• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 30 juillet 2013

30 juillet 2013

¤ Nouvel Ordre Mondial : Monsanto rachète la plus grande armée mercenaire au monde: Blackwater…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 21

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/07/26/nouvel-ordre-mondial-monsanto-rachete-la-plus-grande-armee-mercenaire-au-monde-blackwater/

Un des plus gros actionnaires de Monsanto aujourd’hui est Bill Gates, leurs intérêts communs les poussent pour le projet de « révolution verte » en Afrique, c’est à dire que nous allons voir déferler les OGM Monsanto en Afrique, plus que jamais promus par la Fondation Gates comme étant « humanitaires » et « le meilleur moyen de lutter contre la famine » avec les barbouzes de Blackwater faisant le ménage sur place: élimination de la dissidence, élimination des paysans récalcitrants, assistance armée à des « coups de mains » ou protection de dictateurs etc… Bref la routine de la barbouzerie de bas étage quoi…

Frères africains… L’heure est grave et il va falloir être solidaire. Ceci est simplement diabolique !

– Résistance 71 –

Academi (ex-Blackwater) racheté par Monsanto

Réseau Voltaire 26 Juillet 2013 url de l’article original: http://www.voltairenet.org/article179606.html

Academi (ex-Blackwater), la plus puissante armée du monde, indique avoir été cédé, sans indiquer ni le nom de l’acquéreur, ni le montant de la vente.

Selon SouthWeb.org, c’est la multinationale de biotechnologies Monsanto qui est l’heureux acquéreur [1].

Créé en 1901, Monsanto a débuté en fabriquant la saccharine utilisée par Coca-Cola. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fournit l’uranium du projet Manhattan, puis durant la guerre du Vietnam, un puissant herbicide pour défolier la jungle, l’Agent orange. Depuis une trentaine d’années, Monsanto est devenu le leader mondial des organismes génétiquement modifiés. Avec un chiffre d’affaire annuel de 13,5 milliards de dollars, il est la 206e multinationale US.

Academi été créé par Erik Prince en 1997 sous le nom Blackwater Worldwide. La société, dont certains dirigeants sont liés à des Églises évangéliques financées par le Pentagone, a joué en Afghanistan et en Irak un rôle comparable à celui de l’Ordre de Malte durant la guerre du Nicaragua. Elle est présidée par Billy Joe (Red) McCombs (347e fortune des USA), John Aschcroft (ancien Attorney general des États-Unis) et l’amiral Bobby R. Inman (ancien directeur de la National Security Agency et directeur adjoint de la CIA). Academi, qui travaille principalement pour le gouvernement US, a participé à la bataille de Tripoli (Libye) et recrute actuellement des combattants pour faire le jihad en Syrie.

La croissance de Blackwater doit beaucoup au projet de privatisation des armées US défendu par le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld. Cependant cette politique ayant été un échec et les restrictions budgétaires aidant, Academi ne se voit plus confier par Washington que des contrats de gardiennage ou d’escorte sur des théâtres d’opération et des opérations secrètes « non-revendiquées ». Sa réputation lui a également permis d’obtenir des contrats de mercenariat de petits États, notamment dans le Golfe persique.

Selon SouthWeb, la vente d’Academi correspond à l’entrée de la Bill and Melinda Gates Foundation au capital de Monsanto. Créée par le fondateur de Microsoft et le spéculateur Warren Buffet (les deux premières fortunes des États-Unis), c’est la plus importante fondation « philanthropique » au monde. Elle a notamment lancé, avec la fondation Rockfeller, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) qui vise à étendre l’usage des semences Monsanto sur le continent noir.

[1] “Monsanto Buys Blackwater, the largest mercenary army in the world”, SouthWeb, 20 juillet 2013.

¤ Syrie : reprise du quartier rebelle de Khaldiyé à Homs par l’armée – « La peur commence à changer de camp » selon El Watan (Algérie)

Classé dans : Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 22 : 14

Source : http://www.elwatan.com/international/syrie-la-peur-commence-a-changer-de-camp-30-07-2013-222914_112.php

¤ Syrie : reprise du quartier rebelle de Khaldiyé à Homs par l'armée -

le 30.07.13 | 10h00  trans dans Politique/Societe trans trans

En plus de ses nombreux déboires politiques, l’opposition à Bachar Al Assad vient de subir un nouveau revers militaire sur le terrain, ce qui rend de plus en plus irréalisable son projet de provoquer un changement de régime par la force comme cela s’est fait en Libye.

L’armée syrienne a annoncé hier la capture de Khaldiyé, un quartier rebelle clé de Homs, troisième ville de Syrie et un des symboles de la révolte, au terme d’une violente offensive d’un mois, un nouveau succès militaire pour Bachar Al Assad. Il s’agit incontestablement du deuxième succès militaire pour le régime en moins de deux mois. Le 5 juin, l’armée avait pris Qousseir (centre-ouest), ville de la province de Homs tenue par les rebelles pendant un an.

La chute de Khaldiyé est un revers pour les rebelles, maîtres du quartier depuis septembre 2011, soit près de deux ans. Leur recul le plus important dans cette ville datait de mars 2012 lorsque l’armée avait repris le contrôle de Baba Amr, un autre quartier symbole de la rébellion. «Effondrement de la citadelle des terroristes à Khaldiyé. On est de plus en plus victorieux», a annoncé vers midi la télévision d’Etat en montrant également des soldats brandissant leurs armes et le drapeau syrien en signe de victoire. Certains scandaient «Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifierons pour toi ô Bachar». L’armée «a écrasé les derniers repaires des terroristes» du quartier, a indiqué de son côté l’agence officielle Sana.

La prise de Khaldiyé, un des haut lieux de la rébellion, signifie que le régime n’a plus devant lui que quelques zones rebelles, notamment dans le vieux Homs, avant la chute totale de cette ville du centre du pays. Un officier a ainsi affirmé à la télévision publique que l’armée allait «poursuivre les terroristes dans tous les autres quartiers de Homs». Un contrôle total de Homs permettrait au régime de sécuriser la route allant de Damas vers le littoral et qui traverse Homs. L’armée a bénéficié aussi du soutien du Hezbollah libanais.

Discrédité aux yeux de l’opinion publique internationale, les rebelles – qui pourtant bénéficient depuis le début de la révolte du soutien de l’Occident et de milliers de mercenaires wahhabo-takfiristes gracieusement financés par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite – ont, de leur côté, reproché aux pays occidentaux de ne pas leur avoir fourni d’armes pour faire face à la puissance de feu des troupes de Bachar Al Assad et réclament sans cesse les moyens qui leur permettent d’assurer une «légitime défense». Face aux succès de l’armée dans la région de Homs, les rebelles avaient néanmoins avancé au cours des récentes semaines dans le Nord, dans la province d’Alep, où ils ont pris notamment la ville de Khan Al Assal.

Mais au regard de la détermination affichée par les troupes restées fidèles à Bachar Al Assad à reconquérir les villes tombées entre les mains des takfiristes, il est peu probable que les rebelles puissent parvenir à conserver les positions acquises récemment. Surtout pas maintenant que la peur a commencé à changer de camp. D’une rare violence, les combats obligent tous les jours à l’exil des centaines de Syriens. Le conflit a déjà fait plus de 100 000 morts, selon l’ONU. Le drame c’est qu’aucune solution politique ne se profile à l’horizon.

Zine Cherfaoui

¤ HAARP : une enquête du site « Les agents sans secret » (30/10/2012)

Source : http://agentssanssecret.blogspot.fr/2012/10/enquete-sur-haarp.html

mardi 30 octobre 2012

ENQUÊTE SUR « H.A.A.R.P. »

¤ HAARP : une enquête du site
Comme toujours, les États-Unis (et ses complices) nous mentent… Ils ont secrètement travaillé sur une invention hors du commun, ayant les capacités de contrer les attaques de missiles, de brouiller ou couper les télécommunications, d’influer sur le climat ou même sur l’esprit humain!

Et quoi encore ! Il est plutôt difficile d’obtenir de l’information sur les projets concernant H.A.A.R.P (High Frequency Active Auroral Research Program).

Le projet HAARP est l’un des dossiers favoris des adeptes de la théorie du complot. Une rapide recherche sur le web permet de constater, sur les sites dédiés à mettre à jour diverses « conspirations », que d’autres intentions sont prêtées à ce projet. Sa capacité d’influencer l’ionosphère serait beaucoup plus importante qu’officiellement admise. Ces 180 antennes (selon le site officiel qui parle de 48 en 2003 et de 180 dans le futur) permettraient un jour de faire des recherches pour pouvoir modifier la météorologie, interrompre toute forme de communication hertzienne, détruire ou détourner avions et missiles et finalement, influencer les comportements humains, tout cela via des actions sur l’ionosphère.
Les principaux arguments à cet effet sont l’implication du ministère de la défense des États-Unis dans le projet, le manque d’explications précises sur l’utilité d’une telle installation et les doutes émis par plusieurs scientifiques internationaux.
JESS VENTURA ENQUÊTE…
Bon… on vous l’accorde… les documentaires réalisés par Jess Ventura ont une allure de TV show qui s’intéresse surtout à donner un spectacle sensationnaliste… Mais encore, on peut du moins le féliciter pour avoir aborder la plupart des sujets chauds, et avoir tenter de répondre aux question que le public se posait sur la plupart des sujets que les médias évitent d’aborder…

HAARP : LA NOUVELLE ARME ABSOLUE

haarp dans Chemtrails et pluies de fils/fibres/etc...
Haarp, c’est quoi ? 
Les militaires américains sont passés maîtres dans l’art de camoufler leurs opérations secrètes sous le couvert de recherches pacifiques. Ainsi, HAARP signifie « High Atmosphere Auroral Rechearch Program » (« programme de recherche sur les aurores boréales en haute atmosphère »), un nom calculé pour ne faire peur à personne, avec un budget apparemment pas trop élevé (30 millions de dollars par an officiellement).
En réalité, depuis plus de quinze ans, se déroule sous ce couvert un projet gigantesque de construction d’une nouvelle arme terrifiante. La première réalisation est une station située à Gakona en en Alaska, station dont la puissance double régulièrement au fur et à mesure que de nouvelles installations voient le jour (960 kW en 2003, 3,6 mégawatts en 2006, 20 mégawatts en 2008). D’autres stations sont en construction. Mais cela ne constitue que la partie émergée de l’iceberg. L’île américaine de Diego Garcia, au sud ouest de l’inde, serait un autre maillon de HAARP. Il y en aurait un autre à Pine Gap, en Australie.
L’objectif réel de HAARP est simple : pouvoir atteindre et bombarder à volonté n’importe quel point de la terre et de l’espace proche avec un faisceau d’énergie directif ultra-puissant… sans utiliser de satellite ! Mais en fait Haarp marche si bien qu’un grand nombre de nouveaux objectifs sont apparut possibles et sont en cours de développement / tests :
- Détruire en vol les missiles, fusées, avions et satellites,
- Mettre HS des installation electriques civiles et militaires
- Communiquer avec les sous-marin même à grande profondeur
- Provoquer des incendies dans des installations industrielles
- Interdire les communications radio sur une zone donnée, à volonté
- Scanner le sol et les océans à grande profondeur
- Manipuler à distance l’esprit des gens et le comportement des foules (si, si !)
- Réaliser un bouclier antimissile pour les USA
- Attaquer des cibles au sol
- Et même… contrôler le climat et créer une arme climatique
Ces objectifs ne sont pas bien sûr avoués par les américains, car ils sont contraire à la convention ENMOD de 1977 qui interdit les modifications de la biosphère à des fins hostiles. Notons cependant que les nations-unis ont récemment, sur l’instigation des américains, exclu de leur ordre du jour les changements climatiques résultant des programmes militaires. Cependant, les USA n’ont pu empêcher quelques informations de filtrer, et cela a commencé à alarmer les autorités de certains pays.
En février 1998, le Comité des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense du parlement européen a tenu une audience publique à Bruxelles au sujet de HAARP. Ce comité à présenté au parlement européen en 1999 une motion stipulant que « HAARP… en vertu de son impact étendu sur l’environnement , constitue une préoccupation mondiale… [le comité] demande que ses implications légales, écologiques et éthiques soient évalués par un organisme international indépendant… [le comité] regrette le refus réitéré des États-Unis d’apporter des preuves à l’audience publique concernant les risques pour l’environnement et le public du programme HAARP ». Cette requête fut rejetée sous le prétexte que la Commission Européenne ne disposait pas de la juridiction nécessaire lui permettant de s’immiscer dans les liens entre l’environnement et la défense. La vérité, c’est que Bruxelles ne souhaitait pas entrer en conflit ouvert avec Washington… Retenons une chose : HAARP, c’est du sérieux.
La Douma, le parlement Russe, s’est également inquiétée de HAARP : en 2002 ses membres ont exprimé leur vive inquiétude en évoquant « un saut qualitatif considérable en matière d’armement ». Le rapporteur a indiqué trois sites prévus pour HAARP : Alaska, Groënland et Norvège. Un appel contresigné par 90 députés de la Douma a été transmis à l’ONU ainsi qu’au parlement et leaders des pays adhérents à l’ONU.
Comment ça marche ?
HAARP utilise les propriétés de l’ionosphère, une couche atmosphérique située à 270 Km d’altitude environ, qui possède la propriété de réfléchir les ondes radio. Les radio-amateurs connaissent bien l’ionosphère, c’est elle qui leur permet d’établir par exemple des liaisons radio transatlantiques, sans satellite. L’ionosphère est ainsi une sorte de miroir radio naturel, qui renvoie vers le sol les ondes radio (de certaines fréquences précises) émises depuis la terre. L’ionosphère est ainsi appelée parce que ce sont des ions (des atomes électrisés) qui réfléchissent les ondes.
haarp-howItworks dans Etrange
Seulement l’ionosphère est capricieuse. Les conditions radio et les fréquences changent d’heure en heure, voire de minute en minute, et sont sujettes aux variations de l’activité solaire. C’est d’ailleurs dans l’ionosphère que se produisent les aurores boréales, ou aurores polaires.

D’où l’idée : et si on pouvait, avec un émetteur HF de forte puissance, contrôler l’ionosphère, au moins sur une petite portion (quelques centaines de kilomètres carrés), et la transformer en un miroir parfait, et même en un miroir parabolique parfait, est-ce qu’on ne pourrait pas en profiter pour envoyer un second faisceau d’ondes, bien plus puissant, qui se réfléchirait sur ce miroir pour frapper toute cible désignée avec une précision de quelques mètres ?
(more…)

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT