîtres

    préparent plus sûrement les hommes diminués, les perdants de la compétition de tous contre tous.

    Faut-il rabâcher que la technologie accroît le fossé entre le pouvoir et les sans-pouvoir ? Que ses récents

    développements en hypertechnologies et technologies convergentes garantissent au pouvoir ses longueurs

    d’avance sur la masse, mais aussi les moyens de contenir d’éventuels sursauts de révolte de celle-ci,

    sondée jusqu’aux plus fins réseaux neuronaux et soumise à la contrainte globale et individuelle ?

    Mais le printemps arabe, dira-t-on, prouve que la technologie peut servir la liberté ! – Autant que cette

    liberté peut servir la technologie. Quand les cyber-mutins surfent sur le web, le pouvoir, lui, dispose déjà

    75 Ce service est proposé notamment par le parc national du Hohe Tauern en Autriche

    76 Traduit par nos soins

    18

    des technologies d’après – drones de surveillance, architecture logicielle pour pilotage centralisé de tous

    les systèmes connectés d’une ville (tel Hypervisor, vendu par Thalès), réseaux de capteurs, etc.

    Grâce à la convergence NBIC, les travaux de Clinatec sur les interfaces cerveau-ordinateur promettent des

    percées fulgurantes. Certes, on n’a pas attendu l’équipe de choc réunie par Therme et Benabid pour tester

    des neuroprothèses mariant l’homme et la machine, mais chacun sait que la miniaturisation due aux

    nanotechnologies promet un saut qualitatif inédit. Ce que l’on sait déjà faire est connu : des paralysés

    déplacent un curseur sur un écran d’ordinateur via un implant électronique cérébral qui capte l’influx

    électrique ; d’autres commandent « par la pensée » un interrupteur, la télé, leur fauteuil roulant, voire des

    bras artificiels greffés sur leur torse. Les premiers hommes bioniques.

    Déjà, le Léti conçoit des « dispositifs implantables de deuxième génération, capables d’associer la

    fonction d’enregistrement des échanges neuronaux, de traiter localement les données et de stimuler

    électriquement ou chimiquement, et à la demande, des zones particulières du cerveau. »77 Ces implants

    miniatures, hérissés de milliers d’électrodes à l’échelle des neurones, viennent au contact direct du tissu

    vivant pour interagir avec lui, et commander des appareillages extérieurs (de l’implant rétinien ou

    cochléaire au fauteuil roulant, voire l’exosquelette). Ils sont désormais commercialisés par la société Bio-

    Logic, sous le nom Biomea.

    Le projet BCI (Brain-computer interface) de Clinatec, coordonné par Corinne Mestais, prolonge ces

    travaux du Léti. « Grâce à deux boîtiers implantés sur deux faces du cortex cérébral d’un patient, nous

    allons capter les signaux émis par son cerveau. Une fois traitées, les informations seront transmises sans

    fil à un exosquelette équipé de moteurs », explique Alim-Louis Benabid.78 Apparemment, les nanotubes

    de carbone sont tout indiqués pour garantir la biocompatibilité des prothèses avec le cerveau. Vous

    pensiez que ces nanotubes pouvaient être dangereux pour la santé ? Certes, mais « nous déterminons quels

    sont les meilleurs nanotubes et cherchons comment les modifier pour qu’ils s’intègrent au mieux dans le

    cerveau sans toxicité. »79, vous rassure François Berger.

    Autre projet de recherche de Clinatec, « Neurolink » vise à développer des réseaux d’électrodes souples et

    nanostructurées, placées en surface du cortex, sous le crâne pour enregistrer l’activité cérébrale et piloter

    un système externe.

    Bref, selon la littérature officielle, les neuroprothèses servent à commander un ordinateur par la pensée.

    Mais le signal peut circuler dans les deux sens et le cerveau recevoir des signaux, comme le montre le

    fonctionnement des électrodes, de Delgado à Benabid. Autrement dit la machine peut piloter un cerveau

    par le biais de la neuroprothèse en contact avec des zones neuronales précises. Au point que le Groupe

    européen d’éthique a pris la peine, dès 2005, de détailler les perspectives de pilotage de l’hommemachine

    :

    « L’implantation dans le cerveau d’une puce capable de restaurer ou d’améliorer la mémoire est un autre

    exemple de future prothèse cérébrale. L’hippocampe joue un rôle essentiel dans l’enregistrement des

    souvenirs. Contrairement à des dispositifs comme les implants cochléaires, qui stimulent simplement

    l’activité cérébrale, la puce en question exécutera les mêmes processus que la partie endommagée du

    cerveau qu’elle remplacera (…). Les informaticiens ont annoncé que, dans les vingt prochaines années,

    des interfaces neuronales seraient conçues qui non seulement augmenteraient la gamme dynamique des

    sens, mais amélioreraient aussi la mémoire et permettraient la « cyber-pensée » – c’est-à-dire la

    communication invisible avec les autres. (…) L’implant prothétique cortical (« amplificateur » sensoriel ou

    d’intelligence) : initialement conçu pour les aveugles, l’implant cortical permettra aux porteurs « sains »

    d’avoir en permanence accès à des informations transmises par ordinateur, sur la base soit des images

    captées par une caméra numérique, soit d’une interface constituée d’une « fenêtre » artificielle ».80

    Envoyer directement au cerveau des informations transmises par ordinateur, cela se nomme piloter un

    robot. Rien qui ne perturbe le Grenoblois moyen, à quelques jours de l’inauguration de la « clinique du

    cerveau ». Il faut dire que les techno-maîtres, soucieux de son confort mental, l’ont insidieusement préparé

    à son futur d’homme-machine. Toute la saison 2010-2011, le musée dauphinois lui a offert, avec

    77 Lettre de Minatec n°9, sept 2005

    78 Le Monde, 11/08/11

    79 Audition devant l’OPECST, 7/11/06

    80 Aspects éthiques des implants TIC dans le corps humain, Groupe européen d’éthique, mars 2005

    19

    l’exposition « Vaucanson et l’homme artificiel », les arguments pour s’acclimater à son évolution posthumaine,

    plus la petite piqûre philosophique pour calmer d’éventuels retours de conscience. « Va-t-on

    vers une intelligence déshumanisée ? L’homme de demain sera-t-il encore humain ? Pourquoi faut-il

    remplacer l’homme par des machines ? Est-ce que l’homme n’a plus sa place dans le monde ? ». Les

    questions défilaient en rouge électrique sur le dernier mur de l’exposition. Trop vite pour qu’on ait le

    temps d’y répondre.

    Du côté de Clinatec, selon l’aveu de François Berger, se prépare depuis deux ans un document de trois

    pages destiné à « l’information » du public et de la presse. Deux ans pour trois pages ? Ceux qui doutent

    encore que la ligne de front de la guerre au vivant passe par les innovations technologiques s’interrogeront

    peut-être sur le soin minutieux apporté par le pouvoir à nous duper sur ses projets. C’est ainsi que

    s’élabore la société de contrainte.

    « Imbéciles, ne voyez-vous pas que la civilisation des machines exige en effet de vous une discipline

    chaque jour plus stricte ? Elle l’exige au nom du Progrès, c’est-à-dire au nom d’une conception nouvelle

    de la vie, imposée aux esprits par son énorme machinerie de propagande et de publicité. Imbéciles !

    comprenez donc que la civilisation des machines est elle-même une machine, dont tous les mouvements

    doivent être de plus en plus parfaitement synchronisés ! (…) Prenez garde, imbéciles ! Parmi toutes les

    Techniques, il y a une technique de la discipline, et elle ne saurait se satisfaire de l’ancienne obéissance

    obtenue vaille que vaille par des procédés empiriques, et dont on aurait dû dire qu’elle était moins la

    discipline qu’une indiscipline modérée. La Technique prétendra tôt ou tard former des collaborateurs

    acquis corps et âme à son Principe, c’est-à-dire qui accepteront sans discussion inutile sa conception de

    l’ordre, de la vie, ses Raisons de Vivre. Dans un monde tout entier voué à l’Efficience, au Rendement,

    n’importe-t-il pas que chaque citoyen, dès sa naissance, soit consacré aux mêmes dieux ? (…)

    l’Etat technique n’aura demain qu’un seul ennemi : « l’homme qui ne fait pas comme tout le monde » – ou

    encore : « l’homme qui a du temps à perdre » – ou plus simplement si vous voulez : « l’homme qui croit à

    autre chose que la Technique ».

    Georges Bernanos, 1945, La France contre les robots

    Pièces et Main d’oeuvre

    Grenoble, le 1er septembre 2011

    Retrouvez ce texte et bien d’autres sur

    www.piecesetmaindoeuvre.com

    737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 11 : 09

    publié le sur le site :

    Par Ivan du Roy (9 septembre 2011)

    Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde.

    Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier. Leur travail – « The network of global corporate control » (le réseau de domination globale des multinationales) – porte sur un panel de 43.000 groupes (« transnational corporations ») sélectionnés dans la liste de l’OCDE. Ils ont mis en lumière les interconnexions financières complexes entre ces « entités » économiques : part du capital détenu, y compris dans les filiales ou les holdings, prise de participation croisée, participation indirecte au capital…

    Résultat : 80 % de la valeur de l’ensemble des 43.000 multinationales étudiées est contrôlé par 737 « entités » : des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes industriels. Le monopole de la possession du capital ne s’arrête pas là. « Par un réseau complexe de prises de participation », 147 multinationales, tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40 % de la valeur économique et financière de toutes les multinationales du monde entier.

    Une super entité de 50 grands détenteurs de capitaux

    Enfin, au sein de ce groupe de 147 multinationales, 50 grands détenteurs de capital forment ce que les auteurs appellent une « super entité ». On y retrouve principalement des banques : la britannique Barclays en tête, ainsi que les « stars » de Wall Street (JP Morgan, Merrill Lynch, Goldman Sachs, Morgan Stanley…). Mais aussi des assureurs et ds groupes bancaires français : Axa, Natixis, Société générale, le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne ou BNP-Paribas. Les principaux clients des hedge fund et autres portefeuilles de placements gérés par ces institutions sont donc, mécaniquement, les maîtres du monde.

    Cette concentration pose de sérieuses questions. Pour les auteurs, « un réseau financier densément connecté devient très sensible au risque systémique ». Quelques-uns flanchent parmi cette « super entité », et c’est le monde qui tremble, comme la crise des subprimes l’a prouvé. D’autre part, les auteurs soulèvent le problème des graves conséquences sociales que pose une telle concentration. Qu’une poignée de fonds d’investissement et de détenteurs de capital, situés au cœur de ces interconnexions, décident, via les assemblées générales d’actionnaires ou leur présence au sein des conseils d’administration, d’imposer des restructurations dans les entreprises qu’ils contrôlent… et les effets pourraient être dévastateurs. Enfin, quelle influence pourraient-ils exercer sur les États et les politiques publiques s’ils adoptent une stratégie commune ? La réponse se trouve probablement dans la brûlante actualité des plans d’austérité.

    Ivan du Roy

    Pour télécharger l’étude complète en anglais

    Le blog de Paul Jorion propose une traduction en français de la présentation détaillée de l’étude.

    Notes

    [1] L’Italien Stefano Battiston, qui est passé par le laboratoire de physique statistique de l’École normale supérieure, le Suisse James B. Glattfelder, spécialiste en réseaux complexes, et l’économiste italienne Stefania Vitali.

    Une pause café - Une person... |
    LE TECHNICIEN DU RISQUE |
    Sauvons les animaux |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
    | Mouvement Citoyen Chrétien
    | CRC-PHONE IMPACT EXPERT