• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 26 septembre 2011

26 septembre 2011

Occupy Together

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 23 : 42

Occupy Together header

About OCCUPY TOGETHER

Welcome to OCCUPY TOGETHER, a hub for all of the events springing up across the country in solidarity with Occupy Wall St. As we have followed the news on facebook, twitter, and the various live feeds across the internet, we felt compelled to build a site that would help spread the word as more protests organize across the country. We hope to provide people with information about events that are organizing, ongoing, and building across the U.S. as we, the 99%, take action against the greed and corruption of the 1%.

We will try our best to provide you with the most accurate information possible. However, we are just a few volunteers and errors are bound to occur. Please be patient as we get this site off the ground and populated and please contact us if you have any info on new events, corrections, or suggestions for this site. You can contact us atinfo[at]occupytogether[dot]org.

We will only grow stronger in our solidarity and we will be heard, not just in New York, but in echoes across this nation.

The Occupy Portland Model

We’ve witnessed an exponentially growing list of communities that are banding together with our brothers and sisters on Wall St. by organizing solidarity actions in their cities. This rise in support has been incredibly inspiring and has promoted many of you to become active in organizing an event in your area. Through the enthusiasm and excitement of wanting to show your support you are all working diligently to organize events in a short amount of time. As we have followed some of theses group’s efforts we’ve seen many different approaches to organizing. We’ve also fielded many questions on advice and how to information on effectively organizing. We wanted to feature Portland as an example for those of you would like a model to follow or to take from as they have done a great job joining and organizing efforts in a very short amount of time. Of course, each group dynamic is going to vary and what worked for Portland may not work for you, but at least this will give you an idea of how others are doing it.

A couple of members from Portland filled us in on their process:

Basically it all comes down to networking and extensive planning. The initial construction of the Occupy Portland Facebook group was backed by some pretty frequent tweeting. Once we started getting a huge following, there were more and more discussions popping up on the Facebook group. We were discussing where it should be, what Portland laws were regarding “urban camping”, as well as a number of other concerns. We then held a General Assembly to further organize where were all in consensus with our future actions and demonstration details. After we compiled notes from the GA, we discussed them further on the Facebook group. Once we had the frame work of what everyone wanted and expected we set up a Facebook page and web site to better organize and announce future details.

Occupy Together dans Politique/Societe Screen-shot-2011-09-26-at-9.22.16-AM-300x225

Photo from the Portland General Assembly

Sending messages to those working at Occupy Wall Street was definitely helped us gain notice. People are heavily following #occupywallstreet, #takewallstreet, #usdor, as well as a number of other widely used hash tags. Each tweet sent out would include a tag with a trending tag, my city (#pdx) as well as a link to the facebook group.

Also we paid attention to the amount of followers people had, and mentioned them as well.

Portlanders were watching, so they were bound to jump on board once they knew about a protest here. Nearly all of us are using Twitter, so they used the same approach when spreading the group link around the internet.

Advice using Facebook:

We first started a Group that opened up discussion to hear out everyone’s ideas, concerns and thoughts on how they could help. This was a very important stage in our organizational efforts.

General Assembly:

I think the most important thing for us was using the General Assembly model and making each decision everyone’s decision. This helped us remain unified. Legal assistance, bike deliveries, medics, photographers, people who can stream the protest, and similar topics were brought up. We covered nearly all the bases, and most of us left with a pretty hefty amount of notes. Notes from the General Assembly were posted online on a page for everyone in the Portland group to see.

Legal Advice:

Contact your local National Lawyers Guild early on for legal advice in your area. We are holding a seminar with the National Lawyers Guild so that we can become versed in the proper execution of a demonstration like this. They have confirmed that legal observers will be present durring our demonstration. We are also planning to hold a meeting with them where we discuss the importance of nonviolence and the proper way to conduct oneself in civil disobedience.

Additional Thoughts:

It’s extremely important to make sure extensive preparation goes into a something this big. Some people have certain contacts who would be useful, others are volunteering to do a specific job. It all comes as we address what needs to be seen and done upon Occupation.

We stressed something several times: this needs to remain non-violent. Remaining peaceful helps the overall image of this nationwide movement. If things do become violent, we acknowledge that staying calm only helps the cause. If we have arrests then we will have the footage immediately uploaded. It helps those in NYC by showing that the cops are abusing our rights, and that this thing is nothing like the misleading media says.

Helpful Links: 

nycga.net Find up to date information on the NYC General Assembly.

occupywallst.org News, video feed, forum & chat.

http://nycga.cc/2011/09/24/principles-of-solidarity-working-draft/ Working Draft of the Principles of Solidarity

www.nlg.org National Lawyers Guild

A Really Great Article About Occupy Wall St. In The Guardian

There was a really fantastic article that is making its rounds across the internet as the United States still sits in a media blackout on this topic. It will only be a matter of days, however, that this story spreads wider across the country. Already, many are beginning to hear about what is happening with those who Occupy Wall St. and the ripple effect it is having across the country.

Check out The Guardian article, it’s a good read (and don’t forget to share it with all of your friends).

“We might do well to consider the collapse of the European colonial empires. It certainly did not lead to the rich successfully grabbing all the cookies, but to the creation of the modern welfare state. We don’t know precisely what will come out of this round. But if the occupiers finally manage to break the 30-year stranglehold that has been placed on the human imagination, as in those first weeks after September 2008, everything will once again be on the table – and the occupiers of Wall Street and other cities around the US will have done us the greatest favour anyone possibly can.”

Should National Efforts Unify & Align With A National/International Event?

Brothers and Sisters on Wall St.,

We’ve been busy over at OccupyTogether.org helping people become aware of solidarity events in their area taking place and organizing. There have been many expressing that it would be a good idea to organize a national event in solidarity with Occupy Wall St. so that our voices of support can be heard louder. We would like to communicate with you on Wall St. and see how we can be most supportive of your efforts.

We’ve been discussing this topic here: https://www.facebook.com/topic.php?uid=294421993905616&topic=324

We also have someone who has suggested and will facilitate a national conference call if beneficial. Discussed here: https://www.facebook.com/topic.php?uid=294421993905616&topic=325

Occupy Together would ultimately want the word from those of you on Wall St. before we’ll organize, endorse and promote any national event. At Occupy Together we stand by the developing mission of Occupy Wall St., but we are not representatives for Occupy Wall St.

Please get in touch, we’re able to communicate with many occupying groups at once and would be able to help form a louder voice across the nation.

Solidarity,

Occupy Together

It’s Been a Busy Day

wallstreet dans Politique/Societe

We’ve had a huge response the last couple of days and unfortunately, the blog portion of this site has suffered a bit because of it. We are still trying to get a solid footing as we maintain the webpage, the facebook page, and the twitter feed. What you have seen so far is the product of a three person effort to provide the Occupy community with a space to organize, promote, and support this movement and it’s really been a 24/7 effort to keep things up to date. Luckily, it seems that a lot of you have been willing to lend a hand so that this will become even more efficient. Thank you all for your support so far.

There was a large march in NYC that resulted in an estimated 80 arrests. Many protestors endured police aggression, pepper spray and mace, baton beatings, and harassment during their march this afternoon. Little to no media coverage has been so far, even after such a challenging day. Still, the protestors remain steadfast and determined as the rest of country slowly begins to get word of what is happening.

Many other events, demonstrations, and assemblies were held around the country includingChicago, Atlanta, Denver, Los Angeles, San Diego, and San Jose in solidarity with Occupy Wall St. We hope that these all went well and would love to hear any news about these events that participants have to offer.

We have begun to add pictures on our Photos page from flickr sites. If you have any photos from your events, please contact us with either a .zip/.rar of your photographs or a link to your flickr page.

More downloadable posters have been added as we continue to provide a free mode of distributing information and gaining awareness about this movement. With the media largely silent, we will need to take it upon ourselves to gain numbers and even stronger momentum.

We wish everyone the best as they continue to organize and demonstrate. Stay safe, stay peaceful.

Downloadable Posters are Now Live and Available!

posterThumb1This project and this movement is about mobilizing the masses and nothing is more important than numbers when it comes to a protest’s strength and longevity. That is why we are providing everyone with free downloadable posters, graciously provided by graphic designers around the country, to not only promote this site and efforts down on Wall St. but to help mobilize in other communities, to inspire, to promote, to inform, and to strengthen the occupiers’ efforts. Please, feel free to download these, print them, and start hanging them everywhere.

To all graphic designers out there, if you would like to donate some of your time and energy to this effort, we want to make your work available. Please provide us with a PDF of your poster and we’ll get your poster up ASAP.

Many New Updates Coming In

WOW! The response from this has been overwhelming and so encouraging. Thank you so much for all of the information that all of you have been sending us. We have been making some updates to the site to make the Events more navigable, so bare with us. We’ll be updating as quickly as our fingers move to get all of you the most up to date information. Again, we are going by what organizers within these states are giving us so if you are finding some of the information to be false, please let us know and we’ll get things corrected.

Again, thank you all so very much. Once we get things better organized and updated, maybe we can tackle some of the tougher issues like “making the red seem less angry.”

Growing Support Quickly

Have you been keeping track how quickly new locations and groups are being added and popping up on social media sites?! We are now gathering information on over 35 different events around the world. It’s become pretty apparent to us soon after we launched that we’re going to have to re-think our Events navigation. Please be patient with us as we try to keep updating and create a better solution for organizing the events. Also, keep spreading the word! We’ve grown from 0 to over 400 in less than 24 hours. We want everyone to know just how many of us are standing in support of Occupy Wall St.

Can You Feel It Building?

6160549878_6b0033dd95_b

Photo by Collin David Anderson

As the numbers who currently Occupy Wall St. begin to grow by the day, other events have begun to pop up across America. We felt the excitement this evening as we sat watching the Livestream of what was unfolding in Liberty Square and, as we yearned to be there, we also wanted to take immediate action. So tonight, in a matter of hours, we organized a facebook page which grew with over 200 fans in a matter of 3 hours and this webpage which will act as a hub for all of the events and protests that have begun to grow.

We do this because we understand the power of information, of organization, of solidarity, and numbers. We do this because, as the 99%, we must succeed this time. There is a lot to be gained from all of our conjoined efforts and if we can be just a small link in a much larger chain that rattles across this country, then we are proud to do all that we can.

In the next couple of days this website will evolve and grow and we ask all of you to help us in this process.

In every facet of this movement, we are only beginning.

    occupyMAP

    Ongoing Events

    • Occupy Chicago (Ongoing)
      September 23, 2011
    • Occupy Denver (Ongoing)
      September 25, 2011

    Upcoming Events

    • Occupy Seattle
      September 26, 2011 4:30 pm
    • Occupy Binghamton (First Organizational Meeting)
      September 26, 2011 7:00 pm
    • Occupy Los Angeles
      September 26, 2011 7:00 pm
    • Occupy Boston (First General Assembly)
      September 27, 2011 7:30 pm
    • Occupy Lexington (KY)
      September 29, 2011 12:00 pm
    • Occupy Philly (Planning Meeting)
      September 29, 2011 6:00 pm
    • Occupy D.C.
      October 1, 2011 9:00 am
    • Occupy San Jose
      October 2, 2011 12:00 pm
    • Occupy Houston
      October 6, 2011
    • Occupy Dallas
      October 6, 2011 9:00 am
    • Occupy Portland
      October 6, 2011 12:00 pm
    • Occupy Olympia
      October 7, 2011 3:00 pm

    Recent Twitter Activity

    • Occupy Seattle, Occupy Denver, Occupy Chicago & Occupy Los Angeles will be (or already are) standing in… 
      http://t.co/NMBBGidH
    • From our friend, Damien, who has been one of the protestors who Occupy Wall St.: « The company which owns the land… 
      http://t.co/KlI1l79M
    • We’d like to make something very clear: Occupy Together is not and will not ever ask for ANY financial donations…. 
      http://t.co/ZQvv8Rv8
    • For those of you who have questions on how to effectively organize, Occupy Portland has been able to efficiently… 
      http://t.co/qiWxbt3w
    • Good morning brothers and sisters. Last night we were notified by Facebook that one of our posts had violated… 
      http://t.co/YUOIGQST

    EVENTS

    Le 15 octobre – Tous ensemble pour un changement mondial

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 44

    globalchangechile.png

    Le 15 octobre des gens du monde entier descendront dans les rues et sur les places. De l’Amérique à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, ces personnes se mobilisent pour réclamer leurs droits et exiger une vraie démocratie. Maintenant il est temps de nous réunir dans une protestation mondiale non-violente.

    Le pouvoir en place travaille au profit de quelques-uns en ignorant aussi bien la volonté de la majorité que le prix humain et environnemental que nous payons. Cette situation intolérable doit cesser.

    Unis d’une seule voix, nous allons faire savoir aux politiciens, et aux élites financières qu’ils servent, que c’est à nous, le peuple, de décider de notre avenir.

    Image de prévisualisation YouTube

    Nous ne sommes pas des marchandises entre leurs mains, ni entre celles des banquiers, qui ne nous représentent pas.

    Le 15 octobre nous nous rencontrerons dans les rues afin d’initier le changement mondial que nous voulons. Nous allons manifester pacifiquement, débattre et nous organiser jusqu’à l’obtenir.

    Il est temps de nous unir. Il est temps pour eux de nous écouter.

    Peuples du monde, mobilisez-vous le 15 Octobre!

    Occupy! Manchester – 2nd October Tory Party Conference

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 29

    Occupy Manchester | 21.09.2011 08:33 | Public sector cuts | Social Struggles | Sheffield
    href= »http://uriniglirimirnaglu.unblog.fr/files/2011/09/occupymanchester.jpg » title= »occupymanchester.jpg »>occupymanchester.jpg
    After the ‘March for the Alternative’ in London on March 26th, thousands of people joined the TUC ‘Birmingham for the Alternative’ march on the Lib Dem conference on Sunday September 18th. There was a wide range of trade union participation, especially from public sector unions who recently announced a new wave of national strikes for November 30th. Student activists were also present, with a banner drop by the National Campaign against Fees and Cuts reminding conference delegates of Nick Clegg’s broken promises of opposing rises in tuition fees.

    Plans for a third TUC demonstration, the Manchester ‘March for the Alternative’, are underway for the first day of the Conservative Party conference on October 2nd. Tens of thousands are expected to march past the conference centre and the ‘ring of steel’ around it, protesting against an agenda of cuts and austerity for the benefit of the rich. A coalition of anarchists, socialists, trade union activists, student unions and democracy campaigners, dubbed Occupy! Manchester, are also calling for an occupation of Albert Square, outside Manchester Town Hall, to create an assembly of protest on the doorstep of the Tory’s conference, and a place for real debate and discussion about the alternatives.

    Plans for occupations and assemblies in Britain have been inspired by the large and vibrant student protests that took place last winter and by the popular demonstrations elsewhere. In New York, people’s assemblies were held on Wall Street on September 17th, the occupation there is on-going with a 24 hour camp in Liberty Plaza. a ‘March to Brussels’ has so far reached Paris. In London, another national student demonstration has been called for November 9th.

    Occupy Manchester
    e-mail: occupymcr@gmail.comhttp://www.occupymanchester.org/

    Global Revolution Site

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 17

    http://www.livestream.com/globalrevolution?utm_source=lsplayer&utm_medium=embed&utm_campaign=footerlinks

    Robert Hastings: Unidentified Aerial Object Sighted During October 2010 Nuclear Missile Incident

    Classé dans : Etrange — uriniglirimirnaglu @ 5 : 16

    http://www.prnewswire.com/news-releases/robert-hastings-unidentified-aerial-object-sighted-during-october-2010-nuclear-missile-incident-124199869.html

    TAOS, N.M., June 20, 2011 /PRNewswire-USNewswire/ — On October 23, 2010, F.E. Warren Air Force Base in Cheyenne, Wyoming temporarily lost the ability to communicate with 50 of its Minuteman III missiles. The five Missile Alert Facilities responsible for launching those ICBMs—Alpha through Echo, comprising the 319th Strategic Missile Squadron—would have been unable to do so during the period of the disruption.

    This dramatic story was leaked to Mark Ambinder, a contributing editor at The Atlantic, which published it three days later. The U.S. Air Force then quickly acknowledged the problem, saying that a back-up launch system could have performed the task and claiming that the breakdown had lasted a mere 59 minutes.

    However, the latter statement was untrue, according to two missile technicians stationed at F.E. Warren, who say that the communications issue, while intermittent, actually persisted over several hours.

