• Accueil
  • > Fun
  • > ¤ Vivre en dehors de la Terre, deux news récentes : découverte de la première exoTerre (« Kepler-186f ») et du premier océan extraterrestre (sur Encelade la gelée, une des 53 lunes de Saturne)

18 avril 2014

¤ Vivre en dehors de la Terre, deux news récentes : découverte de la première exoTerre (« Kepler-186f ») et du premier océan extraterrestre (sur Encelade la gelée, une des 53 lunes de Saturne)

Classé dans : Fun,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives — uriniglirimirnaglu @ 0 : 41

Sources : http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/17/exoplanete-terre-decouverte-science_n_5168897.html?utm_hp_ref=france&ir=France

http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/04/eau-saturne-ocean-encelade_n_5089260.html?utm_hp_ref=fr-science

La première exoplanète habitable de même taille que la Terre a été découverte

Le HuffPost/AFP  |  Publication: 17/04/2014 21h03 CEST  |  Mis à jour: 17/04/2014 21h36 CES

exoplanète terre

SCIENCE – Une équipe internationale d’astronomes a découvert la première planète hors du système solaire d’une taille comparable à la Terre et sur laquelle les températures permettent à l’eau d’exister à l’état liquide et d’être ainsi propice à la vie.

Cette découverte, réalisée grâce au télescope spatial américain Kepler, conforte la probabilité de trouver des planètes soeurs de la Terre dans notre galaxie, la Voie Lactée, estiment ces scientifiques dirigés par une astronome de la Nasa et dont les travaux sont publiés dans la revue américaine Science jeudi.

« C’est la première exoplanète de la taille de la Terre trouvée dans la zone habitable d’une autre étoile », souligne Elisa Quintana, une astronome du SETI Institute au centre de recherche Ames de la Nasa, qui a mené cette recherche. « Ce qui rend cette découverte particulièrement intéressante c’est le fait que cette planète baptisée Kepler-186f est de taille terrestre en orbite autour d’une étoile dite naine, plus petite et moins chaude que le Soleil, dans la zone tempérée où l’eau peut être liquide », précise-t-elle.

Cette zone est dite habitable car la vie telle que nous la connaissons et qui dépend de la présence d’eau, a la plus grande probabilité de s’y développer, relèvent ces chercheurs.

Pour Fred Adams, professeur de physique et d’astronomie à l’Université du Michigan, « il s’agit d’un pas important dans la quête pour découvrir une exoplanète identique à la Terre », qui est l’objectif de la mission Kepler.

Sur les près de 1800 exoplanètes détectées depuis les vingt dernières années, une vingtaine sont en orbite autour de leur étoile dans la zone habitable. Mais ces planètes sont nettement plus grandes que la Terre et de ce fait il est difficile, vu leur taille, de déterminer si elles sont gazeuses ou rocheuses.

À 490 années-lumière du Soleil

Selon les modèles théoriques sur la formation planétaire établis à partir d’observations, des planètes dont le rayon est inférieur à 1,5 fois celui de la Terre ont peu de chance, vu leur taille, d’accumuler une atmosphère épaisse comme les planètes gazeuses géantes de notre système solaire.

« Nous avons appris au cours des dernières années qu’il y a une nette transition entre les exoplanètes dont le rayon dépasse 1,5 fois celui de la Terre « , note Stephen Kane, un astronome à l’Université d’Etat de San Francisco, un des co-auteurs de la découverte. « Lorsque leur rayon mesure entre 1,5 et 2 fois le rayon terrestre, les planètes deviennent suffisamment massives pour accumuler un atmosphère épaisse d’hydrogène et d’hélium », dit-il.

La planète Kepler-186f a un rayon de 1,1 fois celui de la Terre. Elle entre ainsi dans la catégorie des planètes rocheuses de notre système solaire comme la Terre, Mars ou Venus.

« Vu la petite taille de cette exoplanète, il y a de grandes probabilités pour qu’elle soit rocheuse et qu’elle ait une atmosphère. Si cette atmosphère offre de bonnes conditions, l’eau peut exister à l’état liquide en surface », explique à l’AFP Emeline Bolmont, chercheuse de l’Université de Bordeaux qui a participé à cette avancée. Elle souligne que ces conclusions sont fondées sur des extrapolations car « pour être sûr qu’elle soit rocheuse il faudrait avoir la masse de la planète ce qui n’est pas possible avec les instruments actuels ».

Kepler-186f se trouve dans un système stellaire à 490 années-lumière du Soleil (une année lumière équivaut à 9460 milliards de kilomètres) comptant cinq planètes toutes de taille proche de celle de la Terre mais seule Kepler-186f est dans la zone habitable, les autres étant trop proches de l’étoile.

En novembre 2013 des astronomes avaient estimé que des milliards de planètes de taille terrestre en orbite autour d’étoiles similaires au Soleil dans notre galaxie seraient potentiellement habitables. Selon leur modèle ordinateur, une étoile sur cinq similaire au Soleil dans la Voie Lactée, qui en compte quelque 55 milliards, a en orbite une planète dont la taille est similaire ou proche de celle de la Terre.

Les chercheurs s’étaient basés sur les données des trois premières années d’observation de Kepler qui a été lancé en 2009 pour scruter plus de 100.000 étoiles ressemblant à notre Soleil situées dans les constellations du Cygne et de la Lyre. Le télescope est tombé en panne à la mi-2013.

De l’eau découverte sur un satellite de Saturne

Le HuffPost/AFP  |  Publication: 04/04/2014 11h09 CEST  |  Mis à jour: 04/04/2014 15h38 CEST

eau saturne
Un océan caché sous la surface d’une lune de Saturne, Encelade, pourrait abriter une vie microbienne extraterrestre, ont annoncé jeudi des scientifiques de la Nasa. | AFP

SCIENCE – Un océan caché sous la surface d’une lune de SaturneEncelade, pourrait abriter une vie microbienne extraterrestre, ont annoncé jeudi des scientifiques de laNasa.

Les premières mesures ont été effectuées sous la surface du pole sud de cette lune glacée par la sonde Cassini. La surface de cette mer est à peu près équivalente à celle du Lac Supérieur aux Etats-Unis, le deuxième plus grand lac de la Terre, et son fond est constitué de roches, ce qui pourrait être favorable au développement de petites formes de vie.

Les astronomes avaient évoqué la possibilité de l’existence d’un tel océan sous-terrain dès 2005, après que de la vapeur a été détectée s’échappant de plusieurs trous près du pole sud de cette lune.

Jets d’eau

« Ces jets près du pole sud d’Encelade contiennent de l’eau salée et des molécules organiques, les ingrédients chimiques élémentaires pour créer la vie », a expliqué Linda Spilker, chef du projet Cassini à la Nasa.

« Cette découverte change notre point de vue quant aux zones habitables à l’intérieur de notre système solaire et dans les systèmes planétaires appartenant à d’autres étoiles », a-t-elle ajouté.

La sonde Cassini a détecté la forme du champ gravitationnel d’Encelade au cours de trois survols entre 2010 et 2012. Les données recueillies lors de ces passages ont été étudiées de près pour déterminer assez précisément la composition d’Encelade.

Les chercheurs estiment que cet océan large d’environ 500 kilomètres est enveloppé d’une épaisse couche de glace cristallisée.

« Pour la première fois nous avons utilisé une méthode géophysique pour déterminer la structure interne d’Encelade », a souligné de son côté David Stevenson, professeur de sciences planétaires à l’Institut californien de technologie, et co-auteur de l’étude.

La mission Cassini est dirigée par la Nasa, qui oeuvre en coopération avec l’Agence spatiale italienne et l’Agence spatiale européenne. La sonde a été lancée en 2004 et a étudié les plus grosses lunes de Saturne.

Celle-ci, la sixième planète en partant du soleil, possède des anneaux caractéristiques et possède pas moins de 53 lunes connues.

Ces dernières découvertes ont été publiées par le magazine Science.

Laisser un commentaire

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT