• Accueil
  • > Recherche : control total

31 octobre 2020

∆ « La question de l’origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement »

Classé dans : COVID-19 SARS-COV-2,Outils/Bon à savoir — uriniglirimirnaglu @ 11 : 38

Source : https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-question-de-lorigine-du-sars-cov-2-se-pose-serieusement

  • Virologie – Article

« La question de l’origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement »
27.10.2020, par Yaroslav Pigenet

Mis à jour le 28.10.2020

Microscopic close-up of the covid-19 disease. Blue Coronavirus illness spreading in body cell. 2019-nCoV analysis on microscope level 3D rendering

Microscopic close-up of the covid-19 disease. Blue Coronavirus illness spreading in body cell. 2019-nCoV analysis on microscope level 3D rendering

Vue d’artiste de coronavirus
Sdecoret/Stock.Adobe.com

Près d’un an après que l’on a identifié le coronavirus SARS-CoV-2, les chercheurs n’ont toujours pas déterminé comment il a pu se transmettre à l’espèce humaine. Le virologue Étienne Decroly fait le point sur les différentes hypothèses, dont celle de l’échappement accidentel d’un laboratoire.

Tandis qu’on assiste à une course de vitesse pour la mise au point de vaccins ou de traitements, pourquoi est-il si important de connaître la généalogie du virus qui provoque la pandémie de Covid-19 ?
Étienne Decroly1 : SARS-CoV-2, qui a rapidement été identifié comme le virus à l’origine de la Covid-19 est, après le SARS-CoV en 2002 et le MERS-CoV en 2012, le troisième coronavirus humain responsable d’un syndrome respiratoire sévère à avoir émergé au cours des vingt dernières années. On connaît désormais bien cette famille de virus qui circulent principalement chez les chauves-souris, et dont le transfert zoonotique provoque épisodiquement des épidémies chez l’humain. Il est donc crucial de comprendre comment ce virus a passé la barrière d’espèce et est devenu hautement transmissible d’homme à homme. L’étude des mécanismes d’évolution et des processus moléculaires impliqués dans l’émergence de ce virus pandémique est essentielle afin de mieux nous prémunir des émergences potentielles de ces virus, et pour élaborer des stratégies thérapeutiques et vaccinales.

Dès les premières semaines de la pandémie, alors qu’on ne savait encore pas grand-chose du virus, sa probable origine animale a très vite été pointée. Pourquoi a-t-on d’emblée privilégié cette piste, et a-t-elle été confirmée depuis ?

É. D. L’origine zoonotique des coronavirus, qui infectent près de 500 espèces de chauves-souris, était déjà bien documentée à partir des émergences précédentes. Dans la nature, des populations de chauves-souris partagent les mêmes grottes, et différentes souches virales peuvent alors infecter simultanément le même animal, ce qui favorise les recombinaisons génétiques entre virus et leur évolution. Certaines souches sont parfois aptes à franchir la barrière d’espèce.

MYANMAR-ANIMALS
Groupe de chauves-souris dans une grotte de Birmanie. Près de 500 espèces de chauves-souris sont infectées par les coronavirus.
Ye Aung THU / AFP

En comparant les séquences génomiques d’échantillons viraux de différents malades infectés par SARS-CoV-2, on a observé un taux d’identité de 99,98 %, ce qui montrait que cette souche virale avait émergé très récemment chez l’humain. On a par ailleurs rapidement découvert que ce génome était à 96 % identique à celui d’un virus de chauve-souris (RaTG13) collecté en 2013 à partir de fèces de l’animal et dont les séquences ne sont connues que depuis le mois de mars 2020. Nous avons par ailleurs remarqué qu’une séquence de ce génome était totalement identique à un fragment de 370 nucléotides séquencé dès 2016 à partir d’échantillons collectés en 2013 dans une mine de la province du Yunnan, où trois mineurs avaient succombé à une pneumonie sévère.
SARS-CoV-2 ne descend pas de souches humaines connues et n’a acquis que récemment la capacité de sortir de son réservoir animal naturel.

En outre, en analysant les séquences des autres coronavirus humains connus, on ne relève que 79 % d’identité génétique entre SARS-CoV-1 et SARS-CoV-2, et seulement 50 % en ce qui concerne MERS-CoV. Pour faire bref, le SARS-CoV-2 est génétiquement plus proche de souches virales qui ne se transmettaient jusqu’alors qu’entre chauves-souris. Il ne descend pas de souches humaines connues et n’a acquis que récemment la capacité de sortir de son réservoir animal naturel qui est probablement la chauve-souris.

S’il est établi que la Covid-19 nous vient de la chauve-souris, pourquoi son origine reste-elle l’objet de controverses ?

É. D. Aucune épidémie liée à la transmission directe de la chauve-souris à l’homme n’ayant été démontrée à ce jour, on pense que la transmission à l’humain doit plutôt s’effectuer via une espèce hôte intermédiaire dans laquelle les virus peuvent évoluer puis être sélectionnés vers des formes susceptibles d’infecter des cellules humaines. Afin d’identifier cette espèce intermédiaire, on examine habituellement les relations phylogénétiques entre le nouveau virus et ceux provenant d’espèces animales vivant près de la région d’émergence ; c’est cette méthode qui a permis d’établir que la civette a été probablement l’hôte intermédiaire du SARS-CoV au début des années 2000, et le dromadaire celui du MERS-CoV dix ans plus tard. La découverte dans le génome de coronavirus infectant des pangolins d’une courte séquence génétique codant pour le domaine de reconnaissance du récepteur ACE-2, apparenté à celle qui permet à SARS-CoV-2 de pénétrer les cellules humaines, a un temps fait penser qu’on tenait un possible hôte intermédiaire, mais le restant de son génome est trop distant du SARS-CoV-2 pour être un ancêtre direct.

(CHINA OUT NO INTERNET) A Chinese policeman watches over a civet cat captured in the wild by a farmer in Wuhan, central China's Hubei province 26 May 2003.  The Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS) epidemic could lead to a mass slaughter of civet cats and raccoon dogs, which were named as likely suspects in the epidemic, on breeding farms, a fate identical to that which befell chickens in Hong Kong during the "bird flu" epidemic that erupted in the former British colony in the late 1990s.    (CHINA OUT NO INTERNET)     AFP PHOTO (Photo by - / AFP)

(CHINA OUT NO INTERNET) A Chinese policeman watches over a civet cat captured in the wild by a farmer in Wuhan, central China’s Hubei province 26 May 2003. The Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS) epidemic could lead to a mass slaughter of civet cats and raccoon dogs, which were named as likely suspects in the epidemic, on breeding farms, a fate identical to that which befell chickens in Hong Kong during the « bird flu » epidemic that erupted in the former British colony in the late 1990s. (CHINA OUT NO INTERNET) AFP PHOTO (Photo by – / AFP)

Une civette vendue sur le marché de Wuhan en 2003. Cette espèce a probablement été l’hôte intermédiaire du SARS-CoV émergé au début des années 2000.
AFP PHOTO

SARS-CoV-2 aurait ainsi pu résulter de recombinaisons multiples entre différents CoV circulant chez le pangolin et la chauve-souris, ce qui aurait conduit à une adaptation ayant rendu possible la transmission du virus à l’humain. La pandémie de Covid-19 proviendrait secondairement du contact avec l’hôte intermédiaire, éventuellement vendu sur le marché de Wuhan. Cette hypothèse pose cependant de nombreux problèmes. Tout d’abord à cause de la géographie : les échantillons viraux de chauves-souris ont été recueillis dans le Yunnan, à près de 1 500 km du Wuhan où a éclaté la pandémie. Ensuite pour une raison écologique : chauves-souris et pangolins évoluent dans des écosystèmes différents et on se demande à quelle occasion leurs virus auraient pu se recombiner. Et surtout, on note que le taux d’identité entre les séquences de SARS-CoV-2 et celles issues du pangolin n’atteint que 90,3 %, ce qui est bien inférieur aux taux habituellement observés entre les souches infectant l’humain et celles infectant l’hôte intermédiaire. Par exemple, le génome du SARS-CoV et celui de la souche de civette dont il descendait partagent 99 % d’identité.

Pouvez-vous nous en dire plus sur cette séquence de reconnaissance du récepteur cellulaire et le mécanisme d’entrée du virus dans les cellules ?

É. D. Il faut pour cela revenir aux caractéristiques biologiques des coronavirus. Leur génome contient un gène S codant pour la protéine Spike, qui entre dans la composition de l’enveloppe du virus et donne aux coronavirus leur forme typique de couronne. La protéine Spike joue un rôle fondamental dans la capacité d’infection du virus car elle contient un domaine, appelé RBD, qui a pour caractéristique de se lier spécifiquement à certains récepteurs (ACE2) situés à la surface des cellules infectables : c’est l’établissement de cette liaison qui favorise ensuite la pénétration du virus dans la cellule. L’affinité du domaine RBD pour les récepteurs ACE2 d’une espèce donnée est un facteur déterminant de la capacité d’infection du virus de cette espèce. Chez l’humain, ce récepteur est largement exprimé et on le retrouve par exemple à la surface des cellules pulmonaires ou intestinales.

virus_and_ace2_yellow_8k_nolabel_72dpi(2)
Visualisation d’un virion SARS-CoV-2 en train d’infecter une cellule en se liant à son récepteur ACE2 (en jaune)
A. Dommer, L. Casalino, Z.Gaieb, E. P. Barros, R. Amaro/ Amaro Lab – UC San Diego

C’est en analysant les bases de données de coronavirus qu’il a été possible d’identifier que la séquence génétique codant pour le domaine RBD du SARS-CoV-2 était très proche de celle du coronavirus infectant le pangolin. Cette observation suggère que la protéine Spike du CoV infectant le pangolin a une bonne affinité pour le récepteur ACE2 humain, ce qui aurait pu permettre au virus de pangolin d’infecter plus efficacement les cellules humaines que le virus de chauves-souris. Toutefois, pour les raisons déjà évoquées, une majorité de chercheurs estiment désormais que le pangolin n’a probablement pas joué de rôle dans l’émergence de SARS-CoV2. L’hypothèse actuellement privilégiée est qu’il s’agit plutôt d’une évolution convergente et indépendante du domaine RBD dans les deux lignées virales.

Y a-t-il des indices pointant vers d’autres candidats au rôle d’hôte intermédiaire ?

É. D. Dans les zoonoses, les hôtes intermédiaires se retrouvent généralement parmi les animaux d’élevage ou sauvages en contact avec les populations. Or, en dépit des recherches de virus dans les espèces animales vendues sur le marché de Wuhan, aucun virus intermédiaire entre RaTG13 et le SARS-CoV-2 n’a pu être identifié à ce jour. Tant que ce virus intermédiaire n’aura pas été identifié et son génome séquencé, la question de l’origine de SARS-CoV-2 restera non résolue. Car en l’absence d’éléments probants concernant le dernier intermédiaire animal avant la contamination humaine, certains auteurs suggèrent que ce virus pourrait avoir franchi la barrière d’espèce à la suite d’un accident de laboratoire ou être d’origine synthétique.

Pangolin à longue queue (Manis tetradactyla) roulé en boule dans les mains d'un braconnier, Mangamba, Cameroun

Pangolin à longue queue (Manis tetradactyla) roulé en boule dans les mains d’un braconnier, Mangamba, Cameroun

Pangolin à longue queue (Manis tetradactyla) roulé en boule dans les mains d’un braconnier.
Fabian von Poser / imageBROKER / Biosphoto
Partager

Vous pensez que le SARS-CoV-2 est sorti d’un laboratoire ?

É. D. On ne peut éliminer cette hypothèse, dans la mesure où le SARS-CoV qui a émergé en 2003 est sorti au moins quatre fois de laboratoires lors d’expérimentations. Par ailleurs, il faut savoir que les coronavirus étaient largement étudiés dans les laboratoires proches de la zone d’émergence du SARS-CoV-2 qui désiraient entre autres comprendre les mécanismes de franchissement de la barrière d’espèce. Toutefois, pour l’instant, les analyses fondées sur la phylogénie des génomes complets de virus ne permettent pas de conclure définitivement quant à l’origine évolutive du SARS-CoV-2.

On dispose de trois grands types de scénarii pour expliquer comment SARS-CoV-2 a acquis son potentiel épidémique. Premièrement, il s’agit d’une zoonose. La Covid-19 est due au franchissement récent de la barrière d’espèce par le coronavirus. Dans ce cas, on doit retrouver un virus plus proche que RaTG13 dans une espèce domestique ou d’élevage. Pour rappel, ce n’est toujours pas le cas.
Deuxième scénario, il pourrait également s’agir d’un coronavirus différent de SARS-CoV ou de MERS-CoV, qui se serait adapté à l’humain il y a déjà plusieurs années, qui aurait circulé jusqu’ici à bas bruit, et qu’une mutation récente aurait rendu plus transmissible d’homme à homme. Pour étayer ce cas de figure, il faudrait pouvoir analyser les échantillons viraux de personnes décédées de pneumonies atypiques dans la zone d’émergence avant le début de la pandémie.
Enfin, il reste la possibilité que SARS-CoV-2 descende d’un virus de chauves-souris isolé par les scientifiques lors des collectes de virus et qui se serait adapté à d’autres espèces au cours d’études sur des modèles animaux en laboratoire ; laboratoire dont il se serait ensuite échappé accidentellement.

Cette dernière hypothèse ne risque-t-elle pas de conforter les discours complotistes sur la pandémie de Covid-19 ?

É. D. Étudier l’origine de SARS-CoV-2 est une démarche scientifique qui ne peut être assimilée à une thèse complotiste. De plus, j’insiste sur le fait que, tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, cette hypothèse d’un échappement accidentel ne peut être écartée par la communauté scientifique.

À ce jour, les études scientifiques n’ont apporté aucun élément définitif qui démontrerait cette hypothèse ; il n’en demeure pas moins que des analyses plus approfondies sont nécessaires pour trancher. La question de l’origine naturelle ou synthétique du SARS-CoV-2 ne doit pas dépendre d’un agenda politique ou de logiques de communication. Elle mérite d’être examinée à la lumière des données scientifiques à notre disposition.
L’étude des mécanismes d’évolution impliqués dans l’émergence de ce virus est essentielle pour élaborer des stratégies thérapeutiques et vaccinales.

Nos hypothèses doivent également tenir compte de ce qu’il est actuellement possible de réaliser dans les laboratoires de virologie ; et du fait que dans certains laboratoires, la manipulation du génome de virus potentiellement pathogènes est une pratique courante, notamment pour étudier les mécanismes de franchissement de la barrière d’espèces.

Justement, de nombreux sites complotistes se réfèrent aux affirmations de Luc Montagnier qui explique que SARS-CoV-2 serait une chimère virale créée dans un laboratoire chinois entre un coronavirus et le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Cette théorie est-elle sérieuse ?
E. D. Elle n’est en tout cas plus considérée comme telle par les spécialistes, qui en ont réfuté les principales conclusions. Néanmoins, elle part d’une observation tout à fait sérieuse et importante pour la compréhension du mécanisme d’infection de SARS-CoV-2 : Il a été découvert que le gène codant la protéine Spike contient quatre insertions de courtes séquences que l’on ne retrouve pas chez les CoV humains les plus proches génétiquement. Ces insertions confèrent probablement des propriétés remarquables à la protéine Spike de SARS-CoV-2. Des études structurales indiquent que les trois premières insertions sont localisées sur des domaines exposés de la protéine S et jouent donc probablement un rôle dans l’échappement du virus au système immunitaire de l’hôte.

La quatrième insertion est plus récente et fait apparaître un site sensible aux furines, des enzymes protéases produites par les cellules de l’hôte. Il est aujourd’hui clairement démontré que le clivage de Spike par les furines induit un changement de conformation favorisant la reconnaissance du récepteur cellulaire ACE2. S’interrogeant sur l’origine de ces insertions, des chercheurs ont affirmé dans une prépublication qu’au niveau de ces séquences, la protéine Spike de SARS-CoV-2 présenterait des similarités troublantes avec des séquences de fragments du virus VIH-1. Très critiqué pour ses faiblesses méthodologiques et ses erreurs d’interprétation, l’article a été retiré du site bioRxiv.

protein_with_glycans_ieee_72dpi
Visualisations de la protéine Spike (S) du SARS-CoV-2 recouverte de glycoprotéines (à droite) ou « nue » (à gauche).
©L. Casalino, Z. Gaieb, A. Dommer, R. Amaro/ Amaro Lab – UC San Diego

Cette hypothèse serait donc restée anecdotique si, en avril 2020, Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le VIH, ne l’avait relancée en proclamant que ces insertions ne résulteraient pas d’une recombinaison naturelle ou d’un accident, mais d’un vrai travail de génétique, effectué intentionnellement, vraisemblablement dans le cadre de recherches visant à développer des vaccins contre le VIH. Ces affirmations ont une nouvelle fois été réfutées par des analyses biostatistiques qui ont montré que les séquences similaires entre VIH et SARS-CoV-2 étaient trop courtes (10 à 20 nucléotides sur un génome qui en compte 30 000) et que cette ressemblance était vraisemblablement fortuite.

Cependant, devant la difficulté à comprendre l’origine de ce virus, nous avons conduit des analyses phylogénétiques en collaboration avec des bio-informaticiens et des phylogénéticiens. Leurs résultats montrent que trois des quatre insertions que l’on observe chez le SARS-CoV-2 se retrouvent chacune dans des souches plus anciennes de coronavirus. Notre étude indique de façon certaine que ces séquences sont apparues indépendamment, à différents moments de l’histoire évolutive du virus. Ces données invalident l’hypothèse d’une insertion récente et intentionnelle de ces quatre séquences par un laboratoire.

French virologist and joint recipient of the 2008 Nobel Prize in Medicine, Luc Montagnier speaks during a press conference on vaccines and vaccination, on November 7, 2017 in Paris, as the government plans to make eleven vaccinations for young children compulsory in France from 2018. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

French virologist and joint recipient of the 2008 Nobel Prize in Medicine, Luc Montagnier speaks during a press conference on vaccines and vaccination, on November 7, 2017 in Paris, as the government plans to make eleven vaccinations for young children compulsory in France from 2018. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, lors d’une conférence de presse en 2017, à Paris. Les spécialistes ont réfuté la théorie qu’il a formulée au printemps dernier sur l’origine du virus.
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Reste la 4e insertion qui fait apparaître un site de protéolyse furine chez le SARS-CoV-2 absente dans le reste de la famille des SARS-CoV. On ne peut donc pas exclure que cette insertion résulte d’expériences visant à permettre à un virus animal de passer la barrière d’espèce vers l’humain dans la mesure où il est bien connu que ce type d’insertion joue un rôle clé dans la propagation de nombreux virus dans l’espèce humaine.

Comment sortir de cette incertitude ?

É. D. Le génome de SARS-CoV-2 est un puzzle combinatoire et les mécanismes de recombinaison des virus animaux ayant permis une telle émergence demeurent énigmatiques. Pour comprendre sa genèse, il est donc nécessaire d’intensifier la collecte d’échantillons chez des espèces sauvages ou domestiques. L’éventuelle découverte de virus animaux présentant une très forte similarité avec SARS-CoV-2 fournirait un élément décisif pour valider son origine naturelle. Par ailleurs, des analyses bio-informatiques plus poussées pourraient permettre de révéler des traces éventuelles de manipulation génétique, ce qui plaiderait à l’inverse pour une origine expérimentale.

supplementaryfigure1-1_72dpi(2)
Représentation schématique d’une partie du génome du SARS-CoV-2
Tammy C. T. Lan et al., bioRxiv; S. Rouskin/Boston University

Quoi qu’il en soit, que ce virus soit ou non d’origine naturelle, le fait même que la question puisse désormais être sérieusement posée nous contraint à une réflexion critique sur les outils et les méthodes de reconstruction de virus actuellement à l’œuvre dans les laboratoires de recherche, et sur leur usage potentiel dans des expériences de « gain de fonction ».

Mais ces outils ne sont-ils pas justement les seuls capables de nous permettre de comprendre et combattre les virus et les épidémies qu’ils entraînent ?

É. D. Certes, mais il faut bien comprendre qu’en quelques années, les paradigmes de la recherche sur les virus ont radicalement changé. Aujourd’hui, obtenir ou faire synthétiser une séquence génétique est à la portée de n’importe quel laboratoire : on peut en moins d’un mois construire de toutes pièces un virus fonctionnel à partir des séquences disponibles dans les bases de données. De plus, des outils de manipulation du génome rapides, bon marché et faciles à utiliser ont été développés. Ces outils permettent de faire des avancées spectaculaires, mais ils démultiplient aussi les risques et la gravité potentielle d’un éventuel accident, notamment lors d’expériences de « gain de fonction » sur des virus à potentiel pandémique.

Même s’il s’avère que la pandémie de Covid-19 est finalement le résultat d’une zoonose « classique », plusieurs incidents ayant conduit à des sorties accidentelles de virus depuis des laboratoires ont été documentés ces dernières années. Un des cas les plus connus concerne le virus Marburg, issu d’une contamination par des singes sauvages. La pandémie grippale de 1977 en est un autre exemple. Des études génétiques récentes suggèrent qu’elle aurait résulté de la sortie de laboratoire d’une souche virale collectée dans les années 1950. Et plus récemment, plusieurs sorties accidentelles de SARS-CoV étudiés dans des laboratoires ont été rapportées dans la littérature, même si elles n’ont heureusement donné lieu à aucune épidémie importante.

Workers are seen next to a cage with mice (R) inside the P4 laboratory in Wuhan, capital of China's Hubei province, on February 23, 2017. - The P4 epidemiological laboratory was built in co-operation with French bio-industrial firm Institut Merieux and the Chinese Academy of Sciences. (Photo by Johannes EISELE / AFP)

Workers are seen next to a cage with mice (R) inside the P4 laboratory in Wuhan, capital of China’s Hubei province, on February 23, 2017. – The P4 epidemiological laboratory was built in co-operation with French bio-industrial firm Institut Merieux and the Chinese Academy of Sciences. (Photo by Johannes EISELE / AFP)

Salle du laboratoire de recherche biologique P4 de Wuhan, construit grâce à une coopération entre l’Institut Mérieux et l’Academie des Science de Chine.
Johannes EISELE / AFP

Les normes internationales imposent que la recherche, l’isolement et la culture de virus à potentiel pandémique, incluant les virus respiratoires, soient réalisés dans des conditions expérimentales sécurisées, avec une traçabilité irréprochable pour éviter toute transmission zoonotique. Toutefois, des accidents peuvent toujours se produire et il est important de se questionner sur la dangerosité potentielle des expérimentations notamment quand elles visent un gain de fonction ou d’infectiosité.

Prônez-vous un moratoire ou une interdiction de ces recherches ?

É. D. Je ne prône pas une interdiction pure et simple ; il ne s’agit pas de stériliser la recherche, mais de questionner plus strictement le rapport bénéfice/risque. Une conférence devrait peut-être être organisée pour évaluer la nécessité d’un moratoire ou d’une réglementation internationale plus adapté ?
Tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, l’hypothèse d’un échappement accidentel ne pourra être écartée par la communauté scientifique.

Au vu des risques infectieux que les techniques d’étude des virus nous font aujourd’hui courir, la société civile et la communauté scientifique doivent au plus vite s’interroger sur la pratique d’expériences de gain de fonction et d’adaptation artificielle de souches virales dans des hôtes animaux intermédiaires. En 2015, conscientes de ce problème, les agences fédérales américaines avaient gelé le financement de toute nouvelle étude impliquant ce type d’expériences. Ce moratoire a pris fin en 2017. Ces pratiques à haut risque devraient, à mon sens, être repensées et encadrées au niveau international par des comités d’éthiques.

Enfin, les chercheurs de ces domaines doivent également mieux prendre en compte leur propre responsabilité dès lors qu’ils ont conscience des dangers éventuels que peuvent générer leurs travaux. Des stratégies expérimentales alternatives existent souvent pour atteindre les objectifs tout en limitant fortement les risques expérimentaux.

N’est-ce pas déjà le cas ?

É. D. En théorie, oui. Dans la réalité, on est souvent loin du compte, notamment car nous, les scientifiques, sommes insuffisamment formés sur ces questions. Et parce que le climat de compétition qui baigne le monde de la recherche engendre de l’expérimentation rapide et tous azimuts, sans réflexion approfondie sur ces questions d’éthique ou la dangerosité potentielle de leurs travaux.

Dans mes cours consacrés à l’ingénierie virale, j’ai l’habitude de présenter à des étudiants de Master cet exercice théorique : je leur demande d’imaginer un procédé procurant au virus VIH la capacité d’infecter n’importe quelle cellule de l’organisme (pas seulement les lymphocytes). Ces étudiants sont brillants, et la plupart sont en mesure de me proposer des méthodes efficaces, conduisant à la construction de virus chimériques potentiellement dangereux. Je donne ce cours depuis une dizaine d’années et les étudiants s’attachent exclusivement à l’efficacité de la méthode sans s’interroger une seconde sur les conséquences potentielles de leurs mises en œuvre.

L’objectif pédagogique que je poursuis est de les sensibiliser à ces problématiques et de leur montrer qu’on peut dans bien des cas construire des systèmes expérimentaux tout aussi efficaces et permettant de mieux contrôler les risques biologiques. il faut intervenir dès la formation, en formant les futurs biologistes à toujours questionner le risque et la pertinence sociétale de leurs travaux, aussi novateurs soient-ils. ♦

Pour en savoir plus:

Retrouver les origines du SARS-COV-2 dans les phylogénies de coronavirus : https://www.medecinesciences.org/fr/articles/medsci/full_html/2020/07/msc200195/msc200195.html

E. Sallard, et al. Médecine/sciences, 36 (8-9), 783-796 (2020).

Notes

1.
Directeur de recherche au CNRS au laboratoire Architecture et fonctions des macromolécules biologiques (CNRS/Aix-Marseille Université), membre de la Société française de virologie.

26 mars 2019

Médias et violences policières : aux sources du « journalisme de préfecture »

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 51

Source : https://www.acrimed.org/Medias-et-violences-policieres-aux-sources-du

par Frédéric LemairePauline Perrenot, Lundi 25 Mars 2019

Le « journalisme de préfecture » recouvre un ensemble de réflexes et de pratiques médiatiques qui conduisent à relayer, sans aucun recul, le discours « officiel » (celui des autorités, de la police ou de la justice) à propos d’opérations de « maintien de l’ordre ». Plusieurs éléments entrent en compte pour expliquer la prégnance de cette forme de journalisme dans le traitement des violences policières. Le premier concerne la proximité et la dépendance des journalistes vis-à-vis de leurs sources policières. Le second concerne une certaine conception du journalisme comme partie prenante du maintien de l’ordre social [1].

La proximité et la dépendance des journalistes vis-à-vis de leurs sources policières

Dans une rubrique dédiée, nous documentons différents cas où la couverture médiatique de violences policières s’est résumée peu ou prou à une reprise, sans recul, des éléments de langage des autorités et de la police. Dans les manifestations, dans les quartiers populaires ou sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, la presse locale ou nationale semble souvent plus disposée à rendre compte des informations fournies par la gendarmerie ou la police qu’à recueillir la version des habitants ou manifestants.

Ce constat peut s’expliquer par la proximité, voire la familiarité entre les journalistes et leur sources policières. La notion de proximité est développée dans un article des sociologues Jérôme Berthaut, Éric Darras et Sylvain Laurens sur le travail des journalistes de faits divers dans la presse quotidienne régionale [2]. A travers différents entretiens menés avec des « faits-diversiers », les auteurs montrent comment les journalistes ont besoin d’entretenir des relations solides avec des interlocuteurs réguliers dans le corps policier. Des interlocuteurs à même de leur fournir des informations, et d’alimenter un flux continu d’articles sur des questions de criminalité, accidents domestiques, etc. pour les rubriques de faits divers. Les journalistes doivent tisser ces relations, les entretenir, et prendre garde à ce que les retombées des articles parus ne nuisent à ces bonnes relations.

Jérôme Berthaut, Éric Darras et Sylvain Laurens montrent par ailleurs que les « faits-diversiers » sont enclins à la croyance (et la confiance) dans une « objectivité de fait » des institutions policières et judiciaires. Comme nous l’avions déjà écrit, ce phénomène explique non seulement que certains journalistes ne remettent pas en cause les informations délivrées par ces sources, mais qu’ils leur donnent, en outre, l’exclusivité.

Le genre « fait-divers » ne suppose pas dans les routines de travail la prise en compte d’un point de vue contradictoire – pourtant au principe de l’objectivité professionnelle dans bien d’autres domaines de l’actualité. Sauf à ce que la police soit elle-même mise en cause, l’objectivité relève exclusivement de la reprise des « faits », c’est-à-dire des informations officielles, comptes rendus d’interventions policières ou décisions de justice. Il ne vient pas à l’idée d’un journaliste d’aller solliciter auprès du contrevenant sa version des faits. […] Mis à part les avocats – pour lesquels les journalistes s’efforcent d’opposer parties civiles et défense – les sources policières et judiciaires (parquet) ne sont pas perçues par les faits-diversiers comme des « parties » défendant un point de vue. […] Seule une prise de position de l’« informateur » policier s’apparentant à une « opinion » politique, peut conduire à mettre en doute son « objectivité » et lui faire perdre son crédit de professionnel-expert en sécurité locale [3].

L’importance accordée aux sources « officielles » par les journalistes – au détriment d’autres témoignages – est parfois reconnue explicitement. « Ce que pensent les gens ne m’intéresse pas sur le plan factuel. Pour le moment, les seuls éléments concrets m’ont été apportés par le procureur » explique ainsi le journaliste du Dauphiné Libéré ayant couvert l’accident mortel de deux jeunes grenoblois, samedi 2 mars, à l’issue d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre. Il reconnaît s’en tenir à ses sources (policières) ou à la version « officielle », qu’il ne cherche pas à mettre en balance avec celle des habitants – avec qui il entretient de très mauvais rapports. Ce témoignage corrobore les dires du reporter Taha Bouhafs, pour qui les journaux locaux « prennent la version policière comme si elle était factuelle [4] ».

La dépendance à ces sources peut être accrue dans le contexte actuel de resserrement des contraintes temporelles et budgétaires. Enquêter en profondeur est coûteux, et à défaut de cela, les rédactions doivent se contenter des conférences de presse et communiqués officiels. Dans le cas des événements de Grenoble, le correspondant de Libérationreconnaît, en raison des contraintes de bouclage, « n’avoir pas mené une investigation plus poussée avant de relayer la version du procureur » pour son premier article. Encore le quotidien dispose-t-il d’un correspondant sur place : la plupart des autres quotidiens nationaux se sont référés à la dépêche de l’AFP qui se référait elle-même… à la version du Dauphiné Libéré.

Les relations de proximité vis-à-vis des sources policières ont également cours à l’échelle nationale, particulièrement chez les journalistes des rubriques « informations générales » (qui traitent les faits divers). Dans le cas de France 2, la proximité entre les journalistes en charge des informations générales et les autorités de police, de la gendarmerie, de la justice est encouragée par la hiérarchie, comme le montre Jérôme Berthaut dans un ouvrage paru en 2013 [5].

Ces différentes considérations (proximité/dépendance vis-à-vis des sources) peuvent également s’appliquer aux spécialistes police-justice, qui sont amenés à commenter, dans les médias nationaux, les mobilisations sociales et les cas de violences policières – quand ces cas sont couverts ! Comme leurs homologues « faits-diversiers » de la presse locale, ces journalistes entretiennent des relations privilégiées avec leurs sources policières. Ils sont d’ailleurs eux-mêmes souvent d’anciens rubricards « faits divers » ou « informations générales » [6]. Dans la partie qui suit, nous nous intéresserons plus particulièrement au cas de Dominique Rizet, qui illustre parfaitement la proximité-dépendance-connivence entretenues par les spécialistes police-justice avec leurs sources.

Un exemple exemplaire : le cas de Dominique Rizet

La carrière de Dominique Rizet est un cas d’école. Voici un extrait tiré de son portrait par Télé-Loisirs :

Monté à Paris, notre Bourguignon [Dominique Rizet] fait ses classes aux Nouvelles de Versailles, puis à la locale du Parisien, où il tisse les premiers fils de son vaste réseau. « Je faisais la tournée de la police et des pompiers. Et comme je suis fan de photo(il possède des dizaines de boîtiers anciens, ndlr), je leur offrais des tirages papiers de leurs interventions. Après, forcément, quand ils avaient une affaire intéressante, ils m’appelaient. » [7]

Il n’est pas anodin que le « vaste réseau » de Dominique Rizet ait commencé à se tisser au Parisien [8], journal où les faits-divers ont toujours eu une place centrale, et dont la connivence avec la préfecture se lit chaque jour, depuis les articles « d’information générale » aux accents propagandistes jusque dans les « unes » policières, extrêmement fréquentes.
Médias et violences policières : aux sources du « journalisme de préfecture » dans Outils/Bon à savoir
Par la suite, une grande partie de la carrière de Dominique Rizet s’est faite en immersion chronique dans le monde policier. En témoigne cet extrait éloquent de « C à Vous » (1er avril 2016) intitulé « Les stars du crime », où le spécialiste police-justice de BFM-TV était accompagné de Frédérique Lantieri, présentatrice de « Faites entrer l’accusé » et de Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianneet au JDD, « spécialisé dans les milieux de la police, du banditisme et du renseignement » [9] :

- Dominique Rizet : Je passe ma vie avec eux. Les gens du RAID, je les connais bien, je vais tirer là-bas, les gens du GIGN, je les connais bien, bon… C’est mon univers de travail. […]

- Anne-Élisabeth Lemoine : Vous les connaissez tous très bien, les enquêteurs, les procureurs, tout ce qui fait le monde de la police et de la justice. À quel point ? Quelle distance vous gardez avec vos fameuses sources ?

- Frédéric Ploquin : Le problème étant qu’effectivement sur le long terme… Nous ça fait tous 20, 30 ans qu’on fait ce métier, c’est que… il y a des gens qu’on connaît très bien. Et donc on aurait la tentation de devenir amis. Donc voilà, après, c’est à chacun de gérer ses amitiés.

- Anne-Élisabeth Lemoine : Faudrait pas leur faire plaisir, c’est ça.

- Frédérique Lantieri : Moi je ne les laisserai surtout pas entrer dans ma vie, surtout pas.

- Dominique Rizet : Moi je les laisse entrer dans ma vie, moi je les laisse rentrer dans ma vie. C’est-à-dire que mon prisonnier-là… mon Patrick Guillemin il est sorti de prison, il vient chez moi, il connaît mes enfants. Il a fait 23 ans de prison. Juste on fait attention, pour les enfants, c’est pas quelqu’un… c’est pas « ouais mon père il a un copain qui… » Non non, c’est pas ça, je veux pas qu’on parle comme ça. On parle pas comme ça. J’ai des potes magistrats qui viennent à la maison, des copains avocats, des flics, des gendarmes, des voyous. Et tout ça vient à la maison, c’est vrai que ouais, la maison elle est ouverte.

- Frédérique Lantieri : Enfin faut quand même se méfier du mélange des genres quand même hein.

C’est le moins qu’on puisse dire… Et pour autant, la proximité revendiquée par Dominique Rizet vis-à-vis de ses sources, notamment policières, ne l’empêche pas de revendiquer, le 29 décembre à l’antenne de BFM-TV, « une objectivé et une impartialité totales » dans la couverture des manifestations de gilets jaunes :

Outre son statut de spécialiste police-justice de BFM-TV, Dominique Rizet co-anime avec Philippe Gaudin tous les dimanches depuis septembre 2018 l’émission « Affaires suivantes » produite en interne. Avant cela, il a été à l’origine avec Christophe Hondelatte et Christian Guérin (producteur), du fameux « Faites entrer l’accusé » (ex « Histoires de… »), diffusé sur France 2 de 2000 à 2018, dans lequel il intervenait très régulièrement [10]. Deux émissions de faits-divers, qui reposent sur le principe même de proximité et de dépendance vis-à-vis de la police, et dont on retrouve des déclinaisons sur de nombreuses autres chaînes, comme par exemple « Le grand journal des faits divers » présenté par Gilles Verdez sur CNews ou « Crimes et Faits divers : la quotidienne » sur NRJ12, animé par Jean-Marc Morandini. Ces exemples illustrent en outre combien la proximité avec le milieu policier peut s’avérer bénéfique pour la carrière de tels journalistes, qui en viennent à animer voire à produire leurs propres émissions.

Des émissions qui chaque jour apportent des preuves de « l’objectivité et l’impartialité totales » dont se revendique Dominique Rizet : le 20 janvier, ce dernier recevait par exemple dans « Affaires suivantes » Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur. L’interview fut d’une complaisance sans bornes, et l’invité eut tout le loisir de dérouler son argumentaire sécuritaire (« la fermeté demandée par les Français » entre autres), avec la bénédiction des deux animateurs.
 dans Politique/Societe
Les relations – parfois intimes comme on le voit chez Dominique Rizet, et non plus simplement « professionnelles » – entretenues par les journalistes spécialisés vis-à-vis des responsables dans les institutions polico-judiciaires posent ainsi la question de leur indépendance. Les « experts » police-justice doivent prendre garde à ne pas s’aliéner leurs sources, au risque de se priver d’un accès précieux à l’information, et de nuire à leur carrière. La police et le ministère de l’Intérieur n’hésitent pas à jouer de ce moyen de pression à l’échelle parfois d’un média tout entier. On se souvient, par exemple, de la chronique de Thomas Guénolé qui provoqua son licenciement de la station RMC en novembre 2015. Il la consacrait alors aux « accusations de dysfonctionnements de notre sécurité intérieure qui se multiplient dans la presse ». Comme nous l’avions alors rapporté, le directeur de la rédaction Philippe Antoine avait commenté ce licenciement en avançant les éléments suivants :

Cette chronique a beaucoup trop dégradé les relations de travail entre les journalistes de la chaîne d’un côté, la police et le ministère de l’Intérieur de l’autre. […] Le ministère de l’Intérieur ainsi que tous les services de police invités sur l’antenne ont refusé de venir sur RMC en raison des inexactitudes de [la] chronique. La plupart des sources de nos spécialistes police se sont tues depuis mardi, mettant en difficulté tout le travail de la rédaction pour obtenir et vérifier des informations.

Cela a le mérite d’être clair…

En période de tension sociale : une idéologie partagée du maintien de l’ordre

Les relations de confiance et de dépendance, tissées par les journalistes des services police-justice, sont d’autant plus mises à profit en période de grandes tensions sociales et politiques, comme c’est le cas en France depuis la mi-novembre. Parce que les grands médias, et plus particulièrement les chaînes d’info, sont branchés en continu sur les manifestations – dans lesquelles sont présentes les « forces de l’ordre » – les commentaires se déversent eux aussi en flot continu. Les journalistes et éditorialistes des services police-justice sont particulièrement mobilisés pour faire part des dernières informations de la préfecture. C’est particulièrement le cas sur les chaînes d’information en continu, où ces « experts » sont omniprésents en plateau pour commenter les images des manifestations [11].

Les informations les plus sensibles sont cependant distillées au compte-goutte, et les rédactions sont en outre invitées à respecter un certain nombre de consignes de la part du ministère de l’Intérieur ou de la préfecture elle-même. Des accords tacites pour une même perspective : celle de ne pas « entraver le maintien de l’ordre » et de ne pas fournir des informations à même de « faciliter le désordre ». C’est particulièrement le cas des informations concernant les violences policières. Le dimanche 9 décembre, Bruce Toussaint est interpellé par un gilet jaune sur le plateau de BFM-TV sur l’absence de couverture médiatique de ces violences par la chaîne. L’animateur lui répond qu’il serait interdit de montrer de telles images. En réalité, comme l’explique un article de Checknews, les équipes de la chaîne ont reçu des directives de la part de la direction de la rédaction afin d’éviter de diffuser en direct des images de violences contre les personnes. Afin, était-il précisé, « de ne pas être accusé d’indécence ou de complaisance ».

De telles directives sont à mettre en perspective avec les propos de l’ancien général de gendarmerie Bertrand Cavallier, sur le plateau de BFM-TV, à la veille des manifestations du 8 décembre. Le « spécialiste » faisait la leçon aux médias, qui se devaient de « bien contextualiser » l’action de la police afin de contribuer au « retour à la normale, à l’exercice d’un bon fonctionnement de la démocratie. » [12]. Bref, qui devaient se faire les auxiliaires de la préfecture. Un propos qui n’a bien évidemment ému personne sur le plateau, entièrement acquis à la cause du maintien de l’ordre.

Quelques jours plus tôt déjà, lors d’une conférence de presse, Christophe Castaner invitait « la presse à ne pas renseigner les casseurs ». Une déclaration qui s’inscrit dans un moment de grande tension, alors que la préparation anxiogène de la manifestation du 8 décembre bat son plein sur toutes les chaînes d’info. Il va sans dire que ce genre de « conseils » peut provoquer chez les journalistes – même les moins acquis à la cause du maintien de l’ordre ! – des réflexes d’auto-censure finissant par être totalement intégrés. Quand ils ne sont pas tout simplement partagés dès le départ : on se rappelle, à ce sujet, la panoplie de réactions d’éditorialistes outragés suite à la publication par Le Monde diplomatique, le 5 décembre, d’une carte des lieux de pouvoir parisiens. Qualifié tout bonnement d’« irresponsable », ce choix éditorial avait été perçu comme entrant justement en contradiction avec la connivence – tacite ou explicite – qui devrait prévaloir entre les pouvoirs et le milieu journalistique dans de tels moments de crise…

Bien au-delà de l’auto-censure, les plus hauts gradés de la profession ne rechignent pas nécessairement à intégrer ces directives, ni ne les considèrent comme une pression. Pour la simple et bonne raison que les chefferies éditoriales et les éditorialistes les plus en vue se vivent eux-mêmes comme des gardiens de l’ordre. Les positions sociales élevées qu’ils occupent – tant dans la hiérarchie médiatique qu’à l’extérieur, dans la société –, les relations étroites qu’ils entretiennent dans les réseaux de pouvoir politiques et administratifs à titre professionnel ou personnel, contribuent à alimenter une convergence de vues avec les responsables gouvernementaux et administratifs. Des vues qui consistent essentiellement à vouloir maintenir l’ordre social existant dont ils bénéficient, et à rapidement résorber tout désordre en cherchant les fameuses « sorties de crise ».

Dès lors, rien de surprenant à ce que les éditocrates n’aient de cesse de condamner à longueur d’antenne les manifestants et le désordre social qu’ils provoquent. Notre rubrique dédiée aux mobilisations des gilets jaunes fait la chronique de la morgue et du mépris des éditorialistes à l’égard de secteurs de la population dont ils ignorent tout ou presque (qu’il s’agisse de Christophe Barbier, de Bruno Jeudy, de Xavier Gorce ou encore de Thomas Legrand [13]. Les déclarations de l’éditorialiste de France Inter sont révélatrices de cette surenchère de la part des éditocrates qui, pour reprendre ses propres mots, semblent ne plus pouvoir « s’exprimer » de manière « cohérente » et finissent… « par taper » gratuitement ! Leur violence à l’égard des gilets jaunes s’exprime en effet quotidiennement en plateau, qu’ils les qualifient de « jusqu’au-boutistes », d’« extrémistes », d’« ultra-radicaux », ou désormais de « terroristes ».

Rien de surprenant, non plus, à ce que ces gardiens de l’ordre social ne soient pas enclins à médiatiser les violences policières qui contribueraient à alimenter le désordre ambiant, sinon à les « justifier » [14].

Bien au-delà du mouvement des gilets jaunes, le traitement des mobilisations sociales des dernières décennies montrent comment toute remise en cause profonde de l’ordre social est systématiquement renvoyée à une forme d’illégitimité dans les grands médias. Et que la seule contestation tolérée est celle qui passerait sous les fourches caudines de modalités d’expression dites « raisonnables », proposées par le gouvernement ou le patronat etc. (« dialogue social », « grand débat »…). À cet égard, les gilets jaunes n’ont pas l’apanage de la morgue journalistique. De récits « de préfecture » en désinformation, les grands médias donnent par exemple des récits et des images systématiquement biaisés des mobilisations syndicales ou des quartiers populaires, de leurs habitants (qui souffrent de plein fouet les violences policières) et de leurs mobilisations. Face à tous ceux-là, si maintenir l’ordre – ou le rétablir – passe par les violences policières, alors les violences policières seront légitimes.
***
Si l’on considère que l’éthique journalistique élémentaire suppose d’enquêter, de recouper les sources, et de ne pas prendre pour acquise la communication des institutions, alors le « journalisme de préfecture » relève de l’oxymore. Il constitue, en quelque sorte, l’exact opposé du mythe du journalisme comme quatrième pouvoir, ou comme contre-pouvoir. Ce mythe voudrait que les journalistes soient des animateurs de la vie démocratique et contribuent au contrôle des gouvernants – et de leurs abus. Le journalisme de préfecture révèle, quant à lui, un tout autre journalisme : entre connivence et servilité à l’égard des pouvoirs économiques, politiques et administratifs. Ce journalisme-là n’est certes pas représentatif des pratiques de l’ensemble de la profession. Mais il demeure une réalité prégnante en période de mobilisations sociales – la couverture médiatique des violences policières en est la preuve. Un journalisme « aux ordres » qu’il convient de dénoncer et de critiquer inlassablement.
Pauline Perrenot et Frédéric Lemaire

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.
[1] Nous sommes déjà revenus sur le traitement médiatique des violences policières dans de précédents articles : « Comment les violences policières ont (difficilement) percé le mur médiatique » et « Les violences policières mal traitées dans les médias dominants ». Cette présentation reprend et développe notre article « Violences policières : la préfecture vous informe ! ».
[2] Berthaut Jérôme, Darras Éric, Laurens Sylvain, « Pourquoi les faits-divers stigmatisent-ils ? L’hypothèse de la discrimination indirecte », Réseaux, 2009/5 (n° 157-158), p. 89-124. L’article dans son intégralité est consultable sur Cairn.
[3] Extrait du même article des sociologues Jérôme Berthaut, Éric Darras et Sylvain Laurens, également cité dans notre article « Violences policières : la préfecture vous informe ! »
[4] Les deux citations sont tirées de l’article d’Arrêt sur images : « Deux morts à Grenoble : Taha Bouhafs, journaliste et militant ».

[5] Le sociologue explique que les journalistes de la chaîne ont été particulièrement assidus aux formations de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI). « En investissant dans ces formations, la chaîne escompte avant tout la création de liens de familiarité avec de futurs responsables de la sécurité. » (Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures », Agone, 2013, p. 60).

[6] C’est notamment le cas de Dominique Rizet (BFM-TV), de Georges Brenier (TF1), Audrey Goutard (France 2) ou encore William Molinié (LCI).

[7] « Faites entrer l’accusé (France 2) : qui est Dominique Rizet, l’expert des faits divers ? », Télé-Loisirs, 28/02/18.

[8] C’est également le cas, par exemple, pour Audrey Goutard, spécialiste police-justice de France 2.

[9] Selon sa fiche Wikipédia. Le 10 octobre, il venait présenter sur France Info son dernier livre La peur change de camp. Les confessions incroyables des flics, publié suite à une immersion de deux années dans la police.

[10] Chaque épisode de « Faites entrer l’accusé » revenait, selon sa propre description, sur « une affaire criminelle [ayant] défrayé la chronique judiciaire ».

[11] Comme nous l’avons vu dans notre précédent article : « Gilets jaunes : une journée de matraquage médiatique sur BFM-TV ».

[12] La citation de Bertrand Cavallier : « S’agissant des médias, il faudra bien contextualiser demain les interpellations : il va y avoir demain des actions qui seront dynamiques, offensives, donc avec des prises d’images. Ces prises d’images peuvent après donner lieu à des interprétations, donc il faut savoir ce que l’on veut. En l’occurrence, tout le monde veut que les violences cessent. Ce sont les conditions au retour à la normale, à l’exercice d’un bon fonctionnement de la démocratie. » Voir notre article « BFM-TV et CNews préparent le « siège » de Paris ».

[13] Rappelons que Thomas Legrand soutenait dernièrement qu’à défaut de pouvoir « s’exprimer » de manière cohérente, les gilets jaunes en étaient réduits à « taper ». Brillante analyse.

26 février 2019

∆ Bilan annuel 2018 des bombardements US

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 01

Gilles Munier 20 Février 2019 0 irak, syrie, afghanistan, trump

Source : http://www.france-irak-actualite.com/2019/02/bilan-annuel-2018-des-bombardements-us.html

Par le général Dominique Delawarde (revue de presse : IVERIS – 18/2/19)*

USBombing

Une fois n’est pas coutume, l’année 2018 a été marquée par une réduction très sensible des bombardements US ayant affecté la planète. 16 500 bombes « seulement  » ont été larguées sur six pays, toujours sous le prétexte commode et bien connu de la « guerre contre le terrorisme » (1). On est donc loin des 43 938 bombes larguées en 2017. On retrouve, sans surprise, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, la Somalie et la Libye comme victimes de ces bombardements US, pays cités dans l’ordre du nombre de bombes reçues.

S’agissant de la Syrie et de l’Irak, dans l’opération « Inherent Resolve », les forces aériennes de la coalition ont largué 8 713 bombes en 2018, soit 78 % de moins qu’en 2017 (39 577 bombes) et 70% de moins qu’en 2016 (30 700). Cette baisse paraît logique si l’on veut bien considérer que les territoires contrôlés par Daesh se sont réduits considérablement au fil du temps et qu’il ne reste plus grand-chose à « frapper » à l’est de l’Euphrate.

A noter : la remontée très nette des bombardements aériens en novembre (1 424 bombes) et surtout en décembre 2018 (2 214). Volonté d’en finir avec Daesh avant l’annonce du retrait US du 19 décembre ? Liquidation des stocks pour éviter de les rapatrier ? Ou volonté de détruire un maximum d’infrastructures à l’est de l’Euphrate pour affaiblir la Syrie et rendre sa reconstruction plus coûteuse, plus longue et plus complexe à la fin d’une guerre que l’on commence à entrevoir ? On peut vraiment s’interroger sur le véritable objectif des bombardements de la coalition occidentale qui perdurent dans ce pays…

A noter également, l’épisode peu glorieux de la frappe conjointe USA-GB-FR du 14 avril 2018, première frappe « spectacle » de 105 missiles, ayant fait zéro mort et ayant eu une efficacité militaire totalement nulle, voire contreproductive puisqu’elle a plutôt renforcé l’image de Bachar el-Assad aux yeux de ses concitoyens sans lui porter le moindre préjudice militaire. Rappelons, pour mémoire, que cette frappe, effectuée sans accord de l’ONU, l’a été sous le prétexte éculé et mensonger d’une fausse attaque au gaz, montée avec de bons « effets spéciaux », par nos « merveilleux alliés casques blancs », mais attribuée à Bachar el-Assad.

S’agissant de l’Afghanistan, dans les opérations « Freedom’s Sentinel » et « Resolute Support » censées lutter contre le terrorisme, les USA ont largué 7 362 bombes en 2018. C’est une augmentation considérable par rapport à 2017 (4 361), par rapport à 2016 ( 1 337) et par rapport à 2015 (947). Ces bombardements toujours plus importants depuis 2015 n’ont, évidemment, plus aucun sens après 18 ans d’ingérence US dans ce pays. Ils démontrent l’échec de la politique du « tout bombardement » pour régler le problème de l’Islam radical. Ils donnent de la crédibilité à la déclaration du représentant afghan à la conférence de Téhéran sur la sécurité en Asie de l’Ouest du 7 janvier dernier (lire ici le compte rendu de cette conférence). Celui ci attribuait la montée de l’islamisme radical dans son pays aux bombardements US ainsi qu’aux multiples bavures qui les accompagnent et qui affectent les populations civiles.

S’agissant du Yémen le nombre des opérations de bombardement visant al-Qaïda n’a pas excédé la cinquantaine. C’est beaucoup moins qu’en 2017 (125). Il faut dire que la guerre du Yémen n’est plus très populaire aux USA avec les conséquences humanitaires dramatiques qu’elle engendre pour la population civile et l’image détestable de l’Arabie Saoudite qui dirige la coalition anti-Houtis.

S’agissant de la Somalie, 37 opérations de bombardement US ont été répertoriées en 2018. Ce nombre est comparable à celui de 2017 (35).

S’agissant de la Libye, le nombre des opérations de bombardement est devenu anecdotique (3 en 2018).

En conclusion, ce triste bilan appelle quatre remarques :

1 – Les USA se sont érigés en gendarme du monde en stricte application du « droit du plus fort », et du slogan : « America First », alors que personne ne leur a rien demandé. Avec leur politique étrangère qui s’appuie sur les bombardements, les sanctions économiques, les « regime change », l’extra-territorialité de leur législation, leurs intérêts nationaux et ceux de leur allié israélien, ils créent plus de chaos sur la planète qu’ils ne résolvent de problèmes.

2 – Concernant la politique proche et moyen orientale US, il est clair que c’est l’opposition à l’Iran, dans le souci de protéger l’allié israélien qui explique, avant tout, l’ingérence US en Syrie. La lutte contre Daesh n’a été qu’un prétexte commode pour s’incruster, sans y être invité, dans le pays et tenter de le diviser, d’en changer la gouvernance et d’en redessiner les frontières (2).

3 – S’agissant de la Syrie, la collusion parfaite USA-UK-FR s’est construite autour de l’allié commun : Israël. Concrètement, cette collusion a été rendu possible par l’action des puissants lobbies transnationaux pro-Israël sur la gouvernance de ces trois pays et sur le noyautage de leur appareil d’Etat par des sayanims efficaces. Il ne faut pas oublier, à cet égard, le rôle déterminant joué par ces lobbies dans les élections, rôle qui ne peut échapper qu’aux naïfs, et les « retours sur investissement » que ces lobbies obtiennent, une fois les élections gagnées, de ceux dont ils ont assuré la victoire …

4 – Enfin, il est curieux qu’avec les moyens performants dont on dispose au 21ème siècle, aucun des grands Etats ne se soit penché sérieusement sur l’identification et la dénonciation de ceux qui ont suscité, encouragé, financé, armé, instrumentalisé l’Etat Islamique et le terrorisme de l’Islam radical en Syrie, dans l’espoir de faire tomber Bachar el-Assad. Serait-ce que ces grands Etats étaient beaucoup trop impliqués dans ce type d’actions peu reluisantes ?

(1)Source pour les bombardements : Statistiques publiées par le «Combined Forces Air Component Commander 2013-2018 » Airpower Statistics
https://www.afcent.af.mil/Portals/82/Documents/Airpower%20summary/(U)%20APPROVED%20Dec%202018%20APS%20Data.pdf?ver=2019-02-08-022732-933

 (2) Sur ce sujet précis, le lecteur non initié pourra lire ou relire :
https://reseauinternational.net/usa-syrie-france-israel-pour-mieux-comprendre-le-conflit-syrien-general-2s-dominique-delawarde/

*Source : IVERIS

Par le général (CR) Dominique Delawarde, sur France-Irak Actualité :

Iran : témoignage concernant la Conférence Internationale de Téhéran sur les questions de Défense et de Sécurité en Asie de l’Ouest

Bilan annuel 2017 des bombardements US

Guerre USA-Iran ? Le vote du Congrès US

14 décembre 2018

∆ Violences policières : “Il y a derrière chaque blessure une industrie qui tire des profits”

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 11
SOCIÉTÉ

Par Mathieu Dejean – 12/12/18 17h27

Source : https://amp.lesinrocks.com/2018/12/12/actualite/violences-policieres-il-y-derriere-chaque-blessure-une-industrie-qui-tire-des-profits-111151464/
 
∆ Violences policières : “Il y a derrière chaque blessure une industrie qui tire des profits” dans Outils/Bon à savoir

Le chercheur et militant anti-sécuritaire Mathieu Rigouste, auteur de “La Domination policière” (éd. La Fabrique, 2012), analyse la répression sévère du mouvement des “gilets jaunes” et du mouvement lycéen ces dernières semaines, qui a fait des centaines de blessés et des dizaines de mutilés.

Le bilan du maintien de l’ordre est particulièrement sévère : des lycéens ont été grièvement blessés au visage par des tirs de flashballs, des “gilets jaunes” ont eu la main arrachée par des éclats de grenades assourdissantes GLI-F4, 162 personnes ont été prises en charge par l’AP-HP rien que le 1er décembre… Comment expliquez-vous cet usage abusif de la violence par les policiers ?

Mathieu Rigouste - La police moderne adapte sa force au statut de ses cibles, aux rapports de force et formes d’organisation qu’on lui oppose. Elle est ainsi structurée pour pouvoir monter en puissance face à des situations de “crise”. Ceci s’inscrit dans un processus socio-historique. La police française puise régulièrement dans les répertoires militaires et coloniaux des dispositifs qu’elles réagencent pour les appliquer à l’intérieur du territoire, en général contre les classes les plus opprimées. Elle expérimente ces schémas de violence en général et au quotidien contre les habitants des quartiers populaires. Il y a une circulation de savoirs et de formes de pouvoir entre les guerres néocoloniales, la ségrégation des quartiers populaires et la répression des manifestations indisciplinées.

Les lanceurs de balles de défense en sont un bon exemple : ils émergent dans le cadre de guerres coloniales en Irlande du Nord et en Palestine, ils se répandent dans les unités d’élite françaises comme des dispositifs anti-terroristes dans les années 1990, puis sont étendus aux unités “commando” de la police chargées des quartiers populaires (BAC) au début des années 2000. Ils reconditionnent enfin la répression des mouvements sociaux hors des quartiers populaires depuis les années 2010. Comme pour l’usage des grenades explosives, on assiste avec l’ère sécuritaire à un redéploiement général de la coercition et de la mutilation dans les arsenaux d’État.

Pourquoi ces arsenaux semblent-ils en perpétuel développement ?

Ce phénomène est lié à une logique économique. Le capitalisme étend les formes de misère et approfondit continuellement les inégalités, il accompagne donc logiquement les États à investir massivement dans des moyens de contrôle des classes dominées. D’autre part, la restructuration néolibérale qui s’amorce au début des années 1970 s’opère en connexion avec la constitution des grands marchés de la guerre intérieure, c’est-à-dire d’un business de la sécurité. Les formes de violence d’État qui se mondialisent dans l’ère sécuritaire ont un lien avec l’expansion des marchés liés à la guerre “en milieu urbain” et “au milieu des populations”. Matériels et munitions, formations et maintien en condition, doctrines et savoir-faire constituent des marchés majeurs où chaque guerre, chaque occupation, chaque opération militaro-policière est un laboratoire pour expérimenter de nouvelles marchandises mais aussi une vitrine médiatique pour les exposer. Il y a derrière chaque blessure, une industrie qui tire des profits. Mais ces processus se développent autour d’une logique propre à la forme de l’État et qui consiste à augmenter le niveau de la répression lorsque les rapports de force menacent sa souveraineté. Tous les États menacés par leurs peuples choisissent tôt ou tard de leur mener des formes de guerre intérieure.

En quelques jours, des vidéos ont montré des CRS matraquer des manifestants au sol alors qu’ils s’étaient réfugiés dans un Burger King, ou procéder à l’interpellation des lycéens de Mantes-la-Jolie, à genoux et les mains sur la tête. Les policiers qui commettent ces actes reçoivent-ils des ordres, ou outrepassent-ils les règles de leur propre chef ?

Dans les polices des États-nations modernes, on remarque une dialectique entre des formes d’instrumentalisation du pouvoir policier et des formes d’insularité, d’autonomisation du champ policier. Il existe ainsi des circuits hiérarchiques qui vont du haut vers le bas, en traduisant la férocité des classes dominantes dans les pratiques des policiers jusque sur les corps. Mais en même temps, la police fonctionne selon des agendas et des répertoires de discours et de pratiques qui ne sont pas dictés de haut en bas, mais qui se constituent depuis “le terrain”, qui font partie d’un “savoir-faire” professionnel, qui sont mis en œuvre par les policiers eux-mêmes.

La hiérarchie contrôle ses pratiques a posteriori, elle les corrige lorsqu’elles la gêne, elle en tolère certaines parce que les policiers construisent aussi des rapports de force à l’intérieur de la police et avec les autres institutions. Tout un pan de la pratique policière contredit systématiquement les cadres de la loi, sans que cela soit combattu par l’institution elle-même. Finalement, on remarque que l’ère sécuritaire a tendance à amplifier une forme d’instrumentalisation de l’insularité policière. Les BAC, ces unités commando largement autonomisées sont exemplaires, mais c’est toute une partie de la police contemporaine qui détient un “chèque en gris” pour mettre en œuvre les objectifs politiques du bloc de pouvoir. De ce point de vue, ni les préfectures ni le ministères ne produisent généralement d’ordre écrit ou oralement explicites pour distribuer des formes de violence extrêmes, mais ils contrôlent pourtant tout le processus institutionnel qui mène du choix des unités à leur déploiement et à leurs usages de la force.

En va-t-il de même pour les policiers de la BAC vus en train de tirer au flashball très régulièrement à hauteur de tête, et s’en prendre indifféremment à des photographes ou journalistes clairement identifiables ?

Oui, c’est un bon exemple. Théoriquement ils n’ont pas le droit, mais ces pratiques sont instituées historiquement dans le mode d’intervention et la formation “par le terrain” des unités de BAC. Dans les quartiers populaires et en particulier contre les corps pauvres et non-blancs, les “baqueux” emploient le tir tendu et la visée niveau tête comme des dispositifs réguliers de leur panoplie. Lorsqu’on déploie toutes les unités BAC de Nuit de banlieue le 8 décembre 2018 en les dopant avec un discours martial faisant peser sur leurs agents la menace d’être tués, il n’y a pas besoin de leur donner de consignes pour blesser, on sait très bien à quel régime de violence on donne la possibilité d’exister. Le bloc de pouvoir cherche plutôt à ce que cette férocité produise le coût médiatico-politique le plus faible. Et comme sur tant de sujets, il se plante régulièrement.

Les caractéristiques du mouvement des “gilets jaunes”, qui n’a pas de porte-parole, pas de service d’ordre, qui fait converger les colères, qui est très mobile et s’en prend aux beaux quartiers, expliquent-elles la répression particulièrement violente dont il fait l’objet ?

Oui, sans doute, mais pas à elles seules. Ces formes difficiles à contrôler et à gouverner, cette imprévisibilité et ce rapport décomplexé et festif à la violence contre les symboles de l’État et du capitalisme, le font cibler comme un objet à soumettre, à domestiquer, mais pas encore forcément à abattre. La présence de strates supérieures des classes populaires, d’une petite bourgeoisie précarisée et notamment d’un grand nombre de personnes identifiées comme blanches a jusqu’ici contenu l’usage de la mise à mort policière.

Le processus qui consiste à propager la figure médiatique de “casseurs de banlieue” sert de ce point de vue aussi bien à délégitimer les usages populaires de formes d’autodéfense et de contre-attaques collectives qu’à préparer les esprits à l’emploi de dispositifs nécropolitiques, c’est-à-dire où la mise à mort est une condition de possibilité.

Que dire de l’appareil répressif “exceptionnel” mobilisé le 8 décembre à Paris ? On a vu notamment des blindés de la gendarmerie encadrer très tôt la manifestation, la police à cheval lancer des offensives contre les manifestants, un hélicoptère survoler la capitale… Quel est l’objectif ? Faire peur ? Restaurer l’autorité de l’État ?

Les formes de pouvoir déployées en décembre 2018 s’inscrivent dans le processus de restructuration néolibérale. Elles s’intègrent normalement dans la grille de lecture contre-insurrectionnelle qui domine la gouvernementalité sécuritaire. Selon cette dernière, la “population” doit être le lieu et la cible d’une guerre contre toutes les subversions. Après une première phase d’accompagnement médiatique et politique censé le rendre inoffensif, certaines dimensions du mouvement des “gilets jaunes” se sont rendues incontrôlables.

Le mouvement a dès lors été reconstruit médiatiquement et politiquement comme un milieu de prolifération de menaces qu’il faudrait purger. Après avoir distribué du sérum physiologique, la police l’aborde désormais comme une masse où il faut éviter de tuer mais dont on peut exceptionnellement neutraliser des éléments, que l’on peut muiler régulièrement et qu’il faut frapper largement. L’État se restructure à travers les crises qu’engendre le système de production capitaliste. Dans l’ère sécuritaire, il se redéploie à travers l’expérience de la guerre policière.

De même, que penser de l’arrestation de Julien Coupat ? Se fonde-t-elle sur des éléments objectifs, ou sert-elle simplement de symbole, puisqu’il est connu pour être une figure de “l’ultragauche” ?

Son arrestation est un geste symbolique, il s’agit de montrer que le souverain peut se saisir de qui il veut, et quand il veut. Il s’agit aussi de manipuler la figure de l’ennemi intérieur “anarcho-autonome” pour justifier la militarisation relative de la répression. Cela intervient aussi dans un récit fictif où le souverain se saisit d’une figure du “chef ennemi”, qu’il a lui-même construite, au terme d’une joute virile qu’il a mise en scène et qui doit le rétablir dans son honneur. Il n’est pas impossible que certaines fractions du renseignement politique croient fermement que Julien Coupat dirigerait dans l’ombre des réseaux d’activistes qui se trouveraient ainsi dépeuplés parce qu’un seul être leur manque. De ce point de vue, il semble qu’ils ne comprennent absolument rien à la défiance généralisée contre la figure du chef qui traverse les combats contemporains pour l’émancipation.

On a vu apparaître ce 8 décembre la notion de “casseurs présumés” : des centaines de personnes ont été interpellées de manière préventive, avant même d’atteindre Paris, ou au petit matin (au total, 820 personnes majeures ont été placées en garde-à-vue, dont 80% sont sortis sans procédure judiciaire, ou avec un simple rappel à la loi). Comment interprétez-vous cela ? Est-ce un effet de l’instauration de l’état d’urgence au cours des dernières années ?

Ce n’est pas l’état d’urgence qui en est responsable mais c’est son instauration puis l’institution d’une partie de ses dispositifs dans la loi qui permettent le développement de ce type de pratiques. Tout comme l’arrestation de militants prétendument “connus des services”, cela participe au rodage d’une mécanique de pouvoir appelée à devenir de plus en plus déterminante dans l’ère sécuritaire. Celle-ci consiste à se saisir d’une “menace” avant qu’elle se produise. Les arrestations préventives, issues des technologies antiterroristes et qui étaient spécifiquement employées dans le cadre de la “lutte contre l’islamisme”, ont été élargies à la gestion des mouvements sociaux en dehors des quartiers populaires pendant la lutte contre la loi travail. Cela participe d’une sorte d’accélération d’un pouvoir répressif cherchant à pouvoir intervenir où il veut, et quand il veut.

Un collectif d’avocats a demandé par un courrier au ministre de l’intérieur de “renoncer à l’usage des grenades GLI-F4”. La France est par ailleurs le seul pays d’Europe à utiliser des munitions explosives lors d’opérations de maintien de l’ordre. Pourquoi cette exception ?

Chaque régime de pouvoir équilibre à sa manière des dispositifs de terrorisation et de séduction, de coercition et de mystification, de dissuasion ou de divertissement. Cela est lié à la place et au rôle des industries militaires et sécuritaires dans l’histoire d’un État, au statut de la violence dans la culture d’une société. En décembre 1960, des grenades explosives ont été utilisées massivement contre les manifestations et les révoltes des colonisés algériens. C’est sans doute même l’une des expérimentations fondatrices de soumission par la grenade explosive. On a relevé, déjà à l’époque, de nombreuses blessures et des mutilations identiques à celles d’aujourd’hui, sur le corps des Algériennes et des Algériens. Il faut croire que la mutilation et la destruction des corps dominés et rebelles occupe une place particulière dans la structuration historique de l’État français.

Après l’escalade de violence de ces derniers jours, à quoi peut-on s’attendre pour la suite ?

La recherche en sciences sociales n’a pas pour but de prédire quoi que ce soit. Tout ce qu’on peut affirmer c’est qu’un système qui élargit continuellement les formes de misères et les inégalités se confrontera toujours à des révoltes, et qu’il tentera de soumettre ces révoltes pour empêcher qu’elles prennent la forme d’un processus révolutionnaire. C’est parfois en s’investissant dans la répression féroce que l’Etat contraint des soulèvements populaires à devenir révolutionnaires. Le bloc de pouvoir cherchera sans doute à acheter et séduire ses opposants, à multiplier les dissociations et les divisions à l’intérieur du mouvement, il fabriquera sans doute des représentants, il accompagnera sûrement l’émergence de “partis politiques” ou d’interlocuteurs “pacifiques” avec lesquels négocier, il cherchera probablement à multiplier les dispositifs visant à faire sous-traiter la répression par des strates du mouvement et des classes populaires, à faire participer des “gilets jaunes modérés” ou des “citoyens vigilants” au rétablissement de l’ordre social.

Si ça ne suffit pas, ce sera sans doute accompagné d’une montée en puissance des moyens répressifs, sur un plan militarisé. Mais personne n’avait prévu ce mouvement, et c’est peut-être l’une des choses les plus importantes qu’il démontre. Dans l’ère sécuritaire, le champ de bataille socio-historique est complètement instable. Dans les interstices des dominations quotidiennes, des “monstres” surgissent en chantant. L’État et les classes dominantes peuvent faire le choix d’accompagner la mise en place d’un régime néofasciste pour les sauver, mais les forces de l’émancipation collective sont aussi capables de renverser tout l’ordre des choses. L’avenir dépendra notamment de notre capacité à nous organiser pour le créer nous-mêmes.

Propos recueillis par Mathieu Dejean

Mathieu Rigouste, La domination policière : Une violence industrielle, La Fabrique, 208 pages — 15 euros, 2012

7 mars 2015

¤ Energie dirigée : Un rayon laser Loockheed-Martin détruit un camion à plus d’un kilomètre

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 07

 

 

 

Les rayons lasers ont toujours fait l’objet de fantasmes dans la science-fiction, qu’ils soient utilisés comme projectiles dans Star Trek ou comme sabre dans Star Wars. Mais la réalité rattrape parfois la fiction, et le fabricant d’armes américain Lockheed Martin en fait ici la démonstration. Son projet ATHENA (pour Advanced Test High Energy Asset) a été testé sur une camionnette placée sur une plate-forme, un rayon laser d’une puissance de 30 kW qui a totalement détruit son moteur et sa direction en une fraction de seconde.

 

Si cet essai est un succès, la technologie est terriblement difficile à contrôler, de par la nature même d’un laser. L’entreprise explique que son manque de précision, sa consommation d’énergie et les difficultés liées à son refroidissement en font une arme tactique délicate à mettre au point. Les chercheurs sont alors parvenus à contenir ces phénomènes en utilisant des modules de fibre optique couplés à des matériaux rares, tels que l’erbium, ytterbium ou encore le néodyme.

 

Le directeur de la technologie chez Lockheed, Keoki Jackson, explique ainsi que « le laser a fibre optique est en train de révolutionner les systèmes à énergie dirigée ». L’avenir du laser semble alors tout tracé, surtout après un succès : « ce test représente la prochaine étape pour la fourniture de systèmes d’armes laser légères et robustes pour les avions militaires, hélicoptères, des navires et des camions ».

 

Par Maximilien de Léséleuc5 MARS 2015 17:30 – Source: Tom’s Guide FR |

Source : http://www.tomsguide.fr/actualite/rayon-laser-lockeed-martin,46684.html

lockheed-martin-laser-truck

 

 

 

 

 

 

 

21 septembre 2014

¤ Terminator: guerres des machines en vue

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 13 : 19

Source : http://www.paperblog.fr/5937217/terminator-guerres-des-machines-en-vue/

NDÜ : et comme ça (avec des robots autonomes et qui se rechargent tous seuls comme des grands) ce sera plus facile de supprimer 90% de la population mondiale en appuyant sur un bouton le moment venu…

Publié le 25 novembre 2012 par Eldon
terminator 00316662 Terminator: guerres des machines en vue

© Inconnu

Pour l’instant, ce ne sont que des drones: des petits avions guidés à distance. Demain les machines de guerre s’affronteront entre elles ou affronteront directement les humains.

La guerre des machines est en vue: Le Terminator est une arme qui pourrait être opérationnelle d’ici vingt ou trente ans. Un « robot tueur » qui n’est pas télécommandé, mais entièrement autonome.

Vous le programmez pour « nettoyer » un immeuble, avec autorisation de tuer tous les êtres humains de plus de 1,30 m s’y trouvant : ensuite, il se débrouille. Ou bien, si c’est un drone, vous l’envoyez au dessus d’un champ de bataille, il détecte tous les véhicules ennemis et les détruit un par un.

Les machines remplaceront désormais  les soldats. Les guerres ne seront que plus faciles à déclencher. Et les machines n’ont pas d’états d’âme. Le soldat parfait.

« Ces armes ne sont pas sans poser des questions éthiques. Lundi, plusieurs ONG et prix Nobel de la paix ont lancé un appel pour une « interdiction préventive » et mondiale des armes autonomes.

Human Rights Watch, International Human Rights Clinic et la Nobel Women’s Initiative ont lancé à Washington une campagne pour alerter l’opinion sur ces robots tueurs alors que des gouvernements ont déjà commencé à en développer.

Les robots n’ont pas d’états d’âme

Le terme « arme pleinement autonome » désigne un robot capable d’exécuter une mission sans aucune intervention humaine. Un tel engin est capable de se mouvoir indépendamment, s’adapter à un terrain et un environnement spécifique et faire usage d’un système létal de manière autonome.

C’est donc un algorithme et non un cerveau humain qui décide de la préservation ou de la destruction d’une cible, éventuellement humaine. Il a un grand avantage pour les militaires : il n’hésite pas à tuer.

Contrairement à ce que l’on voit dans les films de guerre, les militaires ont tendance à éviter, quand ils le peuvent, de tuer. Ils tirent peu, et quand ils le font, ils peuvent mal viser.

La formation des soldats vise justement à casser ce conditionnement pour les rendre capables de tuer. Les robots, eux, ne posent pas ce « problème » aussi vieux que la guerre. (more…)

¤ Ebola, le Pentagone va en profiter pour se déployer encore plus en Afrique

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 13 : 07

Source : http://www.afrique-asie.fr/menu/afrique/8262-ebola-le-pentagone-s-installe-en-afrique.html

Par : Manlio Dinucci

Publié le : 18/09/14

Washington annonce la naissance d’un centre de commandement militaire au Liberia.

¤ Ebola, le Pentagone va en profiter pour se déployer encore plus en Afrique dans Politique/Societe ebola

Face à l’« épidémie sans précédent d’Ebola, qui se répand de façon exponentielle en Afrique occidentale », le président Obama a annoncé que « à la demande du gouvernement libérien », les Etats-Unis établiront « un centre de commandement militaire au Liberia ». Il s’agit d’un « quartier général de commandement de la force conjointe » spécifie le Commandement Africa des Etats-Unis (dont l’ « aire de responsabilité » couvre tout le continent, sauf l’Egypte). Le quartier général, aux ordres du général Darryl Williams (déjà sur le terrain au Libéria) disposera d’au moins 3000 militaires étasuniens, d’un pont aérien et d’un centre de tri au Sénégal. C’est ce quartier général qui exercera la fonction de « commandement et contrôle » de l’opération internationale anti-Ebola, qui prévoit l’envoi de personnel médical et d’hôpitaux de campagne. Selon Obama, c’est « un exemple de ce qui se passe quand l’Amérique prend le leadership pour affronter les plus grands défis mondiaux ». Qu’il a listés dans son récent discours urbi et orbi, affirmant que seule l’Amérique a « la capacité et la volonté de mobiliser le monde contre les terroristes de l’Isis », de « battre le rappel mondial contre l’agression russe », et de «contenir et anéantir l’épidémie d’Ebola ».

Même si la possibilité qu’Ebola se diffuse aux Etats-Unis est extrêmement basse, a souligné Obama dans le discours qu’il a prononcé au Centre de contrôle et de prévention des maladies[1] à Atlanta (Georgie), en Afrique occidentale il a provoqué la mort de « plus de 2400 hommes, femmes et enfants ». Evénement certes tragique, mais limité si on le rapporte au fait que l’Afrique occidentale a une population d’environ 350 millions d’habitants et toute la région sub-saharienne presque 950 millions. Si l’on pense que chaque année meurent dans la région à cause du sida plus d’un million d’adultes et d’enfants ; que la malaria provoque chaque année plus de 600 mille morts, en majorité chez les enfants africains ; que dans l’Afrique sub-saharienne et dans l’Asie méridionale la diarrhée tue chaque année environ 600 mille enfants (plus de 1600 par jour) de moins de cinq ans. (more…)

14 juin 2014

¤ Le nouveau capitalisme criminel (livre par Jean-François Gayraud, commissaire de police et criminologue)

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 54

Source : http://www.bastamag.net/Face-a-la-dimension-criminelle-de

CAPITALISME

« Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices »

PAR AGNÈS ROUSSEAUX 5 JUIN 2014

¤ Le nouveau capitalisme criminel (livre par Jean-François Gayraud, commissaire de police et criminologue) dans Outils/Bon à savoir arton4144-7bc57

Et si la crise financière était une vaste fraude ? Dérégulé à l’excès, le capitalisme comporte des incitations au crime et à la fraude absolument inédites, explique Jean-François Gayraud, commissaire de police et criminologue. Il pose dans son ouvrage Le nouveau capitalisme criminel un diagnostic décapant : les responsables politiques sont dans le déni ou l’aveuglement, les acteurs de la fraude de 2008 sont aujourd’hui revenus dans le jeu, les lois votées pour tenter de réguler le système financier n’ont rien changé, et des techniques comme le trading haute fréquence échappent à tout contrôle. Il y a urgence à reprendre en main un système économique devenu criminogène, avec ses dérives frauduleuses et prédatrices. Entretien.

Basta ! : Vous analysez les crises financières au prisme de la criminologie. Pour vous, la crise de 2008 est-elle due à des comportements criminels ?

Jean-François Gayraud [1] : Le nouveau capitalisme qui se développe depuis les années 80 comporte des incitations et des opportunités à la fraude d’une ampleur inédite. L’alliance entre la financiarisation, la dérégulation et une mondialisation excessives forme un cocktail explosif. La criminalité est l’angle mort de la pensée économique, un impensé radical, et ce depuis le 18ème siècle. Cela avait peu de conséquences durant le capitalisme fordiste et keynésien, plus régulé. Désormais, cet impensé est mortifère. On nous explique que cette crise financière des subprimes est liée à un simple dysfonctionnement des marchés : comme si, une fois ce dysfonctionnement disparu, on reviendrait à une situation à peu près normale. Je tente de combler cette erreur de diagnostic en analysant les mutations du capitalisme à la lumière de la criminologie [2].

Il ne s’agit pas d’être « mono-causal » et de tomber dans la théorie du complot. Mais simplement de montrer qu’il y a dans ce capitalisme une dimension criminogène qui n’est ni marginale ni folklorique. « Criminogène » ne veut pas dire criminel. Cela signifie simplement que ce système a des potentialités et des vulnérabilités à la fraude, qui étaient jusqu’à présent inconnues. On voit que toutes les crises financières depuis les années 1980 ont été causées par des bulles immobilières et boursières en parties nées de fraudes systématiques. Au point que désormais, la fraude fait système. (more…)

4 juin 2014

¤ Militarisation de la lutte contre la criminalité, notamment cyber…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 06

Source : http://www.voltairenet.org/article182979.html

LOI DE PROGRAMMATION MILITAIRE

L’État français est-il en guerre contre les Français ?

par Jean-Claude Paye

La loi de programmation militaire française étend les pouvoirs des Armées à la « la prévention de la criminalité ». Ce faisant, elle abroge, sur le modèle de ce qu’ont fait les États-Unis après le 11-Septembre, la distinction classique entre défense et sécurité intérieure, entre armée et police. Du coup, elle soumet les citoyens français à un régime de surveillance autrefois réservé à des agents d’une puissance étrangère.

RÉSEAU VOLTAIRE | BRUXELLES (BELGIQUE) | 26 MARS 2014
¤ Militarisation de la lutte contre la criminalité, notamment cyber... dans Outils/Bon à savoir ligne-rouge
JPEG - 19.5 ko
Jean-Yves Le Drian (ministre de la Défense) et Manuel Valls (ministre de l’Intérieur)

L’espionnage massif de ses citoyens par les services secrets d’un pays est aujourd’hui devenu la norme. À la faveur de la « lutte contre le terrorisme », la notion de guerre s’est introduite dans le Code pénal de l’ensemble des pays occidentaux. La dernière loi française de programmation militaire, qui vient d’être promulguée le 19 décembre 2013 [1], s’inscrit dans cette tendance de fusion du droit pénal et du droit de la guerre. Elle illustre une évolution du droit occidental qui, tout en concentrant l’ensemble des pouvoirs aux mains de l’Exécutif, place l’exception à la place de la norme et pose l’anomie comme base de reconstruction d’un nouvel ordre de droit. Cette mutation enregistre la fin d’une organisation, propre à la forme nationale de l’État, basée sur l’articulation de deux systèmes relativement séparés, État de droit à l’intérieur du pays et violence pure à l’extérieur.

Une loi militaire comme « prévention de la criminalité »

La loi de programmation militaire sert habituellement à encadrer les budgets des forces militaires de l’Hexagone. Cette année, elle sort du cadre de la défense pour englober « la lutte contre le crime ». Portant diverses dispositions, concernant à la fois la Défense et la Sécurité nationale, elle comprend un article 20 (l’ancien article 13) qui étend les pouvoirs de surveillance des autorités administratives françaises à « la prévention de la criminalité », fusionnant ainsi droit de la guerre et droit pénal en généralisant la tendance déjà imprimée par la lutte « antiterroriste » à l’ensemble du champ pénal. En visant génériquement la « prévention de la criminalité », ce régime s’appliquera à toutes les infractions. En soumettant les citoyens français à un régime de surveillance autrefois réservé à des agents d’une puissance étrangère, la loi ne sépare plus intérieur et extérieur de la nation et ne distingue plus infraction pénale et gestion de l’hostilité. Ce processus omniprésent n’est pas seulement identifiable à l’intérieur du pays, mais aussi au niveau des conflits internationaux. Les engagements de la France en Libye et en Syrie procèdent à une indifférenciation entre action de guerre et fonction de police. La guerre n’est plus engagée, afin de se défendre ou de procéder à une conquête, mais pour « punir un dictateur ».

Afin de procéder à cette fusion du pénal et du militaire, la loi de programmation évince le pouvoir judiciaire et concentre les pouvoirs aux mains de l’exécutif. Non seulement le troisième pouvoir est totalement contourné, mais le seul dispositif de contrôle a posteriori(Commission de contrôle des écoutes et interceptions) relevant de l’Exécutif ne pourra émettre qu’une « recommandation » au Premier ministre .

La collecte de données porte sur les numéros de téléphone, les adresses IP, ou les listes de contact de correspondants téléphoniques, ainsi que sur les données de géolocalisation en temps réel. Seulement dans ce dernier cas, l’autorisation préalable du Juge des libertés ou de la CNCIS, l’autorité de contrôle relevant du pouvoir Exécutif, reste nécessaire. (more…)

2 juin 2014

¤ Vaccination bidon : les USA avouent !

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 23

Source : http://www.crashdebug.fr/index.php/sciencess/8834-la-maison-blanche-admet-avoir-mis-en-scene-une-operation-de-fausse-vaccination-pour-collecter-de-l-adn

La Maison Blanche admet avoir mis en scène une opération de fausse vaccination pour collecter de l’ADN

vaccin_pakistan.jpg

Mike Adams, Natural News

27 mai 2014

La Maison Blanche a officiellement admis que des programmes de fausse vaccination ont été pratiqués par les US comme prétexte pour voler secrètement des échantillons d’ADN, dans le cadre de la soi-disant « lutte contre le terrorisme ». Le but du procédé, réalisé au Moyen-Orient, était d’utiliser l’analyse d’ADN pour identifier de prétendus terroristes qui deviendraient ensuite des cibles à abattre.

Comme le rapportait le New York Times en 2011, « Dans les mois précédant l’assassinat d’Osama Ben Laden, la CIA a mené un programme bidon de vaccination à Abbottabad, au Pakistan, comme un subterfuge dans le but d’obtenir des preuves ADN de membres de la famille de Ben Laden qui étaient supposés se terrer là-bas dans un camp ».

« Des agents de la CIA recrutèrent un médecin pakistanais expérimenté pour organiser une campagne de vaccination à Abbottabad, en démarrant le « projet » dans un quartier plus pauvre de la ville pour le faire paraître plus authentique », rapporte leGuardian.

Cette méthode, dévoilée pour la première fois en 2011, est une première dans l’histoire d’un gouvernement américain forcé d’admettre qu’il se sert d’une activité de « santé publique » pour récolter secrètement et illégalement de l’ADN de gens juste pour tenter d’assassiner une seule personne.

Comment exactement un programme de vaccination pourrait récolter de l’ADN des gens ? Ce n’est vraiment pas difficile. Comme l’explique le Guardian, « des infirmières ont été formées à aspirer du sang dans l’aiguille en administrant le produit ».

La Maison Blanche dit qu’elle va arrêter d’utiliser les fausses vaccinations pour collecter l’ADN et tuer les gens

Aujourd’hui la Maison Blanche dit qu’elle ne se servira plus de campagnes vaccinales comme tactiques pour la « guerre anti-terroriste ». Et les habitants du monde sont supposés faire automatiquement confiance à cette promesse même si elle provient du régime même qui a été la première à mener une opération trompeuse de vaccination

C’est presque comme si la Maison Blanche disait, « Ouais, nous avons mené une opération de fausse vaccination ; nous avons récupéré de l’ADN de vos enfants ; nous vous avons menti sous prétexte de santé publique et nous avons été pris la main dans le sac…mais maintenant vous pouvez nous croire ! Nous en faisons la promesse ! »
Cette promesse apparemment ridicule vient de faire surface cette semaine dans le cadre d’une annonce de la Maison Blanche selon laquelle les US « ne se serviraient pas de programmes de vaccination pour des opérations d’espionnage », selon Yahoo News. (more…)

10 mai 2014

¤ Rompre avec le PS (Viktor Dedaj)

Classé dans : Fun,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 59

Source : http://www.legrandsoir.info/cette-epuisante-sensation-de-courir-dans-l-eau-plaidoyer-pour-rompre-definitivement-avec-le-ps.html

NdÜ : Nous mettons cet article parce que nous le trouvons bon

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)

¤ Rompre avec le PS (Viktor Dedaj) dans Fun arton20940-e4b5e
Viktor DEDAJ

Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ?

Préambule défoulant :

Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, ni vos commentaires.

Je ne supporte plus vos promesses, vos analyses, vos décisions, votre éducation, votre culture, votre économie, votre politique, vos médias.

Socialistes, je ne vous supporte plus ni en peinture, ni en photo, ni en dessin.

Voilà, c’est écrit, c’est annoncé, c’est officiel. (P’tain, qu’est-ce que ça fait du bien.)

Le PS est-il encore fréquentable ?

Cela n’a pas toujours été le cas, croyez-moi. Je me souviens encore lorsque, membre du PCF, nous collions dans les rues les affiches de la section locale du PS qui n’avait – paraît-il – pas vraiment de militants pour ça. On se moquait d’eux, c’est vrai, mais c’était comme on se moque d’un copain qui vient à un week-end de randonnée avec des chaussures de ville. Ce côté décalé, légèrement à côté de la plaque, maladroit mais plein de bonne volonté. Sa souffrance à aller de l’avant finit par faire de la peine, et tout le monde ralentit pour l’attendre. On lui prêterait bien une paire de chaussures de marche, mais qui aurait pensé que… ? En tous cas, c’est comme ça que je voyais les choses.

C’est dire si je les connaissais mal.

Comprenez-moi bien : ce n’est pas leur positionnement politique stricto sensu que j’ai fini par haïr, après tout, il m’arrive de trouver des gens « sympas » de pratiquement tous les bords politiques. Engueulez-moi si vous voulez mais, dans le camp adverse, j’ai une petite affection pour Bayrou, par exemple. Je crois que c’est un type bien, comme on dit. Ah, on sera probablement jamais membres du même parti, mais j’aime les gens cultivés (il l’est), propres sur eux (il le paraît), aux véritables convictions (il me semble). C’est quelqu’un, divergences politiques mises à part, qui m’inspire confiance, avec qui j’aurais envie de discuter un brin. Oui, je sais, je peux me tromper, mais en attendant, c’est comme ça.

Eux par contre… plus jamais. Non, ce qui me débecte chez eux, c’est leur façon d’être, leurs façons de faire, ce sentiment, à l’origine diffus mais qui a pris corps, qu’ils ne sont jamais ce qu’ils prétendent être (qui n’est déjà en soi pas toujours reluisant). Ce sentiment que tous leurs propos (notamment pré-électoraux) sont contrôlés par une partie de leur cerveau qui a coupé tout contact avec la partie qui contrôle leurs faits et gestes. (more…)

8 mai 2014

¤ Vie artificielle, manipulation du vivant…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 59

Sources : http://www.huffingtonpost.fr/2014/05/07/modification-adn-alphabet-elargi-bacterie-semi-synthetique_n_5282019.html?ncid=webmail_fr2

http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/27/vie-artificielle-chercheurs-chromosome-levure_n_5044611.html

http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/21/la-premiere-cellule-zombie-creee-par-des-scientifiques_n_2732063.html

Quelques articles récents…

Modification de l’ADN : l’alphabet du vivant élargi dans une bactérie semi-synthétique

Le HuffPost avec AFP  |  Publication: 07/05/2014 19h37 CEST  |  Mis à jour: 07/05/2014 19h37 CEST

Modification ADNSCIENCE – Va-t-on devoir réapprendre l’alphabet de la Vie? Une équipe américaine a créé le premier organisme vivant semi-synthétique qui élargit l’éventail de la nature peut-on apprendre mercredi 7 mai dans la revue scientifique Nature.

L’information génétique de tous les êtres vivants est écrite dans leur ADN sous la forme d’un enchaînement de quatre molécules de base, aussi appelées « lettres », qui constituent l’alphabet du vivant: l’adénine (A), la thymine (T), la guanine (G) et la cytosine (C).

Dans la structure en double hélice de l’ADN découverte il y a 60 ans par Watson et Crick, ces lettres sont organisées en deux paires de bases: A-T et C-G. Et les scientifiques viennent de réussir l’exploit d’en ajouter une troisième.

Un organisme vivant semi-synthétique

L’idée d’enrichir cet alphabet du vivant avec des paires de bases qui n’existent pas dans la nature n’est pas nouvelle.

L’équipe conduite par Floyd Romesberg (Institut de recherche Scripps, La Jolla, Etats-Unis), qui travaille sur le sujet depuis la fin des années 90, décrit mercredi dans la revue Nature le premier exemple d’un organisme vivant semi-synthétique capable d’abriter dans son ADN une paire de bases artificielle.

« Seulement deux paires de bases d’ADN, A-T et C-G, codent toute la diversité de la vie sur Terre. Ce que nous avons fait, c’est un organisme qui contient de façon stable ces deux paires de bases, plus une troisième paire, qui n’existe pas naturellement », a expliqué le Pr Romesberg.

Les chercheurs ont d’abord développé une nouvelle paire de bases, à partir de deux molécules appelées d5SICSTP et dNaMTP. Ils ont ensuite synthétisé un fragment d’ADN circulaire, un plasmide, contenant les trois paires de bases, et l’ont inséré dans des cellules d’une bactérie Escherichia coli.

De nouveaux médicaments en vue ?

A leur grande surprise, ils ont constaté que ces cellules d’E. coli pouvaient répliquer l’ADN semi-synthétique ainsi créé assez correctement. Mais les chercheurs ont toutefois dû leur donner un sérieux coup de main en trouvant un « transporteur » — fourni par une espèce de micro-algue — pour importer artificiellement les nouveaux blocs de construction moléculaire dans les cellules.

Cette limite devrait rassurer les sceptiques qui craignent l’émergence incontrôlée de nouvelles formes de vie, estiment les chercheurs. Le transporteur agit en effet comme un interrupteur: sans lui, les nouvelles bases disparaissent du génome de la cellule.

« Les tentatives d’étendre l’alphabet génétique remettent en question courageusement l’idée de la nature universelle de l’ADN, et s’exposent potentiellement aux critiques sur la sagesse d’un tel bricolage », souligne Ross Thyer et Jared Ellefson (Université du Texas) dans un éditorial également publié par la revue Nature.

La biologie synthétique pourrait avoir de nombreuses applications intéressantes, selon les chercheurs, comme de nouveaux médicaments ou de nouvelles formes de nanotechnologies.

 

Vie artificielle : des chercheurs parviennent à synthétiser un chromosome de la levure

Le HuffPost avec AFP  |  Publication: 27/03/2014 21h05 CET  |  Mis à jour: 28/03/2014 16h33 CET

SCIENCE – Des scientifiques venus du monde entier sont parvenus à produire un chromosome artificiel de la levure, une avancée majeure dans le domaine émergent de la biologie synthétique qui devrait permettre de concevoir de nouveaux médicaments, des nutriments ou des biocarburants.

Jusqu’à présent, les chercheurs n’avaient réussi qu’à fabriquer des chromosomes de bactéries et de l’ADN viral, à l’architecture beaucoup plus simple, révèle la revueScience.

Cette fois, il aura fallu sept ans d’efforts à une équipe internationale de scientifiques pour construire ce génome et attacher 273.871 paires de base d’ADN de levure (un champignon qui participe à la fabrication de la bière). Un total un peu inférieur à son équivalent naturel, qui en compte 316.667 exactement.

« De la théorie à la réalité »

L’équipe de scientifiques a en effet effectué de nombreuses altérations à la base génétique de ce chromosome, retirant notamment des parties redondantes qui ne sont pas nécessaires pour la reproduction du chromosome et sa croissance (voir le schéma ci-dessous).

chromosome levure

Les segments jaunes ont été retirés et chaque endroit épinglé a été modifié 

« Notre recherche a fait passer la biologie synthétique de la théorie à la réalité », a estimé Jef Boeke, directeur de l’Institut des systèmes génétiques au centre médical Langone de l’Université de New York, qui a dirigé ce projet de recherche publié en ligne jeudi dans la revue américaine Science.

Selon lui, « ces travaux représentent le plus grand pas d’un effort international pour construire le génome complet d’une levure synthétique ».

Un chromosome amélioré artificiellement

Ce chromosome eucaryote (une structure qui contient les gènes dans le noyau des cellules de tous les végétaux et animaux), qui a donc subi des modifications sans précédent, a été ensuite intégré dans des cellules vivantes de levure de bière.

Ces dernières se sont comportées très normalement mais possédaient de nouvelles propriétés qui n’existent pas dans la levure naturelle, ont souligné les chercheurs, précisant que la levure possède 16 chromosomes au total, contre 23 pour l’être humain.

« Nous lui avons appris quelques nouveaux tours en ajoutant des gadgets spéciaux dans ce chromosome. Modifier le génome revient à faire un pari car un changement inapproprié peut tuer la cellule », a encore expliqué le professeur Boeke.

« Nous avons procédé à plus de 50.000 changements dans le code ADN du chromosome et notre levure est toujours vivante, ce qui est remarquable », s’est-il félicité.

Nouvelles bières ?

Fort de cette technique de ré-assemblage de ce chromosome, ces scientifiques vont à présent pouvoir manipuler le génome de la levure pour lui donner certaines propriétés. Ainsi, il devrait être désormais possible de développer des variétés synthétiques de levure capables de fabriquer des médicaments rares ou de produire certains vaccins, dont celui contre l’hépatite B qui est dérivé de la levure.

Ces levures artificielles pourraient aussi être utilisées pour doper le développement de biocarburants plus efficaces, ou plus simplement de bière. Interrogé par le site américain Popular Mechanics, Christ Baugh, un ancien brasseur devenu chercheur à la Sierre Nevada Brewing Company juge que le potentiel de cette découverte est énorme.

« Personnellement, je suis plus enthousiasmé par cette découverte que par tous les progrès que je vois arriver dans l’industrie de la brasserie », explique-t-il. Selon lui, la moitié du goût d’une bière dépend du type de levure utilisée, mais elles ne fermentent pas toutes de la même manière et produisent des résultats inégaux.

« Si l’on pouvait produire des levures sur mesure, en prenant en compte le codage génétique des molécules qui influent sur le goût, on crée la possibilité de produire en mass des bières aux particularités encore inconnues », conclut le brasseur.

Une cellule zombie mise au point par des chercheurs américains

Le HuffPost  |  Publication: 21/02/2013 14h22 CET  |  Mis à jour: 21/02/2013 16h55 CET

130208_zombied_silica
SCIENCE – C’est une information qui devrait ravir les amateurs de série Z. Des scientifiques sont parvenus à créer pour la toute première fois une cellule zombie.

En clair, il s’agit d’une cellule morte, mais toujours en fonction. Une première mondiale dont les résultats ont même surpassé les espérances des chercheurs puisque la cellule morte s’est avérée plus performante que de son vivant. De quoi ouvrir la porte à toutes les extrapolations apocalyptiques.

Pour réaliser leur affaire, les scientifiques du Laboratoire National de Sandia et de l’Université du Nouveau-Mexique ont eu recours à une technique originale. Celle-ci consista à enduire des cellules de mammifères d’une solution de silice (le principal composant de l’écorce terrestre) pour former une sorte de blindage perméable autour de la membrane de la cellule vivante, et permettre ainsi aux chercheurs de confronter la cellule à des températures et des pressions inimaginables pour une cellule vivante.

Un vaste éventail d’applications potentielles

Ainsi chauffée, à près de 400°C, la matière organique de la cellule s’évapore et laisse dans la silice une réplique tridimensionnelle des structures minéralisées et des fonctionnalités complexes de l’organisme vivant qu’elle était avec une précision quasi atomique, tout en préservant la spirale de l’ADN cellulaire.

Étonnamment, la cellule morte reste capable d’effectuer certaines de ses anciennes fonctions. Et dans certains cas, elle serait même supérieure à son ancêtre biologique grâce aux propriétés de la silice qui lui permettent de résister à des températures et des pressions qu’elle n’aurait jamais pu endurer de son vivant.

« Nos cellules zombies jettent un pont entre la chimie et la biologie en créant des cellules qui, non seulement ressemblent comme deux gouttes d’eau à elles-mêmes mais sont aussi capables de travailler sans relâche », a notamment déclaré Bryan Kaehr, l’un des scientifiques qui a mené l’étude.

Si l’on est encore loin de voir défiler des hordes de zombies dans nos villes, les scientifiques pourraient, à l’avenir, utiliser ces structures de silice pour améliorer les performances de certains produits dans les secteurs environnementaux et de la décontamination.

14 avril 2014

¤ 2014 : année de la fin du leadership US sur le monde … ou de la fin du monde ?

Classé dans : Complots prouvés,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 27

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/04/13/resistance-politique-fin-de-lempire-ou-fin-du-monde-paul-craig-roberts/

Résistance politique: Fin de l’empire ou fin du monde ?… (Paul Craig Roberts)

La fin des Etats-Unis ou du monde est-elle proche ?

Ce sera l’un ou l’autre

 

Paul Craig Roberts

 

9 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/09/us-world-coming-end-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

2014 prend la tournure de l’année du retour de bâton pour les Etats-Unis.

Deux pressions majeures montent sur le dollar US. L’une provient de la capacité diminuée de la réserve fédérale à plomber le prix de l’or alors que les stocks d’or de l’occident se contractent et de la connaissance par le marché du fait de l’élargissement du plombage du prix de l’or illégal par le fed. La preuve en est qu’il y a des sommes très importantes de transactions à très courts termes qui sont larguées dans le marché des futurs papiers de l’or à une période où l’échange est mince et sans équivoque. Il est devenu plus qu’évident que le prix de l’or est truqué dans les marché futurs afin de protéger la valeur du dollar des méfaits des QE (Quantitative Easings).

L’autre pression provient des stupides menaces de sanctions du régime Obama sur la Russie. Les autres pays ne veulent plus supporter l’abus de Washington sur le standard mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux pays qui résistent à son hégémonie politique.

La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l’ai rapporté ainsi que Peter Koenig ici:http://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm

La Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Par conséquent, la Russie fera son commerce, incluant les ventes de pétrole et de gaz naturel à l’Europe, en roubles et dans des monnaies de ses partenaires du BRICS.

Ceci veut dire une grosse baisse dans la demande pour le dollar et donc une baisse en conséquence de sa valeur.

Comme John Williams de shadowstats.com l’a clarifié, l’économie n’a pas du tout récupéré de la chute de 2008 et s’est même affaiblie plus avant. La vaste majorité de la population américaine est pressurisée par le manque de croissance de revenus depuis des années. Comme les Etats-Unis sont maintenant une économie dépendante de ses importations, une chute de la valeur du dollar va faire augmenter les prix domestiques et pousser les standards de vie et de consommation encore plus à la baisse.

Tous les compteurs pointent vers un échec économique des Etats-Unis en 2014 et ceci constitue la conclusion de rapport économique de John Wiliams du 9 Avril.

Cette année pourra aussi voir l’effondrement de l’OTAN voire même de l’UE. Le coup d’état inconscient de Washington en Ukraine et les menaces de sanctions contre la Russie ont poussé les marionnettes de l’OTAN sur un terrain bien dangereux. Washington a très mal évalué la réaction de l’Ukraine au renversement de son gouvernement élu et l’imposition de sbires comme gouvernement marionnette. La Crimée s’est très vite détachée de l’Ukraine et a rejoint la Russie. D’autres anciens territoires russes en Ukraine vont sans doute bientôt suivre. Des manifestants à Donetsk, Lugansk et Karkhov ont déjà demandé leur regerendum. Les manifestant ont déjà déclaré les républiques populaires de Karkhov et de Donetsk. Le gouvernement fantoche de Washington à Kiev a menacé de réduire ces manifestations par la violence. http://rt.com/news/eastern-ukraine-violence-threats-405/

Washington clâme à qui veut l’entendre que les manifestations sont organisées par la Russie, mais plus personne ne veut croire Washington, même plus ses sbires ukrainiens. (more…)

9 avril 2014

¤ La Résistance à la NSA s’organise… et les USA menacent l’Europe de sanctions à l’OMC !!!

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 40

Sources : http://www.01net.com/editorial/614870/un-cable-anti-nsa-entre-le-bresil-et-leurope/

http://rt.com/news/us-europe-nsa-snowden-549/

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140307IPR38203/html/NSA-mettre-fin-%C3%A0-la-surveillance-massive-ou-faire-face-aux-cons%C3%A9quences

http://www.chaos-controle.com/archives/2014/02/19/29256694.html

Un câble anti-NSA entre le Brésil et l’Europe

La présidente Dilma Rousseff vient de signer un accord de coopération avec l’Union Européenne. Il comprend notamment la mise en place d’un câble sous-marin direct de communications contournant les écoutes américaines.

01net.
le 25/02/14 à 19h55
¤ La Résistance à la NSA s'organise... et les USA menacent l'Europe de sanctions à l'OMC !!! dans Complots prouvés dot
dot dans Outils/Bon à savoir
dot dans Perso/Archives
200.844754 dans Politique/Societe

© GEORGES GOBET / AFP
Le président de la Commission Européenne José Manuel Barroso, la président du Brésil Dilma Rousseff et le président du conseil Herman Van Rompuy.
dot
Enfin une mesure concrète à la suite du scandale Prism pour déjouer les programmes d’écoutes de la NSA. Un câble sous-marin en fibre optique devrait relier directement le Brésil à l’Europe dès l’année prochaine. C’est l’un des points majeurs du nouvel accord de coopération signé à l’issue du 7ème sommet Union Européenne-Brésil qui s’est tenu à Bruxelles ce 24 février. Il a été signé par le président de la Commission Européenne José Manuel Barroso, la présidente du Brésil Dilma Rousseff et le président du conseil Herman Van Rompuy.

De Lisbonne à la ville de Fortaleza

Le câble partirait de la ville de Fortaleza dans le Nordeste au Brésil pour déboucher dans la capitale portugaise de Lisbonne. Il devrait coûter la coquette somme de 185 millions de dollars, soit 135 millions d’euros environ. Une joint venture entre l’opérateur brésilien Telebras et le fabriquant de câbles en fibre optique IslaLink, l’équivalent portugais d’Alcatel.
Selon l’agence Reuters, les communications Brésil-Europe passent encore par les Etats-Unis pour la transmission de données. Le seul câble direct serait obsolète et ne servirait qu’à la transmission de voix pour les conversations téléphoniques.
Ne souhaitant pas stigmatiser publiquement les Américains, la déclaration commune mentionne sobrement qu’il s’agit notamment de « renforcer la protection des communications ». Mais le but reste bien de contourner le système d’espionnage de la NSA. Dilma Rousseff a d’ailleurs fait une allusion très claire dans ce sens lors de la conférence de presse : « Nous devons respecter la vie privée, les droits de l’homme et la souveraineté des nations. Nous ne voulons pas que nos entreprises soient espionnées ».
Pour sa part, l’Union Européenne a souligné qu’un tel câble permettrait également, à terme, d’améliorer les communications entre les deux continents, de stimuler les investissements en matière de technologies de l’information, et de faire des économies sur les coûts d’interconnexion pour les entreprises et les chercheurs.
A lire aussi :

US blasts Europe’s plan for anti-snooping network as ‘unfair advantage’

Published time: April 05, 2014 10:18
Edited time: April 06, 2014 16:38

Reuters/Kai PfaffenbachReuters/Kai Pfaffenbach

US officials on Friday slammed plans to construct an EU-centric communication system, designed to prevent emails and phone calls from being swept up by the NSA, warning that such a move is a violation of trade laws.

Calling Europe’s proposal to build its own integrated communication system “draconian,” the office of the US Trade Representative (USTR) said American tech companies, which are worth an estimated $8 trillion per year, would take a financial hit if Brussels gives the initiative the green light.

« Recent proposals from countries within the European Union to create a Europe-only electronic network (dubbed a ‘Schengen cloud’ by advocates) or to create national-only electronic networks could potentially lead to effective exclusion or discrimination against foreign service suppliers that are directly offering network services, or dependent on them, » the USTR said in its annual report(more…)

7 avril 2014

¤ Armes silencieuses pour guerre tranquille… (ça manquait sur ce site en fait !)

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 13 : 05
<a href= »http://www.fichier-pdf.fr/2012/11/30/armes-silencieuses-pour-guerres-tranquilles/ »>Télécharger le document armes-silencieuses-pour-guerres-tranquilles.pdf</a>

http://www.syti.net/SilentWeapons.html

¤ Armes silencieuses pour guerre tranquille... (ça manquait sur ce site en fait !) dans Outils/Bon à savoir SytiNet_titre5Le document suivant a été publié dans la revue « America’s Promise Newsletter » en 1979, puis en annexe du livre « Behold a pale horse » de William Cooper en 1991.
Daté de Mai 1979, il est présenté comme ayant été trouvé par un employé de Boeing le 7 Juillet 1986 dans un photocopieur IBM acheté à une vente de surplus militaire à la base aérienne de McChord.
Le document, par sécurité, ne porte pas la signature de l’organisation dont il provient. Mais des recoupements d’informations et de dates laissent supposer qu’il pourrait s’agir du Groupe de Bildergerg, un « club de réflexion » qui rassemble des personnes extrêmement puissantes des mondes de la finance, de l’économie, de la politique, de l’armée et des services secrets.Le document se présente comme un « manuel de programmation » de la société, apparemment destiné aux nouveaux membres de l’organisation.Ce document pourrait aussi avoir été écrit par un auteur de science-fiction inspiré, ou par un journaliste bien informé. Selon certaines sources, l’auteur pourrait être Lyle Hartford Van Dyke, un activiste américain qui a également travaillé à la création de monnaies locales alternatives. Il aurait écrit le texte en 1979 et distribué quelques esemplaires à des amis. C’est l’un de ces exemplaires qui aurait été oublié dans la photocopieuse.Vrai ou faux, l’important est que les stratégies qui sont décrites ici sont très largement appliquées dans les orientations de l’économie et de la société depuis 30 ans, dans tous les pays occidentaux, et avec une remarquable synchronisation.
vide dans Perso/ArchivesflagGB dans Politique/Societe
English
Drapeau_Espagne_tiny
Españoldrapeau_bulgarie
Bulgarian
EarthRoofTop_H
Sécurité  Introduction historique  Introduction politique  Energie   Introduction descriptive des armes silencieuses  Introduction théorique  Energie : la découverte de Mr Rothschild  Sensationnelle découverte  Application en économie  Le modèle économique  Le shock-testing économique  Concepts généraux de l’Energie  Le modèle E  Inductance économique  Facteurs inductifs à considérer  Conversion   Introduction aux amplificateurs économiques  Amplification des sources d’Energie  Consentement, la première victoire  Diversion, la stratégie première  Sommaire de la diversion  Table des stratégies  Logistique   Courte liste d’inputs  Courte liste d’outputs  L’utérus artificiel  La structure politique d’une nation  Action – Offensive  Responsabilité   Résumé  Relations du flux dans le temps et oscillations auto-destructives
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
L’œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à Pascuser en citant son nom ainsi qu’un lien vers la page web utilisée. – Pas d’utilisation commerciale – Pas de Modification

nouvel ordre mondial

BilderbergTrilatéraleCFRIlluminatiArmes silencieusesGouvernement Secret

Pour des compléments d’informations sur les sociétés secrètes, les Illuminati, le CFR, la Trilatérale, le Groupe Bilderberg, et le Nouvel Ordre Mondial, je vous conseille l’excellent livre suivant :

Livre Jaune N°5 et maintenant aussi le N°6 aux EDITIONS FELIX adresse des éditions: 65, Grand Rue 06140 Tourrettes sur Loup

Armes silencieuses pour des guerres sans bruit

(pour un nouvel ordre mondial)

Les Illuminati sont un ordre secret connu depuis le 18ème siècle dont un manifeste est apparu au grand jour au début du 19ème siècle sous le nom de «   protocole des sages de ZIONS « . En 24 paragraphes, ce manifeste décrit comment subjuguer et dominer le monde à l’aide d’un système économique (pour la création d’un nouvel ordre mondial).

Étant donné la difficulté qu’il y avait à maintenir le secret au niveau international, il fut décidé de mettre en place un groupe extérieur afin de coordonner et contrôler les efforts internationaux et de protéger les secrets et les gouvernants de la curiosité habituelle de la presse. Ce groupe, dénommé les Bilderbergergs, (du nom de l’hôtel où s’est tenue leur réunion de constitution en 1952) a évolué sous l’infiltration des Illuminati en un gouvernement mondial secret contrôlant économiquement toute la planète (les Nations Unies n’étant qu’une aimable plaisanterie internationale).

Un groupe privé d’étude dont l’objectif est de travailler à construire une coopération politique et économique entre l’Europe de l’Ouest, l’ Amérique du nord et le Japon dans le cadre d’un nouvel ordre mondial a été constitué en 1972 par D. Rockfeller et Zbigniew Brzezinski à l’aide de contacts avec les Bilderbergers. Il est constitué d’une élite de 300 décideurs importants dans le monde économique, politique et intellectuel, sur les 3 continents. Ce groupe se nomme la commission trilatérale. Vous allez trouver dans la suite de ce document une des stratégies économiques des Bilderbergers.

Note de William Cooper (ancien sous-officier des services secrets de la marine US): « j’ai lu des documents top secret qui expliquaient que «   Armes silencieuses pour des guerres sans bruit  » est une doctrine adoptée par le comité politique du groupe Bilderberg durant son premier meeting connu en 1954. Une copie trouvée en 1969 était en possession des services de renseignement de la Marine U.S. »

Le document actuel est daté de mai 1979 , et a été trouvé le 7 juillet 1986 dans une photocopieuse de marque IBM qui avait été achetée à une salle des ventes.

Ce document rédigé en américain a été traduit en français en un document de 27 pages dont voici un résumé.

Les éléments de texte mis « entre guillemets » sont des extraits du document et les commentaires sont en italique.

Que veulent-ils ?

« Toute science est simplement un moyen orienté vers une fin. Le moyen c’est la connaissance, la fin, c’est le contrôle . Au-delà de tout cela, il reste un seul problème : qui doit être le bénéficiaire ?« 

Leur but est le contrôle de l’économie. Le moyen est la connaissance des mécanismes économiques.

Comment contrôler l’économie ?

a) Pour contrôler, il faut pouvoir prédire et pour cela il faut un modèle économique.

« L’objectif de la recherche économique telle qu’elle est [...], est l’établissement d’une économie qui soit entièrement prévisible et manipulable.« 

« On avait pressenti qu’avec des fondements mathématiques suffisants et des données, il serait presque aussi facile de prédire et de contrôler la tendance d’une économie, que de prédire et de contrôler la trajectoire d’un projectile. Ainsi que cela a été prouvé par la suite, de plus, l’économie a été transformée en un missile guidé vers une cible. » (more…)

6 avril 2014

¤ Motif à venir pour une révolution colorée US au Nicaragua : un nouveau canal transocéanique !

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 55

Source : http://www.legrandsoir.info/un-nouveau-canal-transoceanique-au-nicaragua-suivi-de-cuba-cree-un-grand-port.html

Le Nicaragua a conclu un marché avec un entrepreneur de Hong Kong pour construire un canal transocéanique qui va faire la nique à celui de Panama (contrôlé par les USA). Nul doute qu’on entendra parler sous peu d’une nouvelle et « spontanée » « révolution » colorée (que vont-ils bien pouvoir nous trouver cette fois-ci ? Sera-t-elle jaune, violette, outremer ou encore … caca-d’oie ?) au Nicaragua… ;)

3 février 2014

Un nouveau canal transocéanique au Nicaragua (suivi de Cuba crée un grand port)

¤ Motif à venir pour une révolution colorée US au Nicaragua : un nouveau canal transocéanique ! dans Outils/Bon à savoir arton24243-5e5f9
COMAGUER

Le projet de nouveau canal transocéanique dont le principe avait été retenu par le gouvernement nicaraguayen prend corps et surgit au moment où le canal de Panama est, lui-même, en cours de doublement.

L’idée de doubler le canal de Panama, vieux d’un siècle, est ancienne et le gouvernement de Panama conscient des limites de l’ouvrage actuel aujourd’hui saturé avait fini par se lancer dans l’énorme chantier du doublement.

1Le doublement consiste à doubler les trois échelles d’écluse permettant d’accéder au point haut du canal : le lac de Gatun et de construire des écluses plus larges et plus longues pour permettre le passage de navires de plus grande taille.

Un appel d’offres international fut donc lancé pour cet élargissement en 2006. Le marché revint à un consortium international conduit par l’entreprise de BTP espagnole SACYR. (more…)

¤ MH 370 : On sait depuis avril 2013 qu’on peut hacker un avion avec un Iphone

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 14 : 31

Source : http://www.lapresse.ca/actualites/national/201404/04/01-4754696-y-a-t-il-un-hacker-aux-commandes-de-lavion.php

Publié le 05 avril 2014 à 07h08 | Mis à jour le 05 avril 2014 à 07h38

Y a-t-il un hacker aux commandes de l’avion?

Au congrès Hack In The Box en avril... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Au congrès Hack In The Box en avril 2013 à Amsterdam, l’Allemand Hugo Teso a expliqué comment il avait pu prendre le contrôle d’un ordinateur de bord d’avion en utilisant une simple application pour téléphone Android et un transmetteur acheté pour une bouchée de pain sur eBay.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Vincent Larouche

Transports Canada ne veut surtout pas en parler publiquement, mais il s’intéresse aux travaux d’un hacker qui dit avoir mis au point une technique permettant de pirater l’ordinateur de bord d’un avion commercial et, potentiellement, de le faire disparaître avec tous ses occupants, comme il est arrivé au vol MH370 de Malaysia Airlines.

C’est ce qui ressort d’une «évaluation de renseignement» de la Direction de l’évaluation du renseignement de sûreté de Transports Canada, datée de mai dernier et obtenue par La Presse en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

«La présentation, en avril 2013, d’un projet appelé Le hacking d’un avion: séries aériennes pratiques par le consultant en sécurité et pilote commercial Hugo Teso, au congrès de pirates informatiques Hack In The Box, à Amsterdam, a pris plusieurs organisations de sécurité des transports par surprise», souligne le document.

Dans sa présentation, le hacker et consultant allemand avait expliqué comment il avait pu prendre le contrôle d’un ordinateur de bord d’avion en utilisant une simple application pour téléphone Android et un transmetteur acheté pour une bouchée de pain sur eBay. (more…)

5 avril 2014

¤ Afghanistan 2014 : retrait de l’OTAN, vers un démembrement du pays ?

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 14

Sources :

http://www.geostrategie.com/4139/afghanistan-demembrement-en-vue-organise-par-londres/ Jeudi, 18 août 2011 :: IRIB

http://french.irib.ir/info/asie/item/262243-l-afghanistan-vers-le-d%C3%A9membrement vendredi, 21 juin 2013 13:14 IRIB

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-04/05/content_32009232.htm

http://www.opex360.com/2014/02/28/lotan-envisage-retrait-total-dafghanistan-y-compris-apres-2014/

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120522.OBS6023/l-otan-confirme-quitter-l-afghanistan-fin-2014.html

http://www.leparisien.fr/international/presidentielle-en-afghanistan-karzai-appelle-a-voter-massivement-05-04-2014-3742833.php

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/04/04/Afghanistan-une-photographe-de-l-agence-AP-tuee-a-la-veille-de-la-presidentielle-1858959

Comme l’indique la presse depuis plusieurs mois, les troupes de l’OTAN quitteront le sol afghan au plus tard le 31 décembre 2014 (mais la Russie pourrait se venger des sanctions américaines et occidentales liées à la crise ukrainienne en gênant le retrait) et on ne sait pas encore si le futur président de la république afghane (son élection a lieu aujourd’hui) ratifiera ou pas l’accord bilatéral, signé en octobre 2013 et validé par l’assemblée traditionnelle afghane, de maintien de troupes US (l’on parle de 3.000 à 10.000 hommes) sur le sol afghan après la fin du mandat de l’OTAN le 31 décembre prochain, pour appuyer (en toute impunité juridique) les forces de sécurité locales face à l’insurrection menée par les taliban et leurs alliés.  L’un des enjeux est d’éviter un retour des taliban à Kaboul. Une perspective que le renseignement américain estime très probable, pour ne pas dire certaine.

Que se passera-t-il ensuite ? Va-t-on vers un démembrement du pays, sous l’influence britannique, comme l’indiquait à plusieurs reprises ces dernières années (2011 et 2013) l’agence iranienne d’information IRIB ? L’avenir nous le dira…

vendredi, 21 juin 2013 13:14

L’Afghanistan vers le démembrement ?

IRIB-depuis jeudi, les Talibans possèdent leur ambassade à Doha et communique avec le monde extérieur non pas en qualité de représentant de la république islamique d’afghanistan mais en tant que celui de l’Emirat islamique afghan!! le président Karzai a évidemment rompu son dialogue stratégique avec Washington qui dit ne pas vouloir reconnaitre cet Emirat talibaniste , et daigne envoyer pour le moment son représentant au Qatar. mais combien de temps ce refus de reconnaissance va-t-il durer? les informations faisaient état même d’un projet d »échange de prisonniers entre les USA et les Talibans détenus à Guantanamo. Qu’est ce qui se passe? Dix ans après avoir attaqué l’Afghanistan sous prétexte de combattre les Talibans, groupe crée et entretenu par Les USA, ces derniers ont décidé de mettre un terme au jeu de cache cache et de rendre public une alliance qui jusqu’ici ne disait pas son nom. Un Emirat islamique d’afghanistan, à vocation salafiste et de plus soutenu par le Qatar vient d’être crée en prélude à l’implosion de l’Afghanistan que Washington dit vouloir quitter en 2014. et puis le vaste projet que les Américains appliquent au Moyen Orient dont le coeur battant se trouve en ce moment en Syrie a besoin pour être mis en oeuvre entièrement d’Etats inexistants, des nations avachies, d’émirats salafo takfiris……l’Emirat islamique d’Afghanistan en est un !!!!

Afghanistan – Démembrement en vue organisé par Londres

Dépêches :: Jeudi, 18 août 2011 :: IRIB ::

A en croire le quotidien Weesa qui paraît à Kaboul, la Grande Bretagne projette de démembrer l’Afghanistan.

Huit provinces ou États devront naître de ce processus de démembrement dont les chefs-lieux seront, respectivement, les villes de Kaboul, Kundouz, Kandahar, Mazar-e-Sharif, Khost, Bamian, Hérat, Jalalabad.

On se croirait au XIXe siècle lorsque l’empire britannique dessinait, plume à la main, les bordures de nouveaux États.

Selon le journal, c’est Tobias Ellwood député conservateur qui aurait détaillé le plan dans une lettre confidentielle au gouvernement.

© http://french.irib.ir/info/international/item/136256-afghanistan-en-voie-de-d%C3%A9membrement-weesa
© Journal de l’Afghanistan n° 491 :: 13 juillet-18 août 2011 :: C.De Broeder & M.Lemaire (more…)

¤ Pour mémoire : article de juillet 2008 de T. Meyssan sur « Opération Sarkozy/CIA »

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 8 : 44

Retour sur un article dense, mais non dénué de raccourcis et contenant au moins deux hypothèses non vérifiées d’après l’auteur lui-même. A lire à la suite : un article paru dans l’ »Arche » en aût-septembre 2008 et pointant les exagérations/obsessions anti-juives de la version originale de l’article, ainsi qu’un article d’Agoravox.

Sources :

http://www.geostrategie.com/883/operation-sarkozy-comment-la-cia-a-place-un-de-ses-agents-a-la-presidence-de-la-republique-francaise/ (il s’agit ici d’une version non autorisée par le « Réseau Voltaire », celle-là même que nous reproduisons ici et qui contient des éléments critiqués par l’article de l’ »Arche », lui aussi ci-dessous reproduit ; pour la version autorisée de l’article « Opération Sarkozy », voir ici : http://www.voltairenet.org/article157210.html)

http://arche-infos.blogspot.fr/2008/09/thierry-meyssan-nicolas-sarkozy-et-les.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/nicolas-sarkozy-thierry-meyssan-et-43016

Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française

Axe Atlantique :: Mardi, 15 juillet 2008 :: Thierry Meyssan :: Envoyer   Imprimer 

Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité.

Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.

Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.

C’est que l’homme est habile. Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu’à leur faire oublier son parcours politique.

Que l’on comprenne bien le sens de cet article : il ne s’agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d’avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.

Pour comprendre comment un homme en qui tous s’accordent aujourd’hui à voir l’agent des États-Unis et d’Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière. Très en arrière. Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd’hui leur revanche.

Secrets de famille

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les services secrets états-uniens s’appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile.

Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain  » est libéré et s’exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léandri.

En 1958, les États-Unis, inquiets d’une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l’Afrique du Nord à l’influence soviétique, décident de susciter un coup d’État militaire en France. L’opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA -théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.- et par l’OTAN. Mais Wisner a déjà sombré dans la démence de sorte que c’est son successeur, Allan Dulles, qui supervise le coup. Depuis Alger, des généraux français créent un Comité de salut public qui exerce une pression sur le pouvoir civil parisien et le contraint à voter les pleins pouvoirs au général De Gaulle sans avoir besoin de recourir la force.

Or, Charles De Gaulle n’est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler. Dans un premier temps, il tente de sortir de la contradiction coloniale en accordant une large autonomie aux territoires d’outre-mer au sein d’une Union française. Mais il est déjà trop tard pour sauver l’Empire français car les peuples colonisés ne croient plus aux promesses de la métropole et exigent leur indépendance. Après avoir conduit victorieusement de féroces campagnes de répression contre les indépendantistes, De Gaulle se rend à l’évidence. Faisant preuve d’une rare sagesse politique, il décide d’accorder à chaque colonie son indépendance. (more…)

4 avril 2014

¤ Ukraine 2014 : Kiev ressemble désormais à Chicago. Vol au-dessus d’un nid de cinglés…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 35

Source : http://www.diatala.org/article-ukraine-kiev-ressemble-desormais-a-chicago-vol-au-dessus-d-un-nid-de-cingles-123096049.html

12269995133_affe91d67d.jpg

Kiev ressemble désormais à Chicago.  vol au-dessus d’un nid de cinglés

Source : realpolitik.tv par Xavier Moreau

Humilié par son échec, le département d’État américain a décidé d’appliquer à l’Ukraine la même politique de terre brulée qu’en Syrie. Les bandes continuent de semer le désordre partout dans le pays.

Deux députés de Svoboda se sont attaqués au directeur de la première chaîne publique de télévision, si bien que même les journalistes français n’ont pas osé passer cela sous silence. Une gifle à un journaliste les choque davantage que «les snipers de l’OTAN » tirant sur les policiers et les manifestants, que ce soit à Damas ou à Kiev. Les mêmes snipers ont tenté, le 18 mars dernier, de faire basculer la réunification de la Crimée dans un bain de sang. Bilan : un soldat ukrainien et un cosaque sont morts. À ces morts s’ajoutent deux blessés, un dans chaque camp. Ces derniers sont soignés dans un hôpital russe de Crimée.

La palme du mensonge, ou de la bêtise, revient à l’envoyée spéciale du journalLe Monde. Dans un tweet, Marion Van Renterghem évoque une procession pour « deux cosaques morts et rien pour le soldat ukrainien ». Cette idiote ne s’est même pas aperçue que, sur sa propre photo, c’est le portrait du soldat ukrainien qui est tenu par l’homme à droite. Ces deux hommes, qui ne seront malheureusement pas les derniers à tomber sous les balles de l’OTAN, ont eu droit à un enterrement commun à la maison des officiers. Ces cosaques et ces soldats ukrainiens de Crimée ne se sont pas trompés d’ennemi.

Le reste de la situation à l’intérieur du pays oscille entre l’anarchie et le sordide. Les milices néo-nazies révèlent leur vraie nature, celle de brigands provenant des zones les plus arriérées de l’Ukraine, et cherchant à s’enrichir rapidement par la rapine systématique. Les miliciens sont devenus des hommes de main, investissant tour à tour l’usine de vodka de Némirov, des usines étrangères ou un train de passagers russes. Ajoutons que la semaine dernière, deux procureurs auraient été pendus dans la région de Lvov.

Pour certains hommes d’affaires ukrainiens, Kiev ressemble désormais à Chicago, et c’est la radio anti-Poutine « Écho de Moscou » qui le dit. Le banditisme y est devenu incontrôlable. L’idéologie de « Pravy Sektor » a fait place à du racket pur et simple. (more…)

16 mars 2014

¤ NSA & C° : lire « The Intercept » pour faire obstacle à la volonté étatsunienne d’hégémonie globale à la Matrix ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 11 : 48

Source : Agoravox « Un devoir civique, lire The Intercept », article de Automates Intelligents (JP Baquiast), version avec commentaires (version du samedi 16 mars 2014 à )

Un devoir civique, lire The Intercept

The Intercept est le journal fondé par Glenn Greenwald, Laura Poitras et Jeremy Scahill pour diffuser les informations rapportées par Edward Snowden et décrivant en détail les activités de la NSA, de la CIA et d’autres agences américaines afin d’espionner le web mondial. Ces trois journalistes, comme nul ne devrait l’ignorer, ont été et demeurent l’objet de persécutions multiples visant à les réduire au silence. Ils ont le courage de les braver, peut-être au péril de leur vie. Ils ont été rejoints par une poignée de militants décidés à combattre l’hégémonie des susdites Agences sur le web.

¤ NSA & C° : lire

C’est pourquoi The Intercept doit absolument devenir une des sources de références pour ceux qui se préoccupent de comprendre en profondeur comment va le monde. Ajoutons cependant, à l’intention des ingénus, que comme tout ce qui provient du web peut être piraté et déformé par divers « malware », il faudra toujours à l’avenir se demander si les textes présentés comme venant de The Intercept sont bien de lui.

Dans l’immédiat, nous ferons confiance aux articles déjà publiés par le Journal. Le premier de ceux-ci décrit la façon dont la NSA utilise l’espionnage sur les réseaux afin d’identifier les individus à cibler en vue d’assassinat par des drones. Compte-tenu de la lutte menée contre les Talibans en Afghanistan et au Pakistan, on dira que la chose est de bonne guerre. Mais la technique peut être aussi employée pour détruire, par des drones ou autrement, toute personne jugée nuisible. Il peut s’agir de vous. Il peut s’agir de moi.

Le deuxième article est un reportage photographique commenté concernant les implantations de la NSA et d’autres grandes agences sur le territoire américain. Ces immeubles hébergent des serveurs mémorisant les milliards d’informations collectées par les agences depuis quelques années. Ils hébergent aussi d’importantes équipes d’analystes et de hackers chargé de pirater les communications et les ordinateurs d’ennemis éventuels de l’Amérique. La définition en est si large qu’elle peut inclure, à nouveau, vous et moi.

Mais l’article qui doit aujourd’hui retenir toute notre attention concerne les méthodes employées à très grande échelle pour pénétrer les réseaux et les ordinateurs de millions d’usagers du web, qu’ils se trouvent aux Etats-Unis ou à l’étranger. «  How the NSA Plans to Infect ‘Millions’ of Computers with Malware  » On notera que ces opérations sont conduites à partir du siège de la NSA à Fort Meade, mais sont pleinement relayées par les services secrets britanniques, le désormais célèbre GCHQ, ainsi qu’au Japon et dans 3 autres pays, Australie, Canada, Nouvelle Zélande composant avec l’Amérique et le Royaume-uni le groupe dit des Five Eyes. Ceux qui, en Europe, déplorent l’excessif assujettissement des gouvernements aux stratégies américaines, devraient se demander jusqu’à quel point les services secrets des pays de l’Union européenne collaborent avec la NSA et plus généralement avec les Five Eyes dans le recueil et l’exploitation d’informations piratées dans les ordinateurs des usagers européens du Net. (more…)

¤ Disparition du Boeing de Malaysia Airlines : survol à basse altitude des Maldives et atterrissage secret sur l’île base US de Diego Garcia ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 11 : 36

Source : Agoravox, article d’Ariane Walter intitulé « Malaisya Airlines : Vingt ingénieurs de « Freescale » à bord », avec ses commentaires (version du dimanche 16 mars 2014 à 10h15)

avec une mise à jour du 24 mars 2014 car un article de croah.fr (http://croah.fr/corbeau-dechaine/boeing-777-lavion-aurait-survole-les-iles-maldives/) indique que le Boeing (dont on nous dit désormais qu’il s’est abîmé dans l’océan indien au nord-ouest de l’Australie) aurait été vu survolant une des îles Maldives à très basse altitude… Or la ligne qui va des Maldives au supposé point de chute dans la mer passe au dessus de… l’île US de Diego Garcia…! D’ailleurs on apprend aussi que l’aéroport de cette île était tout comme celui des Maldives programmé dans le simulateur de vol du pilote… http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203380158047-boeing-disparu-le-simulateur-de-vol-du-pilote-livre-ses-premiers-secrets-657795.php

et toujours avec une mise à jour du 22 mars 2014 grâce à un article de Minurne Résistance daté du 21 mars 2014 : « VOL MH370 : UNE AUTRE HYPOTHESE ? (par Maurice D.)« , selon lequel un brevet a été déposé par Freescale et … quatre des passagers de l’avion disparu… quatre jours après leur disparition… !!!

Extrait de l’article : « Quatre jours après la disparition de l’avion, le Bureau international des brevets en a enregistré un, pris par un groupe de scientifiques, quatre Chinois tous originaires de Suzhou, une ville située près de Shangaï et un Américain, chacun en détenant 20 % : Peidong Wang, Zhijun Chen, Zhihong Chen, Li Yin et… Freescale semiconductor d’Austin au Texas. Quatre individus et une société. Or, coïncidence nous dira-t-on, mais il n’y aura que les idiots et les naïfs pour le croire, il y avait justement à bord du vol MH370 toute une équipe de Chinois et de Malais se rendant à Pékin « pour affaires », dont Wang, les deux Chen, Yin et des cadres de Freescale (voir le lien en fin d’article). Au total une vingtaine de personnes, rien que des ingénieurs et des cadres supérieurs. Car le brevet en question intéresse énormément les Chinois en train de faire un effort de guerre considérable pour développer leur marine autant que leur aviation. »

Malaisya Airlines : Vingt ingénieurs de « Freescale » à bord

¤ Disparition du Boeing de Malaysia Airlines : survol à basse altitude des Maldives et atterrissage secret sur l'île base US de Diego Garcia ? dans Outils/Bon à savoir malaysia-8ab63 Il y avait donc vingt employés du groupe Freescale à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Ils étaient en route pour une réunion d’affaire en Chine.C’est le PDG du groupe, Greg Loewe, qui l’a annoncé dans un communiqué précisant que douze d’entre eux étaient de nationalité malaisienne, huit de nationalité chinoiseFreescale Semiconductor est une firme basée à Austin. Elle dispose d’une équipe de spécialistes dédiée à l’appui aux forces de défense. Les produits commerciaux de Freescale couvrent divers secteurs : -Les Communications sur le champ de bataille -L’avionique -Les bandes radar HF par L et S -Le guidage des missiles -La guerre électronique -L’identification, ami ou ennemi (IFF ) OK…Personne n’en parle dans les media mainstream. Est-on là au cœur des raisons de cette disparition ? il paraît évident que ce ne sont pas des laveurs de vitres qui faisaient ce voyage mais des ingénieurs de haut niveau.Alors ?Les chroniques de Rorschach approfondissent ainsi le sujet :« Concernant le mystère du vol MH370, deux informations importantes n’ont pas été diffusées. 1)- A l’aide de l’armement électronique d’aujourd’hui, un avion peut sembler disparaître. 2) Les vingt passagers de Freesacle sont liés à des contractants US de la Défense dans le domaine de l’armement électronique high tech. Les capacités de la guerre électronique comprennent des armes qui permettent de cacher des avions. Cet armement électronique est non seulement disponible, il est d’ores et déjà en cours de déploiement. A-t-il été utilisé pour masquer ou camoufler l’avion disparu ? » Mais voyons ce que sont ces nouvelles techniques : « De nouvelles armes électroniques permettent le brouillage , l’aveuglement , l’assourdissement et plus encore, de sorte qu’un avion pourrait disparaître des radars de détection tandis que les systèmes de sécurité ne seraient pas activés . Au niveau du radar les stratégies de contre-mesures électroniques basiques utilisées dans la guerre électronique sont : 1 ) les interférences radar 2 ) la modification des cibles 3 ) la modification des propriétés électriques de l’air . Par exemple, un rapport d’évaluation du renseignement américain a conclu qu’une attaque israélienne contre l’Iran irait bien au-delà des frappes aériennes avec des avions de combat et verrait probablement le déploiement d’armes électroniques contre le réseau électrique, l’Internet, les réseaux de téléphonie mobile ainsi que les fréquences d’urgence utilisées par les premiers secours en Iran. Autre exemple, Israël a développé une arme capable d’imiter un signal de maintenance qui commande au réseau des portables de  » se mettre en veille  » stoppant ainsi efficacement les transmissions. En 2007, l’armée syrienne a obtenu un avant-goût de cette guerre quand les radars de défense aérienne du pays ont étés leurrés par les forces Israéliennes. Dans un premier temps, elles ont fait en sorte qu’ils ne montrent aucun avion dans le ciel puis l’instant d’après, elles ont fait en sorte que les radars montrent des centaines d’avions. L’année dernière, il a été annoncé que la nouvelle technologie de la furtivité des avions les rend invisible non seulement au radar mais également à l’œil humain à la manière d’une cape d’invisibilité.  » A-t-on à faire à un détournement fait pour éliminer ou capturer ces cerveaux ?Ce matin un nouvel élement, révélé par le Nouvel Obs, rend cette thèse possible : Deux sources proches de l’enquête ont indiqué à Reuters que des données radar suggèrent que le vol MH370, qui a disparu samedi sans laisser de traces, a été délibérément orienté vers les îles Andaman,. Un avion non identifié qui pourrait être le Boeing 777 en question suivait un cap défini par des « waypoints », ce qui suppose que quelqu’un ayant des compétences en matière de pilotage se trouvait aux commandes lorsqu’il a été repéré pour la dernière fois par des radars militaires au large de la côte nord-ouest de la Malaisie, dit-on de mêmes sources. Tout ceci n’est-il pas su depuis longtemps par les différents gouvernements. ? Pourquoi perdre du temps à chercher des débris qui n’existent pas ? Y a-t-il des négociations secrètes ? A-t-on sacrifié 219 passagers pour éliminer 20 savants ? Ou a-t-on enlevé 20 cerveaux pour utiliser leurs connaissances ? Que sont devenus les autres passagers ? (more…)

9 mars 2014

¤ Dette publique, débat confisqué Pourquoi la France emprunte-t-elle sur les marchés ? par Benjamin Lemoine, le 12 février 2013

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 7 : 19

Source : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/12/28/293-loi-de-1973-les-aveux-de-rocard-et-deux-nouvelles-pistes-pour-comprendre-l-effet-veritable-de-la-loi

Dette publique, débat confisqué
Pourquoi la France emprunte-t-elle sur les marchés ?

par Benjamin Lemoine,
le 12 février 2013

http://www.laviedesidees.fr/Dette-publique-debat-confisque.html

Il faut rassurer les investisseurs et les agences de notation, ne cesse-t-on d’entendre depuis le début de la crise. Pour le sociologue Benjamin Lemoine, ces recommandations sont tributaires d’une conceptualisation purement budgétaire du problème de la dette. Le recours aux marchés financiers n’était en fait qu’une option parmi d’autres qui s’est imposée dans les années 1980-1990.

Les techniques de financement des États européens sont rarement mises en cause au cours des débats portant sur le problème de la dette publique. Au mieux, lorsque le financement de l’État est invoqué, c’est pour s’enorgueillir qu’en dépit des dégradations de la note souveraine infligées par les agences (Standard and Poor’s en janvier et Moody’s en novembre 2012), la France continue de bénéficier d’une signature financière de prestige et des taux d’emprunt parmi les plus faibles consentis par le marché, comparativement à la crise qui touche le reste de la zone euro. À la méconnaissance du grand public pour ces opérations répond leur grande normalité voire leur « naturalité » dans les secteurs financiers privés et publics.

Cette « évidence » s’adosse à un récit particulier des voies de financement légitimes de l’État, produit par les vainqueurs de l’histoire, qui tend à effacer les traces d’instruments qui ont pu exister par le passé, notamment pendant les décennies postérieures à la Seconde Guerre mondiale.

Après 1945, pendant la phase de reconstruction de l’économie française, un système très particulier de financement de l’État,« le circuit du Trésor », permettait au Trésor d’éviter le recours au marché dans le financement de la dépense publique.

Le démantèlement, à partir des années 1960, de ces mécanismes administrés d’alimentation de la trésorerie et le retour à des instruments de marché qui avaient cours au XIXe siècle, ont transformé durablement les relations entre l’État, l’économie et les marchés et ont installé une problématisation budgétaire des finances publiques [1].

Les déficits publics sont devenus la cause exclusive de l’emballement de la dette, et le spectre des solutions envisagées par les gouvernants, tant au niveau national qu’européen, s’est réduit autour de la diminution du déficit structurel et de la stricte surveillance des volumes des dépenses publiques.

L’oublié de l’histoire : le « circuit du Trésor »

Le recours à l’emprunt ou, plus précisément, à l’argent extérieur aux circuits de dépôts monétaires contrôlés par l’administration française des Finances, n’est qu’une option parmi d’autres au sortir du second conflit mondial. Les marchés financiers internationaux et la compétition entre États pour s’y financer sont alors inexistants. La notion même « d’endettement » de l’État ne s’est ré-explicitée en France qu’avec la réémergence, à partir des années 1970, des marchés obligataires.

Si la dette est faible en volume à l’époque, ce n’est pas exclusivement à cause des faibles déficits mais c’est aussi parce que le Trésor dispose d’une palette d’instruments variés qui rendent marginal l’appel à l’emprunt, au demeurant techniquement peu développé. Les dispositifs de trésorerie de la reconstruction sont tournés avant toute chose vers la garantie d’un financement sécurisé et régulier des dépenses publiques considérées comme nécessaires à l’expansion économique et à l’objectif de « plein emploi ». (more…)

5 mars 2014

¤ Moscou inverse les rôles à Kiev

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 17 : 51

Source : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:http://www.voltairenet.org/article182379.html

« Sous nos yeux »
par Thierry Meyssan

Alors que les dirigeants de l’Otan jubilent du coup d’État de Kiev, qu’ils présentent comme une révolution de plus à leurs opinions publiques, la situation s’inverse sur le terrain. À la place d’un gouvernement de voyous, faisant monter les enchères entre Washington et Moscou, ce sont désormais aux agents états-uniens d’exercer le pouvoir et de gérer les troubles qu’ils ont organisés. Or, le pays est ruiné et personne, quel qu’il soit, ne parviendra à le rétablir rapidement. La Russie peut maintenant défendre ses intérêts sans avoir à assumer le passif des vingt années de corruption précédentes.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 2 mars 2014 ¤ Moscou inverse les rôles à Kiev dans Outils/Bon à savoir ligne-rouge

JPEG - 33.3 ko

La Russie n’a pas réagi aux événements ukrainiens durant les Jeux Olympiques de Sotchi [1]. Sa presse continuait à faire ses titres des exploits de ses athlètes, tandis que l’on se battait à Kiev et dans plusieurs capitales provinciales. Le Kremlin considérait en effet qu’à tout moment, les ennemis de la Russie pouvaient encore transformer sa fête sportive en bain de sang.

Comme prévu, le pouvoir avait déjà changé de mains à Kiev lorsque se clôturaient les Jeux. Les Occidentaux, largement désinformés, ont eu l’impression d’une révolution pro-européenne. Pourtant, la divulgation d’une conversation téléphonique entre l’assistante du secrétaire d’État US, Victoria Nuland, et son ambassadeur, Geoffrey R. Pyatt, ne laisse aucun doute sur le complot états-unien [2]. À coup de fausses images, on leur a fait passer un gouvernement de voyous et de prévaricateurs [3] pour une bande de tortionnaires russophiles [4]. Comme dans toutes les « révolutions colorées », de mystérieux snipers ont tiré depuis les toits à la fois sur la foule et la police, et le gouvernement en a été tenu pour responsable. Dans la confusion, les Occidentaux ont eu l’impression que « le peuple » s’était emparé des palais nationaux. En réalité, pendant que des activistes, majoritairement nazis, combattaient place Maidan en direct sur les télévisions internationales, des politiciens s’emparaient discrètement des palais nationaux dans une autre partie de la ville. De ce point de vue, les Européens peuvent être rassurés : ce ne sont pas les nazis qui ont pris le pouvoir.

Les nazis ukrainiens n’ont rien à voir avec l’extrême-droite ouest européenne, généralement ouvertement sioniste (sauf le Front national français). Ils ont été incorporés durant la Guerre froide dans les réseaux stay-behind de l’Otan pour saboter l’économie soviétique, puis ont été entretenus par la Pologne [5] et la Lituanie. Durant les trois mois de manifestation, ils ont été rejoints par des islamistes tatars qui étaient venus spécialement de Syrie où ils pratiquaient le jihad [6]. Les Tatars, habitants historiques de la Crimée, qui furent dispersés par Staline pour avoir soutenu les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, sont aujourd’hui répartis principalement en Ukraine et en Turquie. Place Maidan, ils ont su montrer leur savoir faire acquis en Syrie : ils ont crevé les yeux de policiers et les ont mutilés [7].

La révolution de la place Maidan masque un coup d’État extrêmement classique [8]. En présence de « diplomates » états-uniens, la Rada a violé la constitution qu’elle a abrogé sans référendum. Elle a destitué, sans débat ni procès, le président en exercice et a confié les pouvoirs législatifs et exécutifs à Olexandre Tourtchinov, l’ancien patron des services secrets.

Le nouveau dictateur a désigné Arseni Iatseniouk comme Premier ministre, ce qui correspond, ô miracle, aux souhaits exprimés à l’avance par Victoria Nuland. Le nouveau Premier ministre a constitué un cabinet qu’il est allé présenter aux manifestants de la place Maidan. Ceux-ci, désormais beaucoup plus nombreux et parmi lesquels les nazis ne représentent plus qu’un tiers, ont hué nombre d’entre eux, parce que juifs.

En Crimée, où la majorité de la population est russe et où stationne la marine russe, le Parlement régional, pris lui aussi d’un « élan révolutionnaire », renversait le gouvernement local (fidèle à Kiev) et nommait le sien (pro-Russe). Simultanément, des militaires en uniforme, mais sans drapeau ni insignes, prenaient les bâtiments officiels et l’aéroport, empêchant le nouveau gouvernement de Kiev d’envoyer ses forces.

À Kiev, la Rada dénonçait une ingérence russe et appelait au respect du Mémorandum de Budapest. En 1994, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie avaient signé un accord sur le gel de l’Ukraine en échange de sa renonciation à l’arme nucléaire [9]. Mais pour Moscou, ce Mémorandum ne s’applique plus car il a été violé par Washington et Londres depuis la « révolution orange » de 2004 [10] et plus encore depuis le coup d’État de la semaine dernière. (more…)

24 février 2014

¤ Ukraine = Syrie 2.0 ? La révolution orange sanguine promue par la CIA conduit-elle à la guerre civile et, à une escalade nucléaire USA-Russie ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 13

Sources : http://resistance71.wordpress.com/2014/02/22/ingerence-occidentale-en-ukraine-vers-un-conflit-de-grande-envergure-paul-craig-roberts/

et http://resistance71.wordpress.com/2014/02/22/ingerence-occidentale-en-ukraine-on-est-parti-pour-un-syrie-2-0/

Ingérence occidentale en Ukraine: Vers un conflit de grande envergure ?… (Paul Craig Roberts)

La Russie ne fera rien tant que durent ses Jeux Olympiques… Washington le sait et en profite pour avancer le plus de pions possibles avant l’échéance. Les JO sont le paravent idéal. Les Russes préparent la riposte…

L’ours russe sortira de sa tannière dès la fin prochaine de la grand-messe des sports d’hiver. Poutine doit s’impatienter que musclor et musclette aient fini de faire de la luge pour reprendre les choses sérieuses en main…

– Résistance 71 –

L’Ukraine dérive t’elle vers la guerre civile et une confrontation des grandes puissances ?

Paul Craig Roberts - 20 février 2014 - url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/02/20/ukraine-drifting-toward-civil-war-great-power-confrontation/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les gens demandent des solutions, mais aucune solution n’est possible dans un monde totalement désinformé. Les populations presque partout sont dissatisfaites, mais peu ont une compréhension de la véritable situation. Avant qu’il ne puisse y avoir quelque solution que ce soit, les gens doivent connaître la vérité au sujet des problèmes. Pour les quelques ceux qui inclinent à être les messagers, c’est dans les grandes largeurs une entreprise ingrate qui voit peu de remerciements.

L’assomption que l’Homme est un animal rationnel est incorrecte. Il est une créature émotionnelle, il n’est pas le Mr Spock de Star Trek. Les humains ont le cerveau lavé par l’enculturation et l’endoctrination. Les patriotes répondent avec hostilité envers toutes critiques de leurs gouvernements, de leurs pays, de leurs espoirs ou leurs illusions. Leurs émotions étouffent les faits, si toutefois les faits leur parviennent. Les aspirations et les mirages prévalent sur la vérité. La plupart des gens veulent qu’on leur dise ce qu’ils ont envie d’entendre. En conséquence, ils sont toujours crédules et naïfs et leurs illusions et auto-persuasion en font des victimes faciles de la propagande. Ceci est vrai à tous les niveaux de la société et des leaders eux-mêmes.

Nous sommes les témoins de ceci aujourd’hui en Ukraine occidentale où un mélange d’étudiants délurés, pions de la marche de Washington vers son hégémonie globale, avec des manifestants payés pour manifester et des éléments fascistes parmi les ultra-nationalistes, amènent de grands troubles sur l’Ukraine et peut-être une guerre mondiale mortelle.

Beaucoup des manifestants sont des chômeurs qui collectent dans l’action de l’argent facile. Ce sont les innocents idéalistes qui détruisent l’indépendance de leur pays. Victoria Nuland, l’assistante ministre des affaires étrangères néo-con américaine, dont l’agenda est une hégémonie mondiale de Washington, a dit aux Ukrainiens ce qui était en stock pour eux le 13 décembre dernier, mais les manifestants furent trop hypnotisés pour l’entendre.

Dans un discours de 8 minutes et 46 secondes au National Press Club, sponsorisé par la fondation US-Ukraine et Chevron et le groupe de lobbying Ukraine-à-Washington, Nuland a crâné que Washington avait dépensé 5 milliards de dollars pour fomenter l’agitation, pour mener l’Ukraine au sein de l’UE. Une fois capturée par l’UE, l’Ukraine sera “aidée” par l’occident au travers du FMI. Nuland bien sûr a présenté le FMI comme le sauveteur de l’Ukraine et non pas comme la main de fer de l’occident qui va presser toute vie hors de l’Ukraine qui se débat avec son économie malade. (more…)

16 février 2014

¤ Les filaments d’avion selon le CICAP (Tanker Ennemy)

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 16 : 43

Source : http://www.tankerenemy.com/2014/02/i-filamenti-aerei-secondo-il-cicap.html#.UwC5lWJ5N8E

traduction : Uriniglirimirnaglu (en cours, si vous voulez participer à l’élaboration de cette traduction, merci de poster vos propositions en commentaire ou mieux, en allant à la fin de l’article – formulaire de contact :) )

Aujourd’hui le CICAP, pour tenter de cacher la vérité sur les filaments épandus par avion (résultant de la décomposition du carburant) [1] a propagé la fumisterie des araignées migratrices qui migrent en toute saison. Il s’agirait d’arachnides dotées de pouvoirs extraordinaires, capables de tisser des toiles géantes, sous toutes les latitudes, tous les mois de l’année, à toutes les altitudes. Qu’écrivait, cependant, ce comité de négationnistes il y a seulement quelques années ? Quelles furent les conclusions d’analyses effectuées dans des temps non suspects ? Découvrons-le ensemble. Entre autres choses, nous pouvons constater que la « science » (?) du CICAP est, comme l’histoire dans le roman « 1984″ d’Orwell, sujette à révisions et ajustements constants afin qu’elle réponde à des besoins organiques de mystification. Il ne s’agit donc pas à proprement parler de science, mais, dans la meilleure des hypothèses, d’une idéologie, incarnation d’un pouvoir aussi injuste qu’obtus.

filaments italieSelon le récit d’un témoin oculaire , une chute abondante de filaments blancs aurait eu lieu à Vercelli et autour de la journée 11/08/1999 de 13h30 environ. Le phénomène aurait duré plusieurs heures : selon le même témoin, en fait, il aurait toujours été en cours à 16h30. Le témoignage (récolté par Massimiliano Grand, membre du CISU , centre italien pour les études sur les UFOs) est accompagnée d’une vidéo, prise le lendemain matin par le témoin oculaire dans le village de Carisio (VE), qui montre un champ jonché de filaments mentionnés ci-dessus. Différents échantillons de prétendus « cheveux d’ange » ont été recueillis, en date du 11/11/1999, par Matthew Leone, qui est également membre de la CISU.

Ici je déclare le rapport préliminaire de l’inspection et d’échantillonnage écrit par Matthew Leone.

Rapport préliminaire de l’enquête et le dessin sur le cas de « cheveux d’ange ».

Le jeudi 11 Novembre 1999, environ 10 heures, je suis arrivé dans la ville de Carisio (VC ), à proximité de la sortie correspondante de l’ A- 4 A – MI pour effectuer une inspection et des dessins se rapportant à un cas de  » cheveux d ‘ ange.  » En suivant les instructions reçues la veille, grâce à un témoin à avoir eu lieu dans le bureau pour l’occasion, laissant le Carisio, je me suis dirigé Vercelli. Après quelques centaines de mètres, après avoir identifié un chemin de terre, j’ai arrêté de chercher des traces de filaments blancs rapportés par le témoin en question. Toujours dans la voiture j’ai pu voir, sur la face avant d’un panneau de signalisation routière, les filaments blancs . Sorti, j’ai trouvé que les filaments étaient également présents à l’arrière de l’entente et que leur apparence était similaire à celle de la toile d’araignée. (more…)

15 février 2014

¤ Le « sauvetage » de l’Irlande : 67,5 € milliards de prêts, 89,5 milliards transférés aux banques

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 15 : 49

Source : Attac France

Le 15 Décembre 2013, l’Irlande est devenue le premier pays à sortir d’un programme de «sauvetage» de la Troïka – Commission européenne, Banque centrale européenne (BCE) et FMI. Au moment où les élites politiques européennes sablent le champagne en l’honneur du « succès » irlandais, Attac publie une étude inédite à partir de chiffres officiels jusqu’ici dispersés. Alors que l’Irlande a reçu 67,5 milliards € de prêts pour son renflouement depuis la fin de 2010, le pays a transféré un montant total de 89,5 milliards € à son secteur financier au cours de la même période. 55,8 de ces milliards sont tombés dans les poches des banques créancières, toutes étrangères et certaines françaises. L’étude confirme que la situation économique et sociale de l’Irlande demeure désastreuse: ces milliards n’ont en rien profité aux Irlandais, broyés par la politique d’austérité infligée à leur pays pour payer ces dettes illégitimes. 

L’étude publiée aujourd’hui par le réseau des Attac d’Europe a été coordonnée par Attac Autriche et Attac Irlande. Les résultats en détail  (voir aussi www.attac.at/uploads/media/backgroundmaterial_ireland_english.pdf) :

- 18,1 milliards ont été utilisés pour recapitaliser directement les banques irlandaises .

- 55,8 milliards sont allés aux créanciers de l’Etat irlandais . € 37,5 milliards ont servi à rembourser des obligations gouvernementales à échéance et € 18,3 milliards pour payer les intérêts sur les obligations en circulation .

-        1,6 milliards ont été dépensés par la National Asset Management Agency (NAMA ), une structure de défaisance garantie par l’Etat , pour acheter les mauvais actifs immobiliers détenus par les banques irlandaises .

- 14 milliards ont été utilisés jusqu’à présent pour la liquidation de la Compagnie de liquidation des banques irlandaises ( IBCR ) , la fusion de deux banques nationalisées en faillite . 12,9 milliards entre eux ont été utilisés par l’AMNA pour acheter le reste des actifs de l’IBCR . Un autre 1,1 milliard a été versé aux créanciers de la banque à la suite d’ une garantie du gouvernement .

 » Au cours de son soi-disant sauvetage, l’Irlande a mis plus d’argent dans le secteur financier qu’elle n’a reçu de prêts pour son renflouement « , conclut Dominique Plihon d’Attac France ,  » la population irlandaise s’est lourdement endettée pour sauver le secteur bancaire européen « .

La Troïka aggrave les erreurs du gouvernement irlandais

Dans la période qui a précédé le programme de renflouement , la population irlandaise a été écrasée par ce qui est de loin le plus grand programme de renflouement des banques de la zone euro. Entre 2008 et 2010 , 76,5 milliards de fonds publics ont été transférés directement ou indirectement à des institutions financières irlandaises (1).  » Le gouvernement irlandais a poursuivi une politique de renflouement des banques à durée indéterminée – et la Troïka a encore aggravé ce cours « , critique Lisa Mittendrein, d’Attac Autriche.

La BCE a contraint l’Irlande à rembourser les hedge funds

L’influence de la Troïka est également visible dans les détails de la politique de gestion de la crise irlandaise : les banques irlandaises nationalisées doivent rembourser tous ses créanciers , même ceux qui ne sont pas couverts par la garantie de l’État . Une expertise commandée par le Parlement européen montre que la BCE a forcé le gouvernement irlandais à prendre cette mesure en menaçant de suspendre le financement d’urgence des banques irlandaises . Et cela bien que le remboursement intégral des obligations non garanties ne fasse pas partie du mémorandum de sauvetage, et malgré la demande du FMI que ces créanciers subissent des pertes (« haircut »). Ce faisant , la BCE a protégé les investisseurs les plus spéculatifs tels les hedge funds. Ils avaient prêté de l’argent aux banques irlandaises à des taux élevés quand il était déjà clair que celles-ci étaient sur le point de s’effondrer ou d’être secourues par l’État (2) . Le rapport conclut que la BCE a sans doute outrepassé son mandat et recommande de ne pas l’inclure dans de futures Troïkas (3). «Par le chantage et la coercition, la BCE s’est assurée qu’au bout de cinq ans de renflouement des banques, les spéculateurs auront perçu 6 Md € de fonds publics  » , selon Plihon (4) . (more…)

1 février 2014

¤ OGM et eugénisme… L’éradication planifiée de la vaste majorité de la race humaine…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 07

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/01/31/ogm-et-eugenisme-leradication-planifiee-de-la-vaste-majorite-de-la-race-humaine/

Empoisonnement et stérilisation sur le long terme au programme des réjouissances agro-alimentaires de l’humanité. Reprendre le contrôle de la chaîne alimentaire est un IMPERATIF vital pour les peuples.

– Résistance 71 –

Les Organismes Génétiquement Modifiés ou OGM, ultimes machines à tuer

Stéphanie Relfe

 

25 janvier 2014

 

url de l’article:

http://dprogram.net/2014/01/25/the-ultimate-killing-machine-gmos/#more-148718

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Cela ressemble à la même chose, le pain, les tartes, les sodas, même les épis de maïs ; tant ce que nous mangeons aujourd’hui ressemble à ce que c’était il y a plus de 20 ans. Mais quelque chose de profondément différent s’est passé sans notre connaissance ou même notre accord et d’après certains prominents médecins, ce que nous ne savons pas est déjà en train de nous endommager sévèrement.

Que sont les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), parfois les initiales GM pour Génétiquement Modifé sont utilisées. L’ingénierie génétique est très différente de la création naturelle parce que cela implique de prendre des gènes d’espèces complètement différentes et de les insérer dans l’ADN d’autres espèces, plantes ou même animaux.

Pour la première fois dans l’histoire, bactéries, plantes et animaux peuvent être complètement mélangés ensemble. Par exemple aujourd’hui, l’ADN de bactéries est mise dans des plantes alimentaires.

Les deux raisons principales pour lesquelles les plantes sont modifiées génétiquement sont pour leur permettre de:

  1. Boire et résister au poison ou
  2. Produire du poison

Les buveuses de poison sont transformées avec des gènes de bactéries qui leur permettent de survivre à des doses autrement mortelles de pesticides. Le poison principal utilisé est le Glyphosate, le poison qui se trouve dans l’herbicide RoundUp de Monsanto. Les entreprises de la biotechnologie vendent les graines et l’herbicide en package et les fermiers peuvent alors utiliser des centaines de millions de litre en plus d’herbicide qu’il serait possible d’utiliser sans que les plantes ne meurent.

Les plantes productrices de poison sont appelées cultures Bt. Des gènes insérés de bactérie produisent un pesticide (poison) dans chaque cellule de la plante. Ce qui tue les insectes, nous tue également. Ceci est un pesticide qui se trouve DANS la plante elle-même. Vous ne pouvez pas le laver !!

Plus de 70% de la nourriture qui se trouve sur les étagères des supermarchees contient des produits alimentaires génétiquement modifiés. Prenez une loupe et lisez la liste des ingrédients. Sauf si les mots qui suivent sont étiqueté “Bio”, ne les mangez pas ! (more…)

22 janvier 2014

¤ Moyen-Orient et dictature saoudienne… Le fondement historique

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 9 : 54

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/01/22/moyen-orient-et-dictature-saoudienne-le-fondement-historique/

Le caniche saoudien des Rotschild a armé les rebelles libyens et syriens

Dean Henderson

17 janvier 2014

url de l’article: http://deanhenderson.wordpress.com/2014/01/17/rothschilds-saudi-lapdog-arms-libyan-rebels/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Dans un article du journal  The Independant de Londres le 7 Mars 2011 titré “America’s Secret Plan to Arm Libya’s Rebels”, le journaliste Robert Fisk rapportait que le gouvernement d’Obama avait demandé à l’Arabie Saoudite d’armer les rebelles libyens. Les Saoudiens obtempérèrent et plus tard soutinrent les mêmes rebelles d’Al Qaïda en Syrie. Les Saoudiens ont également envahi l’état voisin du Bahreïn pour sauver la monarchie Al-Khalifa.

Les Saoudiens ont joué ce rôle pour la cabale banquière de la City de Londres depuis presque un siècle, partie intégrante d’un quid pro quo qui implique le pétrole, les armes, la drogue et des opérations secrètes. (voir mon article, The Saudi Paymaster, ou le Chapitre 3 de mon livre, Big Oil & Their Bankers…)

Le trône saoudien a servi depuis longtemps comme un rempart dans la région pour les banquiers de la City de Londres et de Wall Street et leur confrérie dégénérée consanguine actionnaire des familles royales européennes. Ceci fut part d’un plan pondu par la famille Rothschild qui contrôle le monde des affaires de la table ronde depuis bien plus d’un siècle afin de saisir le contrôle du pétrole du Moyen-Orient.

La famille Rothschild est propriétaire en majorité des entreprises BP, de la Royal Dutch/Shell, ainsi que de la Banque d’Angleterre, de la Réserve Fédérale américaine et la banque centrale saoudienne: laSaudi Arabian Monetary Agency (ou SAMA).

En 1917, les Britanniques se sont assurés Ibn al-Saud comme client, celui-ci fut instruit d’encourager les tribus arabes de renier l’empire Ottoman (NdT: La trame essentielle de “Lawrence d’Arabie”, Lawrence étant un agent (militaire) agissant pour la City de Londres: la Couronne…) dans la région du Golfe Persique. La même année la Maison britannique des Rothschild poussa pour la déclaration de Balfour, prêtant le soutien de la “Couronne” pour une patrie juive en Palestine. Un an plus tard, l’empire Ottoman était vaincu.

L’Irak, la Jordanie et l’Arabie Saoudite furent sculptés dans les restes de l’empire ottoman et furent soumis aux règles de l’empire britannique, avec Ibn al-Saoud prenant le contrôle du pays qui portera son nom: l’Arabie Saoudite. En 1922, le traité de Djeddah donna son indépendance à l’Arabie Saoudite de l’empire britannique, bien que la “Couronne” (NdT: nos lecteurs savent maintenant ce qu’il faut lire quand on parle de la “couronne” britannique… La City de Londres) exerça toujours une influence considérable. Jusqu’à aujourd’hui, des mercenaires britanniques servent de garde rapprochée aux membres de la Maison des Saoud.

Pendant les années 1920, avec l’aide de l’armée britannique,  Ibn al-Saoud saisît toujours plus de territoires des Ottomans (Turcs). Il annexa Ryadh et saisît les villes saintes de la Mecque et de Médine des mains des Haschémites.

L’entreprise Standard Oil of California (maintenant Chevron-Texaco, empire Rockefeller), trouva du pétrole en Arabie Saoudite en 1938. L’entreprise créa l’entreprise ARAMCO avec ses quatre cavaliers du cartel ami Exxon Mobil, Royal/Dutch Shell et BP (NdT: aujourd’hui quasiment exclusivement des intérêts Rockefeller et Rothschild !!…). Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne signèrent des accords de protection avec la Maison des Saoud et l’entreprise Bechtel se hâta de construire les infrastructures pétrolières de l’entreprise ARAMCO.

En 1952, juste après des accords de sécurité entre les Etats-Unis et l’Arabis Saoudite, SAMA fut créée en tant que banque centrale saoudienne. Dès 1958, SAMA était gérée par le Pakistanais Anouard Ali, qui fut ensuite le conseiller du roi Fayçal d’Arabie. Anouard Ali a été le patron du département Moyen-Orient du FMI au préalable.

Ali recruta trois banquiers occidentaux pour servir comme conseillers de SAMA. Connus sous le vocable des “trois sages” ou des “pères blancs”, ces banquiers occidentaux dirigeaient SAMA, Ali servant de vitrine. Le plus puissant de ces trois banquiers étaient John Meyer Junior, PDG de la Morgan Guaranty (aujourd’hui JP Morgan Chase, intérêts Morgan et Rockefeller), de sa division internationale et plus tard PDG du vaisseau amiral Morgan.

Les pères blancs dirigèrent les royalties/intérêts des pétro-dollars de SAMA vers les comptes de Morgan Guaranty. A son tour Morgan servît comme conseiller très bien payé de SAMA. Le fils d’Anouard Ali eut même un bon boulot à Morgan Equity. Avec des milliards et des milliards de pétro-dollars coulant à flot, le quid pro quo armes pour pétrole fut établi.

La progéniture d’Ibn al-Saoud forme aujourd’hui la monarchie actuelle de la Maison des Saoud, qui règne en Arabie Saoudite. Moins de 20 familles qui sont connectées avec le trône contrôlent l’économie saoudienne. La Maison des Saoud élargit son influence par l’argent et la reproduction. Les membres mâle de la famille Saoud sont aujourd’hui plus de 5000. (more…)

¤ Oligarchie financière: les huit familles derrière le cartel banquier privé international… L’ennemi des peuples a un nom et des visages !

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 38

Source : http://resistance71.wordpress.com/2011/06/03/oligarchie-financiere-les-huit-familles-derriere-le-cartel-banquier-prive-international-lennemi-des-peuples-a-un-nom-et-des-visages/

Nous avons traduit ici un article de Dean Henderson qui décortique le panier de crabes de la haute finance internationale pour nous. Il confirme ici que les banques centrales n’ont de « centrale » que le nom, et qu’elles sont des entités privées, dirigées pour le profit et mettre le contrôle total de l’économie mondiale dans le moins de mains possible.

Les banques sont un outil d’oppression sans précédent et des armes de destruction massive qui doivent être éradiquées si nous désirons vivre libre. Le néo-esclavagisme orchestré par le cartel des banques privées et bel et bien en marche. Il suffit de lui dire NON pour que tout s’arrête et que nous reprenions notre destinée en main.

Oui, c’est aussi con que cela: être capable de dire NON ! en masse et s’y tenir…

Autres articles intéressants lies au sujet publies sur ce blog:

http://resistance71.wordpress.com/2011/10/19/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-wall-street-et-la-montee-en-puissance-dhitler-professeur-antony-sutton-1ere-partie/

http://resistance71.wordpress.com/2011/09/28/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-le-dossier-rockefeller-1ere-partie/

– Résistance 71 –

Le cartel de la réserve fédérale: les huit familles

par Dean Henderson

Global Research, le 1er Juin 2011 (Part one of a four-part series)

url de l’article original: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25080

Les quatre cavaliers du sytème bancaire américain (Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup and Wells Fargo) possèdent les quatre cavaliers du pétrole (Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell, BP Amoco et Chevron Texaco) en tandem avec Deutsche Bank, la BNP, Barclays et d’autres anciens pontes européens de l’argent. Mais leur monopole sur l’économie globale ne s’arrête pas aux limites des champs pétroliers.

D’après les déclarations d’entreprise 10K enregistrées avec la SEC (NdT: la commission des cotations boursières, le “shériff” de Wall Street, ou ce qui devrait l’être), les quatre cavaliers de la banque sont parmi les 10 actionnaires majeurs de pratiquement toutes les entreprises figurant dans le ghotta du Fortune 500 [1]

Alors qui sont donc les actionaires de ces banques centralisant l’argent ? Cette information est gardée de manière plus ferme. Mes demandes aux agences régulatrices bancaires concernant la question de savoir qui possède les actions des top 25 compagnies américaines tenant les actions des banques ont initialement reçu un status couvert par le Freedom of Information Act (NDT: loi sur la liberté de l’information, qui aux Etats-Unis prévoit d’empêcher le secret de l’information), avant d’être finalement refusées sous couvert de raisons de “sécurité nationale”. Ceci est très ironique, sachant que bon nombre d’actionnaires résident en Europe.

Un des monument de la richesse de l’oligarchie globale qui possède ces compagnies de holding bancaire est la US Trust Corporation, fondée en 1853 et maintenant propriété de Bank of America. Un des récents directeurs de l’US Trust Corporation et administrateur honoraire était Walter Rothschild. D’autres directeurs furent Daniel Davison de JP Morgan Chase, Richard Tucker d’Exxon Mobil, Daniel Roberts de Citigroup et Marshall Schwartz de Morgan Stanley. [2] J.W. McCalister, un membre éminent de l’industrie du pétrole avec des entrées dans la maison des Saouds, écrivit dans le Grim Reaper, qu’il a obtenu des informations de banquiers saoudiens, qui citaient le fait que 80% de la banque fédérale de New York, de loin la plus puissante branche de la réserve fédérale, étaient détenus par juste huit familles, dont quatre résident aux Etats-Unis. Ce sont les familles Goldman Sachs, Rockefellers, Lehmans et Kuh Loebs de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourd, les Lazards de Paris et les Israël Moses Seifs de Rome.

CPA Thomas D. Schauf confirme les dires de McCallister, ajoutant que 10 banques contrôlent les douze branches de la réserve fédérale. Il nomme N.M Rothschild de Londres, Rotshschild Bank de Berlin, la banque Warburg de Hambourg, la banque Warburg d’Amsterdam, Lehmans Brothers de New York, Lazard Brothers de Paris, la banque Kuhn Loeb de New York, la banque Israel Moses Seif de Rome, Goldman Sachs de New York et la banque JP Morgan Chase de New York. Schauf également cite William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman comme étant les individus qui ont le plus d’actions à tire individuel dans la réserve fédérale. [3] Les Schiffs sont étroitement liés à Kuhn Loeb, les Stillmans de Citigroup, qui se marrièrent dans le clan Rockefeller au début du siècle.

Eustace Mullins arriva aux même conclusions dans son livre “Les secrets de la réserve fédérale”, dans lequel il montre des diagrammes connectant la Fed et ses banques membres avec les familles Rothschild, Warburg, Rockefeller et autres. [4] Le contrôle exercé par ces familles sur l’économie globale ne peut pas être exagéré et est couvert volontairement du sceau du secret. Leur bras médiatique est prompt à discréditer toute information exposant ce cartel de banques privées comme étant une “théorie du complot”. Pourtant, les faits demeurent.

La maison Morgan

La banque de la réserve fédérale est née en 1913, la même année que mourut J. Pierpont Morgan et que la fondation Rockefeller fut créée. La maison Morgan présidait sur la finance américaine depuis le coin de Wall Street et Broad, agissant déjà en quasi banque centrale américaine depuis 1838, quand Georges Peabody la fonda à Londres.

Peabody était un partenaire d’affaires des Rothschilds. En 1952, l’enquêteur sur le Fed Eustace Mulins émit la suposition que les Morgans n’étaient de fait que les agents de Rothschild. Mullins écrivit que les Rothschilds “…préféraient opérer de manière anonyme aux etats-Unis derrière la façade de la JP Morgan and co”. [5] L’écrivain Gabriel Kolko écrivit “Les activités des Morgan en 1895-96 à vendre des bons du trésor or américains en Europe étaient basées sur une alliance avec la maison Rothschild.” [6]

La pieuvre financière Morgan enroula rapidement ses tentacules autour du monde. (more…)

¤ Au cœur du Nouvel Ordre Mondial: le Dossier Rockefeller…

Classé dans : Complots prouvés,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 36

Sources :

- http://resistance71.wordpress.com/2011/09/28/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-le-dossier-rockefeller-1ere-partie/

- http://resistance71.wordpress.com/2011/10/05/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-le-dossier-rockefeller-2eme-partie/

- http://resistance71.wordpress.com/2011/10/11/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-le-dossier-rockefeller-3eme-et-derniere-partie/

Nous avons traduit de larges extrait d’un livre de Gary Allen publie en 1976 « The Rockefeller File » ou « Le dossier Rockefeller »et qui n’a jamais ete traduit en français a notre connaissance (merci de nous dire si vous en trouvez trace).

Cet ouvrage est d’une importance capitale a notre sens, tout comme le sont ceux de l’historien de Stanford University Antony C. Sutton, pour la comprehension de ce qui est la dynamique implacable et destructrice du Nouvel Ordre Mondial. 

L’ouvrage se compose de 196 pages et serait trop long a traduire dans sa totalite, nous en avons donc selectionne ce que nous pensons en etre la « substantifique moelle » pour la traduction et la diffusion a notre lectorat (ceci etant subjectif bien entendu et nous encourageons tous ceux qui peuvent lire l’anglais de lire le livre en VO, il est disponible gratuitement sur la toile, une possibilite ici). La traduction etant consequente malgre tout, nous la publierons donc en trois episodes a raison de un par semaine.

Voici donc la 1ere partie du « Dossier Rockefeller »...

Note: Resistance 71 ne partage pas les convictions politiques et sociale de l’auteur, ceci n’enleve rien a la pertinence de cette etude unique, qui est de l’avis des specialistes, la meilleure etude jamais realisee sur la famille Rockefeller, car elle analyse les dessous du pouvoir d’une des familles les plus puissantes au monde, ses ramifications et ses consequences tentaculaires sur le monde d’aujourd’hui.

A titre d’exemple du livre, peu de personnes savent (c’est pourtant documente et a ete relaye par les grands journaux de l’epoque comme le Chicago Tribune…) que David Rockefeller (95 ans aujourd’hui) a eu un entretien prive a huis clos de deux heures et demies avec le premier sovietique Nikita Kroutchev a Moscou en Juillet  1964, et qu’a l’issue de cet entretien, plusieurs mois plus tard, Kroutchev fut depose et l’URSS prit certaines directions. Si cela n’est pas influer sur la politique mondiale, qu’en est-il donc ?

Les Rockefeller sont au cœur de la poussee elitiste pour un Nouvel Ordre Mondial, ce que nous vivons aujourd’hui, grande crise economique qui va aller en empirant et les multiples guerres imperialistes de controle ne sont que les stigmates du pire a venir… Si nous les laissons faire. La lutte contre la corporatocratie fasciste menee par les familles Rockefeller, Rothschild, Kuhn-Loeb etc et leurs buts de controle hegemonique et eugeniste est permanente et doit etre vue comme une mission citoyenne.

Ne croyez pas etre immunises contre le cancer ultra-capitaliste et ses corollaires fasciste brun ou fasciste rouge. Il nous ronge toujours plus, jour apres jour, mais il existe un antidote, que les peuples ont a porte de main depuis toujours mais ont ete endoctrines a ignorer. Il est grand temps de reagir contre ce parasitisme planetaire !

– Resistance 71 –

Le Dossier Rockefeller, 2eme partie

Le Dossier Rockefeller, 3eme et derniere partie partie

Le dossier Rockefeller (extraits)

De Gary Allen, 1976 (éditions 76 Press California, 196 pages)

~ Extraits traduits par Résistance 71 ~

Introduction:

-NdT: la préface du livre se présente sous la forme d’une lettre à entête du Congrès des Etats-Unis et a été écrite par un membre de la chambre des représentants (le parlement en France) d’alors, Lawrence P. McDonald.

La lettre est datée de Novembre 1975.

Voici ce que ce député dit dans sa lettre d’introduction au livre:

“Cher lecteur,

Les super-riches des Etats-Unis ont une puissance et des prérogatives inimaginables pour la plupart d’entre nous. Qui peut concevoir de posséder un empire privé incluant une centaine de maisons et propriétés, plus de 2500 serviteurs, des milliers d’objets de luxe et des millions de dollars sans en savoir réellement le chiffre exact ?

L’Amérique a une famille royale de la finance qui a connue tant de richesses depuis des générations. Il s’agit bien sûr des Rockefellers. Mais si les Rockefellers se contentaient de leurs richesses, si leurs possessions satisfaisaient tous leurs désirs, ce livre n’aurait jamais été écrit; tout comme je ne vous presserais pas de le lire.

L’argent seul n’est pas suffisant pour étancher la soif  et les extravagances des super-riches. Au lieu de cela, bon nombre utilisent leur immense richesse et l’influence que cette richesse leur donne, pour obtenir toujours plus de pouvoir. Un pouvoir jamais même rêvé par les tyrans et les despotes des temps anciens et moins anciens. Une puissance à l’échelle planétaire. Un pouvoir sur les gens et pas seulement sur les produits.

Ce livre “Le dossier Rockefeller” n’est pas un livre de fiction. Il est en fait une présentation compacte, puissante et effrayante de ce qui est peut-être l’histoire contemporaine la plus importante: la poussée des Rockefellers et de leurs alliés pour créer un gouvernement mondial, combinant le super-capitalisme et le communisme, sous le même toit, le tout sous leur contrôle.

Depuis plus de cent ans, depuis le temps où John D. Rockefeller Senior utilisa toutes les stratégies déviantes possibles et imaginables pour créer un monople pétrolier gigantesque, beaucoup de livres ont été écrits sur les Rockefellers, assez pour remplir une belle bibliothèque. J’en ai lu un certain nombre. Mais aussi loin que va ma connaissance en la matière, personne n’a osé révéler la partie la plus vitale de l’histoire des Rockefellers: à savoir que les Rockefellers et leurs alliés ont, depuis au moins 50 ans, suivi un plan soigneusement établi d’utiliser leur puissance économique pour établir un contrôle politique d’abord des Etats-Unis, pour ensuite contrôler le reste du monde.

Est-ce que je parle ici de conspiration, de complot ? Absolument. Je suis convaincu qu’un tel complot existe, un complot aux ramifications internationales, dont la planification a pris des générations et dont l’intention est extrêmement malfaisante. Vous trouverez la vérité, souvent surprenante, parfois désagréable, mais toujours d’une importance capitale dans les pages qui vont suivre.

Gary Allen a accompli un travail absolument remarquable pour rassembler ces centaines de faits éparpillés et d’indices cachés sur le puzzle Rockefeller et ce jusqu’à ce qu’un dessin remarquable et unique émerge.

L’image qui y est révélée une fois le dossier Rockefeller totalement ouvert va peut-être vous choquer. Dans ce livre, vous apprendrez pourquoi les Rockefellers suivent la politique qu’ils se sont assignée, quels sont leurs buts, où veulent-ils embarquer les Etats-Unis… et pourquoi il est plus qu’essentiel qu’ils soient arrêtés à temps.

Je vous conjure de lire ce “Dossier Rockefeller” et d’encourager vos amis à faire de même.”

Chapitre 1

[...] Les Rockefellers ont inventé une tactique, qui est utilisée aujourd’hui par la classe des super-riches: plus vous donnez l’impression de donner de l’argent, au plus riche et puissant vous devenez. Avec l’aide de politiciens captifs du système et guidées par quelques brillants esprits de firmes légales, des législations furent écrites et passées qui protégeraient l’élite des super-riches dont les Rockefellers font partie, de la taxation répressive qu’ils ont imposés à tout à chacun.

La clef de ce système est d’abandonner la propriété tout en conservant le contrôle… Il est souvent préférable d’avoir vos biens possédés par un trust ou une fondation, que vous contrôlez bien sûr, que de les avoir en votre nom propre[...]

[...] La maison Rockefeller n’est pas seulement une famille riche à succès, mais c’est un empire. Aucune famille n’a recherché délibérément autant de contrôle sur toutes les facettes de la vie américaine. Que ce soit le gouvernement, les affaires, l’énergie, la banque, la finance, les médias, la religion ou l’éducation, au centre même de la structure de ces pouvoirs vous trouverez l’argent des Rockefellers, les administrateurs des Rockefellers et leurs agents. Une telle infiltration, influançant chaque aspect important de la vie aux Etats-Unis, ne peut pas être une coïncidence[...]

Chapitre 2

“La concurrence est un pêché” (John D. Rockefeller Sr.)

[...] Quand John D fonda la Standard Oil, elle n’était qu’une parmi 27 autres raffineries de pétrole dans la région de Cleveland et certainement pas la plus importante. Mais cet homme d’affaire ambitieux qui déclara un jour que “la concurrence est un pêché”, élabora très tôt un plan pour avaler ou détruire ses concurrents. La simplicité, l’audacité et l’implacabilité de ce plan est effarant.

Il soudoya et força les compagnies ferrovières qui desservissaient la région de Cleveland (La Pennsylvanie, le lac Erie et central New York), de lui rétrocéder des commissions ou des ristournes non seulement sur son propre frêt, mais aussi sur celui de sa concurrence, sur chaque barril de pétrole que sa concurrence envoyait par le train. Au plus ils envoyaient par chemin de fer, et plus il gagnait ! Ce système permit à Rockefeller de diminuer ses prix et de pousser ses concurrents à la faillite sur la durée et ce en utilisant leur propre argent ! En un an tous ses concurrents capitulèrent[...]

[...] En 1890, la Standard Oil raffinait 90% du pétrole brut américain et ses opérations outre-mer se développaient très rapidement.[...]

Chapitre 3

[...] Ceci dit et de manière incroyable, le pétrole n’est pas le plus gros business des Rockefellers. Cet honneur est réservé à la finance internationale par la banque. Les banques de la famille Rockefeller (NdT: à l’époque où ce livre fut publié, rappelons-le, en 1976) sont la First National City Bank (NdT: aujourd’hui la Citi Bank) et la Chase Manhattan Bank (NdT: aujourd’hui la Morgan Chase). La Chase Manhattan Bank est la troisième banque mondiale (NdT: en 1976) et bien que seulement numéro trois, elles n’en est pas moins la banque qui a le plus d’influence.

La plus grande banque du monde (NdT: là encore en 1976) est la Bank of America en Californie, inventrice de la carte de crédit…

[...] La Chase Manhattan fut créée de la fusion de la Chase Bank des Rockefellers et de la Manhattan Bank contrôlée par la famille Kuhn-Loeb. Ce mariage fut un énorme succès pour les deux familles. En 1971 la Chase Manhattan Bank avait un patrimoine de 36 milliards de dollars[...]

[...] Très proche du système bancaire des Rockefellers nous trouvons les gigantesques compagnies d’assurance avec leurs investissements qui valent des centaines de millions de dollars. Les compagnies d’assurance vie jouent un rôle capital dans la finance parce qu’elles sont les principales pourvoyeuses de crédit à long terme, alors que les banques elles-mêmes sont plus pourvoyeuses de crédits à court et moyen terme… Le groupe banquier Rockefeller est intimement lié avec les conseils d’administration de trois des quatre plus grosses compagnies d’assurance vie: Metropolitan Life, Equitable Life et New York Life. Les actifs de ces trois géants étaient de 113 milliards de dollars en 1969.

D’après les recherches du professeur Knowles, le groupe de banques contrôlé par la famille Rockefeller, compte pour environ 25% de la totalité des biens possédés par les 50 top banques commerciales de la nation et tous les biens des 50 plus grosses compagnies d’assurance vie du pays.

Le contrôle par la famille Rockefeller de ces banques et compagnies d’assurance, lui donne un levier énorme sur l’économie américaine qui va au-delà de toute propriété directe[...]

[...] Résumons ce qui est connu (NdT: en 1976 toujours…): 37 des 100 plus grosses industries de la nation, 9 des 20 plus grosses compagnies de transport, qui est le plus gros service utilitaire de la nation vue sa taille, 3 des 4 plus grosses compagnies d’assurance, plus un grand nombre de plus petites entreprises engagées dans la production industrielle, la distribution, la vente de détail, les crédits, les investissements, sont contrôlés par la famille Rockefeller.

“La puissance de la fortune de la famille est au-delà de toute mesure”, a rapporté le Washington Post[...]

Chapitre 4

[...] La fondation Rockefeller originale fut fondée en 1901 et était appellée L’Institut Rockefeller pour la Recherche Médicale; elle fut partie intégrante d’un programme de relation publique pour améliorer l’image de Rockefeller…

Chaque année, les Rockefellers peuvent injecter jusqu’à la moitié de leurs revenus dans leurs fondations et déduire ces “dons” de leurs impôts. Nelson Rockefeller (NdT: ancien vice-président des Etats-Unis sous Gerald Ford) admît dans une audition au congrès que “la fondation ne paie aucuns impôts sur le revenu du capital et aucun impôt sur le revenu, ainsi ces fonds peuvent continuer de croître” [...]

[...] Collectivement, les fondations Rockefeller ont plus de 1,5 milliards de dollars en actif (NdT: en 1976, bien plus aujourd’hui…), mais elles ont aussi pouvoir de contrôle d’autres fondations très importantes comme les fondations Carnegie et Ford. Quand vous entendez le mot “Fondation Carnegie”.. Pensez “Rockefeller”. Depuis plusieurs années déjà, les fondations Carnegie ne sont que des ramifications de la pieuvre Rockefeller. Les directeurs des opérations des fondations Carnegie ont été depuis des années des membres du comité de corrdination Rockefeller. Le Council on Foreign Relation (CFR) est la colle qui cimente l’entité Rockefeller.

Le gros bébé de la fondation est la fondation Ford qui représetne plus de 3 milliards de dollars de biens en propre (NdT: là encore, chiffre de 1976… Bien plus aujourd’hui) [...]

[...] Tout comme la fondation Carnegie, la majorité des trustees de la fondation Ford sont des membres du CFR des Rockefellers[...]

[...] Le capitalisme monopolistique est impossible à moins d’avoir un gouvernement qui a le pouvoir d’étrangler toute véléité de concurrence.

La meilleure façon de contrôler ou d’éliminer la concurrence n’est pas d’être meilleur qu’elle sur le marché, mais d’utiliser le pouvoir du gouvernement pour l’exclure en grande partie du marché. Si vous désirez contrôler le commerce, la banque, les transports, et les ressources naturelles à une échelle nationale, vous vous devez de contrôler le gouvernement fédéral. Si vous et votre clique désirez établir un monopole mondial, vous vous devez de contrôler un gouvernement mondial.

Les Rockefellers ne sont pas des humanistes; ils sont des contrôleurs de pouvoir machiavéliques[...]

***

Au cœur du Nouvel Ordre Mondial… Le dossier Rockefeller 2eme partie…

= = Suite de notre traduction en trois parties de larges extraits du livre de Gary Allen « The Rockefeller File » = =

Dossier Rockefeller 1ere partie

Dossier Rockefeller 3eme partie

Chapitre 5

[...] Les Rockefeller ont maîtrisé à un point terrifiant l’art d’utiliser la puissance économique afin de bâtir une puissance politique qui va renforcer encore plus avant leur pouvoir économique et ainsi de suite, ad infinitum[...]

[...] La pierre angulaire de l’establishment Rockefeller est le Council on Foreign Relation (CFR). Le leadership du CFR est l’équivalent du cerveau de la pieuvre. David Rockefeller est le président du comité directeur (NdT: en 1975-1976, il est président honoraire aujourd’hui)…

Le CFR est basé à New York et est composé d’environ 1600 “initiés” au faîte des affaires de la nation dans les domaines de la haute finance, de la politique, de l’éducation supérieure, du commerce, des fondations et des médias audio-visuels et écrits… Pendant ses cinquante premières années d’existence, le CFR ne fut pratiquement jamais mentionné par les grands de la presse nationale. Mais quand vous réalisez que le CFR a pour membres les top exécutifs du New York Times, du Washington Post, du Los Angeles Times, de Time, Life, Fortune, Business Week, et des chaînes NBC, CBS (NdT: CNN, Fox News, MSNBC etc n’existaient pas dans les années 70… Ils ont rejoint le club depuis…) et bien d’autres, vous pouvez être certain qu’une telle anonymité n’est pas une coïncidence et qu’elle est parfaitement délibérée… Anticipant de manière évidente une attention publique grandissante au sujet du CFR, le New York Times et le New York magazine se fendirent de deux articles. La stratégie était d’admettre que le CFR avait de longue date agit en super-gouvernement non élu des Etats-Unis, mais de maintenir la ligne que cela avait été fait de manière altruiste, idéaliste et par dévotion abnégatoire envers le bien public. (NdT: ceci se passa de la même façon pour le groupe Bilderberg, dont l’existence même était niée il y a encore une dizaine d’année et le fait de le mentionner n’amenait que le déni et l’accusation d’élucubrations conspirationnistes. Aujourd’hui, la presse de masse est obligée d’en parler car le groupe ne peut plus avancer caché)[...]

[...] De fait, le CFR a servi d’agence pour l’emploi virtuelle pour le gouvernement fédéral, à la fois républicain ou démocrate. Dans son article du New York Times, Anthony Lukas observa: “Tout le monde sait comment fonctionne la fraternité de groupe pour gravir les échelons de la vie. Si vous voulez être dans la politique étrangère, il n’y a pas de meilleure fraternité que le Council on Foreign Relation et il faut en faire partie…” [...]

[...] Qu’essaient de faire les Rockefeller avec leur CFR ?

Pour la première fois dans l’histoire, nous avons un membre du CFR qui est prêt à parler contre l’organisation.

Il s’appelle Chester Ward et est un Amiral en retraite de la marine américaine, qui est devenu l’avocat général du tribunal militaire de la marine. Alors qu’il gravissait les échelons du succès au sein de la marine, il fut invité à rejoindre le “prestigieux” CFR. L’establishment anticipa le fait que comme beaucoup d’autres avant lui, l’Amiral Ward succomberait à la flatterie d’être invité dans le sein des saints du sanctuaire de l’establishment et qu’en faisant appel subtilement à son ambition personnelle, il resterait gentillement dans la ligne de conduite. Les “initiés” sous-estimèrent grandement la dureté de caractère de l’amiral Ward. Il devint très vite un opposant très vocal de l’organisation. L’amiral déclara:

“L’objectif de la majorité influente des membres du CFR n’a pas changé depuis depuis sa création en 1922 il y a donc plus de 50 ans. Dans le numéro du cinquantenaire de Foreign Affairs (la publication officielle du CFR), le premier article directeur était écrit par le membre du CFR Kingman Brewster Jr et intitulé “Réflexions sur notre but national”. Il ne se découragea pas et le nomma expressément comme suit: notre but national devrait être l’abolition de notre nationalité. Il déballa tous les arguments pour un gouvernement global…”

Si le CFR de la famille Rockefeller a “pour passion de renier la souveraineté” des Etats-Unis, a qui donc sommes-nous supposés la rendre ?

L’amiral Ward répond que le but est de “submerger la souveraineté et l’indépendance nationales dans un tout-puissant gouvernement mondial; et en accord avec l’amiral, environ 95% des 1600  membres du CFR sont au courant que cela est le véritable but du conseil, et ils soutiennent tous ce but ! [...]

[...] un des plus grands dangers pour les internationalistes du CFR est la peur que sufisamment de citoyens américains comprennent finalement ce qu’ils sont en train de faire et que dans la bonne vieille tradition d’un électorat en colère, ils “balancent les rats hors du navire”. Face a la possibilité qu’une centaine de mini-nations au sein du pays ne vous boudent, ou pire, que les citoyens du pays ne deviennent clairvoyants et sages concernant le plan de jeu que vous leur avez préparé, que feriez-vous ?

La réponse fut évidente pour les Rockefellers depuis plus de cinquante ans: vous créez un gouvernement mondial que vous contrôlez et vous avez ce gouvernement à la tète de tous les autres.

Ceci a été le plan établi depuis au moins les 54 dernières années (NdT: 1922, année de la création du CFR…) et depuis que papy pétrodollars lui-même donna de l’argent pour construire la Ligue des Nations à Genève[...]

[...] Un tel “Nouvel Ordre Mondial” de manière emphatique, ne veut pas dire une société rendue impotente débattant de sujets avec le CFR. Non, cela veut dire un régime international qui contrôle les armées du monde, les armes, les cours de justice, les collecteurs d’impôts (NdT: dont par exemple la fameuse inepte taxe carbone fait partie intégrante. Le but est de la payer directement au cartel banquier qui sera en contrôle du gouvernement mondial), les écoles, les gouvernements locaux et tout le reste[...]

[...] Le “Nouvel Ordre Mondial” planifié par les Rockefeller sera une dictature globale. Les conservateurs l’appelleront socialisme ou communisme; les gens de gauche l’appelleront fascisme. L’étiquette ne fait absolument aucune différence. Ce sera l’archipel du Goulag à l’échelle planétaire.

Bien sûr les promoteurs d’un tel gouvernement mondial déguisent leurs intentions derrière toute une série de propos à double sens. A titre d’exemple voici comment le sénateur Alan Cranston de Californie (qui fut pendant de nombreuses années le président de la dépendance des Rockefeller: United World Federalists), défendît la proposition d’un super-état:

“La proposition 64 de gouvernement mondial ne dit pas que nous devrons abandonner notre souveraineté. Elle propose simplement des moyens par lesquels nous pourrons exercer au mieux notre souveraineté impotente sur des choses vitales comme par exemple la prévention de la guerre. Elle propose que nous créions un gouvernement mondial limité et que nous y déposions notre souveraineté…” En clair, nous n’abandonnons rien, mais nous “déposons”, Orwell appelait cela la novlangue[...]

[...] Même Nelson Rockefeller (NdT: vice président du président Gérald Ford, qui était en fonction au moment de la publication de ce livre, juste avant l’élection de Jimmy Carter, qui lui aussi s’entourera de membres du CFR et de la commission trilatérale également créée par Rockefeller…) sait que la révolution américaine fut une protestion contre exactement la sorte de pouvoir centralisé dont il se fait l’avocat. L’empire britannique était le gouvernement mondial de l’époque. Nos pères fondateurs ne voulaient pas être inter-dépendants, ils voulaient être indépendants. Ils étaient d’accord de payer le prix pour cette indépendance, dans la même monnaie que tout homme libre doit toujours payer: en sang et en or.

Chapitre 6

[...] “De manière toute aussi important est l’influence du CFR sur les médias… Le CFR contrôle ou possède les journaux principaux, les magazines ainsi que les réseaux de radio et de télévision…” Amiral Chester Ward (CFR et amiral en retraite)

Les Rockefellers comme nous l’avons vu ne sont pas de ceux qui laissent l’opinion publique se forger par chance. C’est pourquoi ils ont aussi investi leur argent charitable si judicieusement dans les filières de l’éducation et de la religion. Il serait d’une grande naïveté d’assumer que la famille ne puisse pas exercer toute influence subtile ou moins subtile sur les médias de masse de la nation[...]

[...] Les Rockefellers se sont assurés que les faiseurs d’opinion et les preneurs de décision du domaine des médias et de la presse ont été proprement introduits et initiés dans leur loge du CFR[...]

[...] Feu Arthur Hays Sulzberger, chairman du comité directeur du New York Times (NdT: à cette période), était membre du CFR et aujourd’hui (NdT: en 1975-76, c’est pire aujourd’hui !), il y a au moins 11 personnes ayant de hautes fonctions au sein du New York Times qui sont membres du CFR[...]

[...] L’implication des Rockefeller dans les médias est multiple. Principalement, les plans du gang Rockefeller pour créer un gouvernement mondial monopoliste ne sont jamais, au grand jamais, discutés au sein de la grande machine de désinformation. Les médias décident ce dont on parlera dans le pays. Nous avons dans ce pays ce que le journaliste Kevin Phillips a appelé une “médiacratie”.

Une médiacratie peut s’occuper de quelqu’un comme Ralph Nader et en faire un héro populaire instantané; ou ils peuvent prendre un ennemi des Rockefeller et en créer une image telle qu’il apparaît comme un crétin, un bouffon, un bigot ou un paranoïaque dangereux[...]

[...] Les faiseurs d’opinion de Madison avenue, le think tank de la Rand Corporation ou de l’Institut Hudson, peuvent manipuler et de fait manipulent l’opinion publique. Les élitistes de l’establishment appellent cela “le façonage du consentement”, ce qui veut dire que nous sommes manipuler à croire les mottos que nous ajustons sur les bracelets de nos poignets. Les techniques développées par le Thought Trust des Rockefellers viennent juste d’être adoptées et plus brutalement mises en œuvre par les communistes. Avec l’argent, les Rockefeller ont acquis les médias et leur contrôle; avec les médias, la famille a conquis l’opinion publique. Avec le contrôle de l’opinion publique, elle a gagné la politique et avec le contrôle du paradigme politique, elle a pris le contrôle de la nation[...]

Chapitre 7

“Nous aurons un gouvernement mondial que vous le vouliez ou non, le tout est de savoir si ce sera par conquête ou par consentement.”

(James Warburg, membre du CFR, déclaration faite à l’occasion d’un témoignage devant le comité sénatorial des relations étrangères le 17 Février 1950)

[...] Une liste complète de toutes les organisations, mouvements, publications et programmes soutenant l’idée d’un gouvernement mondial, qui a leur tour sont gérés par l’axe Rockefeller-CFR de derrière le rideau, serait du volume d’un livre aussi volumineux que l’annuaire de téléphone de Los Angelès. De manière évidente nous ne pouvons mentionner ici qu’un petit nombre des éléments de la piste Rockefeller vers le gouvernement mondial.

Certainement le chemin le plus visible vers le gouvernement mondial est celui qui passe par l’organisation créée en 1945 par les rockefeller avec justement ce but: L’Organisation des Nations Unies; à cet égard, les médias sous contrôle ont créé l’illusion, le mythe que l’ONU est un organisme de débat sans fondement réel[...]

[...] Si les contrôleurs de la pensée travaillant pour les Rockefeller peuvent persuader suffisamment d’Américains d’accepter de soumettre volontairement la souverainté des Etats-Unis aux mains de l’ONU, la longue campagne pour le gouvernment mondial sera terminée. Le Nouvel Ordre Mondial sera en vigueur. Les Rockefeller désireraient payer beaucoup d’argent pour un tel coup d’état pacifique et sans effusion de sang.

De fait ils financent toutes les possibilités. Voici juste quelques organisations aux Etats-Unis qui sont financées et / ou dirigées par le consortium dirigé par les Rockefeller et leur CFR et qui font la promotion directe de l’abandon de la souveraineté américaine: (NdT: nous ne citerons ici que celles éventuellement les plus connues en France, la liste est bien plus longue dans le livre !…)

  •    American Associations for the United Nations
  •    Atlantic Union
  •    Chatham House
  •    CFR
  •    Federation of World Governments
  •    Institute of International Education
  •    Trilateral Commission
  •    United World Federalists

[...] Peu de temps après la création de la Commission Trilatérale, Zbigniew Brzezinski en fut nommé directeur. Celui-ci écrivit un article pour le journal du CFR (dont il est aussi membre) “Foreign Affairs”, dans lequel il déclara:

“Il y a tres peu de chance que le monde s’unisse volontairement derrière une idéologie commune d’un super-gouvernement. Le seul espoir pratique est que celui-ci réponde à une préoccupation sur sa propre survie…”

En clair, Brzezinski dit qu’il est temps d’oublier l’approche ouverte et bonne enfant sur le gouvernement mondial proposée par exemple par L’Union Atlantique. L’union volontaire ne sera pas effectuée à temps, mieux vaut essayer une approche nouvelle. Quelle est cette nouvelle approche ? De manière simple,  il s’agit d’imposer les mêmes contrôles sur les nations qu’un gouvernement mondial ne le proposerait, mais cette fois-ci sous le déguisement de résoudre des problèmes économiques, écologiques ou énergétiques[...]

[...] La Commission Trilatérale a été créée par David Rockefeller afin du guider ses pairs internationalistes dans l’utilisation de leur influence privée pour garantir que leur gouvernement reste dans la droite ligne, celle de la grande poussée vers la grande fusion globale. Le pays qui ignore ces avertissements et donne trop d’importance à ses problèmes domestiques, pourrait bien se retrouver confronté à des problèmes alimentaires, d’approvisionnement en carburant ou de crise financière, qui fera passer la grande dépression pour une randonnée champêtre à travers la terre promise.

Chapitres 8 & 9

“Il y a toujours eu une alliance continuelle, bien que cachée, entre les capitalistes, la politique internationale et les socialistes révolutionnaires internationaux et ce pour leur bénéfice mutuel.”

(Antony Sutton, historien, université de Stanford, Californie, dans son livre “Wall Street et la révolution bolchévique”)

Si beaucoup de biographes ont parlé de la fortune et de la puissance politique et économique quasi illimitée dont dispose la famille Rockefeller, très peu se sont frottés avec l’aspect le plus remarquable de cette famille: sa relation proche, voire intime, au travers de plusieurs générations, avec ce qui est supposé être leur ennemi juré: le communisme… Dire que tout n’est pas toujours ce qu’il paraît être relève du cliché, mais il n’y a pas de mystère plus grand que l’identité de l’ultime soutien au mouvement communiste international[...]

[...] Aujourd’hui, beaucoup de gens pensent que les communistes furent capables de s’imposer en Russie parce qu’ils furent capables de gagner le soutien des paysans qui en avaient assez de la tyrannie des Tsars. Ceci n’est pas ce qui se passa… Au moment où le tsar Nicolas II abdiqua, et pour les mois qui s’en suivirent, les leaders de la révolution bolchévique, Lénine et Trotsky, n’étaient même pas sur le sol russe. Lénine était en Suisse où il vivait en exil depuis 1905. Trotsky était lui aussi en exil, travaillant comme journaliste pour un journal communiste à New York.

Trotsky fut autorisé à retourner en Russie avec un passeport américain et Lénine fut introduit en Russie par l’intermédiaire du fameux train scellé[...]

[...] Les bolchéviques purent parvenir au pouvoir non pas parce que les masses populaires de Russie les ont rappelé pour mener la révolution; mais parce que des hommes puissants en Europe et aux Etats-Unis, incluant les membres de la famille Rockefeller, les envoyèrent en Russie. Mais alors que ces faits ont été en partie supprimés dans le narratif, le plus grand secret de toute cette période réside sans aucun doute avec le fait que le financement pour cette révolution provint en fait des super capitalistes occidentaux et principalement des Etats-Unis.

Un ouvrage à la documentation méticuleuse fut écrit par l’historien Antony C. Sutton sur le sujet: “Wall Street and the Bolshevik Revolution”

[...] Le chercheur du Hoover Institute de l’université de Stanford pose la question la plus évidente: quelle serait la motivation derrière une coalition entre les capitalistes et les bolchéviques ? Les avantages sont très clairs pour les communistes; mais quels seraient les bénéfices potentiels d’une telle union pour les super-capitalistes occidentaux?

Sutton suggère que la Russie était et est toujours aujourd’hui (NdT: rappel de la date: 1976), le plus gros marché non exploité au monde. De plus, la Russie d’hier et d’aujourd’hui représente le plus gros risque de compétition sur le marché pour l’Amérique et sa suprématie industrielle et financière.

“Wall Street”, dit Sutton, “doit avoir des sueurs froides en se représentant la Russie comme un second géant industriel à l’instar de l’Amérique”. En mettant en selle la Russie, avec un système économique improductif dépendant de l’Ouest pour des injections constantes de liquidité et de technologie afin de survivre, celle-ci pourrait être à la fois contrôlée et exploitée[...]

[...] Avec la révolution bolchévique, nous avons quelques uns des hommes les plus riches du monde qui financent un mouvement qui clâme que sa raison même d’exister est d’accaparer la richesse des cartels super-riches, des banquiers capitalistes comme les Rockefellers.

De manière évidente ces hommes n’ont aucune peur du communisme international. Il est donc très logique d’assumer que s’ils l’ont financé et sont enclins, avides même de coopérer avec celui-ci, ce doit être parce qu’ils le contrôlent. Peut-il y a voir une autre explication qui ait un sens ? N’oublions pas que pendant plus de 100 ans, ce fut une routine procédurière standard pour les Rockefeller et leurs alliés de contrôler les deux côtés de chaque conflit.

Ayant créé leur colonie en Russie, les Rockefellers et leurs alliés ont puissamment lutté depuis lors pour la maintenir en vie. Depuis 1918 cette clique s’est engagée à transférer argent et probablement plus important, de l’information technique et technologique vers l’URSS. Ceci est étudié dane le détail dans le triptique historique grandiose d’Antony Sutton “La technologie occidentale dans le développement économique soviétique”. Utilisant dans la plupart des cas des documents du département d’état américain, Sutton prouve sans doute possible que virtuellement tout ce que possède l’URSS a été acquis en occident, principalement aux Etats-Unis. Ce n’est pas une exagération que de dire que l’URSS est en fait made in the USA. Personne n’a même tenté de réfuter le travail de recherche de Sutton. C’est impossible. Mais la machine de la désinformation que compose notre médiacratie peut ignorer Sutton. C’est ce qu’elle fait. Totalement[...]

[...] Dans ses trois volumes historiques sur le développment technologique de l’URSS, le professeur Sutton prouve de manière conclusive qu’il n’y a pas un segment de l’économie soviétique qui n’est pas le résultat du transfert de technologie occidentale, surtout états-unienne.

Ceci ne peut pas être une simple coïncidence; depuis plus de cinquante ans les membres initiés de la clique réserve fédérale-CFR-Rockefeller ont soutenu et implémenté des politiques qui visaient à accroître la puissance de leur satellite: l’Union Soviétique. Ainsi, les Etats-Unis dépensent 90 milliards de dollars annuels dans un budget de défense (NdT: en 1975-76, il est bien plus considérable aujourd’hui, l’URSS ayant été remplacée par une autre “menace” également créée de toute pièce: la guerre contre le terrorisme et Al Qaïda..) dont le but est de se protéger contre un ennemi que les “initiés” bâtissent au fur et à mesure[...]

[...] En 1964 David Rockefeller et Nikita Kroutchvev ont eu un meeting à huis clos de deux heures et demie. Le Chicago Tribune du 12 Octobre 1964 rapporta:

“David Rockefeller a eu un briefing avec le président Johnson aujourd’hui en rapport avec sa récente réunion avec le premier Nikita Kroutchev de Russie… Le leader rouge a indiqué que les Etats-Unis et l’URSS devaient ‘faire plus de commerce’. Kroutchev, d’après Rockefeller, a dit qu’il désirerait voir les Etats-Unis étendre ses crédits à longs termes à l’Union Soviétique.”

En fait ce meeting entre Rockefeller et Kroutchvev eut lieu deux mois plus tôt en Juillet. Quelques soient les problèmes qui émergèrent de cette réunion, ils ne furent pas résolus avant que le président des Etats-Unis ait eu un briefing en Septembre avec Rockefeller. Un mois plus tard, Kroutchev fut déposé. David Rockefeller rencontra peu aprés son remplaçant sur les bords de la Mer Noire et en Octobre 1966, Lyndon Johnson annonça sa nouvelle politique de “réconciliation” avec l’Europe de l’Est. Ceci fut fait dans une période où le bloc communiste escaladait son aide au Vietnam, dont virtuellement tout le matériel militaire venait des usines de munitions et d’armement d’Europe de l’Est[...]

[...] Le Viet Cong et l’armée nord-vietnamienne recevaient 85% de leur armement et matériel de guerre des nations du pacte de Varsovie… Les USA ont équippé et financé les deux côtés de cette terrible guerre du Vietnam qui a tuée près de 55 000 soldats américains par proxy (NdT: et plus d’un million de Vietnamiens bien sûr…). Une fois de plus, les médias de masse ont laissé le public américain dans l’ignorance de cette vérité choquante et scandaleuse[...]

[...] Ainsi, par la possibilité d’achat de patentes pour les communistes, les Rockefeller sont virtuellement en charge de la recherche et du développement de la machine militaire soviétique. Leur but est de permettre aux soviétiques de produire en masse de la technologie made in USA. Insistons ici sur le fait que le transfert d’une telle connaissance technologique est bien plus important que la vente d’armes[...]

[...] Parce que les Rockefeller ont maintenant le contrat exclusif de suppléer des patentes américaines aux Soviétiques, ils sont, par définition, les agents de la grande machine rouge. Il va sans dire qu’ils sont les plus gros agents des communistes de l’histoire. Ou peut-être serait-il plus à propos de décrire les communistes comme les agents des Rockefeller ?

Un outil de plus en plus important pour le pillage des Etats-Unis par les Rockefeller et leurs cohortes est la banque Export-Import, connue sous le nom de Eximbank (NdT: qui existe toujours de nos jours et est très proche de l’administration Obama). Cette banque fut établie en 1934 afin de financer et de promouvoir le commerce avec l’URSS. Mais ce ne fut pas avant que Richard Nixon eut signé la “détermination présidentielle” le 18 Octobre 1972, que l’Eximbank commença à financer le commerce avec les Soviétiques[...]

[...] Comme faisant part de l’effort phénoménal de bâtir l’économie soviétique en pillant les Etats-Unis, par le crédit (NdT: çà ne date pas d’hier ces histoires de crédits…), Richard Nixon nomma William Casey comme directeur de la banque Export-Import (NdT: ce même William Casey deviendra directeur de la CIA sous George Bush père, de fait, depuis la création de la CIA après la seconde guerre mondiale, une très vaste majorité de ses directeurs ont été liés de près à Wall Street, de là à dire que la CIA est une ramification, création de Wall Street, il n’y a qu’un pas facilement franchissable…). Casey, membre du CFR contrôlé par les Rockefeller est l’homme parfait pour le travail que Nixon et Kissinger ont en tête[...]

[...] Mais David Rockefeller est sûr du repaiement de la dette. Les prêts de la Chase sont garantis par les contribuables américains à travers d’autres agences gouvernementales comme l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et la Foreign Credit Insurance Association (FCIA). Gràce à cela, le contribuable américain est pris à l’hameçon jusqu’au dernier centime. De la même manière qu’avec les prêts de l’Eximbank, l’OPIC et la FCIA garantissent aux “hommes d’affaires” un profit quelque soit la manière dont l’affaire se termine. Ce qui se passe en fait, est que nous donnons aux soviétiques une usine de camions valant 2 milliards de dollars tout en assurant les Rockefeller de leur commission sur le contrat[...]

[...] “L’URSS est le plus grand marché non développé pour les Etats-Unis (NdT: dans les années 70)”, dit Alfred R. Wentworth, senior vice président de la Chase Manhattan Bank et directeur de l’agence moscovite récemment ouverte. “Ce marché s’ouvre maintenant et nos banques désirent participer à la multitude d’opportunités ainsi créées.” … Comme le magazine Newsweek titra: “Le Kremlin a maintenant un camarade à la Chase”[...]

[...] Le professeur Sutton a assemblé un puit d’abondance concernant les preuves, que personne n’a jamais essayé de réfuter. Dans un premier temps, il prouva que le système communiste d’état est un système stagnant incapable d’inovation et de productivité. Sa survie même au niveau basique a requis des transfusions régulières de fonds et de technologie. Sans aide de l’Ouest, l’URSS se serait effondrée depuis longtemps; mais sans elle, les Rockefeller et les autres super-riches n’auraient pas eu “l’ennemi” à disposition pour justifier leur plans de gouvernment mondial monopoliste. L’URSS fut d’abord sauvée par Herbert Hoover avec de la nourriture; puis est venu la NEP de Lénine, sa nouvelle politique économique, qui a rouvert les portes de la Russie aux super-capitalistes… La seconde guerre mondiale a vu des prêts de 11 milliards de dollars… Pendant la présidence de Kennedy, nous leur avons donné du blé pour nourrir les ouvriers d’usine. Pendant la guerre du Vietnam, les Etats-Unis ont envoyé de la logistique déterminante aux pays du bloc de l’Est, qui produisit au Nord-Vietnam son équipement de guerre pour tuer notre propre soldats. Aujourd’hui nous leur fournissons la plus grande usine de camion au monde, des ordinateurs très sophistiqués et de a technologie de production. Cerise sur la gâteau, le Wall Street Journal du 25 Avril 1975 titre: “Les Etats-Unis envoient en catimini de l’uranium à l’URSS afin de fabriquer du combustible nucléaire.”

Comme l’observa justement l’ex-secrétaire d’état à la marine James Forrestal: “La consistence n’a jamais étee une marque de stupidité. Si les diplomates qui ont mal géré notre relation avec l’URSS étaient simplement stupides, ils feraient de temps en temps une erreur en notre faveur.” En bref, ce qui se passe n’est pas simplement le pillage de notre économie, mais de la trahison pure et simple[...]

***

Chapitre 10

Le plan de jeu des Rockefeller est d’utiliser le contrôle de la population, de la production alimentaire et de l’énergie comme méthiode de contrôle des gens et des nations, ce qui mènera immanquablement à la grande fusion. Le gros du travail de sape pour établir cette stratégie est effectué par Henry Kissinger, qui fut un enployé personnel de Nelson Rockefeller pendant plus de dix ans avant que celui-ci ne le place dans le gouvernment Nixon. En de nombreuses occasions Herr Kissinger a déclaré que son but était de créer un “Nouvel Ordre Mondial” (NdT: chose qu’il réitéra à Wall Street en 2009 au début de la crise). A ce sujet, le journaliste Paul Scott révèle:

“Kissinger croit, selon ses aides de camps, qu’en contrôlant l’alimentaire, on eut contrôler les peuples, en contrôlant l’énergie, spécifiquement le pétrole, on peut contrôler les nations et leur système financier. En plaçant la nourriture et le pétrole ainsi que le système monétaire mondial sous contrôle international, Kissinger est convaincu qu’une première mouture de gouvernement mondial opérant sous les auspices de l’ONU peut devenir une realité avant 1980.”… De manière évidente, le plan est de s’emparer des biens d’autrui et de les placer sous le parapluie protecteur d’un gouvernement mondial contrôlé par les Rockefeller.

Cette nouvelle stratégie pourrait être appellée la “route de la crise” vers le Nouvel Ordre Mondial. (NdT: si la date de 1980 pour une première mouture ne fut pas respectée, observons la “route de la crise” depuis et son emballement aujourd’hui, surtout depuis l’évènement catalyseur nécessaire du 11 Septembre 2001…)…

Le plan, tel qu’il fut publiquement annoncé par le membre du CFR Richard Gardner, fonctionnaire à temps partiel du département d’état et professeur de droit et d’organisations internationales à l’université de Columbia, explique qu’au lieu d’essayer de faire de l’ONU une dictature mondiale complète dès le départ, l’establishment identifiera des problèmes dans différents pays. Ensuite ils proposeront des “solutions”, qui ne pourront être réalisées que par une sorte d’agence internationale, de façon que chaque pays concerné soit obliger de soumettre segment après segment son indépendance nationale[...]

[...] Mais si plus de nations parvenaient à l’indépendance alimentaire, le terreau pour une gouvernance mondiale disparaîtrait. Pour que les Rockefellers puissent créer leur Nouvel Ordre Mondial, ils doivent d’abord créer les famines et entretenir la peur de plus de souffrance. Tout ce dont on a besoin pour créer une famine est de mettre l’agriculture sous le contrôle d’une bureaucratie gouvernementale, et d’attendre un peu. Plus grosse est la bureaucratie et moins il faut attendre de plus une bureaucratie internationale est le nec plus ultra pour produire de la corruption et du blocage administratif au lieu de blé.

Entremêlée avec le contrôle alimentaire est la poussée pour plus de contrôle des populations. La gestion de la population (NdT: par la doctrine néo-malthusienne mâtinée de darwinisme-social) est un outil important pour construire le filet qui amènera les petits poissons vers le Nouvel Ordre Mondial. “L’explosion démographique” réelle ou totalement imaginée, est utilisée en parallèle avec les problèmes alimentaires, énergétiques et de change international afin d’imposer Big Brother[...]

[...] Pour les Rockefeller le socialisme n’est pas un sytème de redistribution de la richesse et spécifiquement pas de la leur, mais un système de contrôle des populations et de la concurrence. Le socialisme met le pouvoir aux mains du gouvernement et parce que les Rockefeller contrôlent le gouvernement, contrôle par le gouvernement veut en fait dire, contrôle par les Rockefeller. Vous ne le saviez peut-être pas… Mais vous pouvez être sûr qu’eux le savent ! [...]

Chapitre 11

[...] Il y a encore cinq ans de cela (NdT: 1970-71), pas une personne sur mille n’avait entendu le mot “écologie”; mais d’un seul coup d’un seul, nous sommes tous supposés paniquer à l’idée de la polution qui nous étouffe dans notre sommeil.

Les sources de financement de ce “mouvement spontané” furent les divers fondations Rockefeller, la fondation Carnegie, contrôlée par les Rockefeller et les fondations impliquées avec les Rockefeller comme celles de Mellon (Gulf Oil). Parmi les promoteurs publics les plus fervents du mouvement furent enrôlés Robert O. Anderson de Richfield Atlantic Oil (et membre du CFR) et Henry Ford le second de la compagnie Ford Motor (et membre du CFR). La tirelire principale du mouvement écologiste a été la fondation Ford (NdT: dont aujourd’hui Michelle Obama et sa mère sont de purs produits), dont pratiquement tous les trustees sont membres du CFR des Rockefeller. La fondation a littéralement déversée des millions de dollars (NdT: et continue à le faire aujourd’hui avec le renfort des néo-eugénistes des fondations Gates et Turner) pour développer des plans de contrôle de la population et de l’environnement de toute sorte[...]

[...] Le fond des frères Rockefeller, la fondation Rockefeller et le fond de la famille Rockefeller contribuent lourdement à la révolution environementaliste de laquelle la Standard Oil (NdT: mainenant Exxon-Mobil) profite très largement en pouvant mener les prix du pétrole en orbite[...]

[...] L’Aspen Institute (of Humanistic Studies) est lourdement financé par le fond des frères Rockefeller, nous espérons que cela ne choque pas trop; les Rockefeller ne sont pas les seuls intérêts pétroliers à financer le mouvemement écologique anti-pétrole. De gros donateurs ont été la fondation Gulf Oil, le trust de charité de la compagnie Humble, la fondation Mobil et la fondation de l’union pétrolière de Californie. Toutes ces entités étant bien sûr soit contrôlées soit en affaire avec les Rockefeller au travers du CFR[...]

[...] Les crises créées dans les domaines de l’énergie, de l’alimentation et de la population sont des leurres, créés de l’intérieur de façon à ce qu’elles puissent être “résolues” et qu’un “Nouvel Ordre Mondial” puisse être établi (NdT: le terme “New World Order” est ici utilisé par Gary Allen dans ce livre ecrit en 1975 et publié en 1976. Ce terme fut déjà utilisé par l’écrivain H.G. Wells pour le titre d’un de ses ouvrages publié en Janvier 1940…). Oui, les crises sont un grand élément fédérateur[...]

[...] Si le peuple américain avale les couleuvres de a propagande inspirée et financée par la famille Rockefeller, la prédiction d’une apocalypse faite de dépression économique et de famine deviendra une prophétie s’auto-réalisant. Si nous pouvons être réduits à l’état de panique au point de soumettre notre liberté au nom de notre survie, alors la dictature socialiste-fasciste du Nouvel Ordre Mondial des Rockefeller deviendra une réalité.

Chapitre 12

Quand John D. Rockefeller fut proche de monopoliser l’industrie du raffinement pétrolier, une de ses tactiques favorites et des plus efficaces était de capturer la concurrence depuis l’intérieur. Il plaçait ses hommes de main dans les bureaux de sa concurrence, ou soudoyait les employés des autres compagnies pour accomplir ses volontés.

Les descendants de John D. jouent maintenant le même jeu avec notre gouvernement. Cela ne fait absolument aucune différence quel parti est au pouvoir, que ce soit un gouvernement républicain ou démocrate, les gens des Rockefeller tiennent les positions clefs, spécifiquement dans les domaines de la politique étrangère et de la finance. La maison Rockefeller est le pouvoir éternel derrière le trône.

L’influence des Rockefeller sur la Maison Blanche a commencé en 1894 avec l’élection de William MacKinley; mais ce ne fut pas avant l’élection de Franklin Delano Roosevelt à la Maison Blanche qu’ils ne furent en position décisive de pouvoir déterminer la politique. Ce bien des façons, le New Deal de Roosevelt était une nouvelle donne de Rockefeller[...]

[...] Les Rockefeller ont fait du secrétariat au trésor (NdT: ministère des finances en France) une succursale virtuelle de la Chase Manhattan Bank…

Alors que le poste de secrétaire d’état au trésor (NdT: ministres des finances et du budget chez nous) est une position importante, celui de directeur du comité de la réserve fédérale l’est bien plus. La Réserve Fédérale est un mystère enrobé d’énigme pour la vaste majorité des Américains. Nánmoins, elle est essentielle et critique pour les manipulations économiques des Rockefeller. La famille fut instrumentale à créer ce sytème de Réserve Fédérale. Elle fut créée en 1910 au cours d’une réunion secrète sur l’île de Jekyll au large des côtes de Georgie, comme admit plusieurs annés plus tard par l’agent des Rockefeller Frank Vanderlip dans ses mémoires…

De cette réunion de l’île Jekyll naquît le rapport de la commission monétaire dont s’inspira la loi Aldrich, qui créa la réserve fédérale.

Le parti républicain étant vu comme étant trop associé aux intérêts de Wall Street, les conspirateurs décidèrent de faire promouvoir la loi par les démocrates comme un moyen de limiter la puissance de Wall Street !

La loi fut passée au congrès américain le 22 Décembre 1913, juste avant l’interruption de Noël.

Après le vote, Charles Lindbergh Sr, le père du célèbre aviateur, déclara au congrès:

“Cette loi établit le plus grand cartel banquier sur terre. Quand le président signera cette loi, le gouvernement invisible de la puissance de l’argent, dont l’existence est prouvée par l’enquête sur les trusts monétaires, sera légalisé. Voilà ce qu’est la loi Aldrich sous son déguisement… Cette nouvelle loi permettra au cartel banquier de créer de l’inflation quand ce mème cartel le jugera nécessaire pour ses intértêts…”

La loi sur la réserve fédérale était et est toujours vue hier et aujourd’hui, comme une grande victoire de la “démocratie” sur le “cartel de l’argent”. Rien ne peut être plus loin de la réalité. Le concept même du système des banques centrales fut inventé par ceux à qui on voulait retirer le pouvoir financier.

Quel est le degré de puisance de notre “banque centrale” ? Elle contrôle notre volume monétaire est les taux d’intérêts et manipule de la sorte toute l’économie, créant à volonté de l’inflation, de la déflation, des récessions ou des boums économiques; elle peut aussi influer grandement et à volonté sur le marché boursier. La réserve fédérale est si puissante que le parlementaire Wright Patman, président du comité parlementaire des finances affirme:

“Aujourd’hui aux Etats-Unis, nous avons deux gouvernements de facto, nous avons le gouvernement dûment constitué et nous avons un gouvernement indépendant, incontrôlé et incoordonné avec l’entité de la réserve fédérale, qui possède le pouvoir de créer la monnaie alors que celui-ci est réservé au congrès de par la constitution.”

A cet effet, la réserve fédérale gouverne les présidents, les parlementaires et les ministres des finances[...]

[...] Sous la brillante expertise des gérants monétaires agents des Rockefeller et du CFR, le dollar a perdu les trois-quarts de son pouvoir d’achat depuis 1940. (NdT: et bien plus depuis 1976…). La vitesse de dépréciation s’accélère. Bientôt votre dollar papier, complètement détaché de quelque valeur or ou argent que ce soit par les bons soins des agents Rockefeller, ne vaudra plus le papier sur lequel il est imprimé (NdT: n’est pas imprimé devrait-on mème dire aujourd’hui, puisque la masse de l’argent est une masse virtuelle qui n’existe pas et n’existera jamais, elle n’est qu’une illusion créée sur des écrans ordinateurs…). Ceci ne présente pas de problèmes pour les Rockefeller qui ne doivent pas vivre sur un revenu ou une pension de retraite fixes.

L’Amérique d’aujourd’hui est programmée pour une autre débâcle du style de 1929 (NdT: écrit en 1976… visionnaire, pas tant que cela car si prévisible…)[...]

[...] Les Rockefeller aiguisent maintenant leurs tondeuses à moutons et vont passer le monde à une nouvelle tonte. Cette fois-ci sera sans doute la dernière. En 1929, l’Amérique était loin d’un système de gouvernement total. La prochaine dépression sera utilisée comme prétexte pour l’établissement de contrôles socio-fascistes dans le pays et d’un super état mondial de manière internationale.

De la même façon que les Rockefeller utilise la banque Export-Import comme d’un outil pour piller le capital et pour seuvrer l’économie américaine de crédit ainsi que ses citoyens sur-impôsés, ils utiliseront la Banque Mondiale des Nations-Unies (NdT: et le FMI) comme un autre moyen de siphoner dans le porte-feuille du contribuable états-unien.

EPILOGUE

[...] Nous avons montré que la maison Rockefeller vaut des milliards de dollars et possède un moyen de levier sur ses centaines de millairds de plus au travers de son influence sur les mega-banques, les institutions financières, la production manufacturière et pétrolière. La famille a utilisé des fondations et leurs réseaux pour préserver et faire multiplier sa richesse ansi que pour façonner l’opinion publique par le biais de l’éducation, des médias et de la religion. A travers le Conseil en Relations Etrangères (CFR), elle a augmenté son influence sur le gouvernement, la réserve fédérale, la communication et l’éducation. Une soif sans fin, quasi psychopathique pour le pouvoir monopoliste, a motivé trois générations de Rockefeller. Parce que les Etats-Unis sont un pays de grande taille, diversifié et une nation décentralisée, cela a pris à la famille cent ans pour bâtir l’échaffaudage qui étranglerait finalement la liberté. Maintenant elle est prête à nous mettre la corde au cou et à tirer le levier de la trappe.

La question est: Pourra t’on couper la corde avant que les Rockefeller ovrent la trappe ? La réponse la plus honnête et la plus réaliste est celle-ci: peut-être…

[...] La résistance au Nouvel Ordre Mondial des Rockefeller demande la même motivation et les mêmes efforts que cela a pris pour vaincre Hitler. Heureusement, cela ne devrait pas demander le même sacrifice en vies humaines que d’autres guerres ont causé, si en fait le temps, l’argent et l’effort de le faire sont faits maintenant, avant que la dernière résistance possible ne se fasse de derrière des clôtures de fils de fer barbelés.

Ce livre n’a pas été écrit pour vous distraire ou simplement vous informer, ni même pour vous faire peur. Il a été écrit pour donner une épée aiguisée qui pourra couper la corde que le bourreau nous passera autour du cou. Nous l’avons publié. Le reste est de votre ressort. Si vous ne faites rien de cette connaissance, les Rockefeller eux seront sans pitié.

 

 

Cette entrée a été publiée le octobre 11, 2011 à 3:37 et est classée dansN.O.Mnéo-libéralisme et paupérisationneoliberalisme et fascisme,politique et lobbyismepolitique et socialpresse et médiarésistance politique avec des tags . Suivez tous les commentaires de cet article par flux RSS 2.0. Vous pouvez poster un commentaire ou rétrolier depuis votre site.

23 Réponses à “Au cœur du Nouvel Ordre Mondial… Le Dossier Rockefeller, 3eme et derniere partie…”

  1. merci

    Chapitre 12-Réserve Fédérale
    Sa création et son mode de fonctionnement sont aussi hallucinants qu’est le silence et/ou pseudo-technique économico-scientifico-truc qui l’entoure.
    A l’aide de graphiques simples cela pourrait s’expliquer aux enfants et mettrait à jour de manière criante les exactions de ce cartel d’enflures.
    Quant à ce que l’explication se fasse jour sur des médias à forte audience, il y a un goufre.
    Tout ça pour dire que le système de la Réserve Fédérale est d’une telle simplicité et d’une efficacité si redoutable que si ils tiennent à ce que personne n’y comprenne rien, c’est que c’est le maillon faible.

    • Et oui, tout le système des banques centrales dont le QG est la Bank for International Settlements (BIS) de Bâle est régit par le cartel des grosses banques privées, les six mega-banques américaines et les grosses banques européennes dont la Deutsche Bank (qui est essentiellement derrière le BCE et qui est privée) la Société Générale et BNP-Paribas.. Pour la France, la Banque de France est privatisée depuis la loi Pompidou (ex-fondé de pouvoir de a banque Rothschild) / Giscard en 1973… La Banque de France prête l’argent à l’état français comme la réserve féderale le fait aux Etats-Unis et les impôts des contribuables ne servent en fait qu’à rembourser les intérêts de la dette.

      Ceux qui croient encore que leurs impôts paient pour les écoles, routes et autres services publiques sont bien naïfs.
      Plus de 90% des impôts sur le revenus (et le peu payés par les grosses entreprises..) servent à payer les INTERETS de la dette, oublions le solde !
      C’est le même système partout, car régit par le système des banques centrales, qui utilise le principe frauduleux de la réserve fractionnelle et l’usure sur les intérêts dûs.

      Il faut balayer toute cette fumisterie au plus vite et renoncer au remboursement de ces dettes odieuses, car basées sur un système frauduleux, une escroquerie qui a enchaînée les peuples au remboursement d’une dette qui n’a pas lieue d’être dans sa très vaste majorité !

      Personne des médias presstitutes ne publiera ces informations, et ceux qui le font sont de suite vilipendés et ostracisés au moyen désormais « classique » de l’étiquette « théoriciens du complot »… Tout cela est réel et fonctionnel et ruine l’humanité. Gary Allen a écrit et nous a prévenu en … 1976 avec ce livre, que la prochaine grande crise sera la dernière, car les Rockefeller et consorts, l’utiliseront pour l’établissement du Nouvel Ordre Mondial, d’abord financier et économique répondant un la satisfaction d’un monopole oligarchique absolu.

      Un autre livre qui ne traite que de la création de la réserve fédérale: « The creature of Jekyl Island » de l’excellent Edward. G. Griffin, livre également écrit à la fin des années 70, début des années 80.

      Nous sommes prévenus, et la lutte est de tous les instants !

  2. Un témoignage intérressant sur la situation en Libye.

    Comment t’es-tu retrouvé en Lybie ? La Russie ne prête pourtant pas son appui à Kadhafi.

    – J’ai été chargé d’un voyage d’affaire au printemps de cette année à Alger, en représentation commerciale. Mais l’objectif principal était d’atteindre précisément Tripoli. En accord avec l’ambassade, par la « caravane » j’ai rejoint l’état-major de Mouammar Kadhafi. Nous nous sommes sans tarder occupés de la formation du personnel de la 32e brigade blindée, que commandait et commande Khamis Kadhafi : formation et entraînement à la conduite de la guerre en milieu urbain. Le fait que Tripoli serait intenable est devenu clair aux alentours de juin-juillet. On a alors entraîné les brigades au combat de petits groupes autonomes, autant en milieu urbain qu’en-dehors des endroits habités. On a insisté particulièrement sur la formation aux actes de sabotage.
    Les soldats et officiers de la 32e sont bien préparés. Quelques-uns ont été formés au SAS ou en France. Mais en Libye on estime beaucoup l’école militaire russe.
    La tactique de combat par groupes peu nombreux a vu le jour par expérience des partisans de la Seconde guerre mondiale, et de la Tchétchénie. Ces petits groupes de 20-30 personnes trouvent des colonnes armées, minent les lieux de passage et après exécution des manoeuvres de diversion regagnent un endroit sûr.

    Tu dis « nous ». S’agit-il de la Russie, ou de personnes qui étaient avec toi en Libye ?

    – Je n’étais évidemment pas seul là-bas. Tout ce que je peux dire maintenant, c’est que nos gars sont avec Kadhafi. De Russie, pour l’essentiel des officiers à la retraite, ayant abrégé leur carrière dans l’armée russe, et aussi des spécialistes des territoires de l’ex-URSS.
    Tu n’as finalement pas répondu, pourquoi t’a-t-on envoyé à Tripoli, alors que le pouvoir russe a officiellement déclaré que Kadhafi devait partir ?

    – Qui peut interdire à un dignitaire haut placé d’envoyer un subordonné à Alger en voyage d’affaire ? Par exemple, pour une collaboration de type militaro-technique ? Ce qui se dit dans le cabinet n’est jamais destiné à toutes les oreilles. Mon travail est évalué selon ses résultats, pas selon des compte-rendus.
    Les professionnels comprennent que l’attaque sur la Libye est un volet d’actions programmées. Suivent la Syrie, l’Algérie, le Yémen, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Asie Centrale et la Russie. L’ordre n’a pas d’importance. Mais la Russie y est, probablement en dernier. En attendant on l’entoure de régimes fantoches hostiles, de radars et de bases militaires, on s’affaire à la corrompre par tous les moyens et en développant un climat de protestation à l’intérieur.

    Après cette mission tu es resté en service ?

    – J’ai déjà envoyé une demande de mise à la retraite. Je sais qu’on est en train d’étudier mon dossier personnel. Pas forcément pour me décorer. Mais j’ai l’ancienneté, un appartement, et pas de famille. Mais je n’ai pas encore pensé à retourner en Russie. Beaucoup de choses ont évolué cette année, j’ai pris certaines décisions à mon sujet. Sans la paperasse, je n’en resterai pas moins militaire.

    Tu dis que tenir Tripoli était impossible. Quelle était l’erreur dans la défense ?

    – L’erreur n’était pas dans la défense, mais dans l’appréciation du conflit. Dans le fait que Kadhafi vivait dans deux mondes parallèles. Il n’a pas entretenu une politique comme, par exemple, le leader Nord-Coréen. Et il n’a pas cru à une agression de son pays, jusqu’au dernier moment. Même à la mi-août, quand les bombardements avaient commencé à Tripoli et dans d’autres villes, il s’entretenait encore avec Berlusconi, avec Sarközy. Ils lui faisaient un baratin, qu’il n’y aurait pas d’opérations terrestres sur Tripoli. Il y a quelques années, il avait été proposé à Kadhafi d’installer un puissant système de DCA intégrale. Cela aurait été possible par l’intermédiaire de quelques anciennes républiques soviétiques. Mais il considérait qu’une telle initiative ne ferait qu’irriter les Etats-Unis et l’Europe. Je le répète, l’Italie et la France, et même la Grande-Bretagne, avaient promis qu’il n’y aurait pas d’opérations militaires terrestres contre le Libye.
    L’erreur résidait aussi dans le fait d’avoir voulu mettre sous surveillance trop longtemps les officiers libyens achetés. Il aurait fallu les arrêter sans attendre, ne pas laisser la contagion se répandre impunément. L’intention de Kadhafi était par-là de démasquer d’autres traîtres. L’indécision de Kadhafi quant à ses idées personnelles sur le cours de ce conflit a servi, d’ailleurs, de facteur pour convaincre certains officiers de premier rang à passer, moyennant aussi une paire de millions de dollar, du côté des rebelles. Imaginez que partout où il pleut déjà, vous vous prenez des pierres sur la tête, et vous dites que ça va aller, que ça passera. Dans ce climat comment pouvez-vous inspirer confiance ? En particulier vis-à-vis de ceux qui seront les plus utiles aux ennemis ? Le facteur humain est ce qu’il est, surtout en Afrique.

    Comment avez-vous pu sortir sains et saufs de Tripoli ?

    – On a été avertis par Al-Jazeera et CNN. On a vu les images de la « victoire » des insurgés, filmés au Qatar. On avait déjà entendu parler des décors de la Place verte de Tripoli, dans un désert proche de Doha. On savait ce qu’ils y faisaient. C’était pour les rebelles et les saboteurs le signal de l’attaque. Immédiatement après, dans chaque ville des « cellules dormantes » d’insurgés ont commencé à construire des barrages, à s’introduire dans les postes et appartements des officiers fidèles à Kadhafi. Dans le port, on a assisté au débarquement de troupes étrangères. Un des flancs a cessé de répondre. Le général Eshkal a cédé ses positions sans combattre. Kadhafi avait donné l’ordre de ne pas souffler sur les braises et de se replier. Ne pas transformer Tripoli en chaudron où se mélangeraient militaires et civils. Quelques centaines de kamikazes ont refusé d’exécuter cet ordre et sont restés à se battre dans la ville, en tentant de porter le plus de perte à l’ennemi, le distraire de la poursuite du leader et du commandement. Ils continuent toujours leur résistance. Cela fait plus d’un mois qu’il reste à Tripoli des quartiers où même les islamistes ne s’aventurent pas. C’est leur choix, c’est leur ville, et je les comprends.
    L’assaut a commencé. On est sorti de la caserne de Bab al-Azizia vers un petit immeuble au sud de la capitale. On a alors littéralement abandonné la ville avec un groupe de véhicules pour se diriger vers un endroit sûr. Il était temps en l’occurence, trois bombes lourdes anti-bunker GBU sont tombées sur l’immeuble. Les véhicules étaient des jeeps ordinaires, aucune « mercedes » spécialement pour Kadhafi. Pourquoi attirer l’attention ? Quoique je ne doute pas que les américains à de nombreuses occasions savaient où se trouvait Kadhafi. Mais les missiles et les bombes arrivaient 5 minutes après notre départ. Comme s’ils essayaient de lui montrer qu’il pouvait être anéanti à n’importe quel moment mais que pour l’heure ils se défendaient de le faire. Dans ce conflit libyen une grosse partie est informationnelle et psychologique.

    Les membres de la famille qui sont restés en Libye sont-ils ensemble ?

    – Non, la famille de Kadhafi s’est séparée d’emblée. C’était la décision la plus efficace. Les habitants libyens disent que si ce n’est pas Kadhafi lui-même qui revient, ce sera quelqu’un de sa famille. Actuellement certains sont en Tunisie, certains en Algérie, certains au Niger. Mais les frontières sont poreuses. Khamis est resté dans la banlieue de Tripoli pour organiser la résistance. Saïf est à Bani-Walid. Ni le colonel même, ni ses enfants ne se trouvent à un même endroit, ils se déplacent régulièrement. Le problème le plus complexe est de rester en contact. Les ondes sont contrôlées par l’aviation militaire et les ressources techniques de la 6e flotte US, la DIA et la NSA. Je n’ai donc pas couru le risque de communiquer des images ou des vidéos. Elles prennent plus de temps que d’envoyer des « paquets » d’informations en texte. L’accès à internet est très limité, l’OTAN sait dans quelles régions on se trouve et bloque n’importe quel réseau.

    Oui, les photographies des prisonniers anglais ont visiblement manqué. Comment cela s’est-il passé ?
    Comment saviez-vous qu’il s’agissait de membres du SAS, vu qu’ils ne portaient aucun document ?

    – Il y aura des photographies. Les prisonniers eux-mêmes et l’humiliation publique de l’armée sont des arguments. La guerre est la guerre, mais il y a toujours une table de négociations. Plus on a d’atouts, plus le dialogue est facile. Il s’agissait d’un groupe de saboteurs de 30 personnes. La majorité de l’armée qatariote, et 13 anglais et français. Ils menaient une infiltration profonde de Bani-Walid, probablement pour évaluer les forces principales. Mais ils ne connaissaient pas très bien les environs. Des locaux ont reporté qu’ils vadrouillaient près de la ville. On a pu mener une opération et les capturer. Les qatariotes ont été exécutés par les libyens, qui les haïssent fortement. Comment, disent-ils, un musulman peut-il entrer dans la maison d’un autre musulman et tuer sa famille ? Donc, « yaddam » (peine de mort) et point final. Les anglais et français ont été séparés, interrogés et conduits dans un abri antiaérien. On a pris leurs noms, matricules et grades, les a photographiés et tout envoyé par mail à l’adresse des ministères des affaires étrangères britannique et français. On a proposé de les relâcher sans aucune condition, à n’importe quelle endroit de Libye.
    A propos, le véhicule qui s’est chargé des transmissions a été détruit par un missile quelques heures plus tard, quand il revenait en ville. C’est dire à quel point les ondes sont contrôlées de près. Quand la Grande-Bretagne a refusé ses soldats, on a envisagé de les transférer en Algérie, de là réunir une conférence de presse pour informer le monde. Je me suis trouvé dans une unité avec les hommes de Moussa Ibrahim, en route pour l’Algérie à discuter de la conférence de presse. Il y avait des difficultés diplomatiques, on n’était pas sûrs de passer la frontière, on songeait à une localité frontalière. En cours de route des hélicoptères nous ont pris pour cible. Une explosion m’a éjecté de la plate-forme ouverte de la jeep. Des touaregs m’ont ramassé et aidé à me transporter hors du pays. D’où je me suis retrouvé ici en traitement. Tout ne s’est pas passé comme prévu, mais je suis vivant.

    Y a-t-il un risque pour la Russie du côté de l’OTAN et des USA ?

    – Bien sûr. Dans une première étape il n’y aura pas d’opposition ouverte. Leur tâche essentielle sera d’enflammer le Caucase à l’aide des radicaux islamistes, entraîner le sud de la Russie localement, mais de façon progressive. A cette heure-ci au Maghreb des musulmans radicaux apparaissent au pouvoir. Des combattants d’« Al-Qaida » et divers groupuscules extrémistes. Et entre la Russie et la Méditerranée l’étendue est bien moins grande qu’avec l’Afghanistan, peu de montagnes et moins hautes. C’est avantageux pour les USA, pour l’Europe et la Russie non. Abdelhakim Belhadj, commandant militaire à Tripoli, est un prétendant au pouvoir dans le nouveau gouvernement libyen. C’est le leader du Groupe islamique combattant en Libye (GICL), figurant dans la liste des organisations terroristes du Département d’Etat des USA.

    Il n’y a pas d’autres prétendants ?

    – Si. Le colonel-transfuge Khalifa Haftar, qui a vécu 20 ans aux USA. Un ancien juge militaire sous Kadhafi, Mohamed Bachir Al-Khaddar. Pour faire court, Belhadj est une créature du Qatar ; Al-Khaddar est issu des oligarques de Misrata, soutenu par les français ; Haftar lui fait partie des oligarques promus de Benghazi, soutenu par les américains.
    Si Belhadj entre au gouvernement, et il le fera, il sera reçu dans les capitales du monde entier. Belle image qu’un combattant lié aux terroristes caucasiens entre au Kremlin, serre la main du président.
    Il y a aussi le problème du pillage incontrôlé des armes des dépôts de l’armée libyenne. Une grande partie part dans les cales des cargos vers le Caucase. Des ports d’Afrique du nord aux rives du Caucase il n’y a que 48 heures. Il est regrettable que ceux qui appellent à la sécurité des citoyens ne soient pas capables de lire les rapports de l’OTAN. Ceux-ci indiquent noir sur blanc que l’exportation illégale d’armes volées en Libye est un des problèmes majeurs de sécurité mondiale.

    Qu’est-ce qui est propre à cette guerre libyenne ? En quoi se distingue-t-elle des conflits armés que tu as déjà connus ?

    – Chaque guerre est unique. En Libye, elle est éclectique. Propagande massive de la Seconde guerre mondiale, territoires brûlés comme au Vietnam, corruption et désertion comme en Irak… Elle a ses « partisans biélorusses ». Et comme dans chaque guerre un nombre importants de civils meurent. Mais ce conflit est vraiment unique. D’un côté des guerriers touaregs du désert avec des fusils de 1908 et des amazighs en machettes. De l’autre, des bombes aériennes guidées et des missiles à guidée laser, des avions sans pilotes. Un choc des civilisations et des âges.

    Le territoire sur lequel se déroule le conflit est sûrement un des plus vastes depuis la Seconde guerre mondiale, et les intérêts en jeu y sont au moins équivalents.
    L’information et la psychologie jouent un rôle important. Les avions américains sont constamment en survol du territoire libyen pour tracter de la propagande. Les reportages orientés d’« Al-Jazeera », la BBC, CNN, Reuters et d’autres sont coordonnés pas le centre informationnel de l’OTAN. « Terreur et brouillard » conviendrait mieux comme devise que « Protecteur unifié ».

    Quels principaux défis se posent maintenant aux partisans de Kadhafi ?
    – C’est simple, ce sont des maths. Sur 100% de la population on a 5-10% d’oppositon et 5-10% de loyalistes. Quelle que soit la façon dont le leader se comporte, certains le critiqueront, d’autres seront toujours loyaux envers lui. Mais ni les uns ni les autres ne déterminent rien, ce sont les 80-90% restants, dont l’opinion peut balancer d’un côté ou de l’autre. Ici l’équilibre est rompu par une propagande habile des médias de masse occidentaux. Mais les ennemis de Kadhafi ont trop fait pencher la balance, elle pourrait rebalancer de l’autre côté avec autant de force. Et cela ne se fera pas nécessairement par l’armée ou la politique. Je dirais même : pas nécessairement sur le seul territoire libyen. Le but de partisans de la Jamahiriya sera, comme au tribunal, de présenter minutieusement des preuves et des arguments. Les gens sentent bien au fond, qui est ami ou ennemi, ce qui est bon ou mauvais. Ce n’est pas le côté militaire qui importe. La guerre aura été comme un appendice.

    Sur le plan militaire beaucoup dépendra du soutien des rebelles par les forces de l’OTAN, en particulier l’aviation et la radio. S’ils réduisent le nombre de raids aériens comme ils l’ont promis et qu’ils cessent de contrôler le réseau, il n’y a plus de problème à se débarrasser des clowns du CNT. Avec les radicaux en revanche ça restera délicat. Ils savent manier la gâchette, n’ont nulle part où fuir, et la Libye leur est étrangère. Des sociétés militaires privées vont probablement faire leur entrée dans le pays pour assurer la garde des pipe-lines et des raffineries. De telles infos arrivent déjà de Brega et Ras-Lanouf : des troupes ont tenté de débarquer et de s’établir, jusqu’ici sans succès. Le défi sera de s’en prendre régulièrement à ces sites. Les protéger de roquettes venant du désert est impossible. En Europe on comprendra que chaque baril ne sera pas donné. En terme de dollars, et de vies humaines. Mais les dirigeants des SMP ne sont pas idiots, demander un tel prix pour leur service ne sera pas rentable. Et attribuer la garde à l’armée régulière est aberrant, ils ont d’autres occupations.

    Qui les libyens soutiennent-ils malgré tout ? Kadhafi ou le nouveau pouvoir ?
    – Je ne me presserais pas à l’appeler « nouveau pouvoir ». Evidemment le peuple soutient ceux qui leur donnent du travail, de la nourriture, et surtout la sécurité. C’est vrai que Kadhafi était critiqué en Libye. Mais c’était une opposition raisonnable, aucun d’entre eux n’aurait pensé à prendre les armes et massacrer des civils pour autant. Et ils étaient une minorité. Le soit-disant nouveau pouvoir, y compris les radicaux, ne sont pour l’instant pas en mesure d’apporter la stabilité, parce que la majorité du peuple reste, si ce n’est pour Kadhafi, du moins pour « l’époque de Kadhafi ».

    Mais en Orient tout se résout traditionnellement par la force et l’argent. Si les loyalistes obtiennent une séries de victoires convaincantes, alors le peuple sera derrière. Tant que certaines villes résistent, que les kadhafistes mènent des sorties dans tout le pays, le peuple est dans l’embarras quant à la raison pour laquelle on le libère et de quoi on le libère. Il compare ce qui était avant et ce que c’est devenu maintenant, et personne n’aime les conclusions. Si les positions sont abandonnées à Syrte, à Bani-Walid, et d’autres villes de la résistance, alors l’opinion publique sera du côté du nouveau pouvoir, par peur, parce qu’il ne restera pas d’autre choix. Les développements dans la région seront très rapides. Dans les prochains mois les grandes lignes vont se dessiner. Si l’armée peut s’approvisionner et poursuivre son action normalement, la victoire sera du côté de Kadhafi et de la Jamahiriya.
    Que ressentent les libyens aujourd’hui (en dehors des soldats de Kadhafi et des rebelles du CNT) ?
    – Ils se sentent dupés, battus, violés, et pas plus libres qu’avant. Imaginez-vous qu’on bombarde votre pays sous prétexte d’aide humanitaire, qu’à peine les dernières bombes tombées les capitalistes se partagent les champs pétroliers et les raffineries, et que des popes radicaux pénètrent dans toutes les maisons, expliquant aux gens comment vivre, et que ceux qui ne sont pas d’accord sont fusillés. Les gens se recroquevilleraient par instinct de conservation, signeraient volontiers pour survivre quelques papiers et hisseraient de nouveaux drapeaux, pourvu qu’ils aient leur ration et l’accès à l’eau et l’électricité. Ils guetteraient le retour de l’armée, en s’enfuyant dans les bois, en attendant le retour de l’ancien temps. Voilà ce que pensent vraisemblablement les libyens aujourd’hui. Mais comme beaucoup de sang a coulé, rien ne subsistera comme avant.

    Tu parles arabe ?
    – « Men aaesh kouman arbaïn yaouman sar minkhoum ». C’est un proverbe arabe : « Quiconque a vécu 40 jours avec un peuple en fait partie. » Si je ne parlais pas arabe, on ne m’aurait pas envoyé.
    Quand penses-tu revenir en Libye ?
    – D’ici quelques jours déjà je serai dans un pays limitrophe. A 90% les frontières ne sont pas contrôlées par les rebelles. Je garde le contact avec Khamis et les nôtres. Ils m’attendent.

    http://www.geopolintel.fr/article407.html

  3. « Les professionnels comprennent que l’attaque sur la Libye est un volet d’actions programmées. Suivent la Syrie, l’Algérie, le Yémen, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Asie Centrale et la Russie. L’ordre n’a pas d’importance. Mais la Russie y est, probablement en dernier. En attendant on l’entoure de régimes fantoches hostiles, de radars et de bases militaires, on s’affaire à la corrompre par tous les moyens et en développant un climat de protestation à l’intérieur. »

    Très bien vu, pour la Russie et ce qui explique le voyage de Sarkozy en Turquie ( sous de faux prétextes, le génocide arménien, car en Arménie se trouvent des bases occupées par les russes) et en Georgie et comme pour le Quatar au Maghreb, ils sont en train d’embaucher tous ceux qui veulent participer à ces destabilisations.

    Ainsi pour la Russie, les dernières déclarations du président de la république polonais sur les républiques baltes qui doivent entrer dans l’Union européenne et pourquoi ces déclarations publiques pour sonder la population polonaise et les habitants de ces républiques qui donneront leur avis.

    • Oui et surtout, le retour en 2012 de Poutine aux affaires… Fini les « ronds de jambes » devant l’empire. C’etait la fonction (concertee) de Medvedev.
      Poutine va remettre tout cela en place. Il est en Chine en ce moment, ici sa derniere interview avec la chaine de television chinois anglophone CCTV dont le transcript as ete publie par RT. On peut voir que la ccoperation sino-russe devient synergetique devant l’empire.
      L’interviewer est le redacteur en chef adjoint de l’agence Xinhua et a un moment il demande a Poutine comment il « verrait une cooperation sino-russe dans une forme de ‘nouvel ordre mondial’ « … Poutine le rembarre gentiment… Brillantissime !

      Nous le traduirons peut-etre…

      transcript en anglais ici:
      http://rt.com/politics/official-word/russia-china-economy-putin-637/

      • emma b. dit :
        octobre 12, 2011 à 1:04

        ils n’ont quand même pas fini de s’épuiser à pondre leur nouvel ordre mondial que les Rockefeller et autres veulent à tous prix et pour le momment ce groupe est inattégnable. Ils ne commenceront à dégurpir ou à se redéployer que lorsque les système bancaire et financier sera mis à mal, ce qui n’est pas le cas, mais ce système fracassé dans ses entrailles s’est rappelé à notre bon souvenir nous les peuples pour qu’on les renfloue, par le biais de la classe politique pourrie gauche-droite qui n’a pas bougé d’un iota pendant ces 3 ans et les sert, sauf que les peuples ont ces jours-ci ou cette année-ci la preuve qu’ils ne valent rien. La classe politique a couvert les banques qui avaient des dirigeants escrocs en Irlande, Islande, Grèce, Autriche et Dexia et autres parce que incompétents ou complices, ils ne pouvaient faire autrement. ces banques avec des dirigeants escrocs ont tranquillement sur ces 3 années faits leurs bagages et pour les autres continué à spéculer.

        Mais là la classe politique est sur la sellette et est sommée d’agir, car les sondages indiquent que plus personne ne leur fait confiance et les médias continuent à les couvrir et ces campagnes électorales vont être révélatrices, car Sarkozy est haï mais Obama également. L’opinion américaine dans son ensemble est dans les mêmes dispositions que l’opinion française vis à vis d’Obama et on ces primaires révèlent chez nous avec le succés de Montebourg qu’ils ne veulent plus entendre parler de ce PS non plus incarné par Hollande-Aubry dont ils n’attendent rien.

  4. « Que ressentent les libyens aujourd’hui (en dehors des soldats de Kadhafi et des rebelles du CNT) ?
    – Ils se sentent dupés, battus, violés, et pas plus libres qu’avant »

    c’est une évidence !

    Merci pour cet excellent compte rendu !

  5. …racket mafieux suite
    sans compter que la notion même d’intérêts est une fumisterie devenue dogme : pourquoi donc payer des intérêts sur une somme empruntée ?
    Et puis, payer des intérêts sur une somme empruntée à une institution laquelle ne possède d’ailleurs même pas cette somme : le pognon à la base n’existant pas, c’est à s’étrangler…
    Toute l’économie mondiale est basée sur des inventions humaines telles les mathématiques, sciences économiques devenues exactes mais qui n’ont aucun fondement si ce n’est le vol caractérisé. Du Monopoly meurtier.

    Remerciements également aux commentateurs.

    • Absolument… Pourquoi utiliser le système monétaire pour l’échange. Tout est basé sur la notion de propriété, de profit et donc de l’inégalité sociale à la racine qui fausse les cartes dès le départ. Il est impossible de concevoir même l’idée de liberté et de « démocratie » dans une société fondamentalement inégalitaire où une minorité possède, est dispensée du travail et exploite la vaste majorité qui dans un contexte économique fabriqué et usurpé doit vivre (plus ou moins bien) de son labeur qu’elle vend n’ayant rien d’autre à proposer.
      Albert Camus disait dans « L’homme révolté » qu’il n’y a jamais eu de révolution dans l’Histoire, qu’il ne peut y en avoir qu’une seule qui libèrera l’humain et le monde une fois pour toute. Il conclut en disant que les anarchistes avaient montré la voie de l’émancipation.

      Il est de plus en plus évident que c’est la seule solution viable à long terme. L’humanité se rendra à cette évidence, nous sommes sur le chemin.
      L’état est un passage obligé de l’Histoire tout comme le capitalisme et son corollaire induit pour mieux contrôler: le communisme autoritaire d’état.

      La grain de l’idée de la société libertaire a été semée il y a longtemps (pas si longtemps en fait à l’échelle de l’Histoire), elle germe, lentement mais sûrement dans une terre pas très fertile…

      http://resistance71.wordpress.com/2011/10/12/crise-societaire-solutions-libertaires-le-programme-de-la-fai/

  6. emma b. dit :
    octobre 12, 2011 à 4:02

    Oui nous ne sommes pas innocents dans l’affaire cependant et nous nous sommes laissés manipuler dans tout le sens du terme et à tous les niveaux.

    les politiques ont ouvert les vannes avec la liberté de circulation des capitaux, des marchandises et des hommes mais partout à la fois et à l’échelle planétaire et nous l’Europe avons été le gros dindon de la farce, car c’est sur nous que s’est appuyé le système jusqu’à plus soif.

    les politiques étaient corrompus et corruptibles à grande échelle ou incompétents, car ceux qui ne l’étaient pas regardaient faire et certains peu nombreux se sont élevés dans certains domaines, exemple le Médiator, contre cette corruption ou contre cette farce.

    l’opinion elle s’est laissé berner à partir des loisirs (football) médias, presse, consommation et nous nous apercevons ces derniers mois que la presse et les médias n’ont qu’un rôle, nous manipuler à l’échelle planétaire. Il n’y a qu’à voir, Berlusconi, en Italie, Murdoch en Angleterre et chez nous et ils continuent, sauf que cela se vent de moins en moins ( la presse) et on regarde de moins en moins la télé, mais sur les actualités ou les campagnes électorales nous dépendons d’eux tout en étant lucides pour un noyau important d’entre nous.

    Mais ils continuent, n’ont de visibilité que les partis UMP-PS et les partis d’extrême gauche passent à la trappe, même si il n »y a pas beaucoup à attendre. ils se contenteront donc du centre droit du PS ( Aubry ou Hollande ) sauf que les français commencent à ne plus en vouloir, vote Montebourg et Joly au lieu de Hulot qui était le cheval de troie des entreprises du CAC 40, dont Bouygues.

    ce ne sont pas des avancées majeures mais en quelques mois ce n’est pas si mal.
    cette campagne ne va pas être indigeste, mais cocasse, car la droite a pêrdu sur tous les tableaux, par les affaires,( remercions ceux qui les ont fait sortir et qui ont montré combien était pourri le sommet de l’etat ) la perte du Sénat et ces primaires PS qui voient les 2 postulants se faire voler la vedette et sur tous les blogs se manifeste le rejet de ces deux-là dont on attend rien.

    • très juste tout cela.. qu’en concluez-vous ?

      • Ecore merci pour cette traduction
        je termine ce texte en pdf
        http://www.a-c-r-f.com/documents/MALYNSKY-PONCINS-La_Guerre_occulte.pdf
        peut être que cela peut intéresser votre lectorat
        c’est dans la même veine !
        Cordialement,
        Patrice Sanchez

      • emma b. dit :
        octobre 13, 2011 à 9:08

        Que tout va bien et qu’on a raison d’être aussi optimiste, tout en considérant qu’on est dans une situation dramatique, car les montagnes d’argent qu’on nous a volées ne reviendront pas par enchantement et ceux qui les ont volé vont avoir à coeur depuis les banquiers jusqu’à ceux qui tiraient les ficelles tout en haut, où ils sont 1%, de les mettre à l’abri car la tourmente est maintemenant où on fait sauve qui peut est au niveau des banquiers de la classe politique , mais il ne faudra pas les oublier pour les mettre en cause et leur demander des comptes.

        De même l’Empire se fracasse sur des réalités et doit se servir de plus en plus de supplétifs qui sont aussi véreux qu’eux, d’un côté Al Quïda et le Quatar qui eux n’ont pas un grand avenir si ce n’est semer le chaos mais aussi la Turquie qui va faire carton plein au Proche Orient mais avec des peuples qui ne n’en veulent pas et surtout de leur barbarie et les polonais d’un autre côté, erigés en « tigre »auqel on ne croit plus mais le peuple polonais est pris dans les rêts du catholicisme, donc les médias et le catholicisme font encore un travail de sape, mais il y a une tendance d’extrême gauche ultra minoritaire qui se lève donc c’est la même voie du renouveau pour eux, avec un décalage par rapport à nous et ils sont de ce fait 70 % de la population pour le gaz de schiste et une armada d’entreprises américaines et autres pour le gaz de schiste mais aussi sur tous les secteurs,en train d’explorer pour piller le pays

        Et la Coalition pour la Lybie et l’évolution du printemps arabe,
        consciente de cela toujours dans les plus gros montages mensongers pour agencer qu’ils ont toujours la situation en main, ce qui n’est pas le cas.

        • Concrètement on fait quoi ?…

        • emma b. dit :
          octobre 13, 2011 à 2:21

          Moi, je me repose, vous votre travail c’est d’interesser ces jeunes qui peuvent oeuvrer pour une société libertaire vous être très utile mais attention à tous ces altermondialistes issus des classes bourgeoises en rupture pour certains et qui ont gonflés les effectifs et cela n’a rien donné. il y en a encore aujourd’hui dans les manifs et quand je vois 500 000 personnes dans la rue en GB contre l’augmentation des frais universitiares et il n’y a rien à l’arrivée, les jeunes se sont expatriés en masse pour aller faire des études à Maastrich, cela veut dire que ce 1% et ces masses ne peuvent rien contre une classe politique ou castes qui tient encore tous les verrous, mais au moins comme je vous le disais, on le sait et l’oipinion dans son ensemble le sait, c’est pourquoi le vote Montebourg a crée comme un vent de panique et pour moi c’est très important, je vais donc suivre cela de très près et continuer à informer partout où je le peux, c’est mon travail et cela me plait bien.

          Comme je vous le disais, l’empire est mal en point, je suis en train d’étudier la question mais il emploie toutes les méthodes pour garder la main . les manifs sont de grande ampleur mais nouveauté, black out total par la presse et répression .

          Même sur le printemps arabe où il y a tant de prétendants à le changer, Al Quaîda, le Quatar, la Turquie, la Coalition est obligée de changer de disque et est en train de pondre une mouture nouvelle concernant l’intérêt qu’elle y porte.

          le disque on capture Kadhafi et ses fils, hier encore ça marchait et c’est faux, donc on peaufine autre chose.

        • Oui, ce qui nous intéresse est l’éveil du plus grand nombre, mais aussi par cet éveil d’en faire quelque chose: reprendre une conscience sociale perdue depuis belle lurette à l’érosion de la société de consommation et de canaliser les volontés pour un véritable changement, pas un ersatz de pseudo-démocrtaie comme à l’accoutumée.
          Nous partirons en campagne anti-vote et désobéissance civile vers la fin de l’année et participerons à la focalisation des énergies pour une conscience libertaire plus avancée… En attendant que la masse critique soit là…
          L’oligarchie elle va accélérer le processus de déliquescence sociétaire, retirer le bouchon de la baignoire économique, pour vidanger, déclencher une guerre majeure (pas forcément mondiale, mais majeure) pour forcer l’avènement de leur gouvernance mondiale.

          2012 va être intéressante…

  7. Divina insidia pour vous remercier de ce majesteux travail si instructif

    http://www.megaupload.com/?d=3JLKRJEJ

  8. emma b. dit :
    octobre 13, 2011 à 2:29

    N’oubliez pas la presse on la lit de moins en moins, les médias on y croit de moins en moins de ces discussions entre soi, mais pour les actualités hélas et la campagne électorale, on dépend d’eux, alors visibilité sur les partis et financements qui va avec, car jer suppose que les entreprises du CAC 40, si ils doivent changer de cheval en ont deux là avec Aubry et Hollande, elles vont mettre le paquet.

    Je ne sais ce qui s’est produit ou si certains ont le pouvoir de manipuler les secteurs sur le territoire. pour suivre Aubry et Hollande je n’ai pas pu, bien que j’imaginais que cela allait être fort ennuyeux, j’ai été privé de son et ce matin tout était rétabli, donc cela ne venait pas de mon poste, c’est quand même plus que curieux, mais aujourd’hui tout est possible.

    • Quel courage !.. Ecouter les balivernes de tout ce ramassis de branquignols de « gauche » ou de « droite »…
      La télé, faut la foutre à la poubelle, c’est une mesure de salubrité publique.

  9. emma b. dit :
    octobre 13, 2011 à 4:12

    je ne les ai pas écouté quand ils se sont produits à 6 mais comme j’ai vu sur les blogs le lendemain du vote en faveur de Hollande et Aubry que Montebourg recueillait toutes les faveurs, j’ai considéré que si je voulais avoir quelque influence il fallait que je trouve les bons arguments mais ravie de constater que je me suis échiné des mois durant à dire qu’on n’avait rien à attendre du PS, tout en constatant qu’il y en avait beaucoup qui croyait encore mais maintenant c’est clair, c’est 95% qui n’y croient plus, c’est un très bon score en quelques mois.

    Moi, je reste lucide et pragmatique. On va avoir encore quelques mois pour constater qu’ils ne résoudront rien, alors c’est tout gain et pendant ce temps les gens vont aussi prendre en plein qu’ils vont devoir rembourser ces tas de dettes, cela fera avancer encore les choses.

    Après on avisera pour préparer cette société nouvelle que tout le monde veut !

  10. un pion sur l’échéquié qui refuse de l’accepter dit :
    septembre 2, 2013 à 1:06

    C’est drôle un internaute « Farid » a écrit en 2011 :
    « Les professionnels comprennent que l’attaque sur la Libye est un volet d’actions programmées. Suivent la Syrie, l’Algérie, le Yémen, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Asie Centrale et la Russie. L’ordre n’a pas d’importance ».

    Depuis il y a eu l’Iran qui a été attaqué avec des preuves inventés par les USA…
    Nous sommes en Septembre 2013 et nos pays parlent d’attaquer la Syrie ^^

    La Russie elle se fait encerclé c’est vrai, nos pays essayent de la déstabiliser en inventant des choses, ou en les montrant comme des monstres car ils refusent d’accepter le mariage homosexuel entre autre.

    Comme quoi… vrai ou pas, force est de constater que l’analyse et les prémonitions se tiennent depuis 2 ans

¤ Affaire Dieudonné (suite… et fin pour l’heure en ce qui nous concerne): Recul, mesure et intelligence…

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 3 : 55

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/01/17/affaire-dieudonne-suite-et-fin-pour-lheure-en-ce-qui-nous-concerne-recul-mesure-et-intelligence/

Mesure, recul et intelligence émanent de cet excellent article / analyse de cette « affaire d’État Dieudonné », publié dans le Quotidien d’Oran. Nous désirons relayer cet article car il représente, et de loin à notre sens, ce que nous avons lu de plus intelligent sur toute « l’affaire »…

Rideau (provisoire) donc sur le saltimbanque quenelleur…

– Résistance 71 –

 

Dieudonné ou David contre Goliath

 

par Djamel Labidi

 

16 janvier 2014

 

url de l’article original:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5192870

 

En France, une campagne d’une violence inouïe a été menée contre l’humoriste Dieudonné. Tout le pouvoir d’Etat, tous les médias français, les partis politiques de droite comme de gauche se sont mobilisés, acharnés, contre un seul homme. Dieudonné avait toujours affirmé qu’il menait son combat contre «le système» et que ce système était une réalité. «Le système» vient d’en donner lui-même la preuve.

Sur les plateaux de chaines de télé françaises, pas un seul débat contradictoire. Pas une seule voix pour dire qu’il faut au moins donner la parole à l’accusé, qu’il n’est pas bon pour la vérité qu’il n’y aitqu’un seul son de cloche, et qu’il faut un minimum de débat démocratique. On assiste, en direct, à un véritable lynchage médiatique. Le seul point de vue différent toléré est celui consistant à douter de l’efficacité de la méthode d’interdiction du spectacle de Dieudonné, et encore faut-il, avant, montrer patte blanche, reconnaître que Dieudonné est « antisémite » et « raciste », et faire assaut d’injures à son égard. « Abject », ignoble » « infect » « lâche », tel est le lexique employé sur les médias concernant Dieudonné.

La violence de la campagne est si grande qu’elle va effrayer,tétaniser ceux qui ont la velléité de s’yopposer. Ainsi, le 10 janvier, sur France 2(émission « Ce soir ou jamais), le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) demandera à tous les participants au débat de ne plus employer le mot humoriste en parlant de Dieudonné. Puis, parlant d’une autre personne, il dira qu’elle est « un pseudo écrivain ». Un des participants au débat essaie alors de lui faire remarquer qu’il n’est pas qualifié pour en décider, et qu’il s’agit là d’une dérive dangereuse mais sa remarque est sitimide, sa voix si faible qu’il n’est pas entendu.

La campagne contre Dieudonné révèle la dérive totalitaire du système médiatique français aussi bien dans le contenu de l’information que dans les méthodes.La connivence entre le monde politique et le monde médiatique s’affiche au grand jour, sans qu’on se soucie même de sauver les apparences. Sur les plateaux de télé, journalistes et hommes politiques renchérissent les uns sur les autres dans une entente parfaite. La pensée est unique. La campagne est monolithique. Cela devient de la pure propagande. Les mêmes thèmes, et même les mêmes mots sont utilisés aussi bien par les responsables politiques que par les animateurs des chaines et émissions d’informations: « Dieudonné n’est plus un humoriste »"c’est un antisémite, un raciste » « ses spectacles sont des meetings politiques »"ce sont des entreprises de la haine « etc. La ministre de la culture françaisevient, elle-même, le proclamer, sur toutes les chaines sans se soucier des exigences de sa fonction et des précédents sinistres qu’évoquecette intervention du pouvoir dans le domaine de la culture. Des extraits de vidéos, toujours les mêmes, sont passés en boucle sur les chaines télé. Ce ne sont même pas des extraits du spectacle, « Le mur », mis en cause, mais des extraits de vidéo internet d’interventions de Dieudonné sur son site. Rien n’est dit de la grande variété de sujets qu’abordent les sketchs de Dieudonné. Tout doit laisser penser qu’il a une obsession: les juifs. Mais personne, sur les plateaux pour s’étonner de ces procédés. D’ailleurs, comme cela apparaîtra vite,fait notable: pas un de ceux qui s’acharnent sur Dieudonné, Crif(Conseil représentatif des institutions juives de France), Licra, hommes politiques, députés, journalistes, n’a même vu un seul des spectacles de Dieudonné. Il semblerait même que ce soit le cas du Conseil d’Etat lorsqu’il a statué.

Taubira et Anelka

Répétés, assenés, les mensonges tiennent lieu de vérités et servent ensuite de base à d’autres accusations contre Dieudonné. Les extraits de vidéo à charge contre Dieudonné ont été soigneusement choisis et retirés de leur contexte. Sur l’un d’eux, on entend Dieudonné direque « la vérité est intrinsèquement antisémite ». La phrase est présentée au premier degré alors que Dieudonné veut dire tout simplement là, que, dans le contexte du système régnant en France, toute vérité qu’il énonce est systématiquement qualifiée de discours antisémite par ses détracteurs.Sur une chaîne d’informations, on va affirmer que Dieudonné s’est attaqué »comme par hasard uniquement à des artistes juifs », ici, en l’occurrence Gad Elmaleh, Patrick Timsit, Patrick Bruel, Arthur et son ancien partenaire Elie Semoun. La chaîne oublie simplement de préciser que ce sont eux qui se sont attaqués soudainement, l’un après l’autre,à lui dans une campagne qui s’annonçait déjà et qu’il n’a fait que leur répondre. Sur la chaînefrançaise d’information Itélé, dans une présentation de Dieudonné, on signale  » qu’il a fait le salut nazi dans une émission de télévision ». On omet de préciser que ce geste accompagnait un jeu de mots « Isra-Heil ! » qu’il avait fait pour résumerle fait que les méthodes d’Israël contre les palestiniens lui rappelaient les méthodes nazis. Le public du plateau de télé (France 3, émission « on ne peut pas plaire à tout le monde », 1er décembre 2003) avait alors bien ri de ce sketch mais le spectacle avait déclenché de vives réactions officielles, y compris du Premier ministre de l’époque, Jean Pierre Raffarin et du CSA français (Conseil supérieur de l’audiovisuel). C’est depuis ce jour qu’il avait été frappé d’ostracisme dans les médias français. Cela fait plus de 10 ans…

Il reste de tout cela une impression très forte de manipulation de l’opinion. Jusqu’aux sondages réalisés qui donnent eux-mêmes l’impression de participer à la manipulation tant ils sont contradictoires. Le 30 Décembre, deux sondages (journaux « Le Point » et « Le Progrès ») donnent plus de 70% d’opinions contre l’interdiction des spectacles de Dieudonné. Mais ils sont 52% à être, soudainement, en faveur de l’interdiction, dans un sondage du CSA publié le 8 janvier 2014. Il devient difficile de vérifier la véracité d’un sondage, dés lors que la crédibilité du sondeur n’est pas soumise à la réalité des faits, comme c’est le cas par exemple pour la prévision du résultat d’élections.

Les méthodes sont elles aussi totalitaires. Elles visent à avilir l’adversaire, à ternir son image. Dieudonné est présenté » comme un petit entrepreneur faisant commerce de l’antisémitisme », que « ce qu’il fait, il le fait pour le fric », que »l’antisémitisme est pour lui une entreprise juteuse ». Dans des insinuations, à connotation raciste, on laisse entendre que Dieudonné Mbala Mbala « prépare sa retraite au Cameroun » et « aurait blanchi » de l’argent dans ce but. Comme dans toute pression totalitaire, celui qui veut rester neutre ou se tait, en devient lui-même suspect. Il va en être ainsi de la ministre de la justice française, Mme Taubira, qui va se voir reprocher, dans les médias, son silence. Ceux qui expriment leur sympathie pour Dieudonné sont menacés de sanction ouvertement dans les médias, comme le fait la ministre de la jeunesse et des sports pour le joueur de football Anelka, et beaucoup préfèrent se taire par peur pour leur carrière.

La Quenelle

Et puis, il y a l’aboutissement final de toute vision totalitaire: le délireparanoïaque. Le geste de protestation, de provocation et de dérision de Dieudonné,  » la quenelle », est qualifié de « salut nazi inversé ». Dieudonné, en quittant le Zénith de Nantes, où son spectacle vient d’être interdit, fait de loin, à son public, un petit geste d’adieu rapide et affectueux de la main. Mais son bras est levé et l’animateur de l’émission de 22h d’ » Itélé  » ( » Itélé « , émission d’information de 22h de Olivier Galzi, 10 janvier) y voit « un geste ambigu », un « salut nazi ». « L’information » va être reprise immédiatement en boucle par les médias.

Il y a donc dérive totalitaire lorsque ces deux pouvoirs se confondent, celui politique et celui de la presse, plus généralement des médias.Un autre aspect de cette dérive, c’est lorsque le pouvoir politique s’approprie le pouvoir judiciaire. La campagne contre Dieudonné va être émaillée de tels empiétements. Les contradictions entre l’arrêt du tribunal administratif de Nantes avec celui du Conseil d’Etat, l’un autorisant le spectacle, l’autre l’interdisant, comme les contradictions avec toute la jurisprudence précédente sur la liberté d’expression, donnent la mesure évidente des énormes pressions politiques qui se sont exercées sur les instances judiciaires. L’opération anti Dieudonné se dessine dans la deuxième semaine de Décembre dans la grande presse écrite et télévisée française, « Le Monde « ,  » Le Figaro « , « BFM TV », »France 2″ etc…Elle est centrée contre le signe de ralliement de Dieudonné, « la quenelle ». Pourquoi celle-ci ? En réalité, ce qui inquiète c’est la large diffusion dans la jeunesse, dans tous les milieux, et surtout dans les corps constitués, l’armée, la police, de ce geste que Dieudonné qualifie conne un geste antisystème. C’est Alain Jacubowicz, président de la Licra, qui, le premier s’était alarmé, dans une lettre écrite le 9 Septembre 2013 au Ministre de la Défense français « avec copie au ministre de l’intérieurfrançais « Manuel Valls », de la reprise de ce geste par des soldats. Et c’est d’ailleurs lui, dans la même lettre, quidéfinit alors, de façon hallucinante, ce geste comme « correspondant au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah ».

Le 11 Décembre 2013, le journal « Le Monde » consacre un long article à « la Quenelle ». Le 13 Décembre, la chaine d’information française BFMTV publie un reportage: » le succès tabou et inquiétant de Dieudonné ». Immédiatement Dieudonné annonce qu’il va porter plainte pour diffamation contre les médias participant à cette campagne ainsi que contre Manuel Valls qui multiplie les interventions publiques contre lui. Le 27 Décembre, en pleine « trêve des confiseurs », le ministre de l’Intérieur, celui qui, on s’en souvient, était revenu, selon la boutade de François Hollande, « sain et sauf d’Algérie », annonce qu’il  » étudie les moyens d’interdire les spectacles de Dieudonné ».

Les 2 et 3 Janvier, étrange coïncidence, Arno Klarsfeld, annonce que lui et sa famille vont manifester contre le spectacle de Dieudonné au Zénith de Nantes et appelle « les non juifs » aussi à le faire.L’argumentaire du « risques de trouble à l’ordre public » est mis en place. Les Klarsfeld n’iront jamais manifester à Nantes, ni les » non juifs » d’ailleurs. L’arrêté pris par le préfet de Nantes d’interdiction du spectacle permettra à la famille Klarsfeld, selon le fils, « d’annuler la manifestation de Nantes ». Arno David Emmanuel Klarsfeld est le fils de Serge et Beate Klarsfeld, un couple rendu célèbre par son opiniâtreté dans « la chasse aux nazis ». Il est franco-israélien. Il a pris la nationalité israélienne à 37 ans, en 2002, et s’est engagé dans l’armée israélienne (unité des gardes frontières), sur laquelle il a fait un long reportage apologétique. Il est avocat. Mais surtout,il est, par nomination de l’ex Président Nicolas Sarkozy et depuis 2010, membre du Conseil d’Etat, la plus haute instance judiciaire administrative française. Or, on va retrouver,aussi bien dans la circulaire de Manuel Valls ordonnant aux préfets d’interdire le spectacle de Dieudonné que dans les arrêts du Conseil d’Etat entérinant ces interdictions,exactement les deux principaux arguments développés ouvertement par Arno Klarsfeld sur les plateaux de télé, ceux « d’atteinte à la dignité humaine » et de « risques de trouble pour l’ordre public.

L’Inquisition

Au milieu de cette campagne contre Dieudonné, ma fille, révoltée, m’envoie un email où elle me dit: « C’est un procès en sorcellerie, ils n’ont plus qu’à le brûler sur un bucher, on se croirait au Moyen âge !  » J’ai été surpris de voir comment la nouvelle génération résumait de façon simple la situation.

Il s’agit bien en effet d’Inquisition. La nouvelle génération est sur Internet. Le nombre de visiteurs du site de Dieudonné, comme de celui de son ami Alain Soral, qui a été d’ailleurs lui aussi l’objet d’accusations de même nature,se compte par centaines de milliers, c’est-à-dire bien plus que les journaux français et même que les médias traditionnels, tels que les chaines téléd’information.Internet échappe jusqu’à présent au contrôle et à l’emprise que l’establishment français a acquis sur les médias traditionnels. La campagne contre Dieudonné a donc été aussi une campagne contre Internet au cours de laquelle ont été réclamées des mesures de contrôle par l’Etat sur « la Toile ». Certains, sur les medias, sont allés jusqu’à faire le parallèle entre les mesures prises sur l’Internet contre les sites pédophiles aux mesures à prendre contre le site de Dieudonné. Dieudonné serait donc le diable. N’est-ce pas là un procès en sorcellerie de quelqu’un, accusé, comme l’avait été Socrate, de pervertir la jeunesse.

C’est un aspect récurent de l’Histoire: le progrès technologique a toujours exigé de nouveaux progrès sociaux en même temps qu’il rencontrait l’hostilité des forces conservatrices et leur peur de perdre le contrôle de la société. L’inquiétude de l’establishment français rappelle celle des institutions religieuses, à la sortie du Moyen Age, lorsque l’invention de l’imprimerie représentait alors le progrès technologique. Le livre imprimé avait représenté un progrès formidable dans la communication et la diffusion des idées. Il avait été interdit alors dans bien des universités au profit du maintien du vieux manuscrit.

Il s’agit aussi d’Inquisition lorsque des personnes investis du pouvoir d’Etat, tels les ministres français de l’Intérieur, de la culture, de la jeunesse et des sports, ou des organisations civiles, telles que la Licra, le Crif, la Ligue de Défense juive décident de quoi on doit rire et de quoi on ne doit pas rire, qui est un humoriste et qui est un « pseudo humoriste », qui est un écrivain et qui est un « pseudo écrivain ». Tour cela s’est fait au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Reste à comprendre alors pourquoi un thème aussi légitime peut aboutir à une chasse aux sorcières, et pourquoi c’est précisément sur ce thème que s’est faite la mobilisation de tout « le système » contre un seul homme.

Antisionisme ou antisémitisme

Dieudonné se situe comme antisioniste. La campagne menée contre lui a voulu montrer que l’antisionisme n’était pour lui qu’un masque à son antisémitisme,certains allants jusqu’à affirmer que l’antisionisme est par nature un antisémitisme.

Or la réalité est exactement à l’inverse: c’est le sionisme qui se cache régulièrementderrière l’argument de la lutte contre l’antisémitisme. Le sionisme est arrivé, jusqu’à présent, à s’assurer le soutien de la plus grande partie des juifs dans le monde, et le quasi-monopole de leur représentation en s’appuyant sur le sentiment exacerbé d’appartenance, de solidarité et d’identité qui a suivi l’antisémitisme européen et leurs terribles souffrances de la deuxième guerre mondiale. Mais se faisant, il leur a fait courir le risque de s’isoler au fur et à mesure qu’il apparaissait comme une idéologie nationaliste agressive et qu’il se mettait au service de l’entreprise occidentale de contrôle des richesses énergétiques du Moyen Orient. Beaucoup de juifs, de plus en plus, ressentent ce danger d’isolement et expriment leurs réserves à l’égard du sionisme. Dieudonné avait fait d’ailleurs participer deux rabbins antisionistes à l’un de ses spectacles, ce qui ne lui avait pas été pardonné par certaines organisations juives.

Le sionisme, depuis plus de 60 ans, avec la création de l’Etat d’Israël, s’est donc retrouvé au cœur du système de domination occidentale du Moyen Orient. En faisant la critique du sionisme, Dieudonné faisait celle du système. Celui-ci ne pouvait l’accepter même, et peut être encore moins, sous la forme humoristique. Le rire ou le sourire que fait naître l’humoriste n’est-il pas celui du plaisir que donnent l’esprit critique et la liberté.

Mais l’offensive contre Dieudonné ne pouvait se faire, sur le plan des idées, en prenant le contre pied de sa dénonciation du sionisme. Le terrible isolement moral de celui-ci et de l’Etat d’Israël est apparu dernièrement encore clairement aux funérailles de Nelson Mandela où les dirigeants israéliens ont été les seuls dans le monde à ne pouvoir y assister, pour avoir soutenu jusqu’au bout le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Et tout récemment, les funérailles d’Ariel Sharon, et le peu de sympathies et de résonance qu’elles ont soulevées à l’échelle internationale, comparées à celle, on s’en souvient, de Yasser Arafat, ont confirmé cet isolement.

C’est donc la lutte contre l’antisémitisme qui a servi d’argumentaire à l’opération anti Dieudonné. L’accusation d’antisémitisme offre en effet, l’avantage de pouvoir s’appuyer en France sur une base juridique, la loi Gayssotde 1990, qui est susceptible d’être utilisée pour faire l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme.

Cette loi Gayssot veutréprimer »tout acte raciste, antisémite ou xénophobe ». Mais elle a introduit une nouveauté puisqu’elle va plus loin que le cadre juridique classique, celui de répression des actes, pour considérer comme délit aussi toute expression niantdes » crimes contre l’humanitétels que définis par le tribunal militaire international » de Nuremberg en 1945.

C’est la fameuse question du « révisionnisme » concernant les crimes commis contre les juifs pendant la deuxième guerre mondiale.Dans ce domaine délicat de l’expression et de son interprétation forcément arbitraire, car subjective, politique ou idéologique, il y a précisément matière à manipulation comme de qualifier d’antisémitisme le simple fait d’accuser le sionisme d’instrumentaliser, à des fins de domination,les persécutions subies par les juifs.

C’est le procès fait d’ailleurs à Dieudonné. L’argument d’antisémitisme offre aussi l’avantage de faire appel à des ressorts émotionnels et passionnels. Tous ces éléments additionnés peuvent expliquer qu’on puisse arriver à une atmosphère d’interprétations délirantes, d’Inquisition, comme cela a été le cas dans la campagne officielle contre Dieudonné.

Cette atmosphère violente et passionnelle tranchait avec celle du public de Dieudonné, empêché du spectacle de son humoriste favori et qui restait bon enfant.Il réclamait la liberté d’expression. Il était difficile d’y voir la description fantasmatique qu’en donne les médias français.

De tout cela, il reste, au fond, un grand motif d’espoir et de réconfort.

Tel David contre Goliath, Dieudonné a osé affronter « le système » et ses énormes moyens. Mais « le système », en se mobilisant contre Dieudonné, a fourni la preuve qu’un homme seul, sans moyens, par sa seule force morale et celle de son talent, pouvait lui résister. C’est là le secret de l’immense popularité accumulée par Dieudonné depuis 10 ans et qui fait que les gens n’ont jamais voulu le laisser seul.

Cette entrée a été publiée le janvier 17, 2014 à 11:58 et est classée dansactualitéFrance et colonialismeguerres imperialistesmédia et propagandemilitantisme alternatifneoliberalisme et fascismepédagogie libérationpolice politique et totalitarismepolitique et lobbyismepolitique françaisepresse et médiarésistance politiqueterrorisme d’état avec des tags ,. Suivez tous les commentaires de cet article par flux RSS 2.0. Vous pouvez poster un commentaire ou rétrolier depuis votre site.

18 Réponses à “Affaire Dieudonné (suite… et fin pour l’heure en ce qui nous concerne): Recul, mesure et intelligence…”

  1. ¤ Affaire Dieudonné (suite… et fin pour l’heure en ce qui nous concerne): Recul, mesure et intelligence… dans Outils/Bon à savoir

    véritéoblige dit :
    janvier 17, 2014 à 12:25

    Il est aussi très intéressant d’entendre la voix dissidente de l’écrivain Jacob Cohen: un juif intègre:

    • Excellent, à voir et diffuser sans modération…
      Tout l’entretien est excellent, mention particulière à la fin à partir de la minute 24 jusqu’à la fin…
      Respect Mr Jacob Cohen.

  2. interview très intéressante de Jacky Sigaux (comédien, auteur-interprète-comédien et… régisseur de Dieudonné) sur RMC:

  3. Doctorix dit :
    janvier 17, 2014 à 2:07

    J’ai tenté de publier cet article sur agora, sous le titre
    « Affaire Dieudonné : il est des défaites qui sonnent comme des victoires. »
    et précédé de cette préface:

    Il aura fallu cette ignoble cabale pour qu’enfin les Français comprennent quelques points essentiels.

    D’abord, il auront appris à faire la différence entre antisionisme et antisémitisme. Jusqu’ici, par une sorte d’amalgame frauduleux et pervers, on avait réussi à faire croire que condamner la politique d’apartheid et de racisme du gouvernement israélien, c’était ni plus ni moins que de l’antisémitisme.

    Aujourd’hui, la plupart des Français ont compris qu’il n »était pas incompatible d’aimer les juifs autant que n’importe qui, d’aider ceux qui sont de bonne volonté à de débarrasser des dirigeants assassins de l’Etat Israélien, et de purger le monde dit libre de cette ignoble politique d’apartheid qui sévit en Palestine.

    Ensuite, ils auront pu constater de leurs yeux l’ingérance extraordinairement délétère qu’un organisme fasciste, le CRIF, exerce sur nos dirigeants et nos média. L’attitude obséquieuse de Manuel Valls étant à cet égard hautement significative. Je pense que si jusqu’ici, nos hommes politiques se sentaient flattés d’être invités aux diners de CRIF, ils ne s’y rendront désormais qu’en catimini, avec une grande honte, comme des démunis qui vont à la soupe populaire, des gamins qui vont réclamer leur argent de poche, ou des acteurs médiocres qui vont mendier une interview dans tel journal ou telle émission télévisée, au sein desquels, c’est maintenant une évidence, le CRIF fait la pluie et le beau temps.

    Les Français auront appris aussi l’existence et les manigances de divers organismes, qui n’étaient jusqu’ici que des sigles plus ou moins obscurs : la LICRA, la LDJ, et, aux USA, l’AIPAC ( http://www.youtube.com/watch?v=slnn… )et l’ADL ( http://www.dailymotion.com/video/xq… )

    Toute cause a besoin d’un martyr pour émerger : Dieudonné fut celui de lutte contre le fascisme de l’Etat d’Israél et contre la corruption de nos élus. Le grand bonheur est que ce martyr-là n’a pas eu besoin de mourir pour sa cause, et que nous le reverrons, plus fort que jamais.

    Pour bien comprendre ce que j’expose, et que désormais tout le monde sait ou subodore, je ne vois rien de mieux que cet article de Djamel Labidi, publié dans le quotidien d’Oran, plein de lucidité :

    16 janvier 2014

    url de l’article original :
    http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5192870

    • +1 Doctorix,

      Cet article mérite toute la diffusion possible. Il est écrit de manière érudite et intelligente sans aucune animosité. Il est quand même incroyable de noter que pour être dignement informé en France de manière équilibrée, il faut allez chercher l’info dans des pays qui savent ce que veut dire oppression et répression par l’expérience coloniale: Maroc, Algérie, Iran, Cameroun, Sénégal etc…
      Nous avons tant à apprendre…

      • Doctorix dit :
        janvier 17, 2014 à 3:11

        J’avoue qu’ « ils » avaient réussi à me mettre le doute dans l’esprit: serais-je antisémite?
        J’ai enfin compris que non, en écoutant tous ces juifs antisionistes qui, comme nous, sont en recherche de fraternité et de lutte contre le mensonge.
        Il n’empêche qu’il est grand temps de purger nos media, avec des quotas: parce que plus je les regarde, plus je les écoute, et plus je prends la mesure de l’infiltration sioniste (et jamais une fenêtre pour les juifs antisionistes: la aussi, il y a apartheid interne).

        Le pompon d’or à Arte et France-Inter, où c’est carrément une exclusivité, un one-people show.

        • tout le système propagandiste fonctionne par amalgame. Pour discréditer ils procèdent par amalgame en tout domaine: antisioniste = antisémite = négationniste ; climato-sceptique = négationniste, 9/11 truther = théoricien du complot = antisémite (souvent ramené à la thèse du « complot judéo-maçonnique ») = négationniste…
          Le but: mettre l’interlocuteur en position défensive non pas sur le fond de ses idées mais sur l’amalgame, ainsi la personne doit passer 90% du temps à essayer de prouver qu’elle n’est pas antisémite et 10% du temp ou moins à argumenter sur le fond des idées.
          L’inquisition procédait de la même manière, c’est un procédé classique, qui a été adapté à l’agenda du jour.
          Ceci dit, il y a des antisionistes qui sont aussi antisémites (au sens de ne pas aimer les juifs et non pas au sens éthymologique puisqu’un « antisémite » détesterait les races sémites, donc aussi les arabes. La très vaste majorité des juifs d’Israël ne sont pas sémites mais génétiquement européen, là encore, les mots et les amalgames…), mais ce n’est pas la majorité loin s’en faut. L’antisionisme n’est pas un argument raciste mais politique, parce que le sionisme est une idéologie politique, elle-même fondée sur un concept raciste et totalement inégalitaire et il faut demeurer clair là-dessus.
          De plus toujours argumenter politiquement, comme pour le débat sur l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique. Ce sont des idéologies politiques, qui doivent être combattues sur le plan politique. Toujours aussi évoquer le fait qu’il y a bien plus de sionistes non-juifs que juifs en occident et surtout dans la sphère politique.
          Citer les juifs antisionistes comme Sand, Pappe, Atzmon, Finkelstein, Cohen et ceux qu’on oublie, qu’on ne peut pas taxer « d’antisémites », même si les sionistes ont inventés un concept pour les discréditer, le concept du « self-hated jew » ou le « juif s’auto-haïssant » (sic).
          Cette élucubration pseudo-conceptuelle tend aujourd’hui à être généralisée à tous les esprits libres occidentaux qui rejettent l’idéologie coloniale mortifère et génocidaire de l’occident.
          Certains d’entre nous ont déjà été qualifiés de « traîtres » ou de « malades mentaux haïssant leur propre culture », parce que nous prenons positions contre l’occident colonial et pour les peuples opprimés et colonisés. Le pire pour le système n’est pas la « prise de position », mais l’exposition au grand jour des idéologies qui ont menées au génocide de bien des peuples avant l’holocauste (Amérindiens dès le XVème siècle, traite des noirs peu de temps après, guerres et appropriations coloniales, etc…)
          Ce concept est dangereux, parce qu’il mène tout droit au pire des totalitarismes qui veut, comme en ex-URSS, que tout dissident qu’on n’a pas pu « casser » et ramener dans le giron, est étiqueté comme « fou » et interné dans les asiles psychiatriques. C’est le chemin que cela prend si on ne met pas un coup d’arrêt au délire psychopathe de ces criminels de masse.
          Dernier argument à toujours amené dans le débat: Israël a été le dernier pays à soutenir l’apartheid en Af’sud, jusqu’au bout. Aujourd’hui Israël a peaufiné l’apartheid et l’a amené dans une autre dimension.

  4. JBL1960 dit :
    janvier 17, 2014 à 5:25

    A moi aussi, ils m’ont foutu le doute dans l’esprit, enfin l’espace d’un bref instant. Comme à l’époque de Sarko ; Je ne me sentais plus française… Je sais maintenant que je suis française de branche… Bon, il n’empêche que je suis antisioniste et pas antisémite… Excellent article en tout cas, je visionnerai la vidéo plus tard… Merci R71, comme d’hab et A+

  5. victorinix dit :
    janvier 17, 2014 à 5:49

    excellent article , qui démontre la main-mise d’une « certaine idéologie » sur 100% des médias

  6. Je crois qu’il faut expliquer le déchainement de vals;par le fait qu’il soit un sioniste convaincu(comme toutes nos fiottes gouvernementales);hors,Dieudonné s’est déclaré haut et fort antisioniste mais pas antisémite.

  7. Bonsoir, lu sur un site mais info à vérifier.

    France 2 aurait décidé, ce soir, de remplacer Frédéric Taddei le vendredi soir par Alessandra Sublet. « Ce soir ou jamais » aurait été relegué à…minuit désormais. La meilleure émission de deuxième partie de soirée, un talk-show digne, se voit trappé comme ça, sans explication.

    C’est à croire que le journaliste paye sa liberté d’inviter des « cerveaux malades ». Ce pays est perdu. Les esprits libres ne doivent pas ds’exprimer et, quand ils le font ailleurs, les mêmes veulent tout censurer.

    http://allainjules.com/2014/01/17/scandale-france-2-il-ont-eu-la-peau-de-frederic-taddei-vire-et-relegue-aux-oubliettes/

    • Doctorix dit :
      janvier 17, 2014 à 10:23

      C’est un drôle de bonhomme. On croit qu’il a invité Dieudonné et Soral pour les soutenir, mais au fond il n’a pas beaucoup d’avis, et reçoit juste tout le monde. C’est bien, la neutralité chez un journaliste. Un peu triste, cependant.
      On croit qu’il avait invité Kassowitz pour soutenir les truthers, mais là encore, il s’en fout. Il dit même que « Au fond, les conspirationnistes sont des racistes, ils ne peuvent pas imaginer que des Arabes conçoivent un attentat aussi sophistiqué.’”
      Ben moi non plus. Pas qu’ils ne puissent pas l’imaginer, mais pour le réaliser, il faut des moyens qu’ils n’avaient pas.
      En fait, Valls se venge d’un sous-fifre un peu tiède.
      Voici un portrait de Taddeï qui n’est pas très flatteur: c’est une certaine Judith qui le brosse pour Le Monde il y a deux mois…Son sort était déjà scellé.
      http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/11/08/frederic-taddei-l-homme-sans-convictions_3509637_3236.html
      Quand à Alessandra Sublet, elle a fait acte de présence au Grand Journal sous les traits de Geraldine Languedepute: ça promet…Elle ne savait pas que la guerre de 40 avait commencé en 40, d’après Ardisson.

      • juste une note historique au passage, désolé: Ardisson est aussi ignare puisque la guerre de »40″ a en fait commencé en 1939, date de la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne, s’en est suivie la « drôle de guerre » qui s’est terminée par l’offensive allemande de mai-juin 1940, pour le reste… lire Pierre Bloch et Annie Lacroix-Riz… ;-)

    • Le jour où ils coupent Internet, on est foutu.
      Sachant que ça déploie des pare-feux dans tous les coins, va nous falloir apprendre rapidos le langage des signaux de fumée.

  8. JBL1960 dit :
    janvier 17, 2014 à 9:49

    Oh purée ! J’ai regardé la vidéo de Jacob Cohen ; Eh, ben, ça fait mal… Wouaouhhhh ! Les bras m’en tombent…

    • véritéoblige dit :
      janvier 18, 2014 à 9:57

      Il en a réalisé d’autres , toutes aussi intéressantes visibles sur le net.
      L’important est de diffuser ce genre de vidéos à grande échelle et de les recommander à ceux qui n’ont pas la moindre idée de ce qui se trame en coulisse.
      Je les place avec une certaine délectation sur des sites pro-sionistes: mon côté frondeur!

  9. […] Mesure, recul et intelligence émanent de cet excellent article / analyse de cette « affaire d’État Dieudonné », publié dans le Quotidien d’Oran. Nous désirons relayer cet article car il représente, et de loin à notre sens, ce que nous avons lu de plus intelligent sur toute « l’affaire »… Rideau (provisoire) donc sur le saltimbanque quenelleur… – Résistance 71 - […]

  10. Dernière actualité de Dieudonné: Panache, truculence et revanchard… On le serait à moins !

15 janvier 2014

¤ Technocratie et Nouvel Ordre Mondial: Comment le transhumanisme est amené à être « à la mode »…

Classé dans : Etrange,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 12 : 58

Source : http://resistance71.wordpress.com/2014/01/08/technocratie-et-nouvel-ordre-mondial-comment-le-transhumanisme-est-amene-a-etre-a-la-mode/

« Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société, finirait bientôt par ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire et cette affaire, l’affaire de tous les pouvoirs établis, serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins, toujours plus stupide et par conséquent plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction. »
~ Michel Bakounine ~

L’ancienne patronne du DARPA veut que vous avaliez des micro-puces électroniques de contrôle d’identité

L’exécutif de Google pousse également pour le tatouage électronique qui lit les pensées.

 

Paul Joseph Watson

 

7 janvier 2014

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/ex-darpa-head-wants-you-to-swallow-id-microchips/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’ancienne directrice du DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, l’agence de développement hightech du Pentagone) et maintenant directrice exécutif Regina Dugan pousse pour une “micro-puce d’identification” ingérable ainsi qu’un tatouage électronique qui permettrait de lire votre pensée. Non, ceci n’est pas le script d’un nouveau film sur une dictature de science-fiction ; c’est dans le vent et très “in”.

Dugan, qui est la patronne d’Advanced Technology à Motorola (propriété de Google), a dit devant une audience de la conférence All Things D11 que l’entreprise travaillait sur une micro-puce qui serait intégrée dans une pilule que les utilisateurs pourraient avaler quotidiennement afin de pouvoir obtenir le “super-pouvoir” d’avoir leur corps entier agissant comme un système d’authentification biologique pur leurs téléphones cellulaires, leurs voitures, leurs portes de maison et autres ustensiles.

“Cette pilule a une toute petite puce intégrée avec un interrupteur”, a dit Dugan. “Elle contient aussi ce qui s’apparente à une “pile pomme-de-terre” retournée. Lorsque vous l’avalez, l’acide de votre estomac sert d’électrolyte et cela l’allume et l’interrupteur s’allume et s’éteint pour créer un signal ECG de 18 bit dans votre corps, ainsi votre corps entier devient en fait un faisceau d’identification.”

Dugan a ajouté que la puce a déjà été approuvée par la FDA (Food and Drugs Administration) et peut-être prise environ 30 fois par jour durant la vie de quelqu’un sans affecter la santé de la personne, ce qui paraît franchement douteux.

Est-ce que vous avaleriez une micro-puce de Google tous les jours pour avoir accès à votre téléphone ?

Les avocats de la vie privée bondiront à l’idée, spécifiquement considérant le rôle de Dugan au DARPA, cette agence du pentagone que beaucoup voient comme le sommet de la pyramide lorsqu’il s’agit de la pyramide du Grand-Frère technocrate.

En fait, lorsque l’hôte de la conférence Walt Mossberg a demandé à Dugan “Est-ce que Google sait maintenant tout de ce que je fais et où je vais parce qu’il faut bien le dire… Vous êtes de Google.” Elle répondit en riant et en disant que Mossberg devrait juste avaler la pilule.

En plus de cette micro-puce mangeable, Motorola travaille aussi sur un tatouage électronique ou e-tattoo qui pourrait lire la pensée de l’utilisateur en détectant les mots non vocalisés dans leur gorge.

“Il est connu depuis des décennies que lorsque vous vous parlez à vous-même avec votre voix intérieure, votre cerveau envoie des impulsions nerveuses à votre appareil vocal, de la même manière que lorsque vous parlez à haute voix”, explique John Hewitt d’Extreme Tech, notant que l’appareil pourrait permettre une activation de la voix et tout aussi bien être utilisé pour détecter le stress et l’émotion (parce que Grand-Frère se préoccupe de vos sentiments bien entendus…)

Pendant la conférence D11, Dugan a prédit que si le e-tattoo était fait de manière artistique pour être facilement porté, les jeunes voudraient sûrement l’avoir fusionné dans leur peau, peut-être même “pour emmerder leurs parents”.

La micro-puce mangeable et le tatouage électronique sont des exemples principaux du comment le transhumanisme est en train d’être “popularisé” de manière “mode” dans un effort de convaincre la prochaine génération de complètement sacrifier le peu de vie privée qu’il leur restera au nom d’une fausse rebellion (qui est en fait un véritable conformisme culturel) et de la practicalité.

24 Réponses à “Technocratie et Nouvel Ordre Mondial: Comment le transhumanisme est amené à être « à la mode »…”

  1. Remarquablement fait et effrayant par le raccourci
    > >
    > > On est à mi-chemin du processus
    > >
    > > Mais la folie est-elle maitrisable autrement que par un énorme catastrophe ?
    > >
    > > L’homme a toujours été con mais avec des moyens limités, maintenant il a les moyens de tout casser et il est toujours aussi con
    > >
    > > Alors …….
    > >
    > >
    > >
    > > http://www.youtube.com/embed/WfGMYdalClU

  2. Bien sûr que c’est trop top tendance…
    Avez vous déjà tenté de discuter avec un ado lequel bazarde toutes ces pensées, sa vie privée, sa tronche… sur des réseaux « sociaux » ? Tenté d’expliquer que la localisation google, les playlists google, les google search, google plus, et j’en passe ne sont que du flicage déguisé en bien être top cool ?
    Rien à faire, vieillards réac’s vous n’y connaissez rien : tous ces bidules sont non seulement géniaux, mais indispensables !
    Ainsi, il ne vient même pas à l’esprit à n’importe quel gamin né après 1990 de remettre en question ces bouses dédiées à leur bonheur.
    Je n’imagine même pas dans vingt piges…

    Transhumanisme : il existe un (au minimum) portail Internet français. Pour avoir un peu discuté avec des quidams intervenants, sans dec, ça fait peur; d’autant plus qu’ils sont convaincus (comme souvent) d’oeuvrer pour le bien être des individus : alléger les handicaps notamment.
    En surfant sur des sites US ça chlingue très souvent le pognon : dons pour que je te soigne par exemple.
    En toile de fond on trouve Google, ou encore Microsoft, copains comme cochons pour se préserver un avenir de jouvence dans lequel, Morlocks, on trimera comme des décérébrés cablés.
    Beurk.

    • shana23 dit :
      janvier 10, 2014 à 9:44

      Exact nous sommes les générations qui doivent se battre pour sortir l’humanité de ces catastrophes annoncées. Si nous ne sommes pas capables de le faire, l’être humain tel que nous le connaissons ne survivra pas,inutile de demander aux jeunes, ils sont très loin d’imaginer la réalité, pour eux, tout est pour leur bien!

  3. Un conseil, blanc ou rouge sur fond noir, le texte est illisible

  4. Doctorix dit :
    janvier 8, 2014 à 2:07

    Les malades mentaux sont au pouvoir…
    Hier soir, sur Arte, on voyait un quidam nous promettre de vivre mille ans…
    Pauvre con…
    Actuellement nous somme 7 milliards, avec une espérance de vie inférieure à 50 ans.
    Si on vit mille ans, on sera 140 milliards, sans compter les enfants nouveaux qu’on pourrait concevoir en mille ans.
    On peut évaluer a plus de mille milliards la population mondiale, dans ce cas, en quelques centaines d’années…
    Comme des colibacilles sur une plaque de Peyer.
    Quant à connaitre nos pensées profondes par une puce, heureusement que nous avons des mécanismes freinateurs, modérateurs, moralisateurs, pour empêcher nos pensées d’atteindre nos lèvres ou nos doigts… Parce qu’alors rien ne s’opposerait à notre enfermement…La puce saura-t-elle faire le tri?
    Oui, oui, quoique vous en pensiez, même moi, je m’auto-censure..
    Cette pseudo-civilisation arrive en fin de vie, elle agonise dans d’extravagants délires: nous ne la regretterons pas.

    • Aidons la donc à en finir de cette pathétique existence criminelle et participons à la reprise de souveraineté des peuples hors de la fange de ce modèle obsolète étatico-oligarchique.

      • un jour vous avez 10% – moi j’étais moins optimiste, j’avais lu il y a des années : 20% – mais quand même 20% d’actifs – c’est faisable – et tout serait gagné ……….

    • Oui,heureusement que la plupart des gens s’auto-freinent,s’auto-censurent;sinon,ce genre de tarée à la puce ne vivrait pas 1000 ans ni mème beaucoup moins.

      • il ferait mieux de faire en sorte de se prémunir des maladies qui sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus graves et qui déciment les populations !

    • Doctorix,
      n’y a t’il pas impossibilité (incompatibilité ?) entre une puce aussi sophistiquée soit-elle et un cerveau humain à communiquer (sous entendu, une puce est-elle en mesure de « gérer » un cerveau) ?
      Numérique vs analogique ?

  5. shana23 dit :
    janvier 9, 2014 à 10:09

    Quand on lit cela, on aurait envie de lui faire avaler une pilule explosive et la faire disparaître en appuyant sur un bouton !
    Ces gens-là sont des fous, empoisonneurs et manipulateurs qui, si nous ne faisons rien pour les arrêter, ne feront que trouver toujours plus de méthodes pour nous empoisonner l’existence jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne… qu’eux et des robots.

  6. Un documentaire sur l’élevage porcin en batterie au Danemark et en Allemagne et sur les conséquences de l’utilisation d’antibiotiques, qui concourt à rendre résistantes des bactéries et à transmettre à l’homme cette maladie : de nombreux cas ont été révélés et de plus, ils n’ont pas au niveau des hopitaux le personnel adapté pour traiter cette maladie, très peu de microbilogistes pour les prendre prendre en charge !

    Pas un mot en France !

    • C’est pour ce genre de raisons que je trouve que ce que vient de faire Poutine, instaurer le conservatisme comme idéologie d’état est novateur. Depuis des années je rigole de me voir devenue conservatrice. Une attitude rationnelle, puisque l’évolution s’est produite grâce à toutes sortes de mécanismes conservateurs de l’acquis très puissants qui empêchaient qu’une innovation nuisible puisse se perpétuer.
      Conservatisme aujourd’hui implique par exemple de pouvoir poser des moratoires sur des inventions afin de pouvoir mener des recherches sur leurs effets dans la durée.
      Le tout-Progrés, implique un progrès du meilleur comme du pire sans discernement « du moment que cela rapporte »… des Profit à quelques-uns.
      Des médicaments sont mis sur le marché qui ne guérissent pas mais produisent par contre des effets secondaires en série.
      Les conditions de possibilités d’existence du vivant sur la planète sont en voie de destruction totale et on en vient à une forme de progrès qui veut que si le vivant ne fonctionne pas dans ce nouvel environnement qu’à cela ne tienne on inventera les hybrides et machines qui y sont adaptés. L’invention de drones pour assumer le rôle fécondant des abeilles en voie de disparition illustre bien cette idéologie.
      Dans ce contexte, le conservatisme est une lutte pour que puisse continuer d’exister sur Terre le mode d’être du vivant et l’évolution naturelle contre la fuite en avant qui est le progrès accéléré de sa disparition. Il s’agit d’un choix éthique qui en tant que tel fait partie du débat d’un choix collectif d’un mode de devenir.
      Pour que ce débat soit fructueux, il convient de redéfinir au plus vite la notion de richesse.
      La disparition des abeilles et la création de drones abeilles est comptabilisée comme « création de richesse ». Est-ce vraiment cette richesse là que nous voulons partager ?
      (alors que la destruction de celles qui nous sont essentielles est le prix à payer ?)

      • Il y eut le Professeur DELBET – le chlorure de magnésium dans l’élevage – (traitement prophylactique des animaux d’élevage par le chlorure de magnésium – je crois que c’est le titre du livre) -

31 décembre 2013

¤ La NSA intercepte des achats d’ordinateurs portables en ligne pour y installer des logiciels espions

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 18

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/12/30/espionnage-controle-des-populations-et-nouvel-ordre-mondial-la-saga-de-la-nsa-continue/

Dernière minute : 31 décembre 2013 : Le journal Le Monde en parle sur son blog : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/12/30/de-l-interception-de-colis-a-l-espionnage-du-moniteur-inventaire-des-outils-de-la-nsa_4341385_651865.html

De l’interception de colis à l’espionnage de l’écran, inventaire des outils de la NSA

Le Monde.fr | 30.12.2013 à 20h42 • Mis à jour le 31.12.2013 à 14h31

La cellule TAO est apparue en 1997 et est constituée de hackers hautement qualifiés qui peuvent « accéder à l'inaccessible », selon la description faite par la NSA dans des documents internes.

Interception de livraisons d’ordinateurs, mise à profit de faiblesses de matériels informatiques et même utilisation du formulaire de rapport d’erreur de Microsoft : voilà quelques-unes des méthodes à la disposition d’une unité spéciale de l’Agence de sécurité nationale (National Security Agency, NSA), nommée « opérations d’accès sur mesure » (Tailored Access Operations, TAO), afin d’accéder aux données contenues dans des ordinateurs visés par l’agence. C’est ce que révèle le Spiegel, en se fondant sur des documents transmis par Edward Snowden. 

La cellule TAO est apparue en 1997 et est constituée de hackers hautement qualifiés qui peuvent « accéder à l’inaccessible », selon la description faite par la NSA dans des documents internes. Toujours selon les documents consultés par le Spiegel, cette unité a contribué à la collecte de « certains des renseignements les plus importants que [les Etats-Unis] ai[en]t vus ».

Le champ d’action de la TAO serait très large, allant de l’antiterrorisme à l’espionnage classique en passant par les cyberattaques. Les documents décrivent une palette d’outils utilisés digne, parfois, de James Bond.

DE NOMBREUX OUTILS INFORMATIQUES ACCESSIBLES

Dans le long catalogue, dont des extraits sont publiés par l’hebdomadaire allemand,  se succèdent les surnoms divers pour autant d’outils permettant d’espionner tous les détails de la vie numérique d’un utilisateur moyen. Celui nommé « Quantum Insert » permet de s’introduire dans des ordinateurs ciblés en redirigeant les utilisateurs vers de faux sites Internet pour installer à leur insu des logiciels espions. C’est cette technique qui a permis notamment d’accéder au réseau gérant un câble sous-marin et utilisé par seize sociétés, dont Orange.

Les outils Feed through, Gourmet through et Jet plow permettent d’insérer des « implants » dans les serveurs de différents constructeurs, dont les américains Cisco et Dell ou le chinois Huawei. Ironie de l’histoire, ce constructeur avait été soupçonné de surveiller les internautes pour le compte des autorités chinoises. Jointes par le Spiegel, les entreprises fabriquant les équipements auxquels l’unité peut avoir accès ont déclaré ne pas avoir connaissance de ces éléments. Cisco a déclaré ne travailler avec « aucun gouvernement pour modifier ses produits ».

Dropout jeep est un matériel espion qui permet de récupérer les informations contenues dans les iPhone d’Apple. Monkey calendar est, lui, un logiciel qui envoie par SMS la géolocalisation du téléphone sur lequel il est installé. Rage master, de son côté, capte et transmet les informations transmises à l’écran de l’ordinateur grâce au câble VGA. Le catalogue auquel l’hebdomadaire allemand a eu accès date de 2008, mais les équipes expliquent qu’elles travaillent sur de nouveaux outils s’adaptant aux nouveaux appareils sur le marché.

Une opération plus anecdotique mais révélatrice est celle qui consiste à récupérerles rapports d’erreur envoyés par le système d’exploitation Windows aux ingénieurs de Microsoft. Ces rapports donnent des détails précis sur la machine utilisée et peuvent, comme le mentionnent des membres de l’équipe, permettre« de rassembler des informations détaillées et de mieux accéder à l’ordinateur ».

INTERCEPTION DE COLIS

Der Spiegel raconte également que certaines livraisons d’ordinateurs sont interceptées et redirigées vers des ateliers secrets de la TAO, où des agents ouvrent précautionneusement le paquet et mettent en place des espions dans la machine. Cette technique permet notamment de cibler les personnes ayant recours à des ordinateurs neufs et qu’ils ne connectent jamais à Internet pouréviter les fuites. C’est notamment la façon de travailler de Glenn Greenwald, le journaliste entré en contact avec Edward Snowden.

Dans un communiqué au Spiegel, l’agence a confirmé sommairement l’existence de cette équipe : « La TAO est un atout national unique, en première ligne pourpermettre à la NSA de défendre la nation et ses alliés. Son travail est centré sur l’exploitation des réseaux en appui à la collecte de renseignements à l’étranger. »

Espionnage, contrôle des populations et Nouvel Ordre Mondial: La saga de la NSA continue…

29 décembre 2013, url de l’article:

http://dprogram.net/2013/12/29/the-nsa-intercepts-laptops-purchased-online-to-install-malware/

article connexe:

http://www.presstv.ir/detail/2013/12/29/342674/nsa-installing-spy-malware-on-laptops/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

(TheWire) – 

D’après un article du magazine allemand Der Spiegel sur l’équipe de super-hackers de la NSA, l’agence d’espionnage intercepte des objets électroniques achetés en ligne (sur internet) avant qu’ils ne soient délivrés à leurs acheteurs pour y installer des logiciels ,des malware et autres outils d’espionnage.

La division de la Tailored Access Operation (TAO) de la NSA (NdT:qu’on pourrait traduire par la division d’ “opération d’accès ciblé” ) est responsable  des plus grosses opérations de hacking qui ont été divulguées cette année, ainsi l’article du magazine Der Spiegel est un regard spécial sur les méthodes et la folie totale derrière cette équipe de tordus de la NSA. Lorsque le téléphone portable d’un leader d’une nation est envahi, “hacké” par la NSA, la division TAO en est responsable. Ils sont les hackers qui peuvent avoir accès à toutes les informations de tout le monde où que ce soit sous quelques conditions que ce soit.

Les hackers du TAO peuvent tracer vos mouvements numériques à distance en exploitant des faiblesses dans la sécurité des systèmes opérateurs, comme Windows par exemple (NdT: sans compter du fait que ces plateformes ont été construites à dessein avec ces faiblesses qui peuvent ainsi être constamment exploitées par les agences d’espionnage gouvernementales ou privées, tout en dédouannant les entreprises responsables qui se réfugient toujours derrière le “Oh, désolé de l’erreur, on va l’arranger…” pour ouvrir une autre backdoor à côté…), qui est un des favoris du TAO à exploiter. Mais quand de nouvelles stratégies d’invasion à distance ne fonctionnent pas, alors la NSA emploie les moyens d’antan. Les hackers les plus talentueux de la NSA ne travaillent pas toujours derrière des écrans d’ordinateur. Parfois, une cible se doit d’être physiquement interceptée pour que la NSA puisse recueillir les infos. Dans ces cas précis, TAO attend que la cible commande de nouveaux gadgets électroniques en ligne. Quand leur système de surveillance les alerte que la cible X vient d’acheter un nouvel ordinateur portable sur internet, le TAO intercepte le colis d’envoi et l’ordinateur est livré à la NSA. Ils ouvrent le packet, installent les nouveaux logiciels, malwares sur l’ordinateur de la cible puis ils réempaquettent l’ordinateur et le réexpédient vers son destinataire.

Si une personne, entreprise ou agence ciblée commande un nouvel ordinateur ou des accessoires, par exemple, TAO peut alors détourner la livraison vers ses propres ateliers secrets. La NSA appelle cette méthode “interdiction”. Dans ces “stations de chargement”, les agents ouvrent le paquet précautionneusement afin de charger les outils espions dans les objets électroniques ou même installent des composants harware qui peuvent fournir un accès furtif via backdoors a l’agence d’espionnage. Toutes les étapes suivantes peuvent être ensuite effectuées depuis un ordinateur à distance. Ces petites interférences dans l’envoi de paquets sont parmi les “opérations les plus efficaces” des hackers de la NSA, un document secret relate tout ceci avec grand enthousiasme. Cette méthode, continue la présentation, permet à la TAO d’obtenir un accès aux réseaux “dans le monde entier”. Et vous vous demandez pourquoi votre commandeAmazon prend tant de temps à arriver ?

Mais habituellement, l’équipe adhère aux méthodes de hacking de la nouvelle école, comme l’utilisation d’un système compliqué appelé QUANTUM, qui focalise sur les réseaux sociaux qu’une cible fréquente souvent comme Facebook, Yahoo, Twitter et YouTube afin de gagner un accès à distance de leur ordinateur. Lorsque l’équipe a fait suffisamment de surveillance et est prête à frapper, le système QUANTUM de TAO va alerter les hackers lorsqu’une cible essaie de visitier un site particulier. Si le travail de TAO est fait correctement, le système se dépêche d’intercepter la demande d’information de la cible et va au lieu de cela injecter le système opérateur de la cible avec un malware / outil espion. Pour certaines raisons Linkedin est particulièreemnt efficace pour cela:

La technique peut littéralement être une course entre les serveurs, une course qui est ainsi appellée dans le jargon interne de l’agence de renseignement: “attente pour l’initiation par le client  d’une nouvelle connexion”, “Shoot!” et “espérons vaincre la réponse serveur-client”. Comme dans toute compétition, parfois la surveillance furtive de l’agence et de ses outils sont “trop lents pour gagner la course”. Le plus souvent, ils sont effectifs. Les implants avec QUANTUMINSERT, spécifiquement lorsqu’utilisé en connexion avec Linkedin, ont maintenant un ratio de succès au-delà de 50%, d’après un document interne.

Parfois les hackers du TAO ont besoin d’aide, alors ils vont sur l’unique “catalogue de commande” d’outils d’invasion électronique, qui peut avoir accès à tout système informatique auquel vous pouvez rêver. Vos mesures de sécurité n’ont aucune importance. Les hackers de la NSA ont les outils pour craquer des systèmes créés par Cisco, Western Digital, Huawei ou toute autre firme de cybersécurité. Personne n’est à l’abri.

Source: The Wire

Cette entrée a été publiée le décembre 30, 2013 à 7:31 et est classée dans actualitéguerres hégémoniquesguerres imperialistesingérence et etats-unisInternet et libertémilitantisme alternatifN.O.Mneoliberalisme et fascismepolice politique et totalitarismerésistance politiquescience et nouvel ordre mondialsciences et technologiestechnologie et totalitarismeterrorisme d’état avec des tags ,,,,. Suivez tous les commentaires de cet article par flux RSS 2.0. Vous pouvez poster un commentaire ou rétrolier depuis votre site.

2 Réponses à “Espionnage, contrôle des populations et Nouvel Ordre Mondial: La saga de la NSA continue…”

  1. Entre autres problèmes dans leurs délires paranoïaques, c’est qu’ils ne peuvent faire machine arrière, pire, peut-être même n’en ont-ils plus le contrôle ? Cette surenchère exponentielle de technique au service de l’espionnage – ou l’inverse – est également dangereuse pour la survie, au delà de la sauvegarde de la vie privée. Tous ces bidules ne sont-ils pas connectés, interconnectés, avec drônes, missiles, avions furtifs, troupes au sol et j’en passe… un cauchemar délirium entre Brazil et Terminator/Skynet ?
    De la folie furieuse !

    • Absolument! Le plus effarant également est de constater que la plus grande utilisation faite de l’amélioration de la technologie/électronique etc… est celle de la guerre, de la coercition, du contrôle, de la répression etc… Des milliers de milliards de dollars par an dépensés à créer toujours plus de systèmes informatiques invasifs, de systèmes de guidage de missile, de drones, de robots utilisés pour guerre/répression etc.. (voir la folie des programmes variés de « développement » du DARPA, division du Pentagone, sachant que russes et chinois font le même de l’autre côté…), d’équipements militaires et de répression. Bref de l’inutile onéreux, mais pour le développement progressiste de l’humanité, là non… pas un rond ou alors la misère, histoire de pouvoir justifié d’un « humanisme oligarchique ».
      Hallucinant !

21 décembre 2013

¤ Se dirige-t-on tout droit vers une future nouvelle Guerre d’Espagne ?…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 36

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/12/17/fascisme-supranational-en-marche-lespagne-retourne-au-franquisme/

fascisme supranational en marche: L’Espagne retourne au franquisme !

Quand on parle de fascisme, toujours se référer à notre sens à la définition qu’en donnait Mussolini, difficile de mieux le définir: « Le fascisme devrait plutôt s’appeler corporatisme, car il représente la fusion de l’État et de la grosse entreprise ».

La doctrine capitaliste en phase finale de métamorphose est juste cela: un gigantesque monopole, permettant l’instauration d’un fascisme planétaire grâce à une grille de contrôle étatico-entrepreneuriale. C’est çà le Nouvel Ordre Mondial dont l’ »élite » auto-proclamée parle tant et appelle de ses vœux pieux. Ce paradigme est au-delà de l’illusion de la « division politique gauche-droite », qui n’a été et n’est qu’un leurre ; du reste le N.O.M est prôné à la fois par des « libéraux/socialistes » (Attali en France et la clique PS et gauche du PS) et des conservateurs de « droite » (Sarkozy et la clique UMP en France), quant aux partis politiques des « extrêmes » (PG, FG, FN en France), parties intégrantes du système ils surnagent pour la préservation du système dont ils dépendent, en ayant des velléités purement réthoriques de le « réformer » de l’intérieur. Pathétique niaiserie au service des mêmes oligarques manipulateurs.

Il n’y a pas de solutions au sein du système il faut en sortir pour refonder la société sur le droit naturel et l’autodétermination décentralisée des peuples.

– Résistance 71 –

 

Alerte ! Coup d’état institutionnel en Espagne

 

Anne Wolff

 

16 Décembre 2013

 

url de l’article original:

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-alerte-coup-d-etat-institutionnel-en-espagne-121634076.html

 

En Espagne, un coup d’état fasciste institutionnel se produit en ce moment. Je ne peux traduire tous les textes qui concernent les éléments de ce coup d’état, je ne prétends pas reprendre ici tous les éléments qui le constituent mais ceux qui sont nécessaires et suffisants pour mettre en lumière ce coup d’état « doux ».

Pour comprendre ce dont il est question, un préalable : le PP, Parti Populaire au pouvoir actuellement, se démasque toujours d’avantage comme Parti ouvertement d’extrême-droite. Des militants faisant le salut hitlérien, des maires qui changent les noms de rues ou de place portant des noms de héros de la gauche, comme la Passionaria, Aznar qui se retrouve dans toutes les réunions de l’extrême-droite internationale en Amérique Latine en compagnie de son ami Uribe alors qu’il est question par exemple de la manière dont sera renversé (en avril dernier) le gouvernement légitime du Venezuela,… une série d’éléments mettent ce fait incontestable en lumière, le PP retire le masque de la démocratie qu’il portait lors de sa précédente gouvernance.

Et ce qui s’ensuit devrait mettre la puce à l’oreille et ouvrir les yeux de ceux qui s’imaginent qu’un parti comme le FN est un parti populaire. Populiste oui, populaire non. La différence ? Elle est de taille. Ce qu’on appelle aujourd’hui populiste s’appelait autrefois démagogie et est très bien décrit pas Lafontaine dans « Le corbeau et le renard » et sa morale « Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute ». Populaire par contre parle de l’implantation d’un parti dans une base forte qui prend part aux décisions politiques qui la concerne, et s’en retrouve donc satisfaite.

. Pour comprendre les enjeux européens de ce coup d’état il nous faut remonter aux années 30 et plus particulièrement de juillet 36 à mars 39, période de la guerre civile espagnole. D’une part nous avons un gouvernement élu du Front Populaire, d’autre part un groupe de rebelles putschistes menés par le général Franco. Je ne vais pas entrer dans les détails internes de cette guerre, mais bien plutôt dans le rôle joué par d’autres pays dans son déroulement. Alors que le gouvernement espagnol en appelle de plus en plus désespérément à l’aide des gouvernements Français, Belges et Anglais, il reçoit des refus systématiques motivés par le devoir de « non ingérence ». Hitler et Mussolini n’ont pas de tels scrupules, et ils envoient leurs armées à la rescousse de Franco, ce qui est aussi un bon exercice de terrain pour la Seconde Guerre mondiale à venir. Malgré le Traité qui la lie à l’Espagne, la France ira même jusqu’à refuser au gouvernement espagnol de lui vendre (pas lui donner, lui vendre)des armes, pour résister à l’invasion. L’armée d’invasion italienne est forte de 150 000 hommes et si le nombre des soldats allemands n’est pas connu, ce sont 25 000 officiers, sous-officiers et soldats allemands qui furent décorés pour leur participation à la guerre d’Espagne. Ces armées d’invasion sont lourdement armée, les tanks, les avions ont besoin d’essence, qu’à cela ne tienne ce sont des pétrolières étasuniennes qui la fourniront à volonté. Les mêmes que l’ont retrouvera quand le moment sera venu pour Hitler d’envahir les dits Pays Alliés.(Memoires de la Passionaria)

Pourquoi je reviens sur ces événements ? Parce que simplement il est clair que le fascisme a gagné la guerre en 39 en Espagne, qui deviendra par la suite un des refuges privilégiés des nazis en fuite (beaucoup avec l’aide de leurs amis étasuniens). Et pourquoi dis-je contre toute apparence que le fascisme a gagné la guerre en Espagne à la fin des années 30, parce que ce fascisme qui a gagné alors était étasunien bien avant d’être allemand. L’histoire nous apprendra par la suite que pour ce fascisme-là, peu importait qui emporterait la seconde guerre mondiale, dune manière comme d’une autre, il serait triomphant. Ce qui importait était que l’Europe soit détruite et ouverte à la colonisation. La victoire d’Hitler aurait sans doute permis des raccourcis, mais le personnage serait sans doute aussi vite devenu gênant dans sa démesure frisant la folie. Nous connaissons la suite.L’Europe-Marché pour la colonisation Yankee, un processus qui trouve son aboutissement dans les traité transatlantique récents, qui marque l’aboutissement de la dictature du Marché Unique Monopolistique sans Concurrence..

Si la mort de Franco marque un changement de régime, jamais l’Espagne ne s’est libérée du franquisme, et les nazis ont essaimés dans le monde entier, leurs savants étant autant appréciés par les USA que par la France ou la Russie et les plus sadiques de leurs militaires jouant un rôle non négligeable dans les cruelles dictatures d’Amérique Latine. Aujourd’hui le fascisme et sa variante nazie sont présents absolument partout dans le monde, dans certains pays d’Asie comme la Thailande, la Corée du Sud ou le Japon il existe même une tendance de mode, le nazi-chic et des Hitler fast- food. (A voir ici  Le Nazi-Chic, la nouvelle mode asiatique qui contamine la Thaïlande – Le Tribunal Du Net  ). Sans doute beaucoup de ceux qui adoptent cette mode ne savent pas ce que représente réellement le nazisme, mais c’est justement cela qui est grave, il n’y a pas eu de leçon de l’histoire ! Et beaucoup de jeunes qui se font recruter par des milices nazies dans le monde ne le savent pas toujours mieux, du moins au départ. Et des milices nazies, on en retrouve aussi partout dans le monde. .Juives ou Arabes, Russes ou Etasuniennes, Latino ou Européennes… l’internationale fasciste et sa branche néo-nazie se portent bien.

Pendant quelques décennies nous, Européens, avons pu nous illusionner et croire que le « Plus jamais ça » était une réalité, Que personne de sensé ne voudrait jamais plus que puisse se produire de telles horreurs. Si je vous renvoie à ces images de mode, hallucinantes pour nous, c’est parce qu’il est important de comprendre que la banalisation du nazisme fait partie de l’histoire contemporaine et que les conditions de son émergence massives sont presque rassemblée, que l’Espagne aujourd’hui en ouvre le chemin pour l’Europe. Elle nous offre aussi l’occasion de prouver que nous avons, nous, tiré les leçons de cette histoire, mais je doute que ce soit le cas.

 

Loi de Sécurité Citoyenne, Loi de Sécurité Privée, modification du Code Pénal Civil et du Code Pénal Militaire sont des éléments clés de ce coup d’état fasciste institutionnel qui se produit en ce moment en Espagne. Des transformations  qui selon les Juges pour la Démocratie réunis en fin de semaine passée avec des professeurs de droits, des syndicalistes et des commissions ouvrières mettent fin aux Droits Fondamentaux en Espagne en créant un nouveau délinquant ; Le dissident politique. En pratique, elle liquide les droits de réunions et de manifestation. (« El Código Penal crea un nuevo delincuente: el disidente político »)

Vous trouverez (ici le projet de « loi de sécurité espagnole » ou « le franquisme est de retour ».) en détails les éléments de ce projet de loi de Sécurité Citoyenne. La Loi de Sécurité Privée a, elle, été adoptée vendredi passé. Je n’en ai pas les détails mais quelques éléments. Et les modifications du Code Pénal Civil et du Code Pénal Militaires doivent suivre.(Rebelion. Denunciamos la Ley de Seguridad Privada, como la instauración de “cuerpos parapoliciales” al servicio de la oligarquía y de su <i>Régimen</i> antidemocrático et Rebelion. Contra el nuevo “golpe de estado encubierto” )Je vous résume les grandes lignes :

En ce qui concerne le code militaire les détails se discutent dans le secret des hautes sphères de l’armée, mais les lignes générales sont connues ainsi que nous le fait savoir le Collectif de militaires Anemoi qui s’inquiète de voir que les réformes pénales civiles permettront la condamnation à perpétuité de « terroristes » qui est un terme que d’autres modifications permettent d’appliquer à tous dissident politique (du régime fasciste qui se met en place).

Quand aux modifications du Code Pénal Militaire, elles instaurent un état d’exception permanent, en clair la possibilité de condamner tout petit Br&dley Manning potentiel qui voudrait dénoncer des crimes de lèse-humanité commis par l’armée dans ou hors du pays. La « rébellion » pouvant également qualifier des civils qui dénonceraient des fait de torture ou des meurtres ciblés de journalistes par l’armée, par exmple, comme cela c’est déjà produit auparavant seront à présent frappés de peines très lourdes.

Ces modifications institutionnelles impliquent également que le gouvernement pourra activer l’état de siège et la loi martiale que prévoit la Constitution de 1978 avec suspension de tous les droits politiques et des garanties constitutionnelles non seulement en cas de guerre déclarée avec l’approbation du parlement  mais également en cas supposé de « l’existence d’un conflit armé ».

Quand à la loi de sécurité privée, elle constitue, nous dit Anemoi, la base pour instaurer une armée privée au service de l’oligarchie. De telles forces seront utilisées en complément des forces et corps de sécurité de l’état et donc pas uniquement dans le privé.

Et immédiatement le gardiennage dans les prisons est déjà attribué à ces sociétés privées. Or l’application de la Tolérance zéro qui doit être inscrite dans le code pénal va faire monter en flèche la population carcérale, il s’agit donc d’un juteux marché. La prison, risque de se transformer comme c’est le cas aux E.U. origine du système; en « mode de vie « pour un nombre gigantesque de personnes.

La loi autorisera l’action des forces privées dans des lieux publics ou privés sous « supervision » de l’armée et dans des conditions identiques. En jouissant donc des mêmes conditions d’impunité qui viennent d’être accordées à l’armée de l’état. Toute résistance qui leur sera opposée pouvant donc être frappée des lourdes peines prévues.

Quand à ce qui concerne l’usage des armes rien de plus précis que le fait qu’il doit être « congruent et proportionné ». Le nombre de morts du à l’usage d’armes « non létales » comme le taser, les balles de caoutchoux, les gaz paralysants,… posent des questions légitimes quand à la nécessité d’une stricte réglementation,  alors que l’impunité pour les utilisateurs est garantie par la loi, cela éveille les sinistres échos de toutes les dictatures militaires et de leurs abus. Et Anemoi redoute l’introduction d’armes plus sophistiquées. (more…)

¤ Quelle révolution syrienne ?… !!!

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 5 : 16

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/12/17/ingerence-occidentale-en-syrie-il-ny-a-jamais-eu-de-revolution-en-syrie/

Ingérence occidentale en Syrie: Il n’y a jamais eu de « révolution » en Syrie…

Et tout cela bien sûr avec la totale complicité et collaboration des merdias atlantistes occidentaux qui se vautrent dans l’ignominie depuis près de trois ans… Rien d’étonnant… (Résistance 71 )

« Les médias ? Dans un pays démocratique, bien informé, les médias sont la mouche du coche, ils jouent le rôle de représentant du public ; comme ils sont professionnels, c’est leur boulot d’être profesionnels au sujet de la collecte de l’information. Puis nous devons dépendre d’eux pour nous donner cette info ainsi que les analyses, le fond des affaires et la critique qui nous permettra à nous le public de défier ce qui se passe. Cela devrait se passer de cette façon en démocratie, dans un pays où nous aurions des médias démocratiques. Mais ce n’est pas le cas. Nous avons des médias qui sont contrôlés par un tout petit nombre de corporations très puissantes et on se rend compte que la même histoire est diffusée sur tous les médias le soir même…  » (Howard Zinn, 2006)

Où sont donc passés les “révolutionnaires” syriens ?

Thierry Meyssan, 16 décembre 2013, url de l’article original: http://www.voltairenet.org/article181497.html

A la veille de la conférence de Genève 2, les organisateurs états-uniens n’ont plus aucune marionnette pour jouer le rôle des révolutionnaires syriens. La disparition soudaine de l’Armée syrienne libre montre à ceux qui y croyaient qu’elle n’était qu’une fiction. Il n’y a jamais eu de révolution populaire en Syrie, juste une agression étrangère à coup de mercenaires et de milliards de dollars.

Les organisateurs de la conférence de paix de Genève recherchent d’urgence un représentant pour l’opposition syrienne armée. En effet, selon les Occidentaux, le conflit oppose une abominable dictature à son propre peuple. Cependant, les groupes armés qui détruisent la Syrie —du Front islamique à Al-Qaïda— font officiellement appel à des combattants étrangers, même si le premier prétend être composé principalement de Syriens. Les inviter serait admettre qu’il n’y a jamais eu de révolution en Syrie, mais une agression étrangère.

En effet, l’Armée syrienne libre, dont on nous disait il y a quelques semaines qu’elle comprenait 40 000 hommes, a disparu. Après que son quartier général a été attaqué par d’autres mercenaires et que ses arsenaux ont été pillés, son chef historique, le général Selim Idriss, s’est enfui par la Turquie et a trouvé refuge au Qatar, tandis que le colonel Riad el-Assad a trouvé asile aux Pays-Bas.

Lors de sa formation, le 29 juillet 2011, l’ASL s’était fixé un unique objectif : le renversement du président Bachar el-Assad. Jamais l’ASL n’a précisé si elle se battait pour un régime laïque ou un régime islamique. Jamais, elle n’a pris de position politique en matière de Justice, d’Education, de Culture, d’Economie, de Travail, d’Environnement, etc. Jamais elle n’a formulé la moindre ébauche de programme politique.

Elle était, nous disait-on, formée de soldats de l’Armée arabe syrienne ayant fait défection. Il y eu effectivement des défections durant le second semestre 2011, mais leur nombre total n’a jamais excédé les 4 %, ce qui est négligeable à l’échelle d’un pays.

Non : l’ASL n’avait pas besoin de programme politique car elle avait un drapeau, celui de la colonisation française. En vigueur durant le mandat de la France sur la Syrie et maintenu durant les premières années de prétendue indépendance, il symbolisait l’Accord Sykes-Picot : la Syrie était largement amputée et divisée en États ethnico-confessionnels. Ses trois étoiles symbolisent un État druze, un État alaouite et un État chrétien. Tous les Syriens connaissent ce funeste drapeau, ne serait-ce que par sa présence dans le bureau du collaborateur syrien de l’occupant français dans un célèbre feuilleton télévisé.

Son premier leader, le colonel Riad el-Assad, a disparu aux oubliettes de l’histoire. Il avait été sélectionné pour son nom, qui s’écrit différemment en arabe mais se prononce identiquement dans les langues européennes avec celui du président Bachar el-Assad. La seule différence entre les deux hommes, d’un point de vue des monarchies du Golfe, était que le premier était sunnite et le second alaouite.

En réalité, l’Armée syrienne libre est une création franco-britannique comme l’étaient les « révolutionnaires de Benghazi » en Libye (lesquels avaient « choisi » comme drapeau celui du roi Idriss Ier, collaborateur des occupants anglais).

Bras armé de l’Otan, destiné à prendre le palais présidentiel lorsque l’Alliance atlantique aurait bombardé le pays, l’ASL a été ballottée par les plans successifs et les échecs successifs des Occidentaux et du Conseil de coopération du Golfe. Présentée dans un second temps comme le bras armé d’un Conseil politique en exil, elle ne lui reconnaissait aucune autorité et n’obéissait qu’à ses employeurs, les Franco-Britanniques. Elle était en fait le bras armé de leurs services secrets dont la Coalition nationale syrienne était le bras politique. En définitive, l’ASL n’a pu accumuler de succès qu’avec l’aide directe de l’Otan, en l’occurrence de l’Armée turque qui l’hébergeait dans ses propres bases.

Créée dans le cadre d’une guerre de 4ème génération, l’ASL n’a pas réussi à s’adapter à la seconde guerre de Syrie, celle de type nicaraguayen. La première guerre (de la réunion Otan au Caire en février 2011 à la conférence de Genève en juin 2012) était une mise en scène médiatique visant à délégitimer le pouvoir afin qu’il tombe comme un fruit mur dans les mains de l’Otan. Les actions militaires étaient perpétrées par des groupuscules distincts, recevant leurs ordres directement de l’Alliance. Il s’agissait avant tout de créditer les mensonges médiatiques et donner l’illusion d’une révolte généralisée. Conformément aux théories de William Lind et de Martin Van Creveld, l’ASL n’était qu’un label pour désigner tous ces groupes, mais ne disposait pas de structure hiérarchique propre. Au contraire, la seconde guerre (de la réunion des « Amis de la Syrie » à Paris en juillet 2012 à la Conférence de Genève 2 en janvier 2014) est une guerre d’usure visant à « saigner » le pays jusqu’à sa reddition. Pour jouer son rôle, l’ASL aurait dû se transformer en une véritable armée, avec une hiérarchie et une discipline, ce qu’elle n’a jamais été capable de faire.

Sentant sa fin proche, depuis le rapprochement turco-iranien, l’ASL avait annoncé sa possible participation à Genève 2 en posant d’irréalistes conditions. Mais il était déjà trop tard. Les mercenaires payés par l’Arabie saoudite ont eu raison de cette fiction de l’Otan. Chacun peut désormais voir la vérité toute nue : il n’y a jamais eu de révolution en Syrie.

11 décembre 2013

¤ LETTRE OUVERTE A MANDELA : VOUS AVEZ TRAHI ET VENDU LE PEUPLE NOIR

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 03

Source : http://www.brujitafr.fr/article-lettre-ouverte-a-mandela-vous-avez-trahi-et-vendu-le-peuple-noir-121461295.html

¤ LETTRE OUVERTE A MANDELA : VOUS AVEZ TRAHI ET VENDU LE PEUPLE NOIR dans Politique/Societe 1463500_184969545041612_840511213_n

Cherokee Gérard – Ces traîtres qui ont vendu l’Afrique: le cas Nelson Mandela

La Famille, voici un article qui, je crois, va mettre à l’eau toutes les convictions que vous pensiez avoir sur l’Histoire de l’Afrique. Je l’ai dit une fois, sur cette tribune, que Nelson Mandela était un traître pour l’Afrique, vous avez refusé de me croire. Eh bien, voici la lettre ouverte parue dans un journal Sud-africain qui le démontre bien.

NELSON MANDELA FRANC-MAçON.jpg

Nelson Mandela, franc-maçon de l’Ordre des chevaliers de Malte

Nelson Mandela est décédé annonce le président sud-africain

Nelson Mandela et la 3ème guerre mondiale

Comme je le dis souvent sur cette page: « Si vous voulez connaître l’Afrique véritable, il faut vous débarrasser au préalable de TOUTES les connaissances antérieures que vous avez de ce continent », car l’Afrique véritable est un TERRIBLE SECRET que les mêmes gens qui nous oppriment ne veulent pas que nous sachions. Mais malheureusement pour eux, j’ai juré de dénicher tous ces petits secrets et de les exposer à la lumière de mes frères Kamites.

A la fin de l’article, je vous expliquerai en détail pourquoi j’ai choisi cette photo pour illustrer mon article. Je vous le promets; il est un peu long, mais soyez forts et patients, il faut souffrir pour s’instruire. Et en plus, je suis sûr que vous sortirez de là, mieux instruits que beaucoup de nos frères Africains qui préfèrent rester dans l’illusion de vérité que la caverne dans laquelle ils vivent au quotidien veut bien leur montrer (Cf. Allégorie de la Caverne).

mlkoioj dans Politique/Societe
Cher ancien président Nelson Mandela,

J’avais seulement 5 ans quand vous avez été libéré de prison. Je viens d’un milieu pauvre, comme tous les enfants noirs d’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid et j’ai été élevé par ma grand-mère. En 1994, l’Afrique du Sud a eu ses premières élections démocratiques, je me souviens que tout le monde, y compris ma grand-mère, était ravi à l’idée de pouvoir voter pour vous et pour le gouvernement de l’ANC. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant d’avoir pu voter en début d’Avril en 1994.

J’ai cru comprendre que vous aviez des rencontres secrètes entre 1985-1990 avec P. W. Botha (ancien président de 84-89) pour avoir un règlement négocié. Ceci nous a été révélé plus tard par le président de l’ANC, Oliver Reginald Tambo, se référant à vos réunions avec le régime colonial-apartheid dans les années 1980, années cruciales. Il avait déclaré: « Les prisonniers ne peuvent pas négocier leur liberté ». Tambo semblait perturbé sur le fait que des hautS cadres du parti, y compris vous, auraient pu avoir compromis l’organisation.

En 1990, avant que vous ne sortiez de prison vous aviez assuré vos partisans que la nationalisation des mines, des banques et des minéraux étaient vos objectifs premiers. Cette croyance avait formé la doctrine de base de l’ANC et avait même été inscrite dans un document connu sous le nom « Freedom Charter » (La Charte de la Liberté).

« La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l’héritage des Sud-Africains, seront rendus au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d’aider au bien-être du peuple ». Disait « La Charte ».

Or il est apparu plus tard que vous et d’autres dirigeants de l’ANC vous étiez affairés à réinterpréter avec créativité l’un des engagements les plus forts contenus dans cette Charte, à savoir « une nationalisation des industries qui conforterait le monopole des capitaines d’industries blancs ». (more…)

¤ Militarisation privée et Nouvel Ordre Mondial…

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 42

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/12/07/militarisation-privee-et-nouvel-ordre-mondial/

Il y a longtemps que nous l’avions dit ici-même: La privatisation des armées et forces de répression/coercition s’accélère, pourquoi ? Parce que les oligarques criminels savent très bien que le moment de vérité venu, la majorité des forces armées et de police  rejoindront les peuples et refuseront de tirer sur leurs citoyens. Pour protéger leur privilèges et leur monde inique et criminel, génocidaire, seuls des mercenaires sans foi ni loi et des robots/drones pourront remplir ces fonctions sans poser de questions. Nous ne pouvons que noter la montée en puissance de ces deux entités totalitaires, ces dernières années, ce n’est absolument pas un hasard et nos sociétés feraient bien de s’en préoccuper avant qu’il ne soit trop tard !

– Résistance 71 –

Les “oies sauvages” entrent dans la loi

Voix de la Russie

6 Décembre 2013

url de l’article: http://french.ruvr.ru/2013_12_06/254767496/

La demande des services des sociétés militaires privées (SMP) est en augmentation constante à travers le monde. Selon les données des Nations Unies, d’ici 2016, elle atteindra la somme record de 244 milliards de dollars. Le plus gros de cette somme vient du Pentagone. Le pouvoir américain et d’autres Etats recourent à des sociétés militaires privées et n’y voient aucune menace. Cependant un mercenaire se bat pour qui le paie le plus et n’est lié à aucune contrainte juridique. Ces armes ne se retourneront-elles par contre leur employeur ?

Le ministère de la Défense des Etats-Unis en 2012 seulement a engagé une dépense de 44 milliards de dollars pour des contrats exécutés à l’étranger. Environ 60% d’entre eux avaient pour objet l’Afghanistan ou l’Irak. En Somalie, les combattants privés sur mer et les sociétés de sécurité ont considérablement élargi leurs opérations pour la protection de la navigation commerciale : sur le seul océan Indien, on dénombre plus de 140 entreprises. Le nombre de SMP augmente aussi en Chine. Ces données sont issues d’un récent rapport des Nations Unies sur l’utilisation des mercenaires.

Qu’est ce qui explique l’attrait croissant des SMP ces dernières décennies ? Dans certains cas, leurs troupes sont plus faciles à utiliser que des troupes classiques. C’est ce dont est convaincu Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense Nationale:

« Ici le calcul est double. Il s’agit d’un côté de minimiser les pertes. D’autre part, les entreprises privées ne sont souvent pas très à cheval sur la morale quand il en va de l’exécution des missions qui leur sont données. C’est pourquoi il y a de nombreuses plaintes quant aux actions des SMP en Irak et en Afghanistan : mercenaires se comportent extrêmement mal envers les populations locales et vont parfois jusqu’à tuer tout suspect se trouvant dans leur zone d’action.»

Un autre facteur important est que les SMP sont en mesure de résoudre les problèmes avec lesquels les forces régulières ne veulent pas « se salir ». Et les mercenaires coûtent moins cher que les militaires au service de l’Etat, comme l’explique Igor Korotchenko :

« Grâce aux sociétés militaires privées, il est facile de résoudre certaines questions délicates pour les autorités. En autres choses, le transport et le transfert illégal d’armes aux rebelles syriens, la formation de troupes paramilitaires. Le président des Etats-Unis et les responsables militaires répondent de la vie et de la mort des soldats américains, alors que si ce sont des hommes sous contrat qui meurent, l’affaire est close une fois versées les compensations d’assurance. »

Jusqu’à récemment, les sociétés militaires privées n’ont pas particulièrement fait connaître leurs activités. Pourtant, dès les années 1990, les médias ont périodiquement rendu compte du rôle de ces entreprises. On a par exemple appris, durant les événements de Yougoslavie, que des militaires américains à la retraite avaient été engagés par la société Military Professional Resources pour préparer les opérations des combattants musulmans et Croates contre les forces militaires serbes. Et en ce qui concerne les récents événements en Syrie, la société turque SADAT International Defense Consultancy a fait la une de la presse du monde entier. Les experts estiment que son objectif principal est de former, de livrer des armes et de soutenir l’opposition syrienne contre les forces d’Assad. La société a déjà été surnommée « l’armée privée d’Erdoğan ».

Les hommes de « armées privées » sont souvent mieux armés et mieux équipés que les militaires des armées régulières et des services spéciaux. Le niveau de formation de ces « soldats de fortune » est également élevé : les SMP recrutent principalement parmi les anciens militaires des services spéciaux à la retraite ou d’autres unités équivalentes. Mais cette arme peut-elle se retourner contre les autorités qui l’utilisent si certains sont prêts à payer plus ? Il semble peu probable qu’il y ait quelque chose à craindre à ce sujet : les « Oies sauvages » ne mordront guère la main qui les nourrit, estime Victor Murakhovski, rédacteur en chef de la revueArsenal de la Patrie :

« Les sociétés militaires privées sont soumises aux lois du pays dans lequel elles sont enregistrées. Leurs activités sont pleinement en accord avec les lois et les règles commerciales qui s’y appliquent. Leur principal souci est de faire des bénéfices. »

Cependant, il semble que la question de la légalisation finale des SMP ait déjà été résolue. L’ONU envisage de recourir elle-même à des sociétés militaires privées. Les Nations Unies sont persuadées qu’il est possible d’« influer sur les normes s’appliquant à l’industrie des sociétés de sécurité privée et de les ajuster pour qu’elles soient conformes au droit international des droits de l’homme ». Mais je tiens à rappeler le point de vue d’une personne qui connaissait bien la nature des mercenaires. Nicolas Machiavel qui dans son célèbre ouvrage Le Princeaffirmait : les mercenaires, dont le but est de recevoir de l’argent, ne sont pas prêts à sacrifier leur vie sur le champ de bataille. Le mercenaire qui perd la bataille est un mauvais mercenaire, mais celui qui la gagne est encore pire. Pour des raisons évidentes, il en vient à se poser la question : est-il vraiment si fort cet empereur qui m’emploie ? Et s’il ne l’est pas, pourquoi ne prendrai-je pas sa place ? (more…)

28 novembre 2013

¤ Cointelpro : les techniques de contrôle de masse des agents anti-activitistes sur internet

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 45

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/11/18/media-et-nouvel-ordre-mondial-grand-frere-dans-les-forums-le-lard-et-la-maniere-du-controle/

Les techniques “secrètes” pour contrôler les forums en ligne et l’opinion publique

AlterInfo

16 Novembre 2013

url de l’article:

http://www.alterinfo.net/les-techniques-secretes-pour-controler-les-forums-et-l-opinion-publique_a96837.html

Attention, c’est du lourd !

Le 12 juillet dernier, le site Cryptome, sorte d’ancêtre à Wikileaks, qui publie des documents que les gouvernements et les sociétés n’aimeraient pas voir sur le net, a mis en ligne le témoignage et les explications techniques d’un ex-agent de Cointelpro. Cointelpro est une organisation US liée au FBI dont la mission était de faire de la désinformation et de foutre le bordel parmi les groupes d’activistes. Officiellement, Cointelpro a disparu en 71, mais l’organisation a juste changé de noms. Maintenant en plus d’infiltrer de manière classique des groupes d’activistes, cette ou ces organisations gouvernementales officient sur Internet pour enterrer les bad buzz et noyer le poisson sur les forums d’activistes.

Le 18 juillet, ce témoignage sur Cryptome a été mis en avant sur Slashdot  par un contributeur de longue date. Et chose étrange, le post a été censuré. C’est ce qui a attiré mon attention sur le sujet.

Ce document met au jour toutes les techniques employées par les gouvernements, les désinformateurs, les politiques, etc. sur le net mais aussi dans la vraie vie pour décrédibiliser leurs adversaires et enterrer les sujets sensibles. C’est très orienté US mais ce serait une erreur de croire que ce genre de pratiques n’a pas lieu en France. C’est riche d’enseignement et au fur et à mesure que je lisais le document, je me rendais compte que j’avais déjà été le témoin de ces manipulations. À la télé dans les débats politiques, dans les interviews dans les journaux, mais chose plus troublante dans les commentaires sur mon site ou d’autres ou sur Twitter. Sans tomber dans la parano, je me demande maintenant si certaines personnes qui viennent poster et semer le doute dans certains de mes articles un peu « sensibles » sont juste des trolls qui s’emmerdent ou des agents désinformateurs.

Mais peu importe… Lisez ce document, certes un peu long, mais passionnant, qui vous permettra de « détecter » à l’avenir les tentatives de manipulation dont nous faisons tous l’objet, en tant que personne ayant une opinion, ou en tant que simple spectateur.

Techniques pour manipuler les forums sur Internet

Il existe plusieurs techniques dédiées au contrôle et à la manipulation d’un forum  sur internet, peu importe le contenu ou les personnes qui sont dessus. Nous allons voir chaque technique et démontrer qu’un nombre minimum d’étapes suffit pour prendre efficacement le contrôle d’un  » forum incontrôlable. «  
Technique #1 –   »FORUM SLIDING »

Si un post très sensible de nature critique a été posté sur le forum, il peut être rapidement supprimé grâce au  » forum sliding.  » Dans cette technique, un nombre de posts (ou « sujets » en français) sans rapport sont discrètement positionnés sur le forum et  » vieillissent « . Chacun de ces posts sans rapport peut être appelé pour lancer un  » forum slide  » (glissement de forum). Deuxièmement, cette technique a besoin de faux comptes. Ils sont nécessaires pour permettre dissimuler au public la manipulation. Pour déclencher un  » forum slide  » et  » purger  » les posts critiques, il suffit de se connecter sur chaque vrai ou faux compte et de répondre aux vieux sujets avec un message de 1 ou 2 lignes. Grâce à cela, ces vieux topics sont propulsés au sommet de la liste des topics, et les topics sensibles glissent vers les autres pages, hors de la vue du public. Bien qu’il soit difficile, voire impossible, de censurer le post sensible, il est maintenant perdu dans une mare de posts inutiles et sans rapports. De ce fait, il devient efficace et pratique de faire lire au public des posts sans rapport et non-problématiques.

Technique #2 –   »CONSENSUS CRACKING »

Une deuxième technique efficace est le  » consensus cracking.  » Pour réussir à briser un consensus, la technique suivante est utilisée. Grâce à un faux compte, un message est posté. Ce message semble légitime et censé – mais le point sensible c’est que ce post possède une HYPOTHÈSE TRÈS FRAGILE sans preuve pour appuyer ce qui est écrit. Une fois cela fait et grâce à d’autres faux comptes, une réponse en votre faveur est doucement introduite. Il est IMPÉRATIF que les deux partis soient représentés, afin que le lecteur non informé ne puisse pas déterminer quel parti détient la vérité. Au fur et à mesure des posts et des réponses, la « preuve » forte ou désinformation est doucement établie en votre faveur. Ainsi, le lecteur non informé va probablement prendre la même position que vous et, si leur position est contre vous, leur opposition à vos messages va probablement être laissée aux oubliettes. Cependant, dans certains cas où les membres du forum sont hautement éduqués et peuvent contrer votre désinformation avec des faits réels et des liens vers des sites, vous pouvez  » avorter  » le cassage de consensus en démarrant un  » Forum sliding « .

Technique #3 –   »TOPIC DILUTION »

La dilution de topic n’est pas seulement efficace lors d’un glissement de forum, elle est également très utile pour garder l’attention des lecteurs sur des problèmes sans rapport et non productifs. Il s’agit d’une technique critique et très utile pour causer une  » CONSOMMATION DE RESSOURCE.  » En implémentant un flux continu de posts sans rapport pour distraire et perturber (trolling), les lecteurs du forum voient leur productivité stoppée. Si l’intensité de la dilution graduelle est assez forte, les lecteurs vont arrêter de rechercher et vont simplement passer en  » mode commérage.  » (more…)

19 novembre 2013

¤ L’AMI, ennemi de la démocratie

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 02

Source : un mél reçu hier

AMI: Accord Multilatéral sur l’Investissement
(en anglais M.A.I. : Multilateral Agreement on Investment)

¤ L'AMI, ennemi de la démocratie dans Outils/Bon à savoir
 dans Politique/Societe

L’AMI est un accord économique international négocié dans le plus grand secret depuis 1995 sous l’égide de l’OCDE, et dont les conséquences constituent une menace sans précédent pour la démocratie.
Les médias, qui appartiennent pour la plupart à des multinationales favorables à l’AMI, ont été d’une extraordinaire discrétion sur l’existence et le contenu de ce traité, malgré sa portée historique.

Le principe central de l’AMI est de créer tout un ensemble de droits nouveaux pour les multinationales, au détriment des états et des populations, et sans aucune obligation en contrepartie.

Les dispositions de l’AMI permettraient notamment à une multinationale de traîner un Etat en justice (devant une nouvelle juridiction internationale prévue par le traité) dès lors que des réglementations de cet état créent des différences de traitement entre les investisseurs nationaux et étrangers, ou encore si ils créent des conditions de concurrence déloyale.

Ces dispositions semblent anodines, mais leur portée touche presque tous les domaines de l’intervention des Etats. Ainsi, les lois en matière de protection de l’environnement pourront être annulées si elles sont plus sévères que dans d’autres pays où l’investisseur est établi. De même, les subventions versées par les états au secteur culturel, ou à l’éducation publique, sont autant de conditions de concurrence déloyale par rapport à des pays où ces secteurs ne sont pas subventionnés par l’état.

Avec l’AMI, les « investisseurs » pourront exiger l’annulation des lois nationales, et obtenir des états une indemnisation financière du préjudice subi.

Concrètement, l’AMI signifie l’abdication des Etats en faveur des multinationales, et la fin de tout pouvoir réel des gouvernements élus. Il signifierait la fin de la démocratie, en vidant le bulletin de vote de tout contenu réel.

La France, l’Europe, et l’AMI

En 1998, après trois ans de négociations que les gouvernements et les médias avaient tenues secrètes, un vaste mouvement d’intellectuels, d’artistes, et d’associations citoyennes comme Attac a contraint nos responsables politiques à avouer l’existence des négociations sur l’AMI et à ouvrir un débat public.

Le 14 Octobre 1998, à l’occasion d’une question posée à l’Assemblée Nationale, Lionel Jospin a annoncé que la France ne participerait plus aux négociations de l’AMI. (voir le texte intégral de la déclaration du Premier Ministre qui définissait officiellement la position française sur l’AMI). Le refus de la France avait alors encouragé les réticences d’autres pays, et provoqué l’arrêt des négociations de l’AMI. Mais au début de l’année 2000, le gouvernement Jospin était revenu à une attitude beaucoup plus conciliante vis à vis du processus de mondialisation.

En Novembre 2000, lors du sommet européen de Biarritz, le gouvernement français avait donné son accord à une modification de l’article 133 du Traité d’Amsterdam, en vue de permettre à la Commission Européenne de négocier les futurs accords multilatéraux à la place des états. Si cette mesure est adoptée, les états n’auront plus aucun moyen de s’opposer aux futurs accords de type AMI. Bientôt, les états européens se trouveront engagés par des accords qu’ils n’auront pas signés, et pour lesquels ni les parlementaires ni les citoyens n’auront été consultés.

Entre temps, l’AMI est redevenu d’actualité: les négociations ont repris fin 2002, cette fois dans le cadre de l’OMC au lieu de l’OCDE.

En plus de l’AMI, des nouveaux projets de traités multilatéraux similaires ont vu le jour, notamment le traité « NTM » (Nouveau Marché Transatlantique), conduit par le commissaire européen Leon Brittan, et surtout l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services).

Comme l’AMI, le NTM et l’AGCS visent à réduire le pouvoir économique des états, et à démanteler méthodiquement et l’ensemble des réglementations sociales et environnementales.

Pascal Lamy et Leon Brittan, Commissaires Européens, et fervents partisans de la mondialisation économique. Inconnus du public, ils oeuvrent à l’adoption de l’AMI, du NTM, et de la modification de l’article 133.

NAFTA, FTAA ou ZLEA, l’AMI du continent américain

Les Etats-Unis, le Canada, et le Mexique sont déjà unis depuis 1994 par un accord multilatéral similaire à l’AMI. Comme l’AMI, ce traité appelé « NAFTA » (North America Free Trade Agreement, ou ALENA en français) comporte des clauses qui permettent aux entreprises de porter plainte contre les états pour obtenir l’annulation des législations environnementales ou sociales qui constituent des entraves à la liberté totale du commerce. Depuis l’adoption de cet accord, plusieurs lois de protection de l’environnement ont déjà été annulées aux Etats Unis, au Canada, et au Mexique.

Lors du « Sommet des Amériques » d’Avril 2001, le NAFTA a été étendu à tous les pays d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud, à l’exception de Cuba. Le nom du nouvel accord est FTAA (en français ZLEA, Zone de Libre Echange des Amériques). Il entrera en vigueur en 2005. Lors de la signature de l’accord à Québec, la ville a été transformé en camp retranché avec des grillages de 3 mètres de haut, afin de tenir à distance les manifestations citoyennes contre la mondialisation, et des milliers de personnes ont été refoulées à la frontière avec des contrôles et des méthodes dignes de l’ancienne Union Soviétique (fouille des personnes, de leurs documents et du contenu de leur ordinateur, etc.).

Les manifestations qui ont quand même eu lieu à Québec contre le FTAA ont fait l’objet d’une répression incroyablement violente. De jeunes manifestants ont été mutilés à vie par des grenades ou les balles en caoutchouc tirées délibérément à faible distance par les policiers, au mépris des règles légales prévues pour l’utilisation de ces armes.

Tout cela en dit long sur le caractère « démocratique » de ces accords.

Pour plus de détails sur la répression et les méthodes policières, lisez donc cet article envoyé par un internaute canadien

 Manifestants et policiers pendant le « Sommet des Amériques », à Québec en Avril 2001

10 novembre 2013

¤ Le système bancaro-politico-médiatique vérolé dénoncé par Agora Finance

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 13 : 33

Source : la-chronique-agora.com/

Irresponsabilité, incompétence, corruption, manipulations, mauvaise gestion…

… et maintenant, ils voudraient que ce soit VOUS qui payiez ?!?

 J’accuse nos banques d’irresponsabilité, d’incompétence et de collusion avec le pouvoir.

Elles jouent avec votre épargne, elles calculent mal les risques (quand elles les calculent), elles prétendent qu’elles peuvent maîtriser l’incertitude… et quand tout cela s’est soldé par une crise qui a ébranlé les fondements même du système monétaire mondial, c’est dans VOTRE argent que l’Etat a puisé pour réparer les dégâts.

 J’accuse la Banque centrale européenne de manipulation monétaire et de prise de risques excessifs.

Elle trafique les taux d’intérêt, elle prête de l’argent qui n’existe pas, elle a maquillé la crise et fermé les yeux sur des fricotages comptables et financiers qui mettent aujourd’hui encore la Zoneeuro en danger. Et une fois encore, quand il faut mettre la main à la poche pour renflouer le navire, c’est VOTRE argent qui sert au sauvetage.

 J’accuse la presse et les médias de corruption intellectuelle et d’aveuglement.

Alors qu’ils sont censés être le « quatrième pouvoir », les médias piétinent leur devoir d’investigation et de remise en question de la propagande d’Etat. Ils se contentent désormais de servir une pensée formatée et des commentaires complaisants sur les statistiques… et VOUS êtes la victime de cette désinformation qui vous empêche de prendre les bonnes décisions pour votre vie et votre argent.

 J’accuse le gouvernement de corruption, de mensonge et de parjure.

Pour rester au pouvoir, nos politiciens financent sciemment par la dette des promesses électorales qu’ils savent intenables. Ils achetent leurs électeurs à coups de redistribution : une politique facile et lâche consistant à prendre aux uns (sans leur accord) pour s’acheter les faveurs des autres. Cela fait des décennies que ça dure — à gauche, à droite, d’un bout à l’autre du spectre politique –, et que VOUS payez les pots cassés de leur manque de courage.

Il est temps que cela cesse !

Cher Concitoyen,

J’ai bien conscience que ma démarche va en choquer plus d’un.

Je m’attends à recevoir des lettres de protestation, des menaces… ou pire. On ne lance pas ce genre de message sans retombées.

Il ne s’agit pourtant pas d’une croisade personnelle. Je ne connais pas les gens que j’accuse. Je ne les ai jamais rencontrés… et je ne leur voue aucune haine individuelle.

Il ne s’agit pas non plus d’inventions ou d’attaques gratuites : toutes les informations que vous découvrirez dans ces lignes sont authentiques, vérifiables et accessibles à quiconque se donne la peine de chercher un peu.

Je me contente de faire un constat concernant ceux qui sont aux commandes aujourd’hui — ceux qui contrôlent notre gouvernement, notre argent, notre vie.

Et ce constat est extrêmement simple : on se paie votre tête.

A tous les niveaux de décisions, on se paie votre tête.

Politique, économie, finance… Nos dirigeants se croient désormais tout permis — parce que vous êtes là pour payer leurs pots cassés.

Il y a trop longtemps que cela dure. Le moment est venu de réagir.

Pourquoi spécialement maintenant ? Parce que par la faute des banques, des autorités européennes, de nos gouvernants — et, dans une large part, des médias –, nous sommes actuellement face à une crise qui ne ressemble à rien que notre pays ait jamais connu.

Cette crise est en train de faire bien plus de dégâts en France, que les krachs boursiers de 2008 ou même que la crise économique de 1929.

Elle pourrait mettre fin à la sécurité, à la tranquillité et au niveau de vie que l’on pourrait tenir pour acquis dans un pays développé du début du 21ème siècle.

Ce qui nous arrive affectera sans aucun doute vous, moi et tous les autres Français.

La première phase a déjà commencé. En fait, comme je vous le prouverai dans un instant,la France est dans un état de crise perpétuelle depuis près de 40 ans.

A cause d’un système politique, économique et bancaire corrompu et sclérosé, vous pourriez assister dans les mois et les années qui viennent à…

Un gel des marchés monétaires qui vous empêchera d’accéder à votre épargne et à vos dépôts bancaires.

Une inflation galopante causant une augmentation spectaculaire des prix sur des choses aussi essentielles que le pain… ou le papier toilette.

Une hausse en flèche des taux d’intérêt qui provoquera des ravages dans votre épargne retraite.

Des millions supplémentaires de gens au chômage, sans le moindre signe d’amélioration en vue.

Et une France qui aura sans doute perdu son rang dans le monde — pour très longtemps, voire définitivement.

Bien entendu, une crise de cette ampleur ne se produit pas du jour au lendemain. Ce désastre se construit depuis des décennies — et il a pris de la vitesse depuis 2008, se nourrissant des taux d’intérêt artificiellement bas… des plans de relance… et de la surchauffe des planches à billets.

Je vous montrerai dans un instant comment tout cela s’est produit — et comment le système tout entier, depuis votre banque de quartier jusqu’au président de notre pays, est responsable de cet état de fait.

Lorsque cet événement finira par entamer sa phase finale — la plus dévastatrice –, de nombreux Français seront complètement pris de court.

C’est pour cette raison que je vous écris aujourd’hui. (more…)

6 novembre 2013

¤ Karen Hudes, lanceuse d’alerte au sein de la Banque Mondiale, réellement décidée à faire imploser le système…??

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 49

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/11/03/finance-et-nouvel-ordre-mondial-une-lanceuse-dalerte-de-la-banque-mondiale-avertit/

¤ Karen Hudes, lanceuse d'alerte au sein de la Banque Mondiale, réellement décidée à faire imploser le système...?? dans Outils/Bon à savoir karen-hudes-banque-mondiale-300x224Finance et Nouvel Ordre Mondial: Une lanceuse d’alerte de la banque mondiale avertit…

Karen Hudes lanceuse d’alerte de la banque mondiale révèle comment “L’élite” mondiale dirige le monde

2 Novembre 2013, url de l’article:

http://www.alterinfo.net/Karen-Hudes-lanceuse-d-alerte-de-la-Banque-mondiale-revele-comment-l-elite-mondiale-dirige-le-monde_a96367.html

Karen Hudes est diplômée de la Yale Law School et elle a travaillé dans le département juridique de la Banque mondiale depuis plus de 20 ans. En fait, quand elle a été congédiée pour avoir dénoncé la corruption à l’intérieur de la Banque mondiale , elle occupait le poste de Conseillère Senior. Elle était dans une position unique pour voir exactement comment l’ élite mondiale dirige le monde , et les informations qu’elle révèle maintenant au public sont absolument stupéfiantes.

Karen Hudes est diplômée de la Yale Law School et elle a travaillé dans le département juridique de la Banque mondiale depuis plus de 20 ans. En fait, quand elle a été congédiée pour avoir dénoncé la corruption à l’intérieur de la Banque mondiale , elle occupait le poste de Conseillère Senior. Elle était dans une position unique pour voir exactement comment l’ élite mondiale dirige le monde , et les informations qu’elle révèle maintenant au public sont absolument stupéfiantes .

Selon Hudes , l’élite utilise un noyau très serré d’institutions financières et de méga-sociétés pour dominer la planète. Le but est le contrôle. Ils veulent nous asservir tous à la dette, ils veulent asservir tous nos gouvernements à la dette, et ils veulent que tous nos politiciens soient accros aux énormes contributions financières qu’ils canalisent dans leurs campagnes. Puisque l’élite détient aussi toutes les grandes sociétés de médias, les grands médias ne nous informent jamais de ce secret : il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans la manière dont notre système fonctionne.

Rappelez-vous, ce n’est pas une  » théorie du complot  » qui dit ces choses. C’est une avocate – instruite à Yale – qui a travaillé à l’intérieur de la Banque mondiale depuis plus de deux décennies. Le résumé qui suit de son curriculum provient directement de son site …

Karen Hudes a étudié le droit à Yale Law School et l’économie à l’Université d’Amsterdam . Elle a travaillé dans l’ Export Import Bank américaine des États-Unis de 1980-1985 et dans le département juridique de la Banque mondiale de 1986 à 2007 . Elle a créé le Comité d’ Organisation Non Gouvernementale de la Section du droit international de l’American Bar Association et le Comité sur le multilatéralisme et la responsabilité des organisations internationales de la branche américaine de l’ International Law Association .

Aujourd’hui, Hudes s’évertue à dénoncer le système financier corrompu que l’élite mondiale utilise pour contrôler les richesses du monde. Lors d’une interview avec le New American , elle a discuté de la façon dont nous laissons ce groupe d’élite dominer totalement les ressources de la planète sans réagir …

Une ancienne de la Banque mondiale , l’avocate ex -Conseillère Senior Karen Hudes , affirme que le système financier mondial est dominé par un petit groupe de personnes corrompues , avides de pouvoir , centrées autour de la Réserve fédérale américaine privée. Le réseau a aussi pris le contrôle des médias pour couvrir ses crimes, at-elle expliqué. Dans une interview avec The New American , Hudes dit que quand elle a essayé de dénoncer les multiples problèmes à la Banque mondiale , elle a été congédiée pour ses efforts. Maintenant, avec un réseau de collègues dénonciateurs, Hudes est déterminée à dénoncer et mettre fin à la corruption. Et elle est convaincue de la réussite.

Citant une étude suisse explosive de 2011, publiée dans le Journal PLoS ONE sur le  » réseau de contrôle de la société mondiale », Hudes a souligné qu’un petit groupe d’entités – principalement des institutions financières et en particulier les banques centrales – exerce une énorme influence sur l’économie internationale dans les coulisses .  » Ce qui se passe réellement , c’est que les ressources de la planète sont dominées par ce groupe », at-elle expliqué , ajoutant que les  » accapareurs de pouvoir corrompu » ont réussi à dominer aussi les médias. «Ils sont autorisés à le faire. « 

Auparavant , j’ai écrit au sujet de l’étude suisse que Hudes mentionne . Elle a été réalisée par une équipe de chercheurs de l’Institut fédéral suisse de technologie à Zurich , en Suisse. Ils ont étudié les relations entre les 37 millions d’ entreprises et investisseurs du monde entier , et ce qu’ils ont découvert , c’est qu’il ya une « super- entité» de seulement 147 méga-corporations étroitement liées qui contrôlent 40 pour cent de l’ ensemble de l’économie mondiale …

Lorsque l’équipe a démêlé plus avant le réseau des détenteurs, elle a trouvé la plupart des éléments lui permettant de remonter jusqu’à une « super- entité» de 147 entreprises encore plus étroitement liées – tous leurs biens étant détenus par d’autres membres de la super-entité – qui contrôle 40 pour cent de l’ensemble du réseau », explique Glattfelder. La plupart étaient des institutions financières. Le top 20 inclue Barclays Bank , JPMorgan Chase & Co et le groupe Goldman Sachs .

Mais l’élite mondiale ne se contente pas de contrôler ces méga-entreprises. Selon Hudes, elle domine également les organisations non élues, qui n’ont pas de compte à rendre, et qui contrôlent les finances de presque tous les pays de la planète. La Banque mondiale, le FMI et les banques centrales comme la Réserve fédérale contrôlent littéralement la création et la circulation de l’argent dans le monde entier .

Au sommet de ce système se trouve la Banque des règlements internationaux. C’est la banque centrale des banques centrales, et affichée ci-dessous une vidéo où vous pouvez regarder Hudes disant à Greg Hunter de USAWatchdog.com ce qui suit …

«Nous n’avons pas à attendre de qui que ce soit qu’il vire la Fed ou la Banque des règlements internationaux. . . Certains Etats ont déjà commencé à reconnaître l’argent et l’or, les métaux précieux , en tant que monnaie « 

La plupart des gens n’ont jamais entendu parler de la Banque des règlements internationaux, mais c’est une organisation extrêmement importante. Dans un précédent article , j’ai décrit comment cette « banque centrale du monde » est littéralement à l’abri des lois de tous les gouvernements nationaux …

Une organisation internationale extrêmement puissante, dont la plupart des gens n’ont jamais entendu parler, contrôle secrètement la masse monétaire du monde entier. Elle est appelée la Banque des règlements internationaux , et c’est la banque centrale des banques centrales . Elle est située à Bâle, en Suisse, mais elle a aussi des succursales à Hong Kong et à Mexico. Il s’agit essentiellement d’une banque centrale non élue , qui n’a pas de compte à rendre au monde, qui bénéficie de l’immunité complète de la fiscalité et de la législation nationale. Même Wikipedia admet qu ‘«elle n’a de compte à rendre à aucun gouvernement national.  » La Banque des règlements internationaux a été utilisé pour blanchir de l’argent pour les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ces jours-ci le but principal de la BRI est de guider et de diriger le centre planifiée du système financier mondial .

Aujourd’hui, 58 banques centrales mondiales appartiennent à la BRI , et elle a beaucoup plus de pouvoir sur la façon dont l’économie américaine (ou toute autre économie, d’ailleurs) se portera au cours de la prochaine année que n’importe quel politicien. Tous les deux mois, les banquiers centraux du monde entier se réunissent à Bâle pour une «Réunion sur l’économie mondiale  » . Au cours de ces réunions, des décisions sont prises qui affectent chaque homme, femme et enfant sur la planète, et pourtant, aucun d’entre nous n’a son mot à dire dans ce qui se passe. La Banque des Règlements Internationaux est une organisation qui a été fondée par l’élite mondiale, elle fonctionne pour le bénéfice de l’élite mondiale, et elle est destinée à être l’une des pierres angulaires du système économique mondial naissant.

Ce système n’est pas venu à l’existence par accident. En fait, l’élite mondiale a mis au point ce système depuis très longtemps . Dans un précédent article intitulé « Qui dirige le monde? Preuve qu’un noyau solide d’ élitistes riches tire les ficelles », j’ai inclus une citation de Georgetown University , professeur d’histoire Carroll Quigley tirée d’un livre qu’il a écrit déjà en 1966, dans lequel il discutait des grands projets que l’élite avait pour la Banque des règlements internationaux …

Les puissances du capitalisme financier avaient un autre but de grande envergure, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier dans des mains privées capables de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble.

Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets obtenus dans des réunions privées fréquentes et des conférences. Le sommet du système devait être la Banque des règlements internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui étaient elles-mêmes des sociétés privées .

Et c’est exactement ce que nous avons aujourd’hui.

Nous avons un système de «néo – féodalisme » dans lequel chacun d’entre nous et nos gouvernements nationaux sont asservis à la dette. Ce système est régi par les banques centrales et la Banque des règlements internationaux, et il transfère systématiquement les richesses du monde de nos mains entre les mains de l’élite mondiale .

Mais la plupart des gens n’ont aucune idée de ce que tout cela se passe parce que l’élite mondiale contrôle aussi ce que nous voyons, entendons et pensons. Aujourd’hui, il ya seulement six sociétés de médias géants qui contrôlent plus de 90 pour cent des nouvelles et des divertissements que vous regardez sur votre téléviseur aux États-Unis .

C’est le système insidieux que Karen Hudes cherche à dénoncer . Pour plus d’info , vous pouvez écouter Joyce Riley du Power Hour : son interview pendant une heure entière ici .

http://fr.sott.net/article/17365-Karen-Hudes-lanceuse-d-alerte-de-la-Banque-mondiale-revele-comment-l-elite-mondiale-dirige-le-monde 

¤ Honduras et armées privées : “Opération quartiers sûrs”, contrôle des populations ou phase d’implantation du néo fascisme ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 51

Source : http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-operation-quartiers-surs-controle-des-populations-ou-phase-d-implantation-du-neo-fascisme-120911935.html

¤ Honduras et armées privées : “Opération quartiers sûrs”, contrôle des populations ou phase d’implantation du néo fascisme ? dans Outils/Bon à savoir barrio-seguroSamedi 2 novembre 2013

“Opération quartiers sûrs”, contrôle des populations ou phase d’implantation du néo fascisme ?

Le texte ci-dessous fait allusion à trois mesures de “sécurité” prises par le maire de Tegucigalpa, capitale du Honduras, la première est déjà appliquée mais doit être renforcée, la seconde se met en place et la troisième est encore à l’état de proposition.

« Quartiers sûrs » consiste à entourer de grilles des quartiers entiers, en mettant des vigiles qui notent entrées et sortie. Au départ, appliqué d’avantage comme mesure de protection des quartiers riches contre « les délinquants », cette opération se prolonge en une véritable ghettoïsation, et ne va pas sans entraîner de sérieux troubles d’une circulation automobile déjà chaotique.

Le maire a promis – et il tient – qu’il y aura un membre de la police militaire, cagoulé (bonjour l’ambiance) à chaque coin de rue. Déjà de nombreux enfants souffrent de troubles causés par leur peur d’une police assassine, cela ne va pas s’arranger.

La troisième est le renforcement de l’Inquisition entre les mains de militaires vétérans, qui n’est pas sans évoquer l’incident relaté dans le texte ci-dessous, un événement qui c’est produit en France, globalisation oblige…

(Quand une caissière se prend pour la GESTAPO»

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-neo-fascisme-soup-on-delation-quand-une-caissiere-se-prend-pour-la-gestapo-120908282.html

>Néo-fascisme : soupçon->délation. Quand une caissière se prend pourla GESTAPO)

Mais ce sur quoi je voulais attirer particulièrement l’attention, est cet élément récurrent, la présence du Mossad et autres forces israéliennes qui viennent transmettre en Amérique Latine leur expérience palestinienne en matière de génocide et d’apartheid (Comment Israël fait de l’argent avec du sang).

Nous avons pu le constater dans ce texte ci, par exemple (Les entreprises militaires privées pénètrent l’Amérique Latine), et je traduirai d’autres textes relatifs au rôle du Mossad, actif en Amérique Latine, ou il est présent au service des dictature depuis des décennies, ce qui a amené les israéliens à travailler en étroite collaboration avec les nazis appartenant au même camp !!!

Le Honduras est aujourd’hui, commela Palestine, un laboratoire.

Laboratoire du génocide indigène, laboratoire des techniques de contre-insurrection, laboratoire de ghettoïsation et contention de populations mises en esclavage. Il est aussi le laboratoire de la mise en place d’un néo libéralisme absolu, grâce à la cession de souveraineté sur des régions entières du pays par les moyens de la « Loi Hypothèque » et la création d’enclaves néo libérales soustraites au territoire national, les Zones d’Emploi et de Développement Economique ou « Cités Modèles » ou « Villes à Chartes » (« charter cities » en anglais), ainsi que la cession des droits sur l’ensemble des ressources naturelles du pays.

Tout cela à moins d’un mois des élections, alors que les assassinats sélectifs et menaces se poursuivent. (more…)

¤ Mensonges de la NSA suffit !!! Ou comment prendre les états-uniens pour des c… !

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 30

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/11/02/technologie-et-etat-policier-nsa-google-yahoo-grille-de-controle/

Technologie et état policier: NSA + Google + Yahoo = Grille de contrôle…

La NSA a un “accès d’ensemble” aux centres de traitement de données de Google et de Yahoo grâce à un programme secret

Alex Lantier

1er Novembre 2013, url de l’article original: http://www.wsws.org/fr/articles/2013/nov2013/nsag-n01.shtml

La National Security Agency (NSA) espionne des centaines de millions d’utilisateurs de Google et Yahoo, selon un article du Washington Post paru le 30 octobre et s’appuyant sur les documents internes fournis par l’ex-agent Edward Snowden.

La NSA a pénétré les principaux canaux de communication qui relient les serveurs de Yahoo et Google sur toute la planète dans le cadre d’un programme intitulé « MUSCULAR » établi en partenariat avec le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique. Ces agences collectent et passent en revue toutes les communications – qu’elles concernent des citoyens américains ou non – entre ces serveurs.

En raison du caractère indiscriminé de cette collecte de données, la NSA décrit cette opération comme une « prise complète, » un « accès total » et de « gros volume. » Une fois les communications collectées, elles sont explorées en s’appuyant sur des critères qu’elle ne divulgue pas, et l’essentiel est stocké de manière permanente dans des sites de la NSA.

Ce reportage dément totalement les affirmations du gouvernement Obama et des députés américains selon lesquelles les agences américaines respectent la vie privée et opèrent sous supervision stricte de la loi. Les témoignages des chefs des agences de renseignements devant la Commission de la Chambre des députés mercredi, qui visaient à désamorcer la crise diplomatique sur les révélations d’espionnage par les Etats-Unis de la Chancelière allemande Angela Merkel et de centaines de millions d’appels téléphoniques et de SMS en Europe, étaient de la désinformation et du mensonge.

Un document top secret de la NSA montre que durant la période d’un mois précédant le 9 janvier 2013, le programme MUSCULAR a expédié plus de 181 millions de nouveaux enregistrements pour archivage au quartier général de la NSA à Fort Meade, dans le Maryland. Ces données comprennent à la fois des « metadonnées » – comme l’identité ou l’emplacement de l’expéditeur et du destinataire des messages – et le contenu des communications, qu’elles soient en texte, audio ou vidéo.

Google et Yahoo gèrent d’énormes centres de traitement des données sur toute la planète, qui conservent les données des utilisateurs en plusieurs endroits en cas de perte accidentelle des données ou de coupure du système. Ils expédient également des sauvegardes d’archives entières – contenant des années d’emails et de fichiers joints – d’un serveur à l’autre, que la NSA collecte dans leur ensemble. Les documents de la NSA affirment que cela permet à l’agence non seulement d’intercepter des communications sur le vif, mais aussi d’avoir « une vue rétrospective de l’activité de la cible. »

Les ingénieurs de Google qui ont parlé au Post sous le couvert de l’anonymat « ont proféré un flot d’injures » quand les journalistes leur ont montré les diagrammes de la NSA sur l’« exploitation du cloud de Google, » qui révèlent comment la NSA a brisé le cryptage de Google. (more…)

¤ Amérique Latine : laboratoire fascistoïde pour la privatisation de la violence « légale » à l’échelle mondiale ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 1 : 11

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/11/01/nouvel-ordre-mondial-les-armees-privees-envahissent-lamerique-du-sud-et-bientot-le-monde/

Nouvel Ordre Mondial: Les armées privées envahissent l’Amérique du Sud et bientôt le monde…

Nous l’avons dit ici à maintes reprises… Le but ultime est le remplacement des armées et des polices étatiques par des services privés de mercenaires aux ordres des entreprises transnationales. Cela commence par la privatisation de la sécurité des aéroports par exemple, puis les citoyens se rendront compte qu’il y a de plus en plus d7Uniformes dans les rues et lieux publics, uniformes inconnus des entreprises de mercenaires privées… La crise économique pilotée par l’oligarchie met les états à genoux, sans budget, devant opérer des coupes drastiques dans les financements, la solution ?.. Le tout privé !! Fini police et gendarmerie, place à DynCorp Police et à Black Water (Xe ou Academi)… Cela nous est présenté comme l’avenir, car inévitable, inéluctable comme tout ce que l’oligarchie nous fait ingurgiter… Tout ceci n’est que fadaise pour lobotomisés, il suffit de leur dire merde en masse et le plus tôt sera le mieux…

– Résistance 71 –

Les entreprises militaires privées envahissent l’Amérique Latine

Ricardo Martinez (RT) 31 Octobre 2013

url de l’article: http://www.mondialisation.ca/les-societes-militaires-privees-envahissent-lamerique-latine/5356293

Les services militaires de compagnies privées s’offrent et se demandent d’une manière croissante en Amérique Latine.

Selon les organisations civiles des droits humains et du milieu ambiant colombiennes, péruviennes et mexicaines, les corporations militaires d’origines étasunienne, anglaise, israélienne maintiennent des filiales et des entreprises affiliées dans la région, dédiées à promouvoir une gamme d’activité de sécurité, entraînement, appui logistique, formation de combat et vente d’armes légères et lourdes.

Des entreprises comme SY Coleman Corporation, Risk Incorporated, Dyncorp, XeServices (ex BlackWater), Global CST, entre autres, dominent ce rentable marché sous la tutelle et le contrôle des organes de sécurité des Etats-Unis et des pays alliés dans la dite « lutte contre le terrorisme », dans le cadre de la nouvelle doctrine de sécurité hémisphérique.

Ces jours-ci, la Commission Fiscale du Congrès du Pérou a rendu publique l’enquête menée sur trois ex ministres du pays Sud-Américain impliqués dans des contrats secrets avec la firme israélienne Global CST, à partir d’un décret adopté en 2009, sous le second gouvernement de l’ex-président Alan Garcia, qui consiste en « achat de services » d’entraînement des forces spéciales d’élite, de sécurité et d’équipements pour une valeur de 16 millions de dollars.

Sont également impliqués 20 autres ex fonctionnaires civils et militaires, dont on présume qu’ils ont fait partie du réseau de gestionnaires et consultants des services d’entraînement liés à la corporation militaire privée, après des années d’enquêtes légales, c’est en 2013 que surgit enfin au grand jour la toile des entreprises privées de la mort.

Global CST a des antécédents de vente de matériel et de services de type militaire dans les pays de la région. En Colombie, par exemple elle a prodigué ses entraînements en contre-insurrection aux troupes de l’Armée pendant la gestion de l’actuel président, Juan Manuel Santos, alors qu’il était Ministre de la Défense (2009) et chargé de la lutte contre la guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC).

D’autres entreprises israéliennes comme Alfacom, entreprise de radiocommunication et de renseignement et Sécurity and Intelligence Advising , entreprise de capacitation en sécurité, maintiennent des opérations en Colombie offrant leurs produits au Gouvernement pour son processus de restructuration du renseignement et des corps de sécurité conventionnels.

Ce type de services correspond à un processus de transformation de l’état de quelques pays latino-américain avec une plus grande aliénation aux politiques de libre marché et une dérégulation des Armées et Polices mais sous un contrôle rigide des ressorts du pouvoir politique. Il s’agit de la pénétration du privé, progressive, à usage du monopole de la force exercé par les Etats.

En Colombie, les services d’autres entreprises similaires se déploient dans des domaines comme la dite “lutte anti narcotiques”, de la même manière que dans la protection des entreprises extractives, par-dessus tout, minières et pétrolières. L’étasunienne DynCorp maintient des bases opératives dans le pays andin et reçoit des directives depuis sa base centrale en Floride.

Elle se dédie à la recherche et à la destruction de culture de stupéfiants dans des opérations sous couvertures. Elle développe des stratégies de couverture militaire et apporte un support technique aux mobilisations des troupes en louant ses propres hélicoptères et avions.

En février de l’année en cours, la firme a été confrontée à une action en justice – pour des tortures et violations de droits humains – menée par les familles des victimes, qui s’étaient opposées aux entreprises minières et à l’exploitation pétrolière dans des zones naturelles du pays ayant le cinquième rang parmi ceux qui vendent le plus de ressources énergétiques aux Etats-Unis.

Le contrôle de sites stratégiques d’entreprises multinationales fait partie des objectifs des firmes de la branche “nouvelle sécurité et développement”. Il va de pair avec le harcèlement des opposants sociaux, comme les syndicalistes, les défenseurs du milieu ambiant et les paysans. (more…)

¤ USA : l’objectif est de contenir la Chine – Analyse géopolitique des conflits en cours au Moyen Orient

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 0 : 58

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/10/31/la-geopolitique-de-la-chine-et-du-pays-du-goulag-levant/

La géopolitique de la Chine et du pays du goulag levant

Un point de vue très intéressant et hors des sentiers battus…

– Résistance 71 –

La doctrine Obama est de contenir la Chine

Entretien avec Nazanin Armanian, 31 Octobre 2013

url de l’article original en français: http://www.michelcollon.info/L-objectif-d-Obama-est-de-contenir.html?lang=fr

La « Doctrine Obama » aurait pour objectif principal de contenir la Chine, pas de s’impliquer dans de « minuscules bagarres de voisinage », d’autant que son véritable ennemi dans la région est l’Iran. Un « chaos contrôlé » dans cette zone est favorable aux Etats-Unis puisqu’il engendre l’épuisement d’autres puissances comme la Russie, la Turquie, l’Arabie Saoudite et même Israël. La politologue hispano-iranienne Nazanin Armanian nous offre des analyses sur l’explosive situation de la Syrie et du Moyen-Orient parmi les plus lucides et les mieux informées…

 L’attaque militaire de la Syrie qui paraissait éminente a été paralysée. Quels sont les facteurs qui pourraient la réactiver ?

Etant donné que nous ne disposons que d’une information partielle sur ce qui se mijote chez les puissances qui décident de ce conflit, il faut bien préciser que nos « opinions » sont en fait plutôt des « hypothèses ». Malgré tous les efforts de la Turquie et de l’Arabie Saoudite pour entraîner les Etats-Unis dans une guerre, où il y avait plus à perdre qu’à gagner, Barack Obama ne pouvait ni ne voulait attaquer la Syrie en août dernier. La proposition de Poutine (sans doute négociée au préalable) est parvenue à sortir Obama du piège « usage d’armes chimiques = attaque militaire ». La véritable ligne rouge a été franchie lorsque l’équilibre des forces entre l’armée syrienne et les rebelles a basculé (équation perdant-perdant). Damas a récupéré de nombreuses villes en juillet et en août grâce au chaos dans les rangs de l’opposition, à l’appui logistique de la Russie et à la précieuse expérience de plusieurs milliers de Gardiens de l’Islam irakiens en Syrie, qui savent lutter aussi bien contre des ennemis extérieurs qu’intérieurs.

Quel scénario serait le plus favorable aux Etats-Unis dans la zone ?

La meilleure option pour les USA, c’est l’actuel « chaos contrôlé » dans lequel s’épuisent la Russie, l’Iran, la Turquie, l’Arabie Saoudite et même Israël. La « doctrine Obama » consiste à contenir la Chine et à ne pas s’impliquer dans de minuscules bagarres de voisinage. D’autant que la priorité de la Maison Blanche dans cette région, c’est l’Iran, pas la Syrie. Une frappe sur ce pays compromettrait tout accord de paix avec Téhéran, en échange de l’arrêt de son programme nucléaire. Néanmoins, alors que la menace d’une attaque s’éloigne, la présence de très nombreux acteurs que personne ne contrôle, et le fait que la politique ne relève pas toujours de la logique, font que tous les scénarios sont encore possibles, par exemple une provocation sous fausse bannière. Il semblerait qu’un accord ait été passé entre les Etats-Unis, la Russie et l’Iran pour maintenir Al Assad au pouvoir jusqu’en début 2014. Un temps suffisant pour que les Etats-Unis puissent mettre à l’épreuve la bonne volonté de Hassan Rahani Ali Jamenei pour abandonner son programme nucléaire. Ainsi, les Etats-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite auraient obtenus le désarmement de la Syrie et de l’Iran sans apocalypse. Un grand triomphe pour Barack Obama. (more…)

30 octobre 2013

¤ Longue marche vers la disparition des états (et de la « démocratie ») : l’écotaxe sera prélevée par Goldman Sachs !!!

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 18 : 46

Source : http://www.bastamag.net/article3465.html

FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE (mon oeil !)

Les dessous de l’écotaxe : quand Benetton et Goldman Sachs collectent l’impôt français

PAR AGNÈS ROUSSEAUX 30 OCTOBRE 2013

¤ Longue marche vers la disparition des états (et de la

En reportant l’entrée en vigueur de l’écotaxe pour les poids lourds, le gouvernement Ayrault vient une nouvelle fois de capituler face à des intérêts privés. Mais derrière cette taxe écologique se cache une autre question, qui n’a jamais été soumise au débat public : c’est la première fois que la collecte de l’impôt est confiée à des entreprises privées. Un consortium emmené par Benetton, Goldman Sachs, Thalès et SFR empochera 20% des recettes de la taxe pour assurer son recouvrement. Du jamais vu ! Enquête.

Après six ans de reports et d’atermoiements, l’écotaxe poids lourds est devenue un sujet explosif. Et le gouvernement n’en finit plus de s’empêtrer dans des reculades qui le décrédibilisent. Les critiques se focalisent sur le coût de la taxe pour les transporteurs et les agriculteurs. Pourtant, l’essentiel est ailleurs : pour la première fois, la collecte d’un impôt est confiée à des entreprises privées. L’État a fait le choix de déléguer le recouvrement de l’écotaxe à un prestataire, par le biais d’un contrat de partenariat public-privé. Le produit de la perception de la taxe, estimée à 1 200 millions d’euros par an, sera reversé à l’administration des douanes. Une première en matière de fiscalité ! Un système choisi sous Sarkozy et mis en œuvre par un gouvernement socialiste et écologiste… L’écotaxe « s’appuie sur un mode de recouvrement entièrement nouveau et automatisé. A bien des égards, c’est une taxe du XXIe siècle ! », s’enthousiasme la sénatrice UMP Marie-Hélène Des Esgaulx, dans un rapport remis la Commission des finances en février dernier.

« Un retour à la Ferme Générale de l’Ancien Régime ! »dénonçait la CGT, lorsque le gouvernement Fillon a validé cette option, peu après le Grenelle de l’environnement. Cette externalisation entraine un surcoût pour le contribuable. « L’écotaxe est incontestablement coûteuse », admet Marie-Hélène Des Esgaulx. Sur un total de 1,2 milliard d’euros collectés, environ 280 millions d’euros sont consacrés à la rémunération du prestataire privé qui assure le recouvrement. Soit 23 % [1] ! C’est la taxe la plus coûteuse jamais mise en place ! « A titre de comparaison, ce pourcentage ne dépasse pas 1,2 % pour l’impôt sur le revenu », poursuit le rapport.« Le recouvrement d’un impôt coûte souvent moins de 1% du montant de celui-ci, confirme Philippe Bock, secrétaire général du syndicat Solidaires Douanes. « Pour les services des douanes, la masse salariale coûte un milliard d’euros, pour des rentrées fiscales de 67 milliards d’euros. Le coût de recouvrement de l’écotaxe est complètement prohibitif ! » Cette taxe poids lourds, « c’est service public minimum et profits maximum », résume le syndicat.

Benetton, Goldman Sachs, Thales et SFR, collecteurs d’impôt

« Le coût global du contrat de partenariat, bien qu’élevé, ne semble pas surestimé », conclut Marie-Hélène Des Esgaulx devant la commission des Finances. Il est de toute façon bien tard pour s’en apercevoir. Le contrat de partenariat a été signé en octobre 2011, pour une durée de 13 ans et 3 mois. L’État se trouve lié jusqu’en 2025, sans qu’aucune étude n’ait été menée sur l’opportunité de confier cette mission au secteur privé. « Les Douanes n’étaient pas capables de faire un tel montage technique »,tranche le député UMP Hervé Mariton. Au terme du contrat, l’ensemble du dispositif doit être remis à l’État. (more…)

¤ L’industrie du cancer et son omerta

Classé dans : Complots prouvés,Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 39

Source : http://resistance71.wordpress.com/2013/10/28/sante-et-nouvel-ordre-mondial-lindustrie-du-cancer-et-son-omerta/

Lire aussi : http://resistance71.wordpress.com/?s=la%C3%A9trile+vitamine+B17

Santé et Nouvel Ordre Mondial: L’industrie du cancer et son omerta

Cet article est parfaitement complémentaire de notre traduction de la recherche sur le Laétrile, vitamine B17 de Edward Griffin et notamment les chapitres 9 et 10 de l’ouvrage traduits ici par nos soins…

Jusqu’à quand la crédibilité de l’orthodoxie médicale pourra t-elle tenir ?

– Résistance 71 –

Ce que l’industrie du cancer ne veut pas que vous sachiez sur la chimiothérapie et les rayons

Waking Times, 21 octobre 2013

url de l’article en français:

http://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/10/ce-que-lindustrie-du-cancer-ne-veut-pas.html#more

Ils nous disent que la chimiothérapie sauve des vies, augmente le taux de survie à long terme et n’endommage pas les cellules saines. Toutes ces affirmations de l’industrie du cancer sont fausses. Un poison tue sans discrimination – il l’a toujours fait et le fera toujours. Tout en endommageant les cellules saines, la chimiothérapie y déclenche la sécrétion d’une protéine qui entretient la croissance de la tumeur et sa résistance à un traitement ultérieur. C’est exact… la chimiothérapie va en fait stimuler la croissance cancéreuse et le traitement des cancers est la cause majeure des cancers secondaires.

Derrière les vaccins, médicaments, diagnostics et thérapies, soins dentaires, psychiatrie et pratiquement toute la recherche médicale, existe une industrie et une source de profit pour les sociétés. L’industrie du cancer fait preuve d’une ironie particulière car les produits cancérigènes sont fabriqués par des divisions des mêmes corporations multinationales dont les filiales construisent les scanners et l’équipement utilisé pour diagnostiquer les cancers, mettent au point les médicaments dont on se sert en chimiothérapie et ceux qu’on donne pour prévenir les récidives. Dans quelle réalité vivons-nous où les seuls moyens acceptables de traiter le cancer sont de trancher, empoisonner et irradier ?

L’industrie du cancer détruit ou marginalise les remèdes sans danger et efficaces tout en encourageant ses propres remèdes brevetés, coûteux et toxiques qui font plus de mal que de bien.

Aucun produit de chimiothérapie n’a jamais réellement guéri ou résolu les causes sous-jacentes du cancer. Les traitements par chimiothérapie considérés par la médecine dominante comme une « réussite » ne font que gérer les symptômes, au prix habituellement d’interférences avec les autres fonctions physiologiques précieuses qui engendreront tôt ou tard des effets secondaires. Il n’existe aucun médicament qui n’ait aucun effet secondaire.

La chimiothérapie et les rayons peuvent tuer le cancer, mais ils vous tuent aussi

La chimiothérapie regorge d’effets négatifs après traitement. Une majorité d’agents contenus dans les produits de chimiothérapie pénètrent dans le cerveau et peuvent directement ou indirectement induire un certain nombre de changements aigus ou retardés du système nerveux central. Ces effets peuvent durer des années avant de se dissiper, ou bien, dans le cas de jeunes enfants, se perpétuer à l’âge adulte.

Le taux de survie à long terme des patients de chimiothérapie sont grandement exagérés parce que la plupart de ces patients finissent par mourir de maladies sans relation avec le cancer d’origine, mais liés au traitement. (more…)

20 octobre 2013

¤ Chemtrails : comment se désintoxiquer et se protéger (infos d’un insider)

Source : http://aircrap.org/whistleblower-contacts-iahf-inside-info-chemtrails-detox-protect/337242/

WHISTLEBLOWER CONTACTS IAHF WITH INSIDE INFO ON CHEMTRAILS: HOW TO DETOX & PROTECT OURSELVES

Posted by FeaturedRemediesMonday, May 13th, 2013

Subject: Re: WHISTLEBLOWER CONTACTS IAHF WITH INSIDE INFO ON CHEMTRAILS: HOW TO DETOX & PROTECT OURSELVES

(L-R: Chemtrails…………….HAARP Microwave Towers…….Sinister DARPA Logo with “All Seeing Eye”
¤ Chemtrails : comment se désintoxiquer et se protéger (infos d'un insider) dans Chemtrails et pluies de fils/fibres/etc... chemtrailspic

IAHF (International Advocates for Health Freedom) List: Please print this out, you’re going to need the information and so will everyone you know.

The ruling elite have devised chemtrails as a means of covertly microchipping us all in order to create antennas inside of us via nanotechnology so as to make us totally controllable via a “psychocivilized” (electronically mind controlled) society. Using HAARP microwave antennas, the National Security Agency (NSA) can establish a seamless computer link direct to our brains, but first they’re using chemtrails to get the nanoparticles into us which are reassembling in our bodies to form the antennas. WE CAN STOP THIS OUTRAGEOUS INVASION OF OUR BODIES & MINDS!

DARPA Information Awareness Office

When people got angry and complained about the name and highly sinister logo (see at left) of DARPA’s “Information Awareness Office”, the name of the office was “sanitized” by changing it to the “Terrorist Information Awareness Office”….

http://en.wikipedia.org/wiki/Total_Information_Awareness

(Guess who the supposed “terrorists” are? (All of US….) IAHF is sick of this covert Nazi crap, and we’re putting an END to the New World Order’s little game right NOW via detailed derailment instructions provided in this email so that you can cleanse the chemtrail garbage from your body along with a plea for assistance from a whistleblower:

Through this chemtrail issue we see the real reason for Codex. The ruling elite are trying to BLOCK our access to the herbs discussed in this email which we can use to REMOVE the nano-particles from the chemtrails to keep them from being able to reassemble inside our bodies to form the ANTENNAs inside of us via which they intend to totally control our minds. They’re trying to kill off 90% of us and control everyone else remaining, but we don’t have to allow it, and we sure don’t have to play this game.

As explained in my last post, chemtrails contain a nasty mix of parasites, pathogens, toxic heavy metals including barium and aluminum, and worst of all- high tech nano engineered particles designed in a lab to assemble themselves inside our bodies into nanomachines which will microchip us from the inside unless we do cleanses to remove the particles to keep them from assembling inside our bodies.

Below you’ll see instructions on how to do a simple test that will prove to you that you have these nano particles in your body right now, and you’ll find information on how to detox this garbage and get it out of your body- this is very serious and is not a joke.

All of us will need to begin a process of herbal cleanses to detox this stuff, and in this message you’ll find complete information on how to protect yourself. I have already begun the process, and strongly urge all of you to as well and that you alert everyone you know to follow suit unless you don’t mind living in a psychocivilized society in which everyone is being totally controlled by electronic mind control and there is no more privacy whatsoever, of any kind.

A PLEA FROM A WHISTLEBLOWER WHO NEEDS OUR HELP

Lest you scoff at this, and take the view that this is “not possible”, please know that I was just contacted annonymously by a whistleblower going by the name “Dr.Ian Revson” operating from inside a major defense contractor where he works as a pharmacologist in bioinformatics who posts on Curezone under the name “sunver”. See http://curezone.org/forums/fm.asp?i=1206933

He is writing an e-book about the immense threat posed by chemtrails and needs help disseminating information in advance of finishing his book to help protect his life. (See links to some of his articles below)

Here is a sample from one of Revson’s articles:”‘CHEMTRAILS’ are a component of an integrated atmospheric weapons system , which has multiple purposes, including weather modification, population control, advanced surveillance, biological warfare, and artificial intelligence. In North America and Europe, the program is run under the auspices of the Pentagon and NATO, obviously with help from the American and European defense contractors (Lockheed Martin, Northrop Grumman, Raytheon, Boeing, EADS, Honeywell, etc). Many others are involved (Monsanto).

1) ‘Chemtrails’ are presently in operation for weather modification (disaster induction).

2) ‘Chemtrails’ contain nano-engineered biologics. This is a weaponized parasite. Host saturation is 99%+ . This means we are all infected. Infection includes intracellular anomalies in both human macrophage and RBC (red blood cell), apparent soft tissue fungal infection, and ‘de novo’ synthesis of novel foreign protein crystals.”

Because he is not a pathologist, he wants our help to contact pathologists and microbiologists who can help piece the puzzle together. I have already put him in touch with one person who has a darkfield microcscope. If you can help him, please contact him at <ian.revson@gmail.com>

He says: “As hard evidence and details can be accumulated , specifically about the biologics, it may be possible to provide information to employees in the defense network encouraging non-participation, as much depends on the cooperation and ignorance of the unwitting employees of the major defense contractors.”

He emails people annonymously via TOR: http://www.torproject.org/ which allows you to sent untraceable emails. He told me he must protect his access to people who have TS: SCI clearances for as long as possible in order to try to wake up as many people as possible on the inside.

There is a simple diagnostic test for the infection (the biologics nanotechnology) which can be performed for approximately $10 in materials. This is not a joke, this is extremely serious.

Using a simple red-wine mouth rinse, you can yield complex nanofibers from your gums which appear to be of fungal form containing complex internal sub-micron filament structure. EVERYONE TO DATE IS POSITIVE FOR THIS TEST. THIS COULD POTENTIALLY INCLUDE BILLIONS OF PEOPLE. THE PATHOGENS MUST BE IDENTIFIED IMMEDIATELY. PLEASE HELP WITH THIS EFFORT WE NEED ACCESS TO DARKFIELD MICROSCOPES, CRYO-TEM, AND POLYMERASE CHAIN REACTION (PCR).

Preliminary data indicates fungal form identity with similarity to fusarium solani and the ‘DRIP clade’, as well as possible association with weaponized mycoplasm and anodized aluminum oxide (AAO) nanotechnology. Further data indicates chemtrails infection mimics trypanosomiasis and protothecosis with synthetic features.

I REPEAT THIS IS A HIGHLY ADVANCED GOVERNMENT BIOLOGICAL AND ATMOSPHERIC WEAPONS SYSTEM IN USE AGAINST THE GENERAL PUBLIC

No one can be excluded from infection. Brush your teeth well. Rinse with water. Then Rinse your mouth vigorously for 5 minutes with 1 tsp peroxide, 2 tsp Merlot red wine. Prepare to be shocked and upset that the nanotechnology you spit out, and you may want to send a thank you note to Lockheed-Martin and their fellow war criminals.

Dr. Ian Revson’s articles:

Chemtrails parasites have infected all of us (red-wine/peroxide test):

http://curezone.org/forums/fm.asp?i=1203532#i

Chemtrails weather modification overview:

http://curezone.org/forums/fm.asp?i=1202980#i

Chemtrails – How ‘black’ programs are created:

http://curezone.org/forums/fm.asp?i=1204689#i

Chemtrails biologics disease (questions/answers) pt 1:

http://curezone.org/forums/fm.asp?i=1204878#i

Silentsuperbug (microscopy pictures/video/reference/therapy):

http://silentsuperbug.com

http://silentsuperbug-reference.blogspot.com

Clifford Carnicom’s and Gwen Scott, N.D.’s Work

Morgellons: Pathogens and the General Population

http://www.carnicom.com/morgobs6.htm

The Wine-Peroxide Test:

http://www.carnicom.com/morgobs7.htm

Aerosol Crimes (Video Documentary):

“I state clearly again that the pathogenic forms under investigation are repeatedly showing up in the general population, regardless of whether certain “skin anomalies” are present or not. The pathogenic forms were, however, first discovered as a result of examination of these same skin anomalies. The segregation of only certain individuals as having the “Morgellons” condition is completely and totally false; the general population is involved whether they would like to know of it or not. The pathogens found have now been discovered repeatedly across all major body systems and functions, including skin, blood, hair, saliva, dental(gum), digestive, ear and urinary samples.”

-Clifford Carnicom, Mar 15 2008

Please do not hesitate to contact Ian Revson for clarification. This is not a joke.

HOW TO PROTECT YOURSELF BY DOING HERBAL CLEANSES

To keep the nano particles in the chemtrails from being able to assemble in the body so that you can’t be microchipped from the inside and thereby mind controlled- and to protect from the parasites and heavy metals in the chemtrails, it is necessary to do the following herbal cleanses:

I can’t provide a “one size fits all” protocol for everyone on the IAHF list to follow when it comes to doing a parasite/bowel cleanse, a kidney cleanse, and a liver cleanse for the simple reason that there are thousands of people on the IAHF list with every imaginable health situation- but I can provide basic guidelines. Its up to you whether or not you think you need to consult a Naturopath or an MD when doing these cleanses but if you have any sort of serious health situation, I would strongly recommend it.

My starting point was to read this information on inner body cleanses/ detox protocols by Hulda Clarke, ND http://curezone.com/cleanse/ I don’t have cancer though, so I don’t need to do everything suggested here and odds are neither do most of you.

An herbalist/ Naturopath on the IAHF list has advised me to follow the instructions shown below, so this is what I’m going to do, but it might not be right for you, you’ll need to decide this yourself. If in doubt, please consult a professional:

1. Parasite/Bowel Cleanse-

You’ll need to get 4oz of an herbal tincture called “Clarkia” which is a combination of Black Walnut Green Hull, Cloves & Wormwood leaves and flowers! Those 3 herbs have been traditionally used as a herbal remedy against human parasitic animals, parasitic bacteria, parasitic viruses and fungi. Beside herbs, Clarkia contains purified water and 30% grain alcohol.

These three herbs must be used together. Black walnut hull and wormwood kill adults and developmental stages of at least 100 parasites. Cloves kill the eggs. Only if you use them together will you rid yourself of parasites. If you kill only the adults, the tiny stages and eggs will soon grow into new adults. If you kill only the eggs, the million stages already loose in your body will soon grow into adults and make more eggs. They must be used together as a single treatment.”

You can get Clarkia here http://drclarkia.com/ Using tincture is better than capsules because it makes it easier to adjust by backing off a bit if you get headaches from the wormwood in it.

Instructions for doing Parasite/Bowel Cleanse:

Colon Cleanse via vegetable juice fast for 48 hours in beginning of parasite cleanse. Suggest drinking organic pineapple juice, also plenty of water, and add garlic which is an antifungal, anti parasitic agent.

You must maintain regular bowel movements throughout cleanse very important: at least one per day if not use coffee enema. 4 oz of Clarkia tincture will cover one person for full cleanse. Wormwood can cause headaches. If this happens when following the program below, back off by a few drops til headache stops and complete program at that dose.

The dose is 10 drops (not dropper full) 3 times daily diluted in small amount of water (bad taste) increasing up to 20 drops 3 times daily if no negative reaction. 7 day break after every 14 days of usage – 2 weeks – 1 week break, another 2 weeks then 1 week break, 2 weeks – 1 week break then last 2 weeks. (11 weeks total 8 active weeks) keep diet clean absolutely no added sugar, sugar substitutes or caffeine. Drink lemon water.

If you see any rice looking things or round worms that look like long pasta in toilet etc that continue to appear in each bowel movement through mid way point of cleanse then I would tell you to add 10 drops of Clarkia into Coffee and perform enema.

You can purchase enema bags at most pharmacy’s they allow for adding own ingredients. Yes you are able to self administer but wear gloves it is messy. Actually performed this task in the woods. Don’t laugh did not want mess in house carried bag for trashing gloves, bucket of fresh water and clean disposable cloth (baby wipes). If someone did see me going into woods would not think anything since I am avid hiker. Again, I do not think you are a chronic parasite case one enema is probably enough unless constipation begins.

2. Kidney Cleanse: Take 2 quarts of distilled water and a bunch of parsley. Simmer the parsley in the water and allow to cool. Drink two glasses per day until gone.

3. Liver Cleanse: Purpose is to loosen up and remove gallstones and remove intestinal parasites.

First one must complete steps 1 and 2 do preliminary parasite killing and cleanse your kidneys. Your liver can get infested with intestinal parasites. If you not kill these first liver purge will not be as effective.

Next, must soften liver stones before the purge. A week before liver purge drink as much apple juice as possible. Apple juice contains phosphoric acid that will soften stones helping them to clear during purge. Could cause rise in blood sugar and increase Candida if prone to yeast infections.

Can purchase ortho phosphoric acid tablets from health food store and take for a week if concerned about increase in blood sugar or yeast infections.

Choose a day when you do not have to be anywhere. Be warned——purging the liver releases lots of toxins. You will probably feel very sick. It will go away as soon as your body expels toxins.

You will need:

Epsom salt, 6 to 8 tablespoons

2 or 3 fresh pink grapefruits

Unrefined sesame, walnut or flax oil (1/2 to ? cup)

On the day of liver purge take no medications, herbs or vitamins- anything that will have to go through liver. Eat no fat of any kind that increases EFAs. In order for the purge to work you must build bile pressure. If you eat fat the liver and gallbladder will rebile to digest the fat lowering the bile pressure.

For breakfast have some fresh fruit or raw vegetables. Same for lunch.

DO NOT EAT AFTER 2:00PM

Mix the Epsom Salt into 5 cups of water. Refrigerate improves taste.

6:00 pm It is time for first dose. Take 1 cup of Epson Salt. Drink some fresh water and a little taste of honey to get the bad taste out of your mouth.

7:00 pm Take your second dose of Epsom Salt 1 cup

8:00 pm Take another dose 1 cup

9:45pm Poor ? to ? cup of unrefined sesame, walnut or flax oil into jar. Squeeze the pink grapefruit by hand into cup should be ? to ? cup. Add to oil. Close and shake hard until watery.

Now go to bathroom. Finish anything you need to do before bed. Timing is critical.

10:00 pm the big moment has arrived. Plug your nose and down as quickly as possible the grapefruit mixture. Follow with plain water and a little bit of honey to remove bad taste. Down in 5 minutes or sooner.

Oil causes the liver to release a surge of bile. This is what forces the stones out. You will probably feel very nauseous shortly afterward. Just think about the way you feel now the next time you are tempted to eat a liver clogging food.

Lie down immediately. The sooner you lie down the better. Do ten very deep breaths will create a suction-type action in your abdomen.

You may be feeling stones roll down your bile duct. Now it is time to blast the little buggers out of the park. Need to create pressure on the liver located middle to right side of body in the top of your abdomen. Just below lungs & diaphragm. It should be completely full of bile right now.

Place both left and right palms down on your upper abdomen slightly to the right below ribcage. Press down with the fingers and palms like you?re pumping something should hear squishing sound. This is the sound of the bile being forced out of liver.

Note if you do not hear this sound do ten more deep breaths and wait fifteen minutes.

Now little more forcefully press down again. Continue this pumping action slowly to the left.

Continue to do this until you?ve forced all the bile out. You will be able to feel and hear when the bile has been forced into GI tract.

Time for bed. Sleep flat on your back. The next morning drink last cup of Epsom Salts. Wait a few hours then eat.

If everything worked you will find toilet bowl full of liver stones. Vary in size and color. Benefit with one purge but will see additional benefits of purging every 2 weeks until liver is completely clear. Then do this purge at least once a year for maintenance.

Please donate to IAHF- Your Help is Badly Needed to Bring This Mssg to the Masses:

IAHF 556 Boundary Bay Rd., Point Roberts WA 98281 USA or via paypalhttp://www.iahf.com/index1.html

For Health Freedom, John C. Hammell, President International Advocates for Health Freedom 556 Boundary Bay Road Point Roberts, WA 98281-8702 USAhttp://www.iahf.com jham@iahf.com 800-333-2553 N.America 360-945-0352 World

Related in this Category

http://www.fourwinds10.net:80/siterun_data/environment/humans/chemtrails/news.php?q=1216155860

Rating: 10.0/10 (9 votes cast)

WHISTLEBLOWER CONTACTS IAHF WITH INSIDE INFO ON CHEMTRAILS: HOW TO DETOX & PROTECT OURSELVES, 10.0 out of 10 based on 9 ratings

¤ Rothschild Too Big To Jail? Russia, Iceland, Iran, China, & Hungary Say No!

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 2 : 22

Source : http://politicalvelcraft.org/2013/10/18/rothschild-too-big-to-jail-russia-iceland-iran-china-hungary-say-no/

Posted on October 18, 2013

The Shooting Of A Rothschild Czar. First Traitor Of The United States Is The Piece Of Shit Alexander Hamilton.The Shooting Of A Rothschild Czar By Vice President Aaron Burr. First Traitor Of The United States Is The Piece Of Shit Alexander Hamilton.

The deal was announced quietly, just before the holidays, almost like the government was hoping people were too busy hanging stockings by the fireplace to notice. Flooring politicians, lawyers and investigators all over the world, the U.S. Justice Department granted a total walk to executives of the British-based bank HSBC for the largest drug-and-terrorism money-laundering case ever.

Yes, they issued a fine – $1.9 billion, or about five weeks’ [worth of HSBC] profit – but they didn’t extract so much as one dollar or one day in jail from any individual, despite a decade of stupefying abuses.

 

President Andrew Jackson Shut Down Hamilton/Rothschild Collectivism Bilking Banks.President Andrew Jackson Shut Down Hamilton/Rothschild Collectivism Bilk Banks.

People may have outrage fatigue about Wall Street and more stories about billionaire greedheads getting away with more stealing often cease to amaze. But the HSBC case went miles beyond the usual paper-pushing, keypad-punching­ sort-of crime, committed by geeks in ties, normally associated­ with Wall Street. In this case, the bank literally got away with murder – well, aiding and abetting it, anyway.

For at least half a decade, the storied British colonial banking power helped to wash hundreds of millions of dollars for drug mobs, including Mexico’s Sinaloa drug cartel, suspected in tens of thousands of murders just in the past 10 years – people so totally evil, jokes former New York Attorney General Eliot Spitzer, that “they make the guys on Wall Street look good.”

Janet Napolitano SNL PatJanet Napolitano SNL Pat

The bank also moved money for organizations linked to Al Qaeda and Hezbollah, and for Russian gangsters; helped countries like Iran, the Sudan and North Korea evade sanctions; and, in between helping murderers and terrorists and rogue states, aided countless common tax cheats in hiding their cash. (more…)

1234

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT