• Accueil
  • > Recherche : resistance 71

4 novembre 2011

Obama’s « Attack Libya » Speech Mar 29, 2011

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 6 : 45

sur : http://www.afterenlightenment.net/obama.htm

A Study in Mind Control by Ray Songtree

Transcript of Speech

The Libya Speech by President Obama on Mar 29, 2011 was a mind control tool to hypnotize Americans into believing that crime is justice. He will change the English language so that fair is crooked and crooked is fair. He will again and again propagandize the listener with the following programming…

1. Heroic troops should feel proud no matter what they are told to do.

2. USA has « world community » support (lie will be repeated 27 times). We can examine if this is the fact.

3. Gaddafi is bad man who committed atrocities against civilians (framing and slander will be repeated 34 times). We can find out if this is true.

4. USA is Savior that protects innocent people.(will be repeated 32 times) . We can review what is actually happening.

5. The infamous hope mantra from Obama 2008 campaign. (9 times)

« Good evening. Tonight, I’d like to update the American people on the international [fake coalition, start count 1] effort that we have led in Libya – what we have done, what we plan to do, and why this matters to us. [As the story unfolds, it becomes increasingly difficult to identify 'us'?]

I want to begin by paying tribute to our men and women in uniform [He will repeat this as mind control method...In fact all of his speeches have this programming as have past presidents. It is ongoing mind programming.] who, once again, have acted with courage, professionalism and patriotism. They have moved with incredible speed and strength. [The military acted with speed in 2003 where no weapons of mass destruction were found in Iraq. Should we assume their action now is more justified?] Because of them and our dedicated diplomats, a coalition [2nd] has been forged and countless lives have been saved. [the great Savior 1st] Meanwhile, as we speak, our troops are supporting our ally Japan, [See Fukushima HAARP attack on HAARP Page ] leaving Iraq to its people [See Veterans Page ], stopping the Taliban’s momentum in Afghanistan…

 

Early in 2008, the Atlantic Council released a report over the signature of its chairman, retired U.S. Marine Gen. James L. Jones that began,

« Make no mistake: NATO is not winning in Afghanistan….  » If that report were released in summer 2010, it could easily read: « Make no mistake: we are losing in Afghanistan…  »

After a firestorm of protest from Brussels,

the word « NATO » was changed to « the international community. »

and going after al Queda around the globe. [There never was an al Queda.Radical Islamists were funded by CIA to create an ‘enemy’ to justify ‘war on terror’ so USA would have excuse for world wide aggression.] As Commander-in-Chief, [Savior 2] I am grateful to our Soldiers, Sailors, Airmen, Marines, Coast Guardsmen, and their families, as are all Americans. [Heroes 2] 

For generations, the United States of America has played a unique role as an anchor of global security [obey or else] and advocate for human freedom[where?]. Mindful of the risks and costs of military action, we are naturally reluctant to use force to solve the world’s many challenges [but US starts wars more than any other country so is US reluctant?  How does force solve challenges?]. But when our interests [$] and values [me first] are at stake, we have a responsibility to act. That is what happened in Libya over the course of these last six weeks. [Obama started a war without Congressional approval.  This is what happened. But General Wesley Clark says it was already awritten plan in 2001, so the Libya war plan was developed even before that.

 

 

Therefore, Bush and Obama are just puppets of something much bigger that spans administrations. One thread is the Council of Foreign Relations, a heavily funded Rockefeller think tank. See Rockefeller quote middle of Home Page.

Below we listen to Obama’s Secretary of State HIllary Clinton describe the relationship between the Dept of State of the United States, and this privately funded organization CFR.

 


that had been choking off towns and cities and we cut off much of their source of supply.
 [whose supply? The roads that feed the general populace of Libya?] And tonight, I can report that we have stopped [savior 13] Gaddafi’s deadly advance. [smear 17 He has made Gaddafi sound like an invader in his own land, double speak. And as the following months after this March Speech showed, Obama did not stop the legitimate Government of Libya until 8000 sorties had destroyed country.]


In this effort, the United States has not acted alone.
 [He just said it was his decision]  Instead, we have been joined [USA wasn’t joined by anyone, it already funds and directs NATO] by a strong and growing coalition. [fake coalition 8] This includes our closest allies – nations like France, UK Canada Denmark, Norway, Italy, Spain, Greece, and Turkey– all of whom have fought by our side for decades. [Its called NATO. This is the big « international coalition » who helps USA invade countries like Iraq and Afghanistan for share of spoils] And it includes Arab partners like Qatar and the United Arab Emerates, who have chosen to meet their responsibility [their responsibility as tiny minions to go along with Empire] to defend [savior 13] the Libyan people. [In double talk, defend means attack] 

To summarize, then: in just one month, the United States has worked with our international partners 
[NATO, fake coalition 8] to mobilize a broad coalition [ It's called NATO. Fake coalition 9. So the international partners mobilized international partners], secure [push through UN] an international[fake coalition 10] mandate [It was no mandate, because China, Russia, Brazil, India and Germany abstained. These countries themselves have 50% of world population, and then we can add all of Africa. Why there was no veto will need to be examined in the coming Crimes against Humanity Trials] to protect [savior 14]civilians, stop an advancing army [smear 18 advancing in their own country?] , prevent a massacre [smear 19], and establish a No Fly Zone with our allies[NATO] and partners [NATO. Fake coalition 11 What partners are not NATO that could establish a No Fly Zone?].

« Putin said NATO went beyond the UN’s March 16th mandate when it dropped guided missiles on Gaddafi’s government offices in Tripoli. “What kind of no-fly zone is this if they are striking palaces every night?” Putin said in Ria Novosti. “What do they need to bomb palaces for? To drive out the mice?” Putin even went as far as suggesting that Libya’s oil resources were a main object for NATO’s interest in Libya. » [went as far in suggesting?]

UK to expel five Libyan diplomats March 30th, 2011 LONDON (BNO NEWS) — British Foreign Secretary William Hague on Wednesday announced that the United Kingdom (UK) will be expelling five Libyan diplomats, who “pose a threat to our security.”

May 1, 2011 Britain announced Sunday it would expel Libya’s ambassador after the UK’s embassy was attacked in Tripoli. The attacks came just hours after a NATO airstrike killed Libyan leader Moammar Gaddafi’s youngest son late on Saturday.

SAS troopers help co-ordinate rebel attacks in Libya

The Guardian has learned that a number of serving British special forces soldiers, as well as former SAS troopers, are advising and training rebel forces, although their presence is officially denied.

The Guardian has previously reported the presence of former British special forces troops, now employed by private security companies and funded by a number of sources, including Qatar. They have been joined by a number of serving SAS soldiers.


Our most effective alliance, NATO, has taken command of the enforcement of the arms embargo and No Fly Zone. 
[So Americans, don't worry about this anymore, it is in someone else's hands.] [and food embargo?] Last night, NATO decided to take on the additional responsibility of protecting [savior 17 strangling] Libyan civilians. [He means the mercenaries, because the water system and power of the civilians was taken out by bombing, so NATO has no interest in protecting civilians]

US Led NATO Bombs Water Facilities in Libya

Posted on July 25, 2011 by Rick Bronson

New reports coming out of Libya depict a NATO move towards genocide.  Libya is in a desert and the US led NATO is now bombing not only water facilities, but factories that produce water pipesneeded to replace those destroyed by the bombs.  4.5 million Libyans are facing the prospect of having no drinking water .  And remember these bombings are supposedly being conducted as a form of humanitarian aid designed to save the lives of innocents.

This transfer from the United States to NATO will take place on Wednesday. Going forward, the lead in enforcing the No Fly Zone [this is now double speak term for nightly bombing of ground targets and use of drones]and protecting [savior 18] civilians on the ground will transition to our allies and partners [fake coalition 14. He means our European minions] , and I [savior 19] am fully confident that our [possessive pronoun] coalition [fake coalition 15] will keep the pressure on Gaddafi’s remaining [would that be the armed civilians? The freedom fighters who will be called Gaddafi loyalists.] forces. In that effort, the United States will play a supporting role – including intelligence [managing everything], logistical support [transporting everything],search and rescue assistance [for our CIA and NATO assets], and capabilities to jam regime communications. [Destroy communication for citizens of Libya] Because of this transition to a broader, NATO-based coalition [fake coalition 16. It is called NATO], the risk and cost of this operation – to our military, and to American taxpayers – will be reduced significantly. [Americas are getting a bargain! And how much has it cost so far Mr. President?]

Libya war costs US taxpayers $2m a day and still no Gaddafi Jun 9, 2011 – According to an internal DOD memo, the U.S. had already spent $664 million in Libya – a running cost of $60 million a month by mid-May …

Los Angeles Times article says $9.4 million per day.

But, not to worry. Before Obama’s War, Libya produced 1.6 million barrels/day oil. And US recently stole $33-37 billion from Libya and there will be no one to oversee what USA does with this money, just like no one oversees FED or Pentagon. In fact, these billions are real money, not paper money which props up USA at this time. USA is also especially interested in seizing Libya’s gold. « The reserves are substantial, ranking in the global top 25, according to International Monetary Fund (IMF) data.

(CNN) July 26, 2011 — International oil companies

are jockeying for advantage in the new Libya, buoyed by news that damage to the energy infrastructure appears to be slight.[So, 'the people's oil which was the people's will now be up for grabs, just like Iraq, and the people won't get it. The looting is not even masked.]

Obama's

 

We will safeguard [maybe Bernanke can help with this] the more than $33 billion that was frozen [stolen] from the Gaddafi regime so that it is available to rebuild Libya. [The money will go to Western contractors like Halliburton, just as happened in Iraq. See Shock Doctrine Disaster Capitalism, Naomi Klien onthe Womens Page .]

U.N. to allow release of $1.5 billion frozen Libya funds (Reuters)Aug 25, 2011 The United States and South Africa struck a deal on Thursday to allow the release of $1.5 billion in frozen Libya funds for humanitarian aid and other civilian needs, U.N. diplomats said on Thursday.

NATO nations set to reap spoils of Libya War

Aug 25, 2011 Rachel Shabi

It looks like the more telling news on Libya has migrated to the business pages.  With jubilant reporting of Gaddafi’s imminent downfall seizing headlines, it’s the financial pages that have the clinical analysis. So, for instance, it is in this section that the Independent reports a «  dash for profit in the post-war Libya carve up « .

Similarly, Reuters, under the headline, «  Investors eye promise, pitfalls in post-Gaddafi Libya « noted that a new government in that country could « herald a bonanza for Western companies and investors ».

Before Tripoli has completely fallen, before Gaddafi and his supporters have stepped down and before the blood dries on the bodies that have yet to be counted, Western powers are already eyeing up what they view us just rewards for the intervention.

There are no more illusions over how far NATO forces exceeded the UN security resolution that mandated its campaign. For months, NATO officials insisted it was operating within brief - an air campaign, designed to protect civilians under threat of attack. But now it is described as an « open secret » that NATO countries were operating undercover, on the ground…

… As alluded to by the Economist , each country’s contribution to the NATO effort in Libya is expected to have some impact on how much of the spoils it gets in the looming post-war period.  

After all, this money does not belong to Gaddafi [smear 21] or to us [he considered this? Absolutely, as the entire operation is a robbery] – it belongs to the Libyan people, and we will make sure they receive it. [savior 21 Gaddafi is hugely respected in Africa. He never owned the 33 billion that USA stole. So how noble that USA will destroy the country and use the peoples' money to do whatever USA wants to be done with it, and how noble of NATO countries to be slobbering over the oil and business contracts they worked so hard for, to 'save the people'.] 

Tomorrow, Secretary Clinton will go to London,

At the said meeting a reporter asks Clinton about « who are we supporting in Libya? » Clinton’s response at about 6 minutes and 20 seconds into the video, was as part of her answer, “We’re still getting to know who these people are. ” [In other words, it doesn't matter who they are, we have already bought them.]

where she will meet with the Libyan opposition [Who flew these puppets to London? In what airplane did they fly? It is a No Fly Zone. How did they get to an airport that functioned? Who vouched that they were representatives of an actual organization that represented the entire 6 million Libyans? Who elected this 'opposition'? What makes them legitimate? ] and consult with more than thirty nations. [Many of them in opposition to colonization]. These discussions will focus on what kind of political effort is necessary to pressure Gaddafi, while also supporting a transition to the future that the Libyan people deserve. [smear 22. As outlined by McKinney in introduction, Libyans already had more benefits than Americans.] Because, while our military mission is narrowly focused on saving lives [savior 22, by destroying a sovereign country's water and electricity and using Depleted Uranium Ammunition],

A telecommunication official told Libyan state television that the three stations hit by NATO strikes provided communication services for citizens to contact the fire brigades, hospitals and emergency lines and communication between eastern and western Libya.

Muammar Gaddafi has addressed nation via Libyan radio

“But certainly what has been coming from the Western media has been proven to be lies,” he declared.

Gaddafi opened up the armories to the people of Libya, more than a million rifles and other arms have been handed out to the people of Tripoli. [this must be exaggeration] The claim that has been made by the so-called ‘progressive’ media of the United States is that Gaddafi is a hated dictator and that this is an indigenous rebellion. A dictator does not hand people guns and say: ‘Please, defend me!’”

Arms Trade Resource Center – …The ongoing civil war in the Democratic Republic of the Congo (formerly Zaire) is a prime example of the devastating legacy of U.S. arms sales policy on Africa. The U.S. prolonged the rule of Zairian dictator Mobutu Sese Soko by providing more than $300 million in weapons and $100 million in military training. Mobutu used his U.S. – supplied arsenal to repress his own people and plunder his nation’s economy for three decades, [is this true or not? By now, the reader must suspect allegations and be very discerning and investigative. Who funds this research center. I think it is trustworthy because it questions Empire] until his brutal regime was overthrown by Laurent Kabila’s forces in 1997. When Kabila took power, the Clinton administration quickly offered military support by developing a plan for new training operations with the armed forces…

« The president-elect is coming into office at a moment when there is upheaval in many parts of the world simultaneously,” Kissinger responded. “You have India, Pakistan; you have the jihadist movement. [CIA funded] So he can’t really say there is one problem, that it’s the most important one. But he can give new impetus to American foreign policy partly because the reception of him is so extraordinary around the world. His task will be to developan overall strategy for America in this period when, really, a new world order can be created. It’s a great opportunity, it isn’t just a crisis.” [The strategy was already created and which is what placed both Bush Jr and Obama. It is called « Full Spectrum Dominance » as instrument of New World Order]

Wanted for Crimes Against Humanity - Henry Kissenger

obama%20and%20kissenger dans Politique/Societe

 

And as President, I refused [Savior 24] to wait for the images of slaughter[smear 27] and mass graves before taking action.

[He repeatedly takes responsibility, because he does not think he will ever be caught. He is confident, above all laws, a good war criminal. However he will be arrested. The world is waking up. The UN resolution 1973 of No Fly Zone was grossly broken using USA intelligence.There are many images now of slaughter of civilians by NATO, but Western media is suppressing it, and alternative reporters have been killed and threatened.]

Order: Kill Non-Mainstream Reporters in Libya, What U.S. is Hiding?

- Deborah Dupre - Examiner

This journalist Thierry Meyssan inTripoli was threatened.

Meyssan observations Aug 21, 2011.. NATO Carnage in Tripoli


Moreover, America has an important strategic interest
 [Which is what? He never explains.] in preventing Gaddafi from overrunning those who oppose him. A massacre [smear 28] would have driven thousands of additional refugees across Libya’s borders,

[This had already happened as seen in photo below. Note the nice luggage of refugees in photo. These are well off educated citizens of a stable nation running for their lives because of covert mercenary meddling by West, for their OIL. The reader probably has similar luggage. None of these people expected this.]

-libya-tunisia-borderTens of thousands of desperate refugees were packing the Tunisian border on Tuesday Mar 2, 2011, trying to get out of Libya.

putting enormous strains on the peaceful – yet fragile – transitions in Egypt and Tunisia. [The protests continue as the new regimes are just new puppet regimes]    The democratic [in double speak "democratic means top/down control] impulses that are dawning [hope mantra 3] across the region would be eclipsed by the darkest form [smear 29 He will use the word 'dark' again, and he, Obama, is the light? Gaddafi, the idealistic leader who gives free health care and education, helped end Apartheid and was to fund an all Africa Satellite and form an all Africa currency is considered 'dark' by Obama.]

of dictatorship, as repressive leaders concluded that violence is the best strategy to cling to power. [at least he describes the New World Order well here and what we can expect as we demand accountability in Europe and North America]

The writ of the UN Security Council would have been shown to be little more than empty words, [See references below how UN Resolution 1973 was in fact not followed as Putin, above, noted] crippling its future credibility to uphold global peace and security.

UN gives a nod and wink to USA $46 billion in arms sales for 2011.As Gaddafi correctly said in speech to UN in New York last year, « Security Council is terrorist organization in world »

Thus, Obama is carrying on myth that UN is an independent credible organization. UN is a tool for centralized global control, under the thumb of USA who denied a visa so that Libya could have no representation in UN for the entire crises.

The Role of the UN Security Council in Unleashing an Illegal War against Libya by Ronda Hauben www.globalresearch.ca

< See entire article to left.

… As of February 21, the Libyan government has been deprived of the ability to have a representative to the UN. In March, when the Libyan government tried to appoint another Ambassador, the US government did not grant a visa.”

So while I will never minimize the costs involved in military action, I am convinced that a failure to act in Libya would have carried a far greater price [for gasoline] for America. 

Now, just as there are those who have argued against intervention in Libya, there are others who have suggested that we broaden our military mission beyond the task of protecting [Savior 25] the Libyan people, and do whatever it takes to bring down Gaddafi and usher in a new government. [So then, your war is just a soft war Mr Obama? Not a hard war? Incredibly he is now painting himself as a moderate.]

Of course, there is no question [just obey] that Libya – and the world [The World excluding Germany, China, India, Russia, Africa and Brazil] – will be better off with Gaddafi out of power. [He is lying. Will Africa be better off?] I, along with many other world leaders, [NATO leaders?] have embraced that goal[of getting rid of this obstacle to Empire, who has 3% of world's oil], and will actively pursue it through non-military means. [double speak] But broadening our military mission to include regime change would be a mistake. [The entire speech is about regime change, a nice way of saying occupation. And 'mission' was broadened... 8000 sorties. All diplomatic attempts by Gaddafi were brushed away.]

Washington Post Apr 4, 2011

Libyan Foreign Minister Abdulati al-Obeidi told reporters in Tripoli on Friday, “We are trying to talk to the British, the French and the Americans to stop the killing of people. We are trying to find a mutual solution.”

…The Obama administration and its allies and partners in the Libya operation have shown little interest in such offers. President Obama has described his demand for Gaddafi’s departure as a political objective…


The task that I 
[takes full responsibility] assigned our forces – to protect[savior 25] the Libyan people from immediate danger, and to establish a No Fly Zone – carries with it a UN mandate and international support. [Repeat a lie enough times... fake coalition 20]  It is also what the Libyan opposition[contracted by CIA] asked us to do.  [It is what the USA on ground told the USA in air what to do and these foreigners are called 'the rebels'... See Libyan Tribes Manifesto below]

If we tried to overthrow Gaddafi by force, our coalition would splinter. [So we won't use force right? Is this what he infered in this speech ?] We would likely have to put U.S. troops on the ground, or risk killing many civilians from the air. [Did that on Aug 21]  The dangers faced by our men and women in uniform [heroes 2] would be far greater. So would the costs, and our share of the responsibility for what comes next. 

To be blunt, we went down that road in Iraq . [He is lying as he used past tense. USA is still going down that road now and is committed to that road indefinitely as was planned decades ago and as shown by 14 permanent bases immediately constructed after USa murderous assault on Iraqis. USA has no intention on leaving Iraq until the oil gone. Libya is same exact story]

Thanks to the extraordinary sacrifices of our troops [heroes 3] and the determination of our diplomats, we are hopeful about Iraq’s future. [With our 14 permanent military bases, the private oil companies and Haliburton andKBR are hopeful.]

 

But regime change there took eight years, [If it already happened, why are we still there?]  thousands of American and [millions] Iraqi lives, and nearly a trillion dollars. That is not something we can afford to repeat in Libya. 

[So whats the endgame in Libya look like? Complete suppression? Because the Libyan people will resist occupation forever, right? Just like Iraq and Afghanistan and Viet Nam. There is no way to win when making someone a victim is the game. Colonization won't work in a communicating world. The blowback in Europe from angry Moslems will not be pretty. However, those at the top want violence as excuse for martial law. Our work is to wake up and remove them from power.] 

As the bulk of our military effort ratchets down, [Has it?] what we can do – and will do – is support the aspirations [hope mantra 4] of the Libyan people. [Savior 27] We have intervened to stop a massacre, [third of forth time with this lie? Smear 30] and we will work with our allies and partners[fake coalition 21] as they’re in the lead to maintain the safety of civilians.[Savior 28]

We will deny the regime arms, cut off its supply of cash [water, electricity, food, communications], assist the opposition [with more "contracts"], and work with other nations [fake coalition 22] to hasten the day when Gaddafi leaves power.

It may not happen overnight, as a badly weakened Gaddafi tries desperately [smear 31] to hang on to power. [smear 32] But it should be clear [obey] to those around Gaddafi, and to every Libyan, that history is not on his side. [As you hear the bombs you know history is not on the side of the sovereign days when you Libyans had your own nation. Now history is on the side of the bombs.]

With the time [rebuilding everything] and space [without loved ones, killed by NATO] that we have provided [Savior 29] for the Libyan people, they[mercenaries] will be able to determine their own destiny, and that is how it should be. [This is horrific double speak. When will Americans have same ability? When will American elections not be rigged? See American Blackout. When will money no longer buy representation?] 

Let me close by addressing what this action says about the use of America’s military power, and America’s broader
 [Self appointed and self serving] leadership in the world [A definition of world that excludes Germany, India, China, Africa, Brazil or Russia], under my presidency. [Savior 30 ] 

As Commander-in-Chief, I have no greater responsibility than keeping this country safe. [Savior 31 The only super power is worried about this? Well, there were those guys in the caves who took down World Trade Center Building 7 at 5:30 pm on 9/11 that the reader may have never heard of becasue it not discussed by controlled media or in coverup 9/11 official report. Remember those guys in the cave that started the ‘War on Terror’ ? Please see the Womens Pagefor more info on 9/11]

10 second video. The Controlled Demolition of World Trade Center Building 7 at 5:30 PM on Sept 11, 2001 which never was hit by a plane, with small fires allowed to burn all day. Watch how it falls. Did a man on kidney dialysis living in a cave tell the fire fighters to stand back? Who did this? And more importantly, who covered this up?

And no decision weighs on me more than when to deploy our men and women in uniform. [Heroes 4.  Pledge allegiance to the uniform.  He is actually using mind control.]   I have made it clear that I will never hesitate [strong leader ] to use our military swiftly, decisively, and unilaterally when necessary to defend our people, our homeland, our allies [NATO], and our core interests. [Other people's resources]

That is why we are going after al Queda wherever they seek a foothold.[And we will invent a foothold where we want to defend our 'core interests', as we have done repeatedly all over the world. It is called Empire.] That is why we continue to fight in Afghanistan, [« Al queda » left years ago.  Why is USA really there?   Why did Unocal want and get a pipeline there? and who will defend it? Why did USA start up opium after Taliban ended it?]

even as we have ended our combat mission in Iraq [Ended combat in Iraq? Every day, right now, we are killing civilians in Iraq so we can steal their oil.  This statement of ‘ending’ it will give war resisters and anti-war veterans proof of fraud.See Veterans Page] and removed more than 100,000 troops from that country. [And left 50,000 troops indefinitely?]

 

 

There will be times, though, when our safety is not directly threatened, but our interests [controlling other nations] and values [seeing ourselves as superior] are. [The USA has never been threatened but we have started more wars than all the other countries combined. However, Americans are waking up. The 2010 military budget equaled 94% of federal income tax? And Mr. Obama wants to gut services and chop social security to balance budget?]

Sometimes, the course of history poses challenges that threaten our common humanity and common security [This is prep talk for planned false flag global emergency as excuse for global martial law… this is what  was planned with WHO pandemic swine flu, but it failed.  We can be sure other global emergencies are in works..]

– responding to natural disasters [except Somalia or any place we want to see weakened.  Have we ever aided Cuba with one hurricane for 50 years?], for example; or preventing genocide [Pot Pot Cambodia (USA) and Rwanda Genocide (NATO) would not have happened without being backed] and keeping the peace [control]; ensuring regional security [status quo empire], and maintaining the flow of commerce [so empire can extract as much as possible and enslave other nations with IMF debt].

These may not be America’s problems alone, but they are important to us, and they are problems worth solving. [For Obama the problem is.... "keeping, ensuring, maintaining" . Not inequity or disparity or lying or corruption. For Obama and Kissinger, the problem is how to maintain king of the mountain status, not how to bring sovereignty to all people. Obama is a colonialist.]

And in these circumstances, we know that the United States, as the world’s most powerful nation [the most in debt with the biggest war budget and most brainwashed people], will often be called upon to help. [Savior 31. But it is not within our superior values to help.  US only sacrifices if it helps our 'core interests". Did we help the people of Laos? ] 

In such cases, we should not be afraid [Don't be a coward, be a man, follow your President] to act – but the burden of action [Lets congratulate ourselves for all of our sacrifice] should not be America’s alone.

As we have in Libya, our task is instead to mobilize the international [fake coalition 24] community for collective action. [But don't have Congress vote for collective action] Because contrary to the claims of some [who?], American leadership is not simply a matter of going it alone and bearing all of the burden ourselves. [Repeating word Burden 3 times to make Americans feel we have carried so much weight for others. A lie.]

Real leadership [Like Obama?] creates the conditions and coalitions for others [others to work with NATO?] to step up as well; to work with allies and partners [fake coalition 25] so that they bear their share of the burden [4th time] and pay their share of the costs [Libya will have to pay to rebuild itself, just like Iraq. This is who will work with NATO]; and to see that the principles of justice and human dignity are upheld by all. [pure double speak] 

That’s the kind of leadership [savior 32] we

[Who is we? It is not Congress because they were bypassed. It is not NATO that USA controls. It is not Obama who is just a robot fulfilling plans laid decades before? Who is we? Who controls Council of Foreign Relations that Hillary bows to? Who times the orcheastrated events we witness?]

have shown in Libya. Of course, even when we act as part of a coalition[fake coalition 26], the risks [for civilians] of any military action will be high. Those risks were realized when one of our planes malfunctioned over Libya.

Yet when one of our airmen parachuted to the ground, in a country whose leader has so often demonized the United States [smear 34] – in a region that has such a difficult history with our country [Is he refering to Western meddling? Our attacks and crippling embargoes against any country that stands against Empire, like Libya or Cuba? ] – this American did not find enemies.

Instead, he was met by people who embraced him. One young Libyan who came to his aid said, “We are your friends. We are so grateful to these men who are protecting the skies.” [No one would ever say that! Protecting the skies and forcing a food embargo on a country? This is all a lie.] 

 The CIA managed mercenaries picked up the pilot and he was taken to a hotel.

This voice is just one of many [fabricated lies] in a region where a new generation is refusing to be denied their rights and opportunities any longer. [That would be the fully educated generation in Libya with highest income in Africa? This is nothing like the protestors of Egypt who are hungry because world food prices have been run up by commodity traders and manipulated oil price.]

Rising Food Prices and the Egyptian Tinderbox: How Banks and Investors Are Starving the Third World Ellen Brown Feb 4, 2011

Let Them Eat Baklava: Food Prices and the Arab Spring Spencer Mandel Aug 26, 2011

Yes, this change will make the world more complicated for a time. Progress will be uneven, and change will come differently in different countries.

[It sounds like he is talking about the demand by youth for end of corruption and engineered disparity, but he will in next sentences redefine "change" as coming under the heel of empire as Iran had under the Shah and Iraq now has under military occupation. In this way he has co-opted the very essence of 'hope' which he had sold so well in his election campaign.]

There are places, like Egypt, where this change will inspire us and raise our hopes. [hope mantra 5] [Egypt protests were steered. New ‘leader’ of Egypt is CIA plant who is already receiving protests]

And there will be places, like Iran, where change [Meaning youthful hopes?] is fiercely suppressed.

Obama just set his sights on Iran…. AGAIN.

« Coup 1953 of Iran is the CIA’s (Central Intelligence Agency) first successful overthrow of a foreign government. 

But a copy of the agency’s secret history of the coup [in Iran] has surfaced, revealing the inner workings of a plot that set the stage for the Islamic revolution in 1979, and for a generation of anti-American hatred in one of the Middle East’s most powerful countries. The document, which remains classified, discloses the pivotal role British intelligence officials played in initiating and planning the coup, and it shows that Washington and London shared an interest in maintaining the West’s control over Iranian oil. …. The operation, code-named TP-AJAX, was the blueprint for a succession of CIA plots to foment coups and destabilize governments during the cold war – including the agency’s successful coup in Guatemala in 1954 and the disastrous Cuban intervention known as the Bay of Pigs in 1961. In more than one instance, such operations led to the same kind of long-term animosity toward the United States that occurred in Iran…. «  continue

Iranians threw Shah out in Iran’s People Power ‘Arab Spring’ 30 years ago.  They already had their overthrow of tyranny (US planted Shah who replaced democracy) and now Iran has large opposition demonstrations exactly like USA did in Wisconsin recently, and Seattle in WTO protests 1999. Protests are a sign of freedom and Iran has it. whereas now, in USA protests are NOT REPORTED because Lying Government / controlled media is terrified of snowball effect.

At least 1,400 arrests for antiwar dissent, but who’s counting? Not the press. July 22, 2011

« The national news media almost totally ignore homefront protests of the Afghanistan war, killer drones, torture, and more, regardless of their newsworthiness…. » continued.

We know Ahmadinejad has been demonized by West, and our government/media even changed the translation of a statement he made, to claim he wanted death of Israel, which he never said.

« Ahmadinejad’s October 2005 speech was mis-translated  from Persian into English by the Middle East Media Research Institute (Memri), owned by two Zionist Israeli Jews, Meyrav Wurmser and Col. Yigal Carmon. The translation quoting Ahmadinejad calling for Israel being “wiped off the map” – has become as much part of the Jewish religion as…. continued (you may find the site disabled on interent explorer browser « by coincidence » and difficult to view).

« When properly translated the Iranian president actually calls for the removal of the regimes that are in power in Israel and in the USA as a goal for the future. Nowhere does he demand the elimination or annihilation of Israel. He called for greater governance for Palestine. The word map does not even feature. And the president makes plain that the Holocaust happened, but, he argues western powers have exploited the memory of the Holocaust for their own imperialistic purposes. What the mainstream ran with is complete deception. »

USA also lies about Iran nuclear intentions, while Iran allows IEAE inspections and is above board on its projects….

« The continuous efforts of the world’s two militarist-aggressor states–the United States and Israel–to demonize Iran was addressed by Ahmadinejad in his speech to the UN General Assembly (September 23). Ahmadinejad spoke of the assault on human dignity and spiritual values by the selfish material interests of the US and its puppet states. Seeking hegemony « under the mantle of freedom, » the US and its puppets use « the ugliest methods of intimidation and deceit » to disguise that they are « the first who violate » the fundamental principles that they espouse and apply to others. «  - Paul Craig Roberts

USA wants Iran oil. The question is whether Iranians would want an occupation like Iraq, Afghanistan and Libya? What is the reader’s guess? Since none of these occupied countries were given a choice in taking « freedom » and are now killing USA troops as fast as possible, what is Obama’s plans for Iran? Another occupation, as we can expect now in Libya « to maintain peace »?

This is the pattern and so, in the same speech he justifies the rape and looting of Libya he drops in the name Iran to prep everyone for the planned war « to save the yearning youth » of Iran.

The dark forces of civil conflict and sectarian war will have to be averted, and difficult political and economic concerns addressed.

[What sectarian war? In Iran? Where? In Iraq 'sectarian' war is the excuse for continued USA presence. In fact, there is no sectarian war, there is a united front against USA occupation. How to keep the 'sectarian war ' myth alive? The way endless "sectarian conflict" is insured is by using false flag terrorism. If this is a new subject for reader, the reality is shocking. We can expect this to happen in Libya also. The USA will continue killing and claim it is sectarian inter-tribal conflict and this will justify a 'peace keeping force' (this was written Aug 25th). Will NATO use mercenaries, or risk NATO troops getting killed? Let us review the current policy of fomenting sectarian divisions in Iraq and Pakistan]

Kay Griggs, former wife of U.S. Marine Corps Colonel George Griggs, Chief of Staff, Marine Atlantic/Head of Psychological Operations, NATO, describes elements of de-stabilization programs….

 

 

 

« The evidence that the US directly contributed to the creation of the current civil war in Iraq by its own secretive security strategy is compelling. Historically of course this is nothing new – divide and rule is a strategy for colonial powers… »The Politics of Suicide in the Muslim World by Nashid Abdul-Khaaliq

Iraqi Terrorists Exposed as British Government Agent  Provocateurs

« Lest we forget who the real Terrorists are… You might recall this incident in Iraq, back in September 2005. It’s a rare instance where the perps of a false flag op were caught red-handed. Every time one hears of “terrorist” bombings in Iraq or Afghanistan, chances are it’s US, Brit, or Mossad agents creating mayhem in order to justify the illegal occupations of these countries. Yet, the sheeple hardly give this a second thought — even after this incident was blown wide open in the MSM … continue here.

british-terrorists

Long history of manipulation with false flag terror

Fake Al Qaeda | WHAT REALLY HAPPENED

« CIA/US Military Perpetrated Most of Iraq’s « Suicide Bombings! » by Andrew G. Marshal
Terrorism Guaranteed by manager Donald Rumseld - Counterpunch

Suicide bombing favorite US counter insurgency tactic

Press TV – NATO plans to arm Syria criminal gangs Aug 14, 2011

There are many many more articles on this. There are entire Departments and schools in Military devoted to false flag murder.

 

Video Below – Minister Farrakan to Obama on USA De-stabilization Policy [Powerful message - Starts out soft but principle makes him roar.]

 

 

 

[we return to speech] 
The United States will not be able to dictate the pace and scope of this change. 
[Interesting sentence.... is  being able to dictate a consideration? Sounds like it.] Only the people of the region can do that. But we can make a difference. [We can send in mercenaries. That is what we did in Iraq, Afghanistan, and now Libya, and in fact all over the world.]

I believe that this movement of change [in this new double speak "movement of change" refers to New World Order ] cannot be turned back, and that we must stand alongside

[Exactly here he achievs the co-option. At first the 'movement of change' was youthful voices. But in this sentence 'movement of change is equated with....]

those who believe in the same core principles [$ and domination] that have guided us through many storms [what storms? Desert Storms?] our opposition to violence directed against one’s own citizens

[Where? In recent London riots? In Seattle 1999 WTO demonstration? How about deployment of Blackwater mercenaries for Katrina? USA has six times more people in prison than the world’s average number. Land of the jailed.]; our support for a set of universal rights, including the freedom for people to express themselves and choose their leaders [Our own elections are rigged with voting machines and disenfranchisement of Black votes];our support for governments that are ultimately responsive to the aspirations [hope mantra 5] of the people.

[It is opposite. the last thing Empire wants is a sovereign individual or community]

As we have studied, there is NO example of USA helping anyone without making a profit or gaining influence. USA core values, as shown by the financial plans of corporations in crushed Iraq, and now Libya, is a very far cry from ‘youthful voices’, but he spanned the gap with double speak.

It is vital for the reader to understand mind programming. The method is that if you listen enough times that ‘slavery is freedom’, you will believe it. Is the reader free? You work for 2 to 3 months per year to pay your federal income tax, and 94% of your tax will be to feed the military budjet based on fake « War on Terror », but you are free, right? You live in a ‘free’ country right? You live in a democracy right? You’ve been told this thousands of times. You have crossed your heart and said it. You have been told that slavery is freedom, and I’m sure the reader is thinking, « I am no slave ». But you are being used. Let me please ask you again. Do you live in a free country?

How will your mind answer? Do you think you live in a free country where we are informed so we can make sound decisions? Or are we slaves of disinformation, sweating to pay for things we have no control over?

It is important to reprogram ourselves. We are slaves. We are slaves. We are slaves. Perhaps we should repeat that 10,000 times just to get things even, because until you realize that you have been used as the Veterans have, you will continue to be used. – Ray Songtree


Born, as we are, out of a revolution by those who longed 
[hope mantra 6] to be free [and created a Constitution which Obama is destroying. See index... No the revolution wasn't based on longing. It was based on principle. Obama sold us hope. He did this because he had no principles to offer. Ron Paul and Dennis Kuninich and McKinney and Farrakan don't sell hope. They stand by principle. ] , we welcome the fact that history is on the move in the Middle East and North Africa, and that young people are leading the way.

[Young people are protesting, and CIA is moving in to co-opt. Remember what Kissinger said... crisis is an opportunity for a new world order. Does Obama support guerrilla fighters against outside empire the way Americans fought English Empire? If so, then he will like the Manifesto of 200 Libyan Tribes below]

Because wherever people long to be free, they will find a friend in the United States. [Double speak. Where ever people want change, USA will promote instability to insert its own agents.]

Ultimately, it is that faith [hope mantra 7] – those ideals – that are the true measure of American leadership. [So he equates himself, the leader against 'dark' Gaddafi as 'that faith'. Sound like another Savior 33]

[The arrogant attitude of superiority is that "America" is destined to lead everyone else and this justifies our huge military, where we 'lead' by covert and outright threats.  Why are there US military bases on Venezuela borders now? Chavez is as good a leader as any in South America, but Venezuela has OIL!]

My fellow Americans, I know that at a time of upheaval overseas – when the news is filled with conflict [which we fund] and change [Actual change is constant and intrinsic... but he defined change already. Change is domination by NWO, the opportunity for more centralization.] – it can be tempting to turn away from the world. And as I have said before, our strength abroad is anchored in our strength at home. [20% unemployment. So slaves, not only are you free, but you are strong at home.] 

That must always be our North Star [Like the HAARP display over Oslo for Peace prize?] – the ability of our people to reach their potential [pay student loans, pay mortgages?], to make wise choices with our resources [Strip mine everything and drill no matter the risk], to enlarge the prosperity [the debt ceiling] that serves as a wellspring of our power [guns], and to live the values that we hold so dear. [ Posse Comitatus, Habeas Corpus, the Bill of Rights… or… TSA, SWAT teams, wire tapping, dumbed down… what values are we living? Constitution or Patriot Act? Which?] 

