• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 29 juillet 2013

29 juillet 2013

¤ Des scientifiques créent une « Poussière neurale » (“Neural Dust”) permettant de connecter l’Homme à la Machine

Classé dans : Etrange,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 15

Source : http://www.occupycorporatism.com/scientists-create-neural-dust-that-will-connect-man-to-machine/

Posted about 10 days ago | 7 comments

susanne_posel_news_ Brain-MachineSusanne Posel
Occupy Corporatism
July 19, 2013

Researchers at the University of Berkley havesuggested implanting mind-reading “neural dust” into human brains to facilitate connectivity of man to machine.

If this dust were sprinkled onto a human brain, it could form an “implantable neural interface system that remains viable for a lifetime.”

This dust would consist of particles no more than 100 micrometers across that would be millions of sensors capable of measuring electrical activity in neutrons within the brain.

According to the paper, these sensors could be attached to the “tips of fine wire arrays” that could be inserted directly into brain tissue.

This would enable a human brain – machine interface and create a mechanical “telepathy”.

Scientists at the Massachusetts Institute of Technology (MIT) explain that “each particle of neural dust consists of standard CMOS circuits and sensors that measure the electrical activity in neurons nearby. This is coupled to a piezoelectric material that converts ultra-high-frequency sound waves into electrical signals and vice versa.”

In essence this neural dust would work much like an RFID system; as well as store data from the neural-net outside of body which could be accessed at a later date.

Ultrasound techniques could be used to send and receive data. Researchers would have to conclude the power required to utilize electromagnetic waves without causing a level of heat conducted in the process that would damage brain tissue.

Another way scientists are endeavoring to connect man to machine is through the use of newly developed stretchy conductive material that could be attached to electrode implants to the brain or pacemakers.

This gold-crafted nanoparticle invention is an elastic polymer that can be stretched to four times its original length.

Nicholas Kotov, chemical engineer at the University of Michigan (UoM) explains that “it looks like elastic gold. But we can stretch it just like a rubber band. And when you release the stress, they pretty much come back to their original position.”

Kotov claims that this invention “can alleviate a lot of diseases-for instance, severe depression, Alzheimer’s disease and Parkinson’s disease. They can serve as a part of artificial limbs and other prosthetic devices controlled by brain.”

Science and religion meet at the intersection of a $5 million grant gifted to UC Riverside in Pennsylvania by the John Templeton Foundation for further research into an afterlife and immortality.

John Martin Fischer, philosophy professor from UC Riverside, will host conferences and oversee post-doctoral students running a website that centers around immortality; along with international consensus where psychologists and neuroscientists from across the globe will convene.

The globalist Elite are obsessed with the merging man and machine, transhumanism and immortality. Basing advancements on scientific research, the 2045 Program will create “a new vision of human development that meets global challenges humanity faces today, realization of the possibility of a radical extension of human life by means of cybernetic technology, as well as the formation of a new culture associated with these technologies.”

The transhumanists at the 2045 Program assert that humanity “is in need of a new evolutionary strategy” consisting of a balance between the complexity of technological advances and the acceleration of informational processes to expand the “limited, primitive human” into a “highly self-organized” and technologically “higher intelligence”.

Technology can organize society and integrate unification of a super collective consciousness – a superbeing.

By doing away with individuality, the conclusion is the elimination of:
• Lack of consumer provisions

• Aging, illness and death

• Crime and conflicts

• Natural disasters and catastrophes

Superpeople are the epitome of communitarianism and collectivism as the new globalist vision of society marches toward immortal superpeople.

Because communitarianism is the ideology of the importance of community over the individual, the creation of a communalist society is the emphatic over-reaching value that if it does not provide for the whole, it is not worth pursuit.

The concept of the neo-human and neo-humanity is the replacement for a post-industrial capitalist and consumer-based society where a new form of civilization will emerge. (more…)

¤ Nouvelle étude: les « conspirationnistes » sont sains; les suiveurs des gouvernements sont fous, hostiles

Source : http://globalepresse.com/2013/07/12/nouvelle-etude-les-conspirationnistes-sont-sains-les-suiveurs-des-gouvernements-sont-fous-hostiles/

BY  on JUILLET 12, 2013 • ( 66 )

h.sharifi20130712040256270Par Kevin Barrett et HSN, le 12 juillet 2013

De récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés « conspirationnistes » apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.

L’étude la plus récente a été publiée le 8 juillet par les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas de l’Université de Kent (Royaume-Uni). Intitulée « What about Building 7? A social psychological study of online discussion of 9/11 conspiracy theories » (Et pour le Bâtiment 7? Une étude socio-psychologique de discussions en ligne sur les théories de la conspiration autour des attentats du 11 septembre 2001, ndt), l’étude faisait la comparaison entre les commentaires « conspirationnistes » (pro-théorie de la conspiration) et « conventionnalistes » (anti-conspiration) sur des sites web d’information.

Les auteurs ont été surpris de découvrir qu’il est maintenant plus conventionnel de laisser des commentaires soi-disant conspirationnistes que conventionnalistes: « Sur les 2174 commentaires recueillis, 1459 furent définis comme conspirationnistes et 715 comme conventionnalistes. » En d’autres termes, parmi les gens qui commentent les articles d’information, ceux qui ne croient pas aux explications gouvernementales d’événements tels que le 11 septembre ou l’assassinat de JFK dépassent en nombre ceux qui y croient par un facteur de plus de deux contre un. Ceci veut dire que ce sont les commentateurs pro-théorie de la conspiration qui expriment ce qui est reconnu comme la sagesse populaire conventionnelle, tandis que les commentateurs anti-conspiration deviennent une minorité isolée.

Peut-être parce que leurs opinions soi-disant mainstream ne représentent plus la majorité, les commentateurs anti-conspiration ont souvent témoigné de la colère et de l’hostilité: « L’étude… a démontré que les gens qui favorisaient la version officielle du 11 septembre étaient en général plus hostiles quand ils essayaient de convaincre leurs opposants. »

De plus, il s’est avéré que les gens anti-conspiration étaient non seulement plus hostiles, mais fanatiquement attachés à leurs propres théories de la conspiration. Selon eux, leur propre théorie pour le 11 septembre – une théorie de la conspiration affirmant que 19 Arabes, aucun d’entre eux ne sachant piloter un avion efficacement, ont perpétré le crime du siècle sous la direction d’un mec sous dialyse dans une caverne en Afghanistan – était indiscutablement vraie. Les soi-disants conspirationnistes, par contre, ne prétendaient pas avoir de théorie expliquant complètement les événements du 11 septembre: « Pour ceux qui pensent que le 11 septembre était une conspiration du gouvernement, l’attention ne se porte pas sur la promotion d’une théorie en particulier, mais sur le démontage de la version officielle. »

Bref, cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent.

De plus, l’étude a démontré que les soi-disants conspirationnistes discutent du contexte historique (tel que voir l’assassinat de JFK comme précurseur du 11 septembre) plus que les conventionnalistes. Elle a également découvert que les soi-disants conspirationnistes n’aiment pas se faire appeler ainsi, ou « théoriciens de la conspiration ».

Ces deux découvertes sont amplifiées par le nouveau livre « Conspiracy Theory in America » (La Théorie de la Conspiration aux USA, ndt) écrit par le politologue Lance DeHaven-Smith, publié plus tôt cette année par University of Texas Press. Le Professeur DeHaven-Smith explique pourquoi les gens n’aiment pas se faire traiter de « conspirationnistes »: le terme fut inventé et fait circuler par la CIA pour critiquer et railler les gens qui demandaient des comptes sur l’assassinat de J.F. Kennedy! « La campagne de la CIA pour rendre populaire le terme « théorie de la conspiration » et l’adhésion à de telles théories la cible de railleries et d’hostilité doit, hélas, recevoir le crédit d’avoir été l’une des initiatives de propagande les plus réussies de tous les temps. » (more…)

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT