14 août 2014

¤ Google veut mettre fin aux mots de passe ((… pour nous pousser à accepter d’être tous pucés !))

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 15 : 29

Source : http://www.silicon.fr/google-veut-mettre-fin-aux-mots-passe-89255.html

Désuets les mots de passe ? C’est ce que pense Heather Adkins, experte en cybersécurité pour Google, qui souhaite que d’autres solutions émergent.

La sécurisation des accès par mot de passe est dépassée. Voilà en substance le message qu’a voulu faire passer Heather Adkins, spécialiste de la sécurité chez Google, de passage sur la scène de l’évènement TechCrunch Disrupt.

Elle n’a pas mâché ses mots : il faut « dépasser cette relation » avec les mots de passe, considère-t-elle.

Heather Adkins et Google privilégient désormais l’authentification renforcée, mais aussi d’autres d’approches de sécurité IT encore non standardisées, rapporte ITespresso.fr.

Les solutions existent

L’experte de Google fournit des pistes comme lestokens hardware (la piste de l’authentification forte par clé USB avait été fournie en début d’année) ou une technologie de Motorola visant à authentifier les utilisateurs par le contact d’un appareil intégré sur un dispositif embarqué ou sur soi.

De nouvelles voies « impossibles à pirater », assure-t-elle selon les éléments retenus parNews.com.

Google et sa filiale Motorola travaillent activement à développer de nouvelles sécurisations à base de données biométriques, telles que des tatouages ou des gélules consommables.

De manière plus globale, elle considère qu’il faudrait que les sociétés technologiques développent de nouvelles solutions pour les entreprises et les utilisateurs de services (Internet ou mobiles) « afin d’être sûr de ne pas être berné ».

Elle préconise également que, sur les 25 premiers employés d’une start-up, au moins l’un d’eux devrait se concentrer sur la sécurisation et le respect de la vie privée.

12 août 2014

¤ Comment fonctionnerait un parti appliquant les principes de la « sociocratie » ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 21 : 35

Source : http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/01/10/comment-fonctionnerait-un-parti-appliquant-les-principes-de-la-%C2%AB-sociocratie-%C2%BB-billet-invite/

Comment fonctionnerait un parti appliquant les principes de la « sociocratie » ? (billet invité)

La sociocratie est une modalité peu connue de démocratie au sein des organisations. Je l’ai découverte par l’intermédiaire d’un ami, commentateur régulier de mon blog, Michel Martin. Il a accepté ma proposition de rédiger un billet d’introduction à la sociocratie, avec comme application le fonctionnement d’un parti politique qui se voudrait démocratique dans ses pratiques internes. Ce billet est aussi passionnant que (très) long. Pour ceux que cela risquerait de décourager, je résume en quelques lignes et à ma façon les principes de fonctionnement d’un tel parti.

La mesure sans doute la plus étonnante au regard des pratiques actuelles est L’ELECTION SANS CANDIDAT des personnes à des postes clés de l’organisation. Pour les modalités, voir le billet. Mais d’autres dispositifs, explicités dans le billet, ne sont pas moins importants pour la gestion collective : décision par consentement protégeant les objecteurs et les objections, organisation en cercles ou niveaux (par exemple, pour les partis, les sections locales, régionales, nationales) ne supprimant pas les hiérarchies mais avec 1) un principe de subsidiarité laissant la plus grande autonomie possible à chaque cercle, et 2) un lien fort entre chaque niveau et le niveau supérieur par le biais de deux ou quelques personnes comme « agents de liaison ».

La sociocratie ne résout pas tout, elle ne fait pas disparaître les conflits, mais elle apporte la plupart du temps des moyens de les résoudre sans générer d’autorité supérieure ni de processus de violence symbolique. Elle dispose de moyens de contrer l’arrivisme et le carriérisme, qui sont des plaies de la démocratie politique actuelle.

Parmi les organisations actuelles connues organisées selon les principes de la sociocratie, on peut citer en France le Mouvement des Colibris, au Canada le Cirque du Soleil et plus de 100 organisations en Hollande représentant tous les genres d’activités. Noter qu’il existe un Centre Français de Sociocratie.
Voici le billet invité de Michel Martin

LA SOCIOCRATIE AU SECOURS DE LA POLITIQUE

Si l’objet principal de la politique est d’organiser l’exercice des choix collectifs, c’est aussi le champ de nombreux brouillages cognitifs et d’enjeux de pouvoir personnel ou de luttes des places, tendant à minimiser, voire à reléguer au second plan, son objet principal.
Un parti politique organisé selon les règles pratiques de la sociocratie serait-il plus apte qu’un autre à réduire ses brouillages cognitifs et ainsi à mieux développer son intelligence collective au profit des choix collectifs ? Un tel parti détournerait-il moins facilement son regard de la maison qui brûle pour aider la collectivité à mieux s’adapter aux réalités de ce monde nouveau qui vient ?

QUELQUES RAPPELS SUR LA SOCIOCRATIE

Le mot sociocratie a été inventé par Auguste Comte, du latin societas (société) et du grec krátos (autorité). Il s’agit de donner le pouvoir aux membres d’une société, comme en démocratie. Mais à la différence de la démocratie qui, dans ses variantes existantes, relie des personnes engagées dans des relations distantes, la sociocratie concerne des personnes engagées dans des organisations. « Savoir pour prévoir et prévoir pour pouvoir » était la devise du positivisme de Comte. Pour Comte, il est donc important de placer les faits (le savoir) au cœur des choix collectifs plutôt que l’opinion, les préjugés, les croyances ou les superstitions. Et pour y arriver, il est important que chaque individu puisse jouir de toute sa liberté. La sociocratie est donc aussi l’art de combiner les libertés au sein d’un collectif, mais des libertés éclairées par la rationalité des faits. Si le scientisme de Comte et sa foi dans le progrès ne sont plus de mise à notre époque inquiète des limites et de l’équilibre de notre écosystème, son intuition philosophique de sociocratie pour réguler les organisations demeure pertinente. Il a fallu attendre les années 1970-1980 pour que Gerard Endenburg mette expérimentalement au point une boîte à outil sociocratique opérationnelle et assez satisfaisante au sein de sa propre entreprise. (more…)

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT