• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 janvier 2014

3 janvier 2014

¤ Le savoir confisqué par la privatisation et la baisse des crédits de recherche publics. Exemple : la tribologie

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives,Politique/Societe — uriniglirimirnaglu @ 7 : 51

Source : http://fr.wikibooks.org/wiki/Tribologie

Connaissez-vous la tribologie ? Il s’agit de la science et de la technologie qui étudient les frottements, l’usure et la lubrification. Autant dire une masse de connaissances très importante, pour les ingénieurs notamment.

Le lien ci-dessus est celui d’un wikilivre mis à la disposition du public, dans un but d’intérêt général, par Jean-Jacques MILAN.

Dans la première partie de son livre, M. Milan explique en quoi la tribologie est importante et aborde, dans la dernière partie de son livre, le problème de la confiscation du savoir au profit des firmes privées, enjeu crucial des années à venir. Au delà des enseignements exposés, qui sauront sans doute séduire les élèves ingénieurs, cette réflexion nous a semblé trés intéressante :

La tribologie dans la vie et dans l’enseignement

« Tout être humain pratique le frottement comme Monsieur Jourdain pratiquait la prose. Il suffit, pour s’en convaincre, de considérer à quel point nos gestes les plus courants intègrent les forces de frottement. Peu de gens en ont réellement conscience. Ces forces, techniciens et ingénieurs doivent apprendre à les utiliser autant qu’à les combattre. La maîtrise de l’usure et de la durée de vie des machines est d’ailleurs, dans nos Sociétés où l’humanisme cède trop souvent la place à des « valeurs » d’une toute autre nature, une arme économique redoutable.

(…)

La tribologie est trop peu enseignée, pour de multiples raisons. Les responsables des programmes pédagogiques ignorent eux-mêmes à peu près tout de ce domaine et de ses aspects économiques. L’absence presque totale de lois physiques reconnues interdit les brillants exposés magistraux et les savants calculs qui « valorisent » leurs auteurs ; la masse considérable de connaissances encyclopédiques nécessaire à un enseignement sérieux ne peut être acquise qu’au fil des années. Ici, l’expert que l’on interroge doit bien souvent avouer son ignorance ; avançant lui-même à tâtons, avec d’autant plus de difficulté qu’il s’est aventuré plus loin, il n’a pas le beau rôle. En outre, les données vraiment utiles sont plus dispersées dans le flot des publications et la masse des idées reçues que les pépites dans le sable des torrents.

(…)

Questions de société …

Le coût très élevé des recherches tribologiques fondamentales, aussi bien sur le plan matériel que sur le plan humain, explique que les lieux où l’on peut les entreprendre sont très peu nombreux. Voici une quinzaine d’années, deux laboratoires étaient particulièrement actifs dans ce domaine, l’un à Cambridge (Angleterre) et l’autre à Moscou. Tous deux ont apparemment sombré corps et biens, si l’on en juge par le tarissement brutal de leurs publications : le premier, à la suite de quelques années de politique « thatchérienne », le second, à la suite du naufrage de l’Union Soviétique.

Beaucoup d’organismes ou d’entreprises sont amenés, pour des raisons diverses, à faire de la tribologie appliquée à propos de tel ou tel de leurs produits, de leurs éléments de machines ou de leurs procédés de fabrication. Jusqu’au milieu des années 1980, beaucoup de ces recherches étaient largement publiées dans les revues de haut niveau qu’éditaient SKF (roulements à billes, à rouleaux et autres produits), Brown-Boveri (construction de gros matériel électrique, de locomotives, de centrales hydrauliques, thermiques, nucléaires, …), le Centre Technique des Industries Mécaniques (CETIM) et bien d’autres.

La plupart de ces périodiques ont purement et simplement disparu, les survivants ne contiennent plus que des banalités et de la publicité plus ou moins déguisée. D’autres revues techniques plus générales, qui se nourrissaient de ces publications, en faisaient connaître la substance au public, ont vu leurs sources d’informations taries et naturellement leur contenu s’est terriblement appauvri. C’est l’une des raisons (pas la seule) pour lesquelles la bibliographie mise à votre disposition pourra vous sembler dans l’ensemble relativement ancienne.

Vous n’y trouverez par exemple presque rien sur certains sujets comme les propriétés tribologiques des céramiques et des composites, matériaux très utilisés dans des domaines « sensibles » comme l’industrie aéronautique ou l’armement. Pourtant, les publications ne manquent pas (elles permettent comme on sait de « mesurer » l’activité des chercheurs) mais le lecteur le moins attentif aura tôt fait de remarquer qu’elles contiennent souvent des informations fort suspectes. L’explication est simple : faute d’un financement public suffisant, les recherches sont de plus en plus fréquemment effectuées dans le cadre de contrats passés avec des sociétés privées qui n’ont évidemment pas la moindre vocation philanthropique. Quand, sur le même sujet, partant des mêmes bases, deux chercheurs publient des conclusions radicalement différentes, voire contradictoires, on peut en déduire que l’un au moins a été contraint, on l’espère à son corps défendant, de rédiger un document biaisé. Mais comment distinguer le bon grain de l’ivraie ? Plus que jamais, il faut recouper ses informations et dans le doute, laisser un blanc !

L’Histoire montre que les sociétés humaines n’ont véritablement progressé que pendant les périodes où les connaissances étaient mises en commun, mutualisées, où chacun pouvait s’enrichir du savoir des autres. En France, le siècle des Lumières et les Trente glorieuses, sur des modes différents, en sont d’excellents exemples. Aujourd’hui, la rétention ou la confiscation du savoir deviennent malheureusement la règle. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les professeurs de technologie ont de plus en plus de mal à mettre leurs connaissances à jour ; le contenu de leur enseignement devient alors de plus en plus théorique, il s’appauvrit chaque jour un peu plus par rapport à l’« état de l’art » et s’éloigne donc des réalités industrielles.

Une recherche sur l’internet à partir du mot « tribologie » fournit presque exclusivement des liens vers des organismes privés ou publics proposant des formations ou des prestations payantes. Que chacun fasse la petite expérience suivante, juste pour voir :

  1. Lancer son moteur de recherche préféré sur la piste du mot « tribologie »,
  2. Explorer les 50 premiers liens (les suivants ne donneront pas grand chose de plus),
  3. Se donner la peine de réfléchir aux conséquences, en particulier pour le travail des professeurs, de ce qu’il faut bien appeler une véritable confiscation du savoir par un nombre chaque jour plus grand d’organisations mercantiles.

Naturellement, ce problème n’est pas propre à la tribologie mais il prend ici, pour des raisons économiques, une acuité toute particulière.

Le commerce n’existe que par la rareté. Faisons en sorte que l’eau pure devienne rare, ou donnons à penser qu’elle l’est, nous pourrons alors la vendre en bouteilles, après qu’elle aura parcouru, parfois, des centaines de kilomètres. Au besoin, polluons les sources … Cela paraît monstrueux, mais certains l’ont fait !

En transformant le savoir en marchandise, on restreint sa diffusion et finalement c’est le patrimoine intellectuel de l’humanité qui s’appauvrit au lieu de s’enrichir. Les conséquences sont terribles. Ici, on travaille toujours comme au temps de Mathusalem en ignorant qu’il existe des méthodes plus efficaces. Là, on gaspille des heures de travail et de vie pour réinventer l’eau tiède, c’est-à-dire que l’on recommence à grand renfort de crédits des travaux déjà réalisés ailleurs mais restés confidentiels … Là-bas, on forme des spécialistes qui connaissent tout de leur petit domaine mais ignorent l’essentiel de ce qu’ils devraient savoir par ailleurs pour que leur action soit socialement utile. Les fossés se creusent entre les individus, de toutes les façons possibles.

Craignons le temps, peut-être plus proche que nous ne le pensons généralement, où la consommation et la soumission remplaceront la culture et la pensée, dans un système éducatif abandonné par la puissance publique aux griffes des marchands et des organisations religieuses ou sectaires, qui ne manqueront sans doute pas de s’engouffrer dans la brèche récemment ouverte par les accords entre le Ministère français des affaires étrangères et le Vatican (voir le décret paru au Journal Officiel de la République Française, en date du 20 avril 2009, faisant suite aux accords signés le 18 décembre 2008).

¤ Connaissez-vous la planète (?) Sedna ?

Classé dans : Outils/Bon à savoir,Perso/Archives — uriniglirimirnaglu @ 6 : 26

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/(90377)_Sedna

File:Oort cloud Sedna orbit-fr.svg

(90377) Sedna est un objet transneptunien du Système solaire d’un diamètre d’environ 1 000 kilomètres, ce qui en fait un candidat potentiel au statut de planète naine. Il est situé (en novembre 2013) à environ 86,4 unités astronomiques du Soleil, soit presque treize milliards de kilomètres, un peu moins de trois fois la distance entre notre étoile et Neptune. Cependant, le point de son orbite le plus éloigné du Soleil est situé à960 unités astronomiques ; Sedna est ainsi pour la plus grande partie de son orbite un des objets connus du Système solaire les plus lointains après les comètes à longue périodeNote 2,Note 3.

Sedna fut découvert par Michael E. BrownChadwick Trujillo et David L. Rabinowitz le 14 novembre 2003. Cependant, il est difficile de déterminer sa forme en raison de sa distance. Des mesures spectroscopiques ont montré que la composition de sa surface est similaire à celle d’autres objets transneptuniens et est majoritairement composée d’un mélange de glaces d’eau, de méthane et d’azote avec du tholin. Sa surface est l’une des plus rouges du Système solaire.

Sedna couvre son orbite en approximativement 12 000 ans et son périhélie est situé à environ 76 unités astronomiques du Soleil. Ces deux paramètres étant exceptionnellement élevés, son origine est incertaine. Le Minor Planet Center considère à l’heure actuelle (2010) que Sedna est un objet épars, un groupe d’objets placés sur des orbites exceptionnellement allongées par l’influence gravitationnelle de Neptune. Cependant, ce classement est contesté car Sedna n’a jamais été situé suffisamment proche de Neptune pour avoir subi une influence significative. Certains astronomes pensent donc que Sedna est le premier membre connu du nuage d’Oort intérieur. D’autres astronomes pensent que Sedna pourrait avoir été déplacé vers son orbite actuelle par une étoile passant à proximité du Soleil, notamment une étoile de l’amas originel du Soleil, ou a été capturé dans un autre Système solaire. Une autre hypothèse est que son orbite pourrait être une preuve de l’existence d’une planète ou d’unepetite étoile au-delà de Neptune.

¤ Le plus grand cover-up de tous les temps : Le soleil est devenu blanc !

Source : http://www.brujitafr.fr/article-le-plus-grand-cover-up-de-tous-les-temps-le-soleil-est-devenu-blanc-111383932-comments.html#anchorComment

soleil, sun, #Malibu #MalibuBeachInn

Le soleil est l’objet le plus visible qui soit. Tous les jours, il se dresse au dessus de nos têtes.
Paradoxalement très peu d’entre nous se sont rendus compte qu’il a perdu sa couleur jaune d’antan.L’explication :
Contrairement aux idées reçues, vu de l’espace le soleil est blanc car il émet de la lumière dans tous les spectres. Autrefois, l’atmosphère absorbait une fraction de ce rayonnement, ce qui donnait une teinte jaune su soleil. Désormais, à cause de l’affaissement du champ magnétique terrestre, nous recevons tous les rayonnements et nous  le percevons alors d’aprés sa couleur véritable.
Désormais, l’enjeu est de taille pour l’élite dirigeante : Faire passer pour des illuminés tous ceux qui se souviennent de la couleur jaune qu’avait le soleil, faire le silence sur ses effets nocifs et camoufler le ciel avec des chemtrails quitte à empoisonner la population.

Habituellement le soleil était jaune. Pour des milliards de personnes de moins de 30 ans, le soleil a toujours été une blancheur aveuglante, mais les personnes plus âgées se rappellent les jours chauds d’un soleil jaune.
Pendant des siècles, les enfants dessinaient des images du soleil, le plus souvent souriant, mais toujours jaune. Pas plus. Les enfants d’aujourd’hui dessinent un sourire sur une feuille de papier blanc.
 ¤ Le plus grand cover-up de tous les temps : Le soleil est devenu blanc ! dans Bizarreries météo soleil+blancCeux qui insistent pour dire que le soleil de leur jeunesse était certainement jaune sont maintenant considérés comme des fous ou on dit d’eux que les « plus âgés yeux perçoivent différemment le soleil. »

Qu’en est-il des enfants ? Hmm .. très bizarre.

De plus, quand on recherche des images sur Internet pour « soleil jaune », ce sont seulement des dessins ou des photos de couchers de soleil apparaissent dans les résultats. Ce qui est hautement suspect.

Qui ne veut pas rappeler à l’humanité le souvenir du soleil jaune ? Cette censure flagrante et arbitraire est à la fois évidente et inquiétante.

Beaucoup d’observateurs du monde entier ont cependant constaté que le Soleil a augmenté sa luminosité au point d’être aveuglant aux heures des levers et couchers de soleil et ce contrairement aux années précédentes.

Les photographes ont perdu la belle lumière atténuée du soleil couchant, les bains de soleil frappent plus durement, et les cultures arrivent à maturité plus tôt. Pourtant, les scientifiques et les médias restent muets sur le sujet.

Yellow+Sun+White+Sun dans Chemtrails et pluies de fils/fibres/etc...
Le soleil avant- après.
Certains affirment que ce qui se arrive au soleil est tout simplement du à une force magnétique excitant les éléments en fer dans le noyau du Soleil, ce qui réduit le facteur d’amortissement des éléments lourds et augmente le taux de fusion.D’autres prétendent que des années de pulvérisation de chemtrails dans le ciel ont affecté le spectre de la lumière, voire même emporté au loin la couche d’ozone.

D’autres affirment que que le soleil brûle ses dernières couches de gaz et va bientôt commencer à devenir noir.

Un soleil plus chaud, plus lumineux, plus blanc avec plus d’éclat est maintenant observé par le public, mais pourquoi nier que le soleil avait pour habitude d’être jaune?

Auparavant il fallait deux semaines pour qu’un journal laissé dans au soleil se mette à jaunir. Maintenant, il suffit d’un seul jour.

La lumière du soleil dans les années 1960 et 1970 était beaucoup plus jaune et on ressentait de la chaleur. Maintenant, on dirait du papier de verre ou une sorte d’abrasion photonique.

La lumière du soleil d’aujourd’hui semble fausse et artificielle, comme si le ciel est un écran LED avec des images superposées. Le changement dans la qualité de la lumière du soleil équivaut la différence qu’il y a entre la lumière d’une ampoule à incandescence et celle d’une ampoule halogène.

Tout ceci apparaît comme surréaliste et provenant d’un autre monde. C’est comme si le soleil, le ciel et l’air ont récemment été chimiquement conçus pour une race autre que l’homme.

Mais, bien sûr, si on a le regard de quelqu’un plus âgé, on en a également l’esprit, ce qui fait que toute personne de plus de 30 ans serait considérée comme folle pour avoir oser rappeler comment les choses avaient  l’habitude d’être auparavant.

Alors que l’humanité continue à muter sous un soleil étranger, nous qui y étions, nous nous souviendrons toujours avec émotion comment le soleil était autrefois.

Par Brujitafr

Lundi 22 juillet 2013

 

Commentaires

 dans Etrange

J’ai remarqué depuis quelques années la luminosité n’est plus la même qu’avant, elle est plus éclatante. Le soleil est beaucoup plus fort qu’avant. L’eau s’évapore beaucoup plus vite même à l’intérieur, cela fait comme si les rayons solaires devenaient de l’énergie micro-onde….C’est pour cela qu’aux Etats-Unis c’est la sècheresse agravée comme s’il n’avait pas plus depuis 3 ans…

http://mchris999.centerblog.net/47-deux-soleils-dans-le-ciel

Commentaire n°1 posté par MCHRIS le 18/10/2012 à 08h32
 dans Outils/Bon à savoir

beaucoup de personnes perçoivent le soleil comme agressif, pour les yeux ainsi que pour la peau.

Réponse de Brujitafr le 18/10/2012 à 18h28

pas vraiment convaincu…

Commentaire n°2 posté par gastu le 18/10/2012 à 10h34

Et est ce  normal aussi les variations de températures de 15° (parfois plus) dans la même journée ?

Réponse de Brujitafr le 18/10/2012 à 18h30

Bonjour depuis des annees j’observe  le soleil  est par fois je prend meme des photos ils faus se dire que c’est le levé du soleil au couchant qui ce prepare.

 

Commentaire n°3 posté par Mouhamet Fall le 18/10/2012 à 11h06

Le soleil ne brille plus, il n’est plus chatoyant, il aveugle et brûle tout !

Réponse de Brujitafr le 18/10/2012 à 18h31

Bonjour ,

Je suis tout a fait d’accord avec cet article . J’ai 23 ans , et depuis 3-4 ans , je sais pas comment vous décrire sa. Mais avant je n’avait pas besoin de fermer un peu mes yeux lorsque j’étais dehors , maintenant il m’est impossible de sortir sans froncer mes sourcils . C’est peux être moi , mais je me rapelle qu’avant je ne le faisait pas

Commentaire n°4 posté par Mike le 18/10/2012 à 17h32

la majorité perçoit bien une différence

Réponse de Brujitafr le 18/10/2012 à 18h32

J’ai repris mes photos depuis 2006 date à laquelle j’ai eu mon premier numérique. Et j’ai trouvé des couchers et levers de soleil qui sont jaunes. Le soleil de la journée en photo blanc, mais je me suis aussi souvenu que toute mes photos face au soleil étaient systèmatiquement décevante, chose qui m’a toujours frustré par ailleur. De même que je n’ai jamais pu faire des photos avec les détails identiques à ce que mes yeux captaient.
Pour ce qui est du soleil ça fait depuis que j’ai 15 ans soit 25 ans que à la plage je suis géné.
Cependant il reste vrai que les amplitudes sont bien plus forte qu’avant et que le soleil semble plus chaud qu’avant. Mais si j’ai bien suivi, les tempetes solaires sont plus nombreuses et plus fortes donc ça serait logique.
De plus l’environnement dans ma region proche a été bien dégradée, nos forets de feuillus ont été remplacé par des résineux ou coupés, et les fossés ont été creusé à 2m de profondeur donc il n’y a plus d’eau l’été.
Mais pour le soleil blanc, ne serait ce tout simplement pas un problème de capteur?
Quoi qu’il en soit matin et soir il est toujours jaune!

Commentaire n°5 posté par gastu le 18/10/2012 à 23h18

N’est-ce pas toute ces tonnes de particules d’aluminium épandue par avions qui modifient le spectre solaire ?

je pencherais plutôt pour cette hypothese, d’autant plus que la perte de verdure de nos regions pourrait être un effet secondaire de l’alu (qui aborbe l’humidité, asséche les terres).

Idem pour l’éblouissement qui est du aux chemtrails (effet miroir ?)

Commentaire n°6 posté par oya le 10/06/2013 à 19h17
Réponse de Brujitafr le 10/06/2013 à 19h21

tout à fait d’accord avec vous, Mike aussi est dans le vrai. Pareil pour les épandages, ciel bleu avant 1989-990. La plupart ont du mal et n’ont pas ou plus le sens de l’observation. Je te montre la lune, le mouton regarde mon index…

Commentaire n°7 posté par Peter Panpan le 05/08/2013 à 10h16

Il suffit de sortir et regarder pour constater l’anerie…..tout dépend de la couche de gaz entre nous et le soleil….Franchement ridicule , sortez le regardez au lieu de répeter les aneries des autres…..

Commentaire n°8 posté par neo le 13/08/2013 à 21h48

vous devriez ôter vos oeillères!

BRIDON D'ATTELAGE à OEILLERES

Réponse de Brujitafr le 15/08/2013 à 09h22

Aujourd’hui encore jaune, un ophtalmo serait  le bienvenu icon_eek Je veux  bien vous prendre une photo pour le prouver mais c’est ridicule, c’est comme si je devais me justifier a quelqu’un m’affirmant que la terre est plate, je suis de bonne fois, ne soyez pas ridicule, arretez d’insister, deux jours que je vérifie et jaune le soleil est, je dis pas qu’a certains moments il apparaisse pas blanc mais de la a dire que c’est le plus gros cover-up, y’a de la marge….Merçi pour les oeillères, c’est appréciable.

Commentaire n°9 posté par neohamsa le 15/08/2013 à 22h31
—————-
Le champ magnétique du Soleil s’est totalement inversé

Source : http://www.maxisciences.com/soleil/le-champ-magnetique-du-soleil-s-039-est-totalement-inverse_art31710.html

 

Publié par Morgane Henry, le 02 janvier 2014

 

Le Soleil a désormais effectué une rotation complète de son champ magnétique. A mi-chemin du cycle solaire 24, les pôles Nord et Sud ont échangé leur place, inversant totalement la polarité de l’étoile. Le cycle solaire s’achèvera, lui, dans onze années.

 

Le Nord est au Sud et le Sud est au Nord. Vous être complètement à l’ouest ?

La NASA a annoncé que le Soleil venait « de se retourner, de haut en bas ». Plus concrètement, cela signifie surtout que son pôle nord et son pôle sud se sont inversés, lui permettant d’atteindre le point médian du cycle solaire 24.

Et qui dit inversion des pôles, dit évidemment changement dans le champ magnétique du Soleil. Désormais, ce dernier va commencer à se déplacer dans des directions opposées afin d’entamer la seconde partie d’un processus long de 22 années (la durée d’un cycle solaire). Dans onze ans donc, les pôles nord et sud du Soleil s’inverseront de nouveau, clôturant le cycle 24.

 

« L’inversion du champ magnétique du Soleil est, littéralement, un événement majeur », rappelle le Docteur Tony Phillips, de la NASA, repris par The Independent. Pour cela, le champ magnétique de chaque pôle s’affaiblit, puis devient nul. Et finalement, il émerge de nouveau avec la polarité inverse. « C’est une partie tout à fait normale du cycle solaire », précise Phil Scherrer, physicien solaire à l’Université de Stanford.

 

Afin de mieux comprendre le processus, la NASA a publié une visualisation de la façon dont le changement, débuté en 1997, s’est opéré (vidéo ci-dessus). Cela montre la polarité verte (positive) s’échangeant avec la polarité violette (négative).

 

Un processus lent

 

« À l’apogée de cette inversion magnétique, l’activité solaire augmente, les taches solaires sont de plus en plus présentes, et les éruptions solaires comme les éjections de masse coronale plus fréquentes », indique Karen C. Fox de la NASA.

 

Mais l’inversion des pôles est un mécanisme lent et stable. Selon Todd Hoeksama, physicien solaire, c’est « un peu comme une marée qui monte ou qui descend. Chaque petite vague apporte un peu plus d’eau et, finalement, vous obtenez une inversion complète ». Néanmoins, ce n’est pas un processus parallèle. Ainsi, si le pôle nord a inversé sa polarité au début du mois de décembre, le pôle sud a été obligé d’accélérer la cadence pour le rattraper et changer avant la fin de l’année 2013. Et la portée d’un tel changement devrait être conséquente. « Le domaine d’influence du champ magnétique du Soleil, aussi connu sous le nom d’héliosphère, s’étend à des milliards de kilomètres au-delà de Pluton. Les changements de polarité du champ magnétique se propagent jusqu’à la sonde Voyager, aux portes de l’espace interstellaire », détaille Tony Phillips.

 

Pas de conséquences catastrophiques

 

Alors bien sûr, au premier abord, un tel changement peut surprendre voire paraître inquiétant. Pourtant, pas de panique, la galaxie ne devrait pas subir de bouleversement catastrophique. En effet, les conséquences d’un tel changement de polarité sont bien plus subtiles et touchent principalement l’exploration spatiale plutôt que la vie quotidienne des habitants de la Terre. « Les rayons cosmiques sont dangereux pour les astronautes et les sondes spatiales. Et en cas de changement de polarité, ils sont affectés. Ce sont alors des particules d’énergie accélérées pratiquement à la vitesse de la lumière grâce à des supernovas et d’autres événements violents de la galaxie. Certains chercheurs pensent que cela pourrait affecter le climat sur la Terre ou encore favoriser la présence de nuages », avance Tony Phillips, dans un communiqué. D’un autre côté, les aurores boréales et leur homologue du sud, les aurores australes, devraient être plus fréquentes et surtout plus visibles, notamment lorsqu’elles atteignent leur phase finale.

 

Un cycle étonnamment faible

 

Depuis son commencement, le cycle solaire 24 s’est avéré plutôt imprévisible. Premièrement, il a pris environ une année de retard, puisque l’activité solaire de 2009 était très faible. Cela a poussé les astronomes à décaler le point médian du cycle de 2012 à 2013. Selon les experts, le cycle solaire 24 est d’ores et déjà l’un des plus faibles de l’Histoire.

 

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/soleil/le-champ-magnetique-du-soleil-s-039-est-totalement-inverse_art31710.html

 

Copyright © Gentside Découverte

 

 

Une pause café - Une person... |
LE TECHNICIEN DU RISQUE |
Sauvons les animaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vues de Babi
| Mouvement Citoyen Chrétien
| CRC-PHONE IMPACT EXPERT