But let us also remember that for generations, we have done the hard work of protecting our own people [?], as well as millions around the globe. [We killed millions in southeast Asia for what? World War I and II and the Bolshevics and Mao were all funded by Western bankers. What is he talking about?1.5 million in Iraq killed, for what?]

Over one million Iraqis have met violent deaths as a result of the 2003 invasion, according to a study conducted by the prestigious British polling group, Opinion Research Business (ORB). These numbers suggest that the invasion and occupation of Iraq rivals the mass killings of the last century—the human toll exceeds the 800,000 to 900,000 believed killed in the Rwandan genocide in 1994, and is approaching the number (1.7 million) who died in Cambodia’s infamous “Killing Fields” during the Khmer Rouge era of the 1970s. Project Censored

We have done so because we know that our own future is safer and brighter if more of mankind can live with the bright light [hope mantra 7] of freedom and dignity. [Double Speak. Up equals down. He means New World Order which is no freedom and no dignity. Did he hypnotize you yet? He said it all many many many many times.]

Tonight, let us give thanks for the Americans who are serving through these trying times [the fooled an misused heroes], and the coalition [NATO fake coalition 27] that is carrying our [possessive pronoun] effort forward; and let us look to the future with confidence and hope [hope mantra 8] not only for our own country, but for all those yearning [hope mantra 9] for freedom[double speak] around the world. [where he wants to bring his brand of freedom... global] Thank you, God Bless you, and may God Bless the United States of America. [If you disagree with him you are going against God. Nice touch, used by every con man in every land in every era. Perhaps listening for Truth is more important than giving up our principles because someone invokes the name of God.]   

Summary

Lets see if Obama did well by Hitler…

Adolf Hitler said: ‘Make the lie big, make it simple, keep saying it, and eventually they will believe it.’

goebbels_1

And his propaganda chief, Joseph Goebbels, said: ‘The most brilliant propagandist technique will yield no success unless one fundamental principle is borne in mind constantly – it must confine itself to a few points and repeat them over and over.« 

Smeared Gaddafi 34 times, claimed USA and himself as Savior 32 times, mentioned a bogus ‘international community » that excludes Germany, Asia, Africa, South America and Russia, that is really just USA controled and funded NATO, 27 times, and the Hope Mantra so that justice is always put off to the future and not based on principle 9 times.

Please consider this incredible amount of mind programming. And the entire purpose was to make night become day, and day become night. Gaddafi has been altruistic and is slandered to be a demon. USA is the most war mongering and murderous country in history and is portrayed as Savior.

Was that purpose of speech? It surely was not to inform, as it was all lies. So this is the Hitler technique, repeat the lie over and over and over again, so that every sentence includes a lie. In just over 100 sentences we see lies 34 times, 32 times, 27 times, and 9 times.

Did the hero save the damsel in distress from the Bad guy as the speech promises?

In Reality USA siezed Libya by the throat on completely fabricated charges. There was never violent suppression of demonstrations because there were no demonstrations.

In this short BBC video, we are shown a crowd of happy people celebrating overthrow of Gaddafi, but the trouble is, the clip is from India. Short clip worth watching more than once.The entire presentation on news of what has happened in Libya is one long lie. Here is article showing analysis of another fake celebration in Tripoli.

  

 

The Obama Libya War Speech is comforting ‘big daddy mind control’ for those who have been conditioned to ‘respect the President’. The cure for this disease is studying the truth, being shocked by the matrix of lies, rejecting belief in authority, and cultivating personal sovereignty. « I will never be a sheeple again! » « Not on my watch!. » « Not with my taxes! » « Not in my community! » Replace « hope » with principle and we can save this world.

- Ray Songtree Aug 27, 2011 

Would you like to create a new Curriculum of Honest History and Science for our schools. Become a member.

 

 

some LINKS to more Study

some links on Lockerbie 1988 Pan Am crash blamed on Libya

1. bionicboy.tripod.com/tragedy. html -  The one given most credence is that Libya was behind the bombing – two …. 25/5/2000: An air accidentinvestigator has told the Lockerbie trial there was a … Protheroe testified in the specially built Scottish court in the Netherlands that he 

2. Wikipedia , the official NWO disinformation rag, outlines the compensation Libya gave to victims in order to remove sanctions   » On 24 February 2004, Libyan Prime Minister Shukri Ghanem stated in a BBCRadio 4 interview that his country had paid the compensation as the « price for peace » and to secure the lifting of sanctions. Asked if Libya did not accept guilt, he said, « I agree with that. » 
In other words, Libya always denied any involvement with Pan Am 103 crash.


3. Meanwhile, because of suppressed evidence, just like 911, there is a current Pan Am 103 jet crash truth movement in UK.   
« On 2 September 2009, former MEP Michael McGowan demanded that the British Government call for an urgent, independent inquiry led by the UN to find out the truth about Pan Am flight 103. « We owe it to the families of the victims of Lockerbie and the international community to identify those responsible, » In other words, many in UK know the Libya terrorist story was a lie.

Also http://lockerbiecase.blogspot.com/2009/11/former-diplomat-urges-macaskill-to.html

4. Wiki-encyclopedia rag does not cover CIA who placed bomb. 
see here http://www.welfarestate.com/ panam103/

there are many more references which I have not listed

more links (to be edited… site under construction)

  1. Libya : Oil, Banks, the United Nations and America’s Holy Crusade

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=24151 - Libya : Oil, Banks, the United Nations and America’s Holy Crusade. by Felicity Arbuthnot. Global Research , April 5, 2011. Email this article to a friend. Print this .. ?

  2. Putin Likens UN Security Council Resolution on Libya to a Medieval …

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=23833 – Putin Likens UN Security Council Resolution on Libya to a Medieval Crusade. Global Research , March 21, 2011. Russian Information Agency Novosti … 

  3. UN Security Council Resolution on Libya : No Fly Zone and Other …

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=23780 - UNSecurity Council Resolution on Libya : No Fly Zone and Other Measures. Global Research , March 18, 2011. Email this article to a friend. Print this article … 

  4. Libya , Hypocrisy and Betrayal by the United Nations : Death and …

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=23767 – Mar 18, 2011 – Global Economic Crisis … Global Research RSS Feed … Libya, Hypocrisy and Betrayal by the United Nations : Death and Destruction. … 

  5. France arming Libyan rebels in violation of UNresolution

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=25494 – Jul 3, 2011 – France has become the first country openly to admit it has supplied the Libyan rebels with weapons – a measure banned by theUN Security … 

  6. UN Praised Libya’s Human … – Centre for Research on Globalization

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=24154 - UNPraised Libya’s Human Rights Record. Washington Attempted to Block Release of UNHRC Report. Global Research , April 5, 2011. Email this article to a … 

  7. Obama’s Bay of Pigs in Libya : Imperialist Aggression Shreds UN 

    www. globalresearch .ca/index. php?context=va&aid=23847 – Obama’s Bay of Pigs in Libya : Imperialist Aggression Shreds UNCharter. by Dr. Webster G. Tarpley. Global Research , March 22, 2011.http://tarpley.net/  

  8. UN Security Council Role in Unleashing an … – TheGlobal Realm

    the global realm.com/…/ un – security-council-role-in- unleashing-an-ill… – Jul 28, 2011 – UN Security Council Role in Unleashing an Illegal War against Libya . by Ronda Hauben Global Research July 20, 2011. Journalists Question … 

  9. UK Indymedia – Obama to Qaddafi: Comply with UNresolution or …

    www.indymedia.org.uk/en/2011/ 03/476220.html .Libya , hypocrisy and betrayal by the United Nations : Death and destruction. US-NATO’s new war in North Africa by Felicity Arbuthnot, Global Research ,

  1. Libya : “The Price of Freedom” | NWO Observer

    nwoobserver.wordpress.com/ 2011/04/…/ libya -the-price- of-freedom… -Apr 28, 2011 – Published: Apr. 27, 2011 – Global Research. Libya has the highest living standard in Africa. The “ United NationsDevelopment Program … 

  2. Another war for oil: UN approves Libyan no fly zone and military action

    www.minorityperspective.co.uk/ …/another-war-for-oil- Mar 18, 2011 – Professor Michel Chossudovsky ( Global Research : “OperationLibya ” and the Battle for Oil: Redrawing the Map of Africa: March 9, 2011) states … 

  3. Libya Intervention: Obama Wrongly Adopts U.N.“Responsibility to …

    www.heritage.org/ research /…/ libya -intervention-obama- wrongly-ad… – Mar 31, 2011 – The President’s Justification for the LibyanIntervention …. 2130, May 1, 2008, at http://www.heritage.org/Research /Reports/2008/05/ … for Global Solutions, athttp://globalsolutions.org/ 08orbust/pcq/clinton (March 31, 2011). … 

  4. Secret War Games Suggest US, UK … – Environmentalists Against War

    www.envirosagainstwar.org/know/read.php?itemid=10805 - Apr 23, 2011 – Under an Imaginary UN Security Council Resolution 3003. Prof. Michel Chossudovsky / Global Research THE WAR ON LIBYAWAS KNOWN … 

  5. BEFORE RESOLUTION 1973, THE U.N. PRAISED LIBYAFOR ITS HUMAN …

    libya 360.wordpress.com/…/ before-resolution-1973-the-u- n-praised-... Apr 4, 2011 – Global Research . 1. The Working Group on the Universal Periodic … 1 thought on “BEFORE RESOLUTION 1973, THE U.N. PRAISED LIBYA FOR ITS … 

  6. Russia, NATO differ on Libya resolution – Lavrov | World | RIA Novosti

    en.rian.ru/world/20110704/ 165014778.html Jul 4, 2011 – Russia and NATO have different views of UN Security Council …. Al Qaeda to Kill Qaddafi, Global Research , March 25, 2011, emphasis added) … 

  7. Libyan PM urges UN intervention to stop NATO military attack …

    williambowles.info/…/ libyan – pm-urges- un -intervention-to- stop-nato… Jul 11, 2011 – NATO Prepares ‘Humanitarian’ Occupation OfLibya Thousands of NATO troops … Global Research : NATO’s Bloody War of Aggression in Libya  

  8. Libya Oil Grab Disguised As Humanitarian Assistance: ‘No-Fly Zone …

    www.twf.org/News/Y2011/0308- Oil.html Mar 8, 2011 – While others clamor for a no-fly zone over Libya , the Libyan rebels’ themselves … Gulf Cooperation Council demands that the UN Security Council take all …. Attempted Coup d’Etat in Libya ?, » globalresearch .ca, March 7, 2011 … 

  9. SUSAN LINDAUER: LIBYA’S BLOOD FOR OIL: THE VAMPIRE WAR …

    news-now.org/2011/…/susan- lindauer- libya ‘s-blood-oil- vampire-wa… Apr 2, 2011 – And of course the United Nations forced Gadhaffi to hand over two Libyan …. Chossudovsky at the Global ResearchCentre are must reading: … 

  10. Bay of Pigs in Libya : Imperialist Aggression Shreds UNCharter …

    www.projectworldawareness.com/ …/bay-of-pigs-in- libya – imperialist… -Mar 24, 2011 – Global Research , March 22, 2011 On March 19, US and British cruise … Libya had responded to the UNvote by declaring a cease-fire, but

Media disinformation in West

 

 

Who is Gaddafi?

A Story about Libya, the Great Man Made River, Psy-Op, and the use of Media. Audio only 25 minutes

 

 

 

We must cry to think that our tax dollars are paying to destroy other countries so we can steal their resources and enjoy the comfort of ignoring what we have done. 

In destroying Libya’s water infrastructure and even their water pipe factory, we can see the plan in Libya was to create a completely traumatized impoverished populace, dependent on NATO.  More than that, in destroying archaeological sites, NATO= USA wants the cultural identity of the native people to be erased. Sovereignty must be destroyed in an oil colony. 

But since we in the West will never hear what is really happening in Libya, we taxpayers now have 
« plausible deniability » .  With orchestrated controlled disinformation by  mainstream media, our tax money can now go to crimes against humanity.  We must do more than weep now.  We must turn this around by educating our neighbors. » – Ray Songtree     

Looming Tragedy: Vision of the “New Libya” 
http://www.globalresearch.ca/ index.php?context=va&aid=26353   Sept 3 2011 

excerpts below 

« Queues of cars now wait for petrol in another oil rich country; other queues form, carrying containers for water. The multibillion dollar  development of Libya’s vast underground aquifers had been dubbed the “eighth wonder of the world. Libya`s water supply infrastructure has been been systematically bombed throughout the country. 

Shops are without food. 

The all is: “absolute disaster”, according to an eminent legal observer, very familiar with the country. 

And with electricity largely off, those seeking knowledge as to whether friends and relatives are alive, injured, fled, dead, find internet, and phones dead.

As the terribly injured overwhelm hospitals, many are bombed, damaged or without power and pharmaceuticals. 

No power: no incubators, life support machines or surgery. 

Another country with a modern, developed infrastructure reduced to a pre-industrial age – with the rebuilding contracts reportedly already being divvied out – in the West….

A number of lunches later, on the 23rd August, NATO spokeswoman, Oana Lungesco, re-affirmed their “mandate to protect civilians.” 

How this squares with hitting: “over five thousand [official figures] legitimate targets [in a] 24/7 operation [with] over twenty thousand sorties”, is confusing. 

The actual number of strikes has not been reported. Its in the tens of thousands. 

Equally so is how destruction of services essential to maintaining life, State institutions, schools, hospitals, archeological sites and treasures, attacking of all which is illegal under swathes of international law, are included in this “legitimacy.”

By September 1st, NATO operations from 31st March had reached: “a total of 21,090, including 7,920 strike sorties.”….. 

“The international community will be watching and supporting” Libya, said Secretary of State, Hillary Clinton, adding requirements to the new Libyan constitution. There is a “clear road map to democracy.” Afghan and Iraqi puppets, now joined by Libyan ones.

When it comes to the rebuilding of Libya, “investors can’t call the tune”, was one theme, it must be “Libyan led.” 

UK Foreign Secretary William Hague blew that lie. Britain, he said: “would not be left behind.” Much focus was on rebuilding the oil industry. Heaven forbid that too, follows the Iraq model, with the bereaved, dispossessed and invaded blowing up the pipelines – and contractors…..

“30 April 2011: The bombing of the Downs Syndrome School in Tripoli

30 April 2011: The bombing of a Gaddafi residence, murdering Saif Gaddafi, his friend and 3 Gaddafi children.

13 May 2011: The murder of 11 Muslim Imams in Brega. 

12 June 2011: The bombing of the University of Tripoli. Death toll not yet established.

22 July 2011: The bombing of the Great Man made Waterway irrigation system, which supplies most Libyans with their drinking water.

23 July 2011: The bombing of the factory which makes the pipes for the water system, and the murder of 6 of its employees.

8th August 2011: The bombing of the Hospital at Zliten. Resulting in the murder of a minimum, of 50 human beings, many of them children. The bombing of hospitals is against all international laws, and a most grievous crime.

9 August 2011: The bombing of the village of Majer, resulting in the murder of 85 civilians. 33 Children, 32 women and 20 men.

The persistent ongoing bombing of the civilian population in Zliten and Tripoli, death toll not yet established.

David Cameron has admitted that UK special services have assisted the terrorists on the ground, in defiance of the UN mandate.”

Today, Cameron has gone further, admitting that British forces played a: “key role.”

¤ Morgellons: Maladie mystérieuse avec fibres indestructibles en prime

Classé dans : Chemtrails et pluies de fils/fibres/etc... — uriniglirimirnaglu @ 2 : 32

MARDI 18 OCTOBRE 2011

sur : http://rlqqnl.blogspot.com/2011/10/maladie-des-morgellons-maladie.html

 

¤ Morgellons: Maladie mystérieuse avec fibres indestructibles en prime dans Chemtrails et pluies de fils/fibres/etc... 20111017-232919-g

WOW!!!!  Une première dans un journal purement québécois.   Le problème, c’est qu’ils ont les yeux fermés bien dur.  Ils ne mentionnent aucunement les chemtrails. Maudit, qu’ils sont niaiseux! 


Lolo


TVA nouvelles   2011/10/17/ 23 :29 :19


Une mystérieuse maladie de la peau, aux symptômes semblant sortir tout droit d’un film d’horreur, plonge des milliers de personnes dans un cauchemar auquel les scientifiques ne semblent être en mesure de mettre fin.


Répertorier au Canada, aux États-Unis, en Australie et en Europe, la maladie des Morgellons se distingue par des symptômes peu habituels.


Ainsi, la personne atteinte aura la sensation d’avoir des insectes ou des vers qui rampent sous sa peau, des éruptions cutanées qui démangent et qui laissent des lésions importantes, en plus de problèmes de mémoire et de concentration.


À cela s’ajoute l’éruption de mystérieuses fibres qui sortent du corps. Ces bouts de fils, qui ont fait l’objet d’études à l’Université de l’Oklahoma, mystifient les experts.


En effet, ces derniers ne sont pas parvenus à établir une correspondance avec les 800 fibres textiles qui sont commercialisées ou les 85 000 composés organiques connus.


Ces fibres, qui sont rouges, bleues et noires, luisent sous les ultraviolets et sont d’une résistance déconcertante : même après avoir été chauffée à 600 degrés Celsius, elles ne brûlent pas.


La communauté scientifique demeure perplexe et plusieurs pensent qu’il s’agit d’un délire de parasitose.


Mais des associations de malades ont vu le jour, notamment au Canada, et veulent des réponses claires.


C’est le cas de la chanteuse et artiste-peintre Joni Mitchell qui en est atteinte.


Si bien qu’aux États-Unis, le Center for Disease Control a mis sur pied un groupe d’experts pour enquêter sur ce syndrome affolant.


Une maladie qui, aux yeux de bien des médecins, n’existe que dans la tête des malades.


***


 Oui, tu as bien raison. Ils sont niaiseux. Et c’est le moins qu’on puisse dire. Maintenant   qu’ils parlent d’une maladie é p o u v a n t a b l e (mais il y en plusieurs autres, la sclérose en plaques, notamment), ne t’en fais pas, ils vont bien finir par être obligés de se mettre la tête dedans. Et de prononcer enfin le mot maudit:CHEMTRAILS (Lire en français: traînées chimiques).  Merci. 

May 
***
N.B. Les deux liens ci-dessous ont été supprimés par TVA nouvelles
http://tvanouvelles.ca/lcn/lebuzz/archives/2011/10/20111017-232919.html

Mystérieuses fibres qui sortent du corps: maladie ou…

Dernière mise à jour:  3 novembre 2011

Mais l’un d’entre eux a été retracé grâce à  Jaba

Merci Jaba pour ce lien devenu si précieux … !!! 
Je ne crois pas que nous allons le perdre, cette fois-ci. 
May
 

21 commentaire(s):

Lolo a dit…

Je leur ai finalement envoyé ton petit texte sur les chemtrails afin d’éclairer leurs lanternes en mentionnant que peut-être il y avait un certain rapport.
J’espère qu’il va y avoir un journaliste parmi les milliers qui va s’ouvrir les yeux.

18 octobre 2011 09:56
May West a dit…

Une vraie Lucky Luke …! 
Tu tires plus vite que ton ombre. 
Wow! 

May

18 octobre 2011 10:41
Anonyme a dit…

Tous les articles qui portaient sur ce sujets ne sont plus aucunement accessibles et ont été retirés?? Bizarre!

Cath

18 octobre 2011 15:11
Anonyme a dit…

maintenant les liens suivants n’existent plys:

http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5igbUQzdKO-I0ubuSC71_y-YozAHw

http://tvanouvelles.ca/lcn/lebuzz/archives/2011/10/20111017-232919.html

http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/actualites/sante/archives/2011/10/20111018-020737.html

Pourquoi tous effacés? Câlisse.

18 octobre 2011 17:02
Anonyme a dit…

j`ai bien l`impression qu`il nous cachent plusieur choses c`est temps çi!!

18 octobre 2011 18:57
Lolo a dit…

Ben oui maudite marde, il ne reste que le lien http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5igbUQzdKO-I0ubuSC71_y-YozAHw.

Tu parles d’une affaire, pour moi ils ont eu vraiment peur des retombés gouvernementales vu que c’est top-secret. Avec tous les internautes qu’ils leur donnaient des informations, ils ont dû s’apercevoir que le sujet était assez corsé.
Je suis certaine que je ne suis pas la seule qui a écrit un commentaire en les référant aux chemtrails.

18 octobre 2011 18:58
Anonyme a dit…

ca peu venir d’une autre planete, sa résiste a nos métodes de désinfection.

18 octobre 2011 19:53
Anonyme a dit…

Pour Tva a retiré les nouvelles qui en parlent ??? C’est vraiment louche ! :O On a été modifié génétiquement par des extra terrestres qui veulent nous coloniser !!!!!!!!!

18 octobre 2011 20:18
Anonyme a dit…

mon ami à reçu un météorite sur ses terre et dit que dans certain morceaux de celui-ci avait des petits (insectes) avec des oeufs qui résiste aussi a la chaleur (torche propane).. avec tout les météorite qui tombent c`est temps çi, cette maladie arriverais peut-être de là!!???

18 octobre 2011 21:20
Katryn a dit…

Je suis allée sur TVA nouvelle et TVA Trois-Rivières (sur Facebook) pour parler de leur reportage qui a mystérieusement disparu sur la mystérieuse maladie ! Allez-y tous pour que ca ne passe pas dans le beurre c’est trop louche tout ça ! :)

19 octobre 2011 10:19
Anonyme a dit…

C’est à cause du vaccin H1N1 !!!!!!!!!!!

19 octobre 2011 11:23
Anonyme a dit…

J’aime bien comment tu reproche aux gouvernements de cacher des choses et qu’en même temps tu supprimes les commentaires qui ne te plaisent pas…

19 octobre 2011 12:01
Lolo a dit…

Voici le commentaire que j’ai envoyé à TVA hier matin.
Bonjour,
Suite à votre reportage Maladie des Morgellons
Maladie mystérieuse avec fibres indestructibles en prime

Je me permets de vous envoyer quelques sites qui pourraient peut-être éclairer vos lanternes.

J’imagine que vous connaissez l’existence des «chemtrails», ces traînées de fumée blanche rejetées par des avions modifiés, partout dans le monde à diverses altitudes et cela depuis des décennies. Sans oublier, aussi et surtout, dans toutes les régions du Québec dès qu’on lève la tête vers ciel, comme encore presque chaque jour à Rosemère, dans le comté des Laurentides … ! 

Alors voilà. Jusqu’à aujourd’hui, on en parlait peu. Le mot est-il même dans les dictionnaires? 
Mais heureusement qu’on commence à le trouver de plus en plus sur Internet! 

Mais quel diable se cache donc dans les détails, les médias officiels, eux, ignorent ou feignent d’ignorer depuis toujours le sujet? Mystère! 

Cependant deux questions qui tuent se posent : 
Qui a décidé de cela?
Et dans quel but? 

On ne veut pas créer un climat de panique, mais à tout le moins informer la population de la chose et invitant les gens à regarder plus souvent vers le ciel, de sorte qu’ils soient sensibilisés à ce mystère et cherchent à en connaître davantage. 

Oui, à notre avis il serait important que l’on s’intéresse au dossier.

Ne serait-ce que de commencer à dépouiller – mine de rien – le terme «chemtrails» de ses noirs secrets.
Voici quelques liens : 

http://dai.ly/pZ9CBq

http://dai.ly/h1Ib7x

http://actu-chemtrails.over-blog.com/

http://realinfos.wordpress.com/2011/02/10/chemtrails-et-morgellons-du-nouveau/

19 octobre 2011 14:18
May West a dit…

D’abord, j’aimerais te remercier, Lolo, d’avoir porté à mon attention ce buzz sur la maladie des Morgellons qu’on relie de près ou de loin à l’épandage des traînées chimiques. 

Et que TVA nouvelles ait pris la décision de supprimer ses propres informations, écrites et télévisuelles, comme toi et plusieurs autres personnes ici, moi aussi je trouve ça très étrange. 

Mais qu’on le veuille ou non, les chemtrails existent et sont bien réels, car on les voit à l’oeil nu partout au-dessus de nos têtes, non seulement dans plusieurs régions du Québec, mais partout dans le monde. Et inutile de dire que c’est ce qu’ils contiennent et nous tombent dessus, sur nous-mêmes, nos plantes, nos forêts, nos sols, nos animaux, etc, qui nous inquiète.

Bref, toute cette saga des Morgellons sur TVA nouvelles et aussitôt lâchement étouffée m’amène à regretter une chose. Que personne n’y ait pensé avant aujourd’hui, puisque que le sujet des chemtrails et leurs noirs secrets auraient dû faire partie des causes importantes à défendre, par les Indignés sans cause précise lors de la manifestation Occupons Montréal, samedi dernier. 

À mon avis, il s’agit d’une question de survie pour l’humanité aussi importante sinon plus que la crise économique mondiale. 

Tout cela étant dit, hélas! ce sujet-là est tellement tabou actuellement que plus on cherche à connaître l’heure juste, plus on nous rejette dans la fosse aux conspirations. 

Mais ne perdons pas espoir et continuons le débat. 

May

19 octobre 2011 19:11
Dji a dit…

Ma mere m’en a parlée ce soir et suite a son « délire » (elle regardait la télé seule pendant que mon pere dormait sur son fauteuil juste à côté) je croyais qu’elle avait rêvée mais suite a mes recherches toutes les sources de cette nouvelle viennent de… (suspence)Quebecor Media (qui a vraiment « wipé » le web de toutes traces de cette nouvelle.
Un gros merci a votre équipe pour garder la nouvelle en vie dû au retrait du groupe Quebecor Media

19 octobre 2011 22:43
elle_20 a dit…

Domage cette histoire risque de tomber dans l’oubli… Vous souvenez-vous de ces animaux qui mourraient par milier il y a quelques mois? Tombr dans l’oubli et oui! La même choses se fera ici malheusement… J’ai écris sur la page de TVA hier dans la section votre avis…Aucune réponse… en plus, lorsqu je postais le lien du reportage il se supprimais presque instatanément… ont me prend presque pour une folle d’avoir vue ca, (sur tva canoé la presse etc) parceque nulle part sur les sites de nouvelles ont le mentionne…

20 octobre 2011 18:36
May West a dit…

À vous deux, elle_20 et Dji, et à toutes les autres personnes qui nous ont visitées ces derniers jours, oui, vous avez raison, c’est très probable que cette affaire finisse dans la poubelle de l’Histoire. 

Mais l’aspect positif toutefois est porteur d’espoir. Vous avez appris certaines choses que vous ignoriez peut-être avant, et pas seulement à propos de la maladie des Morgellons, dont je soupçonne TVA d’avoir voulu verser dans le spectaculaire avec ce coup-là, mais aussi et surtout à propos des chemtrails. À mon sens, ils ont commencé à l’envers. Ils auraient dû parler des chemtrails d’abord. 

Par contre, cela vous amènera, j’en suis certaine, à regarder le ciel au-dessus de vos têtes plus souvent et à vérifier par vous-mêmes ce que ma soeur et moi-même ont voulu vous faire comprendre à travers toute cette saga. Et que cela vous pousse à en connaître davantage sur le sujet, sera notre récompense. 

Merci d’être là. On apprécie beaucoup.

May

20 octobre 2011 19:51
Patrice Bélanger a dit…

J’ai cette maladie, les fibres brûles et cette maladie ne vient pas directement des chemtrails mais du fait que ces épandages qui en passant servent pour rendre l’air conductible pour le radar militaire 3D de l’armée, aseptisent l’air qui la rende sujette a développer ce genre de super champignon. Le problème est suvent causé par un parasite qui attaque l’humain nouvellement, la douve du foie, additionné par une piqure de tique. Tout ceci amène le foie a ne plus tenir le PH de la peau de façon optimale et ce genre de fibre surgit. On retrouve comme responsable la chlamydia pneumonique, la babesiose et la Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme). Comme au Canada le cartel phamaceutique est trop fort, ils préfère faire ce genre de propagande pour ne pas traiter les gens convenablement préférant vendre des crèmes comme A-Derma a l’infini a ces patients qui est plus payants aux médecins commissionnaires et ces compagnies quand ce n’est pas pour faire passer les patients pour fou… Les tests de médecines conventionnelles ne détecte aucune de ces maladies, ni plus que le test de lyme utilisé au canada…

22 octobre 2011 12:41
Anonyme a dit…

je suis bouche B . j’aurais bien aimé voir la vidéo de TVA. mais je suis tombé sur ça sur YouTube http://www.youtube.com/watch?v=uGNyHLv-xyg , on vois que c’est bizar

24 octobre 2011 18:58
henri weemaels a dit…

Ola,
Oui le morgellon est une maladie très controversé mais bien réelle.
Moi aussi j’en souffre comme Patrice depuis plus de 7 ans. C’est mon épouse qui a été contaminée. Les problémes de santé physique et mentale peuvent être énormes avec cette saloperie. Elle améne une quadruple infection : bactéries , virus , fungus et insectes. Ces organismes « normalement » n’ infectent pas l’ humain.
A ce jour , il n’y a aucun moyen de savoir ni d’où elle vient ni comment elle se propage. Il y aurait transformation de l’adn ( via agrobactérium) Autrement dit : une belle merde. Et dire que la médecine traditionnelle refuse de considérer cette maladie comme réelle…simplement car quand ils cherchent avec leurs méthodes habituelles , ils ne trouvent rien d’anormal…. et donc « c’est dans votre tête mr, mme !
Savent ils le mal qu’ils font ainsi par leur manque de d’éthique, de compétences, d’intéret, de compassion ?
Les personnes atteintes du morgellon ont tous la même histoire : incompréhension et rejet par la médecine, souffrances physiques et psychiques , isolement et chute sociale, difficultés avec l’entourage pouvant aller jusqu’a la rupture… 
Merci pour votre article et bonne route à vous tous.

26 octobre 2011 05:13

Jaba a dit…

http://conxientia.fr/non-classe/morgellon-joni-mitchell-tva-censure-5130


;)

3 novembre 2011 06:23

7 août 2011

11 septembre : à la lumière du dossier SPS le mystère s’épaissit

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 20 : 54

Article publié par par joelim samedi 30 juillet 2011 sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/11-septembre-a-la-lumiere-du-98302

Sur le 11/9 je suis sceptique. Pas viscéralement non, car j’admets les preuves matérielles (authentifiables). Mais sur le 11/9, ne voyant pas de preuve matérielle suffisante dans un sens ou dans l’autre, je suis pleinement sceptique. J’estime malgré tout que la version officielle est fausse avec une probabilité proche des 90 %. Pour les démolitions contrôlées ça descend à près de 70 %. Si vous voulez connaître vos propres estimations demandez-vous ce que serait votre choix si votre vie était en jeu… VO ou pas VO ?… DC ou pas DC ? Si vous dites 100% dans un sens ou dans l’autre, c’est que vous êtes convaincus et alors attention au piège d’oublier d’examiner aussi les arguments adverses.

Il y en a qui sont à 100% chez les pro-VOs. En fait, la plupart des pro-VOs (tels qu’on les lit) sont dans ce cadre-là. Un truc est « VO » ? C’est bon on le défend bec et ongles. Pas « VO » ? Alors on le voue aux gémonies. Je dirais que ce type de comportement est assez caractéristique des enseignements technico-religieux qui existaient avant la science et qu’on appelle la scolastique. La corrélation est en effet facile à voir entre d’une part la scolastique, utile à l’époque moyen-âgeuse (faute de mieux certes) mais imprégnant l’enseignement de considérations religieuses, et le nouveau militantisme de la VO qui consiste à la défendre sans s’intéresser outre mesure à l’argumentation, qui est pourtant un excellent outil d’élucidation des faits.

Ce qui donne parfois des discussions picaresques qui ressemblent à :  

— (anti-VO) Je constate que A. Peut-être que B ?

— (pro-VO) Arrête de dire C ! Tu ne vois pas que D ? 

avec bien sûr C ≠ A , et D sans aucune espèce d’importance ou même de réalisme ! Du moins pour l’anti-VO, le pro pensant l’inverse… Bref la discussion n’est pas facile je dirais même qu’elle n’est pas du tout productive. Je défie de trouver quelque part un seul consensus important. En soi cela donne une indication sur la sorte d’enjeu : au moins une « équipe » n’a pas du tout intérêt à composer avec l’autre.

Et puis il y a les incrédules de la version officielle. Les sceptiques. Ceux qui se font conspuer tous les jours par les plus virulents debunkers qui ne les nomment guère plus que « conspirationnistes » ou « trouffeurs ». L’association Reopen911 recevant un traitement spécial « scatologiquement correct » avec l’imaginatif « raie aux pennes » brainstormisé sur le fil HFR du sujet. Bizarrement les injures viennent quasi-toutes des partisans de la VO. C’est aussi une indication de militantisme, en plus d’être basé sur des textes précis (rapport de la commission d’enquête, du NIST, etc.) qui ne sont malheureusement pas spécialement scientifiques, du fait que les éléments essentiels que sont les modèles de simulation de ruine des WTCs ne sont pas publiés, le secret défense étant invoqué (!). Cela comment dirais-je ruine leur argumentation puisque rendent leurs conclusions scientifiquement invérifiables (il y a quelque chose de particulièrement comique à ce sujet dans cette revue vous allez voir…).

Du côté des incrédules donc je ne pense pas me tromper en disant qu’on observe en face une rhétorique officielle qui semble ontologiquement structurée comme une scolastique telle que celle du moyen âge, époque où connaissance et religieux n’étaient pas encore des disciplines séparées. Les incrédules eux, s’intéressent aux arguments et notamment à ceux des debunkers, afin d’améliorer leur propre argumentation et interprétation de la réalité observée.


11 septembre : à la lumière du dossier SPS le mystère s’épaissit dans Politique/Societe pointdinterrogation-c9ba7

Mais les officialistes (les partisans de la VO) disent qu’ils ont la science avec eux. Et que nous n’avons donc plus qu’à nous taire, nous et nos argumentations, manifestement pénibles voire insupportables à leurs yeux. Mais le discours de la VO — et oui, il n’y en a qu’un, on peut le dire — est-il aussi rigoureux qu’ils le prétendent ? 

Et bien on va pouvoir le vérifier suite à la récente publication de SPS (Science-et-Pseudo-sciences) sur le 11 septembre 2001. Ou plutôt sur les « conspirationnistes », qui semblent la grande préoccupation de l’ouvrage, le thème apparaissant tout au long de la revue. En résumé : comment les conspirationnistes peuvent penser ce qu’ils pensent, comment ils sont dans le religieux, etc. etc. Alors que chacun a un scénario spécifique différent des autres truthers : vous parlez d’une drôle de religion… Comme si c’était nous qui étions accrochés à des textes sacrés, LOL, m’enfin quoi…

Quant au terme « conspirationniste », c’est un outil rhétorique de la nov-langue des tenants de la VO qui signifie « incrédule » tout en véhiculant — c’est là l’astuce — une connotation très négative. Alors que la dénomination elle-même est erronée, puisque la version officielle nécessite aussi un complot. De plus on peut rejeter la vraisemblance de la VO sans accuser le gouvernement étasunien (de l’époque). 

C’est d’ailleurs ce qu’on va faire maintenant, grâce au dossier de SPS. En effet deux informations particulièrement intéressantes (il y en a peut-être d’autres) sont contenues dans la revues et qui sont nettement en défaveur de la VO !… Etrange pour une revue totalement orientée en faveur de la VO ? Pas du tout, cela s’explique par les universitaires qui y participent et qui, eux, contrairement aux militants de la VO, se permettent de raisonner en dehors des limites de la « Vox Officialis ». Le raisonnement hypotético-déductif est ce qu’ils pratiquent, ce sont des scientifiques, et il faut espérer que l’éditeur de la revue (et qui vient de produire un article récemment sur le sujet) ne leur en voudra pas trop de leurs « débordements »…

Et oui, la science nécessite la réflexion par soi-même, ainsi que la vérification. Et surtout pas la croyance en des rapports présentant des affirmations dont les tenants ne sont pas publiés, comme les paramètres de calcul de ruine des tours jumelles selon le scénario proposé.

J’ai lu en détail une bonne moitié de ce dossier en juin en l’annotant précisément afin de vérifier la cohérence du discours, uniquement en appliquant le sens commun, n’étant pas spécialiste. Mais cela comme vous allez le voir le sens commun suffit à se faire une idée précise de l’absence de cohérence de la VO, en tout cas telle qu’elle nous est contée ici. D’où le titre de l’article, « le mystère s’épaissit » malgré la « lumière » apportée par l’ouvrage. Et puis j’ai rédigé des critiques, en remettant à plus tard pour l’examen des articles délaissés. C’est pour ça que je ne publie que maintenant. Je n’avais pas envie de m’y remettre, mais une fois lancé c’est bon, j’ai lu le reste et rédigé mes commentaires. Il le fallait bien, les debunkers français se montrant fiers de cette étude, il était donc nécessaire de recadrer un peu en tentant de leur expliquer en quoi le contenu de ce fascicule est en net défaveur de la version officielle (voir le résumé à la fin pour quelque chose de précis), et cela malgré les intentions de l’éditeur, ce qui est un met fin pour ceux qui comme moi apprécient de regarder le comportement souvent plein d’exagération et de raccourcis des tenants de la version officielle.

Sur l’analyse que je fais je pense que je ne me trompe guère. De toute manière si je me suis trompé sur quelque chose quelqu’un ne manquera pas de pointer mon erreur. Et je la reconnaitrai si l’argument tient, car l’important est de mettre-à-jour ses convictions en fonction de discussions ouvertes incluant le point de vue étayé des autres. Si j’avais un seul conseil à donner à ceux qui s’intéressent à cette affaire c’est celui-là : étudiez les arguments des « pour » et des « contre » et pas uniquement ceux de l’un ou ceux l’autre. Confrontez vos idées à celles qui sont concurrentes, plutôt que chercher à les conforter. A moins que vous préfériez la croyance mais alors je ne peux rien pour vous…

Analyse du dossier de SPS

Je commence par l’information la plus utile que j’y ai trouvé

J’ai appris une chose que je ne savais pas sur le WTC7. Je cite (c’est moi qui souligne) :

(p43-44) Il a été ainsi constaté qu’il y a eu des incendies aux étages 19, 22, 29 et 30, mais ils étaient éteints au moins 3 heures avant l’effondrement de la WTC 7. En revanche, aux environs de 16h-17h des incendies ont été observés aux étages 7, 8, 9 11, 12, 13 et 14 (non occupés).  [...]  Pour le 8e étage, il a été nécessaire de considérer un autre démarrage de feu pour retrouver une propagation de l’incendie du côté nord, entre 15h et 16h 40, conforme à la situation constatée.

wtc-dd04e dans Politique/Societe

Bon, on peut en conclure que ce deuxième départ de feu n’est pas lié aux débris du WTC1. En effet il n’est guère envisageable que le feu ait couvé de 10h28 (heure de l’effondrement du WTC1) jusqu’à 15h avant de se déclarer. Difficile aussi d’envisager un court-circuit — l’électricité ayant dû être coupée — ou un transfert de l’incendie du 19ème vers le 7ème étage : même par une cage d’ascenseur, les portes d’ascenseur du 7e étage, normalement intactes et fermées avant 15h, ne permettant pas à des débris enflammés de traverser.

Dans ces conditions, il est très surprenant que l’hypothèse d’un incendie criminel soit autant occultée. D’autant plus que la SEC occupait les étages 11 à 13. On peut donc affirmer sans aucun doute qu’un incendie aux causes inconnues a pris autour et dans les bureaux de la SEC, causant apparemment l’effondrement du bâtiment (rupture des planchers entre les niveaux 7 et 14, p46). Les volumineux documents papiers de nombreuses enquêtes ont ironiquement contribué à ce désastre. Quelqu’un qui savait ce qui allait se passer et qui avait des documents compromettants stockés au WTC7 n’avait qu’à déclencher un incendie à distance pour être libéré de ses soucis… D’après les estimations il y avait entre 3000 et 4000 dossiers, dont certains — les plus confidentiels — sous forme papier, sans sauvegarde (1). Le crime parfait !

Passons aux articles un-à-uns et dans l’ordre (y compris quelques encarts), pour lesquels je présente ce qui m’a interloqué

Commençons par l’édito

L’édito affirme que les thèses « conspirationnistes » postulent une « gigantesque manipulation ». Pourquoi gigantesque ? Cette exagération est fort peu sérieuse, puisqu’à la limite une personne est suffisante : celle qui aurait provoqué l’incendie au 7e étage du WTC7, sans avoir même besoin de démolition contrôlée. Et même en cas de DC avec auto-guidage des avions, il est facile de voir que plusieurs dizaines de personnes suffisent (quelques équipes techniques), et qu’il est facile de museler leur liberté d’expression (recrutés par exemple chez des militants néo-conservateurs affirmés qui en plus deviennent complices). Le mauvais argument est martelé à nouveau page 83 où il est affirmé que cette « mise-en-scène machiavélique » (encore une qualification peu objective), demanderait une « série de complicités et de corruptions quasi-infinies ». Rien que ça… J’avais lu qu’il était évoqué la nécessité de milliers de complices, c’était déjà peu sérieux puisque les services opérationnels notamment de l’armée ont évidemment fait ce qu’ils avaient à faire avec les outils qu’on leur a donné, sans que des complicités d’exécutants aient été nécessaires. Maintenant il semble que pour eux la mise-en-cause de la version officielle nécessiterait une quasi-infinité de complicités et corruptions. J’appréhende leur prochaine évaluation, j’espère qu’ils n’iront tout de même pas jusqu’à l’infinité mathématique, ce qui dépasserait en efficacité la rhétorique marseillaise de la sardine qui bouche le port de Marseille…

Toujours dans l’édito, à partir de l’idée de la nécessité d’argumenter scientifiquement pour soutenir notre supposée idéologie, le mouvement pour la réouverture d’une enquête est comparé au mouvement créationniste essayant de réfuter la théorie darwinienne de l’évolution. Procédé fumeux puisque la théorie officielle du 11/9 n’a rien à voir avec celle de Darwin qui elle est cohérente, acceptée et conforme aux faits. De plus ce procès d’intention est spécieux : est-ce-à-dire que chercher des arguments scientifiques revient à conforter une idéologie ? C’est un peu pseudo-scientifique comme approche… On nage dans la subjectivité, d’ailleurs l’inverse de l’allégation peut fort bien être vraie : l’idéologie liée à l’amour de l’Amérique a pu pousser les debunkers à manipuler l’argumentation scientifique. Je pense que c’est plutôt ça, mais ça ne me viendrait pas à l’idée de le présenter comme argument.

Fin de l’édito : les théories complotistes ne résisteraient pas aux faits établis et reposent sur une volonté de croire qui font écho au fonctionnement des pseudo-sciences… Toujours ce raisonnement par amalgame, dont l’inconsistance est facile à prouver : ce sont les debunkers qui reprochent aux sceptiques de trop examiner les détails, pas l’inverse. Or que sont les détails, sinon des faits ? On s’aperçoit donc à travers cet édito que des techniques de décrédibilisation à base d’amalgames et de présentations baisées des faits sont utilisées. Ce qui semble assez courant dans les publications de l’AFIS (2). 

L’encart de Jean Bricmont intitulé « Vérité et plausibilité »

Pas piqué des vers non plus : « Tout le problème des conspirations est celui de leur plausibilité à priori. Imaginer que tout a été manigancé de l’intérieur et qu’on a inventé des terroristes saoudiens n’est simplement pas crédible. »

Vous avez bien lu, il considère que dans la version conspirationniste il est nécessaire que les terroristes n’existent pas ! S’il n’arrive pas à imaginer que le scénario d’un complot puisse être compatible avec de réels terroristes saoudiens, pourquoi nous fait-il l’honneur de son auguste réflexion, si éloignée de la « vérité et plausibilité » qu’il a choisi pour titre ? C’est très amusant.

Puis : « dans le [cas d']une conspiration due à un petit nombre d’individus félons, on doit supposer une incompétence inouïe du reste de l’appareil d’Etat. »

Mais non, c’est exactement l’inverse ! C’est la VO qui suppose une incompétence inouïe, vis-à-vis de terroristes seulement armés de cutters. Si on rejette la VO, l’appareil d’Etat a tout simplement fait ce qu’il était programmé pour faire. Il suffisait à haut niveau de rendre inefficace la réaction aux attentats, ce qui fut éventuellement fait de façon parfaitement efficace avec les exercices du jour. Par ailleurs, les petites mains de cet appareil d’Etat, culpabilisée de leur manque d’efficacité, ne sont guère en situation de douter publiquement de la probité de leur hiérarchie. Bien que certains le fassent, à leur risque pour leur carrière.

Un argument consistant quand même : « comment imaginer que des milliers de conspirationnistes découvrent les ficelles du complot, tout en étant assis derrière leur ordinateur, mais que le FBI en soit incapable (à moins de revenir à l’idée d’une méga-conspiration impliquant aussi l’essentiel du FBI) ? »

N’oublions pas que les structures hiérarchiques fonctionnent de façon à ce que les exécutants obéissent, sans mettre en cause les ordres d’en haut. On a pu le voir avec la non-investigation sur Atta avant les attentats alors qu’il y avait de sérieux doutes de ses instructeurs aéronautiques, qui furent transmis au FBI, qui n’a pas donné suite. Au FBI ce sont des gens comme tout le monde : il y en a qui ne doutent pas, mais sûrement aussi qui doutent (pour qui évidemment il serait risqué professionnellement de le dire ouvertement). Ces derniers sont-ils plus informés que l’internaute passionné ou plus intelligents que la moyenne ? Il n’y a pas de raison de le croire. Donc l’argument est faible. D’autant que les sceptiques n’ont pas « découvert les ficelles du complot », ils refusent d’avaler les incohérences de la VO, nuance. La plupart du temps, faute d’information, sans adopter de scénario figé. Est-ce si dur à comprendre ? On le dirait. Etonnant.

Ensuite, un couplet sur la supériorité des preuves matérielles sur les arguments du type « il est impossible que cela se soit passé selon le scénario avancé ». Argument spécieux : dans un raisonnement rigoureux il ne faut négliger ni les preuves ni les difficultés statistiques. Surtout quand les preuves matérielles sont loin d’être probantes.

L’article « Les théories conspirationnistes autour du 11 septembre »

Passons à l’article paru dans Skeptic : (p9) « Dans les démolitions contrôlées, les charges explosives affaiblissent ou brisent tous les points porteurs de la structure en même temps  ». Non seulement c’est faux (quand il faut orienter le sens d’écroulement) mais en plus il est stupide de supposer qu’une DC des tours doit forcément ressembler à une DC classique. Déjà, la hauteur inhabituelle des tours pourrait justifier d’une démolition démarrant à mi-hauteur. 

Mais il écrit : « quelles sont les chances pour que ceux qui ont planifié une démolition si compliquée soient capables de prévoir les endroits exacts où les avions viendraient heurter les tours ? »

Ce n’est pas sérieux, il n’est pas croyable qu’il n’ai pas entendu parler les possibilités d’auto-guidage des Boeing. Les debunkers ne seront guère convaincants s’ils s’intéressent aussi peu aux hypothèses des sceptiques. Celle-ci elle est hyper-connue, quand même. Ce n’est pas sérieux pour un article qui prétend s’intéresser aux théories dites conspirationnistes. A moins que ce soit pour éviter d’offrir cet élément de réflexion au lecteur ayant encore peu réfléchi à la question ?

L’article dit ensuite (p12) que « tous les étages du WTC ont été pleinement occupés jusqu’au 11 septembre », ce qui est faux, puis s’interroge sur comment la préparation des trois tours pour une DC a pu être faite sans que personne ne remarque rien. Il dit : « Imaginez ce que représente d’essayer d’installer furtivement des câbles et des bombes dans un bâtiment pendant que des milliers de gens travaillent dans les bureaux, utilisent les ascenseurs et s’acivent dans les couloirs — un tel scénario est extrêmement improbable. »

C’est là une des caractéristiques intéressantes de la pensée des debunkers. Sous prétexte de rigueur je suppose, ils réfléchissent à une DC classique et essaient de voir si c’est possible à préparer en catimini dans les tours. Ils n’envisagent pas par exemple que des commandes à distance puissent être utilisées (trop cher peut-être ?… il y a de l’indigence dans ce raisonnement). Ou que le matériel a pu être amené emballé dans des caisses, se faisant passer pour du matériel de travaux, sachant que les travaux dans ces tours vieillissantes étaient tout sauf inhabituels. Quant à parler de bombes, c’est méconnaître la seule façon efficace de mettre bas une structure métallique sauf à la démonter : cisailler les colonnes de métal. Et pour cela ce ne sont pas des bombes qui sont nécessaires, mais des produits plus discrets et plus faciles à poser. Quant à l’accès aux colonnes de soutien, il ne serait nécessaire que pour certains étages, principalement aux alentours des impacts (en supposant leur hauteur programmée par un auto-guidage des avions, qui est une technique maîtrisée depuis longtemps). Et ce ne serait pas trop difficile, voir par exemple le changement de revêtement anti-feu qui eut lieu quelques temps avant sur les 2 tours, à plusieurs étages étrangement proches des impacts (3).

Je relève aussi un biais d’information important, l’administration américaine ayant « engagé une guerre contre l’Irak sur la base d’indigents renseignements concernant des armes de destruction massive ». Non monsieur, les renseignements n’étaient pas indigents, ils étaient fabriqués, et au plus haut niveau de l’Etat. Ce n’est pas du tout la même chose. Il faut éviter de désinformer. Pourquoi le faites-vous ? L’article finit en relevant que « si l’Amérique était un Etat policier avec de si terribles secrets à protéger, les brutes au gouvernement auraient à coup sûr donné l’assaut aux salles de conférence et arrêté les dirigeants du mouvement ». Raisonnement indigent pour deux raisons : primo ce comportement révèlerait leur culpabilité, secundo il n’y a pas lieu d’amalgamer un complot possible au plus haut niveau de l’Etat en septembre 2001 et l’Etat tel qu’il est devenu quelques années après, avec d’autres responsables qui n’auraient aucune raison d’être dans la cabale.

L’encart de Noam Chomsky

Ce n’est un secret pour personne, Chomsky, qui se demande pourquoi ce débat est si bien toléré, a intellectuellement mal vieilli. Il pense que si c’était un sujet sensible cela provoquerait autre chose qu’il n’explicite pas. L’arrestation de tous les incrédules du 11/9 en prison ? Leur extermination ? Comme si cela serait productif pour ceux qui le feraient… Il semble qu’il ait définitivement abandonné le chemin de la cohérence. Ce qui l’inquiète finalement est qu’internet permet à n’importe quelle théorie d’être discutée. Les gens — les internautes quoi — ne semblent pas aptes à raisonner sainement pour lui, il semblerait qu’il faille déléguer cela à des experts, ouvrant ainsi la voie aux dogmes de type fondamentalisme religieux (où les « élus » disent aux autres ce qu’ils doivent penser), danger que paradoxalement il dénonce sur les théories apparaissant sur Internet. Le problème pour lui est que les gens trient l’information (pire, ils aiment ça), et que de plus en plus on s’aperçoit que les rumeurs les plus importantes sont distillées par les grands médias, l’information importante émergeant sur Internet. Par exemple, ceux qui se renseignent sur Internet savaient plusieurs semaines à l’avance que les réacteurs de Fukushima ont généré du corium dès mars. A la décharge de Chomsky, il a du recevoir énormément de courriels plus ou moins illuminés au sujet du 11/9, et on peut supposer que psychologiquement il ait fini par prendre le contre-pied à cela. Mais bon, il me fait penser à… Rocard.

L’article « Comment assure-t’on la sécurité des constructions ? »

Article intéressant. Un seu passage qui dénote : « Il n’est nul besoin d’évoquer des scénarios fantaisistes pour décrire ce qui s’est passé : les lois de la physique et celles de la résistance des matériaux sont telles que, après le choc d’une violence extrême d’un avion de ligne et l’incendie qui s’en est suivi, et l’absence de moyens de lutte anti-feu à l’échelle du problème, la seule question qui pouvait être posée était : pendant combien de temps les tours resteront-elles debout ? ».

Ça c’est facile à dire, une fois que les tours sont tombées… Si elles avaient tenu le coup, personne ne se serait posé la question. D’ailleurs tout le monde a été étonné qu’elles tombent. De plus les feux de bureau durent un temps limité (à un endroit), faute de combustible. On est donc dans le registre de la croyance : aucune autre question ne pouvait être posée, sans s’interroger sur les témoignages d’explosions et la vitesse d’écroulement des bâtiments ?

D’ailleurs rien n’est réglé, la VO étant au sujet des écroulements parfaitement incohérente comme on va le voir plus loin. Or le rasoir d’Occam qui est somme toute une heuristique « au doigt mouillé » ne peut s’appliquer si on ne fournit pas soi-même une version explicative cohérente.

D’ailleurs il est dit ensuite que les tours « étaient conçues pour résister à un défi majeur : l’action des vents de tempête ». l y avait donc une certaine rigidité grâce aux poutres (horizontales) reliant les colonnes du cœur en un réseau métallique. Cela ne plaide pas vraiment en faveur du flambement des colonnes de la version officielle, bien que ce ne soit pas impossible non plus (par rupture des rivets ?). Voir à ce sujet les interventions très intéressantes d’Edderon sur le fil d’HFR (http://forum.hardware.fr/forum2.php…).

Tout ce que j’aimerais c’est que le NIST publie ses modèles afin que le processus de vérification scientifique puisse s’opérer. Et puis j’aimerais bien que les tenants de la VO nous expliquent comment se fait exactement le passage du flambement des colonnes à leur rupture. Quelle était leur forme géométrique au moment précis de leur rupture ? Encore une explication manquante…

Article sur les effets du feu

La aussi, un article intéressant mais qui laisse échapper le même type de commentaire typique d’une méthode Coué : « A ce stade, la seule question était de savoir si le feu cesserait faute de combustible avant la chute des tours ». Il est facile de voir la fausseté de cette affirmation : des pompiers se trouvaient bel et bien dans le WTC2 quand la tour s’est écroulée, donc si c’était vrai pourquoi ne les a-t’on pas prévenus de sortir au plus vite ?

Puis, concernant les simulations d’impact, d’incendie et d’effet sur la structure : « Ces études ont été menées avec un soin remarquable, et ont permis de reconstituer l’essentiel des évènements du 11 septembre 2001  ». Mais comment sait-il qu’elles ont été effectuées avec un soin remarquable, alors que les paramètres de simulation sont secret-défense et ne peuvent donc pas être scientifiquement vérifiés par des pairs ? C’est de la poésie, pas de la science… Mais c’est vrai que l’affirmation prépare bien à la grosse galéjade que l’on va rencontrer dans l’article suivant, où les instants d’écroulement ont été calculés à la minute près pour chaque tour — selon la méthode du bonneteau peut-être… —.

Article sur l’effondrement des twin-towers

Celui de Matthys Levy parle d’une « étude indépendante et approfondie de la ruine », réalisée par le NIST en 2004. Cela est faux, le NIST n’est pas indépendant. C’est une agence du Département du Commerce des États-Unis. Donc directement aux ordres de l’exécutif. Et les scientifiques qui y travaillent ne font pas de la science objective qui peut être examinée par leurs pairs. En effet ils sont il me semble tenus à l’obligation de réserve, le NIST ne publie pas le détail des paramètres de ses simulations, qui sont pourtant ce sur quoi s’appuient leurs conclusions, ce qui ne permet pas un réel travail scientifique contradictoire. On peut facilement supposer qu’ils ont été tenus à argumenter uniquement dans le but d’essayer de prouver la version officielle, puisque c’est ainsi que la commission d’enquête sur ces attentats a fonctionné. C’est d’ailleurs le mode de fonctionnement typique des debunkers, tandis que les sceptiques sur le 11/9 me paraissent raisonner beaucoup plus objectivement, prenant en compte les arguments d’en face quand ceux-ci sont valables.

Autre contrevérité (p33-34) : le noyau des tours «  n’était pas prévu pour être aussi rigide que le périmètre des tours ». C’est faux, les noyaux étaient le principal soutien des tours, à l’aide bien sûr des colonnes de l’habillage. Comment un « ingénieur et scientifique  » peut-il écrire cela ? C’est grave, quand on pense qu’il « a dirigé une étude modélisant l’effondrement des tours jumelles ». Ce devait être une étude scolastique, plutôt que scientifique….

Il écrit (p35) : « L’exacte correspondance des poutres et colonnes détruites entre le modèle et les vidéos a démontré la pertinence du modèle pour prévoir les dégâts. C’est ainsi que les dommages intérieurs non visibles sur les vidéos, mais prédits par le modèle, ont été validés. » Comment peut-on affirmer cela sérieusement ? Imaginons qu’on tire au révolver sur un tronc d’arbre. Un modèle prédisant la forme du trou d’entrée, guère difficile à faire, sera-t’il forcément fiable pour décrire la trajectoire de la balle à l’intérieur du tronc ? Bien sûr que non. Cette méthode rend son modèle caduque.

D’ailleurs, aucun modèle sur un sujet aussi compliqué ne peut être très précis. Pourtant il affirme que son analyse numérique prédit un effondrement imminent 56 minutes après l’impact pour la tour 2, et 103 minutes après l’impact pour la tour 1. C’est épatant : ça correspond exactement aux durées respectives entre les impacts d’avions et les effondrements !!! Cela veut-il donc dire que son modèle est parfait et que c’est un scientifique extrêmement compétent ? Non. Cela signifie qu’il a ajusté divers paramètres pour obtenir ce résultat précis. Il n’y a donc aucune objectivité à son modèle, puisque son but était d’obtenir ces valeurs précises : il est facile d’obtenir le résultat désiré en jouant avec les paramètres d’un modèle complexe dont d’importants paramètres (comme l’état des cœurs des tours) sont inconnus. C’est carrément se moquer du monde.

Intéressant : contrairement à la majorité des debunkers, il admet que « le noyau central a cédé le premier, comme attesté par le mouvement vers le bas de l’antenne située sur le toit, 0,4 secondes avant l’effondrement global de la tour ». C’est aussi une conclusion de beaucoup de sceptiques. Et cela contredit le modèle classique des debunkers évoquant d’abord la rupture des planchers et de la façade. Serait-ce une évolution de la théorie officielle du « pancake », ou juste une divergence d’analyse ? En tout cas ce scénario semble poser de gros problèmes dans le passage entre le flambement (des colonnes internes) et leur rupture, en terme de symétrie constatée de l’effondrement (pour le WTC1) et de vitesse d’effondrement.

Article sur la démolition contrôlée

Article très intéressant, comme quoi il est utile que des universitaires participent à la discussion sur le 11 septembre. En effet c’est la première fois que je vois, dans une publication orientée en faveur de la VO, l’idée qu’une démolition classique (c-à-d de structure à base de béton armé) à l’explosif est un non-sens pour des structures verticales telles que les tours jumelles. Pourtant, et encore maintenant malgré qu’on ai tenté de leur expliquer les choses, les tenants de la VO du moins ceux qui discutent sur le fil d’HFR ressortent régulièrement qu’une DC est impossible parce que sinon on aurait entendu les explosifs, et puis ça n’aurait pas été discret de les poser. Or on ne peut rompre une colonne métallique avec de l’explosif (tout au plus la plier, ça sert pour démolir un pont métallique par exemple). A la place il y a un moyen bien plus discret : la découpe (chimique ou non) de sections de colonnes, lesquelles sont alors éjectées avec une très faible quantité d’explosif (comparé à l’autre scénario).

Certes les sceptiques évoquent les explosions, mais cela ne veut pas dire qu’ils pensent que les tours se sont écroulées à l’explosif. Sur ce point l’auteur se fourvoie un peu, disant que la thèse d’une DC est « tellement peu probable qu’elle en est ridicule. Il est vrai que toutes les structures, y compris celles réalisées en acier, peuvent être démolies à l’explosif. » 

Puis il est dit qu’un processus plus adapté dans ce cas est le démontage ou le découpage. On est bien d’accord, mais ce ne sont pas les sceptiques qu’il faut convaincre (ils ont déjà compris la possibilité) mais bien les tenants de la VO ! Redisons les choses : une DC de ce type de tour n’a de sens que par découpage (chimique par exemple) des poutres métalliques.

Malgré tout l’auteur, apparemment mal renseigné sur les idées en cours chez les sceptiques, continue par : « Examinons néanmoins cette hypothèse d’une démolition contrôlée à l’explosif du WTC (…) », alors qu’il sait — puisqu’il l’a dit — que la méthode n’est pas du tout adaptée au type de construction des tours.

Quant à la pose des explosifs, il dit : « Les va-et-vient occasionnés, même s’ils avaient été négligés par les personnes travaillant dans les tours, auraient été signalés après coup par les survivants ». Non je ne pense pas. Des travaux il y en avait tout le temps dans ces tours vieillissantes. Et puis l’équipe de pose aura eu la bonne idée d’amener les dispositifs dans des caisses fermées. Il faut juste avoir accès à la structure, dans le cadre de la réfection des ascenseurs par exemple, ou alors quand ils ont installé de nouvelles protections de flocage anti-feu. Ils auraient pu cacher les dispositifs dessous, ou les avoir maquillés en dispositif de régulation des ascenseurs. Ce n’est certainement pas impossible à faire sans se faire repérer pour des gens entraînés, les dispositifs seraient évidemment placés derrière les placages, là où les utilisateurs de la tour n’ont jamais accès.

Article sur l’effondrement de la tour 7

L’article est plutôt bon au début, bien que manquant de détail sur des points importants. Il y aurait eu chute libre en cascade des planchers entre les étages 5 et 14, laissant un espace vide d’une hauteur de 32 mètres entrainant le flambement des poteaux de façade. Cela à mon sens pose deux problèmes. D’une part, comment croire que 9 étages se soient décrochés sans entraîner sur la façade — puisque c’était invisible de l’extérieur — ? Certes les planchers, bétonnés contrairement aux tours jumelles, pouvaient résister au feu et rester d’un seul tenant. Mais alors comment leurs attaches ont-elles pu rompre de manière synchrone ? L’article hélas n’en parle pas. Quand à l’hypothèse sceptique de destruction volontaire, l’article se fout du monde, parlant de « destruction par explosif  »… Non, le seul moyen efficace encore une fois est de couper les colonnes métalliques ! L’article continue : « Les arguments avancés ont mis en évidence que l’explosion, d’une puissance suffisante pour sectionner, par exemple, le poteau intérieur 79, donnerait à elle seule des bruits très importants qui se seraient entendus à un kilomètre du bâtiment. »

Cette assertion est selon moi une falsification complète. En effet le poteau intérieur 79, comme les autres colonnes de la tour, est métallique (4). Pour le rompre il faut le couper, chimiquement avec de la thermite par exemple. Un explosif ne fera qu’abîmer ce qu’il y a autour du poteau, choisissant évidemment les directions d’expansion les plus faciles. Et ce n’est certes pas au travers d’une poutre métallique ! C’est du simple bon sens. Mais ceux dont je critique le travail sont des spécialistes de la construction métallique. Comment peuvent-ils penser que rompre une colonne métallique est plus facile avec un explosif qu’avec un découpage chimique ? Il y a là un profond mystère, que je ne suis pas en mesure de percer. A moins qu’il s’agisse d’un mécanisme de croyance, identique à celui dont nous accusent les debunkers ?… Pourtant il s’agit de raisonnement élémentaire : si on avait eu à démolir une des trois tours il fallait raisonner en terme de charges coupantes. Et non d’explosifs comme dans les constructions à base de béton armé. Peut-être est-ce la seule façon qu’a trouvé le NIST pour écarter le scénario d’une DC ? Si c’est le meilleur argument en défaveur de la DC — en tout cas c’est le seul présenté dans l’article —, et que cet argument est du vent, cela ne peut qu’aviver la suspicion qu’on peut avoir devant les explications officielles.

Article « Affabulation autour des débris métalliques »

L’article évoque la méthode d’enquête suivie par le NIST : « Pour les tours du World Trade Center, le problème n’était pas tant de trouver les causes de l’accident (connues à priori par les personnes possédant un minimum d’expérience en mécanique et calcul des structures) que d’étudier comment la construction s’était comportée vi-à-vis de l’impact des avions, de l’incendie et, pour finir, de l’effondrement. »

On part donc d’un apriori, sans aucune espèce de preuve, et malgré les indices discordants (squibs, explosions visibles et entendues, etc.). Ça a le mérite de la franchise, et correspond à tout ce qu’on a pu voir jusqu’ici. Il fallait expliquer un scénario et écarter l’autre. Cela dit c’est humain, vu que cet autre scénario aurait de vastes implications au niveau des instances de l’exécutif qui justement ont patronné ces études. CQFD…

Article sur le Pentagone

pentagone-3e04eJérôme Quirant, le coordinateur de cette compilation d’articles, évoque « plus d’une centaine de témoins [qui] ont décrit l’approche très basse de l’appareil et l’explosion générée par le crash, certains décrivant même l’impact ». Ce nombre est contestable, il y a eu des témoignages divers et je ne pense pas que le nombre de témoins évoquant un liner avant l’explosion atteigne même la cinquantaine. Je précise que je suis plutôt en faveur du scénario Boeing (avec l’option auto-guidage), mais la remarque est important car ça en dit long sur la méthode de comptage utilisée (à la marseilleise…). Enfin cela reste raisonnable en regard du nombre de complicités et corruptions quasi-infinies mentionné dans l’édito. Il y a encore de la marge pour de futurs inflations de comptages.

L’article dit que « la trajectoire et la manœuvre n’avaient rien d’insurmontable », et cite un ancien pilote : « Les gros jets se pilotent presque avec deux doigts aujourd’hui ». Pourtant viser un objectif au sol, avec cette vitesse et cet angle d’approche, est quelque chose qu’on n’apprend pas en simulateur. En effet pourquoi apprendre à faire çà ? Ça paraîtrait louche non ? Il suffit à l’instructeur de regarder les logs de simulation parce que je suppose qu’il y a un briefing avec l’instructeur. Les tenants de la VO rétorquent que le Pentagone est grand donc facile à viser. Mais ça ne tient pas puisque l’avion s’est encastré au rez-de-chaussée du bâtiment, se payant le luxe de raser les lampadaires sur son passage. Soit Hanjour a eu une chance énorme de ne pas percuter la pelouse, soit la trajectoire était pilotée par ordinateur. Je crois qu’il faut choisir…

L’encart sur le raisonnement ascientifique des truthers

Il est dit en gros que ceux-ci, profitant de l’absence de modélisation complète des tours, « en profitent pour remettre en cause tous les autres résultats des scientifiques. »

C’est un argument pseudo-scientifique ; la seule chose qui compte est la pertinence des arguments. Le NIST par exemple ne produit pas de science objective, mais des analyses techniques compatibles avec les explications souhaitées par leur ministère de tutelle.

Il dit aussi : « une de leurs lubies favorites est de dire qu’une fois amorcés, les effondrements des tours jumelles auraient du s’arrêter ». C’est faux. La plupart évoquent quelque chose de bien plus sérieux que cette allégation, à savoir qu’une certaine résistance liée à la déformation du métal avant rupture aurait dû mener à certains moments à une vitesse d’effondrement moindre. Pour plus de précision voir (5).

Comme d »habitude la solution de facilité est choisie : faire passer les allégations marginales les moins solides pour des arguments partagés par la majorité (« une de leurs lubies favorites »). Cela traduit-il une peur de ne pas pouvoir argumenter sérieusement ?

L’article « quelques considérations aéronautiques »

Argument intéressant , il est fait la remarque que le pilote aux commandes du vol 77 « n’a accéléré pour maximiser les dégâts, que dans les 30 dernières secondes de vol, une fois la trajectoire bien maîtrisée ». La descente a été très régulière (graphique quasi-linéaire p61) et il n’y a pas eu de rase-motte.

Ok. Reste que viser un point précis (à quelques dizaines de mètres près verticalement) en accélérant jusqu’à 850 km/h pose problème au niveau du temps de réaction nécessaire aux corrections de trajectoire. A partir du moment où le kamikaze a pu visualiser son objectif, il lui restait très peu de temps pour viser correctement. A environ 200 mètres par seconde par exemple (c-à-d 720 km/h, valeur arbitraire), sachant qu’il a bien dû avoir une correction à faire dans les derniers 100 mètres, comment a-t’il fait en une demi-seconde pour régler son allure ? Sans parler du temps de latence de réponse de l’appareil… Il me semble qu’un guidage robotisé serait plus vraisemblable. En tout cas il est étonnant de constater que les experts écartent cette possibilité à priori. Ah mais c’est vrai, ça impliquerait des choses désagréables au sujet de la gouvernance Cheney, il est plus confortable d’écarter d’emblée cette possibilité.

L’article « la chimie à la rescousse »

Difficile de se prononcer sur les soi-disant preuves de nano-thermite dans les poussières des tours, le débat étant technique. Néanmoins on peut constater que qu’une critique acerbe (« erreurs grossières… ») est faite en introduction, seulement après sont présentés les arguments. Qui sont de plus non compréhensibles pour qui n’est pas du domaine. Et bien je pense qu’un meilleur article consisterai à commencer par montrer l’argumentation avant de prononcer des conclusions. Surtout que l’article n’est pas une publication scientifique (c-à-d reviewée par les pairs), alors que l’article de John & Harrit lui l’est. Les tenants de la VO rétorqueront que l’article était si mauvais qu’il n’aurait pas du passer, etc., mais c’est mettre la charrue avant les bœufs ! Prenez des querelles de scientifique, ça ressemble à ça, sauf que ça ne va jamais jusqu’à jeter l’opprobre sur la maison d’édition qui a publié leur papier. Sans les défendre sur le fond (à mon avis il faut chercher des restes de nano-thermite et non de la nano-thermite inutilisée), je trouve la forme plutôt désagréable, d’autant qu’il est difficile de se forger un avis. Seuls les arguments devraient avoir droit de cité et non les « excommunications » qui sont des procédés fort peu scientifiques (je ne parle pas de l’article qui à part l’introduction semble bien écrit).

L’article « Comment fonctionne les rumeurs »

Plutôt hors-sujet, avec un encart évoquant Raël (bonjour l’analogie de bûcheron…). L’auteur devrait plutôt s’interroger sur les propres croyances des afficionados de la TOC (TOC veut dire théorie officielle du complot, sous-entendu d’Alquaeda toute seule). Pensez : une commission dont la rédaction est faite par quelqu’un qui part ensuite travailler pour Condoleezza Rice (comment le remarque Monsieur X de France Inter dans la dernière de ses trois émissions sur le 11 septembre), un NIST qui certes emploie des scientifiques mais dont les conclusions sont basées sur des paramètres de simulation non publiés, et qui sont tenus au devoir de réserve sur ce qu’ils pensent… A la limite leur donner cette étude eut été une bonne façon de museler leur attitude scientifique. Non ?

L’article sur la sismique

Je zappe. Fatigue. D’autant que je n’ai pas vraiment d’avis sur la question.

L’article sur les « statistiques molestées en plein web par les truthers »

Alors là je suis assez admiratif. Il faut savoir que les suspicions de délits d’initiés ont débuté autour des places financières. Ce sont des gens très sérieux qui ont émis des doutes (et même plus que des doutes). Puis un scientifique a démontré statistiquement qu’il y avait eu un délit d’initié (nonobstant le fait que sa méthode est imparfaite, prédisant par exemple un délit d’initié avant l’ouragan Katrina).

Et là que nous raconte-t’on ? C’est la faute aux truthers !… Alors là bravo. C’est d’autant plus notre faute que les bénéficiaires de ces possibles délits d’initiés sont un secret parce que, dit-on, ils « ont été lavés de tout soupçon d’initié en raison d’une stratégie boursière précise », l’auteur racontant sans rire : « Leur identité n’a certes pas été révélée, mais c’est pour leur éviter d’être livrés à la vindicte des truthers, capables de harceler chaque individu lié de près ou de loin au 11 septembre pour lui faire avouer des crimes imaginaires. »

Non mais on se moque de qui là ? Pourquoi ne pas avoir interdit la publication des personnes impliquées dans l’étude de la commission d’enquête, alors ? Peut-être parce que dans ce cadre-là il était possible de se permettre plus de latitude avec la réalité ?…

Quant aux arguments présentés dans l’article, je les résumerai à deux qui forment conjointement un véritable numéro d’équilibriste. Avec ces outils intellectuels je crois que l’on peut prouver qu’aucune corrélation n’existe où que ce soit. 

Le premier consiste à dire : « Ainsi, le raisonnement statistique implicite des truthers est-il totalement fallacieux : le taux élevé du 6 septembre (UAL) et du 10 (AMR) ne prouve absolument rien. S’extasier de trouver quelque chose de rare sur une période d’un mois est absurde : chaque date est unique, donc rare ». Pourquoi une période d’un mois et pas d’un an, ou même un siècle ? Il n’y a que 5 jours qui séparent le premier supposé délit de l’attentat. Supposons que vous soyez témoin d’un accident de voiture et que la voiture accidentée ait eu un pneu qui éclate 10 secondes avant. Dois-je affirmer qu’il n’y a aucune relation de cause à effet entre les deux évènements, sous prétexte qu’entre les deux il y a des milliers de milli-secondes qui se sont déroulées ? Et même des millions de micro-secondes ? L’auteur nous dirait : pourquoi choisir cet instant de 10 secondes avant l’accident, et pas un autre ?

Non, j’affirme que c’est cet argument qui est fallacieux, parce qu’ainsi rien ne peut être corrélé avec rien : il suffit de choisir l’échelle qui nous sert le mieux et c’est parti… Je trouve ce raisonnement étonnant de la part d’un statisticien.

Le deuxième n’est pas mieux, l’auteur s’appuyant sur l’idée que les puts pouvaient être achetés 30 ou 60 jours à l’avance. C’est réaffirmé dans la conclusion page 95 : « Bien sûr, il y a de l’argent à se faire en achetant des puts ; mais, moi, si j’étais un copain de la CIA sans scrupule, je n’en achèterais pas des milliers un jour et plus rien ensuite ! J’en prendrais un peu chaque jour, pendant 30 jours pour être discret  ».

Mais qui dit que cela n’a pas été aussi le cas, puisque s’y prendre à l’avance serait peu détectable ? Le raisonnement correct, que suivrait à mon sens un inspecteur de police scientifique serait de se dire que s’il y a eu des achats singuliers quelques jours avant le 11 septembre, c’est peut-être que certains comploteurs ont craqué au dernier moment, malgré les consignes. Ce serait naturel, les moins fiables des comploteurs attendant le dernier moment pour mettre les autres devant le fait accompli. Mais cette possibilité n’est même pas envisagée dans l’article. En fait je pense que quant on croit à 100% sa version des faits, on ne s’intéresse pas à la version des autres, au point d’être incapable de se la représenter objectivement, et par là de raisonner objectivement.

L’article sur le « 9/11 thruth Movement, entre politique et science »

J’en ai parlé dans l’édito, la phrase « mise-en-scène machiavélique qui demanderait, pour camoufler cet homicide, une série de complicités et de corruptions quasi-infinies », est fabuleusement subjective et floue. On dirai une annonce de location. Impossible de compter dessus. 

Quoi encore ? On trouve le marronnier habituel des tenants de la VO (page 82) : « concernant le Pentagone, il y a peu de chance, selon le 9/11 Truth Movement, qu’un avion civil s’y soit écrasé  ». Ce qui n’est pas vrai, les truthers étant très partagés à ce sujet. Personnellement je crois à l’avion civil, mais s’il y a vraiment eu un complot local on devrait évidemment tout réexaminer. Moi aussi je peux pondre ce type d’argument : la version des tenants de la VO est que la fiole brandie par Powels devant le Conseil de Sécurité de l’ONU contenait vraiment de l’anthrax. Ah ben oui, il y en a qui y ont crû (et même des qui y croient encore). C’est exactement le même type d’argument que celui de la théorie du missile, qui est somme toute la solution de facilité argumentaire des défenseurs de la VO.

Quant au reste, c’est du même tonneau. Si vous avez le cœur bien accroché allez faire un tour sur le blog de l’auteur : http://valery-rasplus.blogs.nouvelo…. Vous y trouverez d’ailleurs le sommaire de la revue, mais ce qui est intéressant ce sont les commentaires (des pro-VOs). Ah zut, tout a disparu, à part quelques posts de félicitations pour la revue. Le mieux alors est de consulter ce fil (http://forum.reopen911.info/viewtop…) pour comprendre l’atmosphère guère démocratique qui eut lieu sur ce fil (très loin du débat socratique en fait).

L’article « Comment fonctionnent les rumeurs »

Là aussi beaucoup d’erreurs et de poncifs. Avant de critiquer la méthode des autres il faudrait présenter la bonne. Or nulle mention de la méthode hypothético-déductive, utilisée en police scientifique par exemple, et qui est la seule méthode fiable du moins tant qu’on ne s’attache pas à des postulats dogmatiques. 

En intro il est dit : « J’admettrai ici a minima que la rumeur est une information douteuse qui se constitue en récit et circule par des médias officieux (bouche-à-oreille, messagerie électronique…) quoique certains médias officiels puissent s’en saisir ». Cette vision des choses est déjà biaisée parce qu’elle présuppose qu’aucun média officiel ne génère de rumeur par lui-même. Forcément s’il dit une rumeur cela proviendrait d’internet ? Mais on n’est pas dans la réalité là… il est ridicule de nier d’emblée qu’il n’existe pas de rumeurs à caractère officiel.

La phrase drôle est dans la conclusion : « Les mythes du complot, par exemple, remplissent très bien tous ces critères nécessaires au succès de la croyance parce qu’ils sont fondés sur un effet de dévoilement, sont souvent très argumentés et qu’ils frappent les esprits ».

Oh quel beau sophisme que voilà… Arriver à dire que les argumentations fouillées sont une caractéristique des mythes, alors là chapeau ! C’est aussi beau que l’affirmation des debunkers comme quoi les détails dans l’affaire du 11/9 n’auraient pas réellement d’importance… Allez dire ça à un inspecteur enquêtant sur un meurtre… Peter Falks s’en retournerait dans sa tombe.

L’article « Si j’étais la CIA attaquant les tours jumelles »

Comme d’habitude, on présente un argument absurde que l’on dit revendiqué par les truthers. Ici c’est : « L’idée de l’organisation d’un faux attentat par un groupe d’Américains n’est pas absurde en soi… mais en l’occurrence, elle ne tient pas debout. Pour s’en rendre compte, il suffit d’accepter comme un jeu morbide les hypothèses des complotistes : supposons donc un instant que la CIA ait voulu organiser l’attaque du 11 septembre. ». J’arrête là la citation, on peut constater que l’hypothèse que la CIA ait organisé les attentats n’a jamais été mise en avant par les truthers, où alors en cherchant bien chez ceux qui ont peu d’esprit critique ou une pensée trop synthétique. Aucune démonstration ne peut donc se faire sur des bases aussi biaisées.

Puis l’inévitable histoire de missile sur le Pentagone. Encore une fois, les arguments réels des truthers sont évités. Je ne dirai pas sciemment évités car je crois qu’il s’agit avant tout de dogme. Ce qui n’empêche pas de constater la falsification opérée quand un croisé de la TOC s’amuse à traiter les sceptiques d’escrocs, de menteurs ou de pseudo-scientifiques. Au bout du compte il n’y a que les arguments qui comptent, et ceux qui ignorent ou évitent les arguments de la partie adverse ne sont certainement pas les plus crédibles sur le sujet du 11 septembre.

Conclusion

Il n’y en a pas ! Faites-vous votre propre idée. Regardez les arguments des uns et des autres. Ne vous laissez pas dicter ce que vous devez penser. Ne croyez pas à l’argument d’autorité ! Le géocentrisme (Terre immobile) était à la fois erroné et un argument d’autorité (qui aboutit à l’interdit religieux de l’héliocentrisme en 1616). Aucune raison que cette tendance atavique ait disparu des comportements humains. Et si l’incrédulité finit par être majoritaire chez vous, ne vous laissez pas impressionner par la haine à peine voilée de ceux qui ne supportent pas que vous pensiez comme vous le faites. Rions-en plutôt (*). Nous vivons dans des pays libres, mais il faut user de notre liberté d’expression pour dire ce qu’on pense, afin d’éviter qu’un jour elle ne rouille…

(*) Exemple dans le 2ème commentaire sur l’article du 26 juillet 2011 sur l’ »imposture des théories alternatives », « Charmord » est nommé « Chatmort » par « François ». Il est significatif de constater une fois de plus que ce sont les défenseurs de la VO qui sont agressifs. C’est une constance chez eux. J’émets l’hypothèse — qui ne va pas leur plaire mais bon… — que cette agressivité résulte de la frustration d’être incapables de tenir collés ensemble les morceaux de la version officielle. On se défend comme on peut ! Les religions régressives aussi sont agressives, quand elles traitent les autres de mécréant, de déviant ou de sacrilège. Le dossier de l’AFIS n’est pas dans un registre agressif — quoique le terme erroné de « conspirationiste » soit souvent utilisé — mais il est clair que les faiblesses méthodologiques que j’y ai trouvé ne vont pas contribuer à diminuer la quantité de « Nervocalm » (oui, le médicament de Fantasio…) que doivent prendre les debunkers devant les outrages que commettent les incrédules en osant penser par eux-même. Le plus horripilant est peut-être la frustration de constater que si phénomène religieux il y a c’est du côté de ceux qui adhèrent à 100% à des écrits qu’ils n’ont pas vérifié, et qui donnent tous les jours des preuve d’intolérance vis-à-vis de ceux qui ne rejoignent pas leur dogme.

PS : si j’ai été trop détaillé, ou pas assez, ou trop anecdotique, j’en suis désolé. Il faut bien essayer de satisfaire tous les publics, du connaisseur au néophyte. Surtout avec l’anniversaire qui se pointe…

Quelques liens…

les news de Reopen : http://www.reopen911.info/News/

le forum de Reopen : http://forum.reopen911.info/

la dernière page en cours du fil sur ce dossier : http://forum.reopen911.info/viewtop…

le fil de HFR (2010 pages) : http://forum.hardware.fr/hfr/Discus…

mes interventions sur HFR (si mes argumentations vous intéressent) : http://forum.hardware.fr/forum2.php…

NOTES

(1) http://whatreallyhappened.com/WRHAR… : [WTC 7] contained offices of the FBI, Department of Defense, IRS (which contained prodigious amounts of corporate tax fraud, including Enron’s), US Secret Service, Securities & Exchange Commission (with more stock fraud records), and Citibank’s Salomon Smith Barney, the Mayor’s Office of Emergency Management and many other financial institutions. The SEC has not quantified the number of active cases in which substantial files were destroyed [by the collapse of WTC 7]. Reuters news service and the Los Angeles Times published reports estimating them at 3,000 to 4,000. They include the agency’s major inquiry into the manner in which investment banks divvied up hot shares of initial public offerings during the high-tech boom. … »Ongoing investigations at the New York SEC will be dramatically affected because so much of their work is paper-intensive » said Max Berger of New York’s Bernstein Litowitz Berger & Grossmann. « This is a disaster for these cases. » [New York Lawyer]

[...]

Inside [WTC 7 was] the US Secret Service’s largest field office with more than 200 employees. … »All the evidence that we stored at 7 World Trade, in all our cases, went down with the building, » according to US Secret Service Special Agent David Curran. [TechTV]

http://en.wikipedia.org/wiki/7_Worl… : 7 World Trade Center housed SEC files relating to numerous Wall Street investigations, as well as other federal investigative files. All the files for approximately 3,000 to 4,000 SEC cases were destroyed. While some were backed up in other places, others were not, especially those classified as confidential.

(2) Sur le sujets des OGMs : article : « Le monde selon Monsanto, un chef d’œuvre de propagande » http://imposteurs.over-blog.com/art…. Précision : selon l’auteur c’est le documentaire qui fait de la propagande, pas Monsanto !!! Ça situe bien le militantisme de l’association je pense… 

L’objectif du CRIIGEN serait d’installer le doute sur l’innocuité (sic !) des OGM et de fournir des arguments avec le label « scientifique et indépendant » aux militants anti-OGM. http://imposteurs.over-blog.com/ext…. Il n’est pas dit en quoi il serait scandaleux de douter de l’innocuité des OGM… N’est-ce pas ne pas douter qui est irresponsable ?

Autre exemple : http://zetetique.canalblog.com/arch…

(3) selon le NIST (page 117, http://wtc.nist.gov/NCSTAR1/PDF/NCS…), in the years between 1995 and 2001, thermal protection was upgraded in a number of the floors affected by the fires on September 11, 2001. Specifically, in WTC 1, floors 92 through 100 and 102 were upgraded ; and in WTC 2, floors 77, 78, 88, 89, 92, 96, and 97 were upgraded. Voir aussi : http://forum.reopen911.info/p189650…

(4) De forme trapézoïdale, la structure porteuse interne [du WTC7] était constituée de 24 énormes colonnes d’acier, disposées en rectangle en dissymétrie dans le trapèze http://fr.wikipedia.org/wiki/7_Worl…

(5) (à propos du WTC7) Lorsque une structure résiste sous un bâtiment en chute, cette structure freine la chute. Endommagée et ramollie par des incendies ou préalablement affaiblie en vue d’une démolition contrôlée, une structure n’oppose jamais une résistance nulle (http://forum.hardware.fr/hfr/Discus…)

Crédit photos (toutes en CC BY-SA 2.0) : point d’interrogation dans le ciel de Montréal d’elecnix (http://www.flickr.com/photos/elecni…), les tours de macten (http://www.flickr.com/photos/macten…), et le Pentagone de radomduck (http://fr.fotopedia.com/items/flick…)

================================

RESUME en deux points

1) C’est écrit dans le dossier de SPS : « pour le 8e étage, il a été nécessaire de considérer un autre démarrage de feu pour retrouver une propagation de l’incendie du côté nord, entre 15h et 16h 40, conforme à la situation constatée« . Comme cela correspond à l’incendie qui a fait tomber la tour (puisqu’il y a eu ruine des étages 7 à 14 au départ), on peut affirmer, tout du moins dans l’hypothèse de la VO, que la ruine du WTC7 est la conséquence de ce départ de feu. Départ qui n’a aucune explication évidente. Des gravats ont percuté la tour 7, d’accord. Et cela provoquerait un départ de feu avec un retard de 5 ou 6 heures ? Alors que l’électricité était sûrement coupée ? Existe-t’il un tenant de la VO capable de donner un exemple de comment un feu peut prendre avec un retard de 5 heures, dans les conditions du WTC7 ? Une bougie ? Un tissu qui brûlotte 5 heures avant de faire propager le feu à un endroit limitrophe ? Hypothèses peu satisfaisantes : 5 heures sans se propager c’est très long, donc je pense qu’il est tout aussi plausible que le feu ait été déclenché par un mécanisme à distance. Il suffirait que quelqu’un connaisse la survenue des attentats et souhaite ardemment faire disparaître des documents très compromettants. Ce n’est pas sûr mais il faut en étudier la possibilité sérieusement. 

Donc le dossier nous apprend, grâce à des scientifiques, que le WTC7 s’est écroulé suite à un feu d’origine inconnue ou en tout cas étrange.

2) L’antenne du WTC1 descendant en premier invalide l’explication des debunkers telle que présentée par son représentant le plus actif en France ici (http://www.bastison.net/MENSONGES/m…), et qui nous dit (intense marrade) « dire que le NIST a renié la théorie du Pancake est un gros mensonge, un de plus… Mais cela n’étonnera plus personne, c’est une habitude de la part des théoriciens de la conspiration« . Le plus drôle est que les debunkers ne peuvent pas se permettre de se dédire et d’avouer qu’ils se sont trompés (puisque c’est la théorie officielle !…). Alors que c’est un scientifique écrivant dans une revue dévouée à leur cause qui invalide leur modèle. Les sceptiques le savaient depuis longtemps mais quand ils en parlaient aux debunkers ces derniers répondaient qu’il s’agit d’un effet d’optique, l’antenne basculant au lieu de descendre verticalement. Maintenant que la théorie de la ruine en « pancake » est invalidée scientifiquement, on va voir comment ils arriveront à surmonter ce difficile écueil. Ne soyez pas méchants avec eux, ils souffrent !… Mettons-nous à leur place : le pape Bush et ses exécutants (dont ceux ayant « pondu » la théorie du pancake) ne sont donc pas des êtres parfaits en tous points. Ils n’ont pas vu la grande antenne qui s’est mise à descendre avant l’écroulement du bâtiment. Il ne sont pas compétents alors, ni dans l’action (le 11/9) ni dans l’analyse… Ils peuvent se rattacher à ça mais je pense qu’ils n’évaluraient pas à sa juste mesure le conflit d’intérêt : l’analyse officielle des évènements, après avoir été longuement attendue, a été faite par les mêmes qui ont participé et failli dans cet évènement. En soi cela est anormal. Mais dire ça à un « Chevalier de la VO », c’est… un peu comme faire du violon dans une pissotière.

Et donc, le dossier nous apprend, par des scientifiques, que la théorie officielle des écroulements (ruines en jargon professionnel) par chocs successifs des planchers est une galéjade sans rapport à la réalité. Le sel de l’histoire (et si j’ai rédigé tout ça c’est bien pour me marrer) étant que les tenants de la VO ne le reconnaissent pas… Ils sont tellement « parfaits » qu’ils ne peuvent se dédire. Mort de rire tellement ça ressemble à une structure papiste !…

 Lire les commentaires postés à la suite de cet article sur Agoravox

26 avril 2011

Comprendre la guerre en Libye (2/3)

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 55

Quels sont les véritables objectifs des Etats-Unis ? A ce stade de notre réflexion, plusieurs indices permettent déjà d’écarter définitivement la thèse de la guerre humanitaire ou de la réaction impulsive face aux événements. Si Washington et Paris ont délibérément refusé toute négociation, s’ils ont « travaillé » depuis un bon moment l’opposition libyenne et préparé des scénarios détaillés d’intervention, si les porte-avions se tenaient depuis longtemps prêts à intervenir (comme l’a confirmé l’amiral Gary Roughead, chef de l’US Navy : « Nos forces étaient déjà positionnées contre la Libye », Washington, 23 mars), c’est forcément que cette guerre n’a pas été décidée au dernier moment en réaction à des événements soudains, mais qu’elle avait été planifiée. Parce qu’elle poursuit des objectifs majeurs qui dépassent largement la personne de Kadhafi. Lesquels ?

Voir la partie 1

Les objectifs des USA vont bien au-delà du pétrole

Comprendre la guerre en Libye (2/3) dans Politique/Societe yes-we-can-id159-b8efe-c836bDans cette guerre contre la Libye, Washington poursuit plusieurs objectifs simultanément : 1. Contrôler le pétrole. 2. Sécuriser Israël. 3. Empêcher la libération du monde arabe. 4. Empêcher l’unité africaine. 5. Installer l’Otan comme gendarme de l’Afrique.

Ca fait beaucoup d’objectifs ? Oui. Tout comme lors des guerres précédentes : Irak, Yougoslavie, Afghanistan. En effet, une guerre de ce type coûte cher et comporte des risques importants pour l’image des Etats-Unis, surtout quand ils ne parviennent pas à gagner. Si Obama déclenche une telle guerre, c’est qu’il en attend des gains très importants.

Objectif n° 1 : Contrôler l’ensemble du pétrole

Certains disent que cette fois, ce n’est pas une guerre du pétrole, car les quantités libyennes seraient marginales dans la production mondiale et que, de toute façon, Kadhafi vendait déjà son pétrole aux Européens. Mais ils ne comprennent pas en quoi consiste la « guerre mondiale du pétrole »…

Avec l’aggravation de la crise générale du capitalisme, les grandes puissances économiques se livrent une compétition de plus en plus acharnée. Les places sont chères dans ce jeu de chaises musicales. Pour garantir une chaise à ses multinationales, chaque puissance doit se battre sur tous les fronts : conquérir des marchés, conquérir des zones de main d’œuvre profitable, obtenir de gros contrats publics et privés, s’assurer des monopoles commerciaux, contrôler des Etats qui lui accorderont des avantages… Et surtout, s’assurer la domination sur des matières premières convoitées. Et avant tout, le pétrole.

En 2000, analysant les guerres à venir dans notre livre Monopoly, nous écrivions : « Qui veut diriger le monde, doit contrôler le pétrole. Tout le pétrole. Où qu’il soit. ». Si vous êtes une grande puissance, il ne vous suffit pas d’assurer votre propre approvisionnement en pétrole. Vous voudrez plus, vous voudrez le maximum. Non seulement pour les énormes profits, mais surtout parce qu’en vous assurant un monopole, vous serez à même d’en priver vos rivaux trop gênants ou de les soumettre à vos conditions. Vous détiendrez l’arme absolue. Chantage ? Oui.

Depuis 1945, les Etats-Unis ont tout fait pour s’assurer ce monopole sur le pétrole. Un pays rival comme le Japon dépendait par exemple à 95% des USA pour son approvisionnement en énergie. De quoi garantir son obéissance. Mais les rapports de force changent, le monde devient multipolaire et les Etats-Unis font face à la montée de la Chine, à la remontée de la Russie, à l’émergence du Brésil et d’autres pays du Sud. Le monopole devient de plus en plus difficile à maintenir.

Le pétrole libyen, c’est seulement 1% ou 2% de la production mondiale ? D’accord, mais il est de la meilleure qualité, d’extraction facile et donc très rentable. Et surtout il est situé tout près de l’Italie, de la France et de l’Allemagne. Importer du pétrole du Moyen-Orient, d’Afrique noire ou d’Amérique latine se ferait à un coût bien supérieur. Il y a donc bel et bien bataille pour l’or noir libyen. D’autant plus pour un pays comme la France, la plus engagée dans un programme nucléaire devenu bien hasardeux.

Dans ce contexte, il faut rappeler deux faits. 1. Kadhafi désirait porter la participation de l’Etat libyen dans le pétrole de 30% à 51%. 2. Le 2 mars dernier, Kadhafi s’était plaint que la production pétrolière de son pays était au plus bas. Il avait menacé de remplacer les firmes occidentales ayant quitté la Libye par des sociétés chinoises, russes et indiennes. Est-ce une coïncidence ? Chaque fois qu’un pays africain commence à se tourner vers la Chine, il lui arrive des problèmes.

Voici un autre indice : Ali Zeidan, l’homme qui a lancé le chiffre de « six mille morts civils », qui auraient été victimes des bombardements de Kadhafi, cet homme est aussi le porte-parole du fameux CNT, le gouvernement d’opposition, reconnu par la France. Eh bien, à ce titre, Ali Zeidan a déclaré que « les contrats signés seront respectés », mais que le futur pouvoir « prendra en considération les nations qui nous ont aidés » ! C’est donc bien une nouvelle guerre du pétrole. Mais elle ne se déroule pas seulement contre la Libye…

Pourquoi ces rivalités USA – France – Allemagne ?

Si la guerre contre la Libye est juste humanitaire, on ne comprend pas pourquoi ceux qui la mènent se disputent entre eux. Pourquoi Sarkozy s’est-il précipité pour être le premier à bombarder ? Pourquoi s’est-il fâché lorsque l’Otan a voulu prendre le contrôle des opérations ? Son argument « L’Otan est impopulaire dans les pays arabes » ne tient pas debout. Comme si lui, Sarkozy, y était tellement populaire après avoir à ce point protégé Israël et Ben Ali !

Pourquoi l’Allemagne et l’Italie ont-elles été si réticentes face à cette guerre ? Pourquoi le ministre italien Frattini a-t-il d’abord déclaré qu’il fallait « défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Libye » et que « l’Europe ne devrait pas exporter la démocratie en Libye »[1] ? Simples divergences sur l’efficacité humanitaire ? Non, il s’agit là aussi d’intérêts économiques. Dans une Europe confrontée à la crise, les rivalités sont de plus en plus fortes aussi. Il y a quelques mois encore, on défilait à Tripoli pour embrasser Kadhafi et empocher les gros contrats libyens. Ceux qui les avaient obtenus, n’avaient pas intérêt à le renverser. Ceux qui ne les avaient pas obtenus, y ont intérêt.

Qui était le premier client du pétrole libyen ? L’Italie. Qui était le deuxième ? L’Allemagne. Continuons avec les investissements et les exportations des puissances européennes… Qui avait obtenu le plus de contrats en Libye ? L’Italie. Numéro deux ? L’Allemagne.

C’est la firme allemande BASF qui était devenue le principal producteur de pétrole en Libye avec un investissement de deux milliards d’euros. C’est la firme allemande DEA, filiale du géant de l’eau RWE, qui a obtenu plus de quarante mille kilomètres carrés de gisements de pétrole et de gaz. C’est la firme allemande Siemens qui a joué le rôle majeur dans les énormes investissements du gigantesque projet « Great Man Made River » : le plus grand projet d’irrigation au monde, un réseau de pipelines pour amener l’eau depuis la nappe aquifère de la Nubie jusqu’au désert du Sahara. Plus de 1.300 puits, souvent à plus de cinq cents mètres de profondeur qui, une fois tous les travaux terminés, fourniront chaque jour 6,5 millions de mètres cubes d’eau à Tripoli, Benghazi, Syrte et d’autres villes. [2] 25 milliards de dollars qui ont attiré quelques convoitises ! De plus, avec ses pétrodollars, la Libye avait aussi engagé un très ambitieux programme pour renouveler ses infrastructures, construire des écoles et des hôpitaux et pour industrialiser le pays.

Profitant de sa puissance économique, l’Allemagne a noué des partenariats économiques privilégiés avec la Libye, l’Arabie saoudite et les pays du Golfe arabique. Elle n’a donc aucune envie d’abîmer son image dans le monde arabe. Quant à l’Italie, il faut rappeler qu’elle colonisa la Libye avec une brutalité inouïe en s’appuyant sur les tribus de l’ouest contre celles de l’est. Aujourd’hui, à travers Berlusconi, les sociétés italiennes ont obtenu quelques beaux contrats. Elles ont donc beaucoup à perdre. Par contre, la France et l’Angleterre qui n’ont pas obtenu les plus beaux morceaux du gâteau, sont à l’offensive pour obtenir le repartage de ce gâteau. Et la guerre en Libye est tout simplement le prolongement de la bataille économique par d’autres moyens. Le monde capitaliste n’est vraiment pas beau.

La rivalité économique se transpose sur le plan militaire. Dans une Europe en crise et dominée par une Allemagne ultraperformante (grâce notamment à sa politique de bas salaires), la France rompt ses alliances et se tourne à présent vers la Grande-Bretagne pour tenter de rééquilibrer la situation. Paris et Londres ont davantage de moyens militaires que Berlin, et tentent de jouer cette carte pour contrer leur faiblesse économique.

Objectif n° 2 : Sécuriser Israël

Au Moyen-Orient, tout est lié. Comme Noam Chomsky nous l’a expliqué dans un entretien [3] : « A partir de 1967, le gouvernement US a considéré Israël comme un investissement stratégique. C’était un des commissariats de quartier chargés de protéger les dictatures arabes productrices de pétrole. ». Israël, c’est le flic du Moyen-Orient.

Seulement, le problème nouveau pour Washington, c’est que les nombreux crimes commis par Israël (Liban, Gaza, flotille humanitaire…) l’isolent de plus en plus. Les peuples arabes réclament la fin de ce colonialisme. Du coup, c’est le « flic » qui a besoin d’être protégé. Israël ne peut survivre sans un entourage de dictatures arabes ne tenant aucun compte de la volonté de leurs peuples d’être solidaires des Palestiniens. C’est pourquoi Washington a protégé Moubarak et Ben Ali, et protégera les autres dictateurs.

Les Etats-Unis craignent de « perdre » la Tunisie et l’Egypte dans les années à venir. Ce qui changerait les rapports de force dans la région. Après la guerre contre l’Irak en 2003, qui était aussi un avertissement et une intimidation envers tous les autres dirigeants arabes, Kadhafi avait senti la menace. Il avait donc multiplié les concessions, parfois exagérées, aux puissances occidentales et à leur néolibéralisme. Ce qui l’avait affaiblie sur le plan intérieur des résistances sociales. Quand on cède au FMI, on fait du tort à sa population. Mais si demain la Tunisie et l’Egypte virent à gauche, Kadhafi pourra sans doute revenir sur ces concessions.

Un axe de résistance Le Caire – Tripoli – Tunis, tenant tête aux Etats-Unis et décidé à faire plier Israël serait un cauchemar pour Washington. Faire tomber Kadhafi, c’est donc de la prévention.

Objectif n° 3 : Empêcher la libération du monde arabe

Qui règne aujourd’hui sur l’ensemble du monde arabe, son économie, ses ressources et son pétrole ? Pas les peuples arabes, on le sait. Mais pas non plus les dictateurs en place. Certes, ils occupent le devant de la scène, mais les véritables maîtres sont dans les coulisses.

Ce sont les multinationales US et européennes qui décident ce qu’on va produire ou non dans ces pays, quels salaires on paiera, à qui profiteront les revenus du pétrole et quels dirigeants on y imposera. Ce sont les multinationales qui enrichissent leurs actionnaires sur le dos des populations arabes.

Imposer des tyrans à l’ensemble du monde arabe a des conséquences très graves : le pétrole, mais aussi les autres ressources naturelles servent seulement aux profits des multinationales, pas à diversifier l’économie locale et à créer des emplois. En outre, les multinationales imposent des bas salaires dans le tourisme, les petites industries et les services en sous-traitance.

Du coup, ces économies restent dépendantes, déséquilibrées et elles ne répondent pas aux besoins des peuples. Dans les années à venir, le chômage va encore s’aggraver. Car 35% des Arabes ont moins de quinze ans. Les dictateurs sont des employés des multinationales, chargés d’assurer leurs profits et de briser la contestation. Les dictateurs ont pour rôle d’empêcher la Justice sociale.

Trois cent millions d’Arabes répartis en vingt pays, mais se considérant à juste titre comme une seule nation, se trouvent donc placés face à un choix décisif : accepter le maintien de ce colonialisme ou devenir indépendants en empruntant une voie nouvelle ? Tout autour, le monde est en plein bouleversement : la Chine, le Brésil et d’autres pays s’émancipent politiquement, ce qui leur permet de progresser économiquement. Le monde arabe demeurera-t-il en arrière ? Restera-t-il une dépendance des Etats-Unis et de l’Europe, une arme que ceux-ci utilisent contre les autres nations dans la grande bataille économique et politique internationale ? Ou bien l’heure de la libération va-t-elle enfin sonner ?

Cette idée terrorise les stratèges de Washington. Si le monde arabe et le pétrole leur échappent, c’en est fini de leur domination sur la planète. Car les Etats-Unis, puissance en déclin économique et politique, sont de plus en plus contestés : par l’Allemagne, par la Russie, par l’Amérique latine et par la Chine. En outre, de nombreux pays du Sud aspirent à développer les relations Sud – Sud, plus avantageuses que la dépendance envers les Etats-Unis.

Ceux-ci ont de plus en plus de mal à se maintenir comme la plus grande puissance mondiale, capable de piller des nations entières et capable de porter la guerre partout où ils le décident. Répétons-le : si demain le monde arabe s’unit et se libère, si les Etats-Unis perdent l’arme du pétrole, ils ne seront plus qu’une puissance de second rang dans un monde multipolaire. Mais ce sera un grand progrès pour l’humanité : les relations internationales prendront un nouveau cours, et les peuples du Sud pourront enfin décider de leur propre sort et en finir avec la pauvreté.

USA_PHOTO-1758d3-a8da1 dans Politique/Societe

Ceux pour qui la démocratie est dangereuse

Les puissances coloniales ou néocoloniales d’hier nous jurent qu’elles ont changé. Après avoir financé, armé, conseillé et protégé Ben Ali, Moubarak et compagnie, voilà que les Etats-Unis, la France et les autres nous inondent de déclarations touchantes. Comme Hillary Clinton : « Nous soutenons l’aspiration des peuples arabes à la démocratie. »

C’est un mensonge total. Les Etats-Unis et leurs alliés ne veulent absolument pas d’une démocratie arabe, ne veulent absolument pas que les Arabes puissent décider sur leur pétrole et leurs autres richesses. Ils ont donc tout fait pour freiner la démocratisation, pour maintenir au pouvoir des responsables de l’ancien régime. Et, quand cela échoue, pour imposer d’autres dirigeants à eux, chargés de démobiliser les résistances populaires. Le pouvoir égyptien vient par exemple de prendre des mesures anti-grèves très brutales.

Expliquer la guerre contre la Libye par cette idée qu’après la Tunisie et l’Egypte, Washington et Paris auraient « compris » et voudraient se donner bonne conscience ou en tout cas redorer leur blason, ce n’est donc qu’une grosse tromperie. En réalité, la politique occidentale dans le monde arabe forme un ensemble qui s’applique sous trois formes diverses : 1. Maintenir des dictatures répressives. 2. Remplacer Moubarak et Ben Ali par des pions sous contrôle. 3. Renverser les gouvernements de Tripoli, Damas et Téhéran pour recoloniser ces pays « perdus ». Trois méthodes, mais un même objectif : maintenir le monde arabe sous domination pour continuer à l’exploiter.

La démocratie est dangereuse quand on représente seulement les intérêts d’une toute petite minorité sociale. Ce qui fait très peur aux Etats-Unis, c’est que le mécontentement social a éclaté dans pratiquement toutes les dictatures arabes… En Irak (et nos médias n’en ont rien dit), de nombreuses grèves ont touché le pétrole, le textile, l’électricité et d’autres secteurs. A Kut, les troupes US ont même encerclé une usine textile en grève. On a manifesté dans seize des dix-huit provinces, toutes communautés confondues, contre ce gouvernement corrompu qui abandonne son peuple dans la misère. A Bahrein, sous la pression de la rue, le roi a fini par promettre une bourse spéciale de 2.650 $ à chaque famille. A Oman, le sultan Qaboos bin Said a remplacé la moitié de son gouvernement et augmenté le salaire minimum de 40%, ordonnant de créer cinquante mille emplois. Même le roi saoudien Fahd a débloqué 36 milliards de dollars pour aider les familles à bas et moyens revenus !

Evidemment, une question surgit de suite chez tous les gens simples : mais s’ils avaient tout cet argent, pourquoi le gardaient-ils dans leurs coffres ? La question suivante étant : combien d’autres milliards ont-ils volé à leurs peuples avec la complicité des Etats-Unis ? Et la dernière : comment mettre fin à ce vol ?

« Révolutions Facebook », grand complot US ou vraies révolutions ?

Une interprétation erronée s’est répandue sur Internet : les révolutions arabes auraient été déclenchées et manipulées par les Etats-Unis. Ils en auraient tiré les ficelles pour opérer des changements bien contrôlés et pouvoir attaquer la Libye, la Syrie, l’Iran. Tout aurait été « fabriqué ». L’argument pour cette thèse : des organismes plus ou moins officiels avaient invité aux USA et formé des « cyberactivistes » arabes qui ont joué un rôle en pointe dans la circulation des infos et qui ont symbolisé une révolution de type nouveau, la « révolution Facebook ».

L’idée de ce grand complot ne tient pas. En réalité, les Etats-Unis ont tout fait pour maintenir aussi longtemps que possible Moubarak, dictateur bien utile. Cependant, ils le savaient en mauvaise santé et « fini ». Dans ce genre de situations, ils préparent évidemment un « Plan B » et même un « Plan C ». Le Plan B consistait à remplacer Moubarak par un de ses adjoints. Mais ça avait peu de chances de marcher, vu la colère profonde du peuple égyptien.

Donc, ils avaient préparé aussi un, voire plusieurs Plan C, comme ils le font d’ailleurs dans pratiquement tous les pays qu’ils veulent contrôler. Ca consiste en quoi ? Ils achètent à l’avance quelques opposants et intellectuels – que ceux-ci s’en rendent compte ou non – et « investissent » donc dans l’avenir. Le jour venu, ils propulsent ces gens sur le devant de la scène. Combien de temps ça marchera, c’est une autre question dès lors que la population est mobilisée et qu’un régime, même relifté, ne peut résoudre les revendications populaires si son but est de maintenir l’exploitation des gens.

Parler de « révolution Facebook » est un mythe qui arrange bien les USA. Autant nous avons signalé depuis longtemps l’importance cruciale des nouvelles méthodes d’info et de mobilisation sur Internet, autant est absurde l’idée que Facebook remplacerait les luttes sociales et les révolutions. Cette idée convient bien aux grands capitalistes (dont Moubarak était le représentant), mais en réalité ce qu’ils craignent par dessus tout, c’est la contestation des travailleurs, car elle met directement en danger leur source de profits.

Le rôle des travailleurs

Facebook est une méthode de lutte, ce n’est pas l’essence de la révolution. Cette présentation veut escamoter le rôle de la classe ouvrière (au sens large), qui serait remplacée par Internet. En réalité, une révolution est une action par laquelle ceux d’en bas donnent leur congé à ceux d’en haut. Avec un changement radical non seulement du personnel politique, mais surtout dans les rapports d’exploitation sociale.

Aïe ! Selon nos grands penseurs officiels, ça fait longtemps qu’on n’aurait plus le droit d’employer le terme « lutte de classe » qui serait dépassé et même un peu obscène. Pas de chance pour vous, le deuxième homme le plus riche du monde, le grand boursier Warren Buffet, a lâché le morceau il y a quelque temps : « D’accord, il y a une lutte de classe en Amérique. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui fait la guerre et nous la gagnons. ». [4] Ça, Monsieur Buffett, il ne faut jamais en jurer avant la fin de la pièce ! Rira bien…

Mais les réalités tunisiennes et égyptiennes confirment la réalité de la lutte des classes, en accord avec Monsieur Buffett… Quand Ben Ali a-t-il fait sa valise ? Le 14 janvier, quand les travailleurs tunisiens étaient engagés dans une grève générale. Quand Moubarak a-t-il quitté son trône ? Lorsqu’une puissante grève des ouvriers égyptiens a paralysé les usines de textile, la poste et même les médias officiels. Explication par Joel Beinin, professeur à l’université de Stanford et ancien directeur à l’université américaine du Caire : « Ces dix dernières années, une vague énorme de protestations sociales avaient touché plus de deux millions de travailleurs dans plus de trois mille grèves, sit-ins et autres formes de protestation. Tel était l’arrière-plan de tout ce soulèvement révolutionnaire des dernières semaines… Mais dans les derniers jours, on a vu des dizaines de milliers de travailleurs lier leurs revendications économiques avec l’exigence d’abolir le régime Moubarak… ». [5]

La révolution arabe ne fait que commencer. Après les premières victoires populaires, la classe dominante, toujours au pouvoir, tente d’apaiser le peuple avec quelques petites concessions. Obama souhaitait que la rue se calme au plus vite et que tout reste comme avant. Cela peut marcher un temps, mais la révolution arabe est en route. Elle peut prendre des années mais sera difficile à arrêter.

Objectif n° 4 : Empêcher l’unité africaine

Continent le plus riche de la planète, avec une profusion de ressources naturelles, l’Afrique est aussi le plus pauvre. 57% vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins d’1,25 $ par jour.

La clé de ce mystère ? C’est justement que les multinationales ne paient pas ces matières premières, elles les volent. En Afrique, elles pillent les ressources, imposent des bas salaires, des accords commerciaux défavorables et des privatisations nuisibles, elles exercent toutes sortes de pressions et chantages sur des Etats faibles, elles les étranglent par une Dette injuste, elles installent des dictateurs complaisants, elles provoquent des guerres civiles dans les régions convoitées.

L’Afrique est stratégique pour les multinationales, car leur prospérité est basée sur le pillage de ces ressources. Si un prix correct était payé pour l’or, le cuivre, le platine, le coltan, le phosphate, les diamants et les produits agricoles, les multinationales seraient beaucoup moins riches mais les populations locales pourraient échapper à la pauvreté.

Pour les multinationales des Etats-Unis et d’Europe, il est donc vital d’empêcher l’Afrique de s’unir et de s’émanciper. Elle doit rester dépendante. Un exemple, bien exposé par un auteur africain, Jean-Paul Pougala…

« L’histoire démarre en 1992 lorsque quarante-cinq pays africains créent la société RASCOM pour disposer d’un satellite africain et faire chuter les coûts de communication sur le continent. Téléphoner de et vers l’Afrique est alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt de 500 millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix sur les satellites européens comme Intelsat.

Un satellite africain coûtait juste 400 millions de dollars payable une seule fois et ne plus payer les 500 millions de location par an. Quel banquier ne financerait pas un tel projet ? Mais l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation servile de son maître en sollicitant l’aide de ce dernier pour y parvenir ? Ainsi, la Banque Mondiale , le FMI, les USA, l’Union Européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant quatorze ans. C’est en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux pratiquant des prêts à un taux usuraire ; le guide libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque Africaine de Développement a mis 50 millions, la Banque Ouest Africaine de Développement, 27 millions et c’est ainsi que l’Afrique a depuis le 26 décembre 2007 le tout premier satellite de communication de son histoire. Dans la foulée, la Chine et la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le lancement de nouveaux satellites, sud-africain, nigérian, angolais, algérien et même un deuxième satellite africain est lancé en juillet 2010. Et on attend pour 2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur le sol africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde, mais à un coût dix fois inférieur, un vrai défi.

Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions peut changer la vie de tout un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les milliards de dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini et de façon exponentielle, contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique. (…) C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première vraie révolution des temps modernes : assurer la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de multiples autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ; pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le continent, jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio WMAX. » [6]

Tiens, voilà quelque chose qu’on ne nous avait pas raconté sur le méchant Kadhafi ! Qu’il aidait les Africains à s’émanciper de l’étouffante tutelle des Occidentaux. Y aurait-il encore d’autres non dits de ce genre ?

Kadhafi a défié le FMI et Obama joue les pick-pockets

Oui. En soutenant le développement du « Fonds monétaire africain » (FMA), Kadhafi a commis le crime de défier le Fonds Monétaire International (FMI). On sait que le FMI, contrôlé par les Etats-Unis et l’Europe, et présidé par Dominique Strauss-Kahn, exerce un véritable chantage sur les pays en développement. Il leur prête seulement à condition que ces pays acceptent de se défaire de leurs entreprises au profit des multinationales, de passer des commandes inintéressantes ou de réduire leurs budgets santé et éducation. Bref, ce banquier FMI est très nuisible.

Eh bien, de même que les Latinos ont lancé leur propre Banco Sur, pour contrer les chantages arrogants du FMI et décider eux-mêmes quels projets vraiment utiles ils veulent financer, voici que le FMA pourrait commencer à offrir une voie plus indépendante aux Africains. Et qui finance le FMA ? L’Algérie a fourni 16 milliards, et la Libye 10 milliards. Soit ensemble 62% de son capital.

Mais, dans la plus grande discrétion médiatique, Obama vient tout simplement de voler trente milliards au peuple libyen. Comment ça s’est passé ? Le 1er mars (bien avant la résolution de l’ONU), il a donné l’ordre au Trésor US de bloquer les dépôts de la Libye aux USA. Puis, le 17 mars, il s’est arrangé pour insérer dans la résolution 1973 de l’ONU une petite phrase autorisant à geler les avoirs de la banque centrale de Libye mais aussi de la compagnie nationale libyenne du pétrole. On sait que Kadhafi a amassé un trésor pétrolier qui lui a permis d’investir dans de grandes sociétés européennes, dans de grands projets de développement africain (et peut-être aussi dans certaines campagnes électorales européennes, mais ceci ne semble pas constituer une forme efficace d’assurance-vie !)…

Bref, la Libye est un pays assez riche (200 milliards de dollars de réserves) qui a attiré les convoitises d’une puissance hyper-endettée : les Etats-Unis. Alors, pour détourner les dizaines de milliards de dollars de la banque nationale libyenne, bref pour faire les poches du peuple libyen, Obama a simplement baptisé tout ça « source potentielle de financement du régime Kadhafi » et le tour était joué. Un vrai pick-pocket.

Malgré tous ses efforts pour amadouer l’Occident en multipliant les concessions au néolibéralisme, Kadhafi inquiétait toujours les dirigeants des Etats-Unis. Un câble de l’ambassade US à Tripoli, datant de novembre 2007, déplore cette résistance : « Ceux qui dominent la direction politique et économique de la Libye poursuivent des politiques de plus en plus nationalistes dans le secteur de l’énergie. » Refuser la privatisation tous azimuts, ça mérite donc des bombardements ? La guerre est bel et bien la continuation de l’économie par d’autres moyens.

nato-9caaejpdda5-76b00

Objectif n° 5 : Installer l’Otan comme gendarme de l’Afrique

Au départ, l’Otan était censée protéger l’Europe contre la « menace militaire soviétique ». Donc, une fois l’URSS disparue, l’Otan aurait dû disparaître aussi. Mais ce fut tout le contraire…

Après avoir bombardé en Bosnie en 1995, Javier Solana, secrétaire-général de l’Otan, déclarait : « L’expérience acquise en Bosnie pourra servir de modèle pour nos opérations futures de l’Otan ». A l’époque, j’avais donc écrit : « L’Otan réclame en fait une zone d’action illimitée. La Yougoslavie a été un laboratoire pour préparer de prochaines guerres. Où auront-elles lieu ? ». [7] Et je proposais cette réponse : « Axe n° 1 : Europe de l’Est. Axe n° 2 : Méditerranée et Moyen-Orient. Axe n° 3 : le tiers monde en général. » Nous y sommes, c’est ce programme qui se réalise aujourd’hui.

Dès 1999, l’Otan bombardait la Yougoslavie. Une guerre pour soumettre ce pays au néolibéralisme, ainsi que nous l’avons vu. Etudiant les analyses des stratèges US, je soulignai alors cette phrase de l’un d’eux, Stephen Blank : « Les missions de l’Otan seront de plus en plus ‘out of area’ (hors de sa zone de défense). Sa fonction principale deviendrait donc d’être le véhicule de l’intégration de régions toujours plus nombreuses dans la communauté occidentale économique, de sécurité, politique et culturelle. » [8]

Soumettre des régions toujours plus nombreuses à l’Occident ! J’écrivis alors : « L’Otan est l’armée au service de la globalisation, l’armée des multinationales. Pas à pas, l’Otan se transforme bel et bien en gendarme du monde. » [9]. Et j’indiquais les prochaines cibles probables de l’Otan : Afghanistan, Caucase, retour en Irak… Pour commencer.

Aujourd’hui que tout cela s’est effectivement réalisé, certains me demandent : « Vous aviez une boule de cristal ? ». Pas besoin de boule de cristal, il suffit d’étudier les documents du Pentagone et des grands bureaux de stratégie US, qui ne sont même pas secrets, et de saisir leur logique.

Et cette logique de l’Empire est en fait très simple : 1. Le monde est une source de profits. 2. Pour gagner la guerre économique, il faut être la superpuissance dominante. 3. Pour ça, il faut contrôler les matières premières, les régions et les routes stratégiques. 4. Toute résistance à ce contrôle doit être brisée : par la corruption, le chantage ou la guerre, peu importent les moyens. 5. Pour rester la superpuissance dominante, il faut absolument empêcher les rivaux de s’allier contre le maître.

Expansion de l’Otan : sur trois continents déjà !

Pour défendre ces intérêts économiques et devenir le gendarme du monde, les dirigeants de l’Otan sèment la panique : « Notre monde sophistiqué, industrialisé et complexe a été assailli par bon nombre de menaces mortelles : changement climatique, sécheresse, famine, cybersécurité, question énergétique » [10], Ainsi, des problèmes non militaires, mais sociaux et environnementaux sont utilisés comme prétextes pour augmenter les armements et les interventions militaires.

Le but de l’Otan est en fait de se substituer à l’ONU. Cette militarisation du monde rend notre avenir de plus en plus dangereux. Et cela a bien sûr un coût terrible : les Etats-Unis prévoient pour 2011 un budget militaire record de 708 milliards. Soit 2.320 dollars par habitant ! Deux fois plus qu’aux débuts de Bush. De plus, le ministre US de la Guerre, Robert Gates, ne cesse de pousser les Européens à dépenser plus : « La démilitarisation de l’Europe constitue un obstacle à la sécurité et à une paix durable au 21ème siècle. » [11]Les pays européens ont dû s’engager envers Washington à ne pas diminuer leurs dépenses militaires. Tout profit pour les firmes d’armement.

L’expansion mondiale de l’Otan n’a rien à voir avec Kadhafi, Saddam Hussein ou Milosevic. Il s’agit d’un plan global pour maintenir la domination sur la planète et ses richesses, pour maintenir les privilèges des multinationales, pour empêcher les peuples de choisir leur propre voie. L’Otan a protégé Ben Ali, Moubarak et les tyrans d’Arabie saoudite, l’Otan protégera ceux qui vont leur succéder, l’Otan brisera seulement ceux qui résistent à l’Empire.

Pour devenir gendarme du monde, l’Otan avance en effet pas à pas. Une guerre en Europe contre la Yougoslavie, une guerre en Asie contre l’Afghanistan et à présent, une guerre en Afrique contre la Libye. Déjà trois continents ! Elle avait bien été tentée d’intervenir aussi en Amérique latine en organisant des manœuvres contre le Venezuela il y a deux ans. Mais là, c’était trop risqué, car l’Amérique latine est de plus en plus unie et refuse les « gendarmes » des USA.

Pourquoi Washington veut-elle absolument installer l’Otan comme gendarme de l’Afrique ? A cause des nouveaux rapports de forces mondiaux, analysés plus haut : Etats-Unis en déclin, contestés : par l’Allemagne, la Russie, l’Amérique latine et la Chine, et même par des pays petits et moyens du tiers monde.

Pourquoi ne parle-t-on pas d’Africom ?

Ce qui inquiète le plus Washington, c’est la puissance croissante de la Chine. Proposant des relations plus égalitaires aux pays asiatiques, africains et latino-américains, achetant les matières premières à meilleur prix et sans chantage colonial, proposant des crédits plus intéressants, réalisant des travaux d’infrastructure utiles au développement, la Chine leur offre une alternative à la dépendance envers Washington, Londres ou Paris. Alors, que faire pour contrer la Chine ?

Le problème, c’est qu’une puissance en déclin économique a moins de moyens de pression financière même sur les pays africains, les Etats-Unis ont donc décidé d’utiliser leur meilleure carte : la carte militaire. Il faut savoir que leurs dépenses militaires dépassent celles de tous les autres pays du globe réunis. Depuis plusieurs années, ils avancent peu à peu leurs pions sur le continent africain. Le 1er octobre 2008, ils ont installé « Africom » (Africa Command). Tout le continent africain (à l’exception de l’Egypte) a été placé sous un seul commandement US unifié regroupant l’US Army, l’US Navy, l’US Air Force, les Marines et les « opérations spéciales » (débarquements, coups d’Etat, actions clandestines…). L’idée étant de répéter ensuite le mécanisme avec l’Otan pour appuyer les forces US.

Washington, voyant des terroristes partout, en a trouvé en Afrique aussi. Comme par hasard aux alentours du pétrole nigérian et d’autres ressources naturelles convoitées. Donc, si vous voulez savoir où se dérouleront les prochains épisodes de la fameuse « guerre contre le terrorisme », cherchez sur la carte le pétrole, l’uranium et le coltan, et vous aurez trouvé. Et comme l’Islam est répandu dans de nombreux pays africains, dont le Nigéria, vous avez déjà le prochain scénario…

Objectif réel d’Africom : « stabiliser » la dépendance de l’Afrique, l’empêcher de s’émanciper, l’empêcher de devenir un acteur dépendant qui pourrait s’allier à la Chine et à l’Amérique latine. Africom constitue une arme essentielle dans les plans de domination mondiale des Etats-Unis. Ceux-ci veulent pouvoir s’appuyer sur une Afrique et des matières premières sous contrôle exclusif dans la grande bataille qui s’est déclenchée pour le contrôle de l’Asie et pour le contrôle de ses routes maritimes. En effet, l’Asie est le continent où se joue d’ores et déjà la bataille économique décisive du 21ème siècle. Mais c’est un gros morceau avec une Chine très forte et un front d’économies émergentes qui ont intérêt à former un bloc. Washington veut dès lors contrôler entièrement l’Afrique et fermer la porte aux Chinois.

La guerre contre la Libye est donc une première étape pour imposer Africom à tout le continent africain. Elle ouvre une ère non de pacification du monde, mais de nouvelles guerres. En Afrique, au Moyen-Orient, mais aussi tout autour de l’Océan indien, entre l’Afrique et la Chine.

Pourquoi l’Océan indien ? Parce que si vous regardez une carte, vous voyez que c’est la porte de la Chine et de l’Asie toute entière. Donc, pour contrôler cet océan, Washington cherche à maîtriser plusieurs zones stratégiques : 1. Le Moyen-Orient et le Golfe persique, d’où sa nervosité à propos de pays comme l’Arabie saoudite, le Yemen, Bahrein et l’Iran. 2. La Corne de l’Afrique, d’où son agressivité envers la Somalie et l’Erythrée. Nous reviendrons sur ces géostratégies dans le livre Comprendre le monde musulman – Entretiens avec Mohamed Hassan que nous préparons pour bientôt.

Le grand crime de Kadhafi

Revenons à la Libye. Dans le cadre de la bataille pour contrôler le continent noir, l’Afrique du Nord est un objectif majeur. En développant une dizaine de bases militaires en Tunisie, au Maroc et en Algérie ainsi que dans d’autres nations africaines, Washington s’ouvrirait la voie pour établir un réseau complet de bases militaires couvrant l’ensemble du continent.

Mais le projet Africom a rencontré une sérieuse résistance des pays africains. De façon hautement symbolique, aucun n’a accepté d’accueillir sur son territoire le siège central d’Africom. Et Washington a dû maintenir ce siège à… Stuttgart en Allemagne, ce qui était fort humiliant. Dans cette perspective, la guerre pour renverser Kadhafi est au fond un avertissement très clair aux chefs d’Etat africains qui seraient tentés de suivre une voie trop indépendante.

Le voilà, le grand crime de Kadhafi : la Libye n’avait accepté aucun lien avec Africom ou avec l’Otan. Dans le passé, les Etats-Unis possédaient une importante base militaire en Libye. Mais Kadhafi la ferma en 1969. C’est évident, la guerre actuelle a notamment pour but de réoccuper la Libye. Ce serait un avant-poste stratégique permettant d’intervenir militairement en Egypte si celle-ci échappait au contrôle des Etats-Unis.

Quelles sont les prochaines cibles en Afrique ?

La question suivante sera donc : après la Libye, à qui le tour ? Quels autres pays africains pourraient être attaqués par les Etats-Unis ? C’est simple. Sachant que la Yougoslavie avait aussi été attaquée parce qu’elle refusait de rentrer dans l’Otan, il suffit de regarder la liste des pays n’ayant pas accepté de s’intégrer dans Africom, sous le commandement militaire des Etats-Unis. Il y en a cinq : Libye, Soudan, Côte d’Ivoire, Zimbabwe, Erythrée. Voilà les prochaines cibles.

Le Soudan a été scindé et placé sous la pression de sanctions internationales. Le Zimbabwe est sous sanctions également. La Côte d’Ivoire s’est vu imposer une guerre civile fomentée par l’Occident. L’Erythrée s’est vu imposer une guerre terrible par l’Ethiopie, agent des USA dans la région, elle est sous sanctions également.

Tous ces pays ont été ou vont être l’objet de campagnes de propagande et de désinformation. Qu’ils soient dirigés ou non par des dirigeants vertueux et démocratiques n’a rien à voir. L’Erythrée tente une expérience de développement économique et sociale autonome en refusant les « aides » que voudraient lui imposer la Banque mondiale et le FMI contrôlés par Washington. Ce petit pays remporte de premiers succès dans son développement, mais il est sous menace internationale. D’autres pays, s’ils « tournent mal », sont également dans le collimateur des Etats-Unis. L’Algérie particulièrement. En fait, il ne fait pas bon suivre sa propre voie…

Et pour ceux qui croiraient encore que tout ceci relève d’une « théorie du complot », que les USA ne programment pas tant de guerres mais improvisent en réagissant à l’actualité, rappelons ce qu’avait déclaré en 2007 l’ex-général Wesley Clark (commandant suprême des forces de l’Otan en Europe entre 1997 et 2001, qui dirigea les bombardements sur la Yougoslavie) : « En 2001, au Pentagone, un général m’ a dit : ‘Je viens de recevoir un mémo confidentiel (‘classified’) du secrétaire à la Défense : nous allons prendre sept pays en cinq ans, en commençant par l’Irak, ensuite la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran’. » [12] Des rêves à la réalité, il y a une marge, mais les plans sont là. Juste retardés.

Source : www.michelcollon.info



[1] Marianna Lepore, The war in Libya and Italian interests, inaltreparole.net, 22 février.

[2] Ron Fraser, Libya accelerates German-Arabian peninsula alliance, Trumpet.com, 21 mars

[3] Michel Collon, Israël, parlons-en !, Bruxelles 2010, p. 172.

[4] New York Times Magazine, novembre 2006.

[5] Interview radio Democracy now, 10 février.

[6] J-P Pougalas, Les mensonges de la guerre contre la Libye, palestine-solidarite.org, 31 mars

[7] Michel Collon, Poker menteur, Bruxelles, 1998, p 160-168.

[8] Nato after enlargement, US Army War College, 1998, p. 97.

[9] Michel Collon, Monopoly – L’Otan à la conquête du monde, Bruxelles 2000, pp. 90 et 102).

[10] Assemblée commune Otan – Lloyd’s à Londres, 1er octobre 2009.

[11] Nato Strategic Concept seminar, Washington, 23 février 2010.

[12] Interview radio Democracy Now, 2 mars 2007

par Michel Collon (son site) samedi 9 avril 2011 – 19 réactions yahoo

14%

D’accord avec l’article ?

 

86%

(53 votes) Votez cet article

2 moyens pour donner

Don défiscalisé 10€ ou plus boudonizi

Obtenez une réduction fiscale de 66% avec un e-reçu. Un don de 10 € ne vous coûte que 3€40.

 

Achat immédiat par SMS ou TEL
1

France Metropolitaine DOM/TOM Allemagne Australie Belgique Canada Espagne Etats Unis Grande Bretagne Israel Italie Luxembourg Maroc Russie Suisse

2
Envoyez CODE par SMS au 81038 3.00 € / SMS Appelez le 08 99 23 02 21 1.91 € / appel
3

-->

Grâce à votre aide, AgoraVox peut continuer à publier plus de 1000 articles par mois. En donnant à la Fondation AgoraVox, vous offrez un soutien à la liberté d’expression et d’information.

DIV.notation { WIDTH: 125px !important } .forum-deplier { MARGIN-TOP: 3px; MARGIN-BOTTOM: 3px; MARGIN-LEFT: 25px } SPAN.depl { FONT-STYLE: italic; COLOR: #222 } SPAN.depl A { COLOR: #000; TEXT-DECORATION: underline } A.arepl { PADDING-LEFT: 3px; PADDING-RIGHT: 3px; COLOR: #b81014 } A.charte { PADDING-LEFT: 0px; PADDING-RIGHT: 0px } H3.bestof { CLEAR: none } A.tout_depl { BORDER-BOTTOM: #b81014 1px solid; BORDER-LEFT: #b81014 1px solid; PADDING-BOTTOM: 3px; PADDING-LEFT: 3px; WIDTH: 200px; PADDING-RIGHT: 3px; FLOAT: right; COLOR: #b81014; BORDER-TOP: #b81014 1px solid; FONT-WEIGHT: bold; BORDER-RIGHT: #b81014 1px solid; PADDING-TOP: 3px }

Les réactions les plus appréciées

  • votes : 11

    Par Alexis_Barecq (xxx.xxx.xxx.182) 9 avril 15:21

    Alexis_Barecq

    Excellente analyse !

    Merci pour cet article, très éclairant, et qui contraste singulièrement avec les discours de la propagande mainstream.

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 10

    Par ELCHETORIX (xxx.xxx.xxx.158) 9 avril 15:33

    bonjour M Collon , excellente analyse géostratégique qui met en évidence le rôle à long terme de la domination de l’Empire sur les pays de la planète afin d’assurer leur hégémonie économique politique et militaire pour le siècle courant !
    Les cinq projets de cet Empire US donc occidental sont bien la feuille de route pour dominer le monde et imposer ce système économique capitaliste ultra-libéral qui ne profite pour aucun des peuples de la planète , cet Empire doit être remis en cause par les autres puissances et tous les peuples spoliés par ces multinationales qui ruinent l’environnement et le niveau de vie des peuples .
    Merci l’auteur pour ce deuxième volet qui démonte les faux arguments de ceux qui ont  » organisé  » cette agression en LIBYE .
    Le locataire du palais de l’élysée ne sert donc que les intérêts de ces  » importants  » qui ne pensent qu’à leurs profits et domination , en 2012 plus que jamais l’imposteur du palais doit dégager pour un représentant indépendant de cette oligarchie !
    RA .

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 7

    Par Hijack (xxx.xxx.xxx.120) 9 avril 15:15

    Hijack donateur-d876a

    La Libye, c’est pas une guerre … mais une agression dans une révolution !

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 6

    Par leypanou (xxx.xxx.xxx.147) 9 avril 13:17

    donateur-d876a

    Excellent article comme d’habitude que tous ceux qui s’intéressent à la géopolitique devraient lire pour justement pouvoir argumenter contre n’importe qui. J’aurais aimé qu’il mentionne un peu -à moins que cela n’ait été fait dans la partie 1- concernant la sécession du Soudan Sud, présentée comme une protection de la population du Sud, et avec l’aide de personnalités du show biz genre Clooney. Plus « on » est conscient, plus il y a des chances que cela change un jour. Merci encore une fois à Collon de cet excellent article. Autres références, les sites globalresearch et counterpunch ou dissidentvoice.
    Bonne lecture à tous.

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

Réagissez à l’article

Réactions à cet article

  • votes : 3

    Par criticaldistance (xxx.xxx.xxx.159) 9 avril 11:40

    criticaldistance

    pourquoi Allemagne et Chine ont choisi l’abstention lors du vote de la résolution du conseil de sécurité et non le vote non, serait-ce qu’il y aurait des garanties sur les intérêts allemands et chinois ?

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -12

    Par Kinini (xxx.xxx.xxx.37) 9 avril 12:37

    Langue de bois .Discours des années 70 !

    Allez ouste … »Dégage » ! C’est ce que dit,d’ailleurs, la rue dans le Monde arabe !Si vous êtes incapable de réadapter votre discours à ce qui se passe au Maghreb et au Proche-Orient ,de comprendre l’évolution intervenue dans l’esprit de la jeunesse ;cessez ,au moins vos projections de pacotille !

    Il est un fait incontournable que le processus de globalisation virtuelle est parvenu à homogénéiser,à ses avantages, les perceptions et les visions de l’Homme !Mais les idéologues,débordés par la force des tremblements de terre présents et ,certainement à venir, s’accrochent encore à leurs chimères d’analystes retardataires accusant l’Oncle Sam de leur jouer des tours.Qu’ils tentent d’ajuster à leurs fantasmes !Ridicules !

     

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -8

    Par Julien (xxx.xxx.xxx.4) 9 avril 12:46

    Le pétrole est une arme ?
    -tout à fait, comme le blé, par exemple.

    300 millions « d’Arabes » ne feront jamais une nation.

    Le seul concurrent sérieux aux USA est la Chine. L’Allemagne n’est qu’une puissance économique et la Russie n’a pas les moyens de suivre.

    L’Iran qui défit ouvertement l’Arabie et déstabilise la région (Liban, Irak, Syrie, Palestine…) est sur la sellette. L’Arabie Saoudite :il faut « couper la tête du serpent « (L’Iran …

    La Chine devrait se montrer moins arrogante. Les Ouïghours et les Tibétains pourraient prendre exemple sur le « printemps Arabe »… smiley

    Merci à l’auteur

    Liste des bases militaires des États-Unis d’Amérique dans le monde.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par LeManu (xxx.xxx.xxx.29) 9 avril 13:06

    LeManu

    Encore un article bien documenté, mais qui m’apparaît, par rapport au premier volet, moins rigoureux et franchement polémiste.
    Si les arguments, disons les têtes de chapîtres, sont bien réels, les raccourcis ou les manques sont nombreux.
    La question de CriticalDistance est pertinente : pourquoi en effet l’Allemagne ne défend-elle pas ses intérêts pourtant décrits comme très importants ? Cela m’a sauté aux yeux à la première lecture. Manque d’ambition Panafricaine ?
    S’il s’agissait d’autre part d’endormir le réveil arabe, celui-ci pourtant m’avait semblé avoir surpris tout-le-monde. Mais il aurait donc été prévu et instrumentalisé par Sarkozy-le-devin, quand on sait qu’il prépare l’opération en Libye depuis de long mois ? MAM appréciera…
    Sur l’unité africaine, il est évident qu’un Kadhafi à sa tête ne serait du goût de personne en occident, mais c’est ici l’unité elle-même qui est exposée comme le concept à éviter. Difficile à occulter politiquement et diplomatiquement, et les tumultes actuels tous azimuts démontreraient une bien piètre précipitation stratégique.
    La défense d’Israël ? Il serait, et il me semble bien que c’est le cas, plus constructif, dans ce conditions, pour l’Otan de « gérer » les réveils égyptien et syrien. Allez-donc faire un tour sur les sites israéliens pour constater le climat de parano où ce réveil a plongé le pays… Obama y est tout simplement ressenti comme « lâchant » Israël, fait géostratégique sans précédent. Vrai ou faux, avec un Avidgor au gouvernement, et quand on sait le calibre des arguments de Tsahal, attention à une explosion de violence irrationnelle. J’ai d’ailleurs bien peur qu’on y soit déjà : difficile, quand la passion s’en mêle, de déterminer un point de non-retour…

    En bref, beaucoup de vrai mais dans le désordre. Il y a quatre ou cinq sujet distincts (d’instinct ?) dans cet article au demeurant lucide, mais cet amalgame, ou compilation plutôt, me semble nuire à la compréhension spécifique du cas par cas et risque d’en fausser la vision de solutions adaptée.

    J’attends le 3° volet.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 6

    Par leypanou (xxx.xxx.xxx.147) 9 avril 13:17

    donateur-d876a

    Excellent article comme d’habitude que tous ceux qui s’intéressent à la géopolitique devraient lire pour justement pouvoir argumenter contre n’importe qui. J’aurais aimé qu’il mentionne un peu -à moins que cela n’ait été fait dans la partie 1- concernant la sécession du Soudan Sud, présentée comme une protection de la population du Sud, et avec l’aide de personnalités du show biz genre Clooney. Plus « on » est conscient, plus il y a des chances que cela change un jour. Merci encore une fois à Collon de cet excellent article. Autres références, les sites globalresearch et counterpunch ou dissidentvoice.
    Bonne lecture à tous.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -6

    Par Julien (xxx.xxx.xxx.4) 9 avril 13:18

    Aucun pays du M.O n’a la capacité d’attaquer Israël. La question est ailleurs.

    Lire l’article complet 

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 7

    Par Hijack (xxx.xxx.xxx.120) 9 avril 15:15

    Hijack donateur-d876a

    La Libye, c’est pas une guerre … mais une agression dans une révolution !

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 0

      Par kemilein (xxx.xxx.xxx.72) 10 avril 01:26

      kemilein

      du tout.
      c’est une intervention extérieur visant a déstabiliser le régime (condamnable par ailleurs, mais plus progressiste que d’autre) dans, non pas une révolution populaire, mais une guerre civile.

      en Libye pour faire simple, une moitié (Est) est monarchiste-islamiste (les rebelles)
      l’autre moitié (Ouest) pro-kadafi pour large part
      c’est bien une guerre qui va se dérouler entre deux faction et fraction du peuple lybien. ca n’a a mon sens aucun rapport avec la Tunisie et l’Egypte.

      pour terminer sur ce constat : les conséquences d’une guerre civile, qui tient plus de l’ethnicisme que du politique, sont terribles : Hutus et Tutsis (même si ces différences sont absurdes et servent la manipulation)

      afin de prévenir tout génocide sur place, il y aura une « invasion humanitaire » pour protéger les populations qui viennent d’accéder au pouvoir contre les représailles des perdants.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 3

      Par Hijack (xxx.xxx.xxx.120) 10 avril 17:44

      Hijack donateur-d876a

      Donc, c’est bien ce que je dis … pas une guerre !!!

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 11

    Par Alexis_Barecq (xxx.xxx.xxx.182) 9 avril 15:21

    Alexis_Barecq

    Excellente analyse !

    Merci pour cet article, très éclairant, et qui contraste singulièrement avec les discours de la propagande mainstream.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 10

    Par ELCHETORIX (xxx.xxx.xxx.158) 9 avril 15:33

    bonjour M Collon , excellente analyse géostratégique qui met en évidence le rôle à long terme de la domination de l’Empire sur les pays de la planète afin d’assurer leur hégémonie économique politique et militaire pour le siècle courant !
    Les cinq projets de cet Empire US donc occidental sont bien la feuille de route pour dominer le monde et imposer ce système économique capitaliste ultra-libéral qui ne profite pour aucun des peuples de la planète , cet Empire doit être remis en cause par les autres puissances et tous les peuples spoliés par ces multinationales qui ruinent l’environnement et le niveau de vie des peuples .
    Merci l’auteur pour ce deuxième volet qui démonte les faux arguments de ceux qui ont  » organisé  » cette agression en LIBYE .
    Le locataire du palais de l’élysée ne sert donc que les intérêts de ces  » importants  » qui ne pensent qu’à leurs profits et domination , en 2012 plus que jamais l’imposteur du palais doit dégager pour un représentant indépendant de cette oligarchie !
    RA .

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -3

    Par furio (xxx.xxx.xxx.194) 9 avril 17:14

    furio

    Le pétrole n’a rien à voir dans cette agression immonde pilotée par les sionistes.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -10

    Par Julien (xxx.xxx.xxx.25) 9 avril 18:27

    L’empire, l’empire…mieux vaut celui la que l’empire du milieu, la Chine avec son parti unique et ses apparatchiks qui sentent la naphtaline ou l’empire islamique avec des barbus qui rêvent de charia pour le monde alors que la jeunesse Arabe, Libanaise, Berbère, Égyptienne, Perse …n’en veut plus.

    L’OTAN est notre assurance tous risques

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 5

    Par alibaba (xxx.xxx.xxx.235) 9 avril 18:35

    alibaba

    Bravo Monsieur Collon, vous avez tout dit et tout compris et de plus vous parlez très bien comme l’autre jouir chez Taddeï. Mais, si l’on vous comprend bien, ce n’est pas trop difficile de comprendre ce qui ce trame en coulisse, il suffit tout simplement de voir le coté pourris ou dégueulasse des choses et on est dans le vrai.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 4

    Par xray (xxx.xxx.xxx.151) 9 avril 18:50

    Pour une fois, je me sent dépassé. Rien à ajouter !

    DEPUIS 5 000 ANS ! QUOI DE NEUF ? 
    http://echo-agnostiques.over-blog.com/article-depuis-5-000-ans-quoi-de-neuf-55838469.html 

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Croa (xxx.xxx.xxx.78) 10 avril 08:56

    Croa donateur-d876a

    Monsieur Buffett a raison, hélas smiley

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 0

    Par LeGoJac (xxx.xxx.xxx.187) 10 avril 13:26

    Une analyse qui semble vouloir intensément un monde construit.
    Ceci ne laisse qu’une faible place aux rebonds successifs, aux opportunités, aux composantes multiples (la Chine est quasi inexistante dans l’article et pourtant omniprésente en Afrique, idem pour le bien faible poids de la Russie). Le résultat est le même, la bataille pour l’énergie et le pouvoir économique. C’est seulement la construction qui est différente à mon sens.

    Par contre la prochaine cible me paraît plus l’Algérie :
    - Pétrole
    - Gaz
    - AQMI
    - Ministres et état major avec de fortes envies de trahir comme dans les précédentes « révolutions populaires » étonnamment bien structurées du jour au lendemain.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Proudhon (xxx.xxx.xxx.216) 10 avril 17:17

    Proudhon donateur-d876a

    Je jalouse la Belgique d’avoir un véritable intellectuel qui a tout compris.
    Nous, pauvre France avec nos BHL, Gluxman et consorts, quelle déchéance…

Comprendre la guerre en Libye (3/3)

Classé dans : Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 10 : 42

A chaque guerre, c’est ainsi. Au début, il est presqu’impossible de s’y opposer. Le matraquage médiatique est tel qu’on est immédiatement catalogué comme complice d’un monstre. Après un certain temps, quand viendront les « bavures », les morts civils, les échecs militaires et les révélations sur « nos amis », le débat finira bien par s’ouvrir. Mais au début, c’est très dur.

Comprendre la guerre en Libye (3/3) dans Politique/Societe L300xH240_Unplugthesige97a-09eae-72981Voir partie 1 et partie 2

3ème partie : Pistes pour agir

Pour débloquer ce débat, la bataille de l’info est la clé, comme nous le disions encore il y a une semaine. [1] Et cette bataille ne peut être menée que par chacun de nous, là où il est, en fonction des personnes rencontrées, en écoutant bien ce qui les influence, en vérifiant les infos avec eux, patiemment… Pour mener efficacement ce débat, il est très important d’étudier l’expérience de la désinformation dans les guerres précédentes.

Les 5 principes de la propagande de guerre appliqués à la Libye

Cette expérience, nous l’avons résumée dans les « cinq principes de la propagande de guerre », exposés dans notre livre Israël, parlons-en ! A chaque guerre, les médias veulent nous persuader que nos gouvernements font bien et pour ça, ils appliquent ces cinq principes : 1. Occulter les intérêts économiques. 2. Inverser la victime et l’agresseur. 3. Cacher l’Histoire. 4. Diaboliser. 5. Monopoliser l’info.

Ces cinq principes ont été appliqués à nouveau contre la Libye, on s’en est rendu compte dans les pages précédentes. Pour finir, attirons l’attention sur le quatrième : la diabolisation de l’adversaire. Les va-t-en-guerre doivent toujours persuader l’opinion qu’ils n’agissent pas pour obtenir des avantages économiques ou stratégiques, mais bien pour éliminer une grave menace. Dans chaque guerre, depuis des décennies, le dirigeant adverse a toujours été présenté comme cruel, immoral et dangereux, avec les pires récits d’atrocités. Par après, beaucoup de ces récits – et parfois tous – se sont dégonflés, mais peu importe, ils avaient rempli leur rôle : manipuler l’émotion du public pour l’empêcher d’analyser les intérêts réellement en jeu. Impossible de revenir en arrière.

Nous n’avons pas eu les moyens d’aller en Libye. Par contre, nous avons été en Yougoslavie, sous les bombes de l’Otan et nous avons constaté, et prouvé, que l’Otan avait menti systématiquement. [2] Nous l’avons constaté aussi en Irak. Quant à la Libye, cela y ressemble beaucoup, mais nous n’avons pas eu jusqu’ici les moyens de procéder à des test-médias sur les infos présentées. Notre équipe Investig’Action manque encore des moyens nécessaires. Mais plusieurs observateurs ont déjà repéré de forts indices de désinformation. Par exemple, les « six mille morts qui auraient été victimes des bombardements de Kadhafi sur des civils ». Où sont les images ? Il n’y avait aucune caméra, aucun téléphone portable là-bas comme il y en avait à Gaza, à la place Tahrir, à Tunis ou au Bahrein ? Aucune preuve, aucun témoignage fiable, des démentis par les satellites russes ou des observateurs de l’UE, et pourtant l’info a tourné en boucle inlassablement et plus personne n’ose la contredire sous peine d’être taxé de « complicité ».

Une guerre civile, ce n’est jamais de la dentelle, mais ceci est vrai des deux côtés. Une info partiale essaiera toujours de nous faire croire que les atrocités sont commises d’un seul côté et donc qu’il faut soutenir l’autre. Mais il convient d’être très prudent sur de tels récits.

Qui nous informe ?

Ce qu’il faut pouvoir montrer autour de nous, c’est que la diabolisation ne tombe pas du ciel. Elle est diffusée par des médias qui prennent parti, souvent sans le dire. Et c’est quand même toujours la première question à se poser dans une guerre : m’a-t-on fait entendre l’autre partie ?

Pourquoi en Europe et aux Etats-Unis, les médias sont-ils à fond contre Kadhafi ? Et pourquoi, en Amérique latine, en Afrique, en Asie, en Russie, dénonce-t-on au contraire une nouvelle croisade impérialiste ? Ils se trompent tous ? Les Occidentaux savent toujours tout mieux ? Ou bien chacun est-il influencé par ses médias ? Alors, devons-nous suivre aveuglément nos médias ou les tester ?

Nous avons été abondamment abreuvés sur les côtés négatifs de Kadhafi. Mais qui nous a signalé ses aspects positifs ? Qui nous a parlé de son aide aux projets de développement africain ? Qui nous a dit que la Libye connaissait, selon les institutions internationales , le plus haut « indice de développement humain » de toute l’Afrique, loin devant les chouchous de l’Ouest comme l’Egypte ou la Tunisie ? Espérance de vie : 74 ans, analphabétisme réduit à 5%, budget de l’éducation à 2,7% du PIB et celui de la Défense à 1,1%.


Distinguer deux questions différentes

Il y a beaucoup d’intimidation intellectuelle dans le débat sur la Libye. Si vous dénoncez la guerre contre la Libye, on vous accuse de soutenir tout ce qu’a fait Kadhafi. Pas du tout. Il faut distinguer deux problèmes bien différents.

D’une part, les Libyens ont parfaitement le droit de choisir leurs dirigeants, et d’en changer par les moyens qu’ils jugent nécessaires. Les Libyens ! Pas Obama, ni Sarkozy. Tout en faisant le tri dans les accusations contre Kadhafi, entre ce qui est vraiment établi et ce qui relève de la propagande intéressée, un progressiste peut très bien souhaiter que les Libyens aient un meilleur dirigeant.

D’autre part, quand la Libye est attaquée parce que des pirates veulent faire main basse sur son pétrole, ses réserves financières et sa position stratégique, alors il faut dire que le peuple libyen souffrira encore plus sous le pouvoir de ces pirates et de leurs marionnettes. La Libye perdra son pétrole, ses entreprises, les réserves de sa banque nationale, ses services sociaux et sa dignité. Le néolibéralisme appliquera ses sales recettes qui ont déjà plongé tant de peuples dans la misère.

Mais un bon dirigeant, ça n’arrive jamais dans les valises des envahisseurs et à coups de bombes. Ce que les Etats-Unis ont amené en Irak, c’est un Al-Maliki et un petit groupe de corrompus qui vendent leur pays aux multinationales. En Irak, on n’a toujours pas la démocratie, mais en outre, on a perdu le pétrole, l’électricité, l’eau, les écoles et tout ce qui permet une vie un peu digne. Ce que les Etats-Unis ont amené en Afghanistan, c’est un Karzaï qui ne règne sur rien sauf un quartier de Kaboul, pendant que les bombes US frappent des villageois, des fêtes de mariage, des écoles et que le commerce de la drogue ne s’est jamais aussi bien porté.

Les dirigeants qui seraient imposés à la Libye par les bombes occidentales seraient pires que Kadhafi. Donc, il faut soutenir le gouvernement légal libyen lorsqu’il résiste à ce qui est vraiment une agression néocoloniale. Parce que toutes les solutions préparées par Washington et ses alliés sont mauvaises : que ce soit le renversement ou l’assassinat de Kadhafi, que ce soit la scission du pays en deux ou que ce soit la « somalisation », c’est-à-dire une guerre civile de basse intensité et de longue durée. Toutes ces solutions apporteront des souffrances aux populations.

La seule solution dans l’intérêt des Libyens est la négociation, avec des médiateurs internationaux désintéressés qui ne soient pas partie au conflit, comme Lula. Un bon accord implique le respect de la souveraineté libyenne, le maintien de l’unité du pays, la préparation de réformes pour démocratiser et mettre fin aux discriminations régionales.

Faire respecter le droit qui est le contraire du « droit d’ingérence »

png_picto01e76f4-217d0 dans Politique/SocieteCe débat politique délicat, il faut toujours essayer de le ramener aux principes de base de la vie internationale : souveraineté des Etats, coexistence pacifique entre systèmes différents, non-ingérence dans les affaires intérieures. Les puissances occidentales aiment se présenter comme celles qui cherchent à faire respecter le droit. Mais c’est complètement faux.

On nous dit que les Etats-Unis sont aujourd’hui beaucoup plus respectueux du droit international qu’au temps du cow-boy Bush, et qu’il y a eu cette fois une résolution de l’ONU. Ce n’est pas l’endroit pour discuter si l’ONU représente vraiment la volonté démocratique des peuples ou si les votes de nombreux Etats sont l’objet d’achats et de pressions. Mais on fera simplement remarquer que cette résolution 1973 viole le droit international et, tout d’abord, la Charte fondamentale… de l’ONU elle-même.

En effet, son article 2 § 7 stipule : « Aucune disposition de la présente Charte n’autorise les Nations Unies à intervenir dans desaffaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un Etat. ». Réprimer une insurrection armée est de la compétence d’un Etat même si on peut en regretter les conséquences. De toute façon, si bombarder des rebelles armés est considéré comme un crime intolérable, alors il faut d’urgence juger Bush et Obama pour ce qu’ils ont fait en Irak et en Afghanistan.

De même, l’article 39 limite les cas où la contrainte militaire est autorisée : « L’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression » (contre un autre pays). La Libye ne correspond à aucun de ces trois cas, et cette guerre est donc, elle aussi, illégale. A remarquer, juste pour rire, que même le Traité de l’Otan précise dès son article 1 :« Les parties s’engagent, ainsi qu’il est stipulé dans la Charte des Nations Unies, à régler par des moyens pacifiques tous différends internationaux dans lesquels elles pourraient être impliquées. 

