• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 septembre 2013

21 septembre 2013

¤ L’escroquerie mondiale du réchauffement climatique : le scepticisme va se généraliser dans les médias « mainstream »…

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/09/20/science-et-nouvel-ordre-mondial-le-chateau-de-cartes-de-lescroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-continue-de-seffondrer/

Science et Nouvel Ordre Mondial: Le château de cartes de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique continue de s’effondrer…

Réchauffement Climatique Anthropique le point de non-retour: le scepticisme se généralise…

JoAnne Nova, 18 Septembre 2013, url de l’article original: http://joannenova.com.au/2013/09/skepticism-goes-mainstream-a-tipping-point/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La mouvance mondiale climatique change de bord. Avec l’article de David Rose dans le Daily Mail, de Matt Ridley dans le Wall Street Journal (“We got it wrong on warming“), et cet excellent article de Ross McKitrick du  in the Financial Post, le message sceptique se généralise.

La guerre (climatique) n’est certes pas finie, mais la course à l’information dans la couverture médiatique est montée d’un bon cran. Maintenant et ce pour la première fois, il y a un élément de concurrence, les journaux sérieux ne veulent pas être largués. Les chefs de rédaction ont fini par réaliser que les sceptiques avaient des arguments qui tiennent la route.

En Australie, le grand échec de la taxe carbone dans les récentes élections produit toujours son onde de choc dans les informations, les institutions et l’ambiance générale. Ce fut une défaite cinglante. Des commentaires et des courriels reçus, je sais que ceci fut suivi de près autour du monde.

Le Dr Roy Spencer, un ancien qui a plus de deux décennies d’expérience (en climatologie), se demande si cela est un grand virage amorcé:

 “… les récents évènements sont assez exceptionnels.” “Nous sommes maintenant à un point dans l’ère de l’hystérie sur le réchauffement climatique anthropique où la théorie du RCA du GIEC s’est écrasée devant la dure réalité des observations.”

Ross McKitrick, Canada:

“Pour ceux d’entre nous qui ont suivis le débat sur le climat depuis des décennies, les prochaines années vont être électrisantes. Il y a une très forte probabilité que nous soyons les témoins de la cassure d’un des plus grands paradigmes scientifiques du XXème siècle et les implications sur la politique mondiale pourraient bien être gigantesques… Quelque chose d’énorme va se passer. Les modèles prédisent une chose et les données empiriques montrent autre chose. Les multiples tentatives du passé pour essayer de masquer la différence se désintègrent. Alors que nous sommes au bord de voir l’émergence de données qui pourraient bien chambouler les fondations mêmes de la climatologie générale, ceci n’est pas du tout le moment d’entrer dans des procédures politiques coûteuses et des décisions sur le climat, fondées sur des modèles défectueux menant à l’erreur… Ce qui est généralememt appelé la “vision consensuelle” sur la science climatique est contenue dans la divulgation de données et de résultats de modèles informatiques. Ce qui est souvent réfuté comme étant une vision “sceptique” ou “négationiste”de la science climatique correspond aux observations faites dans le monde réel. Maintenant vous savez comment interpréter ces termes lorsque vous les verrez ou entendrez.”

David Rose, UK, a parlé du fait que le GIEC allait diviser par deux son ratio de réchauffement, ce qui fut diffusé partout dans le monde.. Il est critiqué pour quelques détails (avec justifications) et clarifie que son article va changer de la “moitié” à un “quart”

 “Des scientifiques de pointe du climat confessent: Le réchauffement climatique est juste d’un quart ce que nous pensions et les ordinateurs ont fait des erreurs sur les effets des gaz à effet de serre.”

Les fausses prédictions du premier rapport d’évaluation du GIEC

Pour quiconque désire argumenter les points des prédictions du GIEC en 1990. Voici ce que le GIEC avait exactememt prédit (Here’s exactly what the IPCC predicted) et pourquoi nous savons qu’ils avaient tort, ici figure ma réponse aux trucs de défense du GIEC aux arguments des sceptiques (response to SkepticalScience’s tricks to defend). Voici les questions que les vrais journalistes devraient poser:  journalists could ask  à nos “experts en climatologie” au sujet du rapport de 1990. Voici les loupés majeurs de la défense de Frame et Stone.

Citation de la première page de l’Executive Summary for Policy Makers, FAR 1990

 “Fondé sur les résultats du modèle courant, nous prédisons:

Sous le scenario A des affaires courantes du GIEC, émissions de gaz à effet de serre, un ratio d’augmentation de la température moyenne globale pendant le siècle à venir sera d’environ o,3oC par décennie ‘avec un degré d’incertitude de o,2~0,5oC)

[IPCC FAR summary]

Pas de lézard ici: même si les émissions sont stabilisées aux niveaux de 1990, les températures devraient augmenter de o,2oC par décennie pendant les premières décennies.

See the whole scanned IPCC page in context  here

9 Réponses à “Science et Nouvel Ordre Mondial: Le château de cartes de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique continue de s’effondrer…”

¤ L'escroquerie mondiale du réchauffement climatique : le scepticisme va se généraliser dans les médias
  1. Changement climatique : un rapport secret du pentagone prévoit un nouvel âge de glace

    http://www.brujitafr.fr/article-changement-climatique-un-rapport-secret-du-pentagone-prevoit-un-nouvel-

    1974, le rapport choc de la cia : « les meilleurs climatologues de l’occident » avertissent sur un…
    http://www.brujitafr.fr/article-1974-le-rapport-choc-de-la-cia-les-meilleurs-climatologues-de-l-occident-avertissent-sur-un-ret-119631272.html

  2. Rappelez-vous, Rocard chargé par le Sarko de présenter un rapport sur le réchauffement climatique, et qui prétendait que d’ici 100 à 150 ans nous serions carbonisés selon le rapport du GIEC… Toussa, toussa… Nan, comme d’hab et comme la très bien dit [...] nous sommes la cible. Nous devons avoir peur de tout pour accepter toutes les privations de libertés gnagnagna pour notre bien ! Et oui, depuis 3, 4 ans certains climatologue indépendants (sic) affirment que nous sommes entrés… dans le prochain ère glaciaire. Bon on en est qu’au début, mais on y est. Merci à vous, Résistance 71 et continuez à nous informer.

¤ Résistance mondiale à la realpolitik… De Kissinger à Obama

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 57

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/09/20/resistance-mondiale-a-la-realpolitik-de-kissinger-a-obama/

¤ Résistance mondiale à la realpolitik… De Kissinger à Obama dans Politique/Societe how-the-chosen-ones-ended-australias-sporting-prowess-and-revealed-its-secret-pastDans un âge de “réalistes” et de vigiles

Peut-on être optimiste ?

John Pilger, 19 Septembre 2013

 url de l’article: http://www.counterpunch.org/2013/09/19/in-an-age-of-realists-and-vigilantes/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le plus important anniversaire de l’année fut le 40ème anniversaire du 11 Septembre 1973 et l’écrasement du gouvernement démocratique au Chili par le général Augusto Pinochet et Henry Kissinger, alors ministre des affaires étrangères américain. Les archives de la sécurité nationale à Washington viennent de poster de nouveaux documents qui révèlent beaucoup à propos du rôle de Kissinger dans une atrocité qui a coûtée des milliers de vies humaines.

Dans des enregistrements audios déclassifiés, on peut entendre Kissinger planifiant avec le président Nixon le renversement du président Salvador Allende. Ils sonnent comme de vrais voyous mafieux. Kissinger met en garde que “l’effet de modèle” qu’a la démocratie réformiste d’Allende peut-être “insidieuse”. Il dit au directeur de la CIA Richard Helms: “Nous ne laisserons pas le Chili descendre dans les égoûts”, ce à quoi Helms répond:”Je suis avec vous là-dessus.” Avec le massacre en cours d’accomplissement, Kissinger réfute un avertissement de ses vétérans de chancellerie concernant la dimension de la répression. Secrètement il dit à Pinochet: “Vous avez rendu un grand service à l’occident”.

J’ai personnellement connu un bon nombre des victimes de Pinochet et de Kissinger. Sara De Witt, étudiante à l’époque, m’a montré l’endroit où elle fut battue, violée et électrocutée. En un jour blafard de la banlieue de Santiago, nous avons été à l’ancien centre de torture connu sous le nom de Villa Grimaldi, où des centaines de personnes, comme elle, souffrirent terriblement et furent assassinées ou “disparues”.

Comprendre la criminalité de Kissinger est vital quand on essaie de mesurer ce que les Etats-Unis appellent la “politique étrangère”. Kissinger demeure une voix influente à Washington, admiré et consulté par Barack Obama. Quand Israël, l’Arabie Saoudite, l’Egypte et le Bahreïn commettent des crimes avec la complicité des Etats-Unis et ses armes, leur impunité et l’hypocrisie d’Obama sont du Kissinger pur sucre. La Syrie ne doit pas avoir d’armes chimiques, mais Israël peut en avoir et les utiliser. L’Iran ne doit pas avoir de programme nucléaire, mais Israël peut avoir plus d’armes nucléaires que la Grande-Bretagne. Ceci est connu sous le vocable de “réalisme” ou de realpolitik par les intellectuels états-uniens et les think-tanks qui clâment une expertise quelconque en “contre-terrorisme” et en “sécurité nationale”, qui ne sont que des termes orwelliens voulant dire juste l’inverse.

Ces dernières semaines, le quotidien the New Statesman a publié des articles de John Bew, un universitaire au département des études de guerre du King’s College, rendu célèbre par le guerrier de la guerre froide Laurence Freedman. Bew se lamente du vote parlementaire qui a stoppé Cameron de rejoindre Obama pour une attaque illégale de la Syrie et de l’hostilité de la plupart de peuple britannique envers le bombardement d’autres nations. Une note à la fn de l’article dit qu’il va “prendre la chair Henry A. Kissinger des affaires étrangères et des relations internationales” à Washington. Si ceci n’est pas de l’humour noir, c’est une profanité envers ceux comme Sara De Witt et les inombrables autres victimes de Kissinger, ainsi que ceux qui sont morts dans l’holocauste de ses bombardements secrets avec Nixon du Cambodge.

Cette doctrine du “réalisme” a été inventée aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale et fut financée par les fondations Ford, Carnegie et Rockefeller, l’OSS (prédécesseur de la CIA) et le CFR. Dans les plus grandes universités, on enseigna aux élèves de regarder et d’analyser les peuples en fonction de leur utilité, de leur degré de disposition, en d’autres termes, en fonction de “leur menace envers nous”. Ce narcissisme servit à justifier de la guerre froide, ses mythes moralisateurs et ses risques cataclysmiques et quand ceci fut terminé, la “guerre contre la terreur”. Un tel “consensus transatlantique” trouve souvent écho en GB avec l’élite britannique si nostalgique de l’ère impérialiste. Tony Blair l’a utilisé afin de pouvoir commettre ses crimes et de les justifier jusqu’à ce que ses mensonges ne le rattrappent. La mort violente de plus de 1000 personnes par mois en Irak fait partie de son héritage et pourtant ses points de vue sont toujours courtisés et son chef collaborateur Allistair Campbell est un conférencier d’après dîners et le sujet d’entretiens obséquieux. Tout le sang versé, semble t’il, a été nettoyé.

La Syrie est le projet courant. Débordé par la Russie et l’opinion publique, Obama a maintenant embrassé “la voie de la diplomatie”. Vraiment ? Un négociateur russe et états-unien sont arrivés à Genève le 12 Septembre, les Etats-Unis ont augmenté leur soutien logistique aux milices affiliées à Al Qaïda avec des armes acheminées clandestinement depuis la Turquie, l’Europe de l’Est et les pays du Golfe. Le parrain n’a aucune intention de faire faux-bond à ses proxies en Syrie. Al Qaïda fut créé par l’opération Cyclone pour armer les moudjahidines en Afghanistan occupé par l’URSS. Depuis lors, les djihadistes ont été utilisés pour diviser les sociétés arabes et pour éliminer la menace du nationalisme pan-arabe aux intérêts occidentaux et à l’expansion coloniale hors-la-loi d’Israël. Voilà le “réalisme” à la Kissinger. (more…)

¤ Résistance politique : Mutation du mouvement politique indien d’Amérique du Sud en force populaire autogestionnaire internationale…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 44

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/09/20/resistance-politique-mutation-du-mouvement-politique-indien-damerique-du-sud-en-force-populaire-autogestionnaire-internationale/

¤ Résistance politique : Mutation du mouvement politique indien d’Amérique du Sud en force populaire autogestionnaire internationale… dans Outils/Bon à savoir Buen-VivirExcellent article qui nous inspire deux réflexions:

La première: Nous avons mentionné à plusieurs reprises ici-même que l’erreur politique à notre sens qu’avait commise Chavez, a été de ne pas faire plus basculer le peuple vers l’autogestion, tant il est évident que cela est le futur de la société. S’accrocher aux institutions et à l’État est futile, tout cela doit et va disparaître…

La seconde réflexion: Liée à la première, est de constater avec grande satisfaction que le marxisme sud-américain sort enfin de son sarcophage étriqué pour muter, semble t’il ,vers une hybridation empruntant à la pensée et à la pratique anarchistes de l’autogestion, le tout dans le sillage du véritable progressisme social qui émane  des peuples indiens depuis quelques années du Chili (Mapuches) au Chiapas mexicain (EZLN) + Oaxaca en passant par l’Équateur, la Bolivie, le Pérou, le Brésil… Les mouvements d’auto-détermination indigène sont suivis par ceux de l’Amérique du nord et nous confortent  toujours plus à dire que là, véritablement, réside le salut et le futur de nos sociétés.

A bas le colonialisme et son idéologie qui sclérose la société occidentale même, en plus d’opprimer les peuples colonisés. Tendons la main au véritable mouvement d’emancipation politique et sociale.

– Résistance 71 –

Le concept andin de « buen vivir » et « l’écosocialisme »

Jean Ortiz, 18 Septembre 2013

url de l’article original: http://www.legrandsoir.info/le-concept-andin-de-buen-vivir-et-l-ecosocialisme.html

L’humanité est aujourd’hui confrontée à une crise globale, d’une ampleur telle qu’elle met désormais en danger la vie même de l’espèce humaine et des écosystèmes. En Amérique latine, après l’effondrement du « Mur de Berlin », et les années noires (1990) du « Consensus de Washington », la faillite du néolibéralisme a accéléré la recherche d’alternatives « post-néolibérales ». C’est tout naturellement que les notions de « buen vivir », d’ »éco-socialisme » ont pris corps et consistance, même si elles ne sont pas toutes récentes.

Dans les années 1970-1980, en Amazonie brésilienne, le leader des « seringueiros », Chico Mendez, dénonçait déjà le capitalisme prédateur de l’homme et de l’environnement ; il cherchait des solutions alternatives.

Le « buen vivir » ou « Sumak Kawsay » en quechua et « Suma Qamana » en aymara, présenté comme un « nouveau » paradigme communautaire de pensée, de civilisation, est l’une d’elles. Ce « concept fondateur » andin, né de siècles de résistances indiennes, de revendications identitaires, cet appel à « reconstruire la vision de communauté des cultures ancestrales » commence à essaimer. Il est étroitement lié à l’ »ayllu », la forme communautaire aymara d’organisation de la vie.

Dans la cosmovision aymara, « suma » correspond à « plénitude », « sublime », « magnifique », et « qamana » à « vivre », « vivre ensemble ».

En quechua « sumak » peut se traduire par « plénitude », « sublime », « beau », et « kawsay par « vie », « être en étant ».

La reconnaissance actuelle du bien-fondé, de l’originalité, de ces propositions indigènes, de ces visions du monde, de ces principes éthiques, se traduit même par leur inscription dans les constitutions de l’Equateur (2008) et de la Bolivie (2009). La Bolivie, depuis 2009, est devenue officiellement « l’Etat Plurinational de Bolivie », une appellation qui prend en compte et promeut l’existence en son sein de nations, de langues et de cultures différentes.

Le « buen vivir » est en « Amérique indo-afro-latino-américaine » un objectif des processus révolutionnaires équatorien et bolivien, et même vénézuélien. Cette notion s’inscrit dans les cosmovisions indiennes ; elles mêlent le développement humain et celui de la nature, à égalité (les êtres humains, dans la cosmogonie quechua, aymara, guarani, font partie de la nature).

« En termes idéologiques, le « buen vivir » implique la reconstitution de l’identité culturelle d’un héritage ancestral séculaire (…) une politique de souveraineté et de dignité nationale (…) la récupération du droit de relation avec la Mère Terre et la substitution de l’accumulation illimitée individuelle de capital par la récupération intégrale de l’équilibre et de l’harmonie avec la nature ».

Le « buen vivir » considère que « le développement » menace d’anéantir lentement la vie communale et culturelle des communautés indiennes. Il est hostile au luxe, à l’opulence, au gaspillage, au consumérisme… Ce constat pose surtout les questions suivantes : quel « développement » ? Pour quels besoins ? Avec quel cahier des charges ? Pour les militants du « buen vivir », si l’homme fait une pause, il constatera qu’il est au milieu d’un grand vide ontologique, intérieur et extérieur. Le « buen vivir » fait irruption pour contredire la logique capitaliste » suicidaire.

Cette forme de plénitude de vie, d’être ensemble, à parité, en équilibre matériel et spirituel, avec la nature, en symbiose avec les écosystèmes, l’eau, le soleil, les montagnes, les plantes, les insectes, les ancêtres ; porteuse de pratiques autogestionnaires, horizontales, de vie communautaire, peut-elle être importée ? (more…)

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT

TESTING