    Significantly, these same individuals report sightings by « numerous teams » of an enormous, cigar-shaped craft that maneuvered high above the missile field on the day of the disruption. The huge UFO appeared similar to a World War I German Zeppelin but had no passenger gondola or advertising on its hull, as would a commercial blimp.

    The confidential Air Force sources also report that their squadron commander has warned witnesses not to talk to journalists or researchers about « the things they may or may not have seen » in the sky and has threatened severe penalties for anyone violating security. Consequently, these persons must remain anonymous at this time.

    The disquieting information was provided to noted researcher and author Robert Hastings who, over the past seven months, has interviewed law enforcement and civilian eyewitnesses to ongoing UFO activity near F.E. Warren’s ICBM sites betweenSeptember 2010 and April 2011. Hastings has just published a detailed exposé on these developments titled, « Huge UFO Sighted Near Nuclear Missiles During October 2010 Launch System Disruption, » which may be read at:

    http://www.theufochronicles.com/2011/06/huge-ufo-sighted-near-nuclear-missiles_19.html

    (The article can also be located at The UFO Chronicles homepage by placing its title in the Google « Site Search » box.)  

    The October 23rd missile incident occurred less than a month after Hastings’ September 27, 2010 UFO-Nukes Connection press conference at the National Press Club in Washington D.C., during which seven U.S. Air Force veterans discussed UFO incursions at nuclear weapons sites during the Cold War era. CNN streamed that event live; a full-length video is at:

    http://www.youtube.com/watch?v=3jUU4Z8QdHI

    According to the veterans, including two retired colonels, the still-classified incidents involved the sudden appearance of a mysterious aerial craft that briefly hovered over ICBM sites and sometimes disrupted the missiles’ guidance and control systems; during one December 1980 case, a disc-shaped UFO sent down laser-like beams into a nukes storage depot.  

    The witnesses said that they felt compelled to speak out about the reality of UFO activity at nuclear weapons sites and urged the U.S. government to finally reveal the facts to the American people.  

    Regarding the recent situation at F.E. Warren AFB, Hastings emphasizes, « My sources have not said that the UFO sighted during the October 23, 2010 missile-communications disruption actually caused it. And it must be noted that the Air Force’s Global Strike Command has officially attributed the problem to an improperly-replaced circuit card in a weapons-system processor. »

    He adds, « Nevertheless, the intermittent presence of a huge, cigar-shaped aerial craft during the hours-long—not minutes-long—crisis was definitely noted and remarked upon by various technical teams working in the base’s missile field. »  

    Hastings concludes, « The UFO sightings near F.E. Warren’s missile sites in recent months—by Air Force personnel and civilians—represent the latest chapter in the UFO-Nukes Connection saga. Its well-documented history, as revealed in declassified U.S. government files and military eyewitness testimony, extends back to December 1948. Countless official denials about the reality of the situation have been issued over the years but, sooner or later, this amazing story will break wide open. What we need now is a courageous government whistleblower to come forward with the facts, and some daring journalists willing to treat the story seriously and write about it. »  

     

    SOURCE Robert Hastings

    Illuminati Inspect Every Hollywood Script

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 14

    August 22, 2011 sur :

    http://www.henrymakow.com/aspen.html


    v.jpegDETECTING AND UNDERSTANDING ILLUMINATI INTERFERENCE

    left, a scene from « V is for Vendetta » — « The most blatantly honest Illuminati project I have yet viewed. »

    by Aspen
    (The author is a former professional movie critic.)
    (henrymakow.com) 

    The Illuminati exert influence in popular visual media to an extraordinary extent. Every major film script that is in pre-production mode is submitted to key Illuminati subordinates whose role is to assess the script for potential alterations or insertions. These changes may be major or minor, depending on the material of the script.
     
    Additionally, these subordinates comprise a tightly managed think tank which surveys the progress of Illuminati propaganda in global societies. The members make decisions about which themes are ready for further amplification in popular media. Then, detailed descriptions of desired creative projects are handed down to a further subordinate (but not necessarily knowledgeable) group of highly skilled writers, who create the scripts for these projects.
     
    Different projects are created to target different sectors of the global population. That may seem logically obvious, but it’s worth stating. Grossly blatant Illuminati messages are more often couched in films of excessive violence, sexual content, outright weirdness, and so on, in order to distract viewers from the fact that external ideas are being inserted forcefully into their minds. 

    Actually, that’s not quite right:  excessive violence, and such, activates a psychological openness to the receiving of ideas. The explanation for this is that once a viewer makes the decision to ACCEPT the violence and the sex, and so on, his or her mind remains open to the ideas that the film is meant to insert into their minds.
     
    SUBTLE INFLUENCES

    Very often,  the decision is made not to insert any open messages into film projects. This is due to two very simple rules:  too much openness exposes the process; and, gradual influence is far more powerful and effective in the long run. In the event that no open messages are going to be inserted, two other options remain which still allow for gradual influence to build.
     
    The first is Signature Symbology. The Illuminati have, over time, generated a huge set of symbols and visual icons which, in partnership with the more blatant messages, exert an impressive (some would say frightening) measure of influence on public thought. 

    These are the Signatures of Illuminati interference in a project. When viewers see a symbol inserted into a film, this event draws up memories of past encounters with that symbol, and of any messages or themes attached to that symbol. 

    This is often what some people call an « unconscious » or « subliminal » process. I call it « unreflective », for the simple reason that most people are just not paying any attention to the influences that affect them deeply. 

    Of course everyone wants to leap on the « Illuminati eye » as a blatantly repetitive symbol these days. That’s a misguided judgment, and I’ll get to that part soon. An example of a less obvious Signature Symbol is the gargoyle. Any film or other production featuring even brief glimpses of gargoyles is announcing that it has the Illuminati stamp of approval.
     
    The second option is influence over the music attached to a project. Film music – well, music in general – holds a powerful influence over viewers and listeners. Similar musical themes across various projects excite unreflective (or subliminal) memories even more deeply than do visual symbols. 
     
    One of the tactics of the Illuminati is to present a large set of what we could call Distraction Symbols. The very name « Illuminati » is itself a Distraction Symbol. Distraction Symbols are meant to occupy the attention of both the mildly curious thinkers and the overly excitable conspiracy theorists. 

    Oftentimes, Distraction Symbols are in fact genuine signature symbols, but the publicly presented meanings of these symbols are well-planned and tightly controlled propaganda. The meanings of Distraction Symbols have been either completely falsified or else skewed just enough to push amateur analysts in the wrong directions.
     
    Let’s ask some questions. What do the Illuminati wish to accomplish? What do the subordinate participants in Illuminati projects wish to accomplish? What are the major themes the Illuminati focus on presenting? Why have they selected these particular themes?
     
    WHO ARE ILLUMINATI?
     
    There is no actual body of persons calling themselves the Illuminati. There DOES exist an actual body of persons telling everyone to CALL them « the Illuminati », but this is not what they call themselves. Nor is their character equal to the propaganda they have sponsored that purportedly describes « the Illuminati ».
     
    mcteigueninja1.jpgThe most blatantly honest Illuminati project I have yet viewed is V for Vendetta, directed by James McTeigue, left,   starringNatalie Portman and Hugo Weaving. By the way, all three of these people are key production elements in major and obvious Illuminati film projects. (McTeigue also directed The Matrix (1999); Matrix Reloaded (2003) Star Wars – Attack of the Clones (2002)
     
    This film was set in Great Britain, but it contains multiple Illuminati admissions of direct responsibility for events which have already occurred in the United States, and in the U.K., including both the destruction of the Twin Towers and the subway bombings in England. There are also announcements of future plans. Civil war in the U.S. is a feature element, as is the use of viral infection, over nuclear warfare, to reduce the population. To paraphrase: « Nuclear war is irrelevant in a world where a virus can destroy an entire population while leaving its treasures intact.

    There is a scene in V for Vendetta where the central figures of the film, a man dressed in black and wearing a smiling mask (a Guy Fawkes mask, you can look it up, or watch the film), and a woman named Evie (after Eve, the symbolic Mother of Humankind), perform the following exchange:
     
    Evie:  How strange that I suddenly see your face everywhere…. I don’t understand.
    V:  What?
    Evie:  How you can be one of the most important things that has ever happened to me, and yet I know almost nothing about you. I don’t know where you were born, who your parents were, if you had any brothers or sisters… I don’t even know what you really look like.
    V:  There is a face beneath this mask, but it’s not me. I am no more that face than the muscles beneath it, or the bones beneath that.
     
    This is Illuminatis’ admission that their public representation of themselves is a very deliberate sham. They have intended all along to keep their membership, their ultimate intentions, and their core character as hidden as necessary. Therefore, if we examine what they present in overly forceful ways, we can discover what they are not. Conversely, if we examine their more subtle touches, we can discover what they are willing to admit to – that is, what they MUST admit to, in order to build the future they have planned for Humanity.
     
    Here we come to the issue of SEEDING. This is it. This is what Illuminati influence in public media is all about. The Illuminati are – like it or not – causing and controlling change, globally, but they are not doing that only by means of instigating economic crises and violent international conflicts.
     
    The Illuminati are seeding the public with notions that gradually grow larger and more influential over time. They did it with Feminism; they did it with flexi-sexuality; they are doing it with anti-religion and with child sexualization now. They do this because the future society they have planned must be structured differently from what we all know now. A different structure requires citizens with different thinking who will accept that structure.
     
    To be Continued Tomorrow


    Black Swan – Hollywood Preaches Satanism 

     

    REVIEWED AND RECOMMENDED


    Comments for « Illuminati Inspect Every Hollywood Script « 

    J Doe said (August 25, 2011):
    I’m not to impressed with this article at all. It’s very general and the term « Illuminati » has become a generic label that is almost meaningless. Who owns and runs the media? Jews (elite) do, so there isn’t anything mysterious about who is actually behind this mass manipulation via Hollywood or other mainstream sources. Just like the Bolshevik « revolution », the civil rights « movement », and the Fabian socialism used to change American values by way of entertainment, it all leads back to the Zionist Jews.

    They want a watered-down society and preach their message of tolerance and equality because it weakens our nation and strengthens their hand. Then you have The Order, who is responsible for dumbing down the American educational system, which has left the populace fat and ripe for social engineering. These two groups combined have done quite a number on all of us.

    Watch a few episodes of the hit cable television series « True Blood » for a massive dose of New World Order propaganda. That show attacks Christianity constantly, pushes the acceptance of homosexuals and their lifestyle and portrays anyone who thinks contrary to these views as stupid and hateful.

    The sex and violence are available in ample quantities as the real message is preached to the mindless masses. At this point the whole thing (lower level) happens all on its own. There isn’t any need to direct the writers and producers, they have been brainwashed and will churn out this garbage all on their own because it sells. Just as the masses police themselves and take part in group think so do the pseudo-intellectuals of Hollyweird, all the while congratulating themselves on their «  »creative genius ».

    I’m not saying that specific scripts aren’t written and produced to purposely set us up for future atrocities, only that the pool of « talent » doesn’t have to be molded or convinced to do their master’s will at this point.

    Let’s face it, America is done, the world is on a crash coarse with prophetic destiny and no man can stop this onslaught.


    NN said (August 23, 2011):
    A lot more could be said, but it would be quite unlawful. V has been badly burned, and tells Mr. Creedy that beneath his mask is more than flesh and blood, beneath his mask is an idea… and ideas are bulletproof.

    “The Vision and the Voice, the attainment of the grade of Master of the Temple was symbolized by the adept pouring every drop of his blood, that is his whole individual life, into the Cup of the Scarlet Woman, who represents Universal Impersonal Life. There remains therefore (to pursue the imagery) of the adept “nothing but a little pile of dust.” In a subsequent vision the Grade of Magus is foreshadowed; and the figure is that this dust is burnt into “a white ash,” which ash is preserved in an Urn. It is difficult to convey the appropriateness of this symbolism, but the general idea is that the earthly or receptive part of the Master is destroyed. That which remains has passed through fire; and is therefore, in a sense, of the nature of fire. The Urn is engraved with a word or symbol expressive of the nature of the being whose ash is therein. The Magus is thus, of course, not a person in any ordinary sense; he represents a certain nature or idea. To put it otherwise, we may say, the Magus is a word. He is the Logos of the Æon which he brings to pass.” –Aleister Crowley, Liber 73, the Urn (See V for Vendetta by brother Alan Moore for further instruction on this matter.)

    « Every people has the prophets it deserves; the credulous cowardly ice-cream-soda idealist is best left with the illiterate illuminati, rascally Rosicrucians, magpie mediums, parrot psychics, and cockroach clairvoyants with whom they feel at home. One cannot initiate imbeciles. » -Aleister Crowley

    Frater Abaris, aka Goethe, wrote down the five points of the pentagram which are in this film written, but who will understand their horror? In the beginning was the true demon and I created it to appear to be the deception. False images are necessary for the recognition of Truth.

    And for any brethren who read this, The Master of the Temple, is the fly caught in the web…

    In L.V.X.,
    Frater IATTADOG 9=2 A.’.A.’.

    Histoire du « Nouvel Ordre Mondial »

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 36


     

     

    par Pierre Hillard 

    Pierre Hillard retrace l’histoire d’un courant idéologique qui imprime sa marque aux actuelles tentatives de regroupement d’Etats au sein de blocs régionaux et tente de les orienter vers une forme de gouvernance mondiale. Son objectif n’est pas de prévenir les conflits, mais d’étendre la puissance financière et commerciale du monde anglo-saxon. Il théorise et revendique le projet d’un « Nouvel ordre mondial » érigé sur les ruines des Etats-nations. 
    Bien sûr, il ne s’agit pas d’assimiler tous les efforts visant à mettre fin aux divisions nationales à une volonté de domination. Mais il est indispensable d’étudier ce projet de globalisation politique afin de ne pas le laisser transformer l’idéal de l’unité humaine en un cauchemar totalitaire. 

    RÉSEAU VOLTAIRE | PARIS (FRANCE) | 21 FÉVRIER 2010  

    ITALIANO  ESPAÑOL  

     

     

    Réunis à Londres, le 2 avril 2009, autour de la reine Elizabeth II, les chefs d’Etat et de gouvernement des 20 plus grandes puissances du monde ont envisagé de créer un directoire économique mondial. 

    Avec la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens, l’élection d’Herman van Rompuy à la présidence du Conseil européen et de Catherine Ashton comme Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, le 19 novembre 2009, marque un tournant décisif dans les ambitions mondialistes. L’Union européenne (l’UE) se voit dotée progressivement d’un visage politique et d’un « numéro de téléphone » pour reprendre l’expression d’Henry Kissinger. Certes, de nouveaux réglages — une forme de rodage — s’avèrent nécessaires afin de véritablement asseoir cette union régionale. En effet, des rivalités continuent à perdurer entre le président du Conseil européen, le président de
    la Commission européenne et la présidence tournante de six mois. Cette situation agace profondément l’administration Obama [
    1]. Cependant, dotée de la personnalité juridique et d’une complète primauté du droit européen sur le droit national, l’Union européenne peut prétendre (réussir ?) devenir un acteur de la scène internationale. Il serait faux d’affirmer que cette nouvelle vocation se fera dans une complète indépendance par rapport au reste du monde. En fait, les élites européistes soutenues par l’oligarchie financière avancent en liaison et en communion d’esprit avec toutes les autres formes d’unions régionales en cours d’élaboration sur la planète. 

    En effet, l’Union européenne n’est qu’une composante d’un vaste programme conduisant à l’émergence de blocs continentaux dotés chacun d’une monnaie, d’une citoyenneté, d’un parlement unique, etc ; l’ensemble de ces blocs étant appelé à constituer une gouvernance mondiale. Nous pouvons relever les unions régionales suivantes en formation : 

     

     La Communauté Economique Eurasiatique (CEEA ou Eurasec pour Eurasian Economic Community)  [2] : créée en octobre 2000 et réunissant plusieurs pays de l’ancien bloc soviétique (Russie, Kazakhstan, Biélorussie, …), elle poursuit l’objectif de créer une union douanière [3] à partir de 2010 avec l’idée d’une monnaie régissant l’ensemble appelé « evraz » [4] ou « euras » ou encore « eurasia » (le nom de cette monnaie peut encore changer) [5]. 

     L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) [6] : créée en mai 2008, elle entend passer d’une logique sub-régionale à une identité régionale en fusionnant en une seule organisation le Mercosur et
    la Communauté andine, c’est-à-dire en réunissant tous les Etats du continent sud-américain (à l’exception de
    la Guyane française, et des îles britanniques Sandwich et Malouines). L’idéal poursuivi est de réussir la mise sur pied d’un parlement, d’une monnaie unique [
    7] et d’une citoyenneté commune. L’UNASUR entretient des liens privilégiés avec son modèle européen dans le cadre d’une assemblée parlementaire euro-latino américaine appelée EUROLAT [8]. 

     

     Le Système d’intégration centre-américain (SICA) [9] : créé en décembre 1991, ce groupe de pays centre-américains poursuit les mêmes objectifs cités ci-dessus, en particulier la création d’une monnaie unique suite au 33è congrès tenu à San Pedro Sula (Honduras) en décembre 2008. 

     

     

     Le lancement de « l’Organisation de l’Unité Africaine » (OUA) [10] en 1963 a permis de passer à la vitesse supérieure, à partir des années 1999-2000, avec la création de l’Union Africaine (l’UA, à Durban en juillet 2002) et du « Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique » (NEPAD) [11]. Les objectifs (commission, parlement panafricain, cour africaine des droits de l’homme, etc) se calquent sur le modèle européen [12]. 

     

     Le Conseil de coopération du Golfe (Golf cooperation council, GCC)  [13] : créé en 1981, il tend à une union de plus en plus étroite entre les Etats du Golfe (Bahrein, Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirat arabes unis). Une monnaie commune est prévue vers 2010/2011. Le nom avancé par certains est « Khaleeji ». Cependant, même si le principe d’unité monétaire est retenu, l’appellation de cette monnaie n’est pas assurée [14]. 

     

     Une union asiatique prend forme sous l’égide de trois acteurs principaux : le Japon (CEAT, Council on East Asian Community),
    la Chine (NEAT, the Network of East Asian Think Tank) et
    la Corée du Sud (EAF, the East Asia Forum). Depuis le 1er janvier 2010,
    la Chine et l’Asean (sigle anglais pour « Association des nations du Sud-Est asiatique) ont lancé la plus grande zone de libre-échange au monde, à laquelle se sont joints
    la Corée, le Japon, l’Australie et
    la Nouvelle-Zélande. Elle doit permettre « d’accélérer ce processus de régionalisation » comme se plaît à le dire Xu Ningning, le secrétaire général du Conseil économique Chine-Asean [
    15]. 

     

     Une union Nord-américaine a été lancée en mars 2005 au Texas (Waco) entre les chefs d’Etat états-unien, canadien et mexicain dans le cadre du PSP (Partenariat pour
    la Sécurité et la prospérité) [
    16]. L’objectif déclaré est d’aboutir, théoriquement au cours de l’année 2010, à l’instauration d’un périmètre politique, économique et militaire unifié entre les trois Etats [17]. Une unité monétaire appelée « amero » ou « dollar nord-américain » (la désignation de cette nouvelle monnaie n’est pas assurée) doit remplacer le dollar US et canadien ainsi que le peso mexicain [18]. Cette mutation passe par un effondrement du dollar et, par ricochet, du système financier et monétaire mondial. Cette crise systémique globale (politique, financière, monétaire et géopolitique) se renforce en ce début de l’année 2010 afin de favoriser l’arrivée de ce nouvel ordre mondial tant désiré par les thuriféraires du système. 

     Enfin, il est prévu théoriquement pour 2015 l’instauration d’un bloc euro-atlantique unifié politique, économique et militaire [19]. Nous pouvons signaler que le Parlement européen a adopté une résolution, le 26 mars 2009, traitant de « l’état des relations transatlantiques après les élections qui ont eu lieu aux Etats-Unis ». Cette résolution a le mérite de rappeler tous les accords politiques, économiques et militaires conclus de part et d’autre des rives de l’Atlantique afin d’aboutir à une union transatlantique [20]. 

     

    Cette liste ne serait pas complète sans évoquer un événement majeur passé sous silence par la presse française. En effet, lors du sommet de l’Aquila en Italie (8-10 juillet 2009), les chefs d’Etat ont traité divers dossiers (crise économique, climat, …). Cependant, lors d’une rencontre avec les journalistes, le président russe Medvedev s’est plu à présenter un prototype de monnaie mondiale sous la forme d’une pièce fabriquée en Belgique sur laquelle était gravée en anglais « unité dans la diversité » [21]. Cette présentation constitue un tournant majeur. Pour la première fois, un chef d’Etat a présenté un exemplaire d’une monnaie en mesure d’être la référence unique de l’humanité toute entière [22]. Ce geste complète les propos d’Herman van Rompuy qui, lors de son discours de remerciements après sa nomination au poste de président du Conseil de l’Union européenne, n’a pas hésité à prononcer ces paroles lourdes de sens : « 2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l’instauration du G20 en plein crise financière » [23]. 

    Cette affirmation — juste de la part d’un partisan de la gouvernance mondiale — doit nous amener à réfléchir et à nous poser la question suivante : comment en est-on arrivé là ? En effet, la description de ces diverses unions régionales plus ou moins avancées dans le cadre d’une autorité unique — avec éclatement interne des Etats qui les composent [24] — n’est pas le fruit du hasard. En fait, cette mutation résulte d’un très long travail de fond de la part des oligarchies financières [25] et de groupes élitistes politiques dans le cadre de think tanks ou de fondations. 

    L’oligarchie anglo-saxonne et ses princes 

    Le public francophone est malheureusement ignorant des vrais acteurs de la politique mondiale, ces derniers exerçant leurs talents plus dans les coulisses que sur la scène politicienne. Pour mieux comprendre la situation désastreuse dans laquelle les défenseurs de la cause nationale se trouvent en ce début de XXIè siècle, il est nécessaire de rappeler dans ses grands traits le rôle éminemment important de la puissance financière et aristocratique anglo-saxonne. Celle-ci a toujours constitué un Etat dans l’Etat. On peut situer sa prise du pouvoir suite à l’instauration de la « Grande Charte » du 15 juin 1215. Après la défaite du roi Jean Sans Terre d’Angleterre, le 27 juillet 1214 à Bouvines face au roi Philippe Auguste, les barons anglais ont arraché des privilèges politiques et financiers. Désormais, la couronne britannique est obligée de composer et de collaborer avec une caste qui allie force, puissance financière et ambitions commerciales. Dès cette époque, une élite avide, revendicatrice et orgueilleuse est née. Elle est à l’origine de l’existence de ces groupes de pressions (ou lobbies) qui, par des voies aussi diverses que la finance, le renseignement ou les médias, exercent des pressions sur le pouvoir politique. Ce dernier dépendant largement d’appuis et de monnaie sonnante et trébuchante pour son maintien au pouvoir est dans l’obligation absolue de tenir compte des avis et des conseils émanant de cette caste. Les think tanks (« instituts de recherche » ; la traduction est cependant impropre), fondations et groupes élitistes sont la suite logique d’un état d’esprit élitiste et mercantile. Ces cénacles sont devenus les centres incontournables d’une minorité active conditionnant l’avenir du monde anglo-saxon puis, de proche en proche, de l’univers entier. Contrairement à la conception politique française qui soumet toute activité à celle de l’Etat, ces organisations politico-commerciales ne dépendent plus d’une autorité nationale. Très tôt, elles ont exercé leurs talents. Dès le Moyen-Âge, des compagnies comme les London Staplers, les London Mercers Company ou encore
    la British East India Company (
    la BEIC au 17è siècle) ont été les fers de lance de l’impérialisme britannique. Ainsi, l’aristocratie commerciale s’est transmises le flambeau de la conquête et de la maîtrise des richesses de génération en génération. « Toujours plus » pour reprendre une expression de François de Closets. 

    La défaite française en Amérique du Nord conduisant au Traité du 10 février 1763 peut être considéré comme l’acte de naissance de la montée en puissance de l’oligarchie britannique. En effet, la perte de
    la Nouvelle France donne à
    la Couronne britannique tout un continent aux richesses inouïes et presque vide d’habitants. L’incapacité de la monarchie française à peupler ces vastes territoires et à les intégrer à la sphère de la civilisation gréco-romaine fait basculer tout cet espace sous la coupe anglo-saxonne. Mâtinées d’un tour d’esprit messianique, les élites conquérantes américaines en liaison avec leurs homologues britanniques sont prêtes à imposer leur modèle au monde entier. Après les guerres de
    la Révolution et la défaite de Napoléon I en 1815, la puissance anglo-saxonne n’a plus de rival sur les mers. Puissance démographique, peuplement de vastes territoires en Amérique du Nord, en Afrique australe, en Australie et en Nouvelle-Zélande, contrôle de points stratégiques partout dans le monde (Gibraltar, Hong Kong, …), mainmise de territoires sur presque tous les continents, technologie de pointe et secteur bancaire performant permettent à ces aristocraties commerciales de Londres et de New-York de rêver à un contrôle du monde sous les auspices de
    la City et de Wall Street. Un homme a été la figure de proue de cet idéal : Cecil Rhodes. 

    Cecil Rhodes (1853-1902) [26

    Ce grand défenseur de l’Empire britannique émigre en Afrique australe où sa personnalité et ses qualités intellectuelles hors normes lui permettent de faire fortune dans le diamant. Il est à l’origine de la création de l’industrie diamantaire De Beers en liaison et avec l’appui de Nathaniel Mayer Rothschild (1840-1915). Sa fortune colossale lui ouvrant les portes de la colonie britannique, Cecil Rhodes pose les jalons permettant à l’Etat Sud-africain (dominion de l’Empire britannique) de prendre forme quelques années après sa mort en 1910. Son influence financière et politique lui permet de contrôler des territoires à qui il donne son nom :
    la Rhodésie. Divisés plus tard en Rhodésie du Nord et Rhodésie du Sud, ces Etats sont devenus
    la Zambie et le Zimbabwe. Cependant, sa grande idée coloniale est de réaliser une immense voie de chemin de fer partant du Cap jusqu’au Caire. Dans sa défense de l’Empire britannique, les voies de communications constituent un enjeu capital pour la mise en valeur des richesses de toute sorte. Le développement des voies de communications (sous toutes ces formes [
    27]) est le passage obligatoire pour le bon fonctionnement de tout Empire. Ce précepte est d’une très grande actualité en ce début de XXIè siècle [28]. Les voies de communications constituent les artères irriguant l’empire commercial et politique. 

     

    Cecil Rhodes (1853-1902) 

    Au-delà du bon fonctionnement de l’Empire britannique, un idéal supérieur taraude Cecil Rhodes. En effet, convaincu de la supériorité de la « race » anglo-saxonne, il conçoit une politique afin d’assurer cette prééminence : l’union de tous les pays anglo-saxons ou, plus exactement, l’instauration d’un bloc réunissant l’Empire britannique et les Etats-Unis d’Amérique. L’ensemble doit constituer pour lui le socle permettant la naissance d’un Etat mondial animé des principes et de la philosophie de l’aristocratie commerciale anglo-saxonne. Afin d’y parvenir, il estime nécessaire de recruter des personnalités supérieures au sein des universités qui, animées du même idéal, seront soutenues pour occuper les postes clefs et aussi divers que l’économie, la finance, l’armée, l’éducation, le renseignement ou encore le journalisme. Ainsi, pareil à un corps d’armée, ces différentes personnes véritables jésuites du mondialisme convergeront vers le même but afin de former les esprits dans leurs pays respectifs tout en développant les structures politico-économiques conduisant à l’émergence de cet Etat commercial mondial. Dans son esprit, cette ambition titanesque et de très longue haleine passe par la création des « bourses d’études Cecil Rhodes » (Rhodes Scholarships). Cecil Rhodes n’a pas eu le temps de voir la concrétisation de cet idéal de son vivant. Ce n’est qu’en 1904 que ses proches collaborateurs lancent les premières bourses d’études portant son nom à l’université d’Oxford. Le sociologue français, Auguste Comte, disait que « les morts gouvernent les vivants ». Cette formule peut largement s’appliquer à Cecil Rhodes. Ses concepts ont forgé le monde du XXè siècle et du début XXIè siècle. Sans tous les citer, nous pouvons relever parmi les bénéficiaires des bourses d’études Cecil Rhodes : le Premier ministre australien Bob Hawke (1981/1993) ; James Wolsey, directeur de
    la CIA (1993/1995) ; Wesley Clarke, patron de l’OTAN au cours de la décennie 1990 et acteur majeur de la destruction de
    la Yougoslavie en mars 1999 ; le président Bill Clinton (promotion 1968) ou encore James William Fullbright (sénateur de l’Arkansas et grande figure de la politique états-unienne) [
    29]. 

    La politique de Cecil Rhodes n’aurait pas pu prendre l’ampleur que l’on sait sans l’action de ses proches collaborateurs. Là aussi, nous ne pouvons pas citer la liste fort conséquente à la lecture d’Anglo-American Etablishment de Carroll Quigley. Les hommes entourant Cecil Rhodes se caractérisent par un fait majeur ; ils occupent les secteurs clefs de la société britannique dans la deuxième moitié du XIXè siècle [30]. Ils ont déterminé l’avenir du monde d’une manière implacable. Dans cette longue liste, nous retiendrons trois personnages. 

     

    Alfred Milner (1854-1925) 

    Une des figures de proue, successeur et fils spirituel de Cecil Rhodes s’appelait Alfred Milner (1854-1925, appelé aussi Lord Milner). Parmi ses nombreuses activités comme par exemple directeur de
    la London Joint Stock Bank, il fut le chef du cabinet de guerre du Premier ministre Lloyd George durant le conflit de 1914-1918. Durant cette guerre mondiale, un événement déterminant pour les générations futures se joua en novembre 1917. En effet, la « Déclaration Balfour » (Arthur James Balfour, homme politique britannique) affirmait sous l’égide du gouvernement britannique la reconnaissance d’un foyer juif en Palestine. Cette reconnaissance fut officialisée directement par une lettre adressée à Walther Rotschild qui était un intermédiaire avec le mouvement sioniste en Grande-Bretagne. En réalité, le véritable rédacteur de cette déclaration était Alfred Milner. Comme l’explique Carroll Quigley, la « Déclaration Balfour » devrait en fait s’appeler la « Déclaration Milner » [
    31]. 

    Philipp Kerr (1882-1940, devenu lord Lothian) fut le secrétaire privé de Lloyd George. Autant dire qu’il était au cœur des échanges politiques autour du Premier ministre anglais et était une courroie de transmission pour l’ensemble du « groupe Milner » [32]. Par la suite, il fut ambassadeur du Royaume-Uni à Washington. 

    Enfin, nous pouvons évoquer Lionel Curtis (1872-1955). Outre sa participation aux travaux du Traité de Versailles, il est l’auteur de l’expression « Commonwealth of nations » dont l’application date de 1948. Comme le révèle Carroll Quigley, cette expression est le résultat de travaux dont le but était de préparer l’Empire britannique aux mutations politiques conduisant à une organisation mondiale. Ces travaux appelant à un Commonwealth remontent à 1916 [33]. Enfin, précisons que Lionel Curtis a joué un rôle déterminant, en 1919, dans la création duthink tank anglais, le Royal Institute of International Affairs (RIIA appelé aussi Chatham House). 

    La compréhension de la mécanique mondialiste se doit d’être étudiée comme un immense puzzle. Il faut passer en revue chaque pièce de ce puzzle puis ensuite les réunir afin d’avoir une vue d’ensemble. C’est pourquoi, nous passons à un autre pan du système en rappelant au lecteur qu’il doit conserver à l’esprit ces différents éléments afin de reconstituer ensuite le tout. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut comprendre la « Bête ». 

    La société fabienne (Fabian society) [34

    La société fabienne [35] est un institut qui a vu le jour à Londres en 1884 sous l’impulsion de politique anglais comme Sydney Webb (1859-1947) et de son épouse, Béatrice Webb, ou encore de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw (1856-1950). L’avant-garde de cette société se fit sous l’influence de promoteur du socialisme comme Robert Owen (1771-1858) [36] qui transmit ses idées à John Ruskin (1819-1900, professeur à l’université d’Oxford [37] et qui influença Cecil Rhodes) [38]. D’autres personnes imprégnées d’un idéal socialiste chrétien comme Frederik Derrison Maurice (1805-1872) ont posé les jalons au cours du XIXè siècle ouvrant la voie à la fondation de la société fabienne. Le choix de « fabien » (fabian) s’explique puisqu’il se réfère au général romain de l’époque des guerres puniques (vers – 200 av – JC), Fabius Cunctator (c’est-à-dire le « temporisateur »). Face au général carthaginois Hannibal, le militaire romain pratiquait la politique de guérilla qui consistait à ne pas brusquer les choses afin d’atteindre son but. C’est cette méthode de changement en douceur mais implacable qui est la marque de fabrique de la société fabienne. Celle-ci défend le principe d’une société sans classe devant conduire à la synthèse du socialisme (l’Etat providence) et du capitalisme (les lois du marché), le tout devant aboutir à la mise en forme d’une économie monopolistique dans un cadre étatique mondial. Afin de répondre aux ambitions de cette société, ses dirigeants estiment qu’il faut y aller pas à pas ou, selon leur expression, par « graduation ». L’influence de cette société est immense car de nombreux politiques anglais ont été membres de la société fabienne [39]. Cependant, cette influence a été d’autant plus importante que cette société a été à l’origine de la création de
    la London School of Economics (LES) en 1895 sous l’impulsion de Sydney Webb. Cette prestigieuse école de formation économique qui s’est diversifiée par la suite a formé, dans un esprit fabien, des générations de dirigeants anglais, mais aussi de nombreux étudiants de part et d’autre de la planète. Ceux-ci sont souvent devenus par la suite des acteurs majeurs de la vie politique et économique de leurs pays. Ainsi, l’ancien président de
    la Commission européenne, Romano Prodi ; le président John Kennedy ; la reine du Danemark Margarethe II ; Pierre Trudeau (Premier ministre canadien) ; le lobbyiste et membre de plusieurs think tanks Richard Perle (« le prince des ténèbres ») ; le financier George Soros (fondateur des instituts Open Society) ; l’ancien conseiller de François Mitterrand, Erik Orsenna et même le chanteur des Rolling stones, Mike Jagger (il n’a fait qu’un an ! [
    40]), ont fréquenté les bancs de cette école. Cette dernière grâce à l’action de la société fabienne a contribué au formatage de nombreux esprits de part le monde. Cependant, l’influence de cette société a été variée, entre autres grâce à l’action d’un de ses membres, l’écrivain Herbert George Wells (1866-1946). 

     

    H.G. Wells (1866-1946) 

    Imprégné de l’idéal fabien, H.G Wells a su développer ses vues dans de nombreux livres. Auteur à succès comme L’Homme invisible, 
    La Machine à remonter le temps ou encore 
    La Guerre des mondes, cet écrivain anglais a su répandre ses convictions dans un ouvrage paru en 1928,Open conspiracy(« conspiration ouverte ») [
    41] , prônant un Etat mondial sans classe, contrôlant tout (« une nouvelle communauté humaine » selon son expression), encourageant la réduction drastique de la population mondiale et la pratique de l’eugénisme. En fait, dès le début, H.G Wells a présenté ses théories dans un ouvrage méconnu et dont le titre correspond exactement à la formule maçonnique Ordo ab chao : 
    La Destruction libératrice. Paru en 1914, cet ouvrage raconte l’histoire d’une guerre généralisée aboutissant à la création d’un Etat mondial constitué en 10 blocs (« 10 circonscriptions » selon la formule de l’auteur [
    42]). C’est dans ce livre – rappelons-le paru en 1914 – que l’on retrouve l’expression « Nouvel ordre mondial » [43]. Par la suite, H.G Wells a récidivé en publiant un livre en 1940 au titre sans équivoque : Le Nouvel ordre mondial [44]. 

    Tous ses représentants fabiens fréquentaient et collaboraient de près ou de loin avec l’équipe de Cecil Rhodes puis de Lord Milner. Un véritable esprit de corps en faveur d’un but commun, un Etat mondial, animait ces différentes personnes. Ces élites anglo-saxonnes, qui ne sont que la suite logique de ces aristocraties commerciales du Moyen-Âge, ont continué à rassembler leurs forces au sein d’autres clubs comme
    la Pilgrim Society en 1902 à Londres et à New York [
    45]. La vitesse supérieure fut atteinte, en 1910, avec la création de
    la Round Table. 


    La Round Table et ses « enfants » [46

    La création de
    la Round Table [
    47], qui n’est finalement que l’héritière d’un passé multiséculaire de traditions mystiques, financières et élitistes, fut une étape décisive dans les préparatifs devant mener à un Etat mondial. En effet, sous l’impulsion de Lord Milner et de ses proches, cet institut haut de gamme fut créé en liaison avec les élites financières américaines afin d’assurer la prééminence du monde anglo-saxon devant aboutir à la création d’un Etat mondial. D’autres Round Tables furent créées dans tous les dominions de l’Empire britannique mais aussi aux Etats-Unis. Prenant la suite des ambitions de Cecil Rhodes, des financiers de renom encadraient l’équipe de Lord Milner comme Alfred Beit (1853-1906), Sir Abe Bailey (1864-1940) et la famille Astor. D’autres groupes se sont ajoutés au berceau du mondialisme animée par
    la Round Table : J.P Morgan [
    48], la banque Lazard ou encore les familles Rockefeller et Whitney [49]. 

    Avant de continuer dans l’étude des « bonnes œuvres » de
    la Round Table, il s’avère nécessaire de faire le point suivant. Ces grandes familles du mondialisme, même animées par une finalité commune, n’en sont pas moins déchirées par des dissensions internes. On peut en relever essentiellement deux. La première est aussi vieille que le monde ; elle s’appelle rivalités internes. Les rivalités d’ambitions et d’ambitieux cherchant plus de pouvoir, plus d’influence et plus de richesses afin d’occuper les meilleurs places ont émaillées l’histoire de cette aristocratie commerciale. Ce phénomène est aussi vieux que l’histoire humaine. En revanche, le deuxième point est propre à
    la Round Table. En effet, sous l’apparente unité de vue se cachent deux courants de pensée. Dans les deux cas, ces courants poursuivent le même but : l’Etat mondial. Cependant, dans un cas, un courant défend le principe de la constitution d’un bloc anglo-saxon unifié (Empire britannique associé aux Etats-Unis) ; ce socle anglo-américain représentant la colonne vertébrale permettant au reste du monde de s’y agréger. Dans le deuxième cas, l’autre courant estime qu’il n’est pas nécessaire de privilégier la naissance d’un Empire anglo-saxon comme point d’ancrage à un monde unifié. Il prône plutôt l’émergence d’un monde où aucun pays ne serait en mesure d’imposer sa loi ou sa philosophie politique. Il s’agit pour les tenants de la deuxième voie de créer une sorte de « purée » générale unifiant l’humanité entière en un seul bloc et sans distinction aucune. Nous avons là l’opposition entre les tenants du mondialisme anglo-saxon à celui des partisans du mondialisme planétarien. 


    La Première Guerre mondiale fut une bascule d’un monde à un autre. Même s’il n’est pas possible d’évoquer dans le détail le rôle essentiel des élites anglo-américaines durant ce conflit [50], nous pouvons relever la mission déterminante du suédois Olof Aschberg (1877-1960) à la tête de la banque Nya Banken de Stockholm. Il fut le grand financier servant d’intermédiaire entre les élites de Wall Street et de
    la City d’un côté et les dirigeants bolcheviques de l’autre. Son surnom était le « banquier de
    la Révolution mondiale ». Comme le rappelle Antony Sutton, la banque d’Olof Aschberg avait une filiale à Londres,
    la Bank of North Commerce, dont le président Earl Grey appartenait tout simplement à l’équipe de Cecil Rhodes et de Lord Milner [51]. Ce dernier joua aussi un rôle capital au sein de l’oligarchie anglo-saxonne. En effet, outre son activité susmentionnée, c’est Lord Milner qui sut convaincre le Premier ministre Lloyd George de soutenir fermement la révolution bolchevique. Cette évolution capitale pour l’avenir du monde s’est faite suite à la visite à Londres, à la fin de l’année 1917, de William Boyce Thompson (1869-1930) accompagné d’un représentant de JP Morgan, Thomas W. Lamont (1870-1948) [52]. Membre du comité directeur de
    la Banque fédérale US (
    la Fed), W.B Thompson fut un agent au service de l’oligarchie au sein de
    la Croix-Rouge états-unienne présente à Petrograd en 1917. Cette couverture lui permit de fournir entre autres la somme énorme pour l’époque d’un million de dollars aux bolcheviques [53]. Sur le chemin du retour vers New York, il fit une halte à Londres pour soumettre un mémorandum à Lloyd George appelant au soutien de la révolution bolchevique. Lord Milner, grand admirateur de Karl Marx, ne fit qu’appuyer William Boyce Thompson dans sa démarche afin de faire plier Lloyd George. La révolution bolchevique n’aurait pas pu voir le jour sans l’action déterminante de l’oligarchie commerciale anglo-américaine [54]. 

    La fin de
    la Première Guerre mondiale s’ouvrit sous les auspices des puissances commerciales anglo-saxonnes victorieuses et d’une France humainement et financièrement exsangue. Le Traité de Versailles n’assura pas la sécurité de
    la France face à une Allemagne amoindrie et dépendante largement des prêts anglo-saxons accordés à son économie. La paralysie de
    la France face aux grands argentiers anglo-saxons s’aggrava lorsque ces derniers accordèrent des prêts via les plans Dawes (1924) et Young (1928) qui, tout en plaçant l’économie allemande sous la dépendance des banques londoniennes et new-yorkaises [
    55], furent déterminants dans le renforcement de la puissance industrielle germanique. En effet, de gigantesques combinats de l’acier et de la chimie, indispensables pour faire la guerre, virent le jour (IG Farben et Vereinigte Stahlwerke) au cours de la décennie 1920. La défaite française en 1940 trouve son origine en partie à l’action des financiers anglo-saxons en faveur du redressement économique et technique de l’Allemagne (en particulier l’acier, l’essence synthétique et le caoutchouc) [56]. 

     

    Colonel Edward Mandell House (1854-1938) 

    Parallèlement à cette politique, les élites anglo-américaines décidèrent de préparer dès les années 1918-1919 une mutation de
    la Round Table. En effet, pour des raisons de plus grande efficacité, il fut décidé de créer deuxthink tanks de part et d’autre des rives de l’Atlantique chargés d’être les moteurs de la politique étrangère des deux pays. Côté anglais, ce fut la création en 1919 sous l’égide de Lionel Curtis et collaborateur de Lord Milner du Royal Institute of International Affairs (RIIA, appelé aussi Chatham House) [
    57]. C’est ce même Lionel Curtis qui prônait un Commonwealth fédératif capable peu à peu d’intégrer différents pays du globe [58]. Ces objectifs étaient défendus aux Etats-Unis par Clarence Streit (1896-1986) [59], correspondant du New York Times auprès de
    la Société des Nations (bourse d’études Cecil Rhodes, promotion 1920) et le représentant états-unien du « groupe Milner », Frank Aydelotte [
    60]. Côté américain, il fut créé le Council on Foreign Relations (CFR) [61]en 1921 sous l’égide d’un personnage central, le colonel Edward Mandell House (1854-1938). Conseiller intime du président Wilson [62], ce personnage fut la plaque tournante entre le groupe Milner et les « grands » de Wall Street (JP Morgan, Vanderlip, Rockefeller, Warburg, …). Dans cette liste incomplète, nous pouvons relever le nom important de Paul Warburg qui fut à la tête de la réserve fédérale US (
    la Fed) dès sa création en 1913. Cette banque privée, indépendante du pouvoir central et responsable de l’émission monétaire [
    63], est un Etat dans l’Etat. Or, c’est le même Paul Warburg qui dirigea le CFR dès sa création. Nous avons affaire à un enchevêtrement de responsabilités de premier ordre au sein de l’oligarchie anglo-saxonne d’autant plus que nous serons obligé d’évoquer encore Paul Warburg dans le paragraphe suivant consacré à
    la Paneurope. 

    L’action du colonel House est à compléter en citant une œuvre maîtresse dans la mystique mondialiste, son livre intitulé Philip Dru, administrator  [64]. Ecrit en 1912, cet ouvrage évoque un coup d’Etat par un officier de West Point (Philip Dru) qui impose une dictature aux Etats-Unis tout en supprimant la constitution du pays. A l’instar de Lord Milner, le colonel House n’hésite pas à évoquer ses convictions profondes en affirmant que son héros met en place « un socialisme tel que l’aurait rêvé Karl Marx ». Il évoque même dans le chapitre 52 l’idéal d’unification de tout le bloc Nord-américain. C’est chose acquise depuis le lancement officiel du projet à Waco au Texas en mars 2005 comme nous le présentions au début de ce texte. Force est de constater que ces élites ont annoncé la couleur des événements il y a plus de cent ans. La toile mondialiste a su renforcer son influence grâce à la naissance d’un institut appelé à jouer un rôle de premier plan dans la construction européenne :
    la Paneurope. 


    La Paneurope, tremplin du mondialisme 

    La création de
    la Paneurope est due à l’action d’un aristocrate autrichien née d’une mère japonaise, Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972). L’objectif déclaré de Coudenhove était d’empêcher les horreurs de
    la Première Guerre mondiale de se reproduire. Cette intention louable n’était que l’arbre qui cachait la forêt. En effet, très tôt, Coudenhove indiqua clairement la direction prise par son mouvement en élaborant un rapport à
    la SDN présenté en 1925. Son but était d’unifier l’Europe afin de l’intégrer dans le cadre d’une organisation politique mondiale unifiée. Pour cela, il évoquait dans son rapport la nécessité de créer des « continents politiques », l’ensemble devant constituer une fédération de fédérations dans la pensée de l’auteur [
    65]. Ses affirmations fédéralistes rejoignent largement celles de la société fabienne. Continuant sur sa lancée, Coudenhove organise en 1926 le premier congrès paneuropéen à Vienne sous l’égide de son président d’honneur, le président du conseil Aristide Briand (1862-1932) [66]. C’est lors de ce congrès réunissant plusieurs nationalités [67] qu’il fut décidé de choisir un hymne européen, l’Ode à la joie de Beethoven [68], qui est devenu par la suite l’hymne de l’Union européenne. Les objectifs de
    la Paneurope sont clairement affichés dans le cadre des « Principes fondamentaux » qui stipulent entre autres : « (…) L’union paneuropéenne se déclare attachée au patriotisme européen, couronnement des identités nationales de tous les Européens. A l’époque des interdépendances et des défis mondiaux, seule une Europe forte et politiquement unie peut garantir l’avenir de ses peuples et entités ethniques. L’union paneuropéenne reconnaît l’autodétermination des peuples et le droit des groupes ethniques au développement culturel, économique et politique (…) » [
    69]. 

     

    Richard de Coudenhove-Kalergi (1894-1972) 

    Au cours de
    la Seconde Guerre mondiale, R. de Coudenhove-Kalergi réfugié aux Etats-Unis put enseigner dans le cadre d’un séminaire — Research for a postwar european federation (« recherche pour une fédération européenne d’après-guerre ») — favorable au fédéralisme européen à
    la New York University. De retour en Europe en 1946, il contribua largement à la création de l’Union parlementaire européenne permettant par la suite la création, en 1949, du Conseil de l’Europe [
    70]. Renforçant son influence sur tous les Etats, cette organisation européenne chapeaute des représentations nationales chargées de diffuser l’idéal de son fondateur [71] qui, après avoir reçu en 1950 la plus haute distinction européiste le Prix Charlemagne [72], a passé le relais à Otto de Habsbourg en 1972 puis à Alain Terrenoire. 

    On peut mieux comprendre l’impact de
    la Paneurope en s’intéressant au nerf de la guerre : l’argent. Les sources de financement de cet institut expliquent les profondes connivences de son dirigeant avec les autres acteurs du mondialisme. En effet, outre des mécènes industriels et financiers, R. de Coudenhove-Kalergi bénéficia du soutien du banquier Max Warburg, représentant de la banque allemande à Hambourg. Comme nous l’avons vu ci-dessus, son frère Paul (la branche états-unienne) était à la tête de
    la Fed et du CFR. On comprend tout de suite que R. de Coudenhove-Kalergi eut carte blanche pour coopérer avec les milieux financiers de Wall Street et leurs homologues londoniens. Cette connivence entre le fondateur de
    la Paneurope et les autres milieux mondialistes était d’autant plus grande que Max Warburg était membre du comité directeur d’IG Farben Allemagne tandis que son frère, Paul Warburg, était membre de la branche US d’IG Farben [
    73]. 

    L’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, comme l’explique Antony Sutton, s’explique par les nombreux soutiens des industriels et financiers anglo-saxons via leurs homologues allemands. Dans cette affaire, le directeur de
    la Reichsbank, Hjalmar Schacht (1877-1970), fut un intermédiaire de première main. Son action fut d’autant plus profonde qu’il fut le ministre de l’Economie du IIIè Reich de 1934 à 1939. Le relèvement économique de l’Allemagne dû à son action permit à Hitler de poursuivre une politique qu’il n’aurait jamais pu exercer sans la remise à niveau du pays. De tels méfaits auraient dû le conduire à la peine de mort lors du procès de Nuremberg. Il n’en fut rien puisqu’il fut acquitté. En fait, Hjalmar Schacht était lié fortement à l’aristocratie commerciale anglo-saxonne. Son père, l’Etats-unien William Schacht, avait travaillé 30 ans au sein de la filiale d’Equitable Life Assurance de Berlin [
    74]. Son fils était donc dès sa naissance dans le sérail du système mondialiste. Ceci est encore plus renforcé lorsqu’on sait que Hjalmar Schacht était depuis 1918 au comité directeur de
    la Nationalbank für Deutschland (« Banque nationale d’Allemagne »), au côté du banquier Emil Wittenberg qui était en même temps membre du comité directeur de la première banque soviétique créée en 1922,
    la Ruskombank [
    75]. Celle-ci était dirigée par le banquier suédois … Olof Aschberg [76] précédemment vu. Pour continuer dans le tournis, nous pouvons préciser que le directeur de la section étrangère Ruskombank, l’Etats-unien Max May [77], était le vice-président de Guaranty Trust Company, une filiale d’un des piliers de Wall Street, JP Morgan [78]. Dans cette affaire, un haut représentant américain de Wall Street travaillait donc au sein de l’élite bancaire soviétique. Pour compléter le tout, la collaboration d’Hjalmar Schacht avec ce milieu était renforcée par ses liens d’amitié avec le patron de la banque d’Angleterre Norman Montagu. On comprend mieux qu’Hjalmar Schacht [79] n’ait pas été vraiment inquiété au lendemain de
    la Seconde Guerre mondiale. 

    Le soutien apporté par cette aristocratie commerciale et apatride anglo-saxonne au communisme, au nazisme ainsi qu’à la prise du pouvoir par Franklin Delano Roosevelt [80], relaté dans la trilogie Wall Street d’Antony Sutton, était aussi des formes d’expériences de laboratoires agissant dans un cadre local (Union soviétique, Allemagne nazie et Etats-Unis [81]). Sous une appellation différente, Antony Sutton en conclut que ces idéologies, appelées diversement « socialisme soviétique », « socialisme collectif » (pour le national-socialisme) et « socialisme de la nouvelle donne » (New Deal), n’étaient que des mises en forme d’un socialisme monopolistique ; idéal d’organisation qui doit désormais voir le jour à l’échelle planétaire dans le cadre du « nouvel ordre mondial ». La guerre de 1939-1945 résultant de tout ce travail d’arrière-fond permit le basculement vers un autre monde ; l’instauration de deux blocs apparemment antagonistes obéissant parfaitement au principe hégélien de la thèse et de l’antithèse. Cependant, ces deux mondes étant irrigués par les mêmes sources financières, il était possible de poser les jalons devant permettre la réalisation de l’Etat mondial. 

    L’après 1945, des lendemains qui chantent 

    Au lendemain de
    la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons relever trois dates essentielles dans l’immédiate après-guerre : 1946 ; 1947 et 1948. C’est le Premier ministre britannique, Winston Churchill qui a relancé l’idée d’unification de l’Europe dans un discours prononcé à Zürich, le 19 septembre 1946. En effet, il n’hésita pas à affirmer : « Il nous faut édifier une sorte d’Etats-Unis d’Europe » [
    82]. Ces propos ravirent Richard de Coudenhove-Kalergi qui était soutenu par Churchill. Le fondateur de
    la Paneurope s’activant de son côté à la relance de l’idéal européen exposa l’histoire de son oeuvre et des projets à accomplir dans un ouvrage intituléJ’ai choisi l’Europe. Dans ce livre, Coudenhove bénéficia de la préface de … Winston Churchill. 

     

    Winston Churchill (1874-1965) 

    La deuxième étape avec la réunion à Montreux en Suisse, en août 1947, constitue un passage décisif vers le renforcement des fondations de l’Etat mondial en préparation. En effet, divers représentants européens [83] et états-uniens [84] acquis aux principes d’un fédéralisme mondial se sont accordés pour créer deux instituts, sous l’égide du juriste suisse Max Habicht [85], dont l’efficacité se fait largement sentir : le « Mouvement fédéraliste mondial » (World federalist movement, WFM) et l’ « Union des fédéralistes européens » (Union of European Federalists, UEF). 

    Le WFM a présenté sa magna carta, lors de la réunion de Montreux, favorable à l’établissement de principes clefs afin d’instaurer un Etat mondial à base fédérative. Force est de constater que 63 ans après leurs formulations, leurs vœux sont largement exaucés. Il est, en effet, affirmé que « Nous, fédéralistes mondiaux, sommes convaincus que la création de la confédération mondiale est le problème capital de notre temps. Tant qu’il n’aura pas été résolu, toutes les autres questions — nationales ou internationales — resteront sans réponses valables. Ce n’est pas entre la libre entreprise et l’économie dirigée, le capitalisme et le communisme qu’il s’agit de choisir, c’est entre le fédéralisme et l’impérialisme ». Dans la foulée, cette Déclaration propose entre autres les principes suivants : « limitation des souverainetés nationales » avec « transfert à
    la Confédération des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire », « création d’une force armée supra-nationale » ; en précisant en particulier ce fait d’une très grande actualité en ce début de XXIè siècle qu’ « une juste perspective fédéraliste doit intégrer les efforts faits sur les plans régional et fonctionnel. La formation d’unions régionales (ndlr : souligné par nous) — dans la mesure où elles ne constituent pas une fin en soi et ne risquent pas de se cristalliser en blocs — peut et doit contribuer au bon fonctionnement de
    la Confédération mondiale ». A la fin de cette Déclaration, il est précisé de favoriser la création d’une « Assemblée constituante mondiale » [
    86]. 

    Parallèlement à la création du WFM, l’Union des fédéralistes européens (UEF) vit le jour à Montreux. Cependant, des travaux d’avant-garde avaient déjà préparé le terrain. En effet, sous l’influence de
    la Paneurope de R. de Coudenhove-Kalergi, il fut fondé en 1934 Europa Union défendant l’idéal d’une Europe unifiée selon le principe fédéral et inspiré du modèle suisse [
    87]. Quatre ans plus tard, en novembre 1938, fut créée sous l’influence des fabiens Lord Lothian et Lionel Curtis, Federal Union [88]. Cette dernière est une branche de l’UEF au même titre que le sont les différentes « filiales » française (l’UEF France), allemande (Europa Union Deutschland), italienne (UEF Italie) etc. Précisons que, pareil au principe des poupées russes, l’UEF est une branche du World Federalist Movement (WFM) [89]. Par conséquent, nous avons là un institut européen oeuvrant en faveur du fédéralisme et qui épouse en même temps les travaux du WFM mais à l’échelle planétaire. Pourquoi est-il si important d’évoquer la mission de l’UEF ? Cet institut fédéraliste est dirigé par l’Anglais Andrew Duff, député au Parlement européen sous l’étiquette des « démocrates libéraux » [90]. Il est membre aussi du European Council on Foreign Relations (l’ECFR, « Conseil européen des relations étrangères ») [91] créé en 2007 [92], jumeau européen du CFR états-unien fondé en 1921. Andrew Duff est aussi celui qui, en collaboration étroite avec
    la Fondation Bertelsmann et le député autrichien Johannes Voggenhuber, a permis la relance du projet de constitution européenne après l’échec des référendums français et hollandais en 2005 [
    93]. Le Traité de Lisbonne n’aurait pas pu voir le jour — du moins plus difficilement — sans l’appui et les convictions d’Andrew Duff. Par ailleurs, force est de constater que l’influence outre-tombe d’un Cecil Rhodes et d’un Lord Milner s’est faite sentir lors de l’élaboration de la constitution européenne (dite « Constitution Giscard » prélude au Traité de Lisbonne) en 2003-2004. En effet, le « groupe Milner » et les fabiens ont toujours été favorables à l’unification de l’Europe à condition que cela se fasse sous direction anglo-saxonne. Au cours des deux guerres mondiales, les tentatives d’unité européenne sous direction allemande, puissance terrestre, ne pouvaient pas être acceptées par Londres et par Washington car la thalassocratie anglo-saxonne se retrouvait exclue des affaires du vieux continent. Richard de Coudenhove-Kalergi l’avait parfaitement compris à la lecture de son discours en 1950. Par conséquent, il est utile de s’intéresser au secrétaire général chargé de téléguider les travaux de la « Constitution Giscard », l’Anglais John Kerr. Son Curriculum vitae révèle qu’il est à la tête d’une compagnie pétrolière,
    la Royal Dutch Shell, et qu’il a été aussi ambassadeur de Grande-Bretagne aux Etats-Unis. Ses liens avec l’aristocratie commerciale anglo-saxonne révèlent aussi qu’il est membre du comité directeur chargé du recrutement des élites dans le cadre des « bourses d’études Cecil Rhodes » [
    94]. Comme on peut le constater, la réussite de l’entreprise mondialiste est une affaire de temps ; mais ils y arrivent. 

    Enfin, le Congrès de
    la Haye (7-10 mai 1948) sous la présidence d’honneur de Winston Churchill et réunissant près de 800 militants pro-européens [
    95] a posé les premiers fondements d’une Europe unifiée. La figure de proue de ce Congrès fut le secrétaire général Joseph Retinger (1888-1960). Les vrais acteurs de l’histoire sont souvent dans les coulisses. C’est le cas de Retinger travaillant au service du CFR et du RIIA dont l’action fut déterminante dans le développement des structures mondialistes [96


    Réunion du Groupe de Bilderberg (Bruxelles, juin 2000) 

    Bilderberg, New age et Trilatérale 

    La première réunion du Bilderberg eut lieu au Pays-Bas à Oosterbeck en mai 1954. Il est convenu que l’appellation de ce groupe élitiste résulte du nom de l’hôtel où résidaient les intervenants. Cependant, certains doutes persistent. Il n’empêche que sa création est due largement à l’action de Joseph Retinger même s’il faut y ajouter des « huiles » du mondialisme comme l’incontournable David Rockefeller (président du CFR, de
    la Chase Manhattan Bank, …). Les bilderbergers représentent la « crème de la crème » du sérail politique, économique et financier du monde atlantiste. Les médias occidentaux n’évoquent que très rarement leurs réunions et diffusent encore moins des reportages [
    97]. Les règles d’organisation et d’intervention des participants se calquent directement sur celles régissant le Royal Institute of International Affairs (RIIA, principe appelé « règle de Chatham House »). Là aussi, la famille Rhodes et Milner a laissé des traces. En fait, ces élites au sein du Bilderberg conditionnent largement la marche des affaires politiques, économiques et financières. Le cas du Belge Etienne Davignon est particulièrement frappant. Vice-président de
    la Commission européenne de 1981 à 1985, il est le grand pacha de ce groupe élitiste. Or c’est lui qui a invité l’homme politique belge Herman van Rompuy a passé un oral pour le poste de président du Conseil européen à pourvoir devant les représentants du Bilderberg, le 12 novembre 2009, en particulier devant l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, à Val Duchesse dans la banlieue de Bruxelles [
    98]. En gros, il fallait savoir si Herman van Rompuy était capable d’être utile au système. L’oral a dû se passer correctement puisqu’il fut retenu … bon pour le service. 

     

    Prince Bernhard van Lippe-Biesterfeld (1911-2004) 

    Le choix du premier président du Bilderberg, le prince Bernhard (1911-2004), par Joseph Retinger et ses affiliés ne relève pas du hasard. En effet, ce prince allemand était au début des années 1930 membre de
    la SS, plus précisément, membre de
    la Reiterkorp SS (cavalerie) ainsi que membre du Farben Bilder, une filiale d’I.G Farben. Marié en 1937 à l’héritière du trône des Pays-Bas, la princesse Juliana, sa fille la reine Béatrix est une active participante des réunions du Bilderberg. Le passé plus que trouble du prince Bernhard et sa nomination à la direction du Bilderberg étaient aussi une manière de le tenir. En effet, il est plus facile de téléguider une personne vers des buts bien définis à partir du moment où il traîne des « casseroles ». Le choix de ce prince allemand naturalisé hollandais était sûrement d’une grande importance car il fut utilisé dans un autre secteur. Nous devons aborder un sujet tenant à cœur les théoriciens du mondialisme : l’écologie. 

    La protection légitime de la faune et de la flore prend un tour déréglé sous l’action des partisans du nouvel ordre mondial. En effet, la dérive des esprits conduit à une divinisation de la nature propre au mouvement new age. C’est le principe de « gaïa » identifié à la « terre-mère » [99]. De nombreux instituts propagent ce tour d’esprit philosophique en particulier le WWF (World Wild Fund for nature), institut promouvant la protection de la nature. Sa création en 1961 est due au travail de personnages membres du sérail mondialiste. 

    En effet, nous devons évoquer les frères Aldous et Julian Huxley. Aldous Huxley est l’auteur d’un livre prophétique, Le Meilleur des mondes, paru en 1931 et qui est un véritable programme politique mondialiste sous une apparence de roman fiction. Evoquant un Etat mondial composé d’une humanité soumise et hiérarchisée suite à des manipulations génétiques, son auteur passa sa vie à faire usage des drogues les plus diverses afin d’atteindre une « forme de mysticisme ». Ces délires caractérisant ce milieu touchèrent aussi son frère, Julian Huxley, partisan de l’eugénisme et qui devint le premier président de l’UNESCO (éducation, science et culture) en 1946. Cette tournure d’esprit propre aux frères Huxley est due à l’influence du grand-père paternel, Thomas Huxley (1825-1895). Ce biologiste farouche défenseur des principes darwiniens [100] transmit ces concepts à ses petits-fils qui surent en faire profiter le monde entier. Ajoutons que le réseau et les liens unissant la famille mondialiste sont vraiment étroits puisqu’un des étudiants de Thomas Huxley s’appelait … H.G Wells [101]. 

    Ce passage de relais de génération en génération permet de mieux comprendre cette permanence du mondialisme ainsi que sa montée en puissance. Nous pouvons désormais relier l’action passée de ces hommes à la fondation du WWF en 1961. En effet, sa création est due à Julian Huxley [102]. Le WWF contribue à répandre cet idéal panthéiste et constitue une des branches d’action du mondialisme. Est-ce un hasard d’apprendre que le premier président du WWF fut le dirigeant du Bilderberg, le prince Bernhard [103] (président de 1962 à 1976). D’autres présidents se sont succédés à la tête du WWF comme John Loudon qui fut comme John Kerr président de la compagnie pétrolière,
    la Royal Dutch Shell. Ce conglomérat pétrolier anglo-hollandais est une des pépinières du nouvel ordre mondial. Précisons aussi que le Prince Philippe, époux de la reine d’Angleterre Elisabeth II, dirigea le WWF de 1981 à 1996. 

     

    David Rockefeller, Sr. (1915-…) 

    Nous pouvons ajouter à cette liste d’acteurs issue d’une longue tradition politico-commerciale, le rôle de
    la Trilatériale. Créée en 1973 par 
    David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski (membres du CFR), ce dernier est le mentor du président Obama. Cet institut regroupe trois zones géographiques économiquement développées : l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon. Rappelant l’appui de Français comme Simone Veil, Robert Marjolin, Raymond Barre ou encore Hubert Védrine, Brzezinski ajoute que les Etats sont « face à des problèmes de plus en plus partagés — financiers, économiques et stratégiques — et qu’ils sont de moins en moins en mesure de régler, sans au moins se concerter plus étroitement, dans leur propre intérêt et dans celui du reste du monde ». Afin d’affronter ces défis, l’auteur précise même que
    la Trilatérale a été à l’origine de la création du G7 [
    104]. Les accointances de
    la Trilatérale avec le monde industriel et le monde des think tanks sont avérés en particulier avec le réseau politique transatlantique (le TPN) [
    105]. En effet, le président de la branche européenne de
    la Trilatérale, Peter Sutherland, est aussi le président de la branche européenne du TPN. Cet Irlandais fut aussi le patron de Goldman Sachs qui régit en sous-main la politique économique du président Obama et, entre autres, commissaire à la concurrence de 1985 à 1989 sous la présidence de Jacques Delors [
    106]. Petite cerise sur le gâteau, Peter Sutherland est aussi le directeur de l’école fabienne
    la London School of Economics [
    107]. Le tour du propriétaire sera complet en ajoutant que John Kerr — que nous avons vu ci-dessus — est aussi membre de
    la Trilatérale Europe [
    108]. 

    Comme nous pouvons le constater, les élites politiques et économiques convergent depuis longtemps vers l’édification d’un ordre mondial unifié [109]. Cependant, le tour ne serait pas complet si on n’évoquait pas les déclarations des autorités de l’Eglise catholique. 

    Une Eglise catholique au service du nouvel ordre mondial 

    Que l’on soit croyant ou pas, l’étude des principes animant une Eglise doit se faire avec objectivité. Il faut étudier les préceptes qu’elle défend et observer si les propos et les actions qu’elle mène sont en conformité ou pas avec son corps de doctrine. Dans le cas de l’Eglise catholique, le concept défendu depuis 2000 ans s’appuie sur la primauté de Dieu sur l’homme. Les Ecritures et
    la Tradition constituent le socle intouchable, le dépôt de la foi selon les termes consacrés, définies par le successeur de saint Pierre, le pape. L’homme marqué du péché originel doit se conformer à une autorité supérieure et obéir à l’ensemble des préceptes défendus par l’Eglise catholique. Ces principes sont immuables. Quand on n’est pas d’accord avec ces principes, on quitte l’Eglise catholique. C’est le cas des multiples Eglises protestantes. Cependant, un changement fondamental s’est produit avec le concile Vatican II (1962-1965). Ce concile est le résultat d’un long courant de réflexions animant de nombreux hommes d’Eglise mais aussi hors de l’Eglise dès le XIXè siècle. Après un long combat entre les défenseurs de
    la Tradition et les progressistes ; ces derniers ont pu imposer leur vision lors de la grande réforme de Vatican II. Pour ces partisans, il s’agit d’adapter l’Eglise aux multiples innovations politiques, techniques et sociales marquant l’évolution du monde. Pour les défenseurs de
    la Tradition, c’est tout l’inverse. C’est au monde de s’adapter aux principes de l’Eglise. Cette humanisation de l’Eglise passant par la promotion des droits de l’homme et sa collaboration avec les instances internationales ont été clairement affichées en 1963 dans l’encyclique du pape Jean XXIII, Pacem in terris [
    110]. Rappelant les progrès de la science et des techniques conduisant à « intensifier leur collaboration et à renforcer leur union » au sein du genre humain ; il s’agit de renforcer le « bien commun universel » que les Etats ne peuvent plus assurer selon l’encyclique. C’est pourquoi, le document ajoute en toute logique que « De nos jours, le bien commun universel pose des problèmes de dimensions mondiales. Ils ne peuvent être résolus que par une autorité publique dont le pouvoir, la constitution et les moyens d’action prennent eux aussi des dimensions mondiales et qui puisse exercer son action sur toute l’étendue de la terre. C’est donc l’ordre moral lui-même qui exige la constitution d’une autorité publique de compétence universelle ». 

    Souhaitant que ce « pouvoir supranational ou mondial » ne soit pas instauré de force, l’encyclique approuve la Déclaration des droits de l’homme de 1948 en dehors de quelques objections. Elle ajoute que « Nous considérons cette Déclaration comme un pas vers l’établissement d’une organisation juridico-politique de la communauté mondiale » [111]. 

    Ce changement de direction de l’Eglise catholique est la marque de fabrique de tous les papes depuis Vatican II. Lors de son message de Noël en 2005, Benoît XVI a encouragé les hommes à s’engager « dans l’édification d’un nouvel ordre mondial » [112] . 

    Il est donc tout à fait logique que Benoît XVI ait appelé à l’instauration d’une « autorité politique mondiale » dans son encyclique Veritas in caritate [113] en juillet 2009. Rappelant l’interdépendance mondiale, le pape appelle à « l’urgence de la réforme de l’Organisation des Nations Unies comme celle de l’architecture économique et financière internationale en vue de donner une réalité concrète au concept de famille des nations (…) » [114]. 

    Vers une assemblée parlementaire mondiale 

    La création de grandes unions politiques régionales régies par des lois communes constituant les différentes composantes de l’Etat mondial se doit d’être représentée au sein d’une assemblée unique. C’est tout l’enjeu de « l’Assemblée parlementaire des Nations Unies » (l’APNU) [115]. Cette ambition est la suite logique des rêves d’unification du monde défendue par les théoriciens du mondialisme (fabiens et consort). Rien ne surgit au hasard. Les événements, les personnages et les instituts du passé produisent leurs fruits conduisant à parachever l’édifice babélien. Par conséquent, l’action du WFM (World Federalist Movement), dont nous avons vu la création en 1947 à Montreux, poursuit tout logiquement le travail qui est le sien. Ainsi, le WFM est à l’origine, en 1992, de l’élaboration du premier grand document appelant à l’établissement d’une Assemblée parlementaire mondiale au sein des Nations Unies : The case for a United Nations Parliamentary Assembly (« L’objet d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies ») du Canadien Dieter Heinrich [116]. De nombreux travaux et conciliabules se sont déroulés par la suite au sein du sénat canadien, du parlement européen, lors du Forum du Millénaire en 2000 à New York, du 12è congrès de l’Internationale socialiste etc, pour enfin aboutir à la création en septembre 2003 au « Comité pour une ONU démocratique ». Nous sommes obligé de donner la version en allemand car, comme nous allons le voir, les autorités politiques allemandes jouent un rôle de premier plan : Komitee für eine Demokratische UNO (KDUN) [117]. 

    Le KDUN est la figure de proue au sein d’un comité exécutif [118] oeuvrant en faveur d’un Parlement mondial. En effet, ses travaux sont secondés par un autre institut déjà mentionné, le WFM. A cela, il faut ajouter « 
    la Société des peuples menacés » (Gesellschaft für bedrohte Völcker), institut allemand oeuvrant en faveur de l’émancipation des groupes ethniques et qui travaille main dans la main avec l’UFCE (l’Union Fédéraliste des Communautés Ethniques Européennes) [
    119] et une ONG anglaise, le 2020 Vision Ltd [120]. 

    Le KDUN dont le siège est à Berlin annonce la couleur en précisant dans ses statuts sa volonté de construire une société cosmopolitique et favorisant les intégrations continentales [121]. Au sein du comité directeur, on trouve des représentants issus des mondes politiques et scientifiques. Il est intéressant de souligner que tous les courants politiques allemands sont présents à l’exception des ex-communistes (die Linke) [122]. Au sein de ce comité, nous trouvons un personnage clef, Armin Laschet. Cet homme politique est à l’origine du rapport élaboré en 2003 appelant à donner un siège permanent à l’Union européenne [123] après l’adoption du « Traité Giscard » (désormais appelé « Traité de Lisbonne »). Son influence est décisive car on le trouve aussi à la tête du comité directeur du Prix Charlemagne [124]. Par ailleurs, la présence du député allemand au Parlement européen Jo Leinen à la direction du KDUN est particulièrement significative car il joua un rôle déterminant dans l’adoption du Traité de Lisbonne [125]. 

    C’est en avril 2007 que le KDUN lança sa campagne en faveur d’un Parlement mondial sous la direction de son président, Andréas Bummel. Auteur d’un livre intituléInternationale Demokratie Entwickeln (« Développer la démocratie internationale ») [126], c’est un ancien adhérent du parti libéral, le FDP, dont le président Guido Westerwelle est devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Merkel depuis septembre 2009. C’est aussi un collaborateur de la « Société des peuples menacés » dirigés par Tilman Zülch (membre du comité directeur du KDUN) et de
    la World Federalist Movement (WFM) de New-York [
    127]. 

    Tous ces intervenants agissent afin de favoriser la naissance de ce nouvel organe mondial. Comme il est précisé dans les textes officiels : « (…) L’APNU pourrait dans un premier temps être constituée de délégués de parlements nationaux et régionaux reflétant leur composition politique. Une APNU inclurait donc des membres de partis minoritaires qui ne font pas partie du gouvernement. A un stade ultérieur, l’APNU pourrait être directement élue. Une APNU serait ainsi un organe unique et légitime représentant la voix des citoyens sur des questions d’ordre international. Les participants à la campagne considèrent qu’une APNU, une fois créée, évoluerait d’un simple organe consultatif à un parlement mondial avec de véritables droits à l’information, la participation et de contrôle »(…) [128]. 

    Ces ambitions affichées sans complexes par l’APNU s’épanouissent encore plus lorsque l’on se rappelle le soutien apporté par Benoît XVI à l’instauration d’une « autorité politique mondiale ». Il va de soi que les dirigeants de l’APNU ont salué avec enthousiasme l’encyclique de ce pape [129].. 

    Conclusion 

    Cette rapide description de l’histoire des tenants du mondialisme remontant du Moyen-Âge jusqu’au début du XXIè siècle souligne que cette tendance est très ancienne. Elle repose sur une cupidité sans limites et la poursuite d’un idéal de contrôle complet des richesses planétaires. Cette évolution n’a fait que prendre de la vitesse au fur et à mesure que le « clergé » mondialiste, successeur de Nimrod, réussissait à imposer son mode de pensée en faveur du nouvel ordre mondial. Depuis la chute du mur de Berlin, les événements s’accélèrent ; la crise aussi. La décennie 2010 sera décisive pour le genre humain car le mondialisme, selon la doctrine de ces élites, est un messianisme pressé. 

    Pierre Hillard 

                   

    Documents joints 

    Pour télécharger ces livres, cliquez sur leur couverture 

    « The Anglo-American Etablishment », par Carroll Quigley 


    (PDF – 1.4 Mo)
      

    « The History of the Fabian Society », par Edward R. Pease 


    (PDF – 1.4 Mo)
      

    « The Open Conspiracy », par H.G. Wells 


    (PDF – 285.6 ko)
      

    « The New World Order », par H.G. Wells 


    (PDF – 530.1 ko)
      

    « Wall Street and the bolshevik revolution », par Antony Sutton 


    (PDF – 586.2 ko)
      

    « Wall Street and FDR », par Antony Sutton 


    (PDF – 456.6 ko)
      

    « Wall Street and the rise of Hitler », par Antony Sutton 


    (PDF – 620.3 ko)
      

    « Union Now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the North Atlantic », par Clarence Streit 


    (PDF – 937.7 ko)
      

    « Philip Dru : Administrator, A Story of Tomorrow, 1920-1935 », par Edward Mandell House 


    (PDF – 691 ko)
      

    « Internationale Demokratie entwickeln » / « Developing International Democracy », par Andreas Bummel 


    (PDF – 455 ko)
      

    [1] « U.S move sows confusion in EU », par Charles Forelle, The Wall Street Journal, 2 février 2010. 

    [2] Site officiel de l’Eurasec

    [3] « L’Union douanière, créée par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie », dossier de Ria Novosti. 

    [4] « Eurasie : le président kazakh prône la création d’une monnaie unique, l’evraz », Ria Novosti, 11 mars 2009. 

    [5] « CEEA : la création d’une monnaie unique au menu d’entretiens russo-kazakhs », Ria Novosti, 14 mars 2009. 

    [6] Site officiel de l’UNASUR

    [7] Le 26 novembre 2008, lors d’une réunion à Caracas, quelques pays d’Amérique du Sud ont décidé de préparer le terrain en créant le « Fonds de stabilisation et de réserve » ; c’est-à-dire une unité de compte appelé « SUCRE » (Système Unitaire de Compensation Régionale). Cette unité de compte fait référence aussi à Antonio José de Sucre (1795-1830) qui fut lieutenant au service de Simon Bolivar. 

    [8] Page officielle de l’Assemblée Parlementaire Euro-Latino Américaine

    [9] Site officiel du SICA

    [10] Site officiel de l’Union africaine

    [11] Site officiel du NEPAD

    [12] Description de l’Union africaine sur le site du ministère français des Affaires étrangères. 

    [13] Site officiel du GCC

    [14] « Proposed GCC currency name ‘too general’ », Trade Arabia, 16 décembre 2009. 

    [15] « 
    La Chine espère populariser le yuan au sein de l’Asean », Les Echos, 31 décembre 2009. 

    [16] Site officiel du PSP

    [17] La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, par Pierre Hillard (Editions François-Xavier de Guibert, 2007), p. 21. 

    [18] Ibid., pp. 86-87 

    [19] La décomposition des nations Européennes : De l’union euro-Atlantique à l’Etat mondial, par Pierre Hillard (Editions François-Xavier de Guibert, 2005), p. 137 et La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, op. cit, p. 79. 

    [20] « Résolution du Parlement européen sur l’état des relations transatlantiques après les élections qui ont eu lieu aux États-Unis » (2008/2199(INI)), Réseau Voltaire, 23 mars 2009. 

    [21] « La Russie et la Chine proposent une monnaie commune globale », Réseau Voltaire, 11 juillet 2009. 

    [22] La revue The Economist de janvier 1988 annonçait le lancement d’une monnaie mondiale appelée « phénix » pour 2018. Nous sommes dans les temps. 

    [23] « Discours d’acceptation », par Herman von Rompuy, Réseau Voltaire, 19 novembre 2009. 

    [24] Les revendications ethniques et religieuses ainsi que l’opposition entre régions riches et régions pauvres accélèreront la décomposition des Etats dans le monde. Ce phénomène s’explique en particulier en raison du transfert de l’autorité suprême à des unions politiques régionales au dépens des Etats qui n’ont plus leur raison d’être. La dislocation des Etats sera planétaire. Déjà, certains dirigeants des Etats fédérés US du Texas et du Vermont souhaitent faire sécession. En ce qui concerne l’Europe,
    la Belgique avec
    la Flandre ou l’Espagne avec
    la Catalogne constituent des risques majeurs. Ces revendications régionalistes conduisant au morcellement des Etats sont nécessaires pour aboutir à la réalisation du nouvel ordre mondial. 

    [25] Jusqu’au début janvier 1973,
    la France partageait le droit de créer de la monnaie avec les banques privées. Pour financer la construction de logements sociaux par exemple, l’Etat empruntait auprès de la banque centrale qui créait pour l’occasion cette monnaie. Par la suite, l’Etat remboursait l’emprunt tandis que la banque détruisait cet argent ; mais, point capital, sans faire payer d’intérêts. Or, l’Etat s’est interdit d’emprunter auprès de la banque centrale avec l’article 25 de la loi Pompidou-Giscard d’Estaing du 3 janvier 1973. Il se prive donc de la création monétaire sauf s’il s’adresse auprès d’acteurs privés qui, eux, font payer des intérêts au prix fort. Par conséquent, cette politique empêche toute politique sociale véritable rendant les investissements publics hors de prix et entraînant par la même occasion l’augmentation de la dette publique. Ce principe inscrit dans le Traité de Maastricht (1992) à l’article 104 a été transposé à l’article 123 dans le Traité de Lisbonne. Les Etats de l’UE sont donc totalement tributaires de l’oligarchie financière. 

    [26] Une large partie de ce chapitre s’appuie sur les travaux de l’historien américain Carroll Quigley (1910-1977) professeur entre autres à l’université Georgetown : The anglo-american Etablishment, GSG § Associates, 1981. Il fut en particulier le professeur de … Bill Clinton. 

    [27] Le lancement en juillet 2009 d’un projet de panneaux solaires en Afrique du Nord et au Proche-Orient devant irriguer en énergie l’Europe se fait dans le cadre de « Desertec ». La branche allemande du Club de Rome, le centre aéronautique et aérospatial allemand et le prince Hassan bin Talal de Jordanie ont fortement contribué au projet. Indirectement, cette politique énergétique va contribuer à intégrer encore plus largement ces Etats Sud-méditerranéens à l’Union européenne et, dans la foulée, à l’axe euro-atlantique dans le cadre de l’interdépendance. 

    [28] C’est le cas du « Corridor de Nasco » avec l’émergence d’un bloc Nord-américain. 

    [29] Les bénéficiaires des bourses d’études Cecil Rhodes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Afrique du Sud etc sont présentés sur les sites internet de ces différentes écoles. 

    [30] A partir de la deuxième moitié du XIXè siècle, l’équipe de Cecil Rhodes contrôlait le Times de Londres, journal réservé aux élites politiques et économiques britanniques qui, elles aussi, étaient pour la plupart membres de cette vaste aristocratie commerciale. Cela s’appelle travailler en circuit fermé. 

    [31] Anglo-american Etablishment, op. cit, p. 169. 

    [32] L’expression « groupe Milner » est utilisée pour évoquer les personnages politiques, économiques, militaires et journalistiques acquis aux idéaux d’Alfred Milner et de son mentor, Cecil Rhodes. 

    [33] Ibid., p. 133. 

    [34] Nous nous appuyons sur les travaux de Edward R. Pease, The History of the Fabian Society (EP Dutton and Company, 1916), ouvrage souvent réédité. 

    [35] Site officiel de la Fabian Society

    [36] Robert Owen s’appuyait sur les principes du philosophe Platon, en particulier son ouvrage 
    La République, défendant l’idéal d’une société aristocratique dirigée par l’élite, éliminant le mariage tout en favorisant la reproduction des meilleurs. Cette théorie a fait des petits. On retrouve ces concepts dans Le Meilleur des mondesd’Aldous Huxley, 1984 d’Orwell ou encore dans certains ouvrages d’Herbert George Wells, membre dirigeant de la société fabienne. 

    [37] L’université d’Oxford est devenue un des foyers de recrutement des élites grâce aux « bourses d’études Cecil Rhodes » pour
    la Grande-Bretagne. 

    [38] Gardons à l’esprit que tout est lié. 

    [39] Au début du XXIè siècle, 200 députés britanniques appartiennent à la société fabienne comme l’ancien Premier ministre Tony Blair (promoteur de la politique économique appelée la « 3è voie », principe fabien par excellence) ou Gordon Brown. 

    [40] Il semble ne pas y avoir trouvé satisfaction. 

    [41] Ouvrage paru en 1928, réédité en 1931 sous le titre What are we to do with our Lives ?

    [42] The War That Will End War, par H. G. Wells. Version française :La destruction libératrice, réédité aux Editions Le passé du futur, Grama, Bruxelles, 1995, p. 214. 

    [43] Ibid., p. 134 : « Ce fut dans une ambiance légèrement incrédule que démarra la réunion qui devait instaurer le nouvel ordre mondial ». 

    [44] The
    New World Order
    , par H.G Wells, réédité par Filiquarian Publishing, LLC, en 2007. 

    [45] La plupart des responsables économiques de l’administration Obama sont issu de
    la Pilgrim Society. 

    [46] Voir The Anglo-American Etablishment, op. cit, p. 82 et pages 117 et suivantes. 

    [47] Site officiel de la Round Table

    [48] L’entreprise JP Morgan, pilier de la finance anglo-saxonne, fut fondée par John Pierpont Morgan (1837-1913). 

    [49] Voir les ouvrages de l’extraordinaire Antony Sutton (1925-2002), chercheur à l’institution Hoover et à l’université Stanford, décrivant le soutien de Wall Street aux trois éléments suivants : Wall Street and the bolshevik revolution, Arlington House, 1974 ; Wall Street and FDR (ndlr : Franklin Delano Roosevelt) et Wall Street and the rise of Hitler. Il faut ajouter aussi cette série en trois volumes :Western technology and soviet economic development 1917-1930 ;Western technology and soviet economic development 1930-1945et Western technology and soviet economic development 1945 to 1965 prouvant à partir d’une documentation de première main le soutien économique et financier de l’occident à l’Union soviétique et à ses affidés. 

    [50] Nous invitons le lecteur à s’intéresser à Basil Zaharoff (1850-1936) qui fit fortune en vendant des armes aux acteurs du conflit de 1914-1918. 

    [51] Wall Street and the bolshevik revolution, op. cit, p. 57. 

    [52] Ibid., pp. 83. 

    [53] Ibid., p. 82. Il est intéressant de noter que Harry Hopkins (1890-1946) qui devint plus tard l’éminence grise du président Roosevelt, fut l’intermédiaire entre
    la Croix-Rouge états-unienne dirigée par William Boyce Thompson à Petrograd en 1917 et sa représentation à Washington in Ibid., p. 72. 

    [54] Ibid., pp. 89-100. Le mémorandum de William Boyce Thompson présenté à Lloyd George peut être lu en entier à la page 197 et suivantes au paragraphe intitulé « Document 4 ». 

    [55] Pétrole, une guerre d’un siècle, par William Engdahl (Editions Jean-Cyrille Godefroy, 2007), p. 94 et suivantes. 

    [56] Wall Street and the rise of Hitler, op. cit, voir les chapitres de 1 à 5 en particulier page 47. 

    [57] The anglo-american Etablishment, op. cit, p. 182. 

    [58] Outre
    la Grande-Bretagne et ses dominions, Lionel Curtis n’hésitait pas à y ajouter :
    la France, les pays scandinaves, l’Irlande, l’Egypte, l’Inde,
    la Belgique, les Pays-Bas, le Canada et les Etats-Unis. Ces projets ont été présentés dans son livre paru en une seule édition en 1938 : The Commonwealth of God in The Anglo-American Etablishment, op. cit, pp. 282-283. 

    [59] Union Now : A Proposal for a Federal Union of the Democracies of the North
    Atlantic
    , par Clarence Streit (Harper & Brothers Publishers, 1939). 

    [60] The Anglo-American Etablishment, op. cit, p. 283. 

    [61] « Comment le Conseil des relations étrangères détermine la diplomatie US », Réseau Voltaire, 25 juin 2004. 

    [62] Le président Wilson l’appelait son « alter ego ». 

    [63] Wall Street and FDR, op.cit, p. 92 et suivantes. 

    [64] Voir notre livre 
    La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial, op.cit, p. 14 et pp. 80-81. 
    Philip Dru, administrator, par Edward Mandell House, réédition Robert Welch University Press, 1998. 

    [65] 
    La Paneurope, par Anne-Marie Saint Gille (Presses de l’université de Paris Sorbonne, 2003), pp. 130-131. 

    [66] L’engagement d’Aristide Briand au côté de
    la Paneurope acquise aux principes fédéralistes et régionalistes dans un cadre politique mondial unifié permet de mieux comprendre le discours du représentant français à l’Assemblée générale de
    la Société des Nations, le 5 septembre 1929, appelant à un « lien fédéral » entre les Etats européens. 

    [67] Le représentant anglais lors de ce congrès paneuropéen de 1926, A. Watts, était membre du Royal Institute of International Affairs issu du « groupe Milner » in 
    La Paneurope, op. cit, p. 148. 

    [68] « Richard de Coudenhove-Kalergi (1894 -1972) », site internet de l’association PanEurope-France. 

    [69]
    La Paneurope a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de tous les textes en faveur de la protection des groupes ethniques. Voir notre ouvrage 
    Minorités et régionalismes dans l’Europe Fédérale des Régions (Editions François-Xavier de Guibert, 4è édition, 2004) et dans ce livre, le chapitre intitulé « L’union Charlemagne » p. 75 et suivantes. 

    [70] « Richard Coudenhove-Kalergi » sur le site internet de l’European Society Coudenhove-Kalergi. 

    [71] Site officiel de l’association Paneuropa

    [72] Lire son discours prophétique à l’annexe 11 de 
    La Décomposition des nations européennes ; en particulier le passage où Coudenhove appelle à l’instauration d’une « union atlantique », une « Fédération à trois » selon son expression, « l’Angleterre étant le pont entre l’Europe et l’Amérique ». C’est exactement ce qui est poursuivi par les instances de Bruxelles et de Washington d’une manière accélérée depuis 1990. Voir la liste complète des bénéficiaires du Prix Charlemagne sur le site du 
    Comité

    [73] Wall Street and the rise of Hiter, op. cit, chapitre 2 « The Empire of IG Farben », p. 33. 

    [74] Wall Street and the bolshevik revolution, op. cit, pp. 125-126. 

    [75] Ibid., p. 126. 

    [76] Ibid., p. 60. 

    [77] Ibid., pp. 61-62 

    [78] Ibid., p. 50. 

    [79] Il faut ajouter aussi que Hjalmar Schacht est à l’origine de l’existence de
    la Banque des règlements internationaux (Bank of International Settlements). Antony Sutton relate aussi la réunion déterminante du 20 février 1933 dans la demeure d’Hermann Goering qui permit, en présence d’Adolf Hitler, de lever des fonds pour le financement du parti nazi. Les plus grands patrons de l’industrie allemande étaient présents et ont aligné les sommes nécessaires (Krupp von Bohlen, Albert Voegler, von Loewenfeld, …) ; le tout se faisait sous la direction d’Hjalmar Schacht in Wall Street and the rise of Hitler, op. cit, p.108. 

    [80] Antony Sutton évoque entre autres l’influence déterminante de Gerard Swope (1872-1957), président de General Electric Company, qui permit la politique socialisante du président Roosevelt in Wall Street and FDR, op.cit, p. 86. 

    [81] Carroll Quigley explique entre autres les infiltrations au sein de l’appareil politique états-unien de la part de JP Morgan in Tragedy and Hope. A History of the World in Our Time (GSG and Associates, 1966), p. 938. 

    [82] Le Premier ministre anglais a tenu des propos dans son discours de Zürich qui sont dans la droite ligne du mondialisme à en juger ces extraits : « (…) L’Union européenne a fait beaucoup pour arriver à ce but et ce mouvement doit beaucoup au comte Coudenhove-Kalergi et à ce grand patriote et homme d’Etat français que fut Aristide Briand (…). Nous autres Britanniques, nous avons le Commonwealth. L’organisation du monde ne s’en trouve pas affaiblie, mais au contraire renforcée et elle y trouve en réalité ses maîtres piliers. Et pourquoi n’y aurait-il pas un groupement européen qui donnerait à des peuples éloignés l’un de l’autre le sentiment d’un patriotisme plus large et d’une sorte de nationalité commune ? Et pourquoi un groupement européen ne devrait-il pas occuper la place qui lui revient au milieu des autres groupements et contribuer à diriger la barque de l’humanité ? (…). Appelant à une réconciliation franco-allemande, Churchill ajoute dans un esprit fabien : « Il faut que notre but permanent soit d’accroître et de renforcer la puissance de l’ONU. Il nous faut créer la famille européenne en la dotant d’une structure régionale placée sous cette organisation mondiale, et cette famille pourra alors s’appeler les Etats-Unis d’Europe » (…) in George C. Marshall, Points de repère, Lausanne, 1973 

    [83] L’influence fédéraliste se fit sentir par l’intermédiaire d’Européens convaincus comme Denis de Rougemont, Henri Brugmans et Alexandre Marc. 

    [84] Côté états-unien, dès 1924, Rosika Schwimmer et Lola M. Lloyd défendant la cause des femmes (droit de vote, etc) organisèrent la première assemblée constituante mondiale devant être élus par les peuples afin de rédiger une constitution mondiale. Cette initiative fut relancée en 1937 à Chicago avec une campagne en faveur d’un gouvernement mondial. Il serait très intéressant de savoir qui finançait de tels projets. Par la suite, d’autres Etats-uniens préparèrent les esprits en faveur d’un monde uni : Emery Reves, auteur de Anatomy of Peace défendant l’idée d’un gouvernement mondial (il fut aussi l’agent littéraire de Winston Churchill) ; le politicien Wendell Wilkie avec son livre One World ; l’avocat Clark Grenville auteur de World Peace through World Law ; le journaliste Norman Cousins ; le journaliste et sénateur démocrate Alan Cranston et le philosophe Robert Hutchins. 

    [85] Présentation du World Federalist Movement sur son site internet. 

    [86] Déclaration de Montreux du 23 août 1947. 

    [87] Voir notre livre La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale (Editions François-Xavier de Guibert, 2009), pp. 95-96 et « Geschichte der Europa-Union Deutschland sur le site internet de Europa Union Deutschland. 

    [88] « The history of Federal Union » sur le site internet de l’association. 

    [89] « Regional Federalism » sur le site internet du World Federalist Movement. 

    [90] Site officiel d’Andrew Duff

    [91] « ECFR’s Board and Council » sur le site internet de l’European Council on Foreign Relations. 

    [92] « Création accélérée d’un Conseil européen des relations étrangères », Réseau Voltaire, 3 octobre 2007. 

    [93] 
    La Fondation Bertelsamann et la gouvernance mondiale, op. cit, p. 92 et suivantes. 

    [94] « Trustees » sur le site internet du Rhodes Trust. 

    [95] Parmi les nombreux participants, nous pouvons relever Richard de Coudenhove-Kalergi, Konrad Adenauer, Denis de Rougemont, Alcide de Gasperi, François Mitterrand, etc. 

    [96] « Histoire secrète de l’Union européenne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 juin 2004. 

    [97] Une exception toutefois ; RTL Belgique a diffusé lors de son journal télévisé l’extérieur de la réunion du Bilderberg en juin 2000 lors de sa réunion à Genval dans le Brabant wallon. On peut y apercevoir Dominique Strauss-Kahn ou encore la reine Béatrix des Pays-Bas. 

    [98] « Top candidate debates EU tax at elite dinner », par Andrew Rettman, EU Observer, 16 novembre 2001. 

    [99] Le film Avatar de James Cameron sorti en décembre 2009 est le prototype même de l’esprit « gaïa ». Une tribu parée de nombreuses qualités par rapport aux humains venus exploiter leur planète tire leur force de la nature, plus précisément d’un arbre, véritable dieu qui donne l’énergie comme il l’a reprend. 

    [100] Thomas Huxley était appelé le « bouledogue de Darwin ». 

    [101] « H.G. Wells : Darwin’s disciple and eugenicist extraordinaire », par Jerry Bergman, in Journal of Creation, décembre 2004. 

    [102] « WWF in the 60’s » sur le site internet du World Wild Fund. 

    [103] « Presidents – past and present » sur le site internet du World Wild Fund. 

    [104] Le Figaro, 25 janvier 1999. 

    [105] Voir p. 137 (chapitre 28). 

    [106] « Peter Sutherland, Directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995 », sur le site internet de l’Organisation mondiale du Commerce. 

    [107] « Peter Sutherland », sur le site internet de
    la Commission trilatérale. 

    [108] « Membership », sur le site internet de
    la Commission trilatérale. 

    [109] Parmi les nombreux domaines participant à l’édification du nouvel ordre mondial, nous pouvons évoquer le cas du Codex alimentarius dont l’objectif est de procéder à des modifications ou à des suppressions de produits entrant dans la composition alimentaire (vitamines, minéraux, …). 

    [110] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège. 

    [111] Ibid., voir les paragraphes de 130 à 145. 

    [112] « Message Urbi et Orbi du Saint-Père Benoît XVI », 25 décembre 2005, Vatican. 

    [113] Texte intégral sur le site internet du Saint-Siège. 

    [114] Ibid., paragraphe 67. 

    [115] Site officiel de la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies

    [116] The case for a United Nations Parliamentary Assembly, par Dieter Heinrich, World Federalist Movement, octobre 1992 

    [117] Site officiel du Komitee für eine Demokratische UNO

    [118] « Comité exécutif » de
    la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

    [119] Cet institut allemand est à l’origine des textes clefs en faveur des groupes ethniques en Europe ; la Charte des langues régionales ou minoritaires et la Convention-cadre pour la protection des minorités. Voir notre livre Minorités et régionalismes, op. cit. p. 142 et suivantes. 

    [120] Site officiel de 2020 Vision

    [121] « Satzung für das Komitee für eine demokratische UNO ».Document téléchargeable

    [122] « Associates des KDUN », sur le site internet du Komitee für eine Demokratische UNO. 

    [123] Rapport sur les relations entre l’Union européenne et l’organisation des Nations Unies [2003/2049 (INI)], rapporteur Armin Laschet, 16 décembre 2003. 

    [124] Signalons aussi la présence de Hans-Gert Pöttering au sein du comité directeur du Prix Charlemagne, président de
    la Fondation Konrad Adenauer, ancien président du Parlement européen mais aussi ancien président de Europa Union Deutschland, filiale de l’Union des fédéralistes européens (l’UEF créée à Montreux en 1947) dirigée en 2010 par le député anglais au Parlement européen Andrew Duff. 

    [125] Voir 
    La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale, op. cit, p. 93 et suivantes. 

    [126] Internationale Demokratie entwickeln, par Andreas Bummel, Horizonte Verlag, 2005. 

    [127] « Andreas Bummel Der Vorsitzende des Komitees für eine demokratische UNO », par Gerrit Wustmann, 11 février 2008. 

    [128] « A propos du projet APNU », sur le site internet de
    la Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

    [129] « Etude : la création d’un Parlement mondial serait « pleinement en harmonie avec la doctrine papale » », 28 juillet 2009, Campagne pour la création d’une Assemblée parlementaire des Nations Unies. 

     

    Bilderberg 2011 en Suisse : une édition historique.

    Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 4 : 01

    publié sur : http://infodudecodeur.wordpress.com/tag/bilderberg/

    13 JUIN 2011 PAR ERIC GRANGER 2 COMMENTAIRES

    Bilderberg 2011 sous haute sécurité

    Du jeudi 9 juin au dimanche 12 juin dernier, la conférence annuelle Bilderberg de 2011 se déroulait à St-Moritz en Suisse. Cette édition peut être qualifiée d’historique. Des politiciens suisses et italiens sont venus protester contre cette conférence et ont donné leur appui aux centaines de manifestants anti-Bilderberg qui étaient sur place. Aussi, les médias traditionnels ont accordé davantage d’attention à cette réunion plus tellement secrète, les médias suisses en particlulier.
    Cette édition du Bilderberg ne s’est pas déroulée comme celles des années auparavant.
    Dans un premier temps, Mario Borghezio (membre élu du parlement européen) s’est vu refuser l’entrée à la conférence samedi puis il s’est fait expulser des lieux. Mr. Borghezio s’est exprimé ainsi à l’agence de presse italienne Ansa : « la sécurité de la réunion nous a traités avec brutalité. J’ai le nez en sang. J’ai l’intention de porter plainte auprès des autorités suisses. »
    Le parlementaire italien s’était présenté à l’entrée principale de l’hotel Suvretta avec sa carte de membre du parlement européen et avait demander à avoir accès à la conférence. Il s’est ensuite fait chasser.
    Suite à cet incident, le parlement italien à Rome a demandé des explications quant à cette expulsion de Mr. Borghezio.

    Dominique Baettig

    Dans un deuxième temps, Dominique Baettig, Lukas Reimann et d’autres membres élus du parlement suisse ont protesté ouvertement sur place contre la tenue de la conférence Bilderberg en Suisse. Ces derniers sont aussi venu en aide aux manifestants ainsi qu’à la presse indépendante qui couvre l’évènement à St-Moritz à l’aide d’une lettre adressée à la sécurité privée du Bilderberg 2011. Dominique Baettig a aussi demandé l’arrestation immédiate de Henry Kissinger pour crime contre l’humanité.
    Voici une vidéo du discours de Baettig lors de la journée de vendredi. Le début de son discours est en français.

    Les manifestants anti-Bilderberg sur place ont fait sentir leur présence tout le long du weekend. Samedi, certains Bilderbergers qui avaient fait une marche en plein air se sont fait huer et insulter par les manifestants à leur retour à l’Hotel Suvretta, le lieu de la conférence. Parmi ceux qui ont passé un mauvais quart d’heure, se trouvaient Eric Schmidt (ancien pdg Google) et Franco Bernabè (Rothschild Europe).

    La conférence Bilderberg 2011 est probablement celle qui a attiré le plus d’attention médiatique depuis le début de son existence. Ci-bas, une liste de liens vers des articles, reportages ou vidéos au sujet du Bilderberg 2011.
    Vous pouvez consulter la liste des participants officiels à la conférence de 2011 publié par plusieurs médias européens comme ceux-ci :

    Le communiqué officiel de Bilderberg 2011 disponible sur RTBF.be

    La Tribune de Genève a aussi publié la liste.

    Rue 89 publie également la liste.

    Vidéos

    Discours de Dominique Baettig contre le groupe Bilderberg.

    Toute la couverture vidéo de Infowars.com

    Articles

    Recherche Google News pour tous les articles concernant le Bilderberg 2011

    L’édition 2011 de la conférence Bilderberg doit être marquée d’une pierre blanche. Jamais il n’y a eu autant de manifestants (entre 150 et 300) présents et jamais encore des politiciens élus avaient manifesté ouvertement sur place leur désaccord avec la tenue de cette réunion du gratin de l’élite mondialiste. La Suisse (ses politiciens et les manifestants) a donné une leçon d’intégrité et de conscience au reste du monde et surtout, aux membres du groupe Bilderberg.

    L’Italie demande des éclaircissements sur l’incident de Bilderberg

    ST-MORITZ | Selon le ministère italien des affaires étrangères, cité par l’agence Ansa, la Suisse est invitée à identifier d’éventuels responsables de l’incident. M. Borghezio avait tenté jeudi d’entrer sans invitation dans l’hôtel où se tient la conférence. Il a utilisé l’entrée officielle, où il été retenu par des agents de la société privée chargée de la sécurité. Il a ensuite passé plusieurs heures au poste de police de la station grisonne. La police cantonale lui a signifié une expulsion du territoire cantonal jusqu’à la fin de la conférence dimanche.

    publié sur : http://www.24heures.ch/depeches/suisse/italie-demande-eclaircissements-incident-bilderberg

    ats | 11.06.2011 | 19:03

    Selon le ministère italien des affaires étrangères, cité par l’agence Ansa, la Suisse est invitée à identifier d’éventuels responsables de l’incident. M. Borghezio avait tenté jeudi d’entrer sans invitation dans l’hôtel où se tient la conférence.

    Il a utilisé l’entrée officielle, où il été retenu par des agents de la société privée chargée de la sécurité. Il a ensuite passé plusieurs heures au poste de police de la station grisonne. La police cantonale lui a signifié une expulsion du territoire cantonal jusqu’à la fin de la conférence dimanche.

    Vendredi soir, la conseillère fédérale Doris Leuthard était présente à la conférence, a indiqué la porte-parole du DETEC Annetta Bundi. Elle a expliqué aux participants les positions prises par la Suisse dans la crise financière ou en matière énergétique.

    Par ailleurs, une manifestation lancée par les Jeunes socialistes n’a rassemblé qu’une cinquantaine de personnes à St-Moritz. Elles ont protesté contre « l’élite autoproclamée » du Bilderberg, critiquant le huis clos de cette conférence et réclamant une « démocratie transparente ».

    La conférence de Bilderberg se tient de jeudi à dimanche. Elle rassemble depuis 1954 d’importantes personnalités de l’économie, de la politique, de l’armée, des médias et de l’aristocratie. L’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, l’ex-président américain Bill Clinton ou l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder y ont participé à plusieurs reprises. Côté suisse, Christoph Blocher a fait partie des invités.

    Liste des participants :

    Cent-trente personnalités du monde de la politique, de l’économie et des médias sont rassemblées depuis jeudi au sein du luxueux hôtel « Suvretta House » à St-Moritz. Habituellement, la liste des participants n’est dévoilée qu’après la fin de la conférence. Pas cette année.

    Les membres discutent de l’euro, de la sécurité dans les réseaux sociaux, du Moyen-Orient, de la compétitivité de la Suisse ou encore de la croissance économique. C’est la première fois, dans les 56 ans d’histoire du sommet, que les participants rendent publics les thèmes de leurs discussions. Leur objectif est de couper l’herbe sous les pieds des opposants à la conférence, qui critiquent son opacité et son manque de contrôle démocratique.

    Liste secrète dévoilée

    publié le 10 juin 2011 sur http://www.tdg.ch/actu/suisse/sommet-bilderberg-liste-secrete-participants-devoilee-2011-06-10

    L’idée du lancement de cette conférence informelle date de 1952. Elle a commencé en mai 1954 à l’hôtel Bilderberg (d’où son nom), situé à Oosterbeek aux Pays-Bas. Ses membres s’appellent eux-mêmes les « Bilderbergers ». Les participants sont invités par le comité de direction. Ils sont installés par ordre alphabétique, sans aucune notion d’étiquette.

    C’est également la première fois que la liste des participants est révélée avant la fin du sommet, dévoilée par le site 20 Minuten Online. La Suisse est représentée par:

    - Peter Brabeck, Nestlé
    - Hans Groth, Pfizer Europe
    - Janom Steiner, canton des Grisons
    - André Kudelski, Kudelski
    - Doris Leuthard, conseillère fédérale
    - Martin Schmid, canton des Grisons
    - Eric Schmid, Google
    - Rolf Schweiger, conseiller aux Etats
    - Rolf Soiron, Holcim, Lonza
    - Daniel Vasella, Novartis
    - Jürg Witmer, Givaudan et Clariant

    Ci-dessous, la liste complète (en anglais):

    Belgique

    Coene, Luc Governor, National Bank of Belgium

    Davignon, Etienne Minister of State

    Leysen, Thomas Chairman, Umicore

    Chine

    Fu, Ying Vice Minister of Foreign Affairs

    Huang, Yiping Professor of Economics, China Center for Economic Research, Peking University

    Danemark

    Eldrup, Anders CEO, DONG Energy

    Federspiel, Ulrik Vice President, Global Affairs, Haldor Topsøe A/S

    Schütze, Peter Member of the Executive Management, Nordea Bank AB

    Allemagne

    Ackermann, Josef Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank

    Enders, Thomas CEO, Airbus SAS

    Löscher, Peter President and CEO, Siemens AG

    Nass, Matthias Chief International Correspondent, Die Zeit

    Steinbrück, Peer Member of the Bundestag; Former Minister of Finance

    Finlande

    Apunen, Matti Director, Finnish Business and Policy Forum EVA

    Johansson, Ole Chairman, Confederation of the Finnish Industries EK

    Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell

    Pentikäinen, Mikael Publisher and Senior Editor-in-Chief, Helsingin Sanomat

    France

    Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP

    Bazire, Nicolas Managing Director, Groupe Arnault /LVMH

    Castries, Henri de Chairman and CEO, AXA

    Lévy, Maurice Chairman and CEO, Publicis Groupe S.A.

    Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations

    Roy, Olivier Professor of Social and Political Theory, European University Institute

    Grande-Bretagne

    Agius, Marcus Chairman, Barclays PLC

    Flint, Douglas J. Group Chairman, HSBC Holdings

    Kerr, John Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell

    Lambert, Richard Independent Non-Executive Director, Ernst & Young

    Mandelson, Peter Member, House of Lords; Chairman, Global Counsel

    Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist

    Osborne, George Chancellor of the Exchequer

    Stewart, Rory Member of Parliament

    Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG

    Grèce

    David, George A. Chairman, Coca-Cola H.B.C. S.A.

    Hardouvelis, Gikas A. Chief Economist and Head of Research, Eurobank EFG

    Papaconstantinou, George Minister of Finance

    Tsoukalis, Loukas President, ELIAMEP Grisons

    Organisations internationales

    Almunia, Joaquín Vice President, European Commission

    Daele, Frans van Chief of Staff to the President of the European Council

    Kroes, Neelie Vice President, European Commission; Commissioner for Digital

    Lamy, Pascal Director General, World Trade Organization

    Rompuy, Herman van President, European Council

    Sheeran, Josette Executive Director, United Nations World Food Programme

    Solana Madariaga, Javier President, ESADEgeo Center for Global Economy and Geopolitics

    Trichet, Jean-Claude President, European Central Bank

    Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group

    Irlande

    Gallagher, Paul Senior Counsel; Former Attorney General

    McDowell, Michael Senior Counsel, Law Library; Former Deputy Prime Minister

    Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International

    Italie

    Bernabè, Franco CEO, Telecom lia SpA

    Elkann, John Chairman, Fiat S.p.A.

    Monti, Mario President, Univers Commerciale Luigi Bocconi

    Scaroni, Paolo CEO, Eni S.p.A.

    Tremonti, Giulio Minister of Economy and Finance

    Canada

    Carney, Mark J. Governor, Bank of Canada

    Clark, Edmund President and CEO, TD Bank Financial Group

    McKenna, Frank Deputy Chair, TD Bank Financial Group

    Orbinksi, James Professor of Medicine and Political Science, University of Toronto

    Prichard, J. Robert S. Chair, Torys LLP

    Reisman, Heather Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc. Center, Brookings Institution

    Pays-Bas

    Bolland, Marc J. Chief Executive, Marks and Spencer Group plc

    Chavannes, Marc E. Political Columnist, NRC Handelsblad; Professor of Journalism

    Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary

    H.M. the Queen of the Netherlands

    Rosenthal, Uri Minister of Foreign Affairs

    Winter, Jaap W. Partner, De Brauw Blackstone Westbroek

    Norvège

    Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, sk Hydro ASA

    H.R.H. Crown Prince Haakon of Norway

    Ottersen, Ole Petter Rector, University of Oslo

    Solberg, Erna Leader of the Conservative Party

    Autriche

    Bronner, Oscar CEO and Publisher, Standard Medien AG

    Faymann, Werner Federal Chancellor

    Rothensteiner, Walter Chairman of the Board, Raiffeisen Zentralbank Österreich AG

    Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG

    Portugal

    Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister

    Ferreira Alves, Clara CEO, Claref LDA; writer

    Nogueira Leite, António Member of the Board, José de Mello Investimentos, SGPS, SA

    Russie

    Mordashov, Alexey A. CEO, Severstal

    Suède

    Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs

    Björling, Ewa Minister for Trade

    Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB

    Suisse

    Brabeck-Letmathe, Peter Chairman, Nestlé S.A.

    Groth, Hans Senior Director, Healthcare Policy & Market Access, Oncology Business Unit, Pfizer Europe

    Janom Steiner, Barbara Head of the Department of Justice, Security and Health, Canton

    Kudelski, André Chairman and CEO, Kudelski Group SA

    Leuthard, Doris Federal Councillor

    Schmid, Martin President, Government of the Canton Grisons

    Schmid, Eric, Executive Chairman, Google Inc.

    Schweiger, Rolf Member of the Swiss Council of States

    Soiron, Rolf Chairman of the Board, Holcim Ltd., Lonza Ltd.

    Vasella, Daniel L. Chairman, Novartis AG

    Witmer, Jürg Chairman, Givaudan SA and Clariant AG

    Espagne

    Cebrián, Juan Luis CEO, PRISA

    Cospedal, María Dolores de Secretary General, Partido Popular

    León Gross, Bernardino Secretary General of the Spanish Presidency

    Nin Génova, Juan María President and CEO, La Caixa

    H.M. the Queen of Spain

    Turquie

    Ciliv, Süreyya CEO, kcell Iletisim Hizmetleri A.S.

    Gülek Domac, Tayyibe Former Minister of State

    Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.

    Pekin Sefika, Founding Partner, Pekin & Bayar Law Firm

    USA

    Alexander, Keith B. Commander, USCYBERCOM; Director, National Security Agency

    Altman, Roger C. Chairman, Evercore Partners Inc.

    Bezos, Jeff Founder and CEO, Amazon.com

    Collins, Timothy C. CEO, Ripplewood Holdings, LLC

    Feldstein, Martin S. George F. Baker Professor of Economics, Harvard University

    Hoffman, Reid Co-founder and Executive Chairman, LinkedIn

    Hughes, Chris R. Co-founder, Facebook

    Jacobs, Kenneth M. Chairman & CEO, Lazard

    Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC

    Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC

    Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners; General, US Army, Retired

    Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc
    .
    Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa

    Kravis, Henry R. Co-Chairman and co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.

    Kravis, Marie-Josée Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.

    Li, Cheng Senior Fellow and Director of Research, John L. Thornton China

    Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation

    Orszag, Peter R. Vice Chairman, Citigroup Global Markets, Inc.

    Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research

    Rockefeller, David Former Chairman, Chase Manhattan Bank

    Rose, Charlie Executive Editor and Anchor, Charlie Rose

    Rubin, Robert E. Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury

    Steinberg, James B. Deputy Secretary of State

    Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC

    Varney, Christine A. Assistant Attorney General for Antitrust

    Vaupel, James W. Founding Director, Max Planck Institute for Demographic Research

    Warsh, Kevin Former Governor, Federal Reserve Board

    Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC

    Une pause café - Une person... |
    LE TECHNICIEN DU RISQUE |
    Sauvons les animaux |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
    | Mouvement Citoyen Chrétien
    | CRC-PHONE IMPACT EXPERT