On nous présente ce « droit d’ingérence humanitaire » comme une nouveauté et un grand progrès. En réalité, le droit d’ingérence a été pratiqué pendant des siècles par les puissances coloniales contre les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Par les forts contre les faibles. Et c’est justement pour mettre fin à cette politique de la canonnière qu’ont été adoptées en 1945 de nouvelles règles du droit international. La Charte des Nations-unies a précisément interdit aux pays forts d’envahir les pays faibles et ce principe de la souveraineté des Etats constitue un progrès dans l’Histoire. Annuler cette conquête de 1945 et revenir au droit d’ingérence, c’est revenir aux temps des colonies.

Alors, pour nous faire quand même approuver une guerre très intéressée, on joue la corde sensible : le droit d’ingérence serait nécessaire pour sauver des populations en danger. De tels prétextes étaient aussi utilisés dans le temps par la France, la Grande-Bretagne ou la Belgique coloniales. Et toutes les guerres impériales des Etats-Unis se sont faites avec ce genre de justifications.

Avec les Etats-Unis et leurs alliés en gendarmes du monde, le droit d’ingérence appartiendra évidemment toujours aux forts contre les faibles, et jamais l’inverse. L’Iran a-t-il le droit d’ingérence pour sauver les Palestiniens ? Le Venezuela a-t-il le droit d’ingérence pour mettre fin au coup d’Etat sanglant du Honduras ? La Russie a-t-elle le droit d’ingérence pour protéger les Bahreinis ?

En réalité, la guerre contre la Libye est un précédent qui ouvre la voie à l’intervention armée des Etats-Unis ou de leurs alliés dans n’importe quel pays arabe, africain ou latino-américain. Aujourd’hui, on va tuer des milliers de civils libyens « pour les protéger », et demain on ira tuer des civils syriens ou iraniens ou vénézuéliens ou érythréens « pour les protéger » pendant que les Palestiniens et toutes les autres victimes des « forts » continueront à subir dictatures et massacres….

Montrer que l’intervention occidentale viole le droit et nous ramène aux temps des colonies me semble un thème à placer au centre du débat.

Que faire ?

Les Etats-Unis ont baptisé « Aube de l’Odyssée » la guerre contre la Libye. Or, leurs noms de code contiennent toujours un message adressé à notre inconscient. L’Odyssée, grand classique de la littérature grecque antique, relate le voyage de vingt ans entrepris par Ulysse à travers l’univers. A demi-mots, on nous dit ici que la Libye est le premier acte du long voyage des Etats-Unis pour (re)conquérir l’Afrique.

Ils tentent ainsi d’enrayer leur déclin. Mais, au final, ce sera en vain, les Etats-Unis perdront inévitablement leur trône. Parce que ce déclin n’est pas dû au hasard ou à des circonstances particulières, il est dû à leur mode même de fonctionnement. En 1865, le célèbre théoricien libéral du capitalisme Adam Smith soutint le président US Abraham Lincoln pour l’abolition de l’esclavage : « L’économie de tout pays qui pratique l’esclavage des Noirs est en train d’amorcer une descente vers l’enfer qui sera rude le jour où les autres Nations vont se réveiller ».

Mais en fait les Etats-Unis ont remplacé un esclavage par un autre. Au vingtième siècle, ils ont bâti leur prospérité sur la domination et le pillage de pays entiers, ils ont vécu comme des parasites et ils ont par là- même affaibli leurs capacités économiques internes. L’humanité a intérêt à ce que ce système prenne fin définitivement. Même la population des Etats-Unis y a intérêt. Pour qu’on cesse de fermer ses usines, de détruire ses emplois et de confisquer ses maisons afin de payer les bonus des banquiers et les dépenses de guerre. La population européenne aussi a intérêt à une économie non plus au service des multinationales et de leurs guerres, mais au service des gens.

Nous sommes donc à un tournant, quelle « aube » allons-nous choisir ? Celle annoncée par les Etats-Unis, et qui nous mènera vers vingt ou trente années de guerres incessantes sur tous les continents ? Ou bien une aube véritable : un autre système de relations internationales, où personne n’imposera ses intérêts par la force et où chaque peuple choisira librement sa voie ?

Comme à chaque guerre des vingt dernières années, une grande confusion règne dans la gauche européenne. Les discours pseudo-humanitaires relayés par les médias aveuglent parce qu’on oublie d’écouter l’autre version, d’étudier les guerres précédentes, de tester l’info.

Notre site Investig’Action – michelcollon.info s’efforce d’aider chacun à s’informer, à informer et à débattre. Mais nos moyens sont trop limités comparés aux grands médias. Nous lançons donc un double appel à tous ceux qui le peuvent. 1° Rejoignez notre réseau de chercheurs bénévoles pour développer l’analyse des stratégies des Etats-Unis et des autres grandes puissances, l’analyse des relations économiques et politiques ainsi que des guerres en préparation . 2° Rejoignez notre collectif d’analyse critique « Test-médias ».

Un monde sans guerre, ça dépend de chacun de nous.

Michel Collon

www.michelcollon.info

[1] S’informer est la clé – Michel Collon lance un appel, www.michelcollon.info/S-informer-c-…

[2] Kosovo, Otan et médias, débat entre Michel Collon, Jamie Shea (porte parole de l’Otan) et Olivier Corten (professeur de droit international), 23 juin 2000, DVD Investig’Action.

par Michel Collon (son site) dimanche 10 avril 2011 – 64 réactions yahoo

12%

D’accord avec l’article ?

 

88%

(75 votes) Votez cet article

2 moyens pour donner

Don défiscalisé 10€ ou plus boudonizi

Obtenez une réduction fiscale de 66% avec un e-reçu. Un don de 10 € ne vous coûte que 3€40.

 

Achat immédiat par SMS ou TEL
1

France Metropolitaine DOM/TOM Allemagne Australie Belgique Canada Espagne Etats Unis Grande Bretagne Israel Italie Luxembourg Maroc Russie Suisse

2
Envoyez CODE par SMS au 81038 3.00 € / SMS Appelez le 08 99 23 02 21 1.91 € / appel
3

-->

Grâce à votre aide, AgoraVox peut continuer à publier plus de 1000 articles par mois. En donnant à la Fondation AgoraVox, vous offrez un soutien à la liberté d’expression et d’information.

DIV.notation { WIDTH: 125px !important } .forum-deplier { MARGIN-TOP: 3px; MARGIN-BOTTOM: 3px; MARGIN-LEFT: 25px } SPAN.depl { FONT-STYLE: italic; COLOR: #222 } SPAN.depl A { COLOR: #000; TEXT-DECORATION: underline } A.arepl { PADDING-LEFT: 3px; PADDING-RIGHT: 3px; COLOR: #b81014 } A.charte { PADDING-LEFT: 0px; PADDING-RIGHT: 0px } H3.bestof { CLEAR: none } A.tout_depl { BORDER-BOTTOM: #b81014 1px solid; BORDER-LEFT: #b81014 1px solid; PADDING-BOTTOM: 3px; PADDING-LEFT: 3px; WIDTH: 200px; PADDING-RIGHT: 3px; FLOAT: right; COLOR: #b81014; BORDER-TOP: #b81014 1px solid; FONT-WEIGHT: bold; BORDER-RIGHT: #b81014 1px solid; PADDING-TOP: 3px }

Les réactions les plus appréciées

  • votes : 23

    Par Rousquille (xxx.xxx.xxx.182) 10 avril 02:23

    Rousquille

    Bombarder la Libye : de 1986 à 2011 (Countercurrents)

    En 1987, j’étais membre de la Délégation pour la Paix US en Libye. Nous étions là pour la première commémoration du bombardement US contre la Libye en 1986.

    En avril 1986, des avions de combat US ont frappé Tripoli à 2 heures du matin. Ils ont bombardé la résidence familiale de Kadhafi, blessant plusieurs membres de sa famille et tuant sa fille de 15 mois. Ma fille avait à peu près le même âge à l’époque et cela m’avait bouleversé.

    Les avions US ont bombardé aussi des immeubles d’habitation, à des kilomètres de toute cible militaire, tuant des dizaines d’enfants dans leur sommeil. J’ai aidé à poser des fleurs sur leurs tombes, dans le cimetière des Martyrs, situé dans un ancien stade italien à Tripoli.

    Dimanche dernier, je me suis réveillé et j’ai allumé la télé et j’ai vu une famille Libyenne en deuil qui enterrait leur fillette de 3 ans, tuée dans son sommeil au cours de la dernière attaque US contre la Libye.

    Au cours des 25 dernières années, j’ai suivi les évènements en Libye et depuis que je me suis installé ici en Érythrée en 2006, j’ai même vu le colonel Kadhafi passer la nuit dans sa tente sur la plage près de notre maison au bord de la Mer Rouge.

    Les Etats-Unis semblent avoir besoin d’un épouvantail arabe ou musulman. Avant Oussama Ben Laden, il y a eu Saddam Hussein et avant Saddam Hussein, il y a eu Muammar Kadhafi. Avec un tel historique, il me paraît nécessaire de revenir sur ce qui se passe réellement en Libye.

    D’abord, un peu d’histoire. En 1969, lorsque le colonel Kadhafi est arrivé au pouvoir par un coup d’état qui a renversé le roi libyen, le peuple libyen était un des plus pauvres au monde avec un revenu annuel par habitant de moins de 60 dollars.

    Aujourd’hui, grâce au « socialisme arabe » du gouvernement et à la manne pétrolière, le peuple libyen connaît un de plus hauts niveaux de vie du monde arabe. La plupart des familles libyennes sont propriétaires de leur domicile et la plupart possèdent une voiture.

    Le système public de santé, gratuit, est l’un des meilleurs du monde arabe et l’éducation gratuite est bonne, sinon meilleure, que celles de la région.

    Alors la question qui se pose est : pourquoi une révolte a-t-elle éclatée ?

    La réponse, que je cherche partout depuis un mois, n’est pas simple.

    La révolté a démarré à Benghazi, dans l’est du pays. Un élément très important qui n’est mentionné dans aucun grand média est que cette ville est le point du continent Africain le plus proche de l’Europe. Benghazi est donc devenue, au cours des 15 dernières années environ, l’épicentre de la migration africaine vers l’Europe. Il est arrivé que plus de 1000 émigrés africains entrent par jour en Libye dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

    Le trafic humain, un de commerces les plus malsains et inhumains qui soit, s’est transformé en une véritable industrie à Benghazi, brassant des milliards de dollars. Un monde parallèle mafieux s’est développé dans la ville et il est profondément implanté et emploie des milliers de personnes dans tous les domaines et corrompt la police et les fonctionnaires. Ce n’est que depuis un an que le gouvernement libyen, avec l’aide de l’Italie, a réussi à contrôler ce cancer. Avec la disparition de leur marchandise humaine et de nombreux chefs en prison, la mafia a été en pointe dans le financement et le soutien à la rébellion libyenne. De nombreux gangs de trafic humain et autres éléments issus des bas-fonds de Benghazi sont connus pour avoir mené des pogroms contre les travailleurs immigrés africains à Benghazi même et dans les banlieues. Depuis le début de la rébellion à Benghazi, plusieurs centaines de travailleurs immigrés, Soudanais, Somaliens, Éthiopiens et Érythréens, ont été détroussés ou assassinés par les milices racistes rebelles, un fait soigneusement caché par les média internationaux.

    Benghazi est aussi connu comme un foyer d’extrémisme religieux, de fanatiques libyens qui sont passés par l’Afghanistan se sont concentrés là-bas et des groupes terroristes ont organisé des attentats et assassiné des fonctionnaires dans la ville au cours des vingt dernières années. Un groupe, qui se nomme Le Groupe Islamique Combattant, a déclaré dés 2007 qu’il était affilié à Al Qaeda. Ce sont ces groupes qui ont été les premiers à prendre les armes contre le gouvernement libyen.

    Le dernier problème, et le plus difficile à résoudre, est alimenté par des croyances désuètes présentes dans la société libyenne. Les Libyens refusent de faire des travaux qu’ils considèrent comme « sales ». En 1987, les Libyens étudiants du département d’anglais qui nous accompagnaient en parlaient ouvertement. Les jeunes Libyens qui terminent leurs études refusent des emplois de bas de gamme aux tâches subalternes. Ils s’attendent à obtenir immédiatement un bon poste avec un bon salaire, un bon appartement et une voiture neuve.

    Le gouvernement a été obligé de faire venir des centaines de milliers de travailleurs immigrés pour faire « le travail sale » que les Libyens refusent de faire, d’abord depuis l’Afrique subsaharienne et plus tard depuis l’Asie.

    Le résultat est que des milliers de jeunes Libyens sont sans emploi et vivent aux crochets de leurs familles. Cette existence parasitaire a généré de nombreux problèmes sociaux graves. L’alcool, interdit en Libye, et la drogue constituent un problème en augmentation chez les jeunes.

    Tous ces problèmes sociaux étaient arrivés à un stade critique lorsque la rue arabe a déclenché son soulèvement contre les élites soutenues par l’Occident, d’abord en Tunisie, voisin de la Libye, ensuite en Egypte.

    Lorsque les premières manifestations de jeunes mécontents se sont déroulées à Benghazi, la coalition informelle de groupes terroristes et de gangs de trafiquants ont immédiatement profité de la situation pour attaquer les prisons de haute sécurité à l’extérieur de Benghazi où leurs camarades étaient enfermés. Après la libération de leurs chefs, la rébellion a attaqué les postes de police et les bâtiments officiels, et les habitants de la ville se sont réveillés avec la vision de cadavres de policiers pendus aux ponts qui enjambent les autoroutes.

    Le gouvernement libyen dirigé par le Colonel Kadhafi a toujours pris soin de ne pas laisser se développer une armée professionnelle et puissante, et préférait compter sur un système de « comités révolutionnaires » pour diriger les communautés locales et s’occuper des questions de sécurité dans le pays.

    Ces « comités révolutionnaires » n’ont jamais vraiment connu l’épreuve du feu et ont été lents à réagir devant une rébellion qui s’étendait rapidement. Le gouvernement libyen a finalement réussi à s’organiser et a lancé une offensive contre la rébellion. Les rebelles, pour la plupart des jeunes sans formation militaire et des milices vaguement encadrées, ont été chassés des territoires fraichement conquis et il est devenu évident que la rébellion allait échouer. De hauts officiers des services de renseignement US l’ont publiquement admis. A présent, il est largement reconnu, du moins dans le monde arabe et africain, que la majorité des Libyens soutiennent le gouvernement dirigé par le Colonel Kadhafi et que la rébellion n’est soutenue que par une minorité de la population. La fin de la rébellion semblait inéluctable.

    Alors que le forces militaires du gouvernement se trouvaient dans les banlieues de Benghazi et que le sort de la rébellion semblait scellé, il a été décidé aux Etats-Unis, et chez ses hommes de main à Londres et à Paris, d’attaquer la Libye pour renverser le gouvernement.

    La Libye est un pays riche en pétrole, proche de l’Europe, avec les plus grandes réserves de pétrole confirmées de tout le continent africain. Avec de tels enjeux, la décision fut prise de lancer une attaque contre la Libye. En fait, il faudrait dire « de lancer un massacre » parce qu’il n’existe pas à ce jour de défense efficace contre les missiles de croisière et le bombardement de haute altitude, surtout la nuit, et tant pis pour les victimes civiles.

    Après leurs attaques et invasions de l’Irak, de l’Afghanistan et de la Somalie, peu de gens dans le monde croient à la version occidentale d’une attaque contre la Libye pour protéger des civils. Les Etats-Unis et leurs alliés européens jouent à un jeu extrêmement dangereux en attaquant la Libye aujourd’hui. Alors que les pays arabes courent le risque de connaître de véritables situations révolutionnaires, c’est-à-dire des révoltes armées contres les élites soutenues par l’Occident, l’attaque contre la Libye pourrait devenir l’étincelle que l’Occident tentait désespérément justement d’éviter.

    Il est impossible de prévoir les conséquences des attaques de l’Occident contre la Libye. Assisterons-nous à un nouveau Kosovo ou à une victoire du gouvernement libyen dirigé par Kadhafi ?

    La seule chose qui est sûre, c’est que le peuple libyen paiera cher pour garder son pays, un prix qui sera inévitablement payé en sang.

    Je suis déjà en train de préparer ma prochaine visite en Libye, prévue à la même époque pour l’année prochaine, peut-être avec la deuxième délégation US pour la paix en Libye. Dieu sait combien de fleurs il faudra déposer sur les tombes des enfants libyens tués par le dernier massacre commis par les Etats-Unis et leurs partenaires européens.

    Thomas C. Mountain
    Asmara, Érythrée

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 20

    Par SEPH (xxx.xxx.xxx.154) 10 avril 10:01

    Comment faut-il comprendre ce qui est en train de se passer en Lybie ?

    Comment expliquer cette intervention onusienne, qui prend une tournure surréaliste et
    crée un précédent lourd de conséquence pour le devenir de la « gouvernance
     » à l’échelle mondiale ? 

    Qu’est-ce que la « gouvernance » ? 

    C’est cette tendance de plus en plus marquée, dans le chef des puissances,
    à intervenir là où bon leur semble, sans plus tenir compte des règles
    précises du droit international, dans le but, officiellement, de gérer une
    crise qualifiée « d’humanitaire », sous le prétexte d’agir de manière
    rapide et pratique. 

    Cette tendance s’est développée après l’effondrement de l’Union
    soviétique et la disparition de la logique bipolaire qui régissait les
    relations internationales, chacune des deux superpuissances, Etats-Unis et URSS,
    protégeant ses alliés de l’ingérence de l’adversaire. Ainsi, depuis le
    début des années 1990’, même si la Russie et la Chine tiennent à leur pré
    carré (à l’échelle régionale du moins), les Etats-Unis et leurs alliés
    européens, à travers l’alliance militaire de l’OTAN, ont commencé à
    dominer la scène internationale et à intervenir tous azimuts, là où leurs
    intérêts les y portent, et sans nécessairement tenir compte du droit et des
    prérogatives de l’ONU : en Afghanistan, en Irak, au Kosovo, plus récemment
    en Côte d’Ivoire… et à présent en Libye. 

    Dans le cas de la Libye, c’est la France de Nicolas Sarkozy, nouvel allié
    privilégié de Washington et dès lors soutenu par elle en contrepartie, qui a
    été le promoteur de l’intervention : après avoir un peu trop rapidement
    lâché son ancien allié, Mouammar Kadhafi, et reconnu les rebelles comme
    nouveau gouvernement légal, Paris s’est retrouvée Gros-Jean comme devant
    lorsque Kadhafi a repris la main ; d’où cet acharnement d’Alain Juppé, le
    ministre des Affaires étrangères français, à arracher au Conseil de
    Sécurité une résolution autorisant l’intervention en Libye. 

    Pour ce faire, une pirouette rhétorique, bien que cousue de fil blanc, a
    été exécutée : la rébellion, armée, qui tente de renverser le régime de
    Kadhafi, rébellion partisane (la « révolution » libyenne est en réalité
    une guerre civile entre les clans tribaux de la région de l’est, Benghazi et
    Tobrouk, et la majorité des Libyens, favorables à Tripoli), s’est comme par
    magie transformée en une « révolte de civils sans défense », en proie à la
    vengeance meurtrière du chef de l’État libyen. 

    C’était en effet la condition sine qua non à la légalité d’une
    intervention onusienne dans les affaires intérieures libyennes : le principe
    fondamental qui régit les rapports entre les État consiste en la
    non-ingérence ; chaque État est souverain à l’intérieur de ses frontières
    et seul le gouvernement, qu’il soit démocratique ou pas, a la légitimité
    pour user de la force et maintenir l’ordre. Toutefois, le Conseil de
    Sécurité de l’ONU peut autoriser une intervention, mais dans le seul cas où
    serait en cours un génocide ou un crime contre la population civile. 

    De là, le discours martelé par la France et partout redit : « nous
    intervenons pour protéger des civils, avec l’accord de la communauté
    internationale, y compris celui des nations arabes, et dans le cadre d’un
    mandat de l’ONU ». 

    Mais de quelle « communauté internationale » s’agit-il, si non du petit
    club des États occidentaux (et encore, pas de tous)
     ? En effet, la résolution
    n’a été avalisée ni par l’Inde, ni par la Chine, ni par la Russie, ni par
    le Brésil. Elle est critiquée par la Turquie et même par l’Allemagne, qui a
    décidé de suspendre la participation de sa marine aux manœuvres de l’OTAN
    en Méditerranée, pour être certaine de ne pas devoir intervenir dans
    l’affaire en cas d’extension du conflit. Quant aux nations arabes, elles se
    résument à trois monarchies, depuis toujours gagnées aux intérêts
    états-uniens : l’Arabie saoudite et deux petits États, le Qatar et les
    Émirats arabes unis, lesquels, paradoxalement, laissent leur voisin, le roi du
    Bahreïn, massacrer son peuple en révolte, qui est, lui, réellement sans
    défense (mieux, l’Arabie saoudite a envoyé des troupes en renfort au
    monarque bahreïni). 

    En outre, ce dont aucun média n’a fait écho, plusieurs des leaders des
    rebelles ne sont pas à proprement parler des démocrates « épris de liberté
     »… 

    À commencer par le président du « Conseil national de Transition » qui
    ambitionne de remplacer le gouvernement Kadhafi, lequel n’est autre que
    Mustapha Mohammed Abud al-Jalil, ancien ministre de la justice de Kadhafi,
    nommé à ce poste car il appartient à la même tribu que l’épouse du
    dirigeant libyen.  

    En décembre 2010, Amnesty International avait dénoncé Mustapha Abud
    al-Jalil comme l’un « des plus effroyables responsables de violations des
    droits humains en Afrique du nord ». C’est lui qui, notamment, avait condamné
    à mort les cinq infirmières bulgares détenues en otages par le régime, avec
    un médecin palestinien, et, libérées, suite à l’intervention
    hyper-médiatisée de Cécilia Sarkozy, l’épouse du président français,
    après huit années de calavaire, pendant lesquelles elles furent maltraitées
    et violées (ainsi donc, la boucle est bouclée…). Ce qui a valu à Nicolas
    Sarkozy la colère du premier ministre bulgare Boïko Borissov, lorsque ce
    dernier a appris la reconnaissance unilatérale par Paris du « Conseil national
    de Transition ». 

    Autre exemple éloquent, parmi les « démocrates » et « défenseurs des
    Droits de l’Homme » soutenus par la coalition, le général Abdul Fatah
    Younis, nommé à la tête des « forces armées « civiles » » rebelles. 

    Ancien ministre de l’intérieur libyen, Abdul Fatah Younis a également
    dirigé la police politique. Il était donc en charge de la répression et des
    tortures exercées sur les opposants au régime du colonel Kadhafi, dont il
    semble qu’il ait, en fin de compte, décidé de prendre le trône… 

    Sont-ce là les civils « épris de liberté » que la coalition est sensée
    protéger ? 

    Enfin, le mandat de l’ONU. A l’origine, il s’agissait de mettre en place
    une zone d’exclusion aérienne. Par la suite, la France a réussi à imposer
    un texte autorisant les États à « tout mettre en œuvre » pour protéger les
    civils, contenu déjà plus vague et propice à l’interprétation… 

    Néanmoins, l’objectif est demeuré précis : la protection des civils. 

    Pourtant, à peine la résolution votée, la France s’est empressée
    d’engager le combat contre les forces armées libyennes (l’armée
    régulière obéissant au gouvernement légitime) et a commencé à détruire
    ses infrastructures. Des missiles, qui ont fait de nombreuses victimes civiles
    ,
    ont été tirés par les Britanniques et les États-uniens depuis des navires ;
    certains visaient directement la résidence du chef de l’État libyen ( !). 

    Sans complexe, devant « l’incapacité des rebelles à profiter de l’aide
    de la coalition pour remporter la victoire » (sic), certaines chancelleries ont
    même proposé de « fournir des armes lourdes aux insurgés » (sic), car « il
    est évident que les populations civiles ne pourront être en sécurité
    qu’une fois Kadhafi parti » (sic). 

    Il est en outre désormais bien établi que la coalition « internationale »
    a dépêché aux rebelles des conseillers, qui coordonnent les opérations
    militaires et les mouvements des troupes des insurgés et les frappes des forces
    franco-britannico-états-uniennes.
    Autrement dit, les frappes de cette
    coalition, non seulement, ont enlevé la maîtrise de l’air au gouvernement
    libyen mais, surtout, ont objectivement et délibérément soutenu la
    progression des rebelles. La coalition a fourni une force aérienne aux
    insurgés. 

    L’objectif poursuivi, comme on l’aura compris, n’est donc nullement la
    protection des civils, mais le renversement du gouvernement libyen et son
    remplacement par les leaders de la rébellion. 

    En d’autres termes, cette coalition est en train d’appuyer une tentative
    de coup d’État, en faveur duquel elle a pris parti. 

    L’intervention en Libye constitue incontestablement un acte de guerre,
    illégal, envers le gouvernement libyen. 

    C’est aussi une ingérence patente dont les motivations, évidemment liée
    à la question pétrolière et gazière, s’inscrivent sans ambiguïté aucune
    dans le cadre d’une politique néocoloniale qui crie son nom. 

    En cela, la résolution 1973 et l’intervention en Libye constituent un
    précédent dangereux pour la souveraineté des peuples : ce précédent
    pourrait être le justificatif et le premier acte d’une longue liste
    d’interventions à venir, au Venezuela, en Amérique latine, en Afrique, en
    Iran…
    Partout où le commande l’intérêt des puissances, la moindre
    opposition au gouvernement en place, même extrêmement minoritaire, voire
    organisée et téléguidée depuis l’étranger (comme ce fut le cas lors des
    célèbres « révolutions colorées »), pourrait être instrumentalisée de
    sorte à justifier une intervention. 

    En Iran, par exemple, la forte minorité d’opposants au gouvernement du
    président Ahmadinejad, si répression des manifestations il y avait à nouveau,
    pourrait servir de prétexte à une intervention de soutien à la population
    civile, exactement comme en Libye. La livraison d’armes à l’opposition
    serait alors envisageable, de sorte à renverser le gouvernement iranien (au
    risque de passer par une période de guerre civile et de dévaster le pays). 

    La question pour l’avenir : après l’Irak, après la Libye… à qui le
    tour ?

    Pierre PICCININ
    Professeur d’histoire et de sciences politiques
    Website : http://pierre.piccinin-publications…

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 14

    Par leypanou (xxx.xxx.xxx.147) 10 avril 11:00

    donateur-d876a

    L’attaque contre ceux qui les mettent en péril ? Vous êtes bien réveillé là ? Qui met en péril quoi ? Si une horde de tunisiens quittent la Libye où ils travaillaient avant et viennent comme clandestins en France, vous y attendiez-vous ? Le français lambda a un quelconque intérêt à ce que les pilotes de l’OTAN aillent bombarder la Lybie ? A la rigueur, le salarié de Total peut-être et encore. Il ne faut pas confondre l’intérêt de la France et l’intérêt de quelques-uns ou même de quelques entreprises. La France a plus intérêt à ce que le régime lybien soit stable pour contrôler la vague de clandestins qui risquent de déferler en Europe. Mais pour s’en rendre compte, encore faut-il avoir les méninges qui fonctionnent correctement !

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

  • votes : 11

    Par Pierre JC Allard (xxx.xxx.xxx.18) 10 avril 05:52

    Pierre JC Allard

     La révolte populaire en Libye – qui a 3 fois le revenu par tete de la Tunisie et une meilleure cote Gini ! - Libye a été une supercherie médiatique grossière. Les médias traditionnels se sont discrédités dans cette affaire. Le seul but – évident - de l’agression contre la Libye est la scission du pays pour en faciliter le partage des ressources. En faisant massacrer par des mercenaires àlternativement en Cyrénaïque et en Tripolitaine on y parviendra sans doute. Saloperie.

     

     Pierre JC Allard
     

     

    Lire le commentaire dans son contexte

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus

Réagissez à l’article

Réactions à cet article

  • votes : 23

    Par Rousquille (xxx.xxx.xxx.182) 10 avril 02:23

    Rousquille

    Bombarder la Libye : de 1986 à 2011 (Countercurrents)

    En 1987, j’étais membre de la Délégation pour la Paix US en Libye. Nous étions là pour la première commémoration du bombardement US contre la Libye en 1986.

    En avril 1986, des avions de combat US ont frappé Tripoli à 2 heures du matin. Ils ont bombardé la résidence familiale de Kadhafi, blessant plusieurs membres de sa famille et tuant sa fille de 15 mois. Ma fille avait à peu près le même âge à l’époque et cela m’avait bouleversé.

    Les avions US ont bombardé aussi des immeubles d’habitation, à des kilomètres de toute cible militaire, tuant des dizaines d’enfants dans leur sommeil. J’ai aidé à poser des fleurs sur leurs tombes, dans le cimetière des Martyrs, situé dans un ancien stade italien à Tripoli.

    Dimanche dernier, je me suis réveillé et j’ai allumé la télé et j’ai vu une famille Libyenne en deuil qui enterrait leur fillette de 3 ans, tuée dans son sommeil au cours de la dernière attaque US contre la Libye.

    Au cours des 25 dernières années, j’ai suivi les évènements en Libye et depuis que je me suis installé ici en Érythrée en 2006, j’ai même vu le colonel Kadhafi passer la nuit dans sa tente sur la plage près de notre maison au bord de la Mer Rouge.

    Les Etats-Unis semblent avoir besoin d’un épouvantail arabe ou musulman. Avant Oussama Ben Laden, il y a eu Saddam Hussein et avant Saddam Hussein, il y a eu Muammar Kadhafi. Avec un tel historique, il me paraît nécessaire de revenir sur ce qui se passe réellement en Libye.

    D’abord, un peu d’histoire. En 1969, lorsque le colonel Kadhafi est arrivé au pouvoir par un coup d’état qui a renversé le roi libyen, le peuple libyen était un des plus pauvres au monde avec un revenu annuel par habitant de moins de 60 dollars.

    Aujourd’hui, grâce au « socialisme arabe » du gouvernement et à la manne pétrolière, le peuple libyen connaît un de plus hauts niveaux de vie du monde arabe. La plupart des familles libyennes sont propriétaires de leur domicile et la plupart possèdent une voiture.

    Le système public de santé, gratuit, est l’un des meilleurs du monde arabe et l’éducation gratuite est bonne, sinon meilleure, que celles de la région.

    Alors la question qui se pose est : pourquoi une révolte a-t-elle éclatée ?

    La réponse, que je cherche partout depuis un mois, n’est pas simple.

    La révolté a démarré à Benghazi, dans l’est du pays. Un élément très important qui n’est mentionné dans aucun grand média est que cette ville est le point du continent Africain le plus proche de l’Europe. Benghazi est donc devenue, au cours des 15 dernières années environ, l’épicentre de la migration africaine vers l’Europe. Il est arrivé que plus de 1000 émigrés africains entrent par jour en Libye dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

    Le trafic humain, un de commerces les plus malsains et inhumains qui soit, s’est transformé en une véritable industrie à Benghazi, brassant des milliards de dollars. Un monde parallèle mafieux s’est développé dans la ville et il est profondément implanté et emploie des milliers de personnes dans tous les domaines et corrompt la police et les fonctionnaires. Ce n’est que depuis un an que le gouvernement libyen, avec l’aide de l’Italie, a réussi à contrôler ce cancer. Avec la disparition de leur marchandise humaine et de nombreux chefs en prison, la mafia a été en pointe dans le financement et le soutien à la rébellion libyenne. De nombreux gangs de trafic humain et autres éléments issus des bas-fonds de Benghazi sont connus pour avoir mené des pogroms contre les travailleurs immigrés africains à Benghazi même et dans les banlieues. Depuis le début de la rébellion à Benghazi, plusieurs centaines de travailleurs immigrés, Soudanais, Somaliens, Éthiopiens et Érythréens, ont été détroussés ou assassinés par les milices racistes rebelles, un fait soigneusement caché par les média internationaux.

    Benghazi est aussi connu comme un foyer d’extrémisme religieux, de fanatiques libyens qui sont passés par l’Afghanistan se sont concentrés là-bas et des groupes terroristes ont organisé des attentats et assassiné des fonctionnaires dans la ville au cours des vingt dernières années. Un groupe, qui se nomme Le Groupe Islamique Combattant, a déclaré dés 2007 qu’il était affilié à Al Qaeda. Ce sont ces groupes qui ont été les premiers à prendre les armes contre le gouvernement libyen.

    Le dernier problème, et le plus difficile à résoudre, est alimenté par des croyances désuètes présentes dans la société libyenne. Les Libyens refusent de faire des travaux qu’ils considèrent comme « sales ». En 1987, les Libyens étudiants du département d’anglais qui nous accompagnaient en parlaient ouvertement. Les jeunes Libyens qui terminent leurs études refusent des emplois de bas de gamme aux tâches subalternes. Ils s’attendent à obtenir immédiatement un bon poste avec un bon salaire, un bon appartement et une voiture neuve.

    Le gouvernement a été obligé de faire venir des centaines de milliers de travailleurs immigrés pour faire « le travail sale » que les Libyens refusent de faire, d’abord depuis l’Afrique subsaharienne et plus tard depuis l’Asie.

    Le résultat est que des milliers de jeunes Libyens sont sans emploi et vivent aux crochets de leurs familles. Cette existence parasitaire a généré de nombreux problèmes sociaux graves. L’alcool, interdit en Libye, et la drogue constituent un problème en augmentation chez les jeunes.

    Tous ces problèmes sociaux étaient arrivés à un stade critique lorsque la rue arabe a déclenché son soulèvement contre les élites soutenues par l’Occident, d’abord en Tunisie, voisin de la Libye, ensuite en Egypte.

    Lorsque les premières manifestations de jeunes mécontents se sont déroulées à Benghazi, la coalition informelle de groupes terroristes et de gangs de trafiquants ont immédiatement profité de la situation pour attaquer les prisons de haute sécurité à l’extérieur de Benghazi où leurs camarades étaient enfermés. Après la libération de leurs chefs, la rébellion a attaqué les postes de police et les bâtiments officiels, et les habitants de la ville se sont réveillés avec la vision de cadavres de policiers pendus aux ponts qui enjambent les autoroutes.

    Le gouvernement libyen dirigé par le Colonel Kadhafi a toujours pris soin de ne pas laisser se développer une armée professionnelle et puissante, et préférait compter sur un système de « comités révolutionnaires » pour diriger les communautés locales et s’occuper des questions de sécurité dans le pays.

    Ces « comités révolutionnaires » n’ont jamais vraiment connu l’épreuve du feu et ont été lents à réagir devant une rébellion qui s’étendait rapidement. Le gouvernement libyen a finalement réussi à s’organiser et a lancé une offensive contre la rébellion. Les rebelles, pour la plupart des jeunes sans formation militaire et des milices vaguement encadrées, ont été chassés des territoires fraichement conquis et il est devenu évident que la rébellion allait échouer. De hauts officiers des services de renseignement US l’ont publiquement admis. A présent, il est largement reconnu, du moins dans le monde arabe et africain, que la majorité des Libyens soutiennent le gouvernement dirigé par le Colonel Kadhafi et que la rébellion n’est soutenue que par une minorité de la population. La fin de la rébellion semblait inéluctable.

    Alors que le forces militaires du gouvernement se trouvaient dans les banlieues de Benghazi et que le sort de la rébellion semblait scellé, il a été décidé aux Etats-Unis, et chez ses hommes de main à Londres et à Paris, d’attaquer la Libye pour renverser le gouvernement.

    La Libye est un pays riche en pétrole, proche de l’Europe, avec les plus grandes réserves de pétrole confirmées de tout le continent africain. Avec de tels enjeux, la décision fut prise de lancer une attaque contre la Libye. En fait, il faudrait dire « de lancer un massacre » parce qu’il n’existe pas à ce jour de défense efficace contre les missiles de croisière et le bombardement de haute altitude, surtout la nuit, et tant pis pour les victimes civiles.

    Après leurs attaques et invasions de l’Irak, de l’Afghanistan et de la Somalie, peu de gens dans le monde croient à la version occidentale d’une attaque contre la Libye pour protéger des civils. Les Etats-Unis et leurs alliés européens jouent à un jeu extrêmement dangereux en attaquant la Libye aujourd’hui. Alors que les pays arabes courent le risque de connaître de véritables situations révolutionnaires, c’est-à-dire des révoltes armées contres les élites soutenues par l’Occident, l’attaque contre la Libye pourrait devenir l’étincelle que l’Occident tentait désespérément justement d’éviter.

    Il est impossible de prévoir les conséquences des attaques de l’Occident contre la Libye. Assisterons-nous à un nouveau Kosovo ou à une victoire du gouvernement libyen dirigé par Kadhafi ?

    La seule chose qui est sûre, c’est que le peuple libyen paiera cher pour garder son pays, un prix qui sera inévitablement payé en sang.

    Je suis déjà en train de préparer ma prochaine visite en Libye, prévue à la même époque pour l’année prochaine, peut-être avec la deuxième délégation US pour la paix en Libye. Dieu sait combien de fleurs il faudra déposer sur les tombes des enfants libyens tués par le dernier massacre commis par les Etats-Unis et leurs partenaires européens.

    Thomas C. Mountain
    Asmara, Érythrée

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -15

      Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 10 avril 05:49

      Deneb

      Thomas C. Mountain, propagandiste oeuvrant pour la dictature, vivant tranquillement aux USA :
      http://www.asmarino.com/articles/63…

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 6

      Par latitude zéro (xxx.xxx.xxx.82) 10 avril 06:22

      latitude zéro donateur-d876a

      Thomas C.Mountain

      Merci pour ce témoignage très émouvant, bouleversant , et merci pour cet éclairage édifiant sur la genèse de la révolution Libyenne , récupérée par ces groupes mafieux, jusqu’à cette guerre civile actuelle , elle même récupérée par d’autres mafieux , occidentaux cela , et en costume cravate. !
      Un gachis obscène
      L’humanité entière en a marre de ces néocons US de merde , de ces multinationales ,qui ont fait de ce monde un enfer tel que nous le voyons aujourd’hui et qui nous mènent droit dans le mur.

      Il est plus que temps que l’opinion occidentale se réveille et se retourne contre leurs « maîtres. »
       
      « un peuple ignorant est l’instrument aveugle de sa propre destruction » Simon Bolivar

      Michel Collon et Investig action propose d’éditer ces 3 parties de texte dans un petit livre , qui pourrait se faire je l’espère , dans l’esprit du livre de Stephan Hessel : Indignez vous.
      Je trouve l’idée excellente. Si ce projet se réalise, je pense que chaque participant devrait ,selon ses moyens, acheter plusieurs exemplaires et les offrir à des connaissances , amis , famille, qui eux même seront invités à faire la même chose de leur coté.
      Voilà déjà une première petite action en attendant mieux, car rien ne se fera sans informer la « masse ».

      Pour le coté promotion du livre, le « buzz » doit se faire avant tout sur internet.
      Il est fort possible aussi et souhaitable que ce livre est une visibilité sur des médias mainstream car le vent est en train de tourner doucement  !!

      Michel Collon vous demande ce que vous en pensez, en fin de son 3ième article

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 5

      Par latitude zéro (xxx.xxx.xxx.82) 10 avril 07:05

      latitude zéro donateur-d876a

      Thomas C Mountain écrit pour countercurrents.org

      Countercurrents.org est financé par les fonds propres de son fondateur et par les donations des lecteurs. Chaque mois, ce site est visité par 100 000 internautes qui apprécient l’engagement et le sérieux des jounalistes qui y travaillent. ( Courrier international)

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 2

      Par papi (xxx.xxx.xxx.235) 10 avril 14:06

      Deneb

       Comme ce commentaire ne me plait pas et va à contrario de mes opinions, je le méprise, et je le détruit, c’est cela la langue de bois  ;;

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -5

      Par joelim (xxx.xxx.xxx.104) 10 avril 15:48

      joelim donateur-d876a

      Aujourd’hui, grâce au « socialisme arabe » du gouvernement et à la manne pétrolière, le peuple libyen connaît un de plus hauts niveaux de vie du monde arabe.


      Mouais c’est vite dit, il faudrait sourcer ça.


      Le gouvernement libyen dirigé par le Colonel Kadhafi a toujours pris soin de ne pas laisser se développer une armée professionnelle et puissante

      Faux. Son armée est professionnelle et puissante. Non, ce qui la distingue est qu’elle est à sa botte.


      Les Etats-Unis et leurs alliés européens jouent à un jeu extrêmement dangereux en attaquant la Libye aujourd’hui. Alors que les pays arabes courent le risque de connaître de véritables situations révolutionnaires, c’est-à-dire des révoltes armées contres les élites soutenues par l’Occident, l’attaque contre la Libye pourrait devenir l’étincelle que l’Occident tentait désespérément justement d’éviter.

       

      Comme si les situations en Irak et en Afghanistan n’étaient pas beaucoup plus scandaleuses. Et si on avait soutenu Kadhafi, il aurait fallu soutenir Moubarak et Ali aussi ? C’est pas le même genre de dictateurs peut-être ?

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -1

      Par OMAR (xxx.xxx.xxx.182) 10 avril 18:57

      donateur-d876a

      Omar 33

      Deneb ? quand il est à court d’arguments, il devient troll et manipulateur..

      Sinon il est juste un gentil islamophobe avéré, un efficace sioniste déclaré et un fiéfé F. Hainiste affirmé…

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -10

      Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 10 avril 19:14

      Deneb

      C’est assez rassurant de se faire insulter par les bigots comme Omar.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 6

      Par OMAR (xxx.xxx.xxx.182) 10 avril 21:06

      donateur-d876a

      Omar 33

      Deneb, merci pour la confirmation..

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -14

    Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 10 avril 05:35

    Deneb

    Je ne sais pas pour la Libye, mais pour la Yougoslavie les choses étaient claires, et le sont toujours. Nous avions un manipulateur sournois qu’était Milosevic, opprimant toute force progressiste en Serbie, soufflant sur les brasiers nationalistes et favorisant les activités mafieuses au sein de l’Etat. Ayant déjà provoqué une guerre auparavant, le nettoyage ethnique basé sur une séparation confessionnelle cathos-orthodoxes-muslimans avec son lot de massacres, c’était clairement la personne à abattre. Destitué par son propre peuple, à qui les médias de plus en plus libres avaient ouvert les yeux, il a fini en prison, en vulgaire criminel. Jouant la victime et refusant le traitement médical, il est mort lors de sa dernière tentative de manipulation.

    De l’avoir bombardé n’était, certes, pas la meilleure idée. On ne va pas prendre un bazooka pour déloger un nid de frelons. Mais avec un nouveau massacre qui se profilait du coté du Kosovo, il y en a qui ont pété les plombs. Ce fut un électrochoc pour le peuple serbe, qui s’est finalement organisé pour marcher sur le parlement afin de mettre dehors celui qui a provoqué la guerre et l’éclatement de la Yougoslavie. Cela n’a pas empêché la mafia de Zemun de continuer à mettre les bâtons dans les rues de la démocratie, en assassinant plus tard le maire de Belgrade et premier ministre Zoran Djindjic, un vrai démocrate progressiste. J’ai vécu cette histoire de près, j’y ai de la famille, et aujourd’hui toutes les personnes raisonnables de Serbie seraient d’accord avec cette version. Travaillant avec la Serbie dans le cadre de mon activité professionnelle, je connais les réalités sur le terrain.
     
    Mais la mode est aux quêtes identitaires, les soumissions aux idées communautaristes vont bon train dans un monde partagé entre les croyances et la raison, qui malheureusement recule.

    Non à la réhabilitation de Milosevic, le boucher des Balkans ! A ce train, on va finir par réhabiliter Hitler, ayant dans son temps combattu les méchants sionistes…
     

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 11

    Par Pierre JC Allard (xxx.xxx.xxx.18) 10 avril 05:52

    Pierre JC Allard

     La révolte populaire en Libye – qui a 3 fois le revenu par tete de la Tunisie et une meilleure cote Gini ! - Libye a été une supercherie médiatique grossière. Les médias traditionnels se sont discrédités dans cette affaire. Le seul but – évident - de l’agression contre la Libye est la scission du pays pour en faciliter le partage des ressources. En faisant massacrer par des mercenaires àlternativement en Cyrénaïque et en Tripolitaine on y parviendra sans doute. Saloperie.

     

     Pierre JC Allard
     

     

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -20

    Par Marc Gelone (xxx.xxx.xxx.149) 10 avril 06:58

    « A chaque guerre, c’est ainsi. Au début, il est presqu’impossible de s’y opposer. »

    Et alors ? Qu’est-ce que cela peut bien faire ? Dans le cas particulier, je vois qû’on va tuer des Libyens pour les empêcher de tuer d’autres Libyens. Comme je n’ai aucune préférence, j’appelle cela un jeu blanc, et je détourne mon attention vers d’autres éléments de l’actualité.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 20

    Par SEPH (xxx.xxx.xxx.154) 10 avril 10:01

    Comment faut-il comprendre ce qui est en train de se passer en Lybie ?

    Comment expliquer cette intervention onusienne, qui prend une tournure surréaliste et
    crée un précédent lourd de conséquence pour le devenir de la « gouvernance
     » à l’échelle mondiale ? 

    Qu’est-ce que la « gouvernance » ? 

    C’est cette tendance de plus en plus marquée, dans le chef des puissances,
    à intervenir là où bon leur semble, sans plus tenir compte des règles
    précises du droit international, dans le but, officiellement, de gérer une
    crise qualifiée « d’humanitaire », sous le prétexte d’agir de manière
    rapide et pratique. 

    Cette tendance s’est développée après l’effondrement de l’Union
    soviétique et la disparition de la logique bipolaire qui régissait les
    relations internationales, chacune des deux superpuissances, Etats-Unis et URSS,
    protégeant ses alliés de l’ingérence de l’adversaire. Ainsi, depuis le
    début des années 1990’, même si la Russie et la Chine tiennent à leur pré
    carré (à l’échelle régionale du moins), les Etats-Unis et leurs alliés
    européens, à travers l’alliance militaire de l’OTAN, ont commencé à
    dominer la scène internationale et à intervenir tous azimuts, là où leurs
    intérêts les y portent, et sans nécessairement tenir compte du droit et des
    prérogatives de l’ONU : en Afghanistan, en Irak, au Kosovo, plus récemment
    en Côte d’Ivoire… et à présent en Libye. 

    Dans le cas de la Libye, c’est la France de Nicolas Sarkozy, nouvel allié
    privilégié de Washington et dès lors soutenu par elle en contrepartie, qui a
    été le promoteur de l’intervention : après avoir un peu trop rapidement
    lâché son ancien allié, Mouammar Kadhafi, et reconnu les rebelles comme
    nouveau gouvernement légal, Paris s’est retrouvée Gros-Jean comme devant
    lorsque Kadhafi a repris la main ; d’où cet acharnement d’Alain Juppé, le
    ministre des Affaires étrangères français, à arracher au Conseil de
    Sécurité une résolution autorisant l’intervention en Libye. 

    Pour ce faire, une pirouette rhétorique, bien que cousue de fil blanc, a
    été exécutée : la rébellion, armée, qui tente de renverser le régime de
    Kadhafi, rébellion partisane (la « révolution » libyenne est en réalité
    une guerre civile entre les clans tribaux de la région de l’est, Benghazi et
    Tobrouk, et la majorité des Libyens, favorables à Tripoli), s’est comme par
    magie transformée en une « révolte de civils sans défense », en proie à la
    vengeance meurtrière du chef de l’État libyen. 

    C’était en effet la condition sine qua non à la légalité d’une
    intervention onusienne dans les affaires intérieures libyennes : le principe
    fondamental qui régit les rapports entre les État consiste en la
    non-ingérence ; chaque État est souverain à l’intérieur de ses frontières
    et seul le gouvernement, qu’il soit démocratique ou pas, a la légitimité
    pour user de la force et maintenir l’ordre. Toutefois, le Conseil de
    Sécurité de l’ONU peut autoriser une intervention, mais dans le seul cas où
    serait en cours un génocide ou un crime contre la population civile. 

    De là, le discours martelé par la France et partout redit : « nous
    intervenons pour protéger des civils, avec l’accord de la communauté
    internationale, y compris celui des nations arabes, et dans le cadre d’un
    mandat de l’ONU ». 

    Mais de quelle « communauté internationale » s’agit-il, si non du petit
    club des États occidentaux (et encore, pas de tous)
     ? En effet, la résolution
    n’a été avalisée ni par l’Inde, ni par la Chine, ni par la Russie, ni par
    le Brésil. Elle est critiquée par la Turquie et même par l’Allemagne, qui a
    décidé de suspendre la participation de sa marine aux manœuvres de l’OTAN
    en Méditerranée, pour être certaine de ne pas devoir intervenir dans
    l’affaire en cas d’extension du conflit. Quant aux nations arabes, elles se
    résument à trois monarchies, depuis toujours gagnées aux intérêts
    états-uniens : l’Arabie saoudite et deux petits États, le Qatar et les
    Émirats arabes unis, lesquels, paradoxalement, laissent leur voisin, le roi du
    Bahreïn, massacrer son peuple en révolte, qui est, lui, réellement sans
    défense (mieux, l’Arabie saoudite a envoyé des troupes en renfort au
    monarque bahreïni). 

    En outre, ce dont aucun média n’a fait écho, plusieurs des leaders des
    rebelles ne sont pas à proprement parler des démocrates « épris de liberté
     »… 

    À commencer par le président du « Conseil national de Transition » qui
    ambitionne de remplacer le gouvernement Kadhafi, lequel n’est autre que
    Mustapha Mohammed Abud al-Jalil, ancien ministre de la justice de Kadhafi,
    nommé à ce poste car il appartient à la même tribu que l’épouse du
    dirigeant libyen.  

    En décembre 2010, Amnesty International avait dénoncé Mustapha Abud
    al-Jalil comme l’un « des plus effroyables responsables de violations des
    droits humains en Afrique du nord ». C’est lui qui, notamment, avait condamné
    à mort les cinq infirmières bulgares détenues en otages par le régime, avec
    un médecin palestinien, et, libérées, suite à l’intervention
    hyper-médiatisée de Cécilia Sarkozy, l’épouse du président français,
    après huit années de calavaire, pendant lesquelles elles furent maltraitées
    et violées (ainsi donc, la boucle est bouclée…). Ce qui a valu à Nicolas
    Sarkozy la colère du premier ministre bulgare Boïko Borissov, lorsque ce
    dernier a appris la reconnaissance unilatérale par Paris du « Conseil national
    de Transition ». 

    Autre exemple éloquent, parmi les « démocrates » et « défenseurs des
    Droits de l’Homme » soutenus par la coalition, le général Abdul Fatah
    Younis, nommé à la tête des « forces armées « civiles » » rebelles. 

    Ancien ministre de l’intérieur libyen, Abdul Fatah Younis a également
    dirigé la police politique. Il était donc en charge de la répression et des
    tortures exercées sur les opposants au régime du colonel Kadhafi, dont il
    semble qu’il ait, en fin de compte, décidé de prendre le trône… 

    Sont-ce là les civils « épris de liberté » que la coalition est sensée
    protéger ? 

    Enfin, le mandat de l’ONU. A l’origine, il s’agissait de mettre en place
    une zone d’exclusion aérienne. Par la suite, la France a réussi à imposer
    un texte autorisant les États à « tout mettre en œuvre » pour protéger les
    civils, contenu déjà plus vague et propice à l’interprétation… 

    Néanmoins, l’objectif est demeuré précis : la protection des civils. 

    Pourtant, à peine la résolution votée, la France s’est empressée
    d’engager le combat contre les forces armées libyennes (l’armée
    régulière obéissant au gouvernement légitime) et a commencé à détruire
    ses infrastructures. Des missiles, qui ont fait de nombreuses victimes civiles
    ,
    ont été tirés par les Britanniques et les États-uniens depuis des navires ;
    certains visaient directement la résidence du chef de l’État libyen ( !). 

    Sans complexe, devant « l’incapacité des rebelles à profiter de l’aide
    de la coalition pour remporter la victoire » (sic), certaines chancelleries ont
    même proposé de « fournir des armes lourdes aux insurgés » (sic), car « il
    est évident que les populations civiles ne pourront être en sécurité
    qu’une fois Kadhafi parti » (sic). 

    Il est en outre désormais bien établi que la coalition « internationale »
    a dépêché aux rebelles des conseillers, qui coordonnent les opérations
    militaires et les mouvements des troupes des insurgés et les frappes des forces
    franco-britannico-états-uniennes.
    Autrement dit, les frappes de cette
    coalition, non seulement, ont enlevé la maîtrise de l’air au gouvernement
    libyen mais, surtout, ont objectivement et délibérément soutenu la
    progression des rebelles. La coalition a fourni une force aérienne aux
    insurgés. 

    L’objectif poursuivi, comme on l’aura compris, n’est donc nullement la
    protection des civils, mais le renversement du gouvernement libyen et son
    remplacement par les leaders de la rébellion. 

    En d’autres termes, cette coalition est en train d’appuyer une tentative
    de coup d’État, en faveur duquel elle a pris parti. 

    L’intervention en Libye constitue incontestablement un acte de guerre,
    illégal, envers le gouvernement libyen. 

    C’est aussi une ingérence patente dont les motivations, évidemment liée
    à la question pétrolière et gazière, s’inscrivent sans ambiguïté aucune
    dans le cadre d’une politique néocoloniale qui crie son nom. 

    En cela, la résolution 1973 et l’intervention en Libye constituent un
    précédent dangereux pour la souveraineté des peuples : ce précédent
    pourrait être le justificatif et le premier acte d’une longue liste
    d’interventions à venir, au Venezuela, en Amérique latine, en Afrique, en
    Iran…
    Partout où le commande l’intérêt des puissances, la moindre
    opposition au gouvernement en place, même extrêmement minoritaire, voire
    organisée et téléguidée depuis l’étranger (comme ce fut le cas lors des
    célèbres « révolutions colorées »), pourrait être instrumentalisée de
    sorte à justifier une intervention. 

    En Iran, par exemple, la forte minorité d’opposants au gouvernement du
    président Ahmadinejad, si répression des manifestations il y avait à nouveau,
    pourrait servir de prétexte à une intervention de soutien à la population
    civile, exactement comme en Libye. La livraison d’armes à l’opposition
    serait alors envisageable, de sorte à renverser le gouvernement iranien (au
    risque de passer par une période de guerre civile et de dévaster le pays). 

    La question pour l’avenir : après l’Irak, après la Libye… à qui le
    tour ?

    Pierre PICCININ
    Professeur d’histoire et de sciences politiques
    Website : http://pierre.piccinin-publications…

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -9

      Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 10 avril 18:49

      Deneb

      Pierre Picinin, catho intégriste, antisémite et grand admirateur des mollahs d’Iran, qui « pourraient bien donner des leçons à l’occident pour leur tolérance envers les chrétiens (et les athées, alors ?) » trouve sa tribune parmi les bigots d’Agoravox. Grand bien lui fasse.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • vote : 0

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 21:36

      Mustapha Mohammed Abud al-Jalil, semble être cet intermédiaire sur lequel la France de Sarkozy semble vouloir s’appuyer pour « jouer » la seconde manche, c-à-d avoir un interlocuteur libyen capable de faire contrepoids à Kadafi…il semble que les anglais ont déjà trouvé le leur ou les leurs…

      La presse écrite ne parait pas ignorer que chacun poursuit ses propres buts.

      Comme faisait remarquer un homme politique belge, la question est de trouver le bon intermédiaire, bref un démocrate, je suppose, un homme donc dont l’idéal serait celui de la liberté et non celui de l’intérêt, bref un homme qui pourrait équiper la Libye d’un appareil démocratique….et l’homme politique de se demander si un tel homme existe en Libye….

      Je crois que la suite va être intéressante…. smiley

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 2

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 21:39

      Tu sais ce qu’il te dit le chrétien qui a aidé à remplir des camions pour aider les populations sinistrées de Serbie….Deneb ….et qui , à l’annonce des bombardements de l’Otan s’est vraiment dit qu’il avait perdu son temps…..

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 2

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 21:45

      A Deneb, maintenant que j’ai poussé mon coup de gueule (Dieu que cela fait du bien), ce serait sympa d’expliquer ce qu’est la bigoterie….cela aiderait à la compréhension….

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 2

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 22:02

      Deneb, j’aime pas le régime de Téhéran, mais j’estime les iraniens et ne leur souhaite pas la guerre…

      Qu’en pensez-vous ? Qu’est ce qui trouve grâce à vous yeux ?

      Ok, je m’énerve mais, vous pompez bien…si je puis me permettre….

      nb : et je me demande pourquoi je m’inquiéte de vous…. smiley

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -14

    Par Julien (xxx.xxx.xxx.25) 10 avril 10:48

    Nous avons des intérêts et des valeurs à défendre. Bien sur. Et la meilleure défense est l’attaque contre ceux qui les mettent en péril.

    Faire passer, comme le fait l’auteur, des dictateurs « plus ou moins » en victimes est assez croustillant quand on voit les différents peuples se révolter contre eux.
    BEN ALI, MOUBARACK, KADHAFI, ASSAD, AHMADINEJAD, MECHAAL…des victimes ?

    1. Occulter les intérêts économiques. 2. Inverser la victime et l’agresseur. 3. Cacher l’Histoire. 4. Diaboliser. 5. Monopoliser l’info.
     c’est exactement ce que font ces dictateurs à l’encontre des peuples

    L’auteur sait que si nous perdons c’est au profit d’autres (la Chine n’est pas notre modèle, notre histoire, notre culture, notre démocratie, notre civilisation…comme la charia pour tous d’ailleurs) son couplet sur le monde bisounours est irréel.

    Comme je l’ai dit dans la partie 2 : L’OTAN est notre assurance tous risques.

    Merci à l’auteur.
     

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 14

      Par leypanou (xxx.xxx.xxx.147) 10 avril 11:00

      donateur-d876a

      L’attaque contre ceux qui les mettent en péril ? Vous êtes bien réveillé là ? Qui met en péril quoi ? Si une horde de tunisiens quittent la Libye où ils travaillaient avant et viennent comme clandestins en France, vous y attendiez-vous ? Le français lambda a un quelconque intérêt à ce que les pilotes de l’OTAN aillent bombarder la Lybie ? A la rigueur, le salarié de Total peut-être et encore. Il ne faut pas confondre l’intérêt de la France et l’intérêt de quelques-uns ou même de quelques entreprises. La France a plus intérêt à ce que le régime lybien soit stable pour contrôler la vague de clandestins qui risquent de déferler en Europe. Mais pour s’en rendre compte, encore faut-il avoir les méninges qui fonctionnent correctement !

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -4

      Par Cyprès (xxx.xxx.xxx.194) 10 avril 12:11

      Cyprès

      Mouarff…C’est celaaaaa… oui
      …Allez..
      Prends tes pti drapeaux,… ta pelle et ton sceau
      et retourne jouer a l’agence tous risques avec tes pti soldats en plomb durcis

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 3

      Par papi (xxx.xxx.xxx.235) 10 avril 14:13

      Julien

      Mais nous on bombarde ! on tue , ! pourquoi ?? le maintien de la paix passe t-il par des missiles et des bombes ? en faveur de qui ?
       Faut-il sacrifier des vies pour en sauver d’autres ? ou faut-il sauver toutes ces vies ?
      Si vous avez une réponse merci, mais vous allez avoir du mal à vous justifier..

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 7

    Par leypanou (xxx.xxx.xxx.147) 10 avril 10:50

    donateur-d876a

    Excellent article. Puisse ce genre d’articles être connu et diffusé le plus possible pour contrer un minimum la désinformation en permanence, surtout sur les chaînes de télévision. Des fois, on se demande s’il existe encore des chaînes qu’on peut regarder sans se faire intoxiquer ni écorcher les oreilles. Le fameux R2P (Responsibility To Protect) est une légalisation d’un néo-colonialisme sous couvert d’humanitaire et de l’ONU (la féodalisation de l’ONU a commencé bien avant Ban-Ki Moon et si Boutros-Boutros Gahli n’a pu se représenter au secrétariat général de l’ONU, ce n’est pas pour rien, pas assez malléable). La conclusion de l’article de M. Collon est parfaitement illustré par le livre de Michael Hudson Super Imperialism The Origin et Fundamentals of U.S World Dominance, que je conseille de lire. Soutenons toujours les médias alternatifs, surtout financièrement. Achetons les livres écrits par les auteurs qui nous font savoir autre chose que les pensées mainstream. Boycottons les médias qui nous endoctrinent et nous empêchent de voir au-delà des mots.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 5

      Par Croa (xxx.xxx.xxx.78) 10 avril 18:42

      Croa donateur-d876a

      « Des fois, on se demande s’il existe encore des chaînes qu’on peut regarder sans se faire intoxiquer ni écorcher les oreilles. »

      OUI, à condition de chercher l’information : Jamais aux infos de 20h, plutôt au cours des débats diffusés biens plus tard, sachant que l’invité intéressant sera souvent un sans grade et qu’il y aura des contradicteurs, au moins l’animateur !

      La radio aussi peut-être instructive, la bonne info leur échappe souvent. Là il faut être attentif car elle ne sera pas répétée !

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -7

    Par Kinini (xxx.xxx.xxx.100) 10 avril 12:29

    En conclusion ,on peut lire :

    1-Rejoignez…manque de moyens…
    2° Rejoignez notre collectif d’analyse critique « Test-médias ».

                                   &&&&&

    Ah !C’était donc ça !Mobiliser des compétences pour la propagande de la Cabale simplificatrice déguisée en phraséologie pacifiante ,l’amalgame instrumentalisant la mort d’innocents fuyant la Terreur semée par les sbires de Kadhafi !Ridicule !

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par papi (xxx.xxx.xxx.235) 10 avril 14:22

    @ l’auteur

    Non seulement votre article est excellent , mais vous mettez le doigt ou ça fait mal !! vous ne manquerez pas de rétracteurs, la nature humaine est ainsi faite , si des arguments humanistes
    sont exposés comme remparts à toute critique ,alors l’opinion prendra fait et cause pour les arguments avancés, quitte à apprendre plus tard que ces arguments sont fallacieux, les pertes en vie feront l’objet de  » regrets » mais la pillule aura été avalée par la plupart des personnes. Votre article est un acte de salut public, il faut continuer à informer le public à chaud..

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -5

    Par joelim (xxx.xxx.xxx.104) 10 avril 14:55

    joelim donateur-d876a

    Article intéressant — en triant on trouve certains éléments intéressants — mais il est dommage que l’argumentation manque de rigueur. Exemples.

    Les dirigeants qui seraient imposés à la Libye par les bombes occidentales seraient pires que Kadhafi. 

    Affirmation sans fondement. Il est improbable que les lybiens se laissent imposer des dirigeant de l’extérieur. Et surtout des dirigeants qui seraient pires que Kadhafi. On peut redouter l’avenir, mais affirmer avec certitude cela est de la méthode coué. L’analogie avec l’Irak et l’Afghanistan ne suffit pas à en être certain : d’abord les contextes sont différents, ensuite les raisonnements par analogie ne sont pas fiables.

    En réalité, la guerre contre la Libye est un précédent qui ouvre la voie à l’intervention armée des Etats-Unis ou de leurs alliés dans n’importe quel pays arabe, africain ou latino-américain. 

    Ah bon, parce que ce n’est pas ce qu’ils faisaient avant ? Ce n’est pas du tout un précédent. 

    Aujourd’hui, on va tuer des milliers de civils libyens « pour les protéger »

    Non. Au contraire, c’est la répression que commençait à mener Kadhafi qui aurait causé ces milliers de morts. Certes je n’ai pas de preuve concrète mais l’auteur non plus.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 6

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 15:10

      Perso, j’étais plutôt pour l’intervention mais là, j’ai comme un doute ….de même que sur la question ivoirienne….

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 0

      Par joelim (xxx.xxx.xxx.104) 10 avril 15:35

      joelim donateur-d876a

      Quand à moi je ne suis ni pour l’intervention ni pour pas d’intervention, c’est beaucoup trop manichéen. J’étais plutôt pour une intervention limitée et non Otano-états-unienne.

      Mais c’est vrai qu’on manque de données sur ce que veulent les libyens et sur leur niveau de vie sous Kadhafi. A moins que les données ne soient contradictoires à cause de propagande ? Evidemment mais c’est difficile à démêler pour l’instant. 

       

      Même cette (à priori bonne) idée d’une médiation par Lula, je ne sais pas si cela était réaliste. Pourquoi ne l’a-t’il pas tenté, d’ailleurs ? Il n’y avait pas de vol commercial entre le Brésil et la Libye à la bonne date ?

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 4

      Par Croa (xxx.xxx.xxx.78) 10 avril 18:51

      Croa donateur-d876a

      Joelim, tu dois être jeune…

      Relis l’histoire récente et les « fondements » qui te manquent paraîtront plus clairs !  smiley

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -2

      Par joelim (xxx.xxx.xxx.104) 11 avril 01:07

      joelim donateur-d876a

      Allez encore un donneur de leçon « c’est moi qui sait ». Des pelletées qu’on en a. smiley Réfléchis à la notion de preuve et on en reparlera. 

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • vote : -1

      Par joelim (xxx.xxx.xxx.104) 11 avril 01:37

      joelim donateur-d876a

      Désolé Croa je ne fonctionne pas en binaire. Je trouve que ça manque de subtilité et de nuance et surtout on peut se tromper (mais c’est sûr c’est intellectuellement confortable). 

      Que les Etats-Unis soient ce qu’ils sont (quasiment des chiens de guerre) n’implique pas que dans le cas précis de la Libye ils ont tiré les ficelles. Si les circonstances avaient fait que les EU soutiennent Kadhafi, il aurait été facile avec le type de raisonnement de Michel Collon de montrer aussi qu’ils aient tout manigancé. Mais les relations de causalité ne sont pas si simples à établir. D’ailleurs le pouvoir étasunien n’est pas un tout monolithique. 

      Et puis il est contradictoire de penser que la résistance roule à la fois pour les yankies et pour Al-Quaeda. Pourquoi pas pour les martiens en plus ? smiley 

       

      Non, je pense que les libyens de Benghazi sont avant tout des gens et qu’ils se sont inspirés des révoltes limitrophes, certes de manière inconsidérée. Nier cela sans preuves (je ne parle pas des petits complots de la cia qui sont dans leurs gênes) est un peu les instrumentaliser. 

       

      Mais j’avoue que la propagande de guerre rend difficile d’être affirmatif. Quand je parle de propagande c’est dans les 2 sens : si vous n’avez pensé qu’à un seul sens c’est déjà que votre jugement est subjectif.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 15:02

    J’ai tapé au clavier « Bombes humanitaires » sur Google…..et j’ai récolté un paquet de liens….et donc d’avis à lire.

    Je trouve que Monsieur Collon ne manque pas de courage puisqu’il a récolté auprès des participants des émissions auxquelles il a été invité soit l’agacement, le déni ou encore le silence….

    Ce qui est très agaçant est de trouver l’argument « humanitaire » pour faire passer la pilule….

    Je ne partage pas toute son analyse….mais il est un des ceux qui dit ce qu’il penst vraiment et semble-t-il avec sincérité.

    Il y a une contradiction entre « la diplomatie du canon » et la « diplomatie humanitaire »….

    Il y a une contradiction entre  » démocratie » et « puissance impériale » et finalement nous arrivons à découvrir en novlangue le terme  » démocratie impériale et humanitaire » et politique de la canonnière »

    Le citoyen de base risque bien de ne plus bien s’y retrouver….

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 6

    Par LeManu (xxx.xxx.xxx.29) 10 avril 15:15

    LeManu

    Bravo et merci de cette série d’articles. Ils n’ont pas été vains et même si avant de les lire, ma vision rejoignait celle de M. Picinin, aujourd’hui cette compléte trilogie, intéressante à de multiple pts de vue, m’a amené, je dois dire à revisiter certains de mes jugements… apparissant du coup, disons expéditifs (voir prcdts comment.)

    Je suis frappé de l’universalité de ce dernier volet que l’on pourrait transposer à de nombreux conflits sur cette planète. Votre analyse métaphorique sur l’Odyssée m’était, figurez-vous, venue à l’esprit au tout début de cette sale histoire libyenne (dont vous avez d’ailleurs démontré que ce n’était ni un début ni uniquement libyen).

    En effet, je vois maintenant un lien direct, une certaine cohésion, même, entre les affaires lybiennes et Ivoirienne sur fond de Sahel aussi incontrôlé qu’appétissant… A quel titre ? Eh bien je n’en sais encore rien, bien qu’ayant quelques petites idées, mais ça va bien m’occuper quelques temps de plus… Une enquête transsaharienne, « verticale » si je puis dire… s’impose.

    Merci de votre travail. Quant à en sortir un opuscule papier… à votre guise, mais à mon sens risqué, les nouvelles vont trop vite pour être figées en ce moment… et puis le papier… lol.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Belkine (xxx.xxx.xxx.200) 10 avril 16:03

    Belkine

    L’inflexion de la politique étrangère française est-elle soluble dans les notions de dignité et de démocratie ? Ou a-t-elle d’autres inspirations ?

    Nous vous proposons un regard sur cette question et le limogeage brutal d’un des deux ministres d’Etat du gouvernement. Vous surprendra-t-il ?

     

    En BD ici : http://www.pqbd.fr/2011/04/guerre-s…

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • vote : 0

    Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 16:48

    Pour Rasmussen il n’y a pas d’équivoques , c’est ici

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Proudhon (xxx.xxx.xxx.216) 10 avril 16:51

    Proudhon donateur-d876a

    Lire cet article intéressant de RiaNovosti sur cette indignation à géométrie variable de l’occident qui concerne les élections au Kazakhstan mais qui est un exemple de plus de cette mascarade américano-européenne.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 2

      Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.226) 10 avril 18:14

      a Proudhon,

      « Le phénomène est lourd de conséquences : les hérauts d’une démocratie planétaire torpillent cette dernière en la convertissant en instrument d’ingérence et de pression. De l’Iran au Maghreb, en passant par l’Asie centrale et l’Europe de l’est, cette vision biaisée de la démocratie n’a pourtant pas dit son dernier mot. Empêtré dans ses contradictions, l’Occident continue de forcer l’histoire en créant de nouveaux traumatismes et de nouvelles rancœurs. Le jour semble bien lointain où l’on laissera aux peuples le temps historique dont ils ont besoin pour bâtir leurs démocraties, en harmonie avec leur évolution et leurs valeurs. »

      Cette remarque est très intéressante et à mon avis tout à fait valable. Sur ce thème, j’ai eu une discussion il y a quelques années avec une personne qui m’avait cette remarque pertinente alors que je revenais d’un voyage en Afrique et me plaignait de l’immobilisme…

      Je crois que cela vaut la peine de prendre cette réflexion au sérieux. Finalement et c’est une question : » Un vrai démocrate peut-il imposer la Démocratie ailleurs au motif qu’il ne puisse pas imaginer autre chose comme régime ? Et de quel droit parfois ? Enfin, peut-on assoir la démocratie sur un affut de canon ? »

      Voilà bien un casse-tête pour la science-politique.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par Proudhon (xxx.xxx.xxx.216) 10 avril 17:35

    Proudhon donateur-d876a

    Données de la Banque Mondiale sur la Libye :

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Lisa SION 2 (xxx.xxx.xxx.52) 10 avril 17:49

    Lisa SION 2

    Bonjour Michel,

    j’ai suivi votre trilogie, exactement comme on remonte une piste dans le sable du désert, sans la perdre malgré les autres qui lui coupent la route, la chevauchent en effaçant vos pas, ni me déconcentrer vers d’autres objectifs, allant boire un verre de bière fraiche à droite ou à gauche. Il faut dire que je vous ai pleinement apprécié chez Taddéi, tenant tête aux lèches bottes de service utiles au paf officiel dans lequel vous n’avez pas eu peur de vous griller à jamais.

    Votre regard clair de renard, pour ne pas dire de fouine, est convainquant pour celui qui prend le temps et a l’audace de vous regarder en face, et en dit long sur votre capacité à distinguer le vrai du faux sur le chemin sinueux vers la vérité. C’est en remontant votre piste que l’on peut procéder à un dépistage lucide sur une situation néanmoins complexe et conclure à un diagnostique clair :

    un cancer gravement métastasé envahit les zones désertiques mondiales, et cela malgré le nombre invraisemblable d’anticorps Toyota et Mitsubishi bigrement promotionnés par le célèbre rallye Paris Dakar. Il est ensuite complètement contagieux, ayant depuis débordé vers à nouveau Israël et Gaza.

    Le fameux jt de fr2 a montré à ce sujet, ce midi, un montage tout à fait éloquent :

    Un rebelle lâche un roquette dans un tube sur trépied qui fume immédiatement et elle part.
    Image suivante : un trait de fumée monte droit au ciel vu de cinq cent mètres en latéral.
    Image suivante :un nid de poule de dix centimètre dans le bitume…

    C’est clair, ya pas à tortiller du popo, la démonstration est éloquente : il faut à nouveau raser Gaza, responsable de tous les maux de la planète, et empêcheur de rebeller en rond, sus aux arabes et vive l’État juif, peuple élu et grand vainqueur d’Al You Quaïda

    merci Michel. L.S.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -5

      Par armand (xxx.xxx.xxx.170) 10 avril 19:09

      armand donateur-d876a

      LS

      Et quand ledit roquette frappe de plein fouet un car scolaire, par bonheur pratiquement vide, et blesse grièvement un gosse, c’est sans doute de l’intox aussi…

      J’aimerais un jour que ta propre famille soit soumise en permanence à ce genre de terrorisme, et on verrait bien les propos qui sortiraient de ta grande g…le si prompte à vomir ta vulgate antisémite habituelle.

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 3

      Par OMAR (xxx.xxx.xxx.182) 10 avril 21:15

      donateur-d876a

      Omar 33

      Quand Armand ment….. : Le bombardement du Soudan avec des missiles israeliens était necessaire, car une fois que Gaza serait rasée, les roquettes risquaient de provenir de ce pays si proche d’Israél..

      Armand ment ? Mais c’est normal, c’est la hasbara… 

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -3

      Par armand (xxx.xxx.xxx.150) 11 avril 10:03

      armand donateur-d876a

      Oh-marre,

      Phoque-off, islamiste de pacotille !

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 5

      Par Madoff (xxx.xxx.xxx.249) 11 avril 10:04

      Le niveau 0 de la réflexion Armand …

      « J’aimerais un jour que ta propre famille soit soumise en permanence à ce genre de terrorisme, et on verrait bien les propos qui sortiraient de ta grande g…le si prompte à vomir ta vulgate antisémite habituelle. »

      Tu crois que les palestiniens ils préféreraient pas être de l’autre côté du mur ? Et ta phrase s’applique autant pour les palestiniens bombardés au phosphore il y a peu que pour les Israëliens qui subissent ces attentats.
      En attendant l’expansion des colonies continue … Qui est le vrai gagnant ??

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : -3

      Par Waldgänger (xxx.xxx.xxx.236) 11 avril 10:35

      Waldgänger

      Salut Armand, toujours la forme à ce que je vois. smiley

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par Ray Volté (xxx.xxx.xxx.246) 10 avril 18:24

    donateur-d876a

    Face à toutes ces contradictions ne serait – il pas intéressant de recueillir des témoignages de travailleurs tunisiens et égyptiens ayant travaillé en Libye avant ce printemps arabe. Etaient ils exploités, étaient ils libres, comment étaient ils soignés s’ils étaient malades ou blessés au travail. Dans le contexte actuel, leur témoignage n’est probablement pas difficile à obtenir.

    Notre vision de la Libye changerait peut-être.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par suumcuique (xxx.xxx.xxx.150) 10 avril 19:03

    suumcuique

    1. Les trois femmes qui ont décidé Obama à faire la guerre

     

    http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-…


    2. Les deux premières décisions prises par la coalition judéo-yankee et immédiatement appliquée par les responsables de la franchise Al-Qaida à Benghazi ont été de créer une nouvelle compagnie pétrolière et d’établir une nouvelle banque centrale. http://www.infowars.com/regime-chan…



    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -2

    Par Tuscany (xxx.xxx.xxx.3) 10 avril 19:30

    Je ne comprends pas pourquoi une guerre ne peut pas comprendre l’homme (et comportements).
    Bye Tuscany

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 7

    Par Croa (xxx.xxx.xxx.78) 10 avril 19:30

    Croa donateur-d876a

    Excellent travail, Merci smiley

    Hormis quelques détails :

    - Les 5 principes ne sont pas tout à fait ça. Il n’en existe que 3 en fait et, surtout, ils ne sont pas énoncés dans le bon ordre. Il aurait mieux valu mettre :
    1) Monopoliser l’info (tout est prêt pour ça… Et ce principe se doit d’être mis en oeuvre bien avant le début des opérations !)
    2) Diaboliser (& Inverser la victime et l’agresseur, ce principe là étant intégré dedans.)
    3) Cacher l’Histoire (& la géographie, ces choses étant liées. Cela inclut donc  »Occulter les intérêts économiques ».

    - à propos des Etats-Unis l’auteur écrit « ils ont vécu comme des parasites »
    FAUX  ! En réalité, ils ont vécu en parasites.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par platon613 (xxx.xxx.xxx.126) 11 avril 10:13

    Très bon article…ici un complément…

    Libye : Les islamistes profitent du chaos

    La situation en Libye se complique. Les islamistes profitent du chaos généralisé pour s’emparer des armes.  Israël et l’Algérie s’inquiètent et estiment que des groupes Islamiques pourraient « s’accaparer un armement lourd et sophistiqué de nature à mettre en péril la sécurité dans cette région et bien au-delà ». – Al-Qaida semble déjà avoir installé un émirat islamique à Derna, dans l’Est de la Libye…

    www.news-26.com

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 5

    Par parkway (xxx.xxx.xxx.169) 11 avril 11:03

    bravo M. COLLON !

    Voilà un article très fort contre les salopards qui nous dirigent.

    De tout coeur avec vous.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -5

    Par barbounet (xxx.xxx.xxx.253) 11 avril 14:16

    Les articles annonçant avoir tout compris sur les révoltes arabes, comme celui de M. Collon, nuisent à la qualité du débat que l’on doit avoir aujourd’hui sur l’avenir du monde.

    L’article de M. Collon peut avoir comme conséquence de discréditer toute forme d’opposition aux choix géopolitiques des plus grands dirigeants de ce monde. En croyant détenir la vérité et en interprétant les intérêts des uns et des autres comme des complots qui régissent le monde, il affaiblit le camp de ceux qui œuvrent pour la justice et la démocratie (dans les pays arabes ou ailleurs).

    Comment y parvient-il ?

    Son travail dissimule des carences journalistiques et scientifiques.

    M. Collon cherche à prouver par tous les moyens que les puissance à l’œuvre en Libye n’ont pas d’autres raisons d’agir de la sorte que celles de vouloir contrôler, surveiller et punir. Appuyant sa démonstration sur une belle connaissance des guerres et des conflits dans le monde, il détourne un fait au profit de sa démonstration ou emprunte la phrase d’un autre pour appuyer son propos.

     

    Ainsi, Robert Gates, ministre EU, ne peut être qu’un menteur dès le 4ème paragraphe de la 1ère partie de l’article. Le fait que les occidentaux ne soient pas intervenus à Gaza pour défendre les palestiniens démontrent, une fois pour toutes, des rapports supposés malsain entre Israël, les EU et l’UE.

    M. Collon cite Alan Greenspan, ancien directeur de la réserve fédérale des EU, et prend automatiquement pour vérité ce qu’il écrit : « la guerre en Irak était essentiellement pour le pétrole ». Alan Greenspan devient aux yeux du journaliste celui qui sait et qui va nous révéler la vérité. L’ancien haut responsable de l’économie américaine serait maintenant du côté des contestataires des méfaits du libéralisme (délits d’initié, corruption, etc).

     

    Les procèdes d’essayistes trompeurs et truqueurs se succèdent.

     

    Quelques para graphes plus loin, il nous est demandé de croire Obama lorsque celui-ci déclare que les intérêts des EU « sont en jeu » en Libye. Il nous faut y voir la preuve que les préoccupations humanitaires n’ont pas directement influencé la volonté d’une intervention militaire. Non seulement, si Obama le dit, c’est que cela doit être vrai, mais le lecteur doit accepter qu’il existe une raison cachée et unique à l’intervention militaire en Libye.

    Un peu plus loin. M. Collon cherche à nous démontrer que les EU ont été et resteront toujours de dangereux Va t-en guerre. Pour preuve, les EU (démocrates ou républicains) n’ont jamais accepté des propositions de cessez le feu lors des derniers conflits internationaux.

    Le premier exemple donné est celui de la guerre du Golfe, épisode 1991. Il est ici demandé au lecteur de croire en la sincérité de Saddam Hussein mais aussi d’oublier qu’entre dans le champ de la négociation la problématique israélo-palestinienne. En effet, Saddam demande un retrait des territoires occupés. Précisons pour finir que la source n’est autre que l’auteur lui-même.

    A chaque fois, M. Collon proclame une grande vérité générale en n’exploitant qu’une partie de l’exemple qui sert de démonstration. Cette démarche inductive ne pose pas problème en soi mais elle nécessité une analyse plus détaillé des faits qui servent à la démonstration. Autrement dit, l’objectivité affichée de l’analyse de M. Collon peut être mise en doute dans la mesure ou il n’y pas de réelle volonté d’objectiver les faits servant à la démonstration. Au contraire, la façon de faire de M. Collon démontre, semble t-il, une certaine carence. Ma propre analyse s’arrêtant ici, je ne souhaite pas transformer mon propos en un procès d’intention à l’attention de quelqu’un dont je ne connais pas les écrits, excepté celui que je commente par ces quelques mots.

    Cependant, d’autres exemples sont éloquents.

    Selon M. Collon, l’opposition libyenne est aux mains de personnes douteuses. Notamment Abud Jalil. Il nous est demandé de croire les autorités bulgares lorqu’elles nous assurent que Abud Jalil est le responsable des tortures des infirmières bulgares. M. Collon semble confondre ici la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage. Si Abud Jalil donne l’ordre de torturer, rien ne renseigne sur ses motivations et sur sa participation au processus décisionnel. Autrement dit, ne confondons pas celui qui exécute et celui qui prend la décision.

    Je précise ici qu’il ne s’agit pas de nier ou de pardonner des actes odieux mais bien de dénoncer un journalisme d’opinion qui fait tout autant de mal à la cause qu’il défend qu’il ne le croit.

    Ici, M. Collon n’éclaire qu’une partie de l’histoire des infirmières pour en tirer une loi générale incontestable et prouvée : l’opposition libyenne est aux mains de personnalités infréquentables et les grands de ce monde en sont les responsables. L’exemple utilisé pour la démonstration relève d’un fait pris sans explication supplémentaire alors que la conclusion de l’analyse relève d’une vérité située sur un autre champ d’analyse : l’organisation du monde et sa gestion par les grandes puissances.

    Tout est bon pour l’auteur quand il faut défendre la thèse de la manipulation et du complot.

    Nouvel exemple.

    Une des sources de M. Collon est J. P. Pougala. Ce dernier prétend que Kadhafi aide les africains dans la création d’un satellite capable de relayer toutes les formes de communications électroniques du continent. Il aurait ainsi pour ambition de diminuer le prix des communications sur le continent mais surtout de contrecarrer les plans économiques de domination du monde par les EU et l’UE. Or, ce soit-disant expert de l’Afrique installé en Suisse n’existe pas. Je devrais plutôt dire qu’il est connu pour ne pas exister de même que l’institution dont il prétend appartenir. Le procédé de M. Collon est malheureusement ici classique mais il n’en reste pas moins manipulateur.

    La 3ème partie de l’article est épique.

    L’auteur flatte nos égos en nous disant capables de lutter contre la désinformation.

    Il nous rappelle, entre autres, que les médias russes dénoncent actuellement une nouvelle croisade en Libye menée par l’OTAN. Et l’on est censé croire les médias russes parce que nos médias occidentaux sont des manipulateurs à la solde des multinationales.

    Entendons nous bien, il ne s’agit pas de nier l’existence de connivences entre des milieux que nous souhaiterions voir plus déconnectés, plus éloignés. C’est le procédé qui pose problème.

    Cette distorsion des faits à des fins politiques et/ou commerciales en provenance d’un tas de sites internet nuit à la recherche d’un monde plus apaisé et plus juste. La faiblesse de l’analyse n’est rien à côté des dégâts qu’elle peu engendrer au sein de ceux qui cherchent aussi un monde plus humain.

    Il ne sert à rien de prétendre connaître la vérité et de vouloir l’imposer, lorsqu’en fait le seul but recherché est de convaincre le lecteur en le plaçant dans le rôle confortable de celui qui a trouvé la vérité sur la toile.

    Nous sommes nombreux à nous indigner des comportements de nos dirigeants, des dérives extrémistes, des transformations économiques et politiques de ce monde.

    Mais prétendre connaître la vérité et dénoncer les stratégies des uns et des autres comme autant de complots qui s’entremêlent par delà le monde, n’est ce pas au contraire nous affaiblir et crédibiliser les conservateurs ?

    N’est-il pas plus judicieux d’employer des conditionnels dans nos analyses, non pas pour avancer masqués mais simplement pour témoigner que nous avons compris que le monde est d’une complexité insaisissable ?

    N’est-il pas vain d’essayer de saisir le monde à travers quelques lois simples d’alliances et de coalitions quand nous savons qu’autour de nous le hasard et les opportunités participent à l’évolution de nos vies ?

    En bref, sortir des idéologies et des doctrines pourrait nous permettre de crédibiliser un discours et un projet différents sur l’état et l’avenir du monde plutôt que vouloir imposer à l’opinion des vérités qui n’existent pas. Sortons de ce positivisme ambiant, abandonnons les dogmes d’hier. Méfions-nous des théoriciens du complot qui affaiblissent notre connaissance du monde et qui discréditent notre cause.

    Devenons crédible, ne cédons pas à la facilité et à la rapidité des explications.

    Barbounet – sociologue du présent -

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

    • votes : 5

      Par latitude zéro (xxx.xxx.xxx.125) 11 avril 17:05

      latitude zéro donateur-d876a

      Jean Paul Pougala n’existe pas ??
      Des sources crédibles ???

      Sérieusement voulez vous qu’on vous le présente physiquement , passeport en main ?

      « Devenons crédible, ne cédons pas à la facilité et à la rapidité des explications. »
      trop comique pour être crédible Mr … Barbounet ( qui est ce Barbounet, avec un nom ( un speudo ?) qui commence par barbou … comme barbouze !, Barbounet …un gentil barbouze peut être  ?)

      Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : -3

    Par barbounet (xxx.xxx.xxx.253) 11 avril 17:43

    Pougala est un personnage inventé, l’institut auquel il appartient n’existe pas. Il n’y a pas d’université de la diplomatie à Genève, tel est le résultat de mes recherches, pas plus qu’il n’existe de Pougala enseignant, au gré des sites qui publient ses papiers, en sociologie, en économie, en sciences politiques.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par le folisophe (xxx.xxx.xxx.147) 11 avril 21:31

    le folisophe

    encore une foi, bravo.
    mais sur la fin, on reste sur notre faim….

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 2

    Par Hypsot (xxx.xxx.xxx.191) 16 avril 09:45

    Bonjour,

    Merci merci merci pour ces trois articles formidables !!!!!!! Faut réveiller le gens qui dorment et plus il y aura de médiat alternatif et meiux on se porteras car regarder Ferrari and co ça suffit !!!!!!
    J’etait contre cette guerre et les autres voilà de quoi enrichir mon opinion.

    Réagir à l’article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent

  • votes : 3

    Par kronfi (xxx.xxx.xxx.78) 17 avril 12:08

    kronfi

    le problème de l’auteur, c ;est l’explication linéaire des derniers conflits… alors que ceux ci sont tous differents et les motifs egalement

     

    ce que je repproche a l’auteur, c’est le fait petrole…. En aucune facon aujourd’hui on ne fait une guerre pour le petrole, comme du reste on ne l’a JAMAIS FAIT… la meilleure preuve en est l’irak, ou les intérêts américains sont extrêmement faibles dans ce pays. 

    Si vous ne le pensez pas , je vous conseille de vous renseigner sur la part du petrole irakien dans les importations US … peanust…

     

    Il en va de même pour la libye, le pétrole, n ;est absolument pas le motif de ce mini conflit de très très basse intensité…

    Petrole libyen deja exploite par les italiens les français et les anglais majoritairement

    pas besoin de faire une guerre , pour ce que l’on possède déjà..

     

    Les motifs , après la chute du mur de berlin, sont essentiellement des motifs d’ego, de la part de nos dirigeants….. aides en effet en cela par les médias soit au ordres soit aux mains du pouvoir

    c’est vrai pour la guerre des balkans… sous l’administration Clinton 

    (un president US se doit d’avoir SA GUERRE…et en être le CHEF…)

     

    c’est vrai en irak deux fois bush pere et fils avec deux bonnes raisons pour une fois.

    l’invasion du koweit, innacceptable, pour le premier des Bush et le traumatisme du 11/09 pour le deuxieme. Le mensonge a ete gros, mais les opinions publiques ont besoin de se rassurer pour enclancher une guerre….

    les mensonges sur les ADM, ou les mensonges Onusiens concernant la libye sont a mettre au même niveau de turpitude, et de manipulation des masses.

     

    c’est vrai aux malouines avec tatcher, et Blair en irak.

    Cameron et Obama aujourd’hui en Libye…

     

     

    c’est vrai aujourd’hui en Libye… avec un nain mondial, voulant relever sa popularité auprès d’une population de plus en plus hostile a son président.

    Accessoirement pour , jouer les VRP au niveau mondial dans la vente des armes francaises.

     

    Obama a eu « l’intelligence » de mettre fin a cette mascarade, tout recement…

     

    Sans doute a la lecture des rapports des services secrets US… concernant les dirigeants des révoltes libyennes…

    des représentants, ayant au moins autant de sang sur les mains que khadafi lui-même , 

     

    ou Aqmi qui plus est en première ligne parfois en embuscade certainement….

     

    mais mieux que de l’ego dans cette affaire libyenne, c’est la méconnaissance TOTALE de nos dirigeants, ou de nos « elites »de la mentalité arabo musulmane dans cette partie du monde..

     

    Lobotomises par 1400 ans d’une unique lecture, les occidentaux, ont vendu aux opinions publiques , un « printemps arabe » sensé apporter démocratie, liberté et autres gros sabots a la sauce occidentale, dont est le porte parole l’ignoble imposteur BHL… de plus en plus ridicule….

     

    Les peuples arabo musulmans, non seulement n’y comprennent rien a notre démocratie , mais pour les plus avertis sont HOSTILES, car remettant en cause un millénaire et demi d’asservissement d’une population, au nom d’une doctrine politique, dont le cache sexe seait la religion, et qui a conduit TOUS les peuples soumis a cette doctrine, a la misere la plus crasse… intellectuelle, culturelle, et humaine.

     

    Que les musulmans se servent des occidentaux , est la moindre des choses..quitte a raconter de vilains mensonges, a des pseudos diplomates, prêts a les croire, pour affirmer leurs assertions…..

    On est dans le comble du deni……

     

     les talibans en ont fait autant lors de la première guerre afghane…

    On est en train de rééditer le même schéma en Libye….

     

    Le grain de sable de cette belle machine politico médiatique, relaye par ce qui compte de plus crasse du cote français, (Juppe et son maitre a penser BHL, accompagne du collectionneur de casseroles et de CV politique, monsieur le ministre Longuet, ayant declare que la coalition outrepassait la resolution onusienne 1973 … faut le faire a ce niveau de competence….mais passons…… )

    viendra des BRICS, bresil, russie, Inde, Chine et afrique du Sud, extrêmement courrousses pour ne pas dire plus, par ce BORDEL ambiant mondial, conduit par des hommes non seulement irresponsables, mais dangereux, n’ayant pour seule compétence, que de satisfaire les hordes d’immigres de longue ou de fraiche date necessaire a leur reelection.

     

    Les Brics, mettront fin a cette mascarade occidentale,

    le pays libyen sera sans doute partage( ce qui est un des objectifs americain.. selon la vielle doctrine diviser c’est regner cf irak….)

    la France se retrouvera avec un stock de missiles en moins, et des avions tjrs invendables probablement ( Punition bresilienne et indienne par la bande)

    les anglais, comme d’habitude trahiront , la France…..

     

    le les libyens retourneront a l’age de pierre, terreau fertile du terrorisme islamique, s’etendant comme une traînée de poudre aux pays voisins… Egypte déjà en cours, Tunisie en voie, Tchad ensuite, mali etc etc etc….

     

    Resultats excellents, sur toute la ligne…..

3 avril 2011

Que se passe-t-il dans le ciel helvétique?

Classé dans : Etrange — uriniglirimirnaglu @ 17 : 06

Une info à nous transmettre? Une histoire à nous raconter? Ecrivez-nous à web@20minutes.ch

Trafic aérien

25 mars 2011 16:20; Act: 25.03.2011 18:05 Print

Jeudi soir, d’innombrables trainées d’avions étaient visibles dans le ciel. S’agit-il des premiers vols de la coalition en direction de la Libye ou d’une simple augmentation du trafic?


/* /* ]]> */

Que se passe-t-il dans le ciel helvétique? dans Etrange zh2-ed656fe17162b57c359d1c4ec1e77a5b

zh1-967909c3f81b023ce72c086125a6e316 dans Etrange

winterthur1-9ae7197eb896e5c5da82fdf670c65ffe

1|24

Zurich ZurichRevoir le diaporama

Lecteur reporter

Zurich

if (!$.cookie(‘facebookoff’)) { window.fbAsyncInit = function() { FB.init({appId: ’169394379762127′, status: true, cookie: true, xfbml: true}); }; (function() { var e = document.createElement(‘script’); e.type = ‘text/javascript’; e.src = document.location.protocol + ‘//connect.facebook.net/fr_FR/all.js’; e.async = true; document.getElementById(‘fb-root’).appendChild(e); }() ); } function emailForm() { var text_language = 0; if (self.location.href.indexOf(« 20min.ch/ro/ ») >= 0) {text_language = 1;} var text_emailtitle = new Array( ‘Weiterempfehlung einer Story von 20 Minuten’, ‘Recommandation d\’un reportage de 20 minutes’ ) var subject = text_emailtitle[1]; var daReferrer = self.location.href; var email = «  »; var body_message = « Story Link: « +daReferrer; var mailto_link = ‘mailto:’+email+’?subject=’+subject+’&body=’+body_message; win = window.open(mailto_link,’emailWindow’); if (win && win.open &&!win.closed) win.close(); }

Le ciel a surpris plus d’un alémanique jeudi en fin de journée. De très nombreuses traînées persistaient dans le ciel au moment du coucher de soleil de Zurich à Aarau comme le montrent les photos de lecteurs que nous avons reçues. Peut-on voir, là, les premiers effets de l’ouverture de l’espace aérien aux vols de la coalition, suite à l’autorisation accordée par le Conseil fédéral mercredi?

La Suisse a décidé mercredi d’autoriser les survols de son territoire par les avions de la coalition engagée aux côté de la résistance libyenne. Ces missions doivent cependant être conformes à la résolution 1973 de l’ONU.

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) étudiera chaque demande et prendra une décision en étroit contact avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Lundi dernier, vingt véhicules militaires britanniques ont traversé la Suisse de Bâle à Chiasso (TI). Le convoi transportait du personnel et du matériel d’entretien aéronautiques. Il était sous escorte de la sécurité militaire suisse.

D’après l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), aucun vol militaire n’a pour l’heure survolé la Suisse. Chaque jour, environ 3000 avions passent sur nos têtes et Skyguide n’a pas constaté d’augmentation du trafic aérien ces derniers jours.

Les raisons d’un tel spectacle sont à chercher du côté de la météo. Généralement les trainées de condensation provoquées par les avions s’estompent rapidement mais des conditions d’hygrométrie et de température propices peuvent transformer ces trainées éphémères en traînées blanches persistantes. Meteonews nous a confirmé que les conditions étaient réunies hier. La formation de cristaux de glace augmente dans un air sursaturé et lorsque le vent est faible, des traces de plusieurs kilomètres peuvent demeurer visibles durant des heures. Selon Meteonews, les traces dans le ciel suisse jeudi soir étaient également visibles sur les images satellites. Finalement, ces traces disparaissent lorsque le taux d’humidité augmente ou chute.

(meg/mac)

Discussion

20min Login Facebook Connect Twitter Login

  • villain nemesis le 01.04.2011 21:15 Report dénoncer ce commentaire

    Merci quand même!

    Merci à 20Minutes de parler de cela ,quelle que soit l’approche nous sommes face au plus grand désastre responsable du réchauffement climatique sur lequel on nous culpabilise en nous amenant gentillementvers des taxes sur l’air que l’on respire. Voir les envies de l’AAAS(JP Holdren crew)et le texte présenté à la Douma récemment. Le problème et mondial et englobe beaucoup de nos maux actuels! Merci ,j’avais plus beaucoup d’estime pour les journaleux mais là c’est courageux….

  • luc valance le 01.04.2011 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    géoingénierie

    chemtrails ou géoingénierie, ce phénomène est présent partout à travers le monde, il s’agit officieusment de créer un écran miroir face aux rayonnement solaires hyperactive depuis quelques années. Il est vrai que ce procédé d’épandage de métaux comme l’aluminium ou le strombyum ne sont pas sans risque pour la santé lorsqu’il retombe dans notre espace vitale. Les allergies, rume et autre sinusites ont de bon jour devant eux.

  • zaziz le 01.04.2011 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Réduction démographique/ épandages toxiq

    ils se moquent vraiment de nous!!!! Non mais cela en devient presque drôle. Depuis combien d’années ils sont entrain nous empoisonnés! Levez plus souvent la tête vers le ciel et vous verrez que tous les jours ou presque nous subissons ces épandages de produits chimiques, de bactéries et de métaux lourds… et oui il faut réduire la démographie d’une manière ou d’une autre: seuls les plus forts survivront à long terme. Et non ce n’est pas un roman de science fiction c’est notre quotidien.

  •  
    • Villain Nemesis le 31.03.2011 17:51 Report dénoncer ce commentaire

      Programmes de Géoingenierie.

      Je vous conseille amis helvetiques de regarder: »What in the world are they spraying? » doc sorti en dvd aux Us avec un contenu très instructif. Tous les pays sous l’OTAN subbissent cette « Géoingénierie » qui modifie notre écosystème, ses organismes ,notre ADN ,détruit nos defenses immunitaires etc…. Les conventions internationales de Genève interdisent l’épandages aériens sur les population non hostiles en temps de paix ! Alors d’ou viennent les terroristes????? Humainement ,un adepte des bientôt feu bains de lavey.

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • El Dorado le 29.03.2011 19:31 Report dénoncer ce commentaire

      La grande masquarade médiatique continue

      Mais bien sûr, c’est l’homme à la cigarette de X-Files qui s’est mis à la clope électronique et survole le pays en Zeppelin hahaha ! Arrêtez donc de croire toutes ces institutions qui couvrent l’ONU, l’OTAN et le nouvel ordre mondial, dont le but est de refroidir un max le globe pour qu’on continue à utiliser des carburants fossiles en se disant, « le réchauffement n’est finalement pas si grave ». CE SONT DE CHEMTRAILS, WAKE UP !!! Ceux qui disent que les labos n’en parlent pas feraient bien de se pencher sur le rapport CASE ORANGE, très sérieux et dispo un peu partout sur le net.

    • Musareigne le 26.03.2011 17:39 Report dénoncer ce commentaire

      Epandage toxique

      Evidemment qu’ils disparaissent quand il y a de l’humidité,cette saloperie nous tombe dessus !!

    • MishMash le 26.03.2011 16:08 Report dénoncer ce commentaire

      Vox Populo

      Allez, bon peuple, continuez à commenter des infos comme celles-ci! Au moins, là, cela ne laisse pas de traces!

    • Compte à rebours le 26.03.2011 15:03 Report dénoncer ce commentaire

      Chemtrails validés!

      Que c’est réjouissant de lire vos commentaires. Force est de constater que les gens sont aujourd’hui sensibles au problème des chemtrails. Alors maintenant, à quand un « printemps arabe » sous nos latitudes? Histoire de botter les fesses à tous ces comploteurs, patrons d’entreprises ou de groupes de presse, politiciens et autres lobbyistes qui trahissent continuellement la confiance qu’autant placent encore aveuglément en eux…

    • Hack le 26.03.2011 14:31 Report dénoncer ce commentaire

      Chemtrails = INTOX

      Chemtrails , projet HAARP , j’ai bien ri :)

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • Chnouky le 26.03.2011 13:49 Report dénoncer ce commentaire

      Reveillez vous ! Ouvrez les yeux ! Renseignez vous !

    • la vérité est ailleurs qu’au bistrot le 26.03.2011 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      chemtrails

      les chemtrails c’est x-files !! rapport avec HAARP – répendre des produits dans l’atmosphère pour faciliter les communications militaires entre les sous-marins, réparer la couche d’ozone en balançant du iode d’argent, etc. etc. mouais….et bien entendu pas de preuves même des labos indépendants ?

    • CQFD le 26.03.2011 10:27 Report dénoncer ce commentaire

      Chemtrail ou pas ?

      Ce phénomène existait-il dans le passé ? si non alors ce n’est pas normal malgré ce que les autorités disent depuis belle lurette… si oui alors pas d’affolements ! Qui peut le prouver ?

    • easypaulution le 26.03.2011 09:31 Report dénoncer ce commentaire

      Vive les nuages

      Pas étonnant avec ces billets low cost ! Ceci-dit temps qu’un chemtrail vient ce mettre devant ce soleil de plomb je suis pas contre…

    • boule de berlin le 26.03.2011 07:49 Report dénoncer ce commentaire

      Rien d’autre comme info?

      Franchement y’a de la radioactivité dans l’air et les gens n’ont rien trouvé d’autre pour flipper encore plus que des chemtrails….au secours, l’humain me fait de plus en plus peur !!!!

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • Divico le 26.03.2011 06:12 Report dénoncer ce commentaire

      La faute à l’enseignement

      C’est fou le nombre d’adeptes des complots! Il semble qu’il y en a autant que des adeptes du créationisme.

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • contrôleur aérien le 25.03.2011 21:14 Report dénoncer ce commentaire

      Trafic en direct

       

    • Manu le 25.03.2011 20:30 Report dénoncer ce commentaire

      Chemtrails

      Bien sûr que ce sont des Chemtrails. Regardez un peu dans google ce que cest

    • jf hayoz le 25.03.2011 20:27 Report dénoncer ce commentaire

      pauvre ciel

      n’avez-vous jamais entendu parler des chemtrails?

    • Gemeaux le 25.03.2011 20:15 Report dénoncer ce commentaire

      De l’air !!!

      Pas étonnant avec ces VIP, Politiques, et autres imbéciles qui prennent l’avion pour un oui et un non. Tant qu’il restera un humain sur terre, la terre sera poluée… prout

    • sky free le 25.03.2011 20:09 Report dénoncer ce commentaire

      CHEMTRAILS

       

    • ct11 le 25.03.2011 19:29 Report dénoncer ce commentaire

      article intéressant

      un article interessant de notre Mr Météo national (du pays romand ^^)

      Voir tous les commentaires ( 3 ) Voir tous les commentaires ( 3 )

      close_arrow

    • DuPont le 25.03.2011 19:10 Report dénoncer ce commentaire

      CHEMTRAILS

      Sans aucun doute, c’est bel et bien des chemtrails!

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • Smok on the water le 25.03.2011 19:04 Report dénoncer ce commentaire

      Kérosénothérapie

      3000 avions par jour qui passent au-dessus de nos têtes, cela fait combien de kilos de pollution dans l’air que nous respirons quotidiennement ?

      Voir tous les commentaires ( 2 ) Voir tous les commentaires ( 2 )

      close_arrow

    • Yann le 25.03.2011 19:02 Report dénoncer ce commentaire

      au moins ça :)

      Pour une fois qu’il s’agit pas d’annoncer des blessés, des morts ou la guerre, ça fait plaisir à voir!

      Voir tous les commentaires ( 1 ) Voir tous les commentaires ( 1 )

      close_arrow

    • Eric le 25.03.2011 18:41 Report dénoncer ce commentaire

      On nous cache tout

      Il y a bien longtemps que je ne fais plus confiance et ne prête aucun intérêt aux allégations de toutes sortes émises par nos dirigeants et responsables qui agissent toujours pour notre bien en dissimulant tout ce qui est grave !

    • ct11 le 25.03.2011 18:26 Report dénoncer ce commentaire

      Levez les yeux au ciel… plus souvent

      Il ne s’agit pas de traces laissées par les avions de la coalition (bien cherché…) ni de trainées de condensation mais simplement de « Chemtrails » (chemical trails -> traces chimiques en français). Alors maintenant à savoir qui, quoi, comment et surtout pourquoi? Je ne pourrais vous répondre. Si vous prenez mon commentaire comme un discours d’allumé (c’est votre droit), faites plus attention au ciel et vous constaterez que « ça » se produit très régulièrement… je vous laisse vous faire votre propre jugement, le mien est arrêté.

      Voir tous les commentaires ( 2 ) Voir tous les commentaires ( 2 )

      close_arrow

    • Bruno Onurb le 25.03.2011 18:08 Report dénoncer ce commentaire

      Non non, c’est beacoup plus, regardé..

       

26 mars 2011

¤ Sociocratie

Classé dans : Outils/Bon à savoir — uriniglirimirnaglu @ 11 : 58

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Types de gouvernements

La sociocratie fait référence à un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet à une organisation quelle que soit sa taille — d’une famille à un pays — de se comporter comme un organisme vivant, de s’auto-organiser. Son fondement moderne est issu des théories systémiques. L’objectif premier est de développer la co-responsabilisation des acteurs et de mettre le pouvoir de l’intelligence collective au service du succès de l’organisation.

Sommaire

[masquer]

Histoire[modifier]

Gerard Endenburg[modifier]

Gerard Endenburg (1933-) est un ingénieur hollandais en électrotechnique. En 1968, il prend la direction de l’entreprise familiale Endenburg Elektrotechniek en remplacement de son père. En 1970, atterré par les conflits permanents au sein du comité d’entreprise, il décide de stopper le développement économique de l’entreprise pour se consacrer à améliorer son organisation. Il invente alors la méthode sociocratique fondée sur le concept plus aucune objection argumentée d’aucune personne.

Sources[modifier]

La création de la sociocratie par Gerard Endenburg est la confluence de quatre éléments :

  1. Ses propres connaissances en cybernétique (théories des systèmes de contrôle/commande) ;
  2. Sa méthode de travail par analogie consistant à trouver la solution d’un problème dans un domaine en transposant celle trouvée à un problème équivalent dans à un autre domaine — ici de la cybernétique à la société ;
  3. Les travaux de Kees Boeke (1884-1966), un pacifiste et éducateur hollandais qui a créé en 1940 une école où aucune action ne pouvait être entreprise s’il n’y avait pas des solutions acceptables par tous aux problèmes existants : Gerard Endenburg a été élève de Kees Boeke de 1943 à 1948 ;
  4. Le fonctionnement de la Société religieuse des Amis, plus connue sous le nom de quakers, et dont Kees Boeke et les parents d’Endenburg étaient membres : les quakers défendent le droit à la spiritualité individuelle, décident par consensus, sont non-violents, etc.

Origine du mot[modifier]

Le mot sociocratie a été inventé par Auguste Comte (1798-1857)[réf. nécessaire]. Ses racines viennent du latin societas (société) et du grec krátos (autorité) : la gouvernance du socios, c’est-à-dire des personnes liées par des relations significatives, différent du dêmos (démocratie), masse d’individus ne partageant que quelques valeurs communes.

Le mot a été aussi employé par le sociologue américain Lester Frank Ward[réf. nécessaire] (1841-1913) qui l’a probablement repris d’Auguste Comte.

Aux États-Unis, le mot sociocratie évoque irrésistiblement aux Américains le mot socialisme avec toutes les connotations négatives que ce terme a pour beaucoup d’entre eux. Aussi, la sociocratie y est parfois appelée gouvernance dynamique (Dynamic Governance).

Diffusion[modifier]

Du fait de son origine, la sociocratie s’est particulièrement développée en Hollande aussi bien dans les milieux économiques traditionnels que dans les milieux éducatifs. La sociocratie y est d’ailleurs une forme de structure légale pour les entreprises.

De nombreuses organisations utilisent la sociocratie en France et dans le reste de l’Europe, en Amérique latine, en Inde, aux États-Unis et au Canada.

Gerard Endenburg a créé en Hollande un centre de diffusion de la sociocratie[1]. D’autres tentatives de regroupement des praticiens de la sociocratie sont en cours, notamment aux États-Unis[2].

Les quatre règles de fonctionnement[modifier]

La méthode d’organisation sociocratique repose sur quatre règles simples.

La prise de décision par consentement[modifier]

La sociocratie distingue les décisions politiques (qui affectent le fonctionnement de l’unité ou l’organisation du travail) et les décisions opérationnelles (le travail au quotidien). Pour des raisons d’efficacité, seules les premières sont prises par consentement. Il y a consentement quand personne n’a d’objection importante et raisonnable. Quand une objection est émise dans un groupe sociocratique, la personne qui a émis l’objection et les autres membres du groupe travaillent ensemble à la lever. S’ils y arrivent la décision est prise ; sinon un processus d’escalade dans la structure de l’organisation évite le blocage.

Le consentement est la composante cardinale de la sociocratie. Il peut être fait à peu près n’importe quoi du moment qu’il y a consentement. Notamment une organisation sociocratique peut choisir pour une durée limitée un autre type de gouvernance, s’il y a consentement à ce propos, par exemple en cas de crise grave.

Le cercle[modifier]

La sociocratie maintient la structure opérationnelle existante d’une organisation. À chaque élément de cette structure, elle rajoute en parallèle un cercle chargé de la prise des décisions politiques. Toute personne appartenant à la structure opérationnelle est membre de droit du cercle correspondant. Des cercles ad hoc peuvent être créés pour résoudre des problèmes spécifiques.

Chaque cercle établit ses propres règles de fonctionnement sur le principe du consentement de ses membres. Un cercle a pour mandat de réaliser la mission de l’unité de travail, d’améliorer constamment la qualité de sa production et d’assurer sa pérennité par l’éducation permanente de ses membres.

Un cercle est maître du pilotage, de l’exécution et de la mesure de ses processus au sens de la norme ISO 9001. L’exécution de ses trois fonctions par le cercle est une des conditions majeures du succès de la sociocratie dans une organisation.

Chaque cercle choisit un facilitateur qui anime les réunions selon les méthodes sociocratiques, et un secrétaire qui rédige les comptes rendus et maintient l’historique du cercle.

Un cercle est une organisation semi-autonome car il est inscrit dans une hiérarchie : chacun doit tenir compte des besoins des cercles supérieurs et des cercles inférieurs. Le cercle de plus haut niveau, correspond au conseil d’administration ; il doit représenter l’environnement économique, social et culturel de l’organisation.

Le double lien[modifier]

Dans une organisation gérée de manière traditionnelle, le responsable d’une unité assure à la fois la communication descendante (les directives venant des niveaux supérieurs de l’organisation) et la communication ascendante (le retour des informations de la base vers les niveaux supérieurs). Assurer simultanément ces deux rôles est difficile et source de confusion.

La sociocratie établit un double lien entre chaque cercle et son cercle de niveau supérieur. Le responsable de l’unité opérationnelle est choisi par le cercle de niveau supérieur. Une deuxième personne, obligatoirement distincte de la précédente, est choisie par le cercle pour participer au cercle de niveau supérieur et donner ou non son consentement aux décisions qui y sont prises. Ces deux personnes sont membres à part entière des deux cercles.

L’élection sans candidat[modifier]

Le choix et l’affectation des personnes dans une fonction ou la délégation d’une tâche à un membre du cercle s’effectue par un processus de vote sans candidat déclaré. Chaque membre du cercle propose la personne qu’il estime la plus adaptée à la fonction, puis justifie son choix. Le facilitateur du cercle propose alors un candidat qui est accepté ou non par consentement.

Socios versus dêmos[modifier]

Pour que la sociocratie fonctionne, il faut que les membres de l’organisation soient unis par un lien fort qui donne cohérence et direction. Pour cela, non seulement l’organisation dans son ensemble, mais chaque cercle définit :

  • Sa vision : l’impact positif qu’il veut avoir sur le monde extérieur à l’organisation ;
  • Sa mission : ce qu’il fait globalement pour contribuer à la concrétisation de sa vision ;
  • Ses objectifs : les mesures concrètes qu’il prend pour mettre en œuvre sa mission.

Rémunération du capital et du travail[modifier]

Partant de l’idée qu’une organisation a besoin pour exister à la fois de capital et de travail, Gerard Endenburg a aussi proposé un mode de rémunération équitable de l’un et de l’autre.

Dans une organisation traditionnelle, les apporteurs de travail ont une rémunération fixe (le salaire) et les apporteurs de capital une rémunération variable (les dividendes). Cela veut dire que les apporteurs de travail ne bénéficient pas de l’efficacité éventuelle de l’organisation et que les apporteurs de capital n’ont pas la garantie de revenu que leur apporteraient d’autres placements de leur argent.

Gerard Endenburg a donc proposé un système permettant de donner à chacun une rémunération fixe garantie et une rémunération variable proportionnelle aux résultats de l’organisation.

Ce système de rémunération ne fait pas partie des règles de base de la sociocratie et n’est donc pas appliqué par de nombreuses organisations sociocratiques. Quand il est appliqué, ses modalités sont bien évidemment définies par consentement au sein de l’organisation.

Mise en œuvre de la sociocratie[modifier]

Même si elle est élaborée en tenant compte de concepts complexes issus de la cybernétique et des théories de la communication, la sociocratie est extrêmement simple : elle a pu être utilisée par des enfants dans des écoles ou par des parlements de village en Inde. Cette simplicité permet de l’installer dans une organisation avec un minimum de formation.

Toutefois, une planification rigoureuse et un suivi méticuleux du démarrage sont nécessaires pour assurer le respect de la méthode et donc sa viabilité. De plus certaines personnes peuvent être déstabilisées émotionnellement par ce changement de structure et avoir besoin d’un accompagnement.

Globalement et sans qu’il y ait de mesure objective et quantifiée de ces phénomènes, les organisations ayant démarré la sociocratie constatent un réel gain d’efficacité notamment parce que la règle du consentement assure qu’une décision prise est mise en œuvre sans délai et sans résistance. Elles font aussi état d’une meilleure flexibilité, d’une amélioration de la créativité et d’une baisse de l’absentéisme. Les membres de l’organisation déclarent un plus grand sentiment d’appartenance, une meilleure image de soi et une amélioration des relations.

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Gerard Endenburg, Sociocracy as social design, Eburon, 1988 (ISBN 978-9051666045)
  • Gerard Endenburg, Sociocracy : The Organization of Decision Making, Eburon, 1998 (ISBN 978-9051666052)
  • John Buck and Sharon Villines, We the people, Consenting to a Deeper Democracy, Sociocracy.info (ISBN 978-0-9792827-0-6)
  • Gilles Charest, La Démocratie se meurt, vive la sociocratie, Centro Esserci, 2007 (ISBN 978-88-87178-72-2)

Références[modifier]

  1. Global Sociocratic Centers Website [archive]
  2. Socionet [archive]

Liens externes[modifier]

1234

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT