• Accueil
  • > Outils/Bon à savoir
  • > ¤ Ingérence politique en Ukraine… La déstabilisation du pays est une attaque de l’empire contre Poutine et la Russie…

27 janvier 2014

¤ Ingérence politique en Ukraine… La déstabilisation du pays est une attaque de l’empire contre Poutine et la Russie…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 54

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/01/26/ingerence-politique-en-ukraine-la-destabilisation-du-pays-est-une-attaque-de-lempire-contre-poutine-et-la-russie/

Cousu de fil blanc… Un gouvernement pro-russe, légitimement élu, qui ne veut pas entrer dans l’UE (à juste titre puisque le peuple de l’Ukraine est historiquement lié à celui de la Russie) est mis sous-pression par une opposition payée et entraînée par l’occident. Dans cette affaire, que veut le peuple ukrainien ? Entrer dans l’UE pour mieux se faire laminer ?… On peut sérieusement en douter. L’empire attaque en sous-main la Russie qui empêche les banquiers de piller en rond. L’enjeu est là, tout en assujettissant les sous-sols ukrainiens en y mettant à terme un régime marionnette des yankees comme en Georgie et autres ex-nations du bloc de l’Est. Tout ceci a une odeur de guerre froide 2.0.. Indubitablement….

Puisse la grande tradition ukrainienne de résistance anarchiste revivre. Voir nos articles sur « L’expérience anarchiste ukrainienne 1917-1923″.

– Résistance 71–

Ukraine la vraie fausse révolution orange

Kharoubbi Habib

 

25 janvier 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/chroniques/item/311896-ukraine-la-fausse-vraie-révolution-orange,-par-kharroubi-habib

A Kiev, les partisans de l’intégration de leur pays à l’Union européenne

ont le droit de protester contre leur président et son gouvernement dont la politique s’oriente vers le rapprochement avec la Russie. Les médias occidentaux qui soutiennent leur mouvement présentent celui-ci comme animé par des démocrates ayant l’appui de la majorité du peuple ukrainien et le président ukrainien Igor Ianoukovitch et son gouvernement tels des autocrates obéissant au doigt et à l’œil à Poutine, avatar stalinien cherchant à replacer l’Ukraine dans l’orbite de la Russie.

Leur grille de lecture de la crise ukrainienne évacue tout simplement le fait que Ianoukovitch n’est pas arrivé au pouvoir par un coup de force ou une élection présidentielle truquée mais le plus démocratiquement du monde grâce à un scrutin dont les organisateurs à l’époque étaient les chefs de file de ce camp pro-européen qui veut le contraindre aujourd’hui à rompre avec la Russie et à ratifier l’intégration de l’Ukraine à l’Union européenne. C’est, répétons-le, le droit des partisans ukrainiens de l’intégration à l’Europe de manifester en faveur de celle-ci et de faire pression sur leurs autorités pour qu’elles en conviennent. Mais pas jusqu’à fomenter une insurrection pour faire partir Ianoukovitch et tomber son gouvernement. Or, c’est la dérive à laquelle se sont laissées aller des composantes du mouvement de protestation qui bat la rue à Kiev.

Ces extrémistes d’entre les manifestants bénéficient du soutien de l’Union européenne et des Etats-Unis qui en l’occurrence ont à nouveau montré qu’ils ne sont respectueux de l’ordre démocratique chez les autres que le temps qu’il se plie à la préservation de leurs intérêts géostratégiques. Ianoukovitch a le tort de ne pas avoir respecté et avalisé leurs desseins de ce point de vue pour son pays. Il est par conséquent la cible de leur foudre qui se manifeste par leur ingérence flagrante dans les affaires intérieures de l’Ukraine et leur soutien et encouragement multiformes à un mouvement qui est passé de la contestation pacifique à une confrontation violente avec un gouvernement bénéficiant de la légitimité des urnes.

Le temps a révélé ce que fut la «révolution orange» dont les manifestants de Kiev se revendiquent et veulent ramener au pouvoir ceux qui en furent les «leaders». Il a été amplement et irrécusablement démontré que ses acteurs déterminants en Ukraine ont été sponsorisés et encadrés par des officines américaines et européennes dont le but inavoué a été et reste de détacher irrévocablement l’Ukraine de la Russie et ainsi permettre à l’OTAN, le bras armé de l’Occident, de parachever l’encerclement militaire de la Russie.

Le paravent de la liberté, de la démocratie et de la souveraineté des peuples derrière lequel se cache la stratégie occidentale appliquée à l’Ukraine ne dupe que les naïfs minoritaires dans ce pays qui croient que l’intégration à l’Union européenne leur apportera le «paradis». Les médias occidentaux les confortent dans cette utopie et se gardent de leur montrer où la croyance au même rêve a mené les Grecs, les Irlandais, les Portugais, les Espagnols et toutes les couches «d’en bas» des sociétés européennes. En Ukraine, nous sommes en face d’une résurgence de la guerre froide et nullement à un moment où la société de ce pays débat et se confronte en toute démocratie sur un projet de construction d’un Etat souverain voué à défendre ses propres intérêts nationaux et libre de nouer des alliances internationales qui les favoriseraient.

Laisser un commentaire

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT