29 juin 2013

¤ Imbroglio en Syrie: Le Hamas tombe dans le piège sectaire…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 19 : 18

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/29/imbroglio-en-syrie-le-hamas-tombe-dans-le-piege-sectaire/

Sachant qu’à l’origine le Hamas est une création israélienne (Mossad + Shin Beth) pour diviser la résistance palestinienne et donner une concurrence religieuse à l’OLP et au FPLP, cette information est-elle vraiment surprenante ?

Le plus surprenant est sûrement la confiance accordée par le Hezbollah a une entité politico-religieuse à l’origine fumeuse. Ceci ne veut pas dire que le Hamas dans sa totalité est un « agent d’Israël », non. Mais il y a des éléments toujours sous contrôle, c’est l’évidence même. On se rappelle du reste que la QG du Hamas avait dû bouger de Damas au début des évènements… Y a t’il une relation directe de cause à effet ? Cette situation est une fois de plus provoquée par les sionistes qui cherchent la guerre confessionnelle au Moyen-Oreint, guerre qu’ils contrôleront sans y participer directement. Toutes ces provocations les unes après les autres font parties d’un piège tendu aux musulmans.

– Résistance 71 –

Syrie: Mechaal (Hamas) est tombé dans le piège du sectarisme

Abdel Bari Arwan

 

28 Juin 2013

 

url de l’article original:

http://french.irib.ir/component/k2/item/263317-syrie-mesha’al-est-tombé-dans-le-piège-du-sectarisme,-par-abdel-bari-atwan

Le basculement de Khalid Mesha’al, le dirigeant du Hamas, dans le camp sunnite, non seulement coupe le mouvement de ce qui était ses sources de financement et d’armement depuis 20 ans, mais place aussi le groupe dans une situation des plus inconfortables puisqu’il se retrouve dans le même camp que les États-Unis, écrit Abdel Bari Atwan.

Le Hamas se retrouve de plus en plus divisé sur la question syrienne, ce qui conduit certains de ses dirigeants à s’interroger pour savoir si l’organisation peut continuer, dans son état actuel de division, à remplir la fonction pour laquelle elle a été créée, c’est-à-dire résister à l’occupation israélienne de la Palestine.

Ayant bénéficié de l’appui financier et matériel de la Syrie – comme de l’Iran et du Hezbollah – pendant au moins 20 ans, Khalid Mesha’al a prématurément quitté le navire quand il a retiré de Damas le bureau politique du groupe en janvier 2012 et qu’il a déménagé à Doha. Depuis, le Qatar joue un rôle phare dans le soi-disant « Axe modéré », et il est l’un des principaux financiers de l’opposition syrienne. Le mouvement du Hamas a clairement fait un renversement d’alliance.

Mesha’al, qui a été réélu pour un cinquième mandat à la tête du bureau politique du Hamas en avril dernier, a fait un mauvais calcul en supposant que le président syrien Bachar Al Assad serait renversé aussi rapidement que ses homologues en Tunisie, en Égypte et en Libye. Il s’est aussi aliéné « l’Axe de résistance » avec ses anciens alliés, l’Iran et le Hezbollah.

Les questions sérieuses sont apparues après la bataille de Qusayr plus tôt ce mois-ci, dans laquelle les forces de l’opposition ont été défaites par l’armée syrienne, aidée en cela par les combattants du Hezbollah. Dans les ruines de cette malheureuse ville, les hommes du Hezbollah ont découvert que l’opposition avait été en possession de mines que le Hezbollah avait lui-même fournies au Hamas.

En outre, les rebelles (un mélange de groupes djihadistes et de combattants de l’Armée syrienne libre) avaient creusé de vastes systèmes de tunnels sous Qusayr en utilisant le savoir-faire technique que le Hamas avait auparavant acquis auprès du Hezbollah. Les implications étaient évidentes, et le Hezbollah a accusé le Hamas d’offrir un soutien matériel aux rebelles, devenant de ce fait indirectement responsable de la mort d’un grand nombre de combattants du Hezbollah. (more…)

¤ Attentats du 11 Septembre : Quand Israël revient sur le devant de la scène…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 19 : 13

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/29/attentats-du-11-septembre-quand-israel-revient-sur-le-devant-de-la-scene/

Point de vue très intéressant sur les attentats du 11 Septembre. Si « l’anecdote », car cela est toujours resté au stade de « l’anecdote », des « Israéliens dansant », est connue, jamais elle n’a été analysée de cette façon. 

Analyse digne d’intérêt, d’autant plus qu’il est également vrai comme le souligne l’auteur, que même les mouvements pour la vérité sur le 11 Septembre n’abordent jamais une relation possible des évènements avec l’état sioniste.

– Résistance 71 –

11 Septembre: Inside job ou Mossad job ?

Laurent Guyénot 28 Juin 2013 url de l’article original: http://www.voltairenet.org/article179106.html

Le rôle d’Israël dans les événements du 11 Septembre 2001 — qui déterminent le 21ème siècle — fait l’objet d’âpres controverses, ou plutôt d’un véritable tabou au sein même du « Mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre » (9/11 Truth Movement) provoquant la mise à l’écart de l’homme par qui le scandale arriva, Thierry Meyssan. La plupart des associations militantes, mobilisées derrière le slogan « 9/11 was an Inside Job » (Le 11-Septembre était une opération intérieure), restent discrètes sur les pièces à conviction mettant en cause les services secrets de l’État hébreux. Laurent Guyénot fait le point sur quelques données aussi incontestables que méconnues, et analyse les mécanismes du déni.

Tandis que le rôle d’Israël dans la déstabilisation du monde post-11-Septembre devient de plus en plus évident, l’idée qu’une factions de likoudniks, aidés par leurs alliés infiltrés dans l’appareil d’Etat US, sont responsables de l’opération sous fausse bannière du 11-Septembre devient plus difficile à refouler, et quelques personnalités ont le courage de l’énoncer publiquement. Francesco Cossiga, président d’Italie entre 1985 et 1992, déclara le 30 novembre 2007 au quotidien Corriere della Sera  : « On nous fait croire que Ben Laden aurait avoué l’attaque du 11 septembre 2001 sur les deux tours à New York — alors qu’en fait les services secrets américains et européens savent parfaitement que cette attaque désastreuse fut planifiée et exécutée par la CIA et le Mossad, dans le but d’accuser les pays arabes de terrorisme et de pouvoir ainsi attaquer l’Irak et l’Afghanistan [1]. » Alan Sabrosky, ancien professeur du U.S. Army War College et à la U.S. Military Academy, n’hésite pas à clamer sa conviction que le 11-Septembre est « une opération classiquement orchestrée par le Mossad » réalisée avec des complicités au sein du gouvernement états-unien, et sa voix est relayée avec force par quelques sites de vétérans de l’armée U.S., dégoutés par les guerres ignobles qu’on leur a fait faire au nom du mensonge du 11-Septembre ou de celui des armes de destruction massives de Saddam Hussein [2].

Les arguments en faveur de l’hypothèse du Mossad ne tiennent pas seulement à la réputation du service secret le plus puissant du monde, qu’un rapport de la U.S. Army School for Advanced Military Studies (cité par le Washington Times la veille du 11-Septembre), décrit comme : « Sournois. impitoyabe et rusé. Capable de commettre une attaque sur les forces américaines et de les déguiser en un acte commis par les Palestiniens/Arabes [3]. » L’implication du Mossad, associé à d’autres unités d’élite israéliennes, est rendue évidente par un certain nombre de faits peu connus. (more…)

¤ Ingérence impérialiste au Moyen-Orient : Le roitelet du Qatar passe à la trappe…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 34

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/28/ingerence-imperialiste-au-moyen-orient-le-roitelet-du-qatar-passe-a-la-trappe/

La fin sans gloire du “deus ex machina” de la révolution arabe

René Naba 24 Juin 2013 url de l’article: http://www.renenaba.com/la-fin-sans-gloire-du-deus-ex-machina-de-la-revolution-arabe/

¤ Ingérence impérialiste au Moyen-Orient : Le roitelet du Qatar passe à la trappe… dans Outils/Bon à savoir emir-qatar-cede-pouvoir-fils-300x178Sauf retournement de dernière minute, le dégagement politique de l’Emir du Qatar, par voie de l’évacuation sanitaire, a été programmé, contraignant le souverain à céder son trône, en pleine gloire, en pleine force de l’âge, à son fils cadet, le prince Tamim, une transmission de pouvoir inédite dans les annales des pétromonarchies gérontocratiques du Golfe.

L’Emir, né en 1952, a réuni lundi 24 juin 2013 la famille régnante au lendemain de la «conférence des amis de la Syrie», en compagnie des «sages» de la principauté, pour une mise au point final du dispositif d’abdication.
Présentée par ses nombreux communicants comme répondant au souci du souverain de procéder à un rajeunissement du pouvoir dans les gérontocraties du Golfe, cette transition inhabituelle du pouvoir au Qatar, dans un pays théâtre de deux coups d’états dynastiques au cours de ses 40 ans d’indépendance, devrait, dans la foulée du «printemps arabe», servir d’exemple pour les générations futures en matière de transfert de pouvoir dans les monarchies arabes.

Une destitution comparable à celle décrétée par les Anglais dans la décennie 1950 à l’encontre du Roi Talal de Jordanie, en faveur de son fils Hussein, plus sensible aux intérêts de la couronne britannique; comparable à celle décrétée par les Anglais en 1970 à l’encontre du Sultan Saïd d’Oman oncle du Sultan Qabous.

Une opération d’exfiltration perçue dans de larges couches de l’opinion internationale, quoiqu’on en dise, comme un dommage collatéral majeur du conflit de Syrie. Plus précisément, la sanction de l’échec d’un trublion qui aura plus que quiconque assuré la promotion du djihadisme erratique, exacerbé l’antagonisme religieux inter musulman (sunnite-chiite), accentué la défragmentation du Monde arabe et sa soumission à l’impérium atlantiste, tout en plaçant le monde au bord d‘une conflagration régionale.
Au même titre que l’Arabie saoudite, sauf que la dynastie wahhabite dispose d’un coupe-feu absolu, La Mecque et Médine, à valeur dissuasive absolue qui explique le fait que l’Irak, -et non le royaume saoudien-, a payé le prix de la participation de quinze saoudiens au raid contre l’hyperpuissance américaine, le 11 septembre 2011.

Selon les indiscrétions de la presse arabe, l’éviction de l’Emir constituerait la sanction de ses trop graves dérives tant en ce qui concerne son ferme soutien au djihadisme que sa boulimie affairiste dans ses investissements occidentaux. Le souverain se serait en effet vu notifier son ordre d’évacuation du pouvoir par un haut responsable de la CIA, dépêché spécialement par Barack Obama pour lui signifier l’ordre présidentiel américain après la découverte dans la cache d’Oussama Ben Laden de documents attestant que le financier du chef d’Al Qaida serait un citoyen du Qatar, cousin du ministre de la culture, Hamad Al Kawari (1).
Sous la plume de son directeur Oussama Fawzi, ancien haut fonctionnaire du ministère de l’information du Qatar, Arab Times en date du 24 juin, précise que «la cellule qataritote proche de Ben Laden était composée de Salim Hassan Khalifa Rached al Kawari, qui a déjà été livré aux Américains, ainsi que du koweitien Hasan Ali Ajami, un djihadiste combattant en Syrie, du syrien Ezzdine Abdel Aziz Khalil ainsi que d’Omid Mohamad Abdallah. Les transferts d’argent se faisaient via des institutions financières qatariotes. Les soupçons sur le Qatar pesaient depuis l’invasion de l’Irak au point que le président Georges Bush jr n’a pas hésité à bombarder le siège d’Al Jazira à Bagdad et s’apprêtait à en faire de même sur le siège central de la chaine transfrontière arabe à Doha». (more…)

28 juin 2013

¤ Guerre et terrorisme en Syrie : Les vrais commanditaires et les vraies raisons du conflit

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 13 : 45

Ingérence impérialiste en Syrie: derrière l’écran de fumée…

Terrorisme en Syrie: Les vrais commanditaires

 Mireille Delmarre 28 Juin 2013  url de l’article original: http://french.irib.ir/analyses/articles/item/263182-terrorisme-en-syrie-les-vrais-commanditaires,-par-mireille-delmarre

Le soutien et l’armement à la soit disante opposition syrienne détourne

l’attention de la menace posée par Israël et son agenda expansioniste en faisant de l’ennemi un ennemi interne afin d’affaiblir l’état… Le chaos dont nous sommes témoins en Syrie actuellement était en préparation depuis des années avec l’aide et le soutien des agents d’influence israéliens pour appliquer l’agenda d’Israël – l’expansion et le contrôle des ressources régionales en eau tout en affaiblissant ses adversaires… »

Dans son discours extrêmement rude et direct devant le parlement irlandais, Clare Daly (député Dublin Nord) a qualifié Obama de « criminel de guerre » et « d’hypocrite du siècle ».

Bien que Daly ait certainement raison de reprocher à Obama sa politique criminelle dont l’aide aux terroristes en Syrie cela vaut la peine de faire remarquer qu’Obama n’est qu’un simple instrument consentent ( dans le conflit syrien) ses commanditaires leurs motivations et les politiques menées méritent qu’on les scrute plus amplement et qu’on les expose.

Le soutien et l’armement à la soit disante opposition syrienne détourne l’attention de la menace posée par Israël et son agenda expansionniste en faisant de l’ennemi un ennemi interne afin d’affaiblir l’état. Comme l’a dit l’ancien chef des renseignements israéliens, Amos Yadlin, devant le public du Forum sur la Politique d’Israël en Février 2013 :  » et cette armée ( l’armée syrienne ) qui est un énorme menace pour Israël est actuellement aussi entrain de s’affaiblir et d’une certaine façon de se désintégrer ( discours avant la victoire de Qusayr et + ndlt). Nous courons néanmoins le risque de la part de la Syrie – un risque d’être un pays d’Al Qaeda, un pays du type Somalie- mais du point de vue militaire ces deux possibilités sont moins dangereuses que l’armée régulière syrienne. »

Entretenir des adversaires pour qu’ils se tuent entre eux est une tactique qui a fait ses preuves dans le temps – celle qui a été utilisée pendant la guerre sanglante Irak Iran de 8 ans, une guerre qui selon Leon Wieseltier était faite pour détourner l’attention alors que les bottes israéliennes étaient au Sud Liban. Dans cette guerre, les US ont fourni des armes et des renseignements aux deux adversaires. Quand on a demandé quelle était la logique d’aide aux deux camps dans cette guerre sanglante, un ancien responsable a répondu « Vous auriez du être là bas ».

Mais pourquoi la Syrie ?

Le besoin d’eau

Le premier objectif de la direction sioniste c’était de contrôler et sécuriser les ressources en eau de la région. Lors de la Conférence de Paris de 1919, Haim Weizmann a déclaré que « c’est d’une importance vitale non seulement de sécuriser toutes les ressources en eau alimentant le pays mais aussi de les contrôler à leurs sources »- et le développement de ces ressources en eau est devenu l’objectif premier du « Yishuv » – colonisation – dans son ensemble. Cette politique est restée en place. Comme l’a dit le premier ministre israélien Levi Eshkol, l’eau est « le sang circulant dans les artères de la nation ».

Comme déclaré auparavant, le chaos dont nous sommes témoins en Syrie actuellement était en préparation depuis des années avec l’aide et le soutien des agents d’influence israéliens pour appliquer l’agenda d’Israël – l’expansion et le contrôle des ressources régionales en eau tout en affaiblissant ses adversaires.

Israël a affronté l’une de ses pires sécheresses en 1990-1991. Une deuxième sécheresse sévère l’a obligé à se tourner vers la Turquie riche en eau. La Turquie et Israël ont engagé des négociations sérieuses dés le début de Mai 2000 pour importer 50 milliards de M3 d’eau potable de Turquie utilisant des navires tankers mais l’utilisation de ces derniers n’était pas rentable pour le transport de l’eau. Des plans alternatifs ont été envisagés. (more…)

23 juin 2013

¤ Petit bilan des affaires en cours…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 04

“La violence est le fait de ceux qui oppriment, qui exploitent, qui ne reconnaissent pas l’autre comme une autre personne.”

 “Laissez moi insister sur le fait que ma défense de la praxis n’implique aucune dichotomie dans laquelle il y aurait un temps pour la réflexion et un temps pour l’action. Action et réflexion se passent simultanément.”

~ Paolo Freire ~

 “Le monde est à nous, prenons-le, multiplions les territoires libérées de l’emprise marchande.”

 “Le marché de la sécurité offre un profit immédiat aux courtiers de l’angoisse et de ses prophylaxies policières et pharmaceutiques.”

~ Raoul Vaneigem ~

 

« La révolte est le fait de l’homme informé, qui possède la conscience de ses droits.”

 “La vraie passion du XXème siècle, c’est la servitude.”

~ Albert Camus ~

Affaires courantes… Où en sommes-nous ?

Résistance 71

 

21 Juin 2013

Quelle époque passionnante vivons-nous n’est-il pas ? Impossible de s’ennuyer de nos jours ! Essayons de voir à quel point nous en sommes du spectacle se déroulant sous le plus grand chapiteau du monde…

 D’abord, nous devons conserver présent à l’esprit le grand objectif suprême, objectif martelé dès qu’ils en ont l’occasion par nos politicards marionnettes de l’oligarchie et leurs idéologues: l’établissement de la “gouvernance mondiale” d’un “nouvel ordre mondial” dont l’idéologue français Jacques Attali a dit récemment dans une émission de télévision qu’il ne savait pas “si cela se produirait avant ou après la guerre”, avec ce sourire et attitude débonnaires qui font de lui incontestablement le Mr Loyal du spectacle ambiant.

Qu’est-ce que le “Nouvel Ordre Mondial aux yeux de l’oligarchie ? La supression des souverainetés et la consolidation du pouvoir économico-politique monopolisé dans un état fasciste mondial supranational, géré par les cartels industrio-financiers et leurs “alpha-oligarques” auto-proclamés.

Comment comptent-ils y parvenir ? Par la contrainte “consentie”, à savoir en amenant le monde à un tel point de chaos et de délabrement, que les populations elles-mêmes demanderont son établissement pour plus de “sécurité” et de “paix sociale” dans un monde déjà si antinomique et orwellien.

Leur devise: “Ordo ab Chao”, l’ordre surgissant du chaos représente tout un programme en soi…

Quels outils utilisent-ils ? Deux outils majeurs:

  • Le délabrement économique et social générant suffisamment de chaos pour que les peuples se déchirent internement et ne puissent plus être solidaires, en dressant les “nantis” qui ont encore du boulot contre la masse grandissante des précaires, des “hommes nomades” comme les appelle Attali dans son délire sociopathe. En créant de toute pièce crise économique après crise financière, siphonnant les richesses du bas vers le haut en le moins de main possible, consolidant ainsi le monopole du petit nombre.
  • Les guerres générées par la nouvelle idéologie de la fin du XXème siècle: “Le clash des civilisations”, ineptie fabriquée de toute pièce par les politiciens financés par les mêmes banquiers et qui dresse le monde occidental dominant et tout puissant contre essentellement (mais pas exclusivement) le monde musulman “barbare”, tout en créant des conflits inter-ethniques dans le monde arabo-musulman par la même occasion. Cette idéologie du chaos reprise par le politologue universitaire Samuel Huntington, suit la ligne politique du philosophe Leo Strauss, idéologue des trotskistes néoconservateurs.
    Dans cette perspective, les guerres ne sont plus faites pour être gagnées, mais pour durer et générer le plus de chaos et de misères possibles afin de mettre les peuples à genoux, tout en aidant à reconcentrer pouvoir et richesses dans le moins de mains possible.
    Les guerres sont également générées en prétextant à la fois la sécurité face à un terrorisme (créé par les États occidentaux dans la très vaste majorité des cas) et de vastes opérations de déstabilisation créant un désastre humanitaire (Libye, tentative en Syrie..). Domestiquement, la guerre se retourne contre les peuples en générant une grille gouvernementale titanesque de contrôle et de mise en surveillance des populations au moyen de systèmes d’espionnage systématique gérés essentiellement par des entreprises privées sous un contrôle de plus en plus illusoire gouvernemental (cf la dernière saga de la NSA et du lanceur d’alerte Edward Snowden…)

 Utilisés essentiellement pour assujettir le reste du monde dans un élan néo-colonial post seconde guerre mondiale, ces tactiques ont maintenant été retournées contre nous, les peuples occidentaux, cibles privilégiées afin de faire passer “la pilule amère” du totalitarisme total et mondial d’une oligarchie minoritaire. Le but est de nous asphyxier à un tel point sous la misère sociale et la peur du “terrorisme” créés et contrôlés par les agences gouvernementales occidentales afin de donner un puissant justificatif quant à la progression inexorable de lois et décrets liberticides nous mettant toujours plus sous le joug d’une dictature douce se durcissant de plus en plus à notre égard et que nous supplions nos “maîtres” de nous libérer de ces tourments en imposant loi martiale, l’état policier et répression généralisée salutaires ou perçues comme tel pour retrouver notre illusion de “sécurité et de bien-être”. Ne riez pas… Beaucoup de gens sont toujours prêts à perdre toujours plus de leur liberté (civile) déjà bien illusoire pour plus de “sécurité”, sans savoir que tout cela n’est qu’un mirage fabriqué de toute pièce. (more…)

21 juin 2013

¤ Nouvel Ordre Mondial: JP Morgan (Rockefeller) demande plus d’autoritarisme aux gouvernements européens…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 56

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/20/nouvel-ordre-mondial-jp-morgan-rockefeller-demande-plus-dautoritarisme-aux-gouvernements-europeens/

Pour ceux qui en doutaient encore: Les banksters, l’économique, ont phagocyté le politique depuis belle lurette. Leurs diktats sont suivis à la lettre par les larbins de la politique. Croire encore que voter c’est pouvoir changer quoi que ce soit n’est même plus de la naïveté mais quasiment de la complicité de crimes contre l’humanité !

La banque JP Morgan Chase est la résultante de la fusion des intérêts financiers des familles Morgan et Rockefeller, gérés par les Rockefellers… Ces mêmes ordures étaient déjà derrière le financement de la révolution russe de 1917 avec Lénine et Trotski, d’Hitler, puis de Staline et de Mao.

Ces mêmes criminels monopolistes imposent maintenant les états policiers partout pour vérouiller la grille de surveillance de leur gouvernance mondiale tant souhaitée par les sbires tels Attali and Co…

A un moment donné, il faudra bien que les peuples se réveillent et reprennent les commandes, sans intermédiaire !..

– Résistance 71 –

JP Morgan réclame des régimes autoritaires en Europe Stefan Steinberg 20 Juin 2013 url de l’article:

http://www.cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=11326

Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclame l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.

Le document de 16 pages a été réalisé par le groupe Europe Economic Research de JPMorgan et est intitulé « L’ajustement de la zone euro – bilan à mi-parcours. » Le document commence par faire remarquer que la crise de la zone euro a deux dimensions.

Pour commencer, il affirme que des mesures financières sont nécessaires pour garantir que les principales institutions d’investissement comme JPMorgan puissent continuer à engranger d’énormes bénéfices de leurs activités spéculatives en Europe. Ensuite, les auteurs soutiennent qu’il est nécessaire d’imposer des « réformes politiques » destinées à supprimer l’opposition aux mesures d’austérité massivement impopulaires qui sont appliquées au nom des banques.

Le rapport exprime sa satisfaction vis à vis de l’application par l’Union européenne d’un certain nombre de mécanismes financiers visant à garantir les intérêts bancaires. A cet égard, l’étude souligne que la réforme de la zone euro en est pratiquement à mi-chemin. Mais le rapport réclame aussi davantage d’action de la part de la Banque centrale européenne (BCE).

Depuis l’éruption de la crise financière mondiale de 2008, la BCE débloque des milliers de milliards d’euros en faveur des banques pour leur permettre d’effacer leurs créances douteuses et de redémarrer une nouvelle série de spéculations. En dépit d’une pression grandissante venant des marchés financiers, le chef de la BCE, Mario Draghi a déclaré l’été dernier qu’il ferait le nécessaire pour consolider les banques.

En ce qui concerne les analystes de JPMorgan, ceci n’est cependant pas suffisant. Ils exigent de la part de la BCE une « réponse plus spectaculaire » à la crise.

Les critiques les plus dures du document sont cependant formulées à l’égard des gouvernements nationaux qui ont mis bien trop de temps à appliquer le genre de mesures autoritaires nécessaires à l’imposition de l’austérité. Le processus d’une telle « réforme politique » précise l’étude, a « même à peine commencé. » (more…)

20 juin 2013

¤ Muselage de la presse alternative dérangeante: Arrestation à Madrid d’un écrivain turc anti-guerre…

Classé dans : Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 47

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/19/muselage-de-la-presse-alternative-derangeante-arrestation-a-madrid-dun-ecrivain-turc-anti-guerre/

Il devient de plus en plus évident que la répression contre la dissidence au Nouvel Ordre Mondial, au chaos organisé par les banksters et leurs laquais politicards en place et dûment contrôlés, monte d’un cran. Le totalitarisme étatique est l’arme des banquiers pour nous écraser. Il n’y a pas de solutions politiques au sein du système, de plus il n’y a pas de solutions politiques envisageables tant que l&hégémonie économique existe.

Il faut prendre le problème à sa source et détruire le monopole des cartels banquiers et industriels…

– Résistance 71 –

Bahar Kimyongür arrêté: La vérité dérange, Milquet se venge

Michel Collon 18 Juin 2013 url de l’article original: http://www.michelcollon.info/Bahar-Kimyongur-arrete-La-verite.html?lang=fr

On vient d’arrêter à Madrid notre ami et collègue Bahar Kimyongür, auteur du livre Syriana et de nombreux articles démontrant l’hypocrisie des gouvernements européens sur la Syrie. Ces dernières semaines, il s’était activement mobilisé pour aider les parents désemparés de ces jeunes qui partent en Syrie. Il est attendu au débat que nous coorganisons sur ce thème à Bruxelles mardi 25 juin.

Bahar est menacé d’extradition vers la très démocratique Turquie. Nous sommes très inquiets et convaincus que le gouvernement belge est complice : Bahar dérange, la vérité dérange.

D’ailleurs, la chronologie est très claire :

22 mai, communiqué de la ministre de l’Intérieur : « Joëlle Milquet a longuement rencontré ce matin, lors d’un déjeuner, le directeur de l’Organisation du renseignement national turc, Hakan Fidan. Lors de cet échange très constructif, plusieurs modalités de collaboration et d’échanges d’informations dans les différents dossiers évoqués ont été précisées et renforcées, en ce qui concerne notamment la présence de ressortissants belges en Syrie mais aussi le suivi et le contrôle des différents groupements terroristes« .

28 mai : la Turquie délivre en secret un nouveau mandat d’arrêt international contre Bahar (qui avait été acquitté il y a dix ans par la Justice belge pour ces accusations arbitraires).

13 juin : A la RTBF radio, la ministre Milquet soutient le « démocrate » turc Erdogan : « Je pense que les services secrets turcs sont sincères » (sic). (Et aussi ses tortionnaires et ceux qui emprisonnent des journalistes en masse ?) Elle diabolise Bahar comme « soutien d’Assad » alors que celui-ci a, dans son livre, dénoncé ses aspects dictatoriaux.

17 juin : Bahar est arrêté par des civils alors qu’il visitait avec son épouse Deniz et ses deux petits enfants la cathédrale de Cordoue (Espagne). En présence de ses enfants pour bien marquer le coup !

Ce jeudi 20 juin, il passe devant le juge à Madrid.

Nous appelons chacun à dénoncer cette violation du droit d’expression, cette basse vengeance des politiciens qui s’alignent sur les Etats-Unis, Israël et la Turquie !

Faites circuler ce message sur le Net, facebook et partout, interpellez vos mandataires politiques et les médias. (more…)

¤ Turquie: Erdogan corrigé par l’empire ?

Classé dans : Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 41

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/18/turquie-erdogan-corrige-par-lempire/

Troubles en Turquie: Une mise en garde américaine à Erdogan ?

Grigori Milenine

16 Juin 2013

url de l’article original : http://french.ruvr.ru/2013_06_16/Les-emotions-en-Turquie-une-taloche-americaine-a-Erdogan-3078/

Une nouvelle onde de désordres menace d’inonder la Turquie. Maintenant, ils embrassent non seulement Istanbul et Ankara, mais aussi d’autres villes. C’est ainsi que les gens ont réagi à la décision des pouvoirs de nettoyer la place de Taksim et le parc de Ghezi. Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a rétabli l’ordre. Des matraques, des canons à eau et du gaz lacrymogène ont été utilisés.

Cependant, les manifestants n’ont pas l’intention de céder. Des désordres surgissent à tout moment dans différents coins du pays.

Il était difficile de s’imaginer que les plans d’abattre les arbres dans un des parcs d’Istanbul se transformeraient en une vague de protestations politiques dans toute la Turquie. Cependant, le prétexte au mécontentement, loin d’être le plus scandaleux, a révélé un tas de problèmes qui germaient depuis longtemps dans la société turque. L’un des principaux est le rejet brutal de la politique islamiste du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. On peut aujourd’hui répartir les habitants de la Turquie en deux camps hostiles, note l’expert du Centre des études analytiques Semion Bagdasarov :

« 15-20 millions, ce sont des Alaouites qui s’opposent à l’islamisation, particulièrement après qu’Erdogan a commencé à construire des mosquées sur leur territoire. Une partie considérable de la population est tout simplement contre. Aux élections, 50% de la population ont voté pour lui. Mais il y a aussi l’autre moitié, celle qui trouve l’islamisation inadmissible ».

Cependant, une série d’experts croit que même ce problème n’est qu’un prétexte à une influence extérieure sur les processus politiques intérieurs en Turquie. Selon le président exécutif de la Société pour une coopération efficace avec les pays arabes Viacheslav Matouzov, la vague actuelle des désordres en Turquie est une sorte de mise en garde à Erdogan de la part de ses partenaires occidentaux :

« Ici sont liés les vecteurs de la lutte intérieure, mais aussi quelques facteurs extérieurs, qui ont mis en marche ce mécanisme historique avec quelques autres objectifs politiques. Erdogan n’a pas suivi totalement les consignes des États-Unis et de l’OTAN en ce qui concerne la Syrie. On demandait de lui une participation plus active de l’armée turque aux événements syriens, la proclamation du Nord de la Turquie zone interdite aux vols jusqu’à 50 kilomètres en profondeur du territoire de la Syrie et l’utilisation plus active des forces armées turques pour le soutien des groupements militarisés d’opposition, envoyés activement en Syrie depuis le territoire de la Turquie ». (more…)

¤ Guerres impérialistes: L’OMS couvre les crimes de l’occident en Irak en ne publiant pas son dernier rapport…

Classé dans : Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 07

source: http://resistance71.wordpress.com/2013/06/15/guerres-imperialistes-loms-couvre-les-crimes-de-loccident-en-irak-en-ne-publiant-pas-son-dernier-rapport/

Pourquoi l’OMS ne publie pas son rapport sur l’Irak ?

Christine Abdelkrim-Delanne

7 Juin 2013

url de l’article original

http://afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/5741-pourquoi-l-oms-ne-publie-pas-son-rapport-sur-l-irak.html

Face à la soumission de l’OMS au dictat de Washington, 58 scientifiques, professionnels de santé et avocats des droits de l’Homme ont écrit à l’OMS et au ministère irakien de la Santé pour leur demander la publication immédiate du rapport. Ils n’ont reçu aucune réponse.

Depuis la fin de la première guerre d’Irak (1991), les études, les reportages, les témoignages sur les effets des armes utilisées par les forces occidentales, dont l’uranium dit « appauvri » (UA) se comptent par dizaines. Les vétérans de Tempête du désert, qu’ils soient Américains, Français, Britanniques, Australiens ou autres, ont également dénoncé ces effets sur eux-mêmes et leur descendance depuis leur retour d’Irak en 1991. Depuis, la seconde guerre et l’occupation n’ont fait qu’aggraver la situation dans un Irak littéralement empoisonné. Aujourd’hui, c’est un rapport d’enquête de l’OMS réalisée en 2012 qui fait scandale. Non pour ce qu’il révèle, mais parce qu’il n’a pas été rendu publique.
Commencé en mai-juin 2012 et terminée en octobre de la même année, l’étude réalisée par l’OMS et le ministère irakien de la Santé, révèle un nombre croissant de malformations congénitales et de cancers chez les enfants. Elle a été menée à Bagdad, Diyala, Anbar, Sulaymaniyah, Babel, Bassorah, Mossoul et Hi-Qar, où 18 000 foyers ont été visités.

Selon le journal britannique The Independent, un rapport aurait dû être publié en novembre 2012. En mars 2013, un représentant du ministère irakien de la Santé interviewé par la BBC, déclarait que « toutes les études publiées jusque-là par l’Irak apportaient la preuve d’une augmentation des malformations congénitales et de cancers chez l’enfant ». Le rapport caché montre, quant à lui, que ce problème de santé publique consécutif à l’utilisation d’armement toxique par les forces alliées, constitue un fléau majeur à venir pour les générations futures. Les gouvernorats de Ninive, Anbar, Bassorah et Najaf sont particulièrement touchés. Ce qui correspond aux régions où les munitions à l’uranium ont été massivement utilisées. D’autres études, évidemment rejetées par les États responsables, États-Unis, France et Grande-Bretagne en tête, ont montré des taux anormalement élevés de stérilité, de fausses couches ou de mortinatalité.
Face à l’attitude de l’OMS, 58 scientifiques, professionnels de santé et avocats des droits de l’Homme ont écrit à l’OMS et au ministère irakien de la Santé pour leur demander la publication immédiate du rapport. Ils n’ont reçu aucune réponse. (more…)

16 juin 2013

¤ Mandat a été donné par nos gouvernements à la Commission européenne pour négocier l’Accord transatlantique avec les USA : le début de la fin de la démocratie en Europe !

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 03

Donc la Commission européenne a reçu mandat pour négocier l’accord de partenariat transatlantique ce vendredi 14 juin 2013.

¤ Mandat a été donné par nos gouvernements à la Commission européenne pour négocier l'Accord transatlantique avec les USA : le début de la fin de la démocratie en Europe ! dans Outils/Bon à savoir obamaroso-300x148Voici un extrait d’un commentaire d’un article de BFM TV de Jamal Henni | Thomas Paulmyer | Julien Migaud-Muller (sujet vidéo) daté du 15 juin 2013 à 9:22, mis à jour le 15 juin 2013 à 10:39 (http://www.bfmtv.com/economie/compromis-negociations-commerciales-europe-etats-unis-538440.html). Le commentaire est écrit par Justesse, le 15 juin 2013 à 10h55 (copié ici le 16/06/2013 à 8h13 heure de Paris) :

« ‘(…) Certains diplomates UE très furieux, ont confirmé en privé à Asia Times que Barroso a monté cette formidable opération pratiquement seul par lui-même, en attendant une future belle récompense de la part de ses maîtres – à Bruxelles ? Que nenni, à Washington. Barroso veut devenir soit le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, soit de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. On ne peut accéder à aucun de ces deux postes sans le feu vert de Washington. »

A suivre… Nous suivrons !

Commentaire de TCTT sous le même article :

« Ce traité va être une ignominie pour les peuples européens. Et il ne figure dans aucun programme et on ne demande pas leur avis aux européens. »

On est bien d’accord.

flag_of_the_eusa1-300x157 dans Perso/Archives

exception-democratique-300x291 dans Politique/Societe

Voici le communiqué diffusé par ATTAC et AITEC :

Accord transatlantique : fin de l’exception démocratique

Communiqué de presse commun Attac – Aitec (15/06/13)

Les ministres européens du commerce ont donné mandat à la commission européenne pour négocier un partenariat avec les États-Unis, portant sur le libre-échange des biens, des services des capitaux, et surtout sur la suppression des normes et réglementations qui porteraient préjudice au commerce et à l’investissement des entreprises. La France a porté le principe de l’exception culturelle, qui pour l’instant et de manière très confuse, se trouve exclue des négociations, avec possibilité de rouvrir le dossier. Le processus est donc lancé.

Les gouvernements ont accepté de négocier leurs choix agricoles et alimentaires,  les services publics, les droits sociaux, les normes financières, les choix énergétiques et climatiques. Ils ont accepté de renoncer à la capacité politique de construire démocratiquement des normes, des règlements, et de la transférer aux entreprises et aux tribunaux ad hoc qui jugeront des litiges entre les entreprises, les États et les collectivités territoriales.

Comme nous avons su le faire au moment de l’Accord Multilatéral de l’investissement, au moment de l’ACTA, nous refusons l’engagement dans un tel processus, et nous appelons à une mobilisation très large des mouvements sociaux et des élus, parlementaires et élus locaux, pour faire connaître ce processus qui se réalise dans l’opacité sur la plus totale et pour l’arrêter. Nous travaillons dans le même sens avec nos réseaux européens et internationaux.

Attac France et AITEC,

A Paris, le 15 juin 2013

————–

Adhérez, réadhérez à Attac : http://www.france.attac.org/adherer
Désinscription : http://list.attac.org/wws/signoff/informons

15 juin 2013

¤ Monsanto un combat planétaire

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 0 : 05

Nouvel Ordre Mondial: Despotisme et servage à tous les niveaux… Demandez le programme !

Monsanto un combat planétaire

10 Juin 2013 Georges Stanechy url de l’article original: http://stanechy.over-blog.com/monsanto-un-combat-planétaire

« Rien ne caractérise mieux les mouvements totalitaires que la rapidité surprenante avec laquelle on les oublie et la facilité surprenante avec laquelle on les remplace. »

Hannah Arendt (1)

Nouvelles flambées…

Violences policières, sur fond de nuages de gaz lacrymogènes, incendies, canons à eau, sirènes, et hurlements…

Manifestations à Istanbul et dans plusieurs villes de Turquie, après celles de Stockholm et autres agglomérations suédoises. Similaires à celles de Lisbonne, d’Athènes, de Madrid, de Rome, de Milan, deFrancfort ou de Watford (UK)… Sans oublier celles de France, passées, présentes et à venir. Rares sont les pays épargnés par ce phénomène. Ceux d’Occident étant les plus atteints.

La voix des peuples obligée d’emprunter rues et boulevards pour se faire entendre de leurs oligarchies.

Despotisme et servage

Signes, symptômes évidents que le despotisme est partout. Malgré ses déguisements en « démocraties » plus virtuelles que vertueuses, « républiques » vampirisées par leurs notables ou nomenklaturas, monarchies parlementaires « pipolisées ». Constat : les ploutocraties se développent à la vitesse des mauvaises herbes… Ce que ne peuvent accepter des citoyens, lucides, solidaires et épris de justice.

Le déclencheur de ces émeutes, partant de la capitale pour s’étendre au reste du pays, restant le même. Une révolte devant l’excès d’avidité, de rapacité, des castes au pouvoir. Devant le mépris ressenti, vécu, aussi, à l’égard de leurs concitoyens ; ne serait-ce que par l’indifférence témoignée quant à leur avis, l’avis de la majorité, leur sort et ceux de leurs proches. Au point de massacrer l’environnement, la nature, le cadre de vie de la collectivité. Par définition ou essence : un « bien collectif ». Pour le bénéfice d’une poignée. Dans l’injustice sociale, économique, environnementale,

Le cas d’Istanbul en est caricatural… Vouloir raser des dizaines d’arbres d’un parc en plein cœur de la capitale, dernier poumon de la ville, haut lieu historique et mémoire des grands évènements de cette nation, pour édifier galeries marchandes et centres commerciaux. Sur un terrain municipal, évidemment bradé à prix ridicule. Au bénéfice des promoteurs et organisateurs de l’arnaque…

Astuces, pratiques mafieuses, maintes fois décrites, notamment par les auteurs américains sur ce qui s’est passé dans les viles de leurs Etats fédérés. De Tom Wolfe à James Ellroy, et tant d’autres. Les romanciers européens moins courageux (quant aux journalistes…), ne l’écrivent pas : c’est encore pire. Une encyclopédie est à rédiger sur toutes les manipulations utilisées dans la création des centres commerciaux à la périphérie des villes. Sur des terrains agricoles achetés deux sous et reconverties en zones marchandes, sources de rapides et mirobolants enrichissements pour les organisateurs de l’embrouille…

Des mafias BCBG, certes. On ne tue pas avec des mitraillettes ou en attaquant des convoyeurs de fonds. Quoique… Certains ministres, empêcheurs de tourner en rond, se retrouvent parfois « noyés » dans une flaque d’eau, ou « suicidés » de deux balles dans la tête. Mais les armes sont, avant tout, « administratives », forgées dans « La Loi ». Affutées dans le secret des décisions de corps « constitués » ou « élus » : arrêtés municipaux, expropriations sans concertation avec les “victimes”, etc.

Istanbul ?… Le maire était un infatigable partisan de l’éradication du parc de la ville. Normal, il est milliardaire et possède des chaînes de magasins. Alors, des galeries marchandes à gogo, de quoi rêver… Le constructeur de ce pharaonique projet ?… Le gendre d’Erdogan lui-même. Comme chacun sait, on ne peut rien refuser au gendre d’un premier ministre. Alors, des arbres… (2) (more…)

11 juin 2013

¤ Pays du goulag levant: Deux citoyens américains torturés par l’armée américaine se voient refuser le droit d’attaquer l’État en justice…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 06

source : http://resistance71.wordpress.com/2013/06/11/pays-du-goulag-levant-deux-citoyens-americains-tortures-par-larmee-americaine-se-voient-refuser-le-droit-dattaquer-letat-en-justice/

Quand nous écrivons « pays du goulag levant » à la place du mot « Etats-Unis », nous pesons nos mots ! Le même pays continue de faire croire au monde que les crimes et horreurs qu’il perpétue sont au nom de la « démocratie et de la liberté ».

Y a t’il encore des idiots pour croire de pareilles fariboles ?… Une fois de plus ne nous leurrons pas, nos dirigeants parasites français en rêvent. On y arrive gentiment, les psychopathes sont aux manettes !

– Résistance 71 –

La cour suprême des Etats-Unis rejette la tentative de procès contre Donald Rumsfeld de lanceurs d’alerte américains torturés

RT

10 Juin 2013

url de l’article original: http://rt.com/usa/supreme-rumsfeld-vance-court-493/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

¤ Pays du goulag levant: Deux citoyens américains torturés par l’armée américaine se voient refuser le droit d’attaquer l’État en justice… dans Politique/Societe donald-vance-300x233La cour suprême des Etats-Unis a décidé lundi que deux citoyens américains détenus et torturés en Irak par les forces d’occupation américaines durant la guerre, ne peuvent pas attaquer en justice le gouvernement américain et l’ancien ministre de la défense Donald Rumsfeld.

La haute cour a rejeté un appel tôt lundi, appel qui avait été fait par Donald Vance et Nathan Ertel, deux citoyens américains qui disent que Mr Rumsfeld devrait être tenu pour responsable du traitement qu’ils ont subi alors qu’ils ont été détenus en Irak pendant plusieurs semaines en 2006. Les deux hommes ont été mis en prison militaire à Baghdad pour la durée d’environ 3 mois cet été là. Ils avaient enregistré une plainte avec le FBI au sujet du contractant de sécurité irakien pour lequel ils travaillaient en Irak, puis ils furent ramassés par les forces américaines et mis en prison quelques jours plus tard.

Dans un entretien datant de 2011 avec la chaîne alternativeDemocracy Now! Vance avait expliqué qu’après seulement quelques mois de travail avec le contractant appelé Shield Group Security, il “commença à remarquer certaines activités illégales alarmantes et effrayantes. Cela allait de la corruprion au vol en passant par le trafic d’armes”, a t’il expliqué. “c’était un repère d’activités illégales.”

Vance alerta le FBI à ce propos en 2005 et devint un informateur bénévole pour le bureau peu de temps après. Puis en Avril 2006, sa couverture fut dévoilée et lui et Ertel furent emmenés à l’ambassade des Etats-Unis à Baghdad, seulement pour être remis aux autorités militaires et incarcérés dans une prison temporaire.

En étant détenus à Baghdad, Vance et Ertel disent qu’ils ont été torturés et leurs droits d’habeas corpus violés. Spécifiquement, les deux hommes furent soumis à la privation de sommeil et à d’autres techniques et traitements inhumains; Vance ne fut pas autorisé à entrer en contact avec quiconque aux Etats-Unis pendant deux semaines après son arrestation. Vance fut maintenu en prison pendant plus de deux mois après que les autorités militaires aient été mises au courant qu’il était un informateur du FBI.

“Même Saddam Hussein a eu plus de conseils légaux que je n’en ai jamais eu,” a dit plus tard Vance au New York Times “Pendant que nous étions détenus, nous écrivîmes une lettre au commandant du camp lui disant “que nous ne suivions pas les idéaux démocratiques que nous essayions d’insuffler dans un pays comme l’Irak, comme le droit à une procédure légale.” (more…)

10 juin 2013

¤ Nouvel Ordre Mondial: Edward Snowden le lanceur d’alerte contre la NSA héros de la résistance !

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 08

¤ Nouvel Ordre Mondial: Edward Snowden le lanceur d’alerte contre la NSA héros de la résistance ! dans Outils/Bon à savoir edward-snowden-usa-large570-300x125

Il y en aura d’autres… Le système est miné de l’intérieur et s’effondrera. Les lanceurs d’alerte risquent leur vie pour l’humanité, ce que nous les peuples faisons de leur information est vital.

Le premier niveau est la conscience, ensuite (quasiment simultanément) l’action ! C’est unis que nous en sortirons !

Snowden a fait à notre sens ce qu’il fallait faire pour se protéger dans un premier temps: rendre l’info publique via les médias de masse, ceci est pour l’heure du moins une certaine garantie quant à sa survie. Nul doute qu’il est déjà sur la liste des Américains à assassiner par drone d’Obama. Il est à Hong Kong, en territoire (même autonome) chinois !… Certains doivent très mal dormir en ce moment…

Très bientôt nous verrons des lanceurs d’alerte et des dissidents notoires demander l’asile politique à la Russie ou à la Chine ou à l’Iran, comme d’autres « passaient à l’Ouest » à une certaine époque… Étonnant non ?…

– Résistance 71 –

Le lanceur d’alerte Edward Snowden s’explique sur ses fuites de la NSA

9 Juin 2013

Truthdig

url de l’article original:

http://www.truthdig.com/eartotheground/print/whistleblower_edward_snowden_opens_up_about_nsa_leak_20130609/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Dans un entretien avec le quotidien “The Guardian” de Londres, Edward Snowden, qui fut révélé Dimanche comme étant la source derrière les récents articles du journal concernant la NSA (National Secutity Agency), explique à Glen Greenwald et à Ewen MacAskill pourquoi il est devenu lanceur d’alerte, quand il a décidé de fuiter les documents en sa possession, ce à quoi il s’attend pour lui-même maintenant et dans le futur et s’il se voit comme un autre Bradley Manning (NdT: Le militaire américain qui fuita des infos pour Wikileaks et dont le procès se déroule en ce moment même.)

Snowden, un ancien assistant-technicien à la CIA de 29 ans, a requis du journal The Guardian qu’il diffuse son indentité, bien qu’étant parfaitement au courant des conséquences de ses actions (lorsqu’on lui demanda dans l’entretien à quoi il s’attendait le concernant, il a répondu: “rien de bon”). Pour l’heure le lanceur d’alerte est à Hong Kong, où il s’est posé après avoir fui les Etats-Unis le 20 Mai.

L’entretien, qui fut publié hier Dimanche par le Guardian, a été effectué sur plusieurs jours depuis Hong Kong. En voici quelques extraits:

Q: Pourquoi avez-vous décidé de lancer l’alerte?

A: “La NSA a construit une infrastructure qui lui permet d’intercepter quasiment tout ce qui est possible de l’être. Avec cette capacité, la très vaste majorité des communications humaines est automatiquement ingérée sans ciblage. Si je voulais voir vos courriels ou le numéro de téléphone de votre épouse, tout ce que j’avais à faire était d’utiliser les interceptions. Je peux obtenir vos courriels, messages, mots de passe, archives téléphoniques, numéros de cartes de crédit.

Je ne veux pas vivre dans une société qui fait ce genre de choses… Je ne veux pas vivre dans un monde où tout ce que je fais et dit est enregistré. Ceci est quelque chose que je ne suis pas prêt de soutenir ni de vivre sous la contrainte.”

Q: Que révèlent les documents fuités?

A: “Que la NSA ment de manière routinière en réponse aux enquêtes du congrès des Etats-Unis au sujet de la dimension de la surveillance en Amérique. Je crois que lorsque le sénateur Wyden et le sénateur Udall ont posé des questions à propos de l’échelle à laquelle la surveillance était menée, les membres de la NSA ont dit qu’ils n’avaient pas les outils pour pouvoir répondre. Nous avons les outils et j’ai des cartes montrant où les gens ont été le plus espionnés. Nous collectons bien plus de communications numériques des Etats-Unis que nous ne le faisons des Russes.” (more…)

¤ Comment La France Va Vous Mettre Sur Écoute Dès Cet Été…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 05

Surveillance

La France va se doter d’un système centralisé d’interception des données téléphoniques et internet, géré par le groupe Thales.

Conversations téléphoniques, SMS, MMS, Internet… Dès cet été, l’ensemble des communications passera par ces grandes oreilles de l’Etat.

Le projet est secret. “Confidentiel-Défense” est inscrit sur les en-têtes des documents. La Plateforme nationale d’interception judiciaire (PNIJ) devrait voir le jour cet été, sous l’égide du ministère de la Justice, après plus de six ans dans les cartons.

Ce système de surveillance va permettre de centraliser en un seul point plus de 5 millions de réquisitions judiciaires (liste des appels téléphoniques, identité d’un abonné derrière un numéro…) et près de 40 000 écoutes autorisées par les juges dans le cadre de leurs enquêtes.

A la veille de son entrée en vigueur, avec deux ans de retard sur le calendrier initial, le « Big Brother » français pose surtout des problèmes d’une tout autre gravité : risque sur la sécurité des données, appel d’offres biaisé, dépassement de budget, coûts cachés et conflits d’intérêts avec le groupe Thales, lui-même sous le coup de plusieurs enquêtes.

Sur le papier, le projet était pourtant séduisant. Il permettait, à la fois, de gérer l’explosion des réquisitions et de réduire les coûts. Car l’augmentation continue du nombre d’écoutes téléphoniques ou des interceptions de SMS ne cesse de grever le budget de la Justice.

En cinq ans, les dépenses ont ainsi pratiquement doublé, passant de 55 à 106 millions d’euros en 2011. Et l’inflation n’est pas près de s’arrêter, étant donné l’accroissement de la surveillance des échanges sur l’Internet fixe et mobile.

A l’origine, le Big Brother devait coûter 17 millions d’euros. A présent, la douloureuse se monte à 43 millions. Au bas mot. Car Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free et Numericable ont dû déployer des fibres optiques jusqu’au site de la plate-forme pour répondre à leurs obligations légales d’acheminer les communications.

PNIJ

En considérant les frais de mise à jour de leurs systèmes d’information, ils sont en droit de se faire rembourser une quinzaine de millions d’euros supplémentaires. Mais il y a pire. Comme le souligne Francis Nebot, secrétaire national du syndicat Synergie officiers :

« Les réseaux Internet de la police nationale n’offrent pas les débits suffisants pour se connecter à ce système dans de bonnes conditions et accéder aux écoutes à distance. Du coup, le ministère de l’Intérieur va devoir investir pour redimensionner nos réseaux. On nous a offert une Ferrari sans avoir les routes pour la faire rouler ! »

La plate-forme doit être dotée d’une soeur jumelle, qui prendrait le relais en cas de pannes. Or, selon nos informations, celle-ci est, elle aussi, basée à Elancourt, à 300 mètres seulement de la première. Un éloignement insuffisant en cas d’incendie, d’accident ou d’actes de malveillance.

« Les bonnes pratiques en la matière exigent une installation située à une distance entre 20 et 30 kilomètres du premier site », estime Marc Ayadi, consultant associé en sécurité informatique chez Deloitte.

La PNIJ doit être mise en service en septembre prochain et rendre obsolètes les trois plates-formes actuellement spécialisées dans l’interception des données. L’une concerne les SMS (le STIJ) : elle a coûté plus de 1 million d’euros. Les deux autres ont trait à l’Internet fixe et mobile. Appelées Cariatide et Primatice, elles vont également cesser leurs activités.

Quant aux six entreprises gérant les centrales d’écoutes téléphoniques, elles vont reprendre les 10 000 ordinateurs mis jusqu’ici à la disposition de la police.

« Finalement, pour écarter des petites sociétés privées du marché des écoutes, ils ont fait appel à une grosse société… privée. Tout cela est ubuesque », observe avec amusement un ancien gendarme.

En plein débat sur la moralisation de la vie politique voulue par François Hollande, l’éveil prochain de la PNIJ paraît bien problématique. Par exemple, les gouvernants pourraient-ils avoir accès à des enquêtes en cours les concernant, eux ou leurs proches, en se connectant directement à cette plate-forme ? Nul ne le sait. Le risque est important. Et, d’abord, pour Thales lui-même.

« Même si, techniquement, cette hypothèse paraît improbable, un comité de contrôle de six « sages » va être constitué pour apporter toutes garanties aux citoyens », confie Richard Dubant.

Mais qui surveillera les surveillants ? (more…)

8 juin 2013

¤ Résistance politique: Devant les crimes de l’oligarchie, un changement radical de société est une manœuvre de salubrité publique ~ 2ème partie ~

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 37

Résistance politique: Devant les crimes de l’oligarchie, un changement radical de société est une manœuvre de salubrité publique ~ 2ème partie ~

« Jamais il n’a été permis de mentir aux citoyens avec une si parfaite absence de conséquences. Le spectateur est seulement censé ignorer tout, ne mériter rien. »

– Guy Debord , 1988–

« Pour rester libre, il faut sans cesse rester en garde contre ceux qui gouvernent: rien de plus aisé que de perdre celui qui est sans défiance, et la trop grande sécurité des peuples est toujours l’avant-coureur de leur servitude. »

« C’est à la violence que les états doivent leur origine; presque toujours quelque heureux brigand en est le fondateur et presque partout les lois ne furent, dans leur principe, que des règlements de police, propres à maintenir à chacun la tranquille jouissances de ces rapines. »

– Jean Paul Marat, 1774 –

Une analyse de l’esprit de révolte et des révolutions par Pierre Kropotkine en 1914, texte d’une actualité stupéfiante et déconcertante, preuve que rien n’a changé dans le fond depuis bien plus de cent ans et que nous publions en deux parties. A lire et diffuser sans modération. Dans cette seconde partie, Kropotkine s’appuie sur l’exemple de la révolution française, période historique qu’il avait particulièrement étudiée, pour nous montrer que la voie étatique n’est pas inéluctable. Jean Paul Marat, révolutionnaire méconnu, l’avait lui aussi bien compris. Ce n’est pas par hasard si Marat a été assassiné… Il était de fait, bien plus dangereux pour l’oligarchie pilotant déjà la jeune république que tous les Saint Just, Danton et Robespierre réunis…

– Résistance 71 –

1ère partie

L’esprit de révolte, 2ème partie

Pierre Kropotkine, 1914

III

Une étude serait à faire, — intéressante au plus haut degré, attrayante, et surtout instructive — une étude sur les divers moyens d’agitation auxquels les révolutionnaires ont eu recours à diverses époques, pour accélérer l’écolosion de la révolution, pour donner aux masses la conscience des évènements qui se préparaient, pour mieux désigner au peuple ses principaux ennemis, pour réveiller l’audace et l’esprit de révolte. Nous savons tous très bien pourquoi telle révolution  est devenue nécessaire, mais ce n’est que par instinct et par tatonnements que nous parvenons à deviner comment les révolutions ont germé.

L’état-major prussien a publié dernièrement un ouvrage à l’usage de l’armée, sur l’art de vaincre les insurrections populaires, et il enseigne, dans cet ouvrage, comment l’armée doit agir pour éparpiller les forces du peuple. Aujourd’hui, on veut porter des coups sûrs, égorger le peuple selon toutes les règles de l’art. Eh bien, l’étude dont nous parlons serait une réponse à cette publication et à tant d’autres qui traitent le même sujet, quelquefois avec moins de cynisme. Elle montrerait comment on désorganise un gouvernement, comment on relève le moral d’un peuple, affaissé, déprimé par la misère et l’oppression qu’il a subies.

Jusqu’à présent, pareille étude n’a pas été faite. Les historiens nous ont bien raconté les grandes étapes, par lesquelles l’humanité a marché vers son affranchissement, mais il ont peu prêté d’attention aux périodes qui précédèrent les révolutions. Absorbés par les grands drames qu’ils essayèrent d’esquisser, ils ont glissé d’une main rapide sur le prologue, mais c’est ce prologue qui nous intéresse surtout.

Et cependant, quel tableau plus saisissant, plus sublime et plus beau que celui des efforts qui furent faits par les précurseurs des révolutions ! ! Quelle série incessante d’efforts de la part des paysans et des hommes d’action de la bourgeoisie avant 1789 ; quelle lutte persévérante de la part des républicains, depuis la restauration des Bourbons en 1815, jusqu’à leur chûte en 1830 ; quelle activité de la part des sociétés secrètes pendant le règne du gros bourgeois Louis-Philippe ! Quel tableau poignant que celui des conspirations faites par les Italiens pour secouer le joug de l’Autriche, de leurs tentatives héroïques, des souffrances inénarrables de leurs martyrs ! Quelle tragédie, lugubre et grandiose, que celle qui raconterait toutes les péripéties du travail secret entrepris par la jeunesse russe contre le gouvernement et le régime foncier et capitaliste, depuis 1880 jusqu’à nos jours !

Que de nobles figures surgiraient devant le socialiste moderne à la lecture de ces drames ; que de dévouement et d’abnégation sublimes et, en même temps, quelle instruction révolutionnaire, non plus théorique, mais pratique, toute d’exemple à suivre.

Ce n’est pas ici à entreprendre une pareille étude. La brochure ne se prête pas à un travail d’histoire. Nous devons donc nous borner à choisir quelques exemples, afin de montrer comment s’y prenaient nos pères pour faire de l’agitation révolutionnaire, et quel genre de conclusions peuvent être tirées des études en question.

Nous jetterons un coup d’oeil sur une de ces périodes, sur celle qui précéda 1789 et, laissant de côté l’analyse des circonstances qui ont créé vers la fin du siècle passé une situation révolutionnaire, nous nous bornerons à relever quelques procédés d’agitation, employés par nos pères.

Deux grands faits se dégagent comme résultat de la Révolution de 1789-1793. D’une part, l’abolition de l’autocratie royale, et l’avènement de la bourgeoisie au pouvoir ; d’autre part l’abolition définitive du servage et des redevances féodales dans les campagnes. Les deux sont intimement liés entre eux, et l’un sans l’autre n’aurait pu réussir. Et ces deux courants se retrouvent déjà dans l’agitation qui précéda la Révolution : l’agitation contre la royauté au sein de la bourgeoisie, l’agitation contre les droits des seigneurs au sein des paysans.

Jetons un coup d’oeil sur les deux. (more…)

¤ Société contre l’état: La guerre est un racket organisé…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 36

Société contre l’état: La guerre est un racket organisé…

La guerre est un racket

Mohawk Nation News

Janvier 2013

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/01/28/mnn-war-is-a-racket/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La cabale se rencontre aujourd’hui à Ottawa; ce sera entre les Indiens corporatistes coopérants et les royalistes économiques. Le chef Lakota Sioux Cheval Fou avait dit ceci juste avant d‘être assassiné:

“Combien de fois l’homme blanc doit-il faillir à sa parole ? Pourquoi votre mémoire est-elle aussi courte pour que vous acceptiez encore leurs promesses ? Pourquoi les promesses d’aujourd’hui seraient-elles différentes de celles d’hier ?”

La pression est mise pour voler nos ressources dont ils ont besoin pour la guerre. Les banquiers dirigent leur PDG de l’entreprise Canada, Stephen Harper, pour faire accélérer l’extraction de matériaux de guerre sur lesquels sont assis et vivent les peuples autochtones. Nous n’en avons jamais cédé une parcelle. Les royalistes de l’économie se préparent à se partager le butin de guerre, le pactole du sang. Les entreprises sous-traitantes du Canada, connues sous le nom des conseils de bandes et de tribus ne sont là que pour donner l’illusion d’une légalité et d’obtenir quelques miettes en récompense.

Mark “carnage” Carney, l’ancien gouverneur de la Banque du Canada, s’en va en Angleterre avec 3000 milliards de dollars de notre fond de l’Indian Trust à la remorque pour les donner aux banquiers royalistes .

Rien de nouveau sous le soleil. Le général américain du corps des fusiliers marins (Marine Corp) Smedley Butler avait clairement expliqué dans son discours célèbre de 1933 que “La guerre est un racket”.

Butler, un des généraux les plus décorés de la 1ère guerre mondiale (il était alors commandant), a expliqué la planification de la première guerre mondiale. Un an plus tard, Butler témoigna secrètement devant le comité McCormack & Dickstin, qui devint plus tard le comité parlementaire pour les activités anti-américaines. Il y déclara l’existence d’un complot ayant à sa tête un groupe de très riches hommes d’affaires américains (L’American Liberty League), qui voulait instaurer une dictature fasciste aux Etats-Unis, dictature complète avec camps de concentration pour les juifs et autres indésirables.

[ Article complet:  War is a Racket: Smedley Butler ]

Butler fut approché par Gerald T. MacGuire de la compagnie Grayson MP, Murphy and Co de Wall Street. Une armée de 500 000 hommes serait assemblée, constituée de vétérans de la première guerre mondiale sans emploi, armée qui marcherait sur Washington D.C pour mettre à bas le gouvernement. Les ploutocrates voulaient que Butler soit le leader du coup d’état, lui promettant 3 millions de dollars pour commencer, 300 millions plus tard. Butler donna son accord afin d’en savoir plus et de connaître l’identité des comploteurs. Aucun d’entre eux ne fut jamais appelé à témoigner ou fut accusé de trahison. Presque la totalité d’entre eux étaient des membres fondateurs duCouncil on Foreign Relations (CFR). La Ligue était menée par les gens des cartels des entreprises DuPont et JP Morgan. De gros soutiens étaient Andrew Mellon de Sun Oil (compagnie pétrolière), Rockefeller d’E.F Hutton, US Steel (les aciers américains), General Motors, Standard Oil (NdT: aujourd’hui Exxon, Mobil), la Chase Bank et les pneus Goodyear. L’argent transitait par le sénateur Prescott Bush (NdT: le grand-père de Deubeuliou Bush, qui eut aussi des liens avec les financements d’Hitler par Wall Street) et sa Union Banking Corporation et Brown Brothers Harriman. Les comploteurs se vantaient également des relations de Bush et Hitler. L’Allemagne avait promis les armes pour le coup d’état.

Butler en vint à la conclusion que la guerre est le plus vieux, le plus profitable et le plus vicieux de tous les rackets. Ce racket a des dimensions internationales. Les profits sont enregistrés en dollars et en pertes de vies humaines. Il est perpétré pour le profit du plus petit nombre aux dépends du très grand nombre. Durant la 1ère guerre mondiale, une poignée de personnes collectèrent tous les bénéfices. Au moins 21 000 nouveaux millionnaires et milliardaires furent issus aux Etats-Unis de la 1ère guerre mondiale. Ils admirent leur jeu avec le sang des autres dans leur impôts. D’autres falsifièrent purement et simplement leurs déclarations de revenus. Aucun d’entre eux n’eut une arme dans les mains, creusa une tranchée, eut faim dans un trou à rats, ne souffrit de nuits de cauchemar sans sommeil, échappèrent aux obus, à leurs éclats et aux balles des mitrailleuses; aucun d’entre eux ne para une ataque de baïonnette énnemie ou fut tué dans une bataille.

Le public paya pour les pierres tombales, les corps estropiés, les esprits dévastés et les cœurs brisés à la maison, l’instabilité économique, la dépression et toute sa cohorte de misères, ainsi que l’imposition qui brisa le dos des générations futures.

Maintenant je vois des nuages de guerre internationaux s’amonceler. Les camps sont choisis. La France et la Russie se tiennent côte à côte, l’Italie et l’Autriche également. La Pologne et l’Allemagne travaillent ensemble, oubliant leur dispute sur le couloir polonais (NdT: le couloir de Dantzig, aujourd’hui Gdansk en Pologne). L’assassinat du roi Alexandre de Yougoslavie a compliqué les choses. L’Italie était prête à sauter sur l’occasion. La France et la Tchécoslovaquie attendirent. Tous attendaient la guerre. Pas les peuples qui eux, se battent, paient et meurent, mais ceux qui fomentent les guerres pour le profit. 40 millions d’hommes en armes. Les hommes d’état et les diplomates mentent pour dire que personne ne prépare la guerre. Enfers et damnation ! Ces hommes ne sont pas entraînés pour faire de la danse ! (more…)

5 juin 2013

¤ A tous les pilotes : pour en savoir plus sur la géo-ingénierie et les chemtrails, par David Lim, Royaume-Uni, Mars 2013

source : http://www.youtube.com/watch?v=OJcB7yZpbtU&feature=youtu.be

Image de prévisualisation YouTube

Publiée le 16 mai 2013

Si quelqu’un connaît un ou des pilotes ou membres d’équipage du vol / personnels de cabine, s’il vous plaît encouragez-les à regarder cette présentation très bien faite sur un sujet crucial dont peu acceptent de parler généralement dans cette profession, ou sont effrayés de parler ouvertement. Un aperçu très complet et en douceur, cette présentation est une vulgarisation entièrement validée par le doctorant David Lim de l’Université de Reading. Pour les détracteurs et autres debunkers de tout poil, l’heure viendra bientôt où ce sera pleinement exposé, des professionnels parmi les plus respectés rendent compte de la réalité de cette tromperie de masse. Des changements positifs se produisent, un grand merci à David Lim et tous ceux qui font des efforts pour exposer cette situation incroyable.

A l’origine envoyé par David Lim, (nous l’avons rencontré et quel gentleman !), il a été de 2 de mes entretiens et il est un ambassadeur de bienvenue de la vérité.

Publié le 6 avril 2013

Cette présentation publique a été créé pour introduire le sujet de la géoingénierie à ceux qui ont peu ou pas de connaissances sur le sujet. Il fournit donc un aperçu de cet domaine parmi les moins connus de la science. La conférence intitulée «L’augmentation des conditions météorologiques, les prix alimentaires et les maladies extrêmes: la connexion tacite» a eu lieu à Trent, Sherborne, Dorset (Royaume-Uni) le 27 Mars 2013 devant une forte audience (80 personnes). Les «questions et réponses de la séance ont duré 90 minutes et ont été exclues de la vidéo pour plus de maniabilité. L’auditoire était composé de membres du public, il est apparu que très peu de gens étaient au courant de la géoingénierie sans parler des questions scientifiques et politiques qui sous-tendent ce vaste sujet. Une multitude de sujets périphériques ont également été abordés au cours de la session de questions réponses, ce qui laisse beaucoup de choses à considérer …

«Je suis un chercheur au doctorat à l’Université de Reading (Royaume-Uni) à la recherche d’un charges électriques domestiques, quand je suis tombé sur la science de la« manipulation de l’environnement », englobant géoingénierie, modification du temps et des opérations militaires – qui posent un risque important pour les systèmes naturels . Période. Ayant étudié le débat sur le changement climatique et de se familiariser avec «l’image globale » – délimitée par des sujets tels que la politique, la géopolitique, l’histoire, la météorologie, la sociologie, l’économie, la physique, la métaphysique, la mécanique quantique, la médecine, le droit, militaires et bien d’autres – je conclu que quelque chose n’allait pas. En fait, beaucoup des «choses» sont mal avec la version de la réalité qui nous est présenté par les médias et le gouvernement. Il a fallu plus de 1500 heures de recherche pour mettre globalement rassembler les pièces du puzzle de la géo-ingénierie, qui tire dans tous les autres sujets mentionnés afore, il n’a tout simplement. La grande majorité des gens n’ont tout simplement pas l’énergie ou le temps d’enquêter sur ces sujets primordiaux comme la géo-ingénierie, donc beaucoup sont laissés dans l’obscurité. Ici, je cherche simplement à faire la lumière sur cette zone trouble, pour ceux à la première étape du «voyage» …

Je vous remercie »

David Lim

version en anglais ci-après (english version furthermore)

(more…)

¤ Bilderberg 2013, Watford, Angleterre, du 6 au 9 juin : les invités officiels

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 15

La liste effective des participants à la réunion mise à jour du 3 Juin 2013:

 

Chairman / Président

FRA Castries, Henri de Chairman and CEO, AXA Group

DEU Achleitner, Paul M. Chairman of the Supervisory Board, Deutsche Bank AG

DEU Ackermann, Josef Chairman of the Board, Zurich Insurance Group Ltd

GBR Agius, Marcus Former Chairman, Barclays plc

GBR Alexander, Helen Chairman, UBM plc

USA Altman, Roger C. Executive Chairman, Evercore Partners

FIN Apunen, Matti Director, Finnish Business and Policy Forum EVA

USA Athey, Susan Professor of Economics, Stanford Graduate School of Business

TUR Aydıntaşbaş, Aslı Columnist, Milliyet Newspaper

TUR Babacan, Ali Deputy Prime Minister for Economic and Financial Affairs

GBR Balls, Edward M. Shadow Chancellor of the Exchequer

PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA

FRA Barré, Nicolas Managing Editor, Les Echos

INT Barroso, José M. Durão President, European Commission

FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP


FRA Bavinchove, Olivier de Commander, Eurocorps


GBR Bell, John Regius Professor of Medicine, University of Oxford

ITA Bernabè, Franco Chairman and CEO, Telecom Italia S.p.A.

USA Bezos, Jeff Founder and CEO, Amazon.com

SWE Bildt, Carl Minister for Foreign Affairs

SWE Borg, Anders Minister for Finance

NLD Boxmeer, Jean François van Chairman of the Executive Board and CEO, Heineken N.V.

NOR Brandtzæg, Svein Richard President and CEO, Norsk Hydro ASA

AUT Bronner, Oscar Publisher, Der Standard Medienwelt

GBR Carrington, Peter Former Honorary Chairman, Bilderberg Meetings

ESP Cebrián, Juan Luis Executive Chairman, Grupo PRISA

CAN Clark, W. Edmund President and CEO, TD Bank Group

GBR Clarke, Kenneth Member of Parliament

DNK Corydon, Bjarne Minister of Finance

GBR Cowper-Coles, Sherard Business Development Director, International, BAE Systems plc

ITA Cucchiani, Enrico Tommaso CEO, Intesa Sanpaolo SpA

BEL Davignon, Etienne Minister of State; Former Chairman, Bilderberg Meetings

GBR Davis, Ian Senior Partner Emeritus, McKinsey & Company

NLD Dijkgraaf, Robbert H. Director and Leon Levy Professor, Institute for Advanced Study

TUR Dinçer, Haluk President, Retail and Insurance Group, Sabancı Holding A.S.

GBR Dudley, Robert Group Chief Executive, BP plc

USA Eberstadt, Nicholas N. Henry Wendt Chair in Political Economy, American Enterprise Institute

NOR Eide, Espen Barth Minister of Foreign Affairs

SWE Ekholm, Börje President and CEO, Investor AB

DEU Enders, Thomas CEO, EADS
USA Evans, J. Michael Vice Chairman, Goldman Sachs & Co.

DNK Federspiel, Ulrik Executive Vice President, Haldor Topsøe A/S

USA Feldstein, Martin S. Professor of Economics, Harvard University; President Emeritus, NBER

FRA Fillon, François Former Prime Minister

USA Fishman, Mark C. President, Novartis Institutes for BioMedical Research

GBR Flint, Douglas J. Group Chairman, HSBC Holdings plc

IRL Gallagher, Paul Senior Counsel

USA Geithner, Timothy F. Former Secretary of the Treasury

USA Gfoeller, Michael Political Consultant

USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company

DEU Grillo, Ulrich CEO, Grillo-Werke AG

ITA Gruber, Lilli Journalist – Anchorwoman, La 7 TV

ESP Guindos, Luis de Minister of Economy and Competitiveness

GBR Gulliver, Stuart Group Chief Executive, HSBC Holdings plc

CHE Gutzwiller, Felix Member of the Swiss Council of States

NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings

FIN Heinonen, Olli Senior Fellow, Belfer Center for Science and International Affairs, Harvard Kennedy School of Government

GBR Henry, Simon CFO, Royal Dutch Shell plc

FRA Hermelin, Paul Chairman and CEO, Capgemini Group


ESP Isla, Pablo Chairman and CEO, Inditex Group

USA Jacobs, Kenneth M. Chairman and CEO, Lazard

USA Johnson, James A. Chairman, Johnson Capital Partners

CHE Jordan, Thomas J. Chairman of the Governing Board, Swiss National Bank

USA Jordan, Jr., Vernon E. Managing Director, Lazard Freres & Co. LLC

USA Kaplan, Robert D. Chief Geopolitical Analyst, Stratfor

USA Karp, Alex Founder and CEO, Palantir Technologies

GBR Kerr, John Independent Member, House of Lords

USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc.


USA Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa

NLD Knot, Klaas H.W. President, De Nederlandsche Bank

TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.

DEU Koch, Roland CEO, Bilfinger SE

USA Kravis, Henry R. Co-Chairman and Co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.

USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow and Vice Chair, Hudson Institute

CHE Kudelski, André Chairman and CEO, Kudelski Group

GRC Kyriacopoulos, Ulysses Chairman, S&B Industrial Minerals S.A.

INT Lagarde, Christine Managing Director, International Monetary Fund


DEU Lauk, Kurt J. Chairman of the Economic Council to the CDU, Berlin

USA Lessig, Lawrence Roy L. Furman Professor of Law and Leadership, Harvard Law School; Director, Edmond J. Safra Center for Ethics, Harvard University

BEL Leysen, Thomas Chairman of the Board of Directors, KBC Group

DEU Lindner, Christian Party Leader, Free Democratic Party (FDP NRW)


SWE Löfven, Stefan Party Leader, Social Democratic Party (SAP)


DEU Löscher, Peter President and CEO, Siemens AG

GBR Mandelson, Peter Chairman, Global Counsel; Chairman, Lazard International

USA Mathews, Jessica T. President, Carnegie Endowment for International Peace

CAN McKenna, Frank Chair, Brookfield Asset Management

GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist


FRA Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations (NdT: la branche française du CFR, Council on Foreign Relations, think tank néo-conservateur)

ITA Monti, Mario Former Prime Minister


USA Mundie, Craig J. Senior Advisor to the CEO, Microsoft Corporation

ITA Nagel, Alberto CEO, Mediobanca

NLD Netherlands, H.R.H. Princess Beatrix of The

USA Ng, Andrew Y. Co-Founder, Coursera
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell, plc

GBR Omand, David Visiting Professor, King’s College London

GBR Osborne, George Chancellor of the Exchequer

USA Ottolenghi, Emanuele Senior Fellow, Foundation for Defense of Democracies

TUR Özel, Soli Senior Lecturer, Kadir Has University; Columnist, Habertürk Newspaper

GRC Papahelas, Alexis Executive Editor, Kathimerini Newspaper

TUR Pavey, Şafak Member of Parliament (CHP)


FRA Pécresse, Valérie Member of Parliament (UMP)


USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute

USA Petraeus, David H. General, U.S. Army (Retired)

PRT Portas, Paulo Minister of State and Foreign Affairs

CAN Prichard, J. Robert S. Chair, Torys LLP

INT Reding, Viviane Vice President and Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship, European Commission

CAN Reisman, Heather M. CEO, Indigo Books & Music Inc.

FRA Rey, Hélène Professor of Economics, London Business School


GBR Robertson, Simon Partner, Robertson Robey Associates LLP; Deputy Chairman, HSBC Holdings

ITA Rocca, Gianfelice Chairman,Techint Group

POL Rostowski, Jacek Minister of Finance and Deputy Prime Minister


USA Rubin, Robert E. Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury

NLD Rutte, Mark Prime Minister

AUT Schieder, Andreas State Secretary of Finance

USA Schmidt, Eric E. Executive Chairman, Google Inc.


AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG

PRT Seguro, António José Secretary General, Socialist Party


FRA Senard, Jean-Dominique CEO, Michelin Group


NOR Skogen Lund, Kristin Director General, Confederation of Norwegian Enterprise

USA Slaughter, Anne-Marie Bert G. Kerstetter ’66 University Professor of Politics and International Affairs, Princeton University

IRL Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International

GBR Taylor, Martin Former Chairman, Syngenta AG

INT Thiam, Tidjane Group CEO, Prudential plc

USA Thiel, Peter A. President, Thiel Capital

USA Thompson, Craig B. President and CEO, Memorial Sloan-Kettering Cancer Center


DNK Topsøe, Jakob Haldor Partner, AMBROX Capital A/S

FIN Urpilainen, Jutta Minister of Finance


CHE Vasella, Daniel L. Honorary Chairman, Novartis AG

GBR Voser, Peter R. CEO, Royal Dutch Shell plc

CAN Wall, Brad Premier of Saskatchewan

SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB

USA Warsh, Kevin Distinguished Visiting Fellow, The Hoover Institution, Stanford University

CAN Weston, Galen G. Executive Chairman, Loblaw Companies Limited

GBR Williams of Crosby, Shirley Member, House of Lords


GBR Wolf, Martin H. Chief Economics Commentator, The Financial Times


USA Wolfensohn, James D. Chairman and CEO, Wolfensohn and Company

GBR Wright, David Vice Chairman, Barclays plc

INT Zoellick, Robert B. Distinguished Visiting Fellow, Peterson Institute for International Economics

4 juin 2013

¤ Politique et société : Le leurre et l’escroquerie du marxisme, capitalisme d’état au service de l’oligarchie…(Emma Goldman, 1935)

Classé dans : Dossiers clos,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 13

¤ Politique et société : Le leurre et l’escroquerie du marxisme, capitalisme d’état au service de l’oligarchie…(Emma Goldman, 1935) dans Dossiers clos emmagoldman2-189x300source : http://resistance71.wordpress.com/2013/05/30/politique-et-societe-le-leurre-et-lescroquerie-du-marxisme-capitalisme-detat-au-service-de-loligarchie/

Cet excellent essai d’Emma Goldman en relation directe avec ce que nous disions dans l’article précédent sur la clique Rockefeller/Kissingerencourageant la Chine « communiste » et leur pays du goulag levant à œuvrer pour un Nouvel Ordre Mondial.

– Résistance 71 –

Le Communisme n’existe pas en Russie

Emma Goldman (1935)

BOLCHEVISME = COMMUNISME ?

Le mot communisme est maintenant sur toutes les lèvres. Certains en parlent avec l’enthousiasme exagéré des néophytes, d’autres le craignent et le condamnent comme une menace sociale. Mais je suis presque sûre que ni ses admirateurs — la grande majorité d’entre eux — ni ceux qui le dénoncent n’ont une idée très claire de ce qu’est vraiment le «communisme» à la sauce bolchevik.

Si l’on veut en donner une définition très générale, le communisme représente un idéal d’égalité et de fraternité humaine: il considère l’exploitation de l’homme par l’homme comme la source de tout esclavage et de toute oppression. L’inégalité économique conduit à l’injustice sociale et est l’ennemie du progrès moral et intellectuel.

Le communisme vise à créer une société où les classes seront abolies, où sera instaurée la propriété commune des moyens de production et de distribution. L’homme ne pourra jouir de la liberté, de la paix et du bien-être que dans une communauté sans classes et solidaire.

Mon objectif initial, en écrivant cet article, était de comparer l’idéal communiste avec la façon dont il est appliqué en URSS, mais je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une tâche impossible. En réalité, le communisme n’existe pas en Russie. Pas un seul principe communiste, pas un seul élément de ses enseignements n’est appliqué par le Parti communiste dans ce pays.emmagoldman3-221x300 dans Outils/Bon à savoir

Aux yeux de certains, ma position semblera totalement absurde; d’autres penseront que j’exagère grossièrement. Cependant je suis sûre qu’un examen objectif de la situation russe actuelle convaincra le lecteur honnête que je dis la vérité.

Intéressons-nous d’abord à l’idée fondamentale qui sous-tend le prétendu «communisme» des bolcheviks. Leur idéologie ouvertement centraliste, autoritaire, est fondée presque exclusivement sur la coercition et la violence étatiques. Loin d’être fondé sur la libre association, il s’agit d’un communisme étatique obligatoire. On doit garder cela en mémoire si l’on veut comprendre la méthode utilisée par l’État soviétique pour appliquer ses projets et leur donner un petit air «communiste».

NATIONALISATION OU  SOCIALISATION ?

La première condition pour que se réalise le communisme est lasocialisation des terres, des outils de production et de la distribution. On socialise la terre et les machines, pour qu’elles soient utilisées par des individus ou des groupes, en fonction de leurs besoins. En Russie, la terre et les moyens de production ne sont pas socialisés maisnationalisés. Le terme de nationalisation est trompeur, car ce mot n’a aucun contenu. En réalité, la richesse nationale n’existe pas. La «nation» est une entité trop abstraite pour «posséder» quoi que ce soit. Soit la propriété est individuelle, soit elle est partagée par un groupe d’individus; elle repose toujours sur une réalité quantitativement définissable.

Lorsqu’un bien n’appartient ni à un individu, ni à un groupe, il est ou nationalisé ou socialisé. S’il est nationalisé, il appartient à l’État; en clair, le gouvernement en a le contrôle et peut en disposer selon son bon plaisir. Mais si un bien est socialisé, chaque individu y a librement accès et peut l’utiliser sans l’ingérence de qui que ce soit.

En Russie, ni la terre, ni la production, ni la distribution ne sont socialisées. Tout est nationalisé et appartient au gouvernement, exactement comme la Poste aux États-Unis ou les chemins de fer en Allemagne ou dans d’autres pays européens. Ce statut n’a absolument rien de communiste.

La structure économique de l’URSS n’est pas plus communiste que la terre ou les moyens de production. Toutes les sources d’existence sont la propriété du gouvernement central; celui-ci dispose du monopole absolu du commerce extérieur; les imprimeries lui appartiennent: chaque livre, chaque feuille de papier imprimé est une publication officielle. En clair, le pays et tout ce qu’il contient sont la propriété de l’État, comme cela se passait auparavant, au temps des tsars. Les quelques biens qui ne sont pas nationalisés, comme certaines vieilles maisons délabrées à Moscou, par exemple, ou de petits magasins miteux disposant d’un misérable stock de cosmétiques, sont uniquement tolérés : à tout moment le gouvernement peut exercer son droit indiscuté à s’en saisir par simple décret.

Une telle situation relève du capitalisme d’État, mais il serait extravagant d’y déceler quoi que ce soit de communiste. (more…)

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT